De l’autre côté de la clôture


J’avais l’air préoccupé j’étais dans ma bulbe

Je suivais mon instinct, un pressé  solitaire

Entre un chant, une prière et, une nouvelle

Je vendais mon temps juste pour me nourrir

Je ne pensais pas à hier ni non plus à demain

Toute une routine pour un esprit à ma liberté

Un nomade échappé urbain qui apostrophant

Dégagé de responsabilité du futur au demain

 

Mes joies contagieuses et les intérêts futiles

Les levés de soleil fréquents agréables, seul

Pour parader à travers les rues des regards

À chaque coin une indifférence à mes choix

 

Hermann Cebert

 

Publicités


Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :