Comment comprendre l’implication des étudiants haïtiens dans la lutte pour le changement et la démocratie en Haïti: leurs organisations, leurs idéologies en comparaison aux étudiants du Québec-Canada


Habituellement, en Haïti, il y a trois tendances qui divisent les étudiants haïtiens à la fois dans leurs formes d’organisation que dans leurs idéologies. Bien que dans les faits, à travers les luttes étudiantes haïtiennes, certains reconnaissent que les organisations étudiantes haïtiennes ont souvent été pour ou contre les pouvoirs et les régimes en place.

Ce fut le cas la FENEH, la Fédération Nationale des Étudiants Haïtiens dont certains responsables ont été tantôt avec le régime des Duvalier et tantôt avec le régime Lavalas. On peut se rappeler à titre d’exemple de l’un de ses dirigeants qui avait fait un discours fleuve pour Jean-Claude Duvalier, il s’agit du défunt Johnny Joseph qui avait bénéficié de plusieurs privilèges du régime de Duvalier.

Bien avant les années quatre vingt, trais idéologies semblaient partager le mouvement étudiant haïtien, on se souvient de la génération de Roger Lafontant à la faculté de Médecine et cette génération était partagée entre les partisans de Daniel Fignolé, l’ancien président de Haïti, les partisans de Louis Déjoie et ceux comme Lafontant qui était duvaliéristes.

À l’opposé de ces groupes d’étudiants qui étaient plutôt fanatiques et sympatisans de ces personalités politiques, il y a avait les étudiants nationalistes et libertaires et également des étudiants socialistes et marxistes-léninistes mais souvent identifié et chassé par françois Duvalier comme des communistes.

La grande majorité de ces étudiants y compris des professeurs de grandes qualités ont été exilés alors que d’autres avaient arrêtés, torturés et assassinés. C’est cette cohorte d’étudiants et de professeurs de très grands calibres internationaux en matière de compétence et de connaissance que Duvalier et quelques grandes institutions internationales allaient encourager à quitter le pays et , ils constituent la grande vague de fuite de cerveaux haïtiens en Afrique, en Europe et en Amérique plus particulièrement en au canada et au Québec.  

Malgré toutes les grandes difficultés économiques, politiques et sociales que Haïti à connu au cours de son histoire, le pays a toujours donné de grands intellectuels qui ont beaucoup plus été certes plus utiles aux pays étrangers que le pays lui-même tout cela parce que nous sommes et nous demeurons un grand peuple aux multiples talents plus intelligents que tous les autres peuples du monde.

Dans cette logique, j’espère que les étudiants haïtiens actuels comprennent ceux que nous leur avons laissé comme héritage mais surtout comme idéal. Les anciens étudiants n’ont pas fait de très grandes choses à travers les luttes qu’ils ont menées dans le pays et dans le cadre du mouvement étudiant, les contextes étaient forts différents de ceux qu’ils vivent actuellement cependant, ils ont pour obligation de faire mieux en se rappelant de l’histoire de leur mouvement et de leurs organisations. 

À chacun son temps mais surtout, à chacun son mouvement et son contexte néanmoins, une chose demeure pour la réussite de tout mouvement politique et estudiantin, ce sont toujours de bonnes organisations, des leaderships efficaces, des réseaux et des systèmes de communications efficaces, efficiants et adaptés aux réalités du mouvement lui-même, de la vision, des plans d’actions, des stratégies et des tactics et plus spécialement du respect, du sens de la responsabilité et de l’honêteté des meneurs et des membres à la tête du mouvement.

Chaque mouvement doit avoir un idéal à atteindre, des obectifs et des buts biens définis sans quoi il risque d’échouer et surtout de mettre endanger les principaux leaders. Et, de ce point de vue nous savons que les régimes corrompus ont toujours cette capacité de faire avorter tout mouvement étudiant grâce à l’argent et les traites qui s’incrustres dans les mouvement, les opportunistes sont le vénin de tout mouvement qui vise à changer certaines choses.

Malheureusement toutes ces qualités semblent absentes dans le cadre de l’implication actuelle des jeunes universitaires haïtiens toutefois, leur seule implication me donne déjà de l’espoir compte tenu aussi, que ces jeunes étudiants ont beaucoup plus d’accès à l’information et aux réalités internationales en temps réel contrairement aux générations précédantes qui étaient plutôt isolées.

Si moi, de mon côté j’écris ces quelques lignes c’est pour empêcher que les mêmes erreurs se répètent et surtout que toute une génération ne soit pas détruite alors même qu’elle est l’avenir de ce Grand pays , qu’est notre chère Haïti.

Parmi les tendances qui ont traversées le mouvement étudiant Haïtien, notons celles-ci:

1- les étudiants qui prônent l’indépendance du mouvement des étudiants par rapport aux groupes politiques incluant les Partis politiques, les organisations populaires et  les groupes sociaux dont les syndicats et les associations de professionnels;

2- les étudiants qui prônent la concertation du mouvement des étudiants avec des Partis politiques plus particulièrement avec ceux de la gauche;

3- les étudiants qui prônent une plus grande implication des étudiants dans les organisations populaires puisque ce sont ces mêmes étudiants qui se retrouvent dans les quartiers et les régions où se retrouvent ces mêmes organisations.

Contrairement à Haïti, au Québec, il y a deux grandes tendances idéologiques associées aux deux grands grands Partis politiques qui s’alternent au pouvoir ce sont les Partis Québécois et le Parti Libéral.

Cependant depuis une vingtaine d’années  le paysage politique québécois a beaucoup changé voire évolué puisque trois autres Partis politiques ont fait leurs apparitions.

C’était l’ADQ Action Démocratique du Québec qui a été remplacé par alliance avec la CAQ Coalition Avenir Québec et le Parti Québec Solidaire.

Si le Québec Solidaire s’inscrit dans une logique de gauche soit du socialisme et de la social démocratie mais un peu plus prêt du marxisme, en revanche, l’ADQ, un Parti d’extrême droite, qui a été remplacé et fait alliance à la CAQ qui est plus ou moins de tendance centre droit même s’il frôle tendancieusement l’extrême droite.

Pour comprendre le mouvement étudiant du Québec, il faut avoir en tête cette configuration des Partis politiques du Québec puisque les étudiants québécois épousent les mêmes idéologies de ces Partis politiques en ce sens, à chaque fois qu’il y a un mouvement étudiant, une lutte étudiante dans cette province du canada, on peut savoir à l’avance quelle allure et quelle orientation le mouvement ou les revandications vont prendre parce que leur configuration idéologique définit à l’avance les ampleurs que ces luttes vont prendre.  

à suivre…

Hermann Cebert

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :