Haïti VS République dominicaine: Réginald Boulos écrit à l’Union européenne

28 septembre 2015

              Port-au-Prince, le 25 septembre 2015 Monsieur l’Ambassadeur, Nous avons été surpris de la déclaration du Chef de la Délégation de l’Union européenne en République dominicaine, M. Alberto Navarro, relative aux mesures prises par notre gouvernement aux fins de régulariser le commerce entre Haïti et la République dominicaine et, du coup, freiner la contrebande qui prive notre pays de fonds nécessaires et indispensables à son développement endogène.

Dans une déclaration largement relayée dans la presse internationale, M. Navarro s’insurge contre cette mesure, prétextant qu’elle entrainera une augmentation des prix des produits de plus de 40%. Permettez, Monsieur l’Ambassadeur, que je vous dise qu’aucune donnée ne supporte une telle affirmation pour le moins irréfléchie et disproportionnée.

Cette sortie alarmiste nous semble participer d’une démarche visant la défense exclusive et la protection du secteur dominicain des affaires au détriment des intérêts économiques vitaux d’Haïti. Nous en sommes d’autant plus surpris qu’elle est en net décalage par rapport aux prises de positions de plusieurs instances de la communauté internationale sur la nécessité pour Haïti d’élargir son assiette fiscale et d’intensifier la lutte contre la corruption et la contrebande.

Contrairement aux allégations du Chef de la Délégation de l’UE en République voisine, les données à notre disposition ne suggèrent nullement que les mesures correctives annoncées par le gouvernement haïtien induiront des effets inflationnistes. Cette flambée éventuelle des prix dont parle M. Navarro supposerait que : 1) Les contrebandiers d’aujourd’hui passent à leurs clients les économies de taxes et de droits de douane découlant de la contrebande.

La corruption et la contrebande ont un prix qui bénéficie principalement aux corrompus et aux corrupteurs ; 2) Le coût du transport par les points de passage frontaliers clandestins ne peut être évalué ; 3) Le coût du transport maritime est, sera et restera plus élevé que celui lié au transport terrestre clandestin. Je vous fais remarquer, par ailleurs, que ces mesures s’inscrivent dans une perspective de relance et de promotion de la production nationale, la seule politique viable à même de garantir à notre pays l’autosuffisance alimentaire et une baisse substantielle du coût de la vie.

La réduction de la contrebande et la régularisation du commerce transfrontalier permettront au Trésor public d’augmenter ses revenus et de se donner les moyens indispensables au financement de projets d’envergure dans les secteurs de l’agriculture, de l’agro- industrie et du tourisme. Les retombées positives toucheront également le social par l’amélioration de la qualité des services offerts aux couches vulnérables et la multiplication des opportunités d’emploi.

Ce parti pris implicite de M. Navaro en faveur de la contrebande au désavantage d’Haïti a tout l’air d’un déni d’humanité qui ne reconnaît aux chômeurs et aux nécessiteux haïtiens de tous ordres, lesquels il feint de défendre, le droit à un emploi durable, à un logement décent, à une éducation de qualité et à des soins de santé adéquats.

Il est de mauvais ton que des membres de la communauté internationale interviennent pour défendre le commerce illicite de marchandises. L’Union européenne joue, depuis plusieurs années, un rôle clé d’accompagnateur dans les processus de développement économique, d’apaisement social et d’institutionnalisation démocratique en Haïti.

Cet effort remarquable d’accompagnement doit continuer dans l’engagement durable et la promotion d’initiatives binationales soutenables équilibrées entre Haïti et la République dominicaine. Les amis européens des deux nations sœurs qui se partagent l’île d’Haïti doivent favoriser, en toute équité et sans esprit partisan, la recherche de solutions communes aux problèmes qui constituent des irritants majeurs dans les relations qu’elles entretiennent entre elles.

Faute de quoi, l’aide au développement de l’UE à Haïti ne produira les effets transformateurs escomptés. Recevez, Monsieur l’Ambassadeur, mes salutations distinguées.

Réginald Boulos

Citoyen haïtien et entrepreneur

Monsieur Vincent Déger Ambassadeur de l’Union européenne en Haïti

le nouvelliste, article,150327/


El nuevo ejército ( forza armada) de Joseph Michel Martelly y el movimiento de los Morenos con el Indios dominicanos

1 août 2015

Le philosophe éveillé

Una de las leyes universales del universo es que todo se mueve y que no hay nada que sea estacionario y congelado en un lugar fijo. Es el mismo para todas las ideas, todas las organizaciones, todas las cosas y todos los seres.

Sin embargo el movimiento como tal puede ser una especie de evolución, una especie de adaptación, algún tipo de transformación, una especie de crecimiento, una especie de destrucción, una especie de nacimiento, una especie de encarnación y reencarnación.

En Resumen, la noción de movimiento se adapta a la realidad de cada cosa, cada ser, cada organización y cada institución y todo lo que no sigue esta ley de movimiento no existe, es sí mismo y en sí mismo el movimiento en sí.

Es desde esta realidad que voy a intentar seguir la evolución de un movimiento que está tomando forma en la República Dominicana en la actualidad, es el movimiento de los Morenos con el Indios de dominicanos jóvenes negras y mulatas.

Sin embargo, me pregunto si los Morenos y los jóvenes Indios dominicanos son lo suficientemente maduros para emprender esta iniciativa y cuáles son los riesgos que se corren con la progresión de tal movimiento.

¿Que informa, y que realmente puede guiarlos?

Sé que Haití no tiene realmente un servicio secreto eficaz y contra espionaje que podría informar al pueblo haitiano en las iniciativas de estos jóvenes y entender la evolución que podría ver esa medida líderes haitianos nunca se preocupa de entender la República Dominicana y los distintos movimientos políticos y militares que se organizan en este país.

Ciertamente, cualquier país que tenga intereses en uno con el otro siempre trata de hacer caos en uno otro como los haitianos podríamos haber hecho a nuestros vecinos que constantemente crean problemas aquí.

Por eso, no hacemos nada como información para dar seguimiento a estos jóvenes y sus acciones contra las expulsiones y deportaciones que dicen y que reconocemos que están actualmente en la República Dominicana.

Según lo que he recogido hasta la fecha, este movimiento es un poco marginal pero todo parece indicar que puede tener un crecimiento explosivo en los próximos días y en los próximos meses para convertirse en un verdadero movimiento revolucionario en la República Dominicana.

Por otra parte, muchas personas dicen que este movimiento será financiado por el Presidente Joseph Michel Martelly sí mismo que sería muy infeliz con la manera en que los dominicanos lo tratan en las diferentes conversaciones sobre la cuestión de la población negra que las autoridades dominicanas intentan deportar a Haití.

A decir verdad que quiero creer ni a esta inversión de Martelly, quien llegaría a ser nacionalista mientras todo el mundo sabe que Martelly es un verdadero oportunista y él está interesado solamente en sus propios beneficios.

Sin embargo, debemos entender y pensar que Martelly quien había escogido a calmarse y a ser más un estadista después de la elección de Paul Evans como primer ministro encuentra su natural que debe ser ridículo, grosero, perverso e irrespetuoso puede descubrir torturador y criminal como resultado de ello, puede tomar en cualquier lugar solo que le prohíba y que se siente feliz. Es la desgracia del país.

Como resultado, y si bien es cierto que martelly financiaría el movimiento de los morenos y indios dominicanos, lo que dudamos, con fuerza, la verdadera intención de retorno de Martelly con el ejército nació de este deseo colocar a lo largo de la frontera de los militares armados hasta los dientes para contrarrestar las fuerzas armadas dominicanas o tal vez para ayudar a estos niños dominicanos.

Todo el mundo sabe que es no en la rabia y el enojo que un líder debe decidir como lo no distancia frente a sus propias decisiones.

Para aquellos que están muy familiarizados con martelly, un accidente de la historia política de Haití, pero también saben que es incapaz de pensar por sí mismo y para sí mismo sin embargo, un verdadero bufón y un verdadero comediante que interpreta magistralmente bien su papel como actor público.

Por lo tanto, esto realmente no es el momento de Haití para embarcarse en una lógica de militarización y así crear la nueva fuerza armada. Obviamente el Presidente martelly parece reconstruir su ejército de Haití cuando dijo durante su visita electoral a Léogane que pronto en octubre de 2015 a continuación lanzará el reclutamiento de jóvenes que van a ser parte de este ejército.

Debemos preguntarnos acerca de las verdaderas intenciones de martelly para reconstruir este ejército ahora justo antes de salir poder, o mejor dicho, a la qu monment, que quiere dejar más el poder que está llevando a cabo tambor batiendo una gran campaña en todo el país.

¿Es – para apoyar su nueva campaña militar en el este contra compañeros dominicanos apoyan las revueltas dominicanos jóvenes o para todavía estar seguro de mantener permanentemente el poder por el hecho de que no se realmente transferirá energía en 07 de febrero de 2016 y en ese sentido no será realmente elecciones?

Por lo tanto, todas las apuestas están apagado con respecto a la disposición final de las diversas estrategias del plan por martelly y Evans paul. Persona ya no puede decir con certeza si o no el régimen a ceder poder como había prometido.

Sin embargo con esta iniciativa para restablecer el ejército todo parece indicar una estratagema de la Presidencia de Haití con los dominicanos para crear una falsa crisis militar que permitiría a Malik a mantener el poder hasta el final de la crisis militar.

Todavía hay qué crisis va a ser cuando claramente podemos entender que estos son los dos regímenes que han creado y organizado.

Por lo tanto, esta estrategia y este manejo sería como resultado dos situaciones: uno que daría una cierta interpretación de la parte de los dominicanos como provocación y amenazas de agresión por parte del régimen de port – au-prince y una segunda, que hacen creer a los dominicanos que el régimen está tratando de apoyar la rebelión dentro de la República Dominicana esta Si bien es cierto que industriales y comerciantes haitianos en la República Dominicana son verdaderamente fondo morenos jovenes y los jovenes indios en la República Dominicana.

Obviamente, debemos admitir que Haití no puede y no debe tener en cuenta para reconstruir su ejército, porque no hay ningún dinero en el país para financiar esta gran institución conocida grugeait y representaron más del 60% del presupuesto del estado de Haití.

Por un lado, el país no puede permitirse tener una fuerza armada de cinco a 50 mil hombres y mujeres porque no hay el dinero necesario para financiar dichos gastos;

En segundo lugar, en el contexto del conflicto diplomático y administrativo que actualmente existen entre Haití y la República Dominicana que sería mal vista y mal interpretada por las potencias de la región que verían la puesta en práctica en lugar de un posible conflicto de toda la región del Caribe y América Latina;

En tercer lugar, mediante la creación de un nuevo ejército en el país, el Presidente Martelly para la reducción sustancial de la policía de la reducción de la policía nacional de Haití que conduciría a la lamentable conclusión que él será revocar varios policías que están ahora haciendo carrera actualmente y por lo tanto podría crear todas las condiciones para que estos ex policías se transforman en la guerrilla contra el equipo de Martelly grupos y más particularmente la burguesía en el país.

Según las noticias locales que nos parecen con respecto a las personas que están amenazadas por los dominicanos y que dicen los Morenos y los Indios, muchos de estos jóvenes deciden organizar dentro de la República Dominicana para reclamar y defender sus derechos de suelo al nacer en ese país.

Es para estos jóvenes morenos dominicanos y los Indios de la República la manera real de evitar el abuso y la violencia que son víctimas por la elite blanca y supremacía por las autoridades dominicanas.

Su enfoque parece satisfacer una necesidad de luchar contra su deportación a Haití, países que dicen no saben y nunca han visitado desde su nacimiento.

Según muchos de ellos, esta iniciativa se animaría por algunos empresarios haitianos, algunos comerciantes haitianos, así como otras personas ricas en santo domingo.

Y la manera en que parecen organizar es establecer comités de cinco personas en orden no identificar o reconocer por milicianos del ejército dominicano y cada miembro de un Comité puede crear a su vez varios otros comités de cinco miembros.

Sin embargo, cada Comité decide qué acción plomo interior de la República Dominicana de manera independiente entre sí.

Hasta ahora escuchamos sobre cualquier acción llevada a cabo por estas células para combatir los morenos con el indios dominicanos en la República Dominicana.

Sin embargo, podría ser que muy pronto, escuchamos de estos grupos que quieren llevar a cabo las luchas y peleas con el Interior de la República Dominicana para defender sus derechos que son violados y violadas dentro de su país dominicano.

Obviamente, como analista, sabemos que esos movimientos de insurgencia dentro de Santo Domingo podrían conducir a la lucha armada con la guerrilla de Morenos Indios dominicanos que serán capaces de hacer frente a los diversos intereses de este país y tal vez incluso causa una cierta guerra en la República Dominicana.

Animo a cualquier haitiano a involucrarse en estas armada contra racismo dominicano, ni las anteriores luchas militares haitianas, los bandidos ex policía y jóvenes que quieren poner caos en Santo Domingo para no más inflaman las relaciones entre los dos países, incluyendo a las autoridades dominicanas y haitianas se niegan a resolver urgentemente el conflicto que existe actualmente.

Es cierto que los jóvenes del Movimiento de los Morenos y los Indios dominicanos es un movimiento que es que parece que quiere actuar en la República Dominicana, sin embargo, el estado de Haití y grupos de la sociedad civil haitiana deben ser más vigilantes con el fin de identificar mejor a estos jóvenes revolucionarios dominicanos que deciden hacer valer sus derechos en la República Dominicana.

Que los haitianos deben saber y reconocer es que cualquier movimiento dentro de la República Dominicana puede tener impactos en Haití y para monitorear los puntos de cruce de la frontera que separa los dos países.

a seguir…

 Hermann Cebert


la nouvelle armée de Joseph Michel Martelly et Le mouvement des Morenos et des Indios dominicains

31 juillet 2015

Le philosophe éveillé

Je suis
Invisible
parmi vous

L’une des lois universelles de l’univers c’est que tout est en mouvement et qu’il n’y a rien qui soit stationnaire et figé dans un lieu fixe. Il en est de même pour toutes les idées, toutes les organisations, toutes les choses et tous les êtres.

Or le mouvement en tant que tel peut être une sorte d’évolution, une sorte d’adaptation, une sorte de transformation, une sorte de croissance, une sorte de destruction, une sorte de naissance, une sorte d’incarnation et de réincarnation.

Bref, la notion de mouvement s’adapte à la réalité de chaque chose, de chaque être, de chaque organisation et de chaque institution et tout ce qui ne suit pas cette loi du mouvement n’existe pas, est lui-même et en lui-même le mouvement même.

C’est à partir de cette réalité que je vais tenter de suivre l’évolution d’un mouvement qui est en train de prendre forme en République Dominicaine actuellement, c’est le mouvement des Morenos et des Indios de jeunes dominicains noirs et mulâtres.

Toutefois, je me demande si les jeunes Morenos et les jeunes Indios dominicains sont assez matures pour entreprendre une telle initiative et quels sont les risques qu’ils courent avec la progression d’un tel mouvement.

Qui les conseille, et qui peuvent véritablement les guider?

Je sais que Haïti n’a pas vraiment un service secret efficace et de contre espionnage qui aurait pu informer le peuple haïtien sur les initiatives de ces jeunes et de bien comprendre l’évolution que pourrait connaître un tel mouvement puisque les dirigeants haïtiens ne se sont jamais préoccupés à comprendre la république dominicaine et les divers mouvements politiques et militaires qui s’organisent dans ce pays.

Certainement, tout pays qui a des intérêts dans un autre cherche toujours à mettre le chaos dans un autre comme nous autres les haïtiens auraient pu le faire chez nos voisins qui ne cessent de créer des problèmes chez nous.

Voilà pourquoi, nous ne disposons rien comme information pour pouvoir suivre ces jeunes et leurs actions contre les expulsions et les déportations qu’ils disent et que nous reconnaissons qu’ils subissent présentement en république dominicaine.

Selon ce que j’ai recueilli jusqu’à présent, ce mouvement est un peu marginal mais tout semble indiquer qu’il pourra prendre un essor fulgurant dans les prochains jours et les prochains mois jusqu’à devenir un véritable mouvement révolutionnaire en république dominicaine.

D’ailleurs, plusieurs disent que ce mouvement serait financé par le président Joseph Michel Martelly lui-même qui serait très mécontent  de la façon que les dominicains le traitent dans les différents pourparlers sur le dossier des personnes noires que les autorités dominicaines sont en train d’expulser vers Haïti.

À vrai dire je veux même pas croire à ce revirement de Martelly qui serait devenu nationaliste alors que tout le monde sait que Martelly est un vrai affairiste et qu’il s’intéresse uniquement à ses propres profits.

Cependant, nous devons comprendre et penser que Martelly qui avait choisi de se calmer et de devenir plus un Homme d’État après le choix de Evans Paul comme premier ministre retrouve son naturel qui est d’être ridicule, grossier, pervers et irrespectueux peut se découvrir tortionnaire et criminel par conséquent, il peut nous emmener n’importe où il suffit que cela lui plaise et qu’il se sente heureux. C’est le malheur du pays.

Par conséquent, et si c’est vrai que martelly financerait le mouvement les morenos et les indios dominicains , ce que nous voulons douter avec force, la véritable intention de Martelly de revenir avec l’armée serait née de cette volonté  de placer sur le long de la frontière des militaires armés jusqu’aux dents soit pour contrer les forces armées dominicaines soit peut-être aussi  pour pouvoir venir en aide à ces jeunes dominicains.

Tout le monde sait que ce n’est pas dans la rage et dans la colère qu’un dirigeant doit se décider car il n’a pas de distance par rapport à ses propres décisions.

Pour ceux qui connaissent très bien martelly, un accident de l’histoire politique de Haïti mais également ils savent qu’il est incapable de penser par lui-même et pour lui-même mais pourtant, un vrai bouffon et un vrai comique qui joue magistralement bien son rôle d’amuseur public.

Par conséquent, ce n’est vraiment pas le moment pour Haïti de s’embarquer dans une logique de militarisation et donc pour créer sa nouvelle force armée. Évidemment le président martelly semble vouloir remettre sur pied son armée d’Haïti lorsqu’il a dit lors de sa visite électorale à Léogâne que bientôt en Octobre 2015 prochain il va lancer le recrutement des jeunes qui vont faire partie de cette armée.

Nous devons nous questionner sur les véritables intentions de martelly à vouloir reconstituer cette armée maintenant juste avant de laisser le pouvoir ou plutôt, juste au monment qu,il ne voudra plus laisser le pouvoir étant qu’il mène présentement tambour battant une grosse campagne partout dans le pays.

Est-ce pour supporter sa nouvelle campagne militaire dans l’Est contre ses amis dominicains ou pour appuyer les jeunes révoltés dominicains ou encore pour s’assurer de garder définitivement le pouvoir par le fait qu’il ne cédera pas vraiment le pouvoir le 7 février 2016 et en ce sens qu’il n’y aura pas vraiment des élections présidentielles?

Les paris sont donc ouverts en ce qui concerne l’issue définitive des diverses stratégies du régime des martelly et de Évans paul. Personne ne peut plus affirmer avec certitude si oui ou non le régime va céder le pouvoir tel que promis.

Cependant avec cette initiative de remettre sur pied l’armée tout semble indiquer un stratagème de la présidence haïtienne avec les dominicains pour créer une fausse crise militaire qui permettrait à martelly de garder le pouvoir en attendant la fin de la crise militaire.

Là encore de quelle crise qu’il s’agira lorsque nous pouvons clairement comprendre que ce sont les deux régimes qui l’auront créé et mise en scène.

Ainsi, cette stratégie et cette manipulation donnerait comme résultat deux situations: une première qui donnerait une certaine interprétation de la part des dominicains comme de la provocation et des menaces d’agressions de la part du régime de port-au-prince et une deuxième, celui de faire croire aux dominicains que le régime est en train de supporter la révolte à l’intérieur de la république dominicaine ce, si c’est vrai que des industriels et des commerçants haïtiens en république dominicaine sont véritablement en train de financer les jeunes morenos et les jeunes indios à l’intérieur de la république dominicaine.

De toute évidence, nous devons admettre que Haïti ne peut pas et ne doit pas présentement envisager de remettre sur pied son armée parce qu’il n’y a pas d’argent dans le pays pour financer cette grosse institution que l’on savait grugeait et absorbait plus de 60% du budget de l’État de Haïti.

D’un côté, le pays ne peut pas se permettre d’avoir une force armée de cinq à cinquante milles hommes et femmes parce que il n’y a pas l’argent nécessaire pour financer de telles dépenses;

Deuxièmement, dans le cadre du conflit diplomatique et administratif qu’il y a présentement entre Haïti et la république dominicaine cela serait mal vu et mal interprété par les puissances de la région qui verrait la mise en place d’un potentiel conflit armé pour toute la région caribéenne et latino-américaine;

troisièmement , en créant une nouvelle armée dans le pays, le Président Martelly  pencherai pour la réduction substantielle des effectifs de la police nationale de Haïti PNH ce qui aboutirait à la fâcheuse conclusion qu’il révoquera plusieurs policiers qui sont en train de faire carrière actuellement et par conséquent il pourrait créer toutes les conditions pour que ces anciens policiers se transforment en groupes de guérillas contre l’équipe de Martelly et plus particulièrement les bourgeois dans le pays.

Selon les nouvelles locales qui semblent nous parvenir concernant les personnes qui sont menacées par les dominicains et qui se réclament les Morenos et les Indios, plusieurs de ces jeunes décident de s’organiser à l’intérieur même de la République Dominicaine en vue de réclamer et de défendre leurs droits de sol à la naissance dans ce pays.

Il s’agit pour ces jeunes morenos et Indios de la Republique dominicaine le véritable moyen d’empêcher les abus et les violences qu’ils sont victimes par l’élite blanche et suprémaciste des autorités dominicaines.

Leur démarche semble répondre à une nécessité de lutter contre leurs expulsions vers Haïti, pays qu’ils disent ne pas connaître et n’avoir jamais visité depuis leur naissance.

Selon plusieurs d’entre eux, cette initiative serait encouragée par quelques industriels haïtiens, quelques commerçants haïtiens ainsi que d’autres personnes riches de santo domingo.

Et la manière qu’ils semblent s’organiser est de former des comités de cinq personnes afin de ne pas se faire identifier ou reconnaitre par des miliciens de l’armée dominicaine et, chaque membre d’un comité peut créer à son tour plusieurs autres comités de cinq membres.

Cependant, chaque comité décide lui-même quelle action mener à l’intérieur de la république dominicaine de façon indépendante les uns par rapport à l’autre.

Jusqu’à présent nous n’entendons parler d’aucune action menée par ces cellules de lutte par les morenos et les indios dominicains à l’intérieur de la république dominicaine.

Toutefois, il se pourrait que très bientôt, nous entendrons parler de ces groupes qui veulent mener des luttes et des combats à l’intérieur même de la république dominicaine en vue de défendre leurs droits qui sont bafoués et violés à l’intérieur de leur pays République Dominicaine.

Évidemment, en tant qu’analyste, nous savons que de tels mouvements d’insurection à l’intérieur de saint Domingue pourrait se déboucher sur la lutte armée avec des guérillas de Morenos et des Indios dominicains qui pourront s’attaquer aux divers intérêts de ce pays et peut-être même provoquer une certaine guerre civile à l’intérieur de la république dominicaine.

Je n’encourage aucun haïtien à aller s’impliquer dans ces luttes armées contre le racisme dominicain, ni les anciens militaires haïtiens, ni les anciens policiers ni les bandits et les jeunes qui veulent aller mettre le chaos à saint Domingue pour ne pas envenimer davantage les relations entre les deux pays dont les autorités dominicaines et haïtiennes refusent de régler en urgence le conflit qui existe actuellement.

Il est vrai que les jeunes du Movimiento de los Morenos y de los Indios dominicanos est un mouvement qui agit pour qui semble vouloir agir à l’intérieur de la république dominicaine néanmoins, l’État d’Haïti et les groupes de la société civile haïtienne doivent être beaucoup plus vigilants encore afin de mieux identifier ces jeunes révolutionnaires dominicains qui décident de faire respecter leurs droits à l’intérieur de la république dominicaine.

En fait, ce que les haïtiens doivent savoir et reconnaître c’est que tout mouvement à l’intérieur de la république dominicaine peut avoir des impacts sur Haïti et qu’il faut surveiller les différents points de passage au niveau de la frontière qui sépare les deux pays.

à suivre…

Hermann Cebert


Appel à la Solidarité entre les Haïtiens: Création d’entreprises de capitalisation, de financement et d’investissement par la diaspora?

27 juillet 2015

Le peuple haïtien s’est toujours montré solidaire au cours de son histoire et chaque famille haïtienne développe cette culture de solidarité à travers les problèmes quotidiens qu’elle résout ou qu’elle aide une autre famille à résoudre.

Au cours de notre histoire de peuple, nous savons nous montrer solidaires de nos semblables et ce fut le cas avec le peuple américain lorsque nos ancêtres avaient pris part à la guerre de l’indépendance plus partisulièrement à savannah.

Il en est de même pour le peuple vénézuélien lorsque nous leur avions apporté notre aide et assistance par l’entremise de Alexandre Pétion à Simon Bolivard. Et plus près de nous, on peut se rappeler de l’aide de françois duvalier au peuple de biafra dont une aide de un million de dollars.

Devant la situation actuelle où plusieurs de nos frères et soeurs sont menacés d’être massacrés par le peuple dominicain pour la seule raison qu’ils sont des noirs, nous devons nous montrer une fois de plus solidaires ave nos frères en leur apportant réconfort, aides et assistances.

Ce qui se passe présentement en République Dominicaine c’est un véritable nettoyage ethnique et racial que font les dominicains cependant, malgré toute cette haine raciale que nous témoigne le peuple de la république dominicaine, nous devons choisir d’utiliser cette humiliation comme une force agissante.

Non seulement pour résoudre le problème de nos frères expulsés par les dominicains de leurs territoires mais également, pour nous affirmer en vue de mettre définitivement un terme à toutes nos humiliations à travers le monde.

Par ailleurs, nous devons faire preuve d’une plus grande intelligence afin de bien orienter et bien canaliser cette aide pour qu’elle ne serve pas à renforcer ce que nous semblons combattre, celui du racisme des dominicains contre nos frères.

Voilà pourquoi, malgré toutes les urgences de l’actualité des expulsions de nos frères dominicains d’origine haïtienne nous ne devons, ni nous précipiter, ni non plus, oublier de participer à la vie active politique, économique et sociale du pays puisque, c’est peut-être également le but poursuivi par ces crises, celui de nous détourner de notre vie politique et sociale.

À ce titre. je veux croire que les groupes de l’opposition doivent, tout en apportant de façon concertée leurs collaboration et leurs implications au gouvernement en place, maintenir les pressions sur le régime en place qui n’a pas su bien gérer ce dossier et cette crise.

Le moindre relâchement pourrait nous être fatale à tous compte tenu que c’est ce régime duvaliériste et bourgeois qui avait mal négocié et mal défendu les intérêts du pays et de nos frères dominicains d’origine haïtienne.

Le président Joseph Michel Martelly s’était fait corrompre par le Sénateur dominicain Felix Bautista, Evans Paul a toujours été aux soldes des gouvernements dominicains et que ces entreprises de commerces d’art avaient toujours été des paravents, des prétextes et des prêtes-noms pour masquer ses transactions avec les dominicains, voilà pourquoi nous devons garder les yeux bien ouverts sur tous les membres de ce régime au pouvoir en Haïti.

Comment donc nous devons organiser notre solidarité avec notre pays?

Il est vrai que présentement tout le monde s’affole pour dire qu’on veut aider et que l’on veut être solidaire avec les noirs et les dominicains noirs qui sont expulsés de la république dominicaine à cause du régime raciste et de xénophobe des dominicains et de la république dominicaine, pourtant très peu proposent de solutions définitives et alternatives au sous-développement du pays.

C’est dans ce contexte et compte tenu de ce manque, que je vais tenter d’offrir certaines propositions que n’importe qui pourrait utiliser si c’est pour les réaliser au profit de la patrie commune et de nos frères de l’intérieur du pays.

Ma première proposition et plusieurs autres seront des rappels pour certain d’entre mes lecteurs étant donné que je les ai déjà mentionné dans d’autres articles publiés sur ce site néanmoins je tiens quant bien même à les rappeler question de rafraichir la mémoire de ceux qui iront pas relire ces anciens articles.

Avant tout, nous les haïtiens qui vivons à l’étranger, avons besoin d’une grande organisation capable de défendre tous les intérêts des haïtiens dans le monde et au niveau local dans tous les pays que nous vivons c’est cette organisation que j’appelle le Congrès International des Haïtiens CIH.

Avec une telle organisation, dont la portée est internationale, il est sûr que les haïtiens et Haïti se feront entendre partout dans le monde. Il y aura des embranchements partout dans le monde et elle aura de plus grandes capacités d’actions sur les gouvernements étranger et également au niveau interne de Haïti.

Ma deuxième proposition c’est la création et la constitution d’entreprises haïtiennes de capitalisation c’est-à-dire, des entreprises qui pourront collecter des placements de chaque haïtien qui voudrait que son placement se dirige vers des entreprises haïtiennes à la fois dans les communautés où vivent les haïtiens, et disponibles pour les entrepreneurs haïtiens qui cherchent des prêts pour partir leurs entreprises dans ces communautés et, un fonds qui vise à financer les entreprises haïtiennes ou toutes les autres entreprises qui veulent s’ouvrir en Haïti.

Avec ce volet de capitalisation, c’est tout le pays qui profitera d’un instrument financier capable de rendre le pays compétitif avec les autres pays.

à suivre …

Hermann Cebert


Le gouvernement de haïti et la présidence de Haïti se plient devant les arrogances des dominicains

18 juillet 2015

Le philosophe éveillé

La pensée qui dérange

Personne ne doit se douter de l’absence de volonté dont le régime Martelly-Evans Paul est en train de faire preuve actuellement dans le dossier du racisme et de violence que les dominicains sont en train d’exercer sur les noirs qui vivent sur leur territoire.

Un racisme et de la xénophobie qui vont à l’encontre de tous les normes et du droit international que chaque citoyen doit dénoncer et pour lesquels on doit exiger des sanctions contre la république dominicaine, un État voyou de la zone des Caraïbes.

C’est chaque jour que des militaires et des miliciens dominicains massacrent et dépouillent toute personne de couleur noire de leurs biens et de leurs richesses après avoir travaillé plus de trente ans de dures labeurs. Aucun touriste ne devait se rendre dans ce pays pour bien montrer à ce pays comment il viole les droits humains et en particulier les droits des noirs.

Cette crise provoquée par la république dominicaine dirigée par des extrémistes de droite qui prônent le massacre de toutes les personnes noires qui vivent dans Saint domingue santo domingo est extrêmement criminel et atroce pour tous ces expulsés.

C’est le nettoyage ethnique le plus sordide et le plus honteux que l’après de la deuxième guerre mondiale ait pu produire. Tout le monde fait silence et personne le lève le petit doigt pour dénoncer les miliciens dominicains, les militaires dominicains qui pillent les expulsés, volent leurs biens en les bastonnant et en les maltraitant.

On savait déjà que Martelly avait de gros investissements en république dominicaine et qu’il avait reçu également des fonds d’un sénateur dominicain Felix Bautista et de l’autre côté, il y a Evans Paul qui a toujours été un agent dormant de la république dominicaine.

Nous ne devons pas oublier également les stratégies de Laurent Salvador lamorthe, l’ancien premier ministre de Haïti qui s’était entendu avec les autorités dominicaines pour faire expulser nos frères qui vivent en république dominicaine depuis des décennies mais que le sort ne lui a pas permis de tirer les avantages de ces expulsions étant donné que le conseil électoral provisoire n’avait pas retenu son dossier pour gabegies administratives et pour n’avoir pas pu obtenir décharge pour sa gestion des derniers publics.

Mais la pire des choses, c’est que pour calmer le dernier mouvement de prise de conscience de Evans paul et du ministre des affaires sociales et celui de haïtiens vivant à l’étranger, Martelly et la république dominicaine ont décidé conjointement de détourner les actions du premier ministre Evans Paul en lui envoyant participer aux diverses rencontres internationales en Italie, en Suède, et aux Nations-Unies.

Nous savons que Martelly a toujours choisi d’aller lui-même participer à ces rencontres voilà que maintenant, il a cédé cette place et ce rôle au premier ministre de Haïti.

Comme je l’ai souvent mentionné, lorsque vous constaté que chef de gouvernement se met à voyager, dans le cas de Haïti bien sûr, c’est soit pour aller chercher et recevoir des ordres, soit également parce que une frange de la communauté internationale veut détourner son attention t, dans le cas de Evans Paul actuellement, je dois croire c’est pour modifier son approche vis-à-vis de la république dominicaine.

Il doit y avoir des groupes d’intérêts qui font la leçon à Evans Paul et nous devons les dénoncer parce que toutes ces manœuvres sont contre les intérêts de Haïti.

On a vu qu’on a cessé de parler de la crise des expulsés dans les médias depuis que le premier ministre est en voyage et tout le monde sait très bien qu’il était en désaccord avec le président Joseph Michel Martelly.

De ce fait, nous devons avoir de bonnes raisons de croire qu’il y a anguille sous roches. Qu’il s’agisse des autorités haïtiennes ou qu’il s’agissent du lobby dominicain, de part et d’autre, il y a du monde qui refusent de défendre les intérêts des personnes noires qui vivent à Saint Domingue et qui subissent de la violence d’État de la république dominicaine.

à suivre…

Hermann Cebert


Pourquoi les pays Occidentaux font silence sur le dossier de violation des droits de l’homme, d’expulsions massives, d’homophobie, de racisme et de génocide par la république dominicaine sur les noirs

9 juillet 2015

Le philosophe éveillé

La pensée qui dérange

Pour comprendre le silence de la communauté internationale et plus particulièrement les puissances Occidentales face au racisme, à l’homophobie, au ségrégationnisme, à l’apartheid ou encore à la xénophobie de la république dominicaine, Dominican Republic ou Republica de Santo Domingo contre toutes les personnes de couleur noire incluant les dominicains d’origine et natifs et les dominicains d’origine haïtienne, il faut l’effort de comprendre l’industrie touristique de ce pays.

En effet, les grands tenants de l’industrie touristique de la république dominicaine sont majoritairement des étrangers particulièrement des hommes et des femmes d’affaires venant et arrivant des pays développés comme la France, Le Canada, les États-Unis, la Grande Bretagne, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, le Japon, la Corée du Sud.

De plus, tous les grands opérateurs comme les agences de voyage, les compagnies de transport aériens et maritime, les consortiums de tours organisés et nolisés appartiennent tous pour les ressortissants et les citoyens de ces pays développés.

Ce qui signifie, et compte tenu de la puissance de ces grands groupes d’intérêts dans l’industrie touristique, aucun pays développé dont leurs citoyens sont impliqués dans cette industrie du tourisme de Santo Domingo ne veut se lever le petit doigt pour dénoncer les violations flagrantes du gouvernement de la république dominicaine ni non plus contre l’Élite blanche et raciste de Saint Domingue.

Du coup, avec leur silence, toutes les puissances Occidentales se cachent et refusent par ce fait de dénoncer toutes les agressions, tous les crimes et le nettoyage ethnique qui se fait présentement contre toutes les personnes noires qui vivent présentement en république dominicaine, à saint Domingue.

Évidemment, Haïti et tous les haïtiens ainsi que tous les autres personnes noires qui sont maltraitées par les policiers, les militaires et les miliciens extrémistes dominicains se retrouvent donc seuls au monde au vu et au su de la grande communauté internationale.

Naturellement, c’est comme toujours. Le système mondial c’est un système dominé par une poignée d’hommes blancs infectés par l’idéologie de l’extrême droite, autant dire que toutes ces personnes qui sont humiliées en république dominicaine confirme en quelque sorte l’état moral de ceux que l’on pourrait appeler les grands de ce monde ou les grands du monde.

Même la France qui aurait pu avoir des liens étroits avec Haïti n’ose prendre position dans cette affaire parce que ils ne sont pas concernés les français et d’ailleurs, il ont le père du racisme français Jean-Marie Le Pen qui habituellement va en république pour aller se faire bronzer sous le soleil des tropiques.

Il en est de même pour le président américain Barak Hussein Obama qui, pour ne pas se faire critiquer par l’extrême droite américaine, est obligé de garder silence concernant ces traitements inhumains à l’encontre des personnes noires qui sont nées et qui ont déjà vécues plus de 30 trente ans dans ce pays.

Il n’a vraiment pas le choix que de faire silence sinon il a peur de se faire traiter noiriste et pro les droits civiques des noirs américains qu’il a toujours préféré fermer les yeux alors même qu’il sait comment et pourquoi les noirs américains subissent des préjugés et du racisme d’une grande partie des blancs de l’extrême droite.

J’aurais pu faire la même analogie avec les autres chefs d’État du monde Occidental et les conclusions aboutiraient aux mêmes constats concernant les américains et les français.

Je préfère laisser à mes lecteurs de poursuivre cette démarche et de ne pas oublier de partager tous mes textes avec leurs amis et leurs proches sur les réseaux sociaux et plus particulièrement dans les moteurs de recherche.

Actuellement, Haïti et tous les haïtiens ont vraiment besoin de savoir qui sont leurs vrais amis, je veux parler de tous les africains qui sont sensés être nos frères, de l’Union Européenne, des Pays de l’Asie, les chinois, les Indonésiens, les Arabes, les Maghrébins, les Européens, les Australiens, les Sud Africains, les Indiens, les Russes.

Il faut que les amis de Haïti, tous ces peuples et tous les autres que je n’ai pas pu citer comprennent très bien le contexte dans lequel les dominicains décident d’expulser toutes les personnes de couleur noire de leur territoire:

Il y a cinq ans le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a dévasté tout le pays et le pays se remet à peine pour se reconstruire;

Après les coups d’État de 2004 orchestré et financé par une frange de la communauté internationale, Haïti a connu des vagues successives d’instabilité qui ont perturbé tous les fondements de la société haïtienne et que cette année, tant bien que mal et, malgré la présence d’une force onusienne dans le pays, la démocratie naissante du pays est en péril à cause de la grande famille des grandes puissances mondiales et régionales;

Malgré toutes les difficultés économiques, politiques, sociales et les déchirements qui rongent Haït, des compromis ont été trouvés et faits entre les différents acteurs politiques du pays en vue de se mettre à organiser les prochaines élections générales partout dans le pays et alors, voilà que les dominicains décident de venir fragiliser les chances de trouver une certaine stabilité à ce pays;

Déjà les chiffres donnent plus de 50 000 00 personnes sont chassées par les autorité dominicaine qui sont assoiffées de sang et du sang des personnes noires qui vivent depuis des et des décennies dans ce pays.

Toutes ces personnes sont chassées comme des animaux sauvages vers Haïti dépouillés de tous leurs biens courageusement réalisés et gagner à la sueur de leurs fronts.

Elle se retrouvent actuellement sous des tentes en cartons, en tissus sous le soleil chaud d’Haïti et menacées par la saison cyclonique qui a déjà commencé mais également, elles se retrouvent également aux côtés des victimes du dernier tremblement de terre que j’ai ci-haut mentionné ainsi que les autres personnes qui avaient été elles aussi des derniers ouragans, tempêtes et cyclones des derniers temps dont les cinq dernières années.

à suivre…

Hermann Cebert


Las manos invisibles detrás de la pobreza y el subdesarrollo en Haití: y si los dominicanos no fueron responsables leyes para expulsar a los dominicanos de origen haitiano

8 juillet 2015

Le philosophe éveillé

La pensée qui dérange

¿Qué es los líderes haitianos al menos relativamente entienden que las causas de los políticos dominicanos quiere suprimir a los dominicanos de origen haitiano en Haití? ¿Por lo menos han intentado también utilizar todos los canales diplomáticos disponibles como recursos?

Recordamos que los dominicanos han criticado el amateurismo de los dirigentes haitianos a tratar y tratan de resolver este conflicto, especialmente cuando dicen que los líderes haitianos utilizan canales informales. Lo que debe ser objeto de debates en la sociedad haitiana aún pasa desapercibido porque ‘ no hay ningún periodista a punto de la ley de los verdaderos problemas que enfrenta el país y especialmente el fracaso de la diplomacia del país.

En otras palabras, los líderes haitianos creen que una legal y la ley de la inmigración internacional, diplomático, problema puede ser resuelto mediante una llamada al presidente haitiano a República Dominicana Presidente o un ministro haitiano que se llama un ministro mientras que todo el mundo sabe las decisiones dominicanas por una legal de las instituciones, pero especialmente el órgano constitucional que puede tomar la decisión en cuestión permanente tan difícil de cambiar en el corto plazo.

Por otro lado, sabemos que todo, así como la relación entre el dominicaqins y los líderes haitianos peleando ala sin tiempo nos rappelr visitas del Presidente Martelly de la República Dominicana, o incluso que ha sido asistido conciertos beneficios para los niños dominicanos cuando había cantado con la estrella española, Julio Iglesias.

Obviamente, las primeras imágenes y primeros registros que vienen a la mente es sin duda la cantidad de dinero que habían dado los líderes dominicanos a Michel Martelly para triunfar y financiar su elección de la campaña, estas hecho han revelado por la periodista Nuria en las corrupciones de Bautista.

Del mismo modo, no pasar por alto los diversos contratos adjudicados a las empresas dominicanas, principalmente a las empresas que pertenecen al senador Bautista Dominicana. También, mientras el volumen de comercio entre la República Dominicana y Haití son crecimientos que pueden causar envidia en otros socios comerciales de Haití y la República Dominicana son los ganadores en estos intercambios.

Ante estas evidencias, tenemos que preguntarnos sobre qué causó de pronto gato montés en las relaciones entre los dos países. Esto es por qué tendríamos que preguntarnos si no había ningún otros factores, otros grupos de interés que empujaría a los dominicanos a cambiar sus políticas de inmigración contra los dominicanos de origen haitiano que conocemos, que son más rentables para la economía Dominicana.

Sin duda, recordamos los retornos masivos de esos mismos inmigrantes en 1991 bajo el gobierno de Lavalas de Jean – Bertrand Aristide, historias lo repita. Cómo irónico diría cierto desde todos los refugiados que habían sido expulsados a etaiens todos devuelta en la República Dominicana, a menos de seis meses más tarde.

Debe haber sin duda una gran y gran mano Invisible que mueve y poner los peones en el tablero de las relaciones haitiano dominicano y otra vez entre Haití y otros países que recibieron y que reciben los haitianos hogar.

Esta mano debe tener suficiente energía para permanecer en las sombras y ser invisible. Tal vez, no realmente, si nos reunimos todos los hechos y todos los eventos que se enchainnent en el proceso de deterioro de las relaciones que existen con regularidad entre los dos países y en los países que reciben regularmente los haitianos.

Para embarcarse en esta aventura, que consiste en encontrar las causas externas para el deterioro de la imagen de Haití y de todos los haitianos en el mundo, debemos recordar que ningún país vive en un vacío, y un problema a menudo puede tener causas externas. Por lo tanto, puede ser causada por diversos intereses tanto por enemigos internos que por los enemigos externos.

Sin embargo, en nuestra realidad de personas, nuestros enemigos son muchas y variadas. Están dentro de nuestras fronteras, están en nuestras fronteras y están más allá de nuestras fronteras. Además, sin embargo amigos que observar y que nos proteja como lo conocemos y sabemos donde nuestro interés para mejor identificar quienes son nuestros amigos y quienes son nuestros enemigos y sobre todo, saber donde, cuando, cómo y por qué hacer llamamiento a ellos para que nos ayudan a proteger contra nuestros enemigos.

Dicho esto, uno se pregunta si el actual gobierno de Haití se hizo consciente, de una manera formal, el presidente estadounidense y la administración americana en general del deterioro de la situación de los haitianos en el mundo. Saben las autoridades de Haití si los estadounidenses respaldar estas persecuciones contra haitianos porque se revuelva y causar problemas adicionales en Haití y los haitianos.

Tal vez el país tiene un enemigo común con la administración estadounidense y los Estados Unidos en general por tanto como los americanos tienen todos los medios necesarios para descubrir a los enemigos que podrían esconderse detrás de estas persecuciones.

Desde el punto de vista diplomático, los dirigentes de Haití deben entender que hay varias maneras de ver y considerar a los americanos, pueden ver el lado desagradable de los estadounidenses que califican a menudo mal estar siempre detrás de todos nuestros males, o mejor dicho, el poderoso hermano que puede ayudar a nosotros o que siempre quiere ayudarnos, pero somos incapaces de entender.

Quiero creer en el caso de las diversas persecuciones que experimentamos ahora, los americanos son grandes – hermano que deberíamos haberlo hecho antes de apelar incluso a tomar todo tipo de iniciativas contra las medidas adoptadas por los dominicos, bahameses, brasileños y canadienses como tal, son inocentes en estas situaciones que ferocidad y fueron capaces de descubrir los agitadores demasiado tarde para evitar que.

A nivel regional, podemos ver que varios países de América del Sur como Venezuela, la Argentina, el Brasil dificultades económicas y el comercio las tensiones internas que agita o levantamientos de sus poblaciones. Al mismo tiempo, también estamos viendo que varias medidas y sanciones adoptadas contra el Rusia y el Irán mientras que el precio del petróleo ha roto repentinamente en el mercado internacional como si todas estas situaciones no tendrían vínculos entre ellos como presentamos los principales medios de comunicación.

Obviamente, nosotros no podemos descuidar los efectos de la crisis de Crimea y el apoyo de los rusos para la independencia ucraniana como una de las principales causas de las diversas sanciones contra Rusia, ni tampoco la arrogancia rusa en la dependencia de los países de Europa en el petróleo y el gas ruso como causa de la caída en el precio del petróleo en el mercado internacional y externo sin embargo , esta menos importancia para los países occidentales que la posesión por parte de Irán de la central nuclear de la bomba así como tal posesión probablemente totalmente redefinir el orden mundial con un super poder de cierre Irán y Oriente Medio.

De estos resultados podemos ver claramente los vínculos que existen entre todos los países que experimentan crisis económicas, financieras y política son todos los países que apoyan la Irán incluyendo Venezuela, la Argentina y el Brasil que apoyan la creación del estado de Palestina, sino también y sobre todo, los países amigos del Irán.

Internamente, en Haití, tenemos un gobierno haitiano que se dettache totalmente de la comunidad judía para acercarse a la comunidad haitiana de árabe que no ayuda para el país cuando sabemos lo que es la fuerza de los grupos del lobby Judío en el mundo y específicamente en los Estados Unidos y Europa y significado el gobierno haitiano podría entender con líderes judíos Haití para negociar con varias grandes instituciones financieras internacionales, así como las que lidiar con la inmigración y los derechos humanos en el mundo así que por el contrario, usar a los árabes Haití para negociar a nuestros intereses con los países árabes. Este iba a ser la política de Haití ca internacional y diplomática.

a seguir…

Hermann Cebert


Crisis entre Haití y la República Dominicana: la parte inferior de esta crisis

7 juillet 2015

Le philosophe éveillé

La crisis que actualmente se encuentra deteriorada entre la República Dominicana y Haititend a ser cada vez más irracional y apasionado empuje a extremistas de derecha y anti noiristes y extranjeros contra dominicanos y los haitianos extremistas de izquierda para conducir a ambos países a una guerra étnica entre estos dos pueblos. A ambos lados de la frontera que separa los dos países tenemos dos presidentes y dos gobiernos oportunistas e incompetentes que racial ciertamente siempre existen entre estos dos pueblos y principalmente mantenido y promovido por dos elites de ambos países que funcionan incorrectamente y servilmente dos grandes pueblos que habitan la isla. Mientras tanto las potencias como Estados Unidos, la Francia y el Canadá coloniales e imperialistas derivan ganancias comerciales de esta crisis.

Pasión por esta crisis pone en peligro la supervivencia y la existencia de estos pueblos dos Dominicana y haitiana con la posibilidad de invasión de los dos países por los Estados Unidos que permitiría que el poderoso vecino también invadir Cuba. Este deseo de dominación de los americanos es un viejo sueño americano que siempre ha considerado los países del Caribe como su curso posterior. Además está también en la lógica de los americanos, franceses y canadienses etc, una continuación de una política de destrucción de la infraestructura económica y comercial de estos dos países el valor de su comercio gira en torno a más de $ 4 billones.

Lejos de considerar el vilipendio de la campaña de imagen y boicoteando los productos de estos dos países que gente de estos dos países participan actualmente en forma apasionada, los líderes deben llegar para ponerse de acuerdo rápidamente solucionar sus diferentes hasta que tienen cómplices de la anexión de su país en los Estados Unidos. La razón debe triunfar sobre esta crisis inducida, planificado y orquestado por el gran poder con el apoyo de los medios de comunicación y las élites gobernantes de ambos países.

La República Dominicana es reconocida internacionalmente por el país-burdel donde los haitianos, americanos, canadienses, europeos y los turistas del mundo bajan a consumir prostitución si prostitutas a dominicanas mujeres o prostitutas a dominicanos hombres. Este lado desordenado se remonta a principios de los años treinta, donde el ex Presidente de la República Trujillo, (quien había llevado a cabo la masacre y el exterminio de más de 30 000 dominicanos y haitianos), seguido por sus sucesores los dominicanos había hecho blanqueamiento étnica de las prostitutas mujeres de población de este país por llevar blanco de España contra la expansión y multiplicación de la gente negra de este país. Era una visión étnica blancomane y reasentamiento caucásica de la República Dominicana que dura para siempre.

Además de ser un pueblo de prostitutas, hombres y mujeres, los dominicanos son también un pueblo de soûlards y borrachos con muy poco interés por las cosas del espíritu donde unas cuentas elite blanco de todas las riquezas del país. Asimismo, en la República Dominicana, tradicionalmente, dominicanos hacen nunca identificado ellos mismos como negro en el sentido de que ellos mismos son siempre de los Indios, una forma de nativos enlaces no histórico y real con los primeros pueblos aborígenes que vivían en la isla antes de la llegada de los colonizadores españoles que habían exterminado para categorizar e identificar origen dominicano negro haitiano y africano con el único propósito para diferenciar a los haitianos y cualquier persona de raza negra viviendo en la República Dominicana.

Además, debe recordarse que los dominicanos todavía atestiguan un gran profundo y visceral odio contra los haitianos en particular debido a lo que llaman la ocupación de su país por los haitianos durante el período 1804 a la fecha de 1843 marca la proclamación de la independencia deHaití, la isla de Haití. Contrariamente a esta visión y esta lectura errónea de hechos y gobierno haitiano acontecimientos históricos de toda la isla que los haitianos han arrebatado independencia al precio de su sangre, de sus vidas, su coraje y su voluntad poderosa, el pueblo dominicano ha sido engañado por sus elites intelectuales y económicas que siempre había demostrado una cierta nostalgia por el antiguo colonial del régimen y el esclavo que habían derrotado a los haitianos.

Para el más allá del racismo vergonzoso que testimonian los dominicanos contra los dominicanos de africanos y origen haitiano viven en la República Dominicana y también más allá de las políticas de caucásico repoblación de República Dominicana creado y operado con mujeres prostituidas que vinieron de España, la actual crisis en las relaciones de Haití y República Dominicana, con la decisión de la corte constitucional dominicano quien emitió nacionales ilegales y no todos dominicanos de Haití y origen africano que viven en la República Dominicana esta relativos y que se remonta a las familias que viven en este país desde 1929, la huella de los intereses de las potencias imperialistas como el Francia, Estados Unidos y Canadá por mencionar que aquellos cuyos gobiernos haitianos y dominicanos fueron manejados y logran torpemente como los líderes de estos dos países, Haití y la República Dominicana, son los verdaderos aficionados de la puerta.

De hecho, lo que debe ver y entender en esta crisis es la explotación excesiva en el primero de dos realidades que afectan a la gente de República Dominicana y Haití. La realidad primera es el racismo y prejuicios que la élite Dominicana ha alimentado, alimentados y financiaron contra los objetivos del pueblo haitiano ocultar la dominación de clase existente en ambos países. Así en estos dos países, hay minorías oligárquico que poseen toda la riqueza de estas minorías son las minorías que explotan en condiciones de servidumbre así sus poblaciones. La segunda realidad refiere a la distribución y la distribución de la riqueza injusta en estos dos países. En este nivel en ambos países, las clases dominantes representan el todo sin el no compartir con los menos afortunados clases de trabajo. Las masas dominicanas y haitianas que viven en condiciones de miseria extrema mientras Haití y República Dominicana tienen suficiente riqueza para desarrollar y hacer más justo socialmente, económicamente y socialmente estas dos poblaciones aún de participación y otros en ambos lados de la frontera entre estos dos países hay minorías que explotan brutalmente a sus poblaciones.

Un segundo aspecto significativo en la comprensión de esta crisis en las relaciones entre la República Dominicana y Haití es sin duda el aspecto económico en cuestiones económicas o intereses económicos importantes en el momento de las grandes potencias imperialistas como el Francia, Estados Unidos,Europa y Canadá con respecto a la repentina prohibición de productos avícolas importados por los haitianos desde la República Dominicana. Manera evidente, desde el terremoto del 12 de enero de 2010, las principales potencias imperialistas descubrieron el peso de las exportaciones dominicanas a Haití, o valor de intercambio más beneficiosos a los dominicanos $ 3 a 4 billones. Sin embargo, una cuota de mercado este gran valor, ha atraído así desarrollado el voraz apetito de las grandes potencias mencionadas por empuje desarrollados nuevas estrategias de conquista y la invasión de este mercado muy lucrativo que representa el consumo de los hogares haitianos.

Sin embargo, las grandes potencias llevan a cabo la destrucción de las relaciones de amistad, las relaciones políticas, étnicas, con el único propósito de destruir irreversiblemente armoniosas las relaciones comerciales que tienen hasta el momento que existió entre estos dos países ignorados por los principales intereses de las potencias imperialistas. Para aclarar el proceso de destrucción de las relaciones comerciales entre Haití y la República Dominicana, hay que recordar varios eventos donde crisis intentos han fracasado ya trastornado las relaciones diplomáticas y comerciales entre los dos países, es la cuestión de la financiación de las elecciones del Presidente de Haití, Joseph Michel Martelly por un senador y empresario Dominicano denunció por periodista Muria; Es también los sobornos pagados por este mismo senador a los líderes haitianos, así como los diversos contratos que ha beneficiado a la compañía de la senadora en reconstrucción tras terremoto de 2010. Recordamos también los valses diferentes de seducción y cargos relacionados, incluyendo a los líderes de estos dos países habían demostrado para mentir y engañar a sus respectivas poblaciones. No hace mucho fue la participación del presidente haitiano, Joseph Michel Martelly en un teletón para recaudar dinero para organizaciones dominicanas. Aún más, también puede recordar la supuesta conspiración y el desmantelamiento de la red que pretende dar un golpe de estado contra el Presidente de Haití. En realidad lo que usted debe recordar estos acontecimientos es que por más de dos años, los dos gobiernos fueron buen año para acordar juntos en la protección de unos a otros con objetivos precisos para permitirles mantener su régimen autoritario que intentan estructurar e imponer sus respectivas poblaciones.

En otras palabras, el régimen régimen de Martelly y Danillo, el deterioro de las relaciones comerciales entre los dos países es beneficioso porque esto les permite sobrevivir e imponer la dictadura que se quiere construir en sus respectivos países. Y para las grandes potencias imperialistas, será también las oportunidades de negocio que les permita vender sus armas, así como sus productos donde siempre estará que el pobre siempre pagará el precio.

Sin embargo, hay diferentes medidas adoptadas por estas potencias imperialistas a causa de este conflicto en particular, la publicación de informes y estudios sobre la calidad de las exportaciones dominicanas a Haití. Me he puesto en duda y duda aunque los dominicanos intencionalmente podrían contaminar los productos que exportan a Haití dada el valor de estas exportaciones es 3 a 4 billones de dólares que derivan de estos intercambios. Sin embargo, soy de opinión que la carga de productos dominicanos la intención o fue específicamente como objetivo la destrucción de las relaciones comerciales entre los dos países en beneficio de la gran conocido que había llegado a ser más agresivo en el intercambio comercial con los países del Caribe.

Desafortunadamente, ambos lados de la frontera, los gobiernos de Haití y Dominicana se comportaron mal en la gestión de la crisis comercial de los productos de aves de corral. Por un lado el gobierno de Haití ha sido demasiado rápido en sus decisiones para prohibir todos los productos dominicanos sin distinción de comerciantes haitianos que viven básicamente de estos comerciales, ni sin tener en cuenta los agricultores haitianos en la República Dominicana teniendo en cuenta que la mayoría de las empresas exportadoras a Dominicana pertenece a empresarios haitianos que se establecieron en el país, particularmente en los años 1986 y 1990 vio el gran período de inestabilidad frente a Haití con el coup d ‘ état financiado y orquestado por las cinco familias más ricas de Haití y República Dominicana los gobiernos que tuvieron éxito uno otro y sobre todo apoyado por las potencias internacionales.

Además de las causas actuales y los intereses de las Potencias imperiales y coloniales de la actual crisis entre la República Dominicana y la República de Haití, refieren a la forma en que los Estados Unidos procedió a destruir la producción agrícola en Haití en la década de 1980, con la destrucción de la producción de cerdos y ganado en este país. De hecho, fue bajo la dictadura de Jean-Claude Duvalier que los americanos habían sido de estudios falsos sobre la supuesta enfermedad de cerdos Criollo haitiano.

Los estadounidenses que habían destruido los cerdos Criollo haitiano dirigido para exportar su producción de cerdos a Haití, pero para ello, publicaron estudios falsos que funcionarios haitianos no habían tomado el control de problemas y analizar antes de entender el interés comercial ocultado de estadounidenses cuyo objetivo era destruir la producción agrícola del país y especialmente la construcción de la dependencia agrícola y alimentaria del país hacia la economía agrícola norteamericana.

Actualmente, la carga de los productos dominicanos parece revelar a los mismos intereses que estaban detrás de la destrucción de la producción agrícola en Haití. La única diferencia con hoy es el objetivo de grandes potencias coloniales imperialistas esta vez a destruir no sólo las relaciones cuando bien incluso armoniosa que prevalece entre Haití y la República Dominicana. Los gobiernos de los dos países si quieren bien y los intereses de sus países deben ser conscientes de que el deterioro de la crisis entre los dos países finalmente destruirá las economías de los dos países en beneficio de las grandes potencias como el Canadá, la Francia y los Estados Unidos así como la venezolana.

Para hacer esto, tomará lo antes posible restaurar y regular las relaciones entre los dos países mediante la eliminación de comercio prohibiciones, dejando ejemplos les mutuales comprometidos a través de international que son perjudiciales para sus imágenes, anulación de las decisiones adoptadas contra los dominicanos de africanos y origen haitiano viven en la República Dominicana, y finalmente a cesar la construcción de la gran muralla de la vergüenza que los ciudadanos de los dos países están construyendo todos los a lo largo de la frontera que separa los dos países.

¿Por qué esta invitación para el mea culpa por parte de los gobiernos de estos dos países? Mi razonamiento se basa en los siguientes hechos: por un lado, en el plan de economía agrícola e industrial de Haití y de la producción haitiana es muy insuficiente para satisfacer la demanda interna de consumo debido a la falta de infraestructura e inversión en la producción de bienes en el país desde las élites haitianas siempre han cambiado los sectores agrícolas e industriales en beneficio de la economía comercial de las opciones de importación; una guerra o una política de expulsión y exterminio de los dominicanos de africanos y origen haitiano por las autoridades dominicanas tendrán consecuencias negativas en la industria del turismo dominicano porque enviar varios turistas que generalmente vienen en la República Dominicana dejará de ir en este país dados los peligros que corren en un país en guerra y que tienen probabilidades de ser víctima de actos terroristas. Además, otros destinos turísticos tales como Cuba, Jamaica, Puerto Rico, etc. serán los ganadores del deterioro y la degradación de la situación entre estos dos países; Finalmente y no el hecho último que estructura mi razonamiento, debe recordar que Haití y República Dominicana y Cuba siguen en línea de la vista y los intereses de los estadounidenses en consecuencia, conflicto armado o una masacre de haitianos por la población Dominicana, dejaría no potente americano vecino inactivo bajo su imperial a lo largo de la misión de la región y todo indica que los estadounidenses podrían beneficiarse de una crisis entre Haití y la República Dominicana para invadir y ocupar toda la isla por supuesto política de la separación étnica y la exclusión de las dos poblaciones de la isla.

Le philosophe éveillé


La république dominicaine expulse, assassine, dépouille vole et massacre les noirs sur leur territoire: Le silence ou la complicité des dirigeants des pays dits amis de Haïti

25 juin 2015

Photo de Jojo Charles.

Généralement on admet l’idée qui ne dit rien consent. En effet, avec le silence dont font preuve les principaux dirigeants du monde sur la façon raciste que les dominicains traitent les noirs sur leur  territoire, on peut attribuer cela à une participation et à une complicité des différents dirigeants du monde.

Évidemment, cette attitude de la communauté internationale vis-à-vis de Haïti et de touts les haïtiens n’est pas une chose nouvelle puisque depuis la naissance du pays en 1804.

Cette communauté internationale a toujours ignoré le pays des premiers hommes noirs libres du monde ce qu’il s’agisse des puissances de l’époque comme la France qui a fait payer à la jeune république noire des sommes colossales pour son indépendance, ce qui a également causé tous ses retards sur le plan économique et social.

Qu’il s’agisse des États-Unis qui n’a pas vu de bon œil cette affirmation à cause de leur système esclavagiste par lequel reposait toute leur prospérité ainsi que toute la structure et toute la charpente de qui qui allait conditionner leur puissance actuelle.

Les Anglais et les Espagnols non plus n’ont pas aidé ni favorisé l’affirmation de cette nouvelle nation étant donné que toute leur puissance et toute leur richesse dépendaient de l’esclavagisme dont Haïti venait de se libérer. Autrement dit, le silence actuel de la communauté internationale vis-à-vis de ce qui se fait contre les noirs en république dominicaine est et doit être considéré comme l’acceptation de cette communauté internationale.

Pourtant, ils savent très bien ce qui s’en vient contre les haïtiens et contre toutes les personnes noires vivant à Saint-Domingue, c’est un massacre, un génocide contre les personnes de couleurs qui vivent depuis plusieurs décennies dans ce pays.

Photo de Jojo Charles.

Les dominicains et le gouvernement dominicain chassent les noirs pour pouvoir voler leurs biens, leurs richesses voilà pourquoi, ils les expulsent sans que ces derniers aient le temps de ramasser leurs biens personnels, ou vider leurs comptes en banque alors que tous ces biens seront volés par les membres du régime en place et surtout des fonctionnaires du gouvernement dominicain.

À côté  de cette catastrophe dont les dirigeants et le peuple dominicain sont responsable contre le peuple haïtien et les noirs qui sont nés sur le sol dominicain, il ne faut pas ignorer les autres intérêts politiques et économiques que la république dominicain, un état raciste, homophobe et du nazisme que les puissances internationales ont et partagent en commun avec la république dominicaine, c’est de pousser Haïti et les haïtiens à l’extrême solitude afin de les forcer à renoncer à la démocratie naissante et aux biens et aux richesses minières que possède le pays.

C’est donc cette combinaison d’intérêts que partage les dominicain avec le reste du monde qui cause tout le silence actuel de toute la communauté internationale.

Alors que ce sera cette même communauté internationale qui est aveugle sur les atrocités que subissent les haïtiens et les noirs en république dominicaine qui mettra les bâtons dans le dos de toute la nation haïtienne pour ne faire assez en vue d’établir et d’instaurer la démocratie et les valeurs libérales et capitalistes dans le pays.

Pourtant, il suffirait que le président américain, le président français ou le premier ministre espagnol ou anglais se lève le petit doigt pour que la république dominicaine cesse ces agressions et ces crimes contre les haïtiens.

Mais non, on ne veut pas faire ce genre de chose pour les haïtiens, c’est le peuple le plus pauvre de la planète, on ne peut rien changer en Haïti et tout ce que on pourrait essayer va échouer, donc, il faut laisser les dominicains assassiner ces noirs puisque de toute façon ce ne sera pas un crime contre l’humanité et cela n’a jamais été le cas avec les massacres de 1937.

Et, pourtant, bien sûr, après coup, surtout après que les dominicains auront finis de tuer, humilier, voler, piller les personnes de couleur noire sur leur territoire, c’est cette communauté internationale passive et permissive qui parlera  de génocide comme ce fut le cas le Rwanda, mais qui avait fermé les yeux alors qu’ils pouvaient  arrêter ce génocide au tout début.

En fait, le complot de l’international et de la république dominicaine c’est de créer le chaos en Haïti afin d’empêcher la réalisation des élections démocratiques dans le pays afin de provoquer la guerre civile entre les haïtiens et du coup permettre au régime Martelly-Evans paul d’instaurer la dictature bourgeoise dans le pays.

Qu’il s’agisse du démantèlement de l’armée que la communauté internationale avait poussé jean-bertrand aristide à réaliser ou qu’il s’agisse du manque d’effectif de la police nationale, ou encore le refus du régime macoute boubou macoute martelly ert de laurent salvadort lamothe à ne pas organiser les dernières élections ou les commandes de la maison blanche pour qu’il y ait un seul tour et des élections générales c’est tout un cocktail bien huilé et bien planifié contre la volonté du peuple haïtien.

Photo de Jojo Charles.

 Et qui pis est, 28 juillet 2015 approche, cent ans de colonisation américaine et de politique de misère en Haïti, avec les complicités de la bourgeoisie et du pouvoir en place, les américains vont arriver avec le reste de la communauté internationale comme des sauveurs pour libérer le pays de ses dictateurs et de l’ennemi dominicain, la nouvelle occupation commémorative du 100 ans de colonisation et d’influence américaine. , notre sort sera et donc est joué.

à suivre…

 Hermann Cebert


Déclaration du maire de Montréal sur le racisme de la République dominicaine contre les noirs et les dominicains d’origine haïtienne

25 juin 2015

MONTRÉAL, le 23 juin 2015 /CNW Telbec/ – Le maire de Montréal, l’Honorable Denis Coderre, a déclaré ce qui suit relativement à la déportation potentielle et imminente de centaines de milliers de personnes d’origine haïtienne et nées en République dominicaine :

« En tant que maire de Montréal, je suis outré par la dépossession illégale et immorale et la déportation potentielle de centaines de milliers de personnes d’origine haïtienne nées en République Dominicaine, parmi elles un grand nombre d’enfants.

Montréal a une longue histoire de mobilisation de ses citoyens face à l’injustice grave, notamment dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. Mon administration a fait une priorité du Vivre ensemble et je demande donc au gouvernement du Canada de condamner les processus administratifs, législatifs et juridiques de la République Dominicaine qui ont pour conséquences de mettre directement en péril – en violation du droit international – les droits de centaines de milliers de personnes en les plaçant à grands risques d’être déportées arbitrairement.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a ciblé les conséquences potentiellement dévastatrices de ces actions. En tant que maire de Montréal, une ville diverse et inclusive pour tant d’immigrés, je réaffirme notre engagement envers les droits de la personne et j’appelle à une résolution immédiate, juste et humaine de cette grave escalade, en conformité avec le droit international. Cette demande reflète la position de nombreux organismes régionaux et internationaux qui ont exprimé l’urgence de la situation et leur désir de fournir l’assistance et l’expertise nécessaires ».


SOURCE: Ville de Montréal – Cabinet du maire et du comité exécutif

Renseignements : Catherine Maurice, attachée de presse, Cabinet du maire et du comité exécutif, 514 346-7598


La famille Martelly investit en Espagne: plus de 300 millions de dollars seraient investis en espagne par les martelly

11 juin 2015

Plusieurs parmi nous se demandent pourquoi les membres de la famille martelly sont si silencieux depuis ces derniers mois puisqu’on ne les entend presque plus. De même Joseph Michel martelly, le président de Haïti, est devenu plus sage depuis qu’il s’est mis à lire mes textes et, dans ses sorties publiques et il a même cessé de parler et de dire quel candidat il compte conseiller le peuple de voter.

Bien entendu, tout le monde sait que martelly profite actuellement, pendant que tout le monde a les yeux tournés vers les élections, pour s’enrichir et piller les fonds publics alors même que plusieurs dirigeants européens le bousculent et l’encourage à garder le pouvoir dans le but d’imposer une dictature dans le pays.

Il est vrai que les bruits faisaient écho que le fils ainé de martelly, Olivier Martelly serait en instance de divorce avec sa femme qui semble se réfugier à Miami avec leur bébé compte tenu de certaines solitudes qu’elle vivait surtout le soir à cause de Olivier qui continue de sortir dans les boîtes de Pétion-ville pour aller fêter avec ses amis.

Les dernières informations qui m’arrivent semblent indiquer que loin d’être silencieux, Olivier martelly serait le plus grand investisseur haïtien en Espagne avec des montants d’investissement qui seraient de l’ordre de 300 millions de dollars américains.

Toujours selon cette rumeur, Olivier martelly aurait investi dans l’immobilier en espagne vu que l’espagne regorge de maisons abandonnées qui ne peuvent pas être vendues à cause de la crise économique qui continue de fragiliser l’économie espagnole. 

Comment se fait-il que la famille martelly trouve de l’argent pour investir à l’étranger si tel est vraiment le cas, pendant que le pays crève et qu’il nous manque d’argent pour organiser nous-mêmes les élections générales dans le pays. Qu’est-ce que les martelly font pour avoir autant d’argent à investir dans les pays étrangers.

J’espère au moins que martelly aura sollicité les membres de l’union Européenne à prendre des décisions contre la république dominicaine dans le dossier raciste des dominicains contre les dominicains d’origine haïtienne.

De même, j’espère qu’à son retour au pays il mettra en branle un programme de boycotte contre la république dominicaine en invitant toute l’opinion internationale à l’aider à lutter contre les agissements des dominicains qui visent à créer de linstabilité en Haïti.

En fait martelly doit comprendre la nécessité de changer le ministre des affaires étrangères qui n’est toujours pas capable de défendre les intérêts du pays.

IL aurait dû faire savoir aux dominicains qu’ils sont en train de menacer la zone des caraïbes en refoulant les dominicains d’origine haïtienne.

Tout comme il aurait fait savoir à ces derniers qu’il comptait mettre fin aux importations haïtiennes de la république dominicaine s’ils ne peuvent pas négocier des délais raisonnables de régulation de ces sans-papiers menacés d’expulsion.

Quiconque aurait des photos des maisons achetées par la famille martelly en espagne est prié de me les faire parvenir.

à suivre…

Hermann Cebert

 


Les mains invisibles derrière la misère et le sous-développement en Haïti: Et si les dominicains n’étaient pas responsables des lois pour expulser les dominicains d’origine haïtienne

3 avril 2015

Est-ce que les dirigeants haïtiens comprennent au moins relativement bien les causes de la volonté des politiciens dominicains à vouloir refouler les dominicains d’origine haïtienne vers Haïti? Est-ce qu’ils ont au moins essayé également d’utiliser toutes les ressources disponibles comme voies diplomatiques?

Nous pouvons nous rappeler que les dominicains ont critiqué l’amateurisme des dirigeants haïtiens pour traiter et essayer de régler ce conflit surtout, lorsqu’ils disent que les dirigeants haïtiens utilisent les circuits informels. Ce qui aurait dû faire l’objet de débats dans la société haïtienne est pourtant passé inapperçu parce que’il n’y a aucun journaliste d’enquête capable de pointer du droit les vrais problèmes auxquels fait face le pays et plus particulièrement les manquements de la diplomatie du pays.

Autrement dit, les dirigeants haïtiens pensent qu’un problème légal  et diplomatique, du droit international des immigrants, peut être résolu par un appel du président haïtien au président dominicain ou un ministre haïtien qui appelle un ministre dominicain alors que tout le monde sait que les décisions dominicaines sont prises par une institutions légale mais surtout l’organisme constitutionnel qui peut rendre la décision en question permanente donc difficile à modifier sur le court terme.

Par ailleurs, nous savons tout aussi bien que les relations entre les dirigeants dominicaqins et les dirigeants haïtiens battaient de l’aile sans pour autant nous rappelr les visites du président Martelly en république dominicaine voire qu’il ait été assisté à des concerts bénéfices pour les enfants dominicains lorsqu’il avait chanté avec la vedette espagnol, Julio Iglesias.

Évidemment, les premières images et les premiers dossiers qui nous viennent à l’esprit c’est sans nul doute les montants d’argent que le dirigeants dominicains avaient donné à Michel Martelly pour réussir et financer sa campagne électoral, ces fait ont été révélés par la journaliste Nuria  sur les corruptions de Bautista.

De même, il ne faut pas négliger les différents contrats accordés aux compagnies dominicaines, principalement aux compagnies qui appartiennent au Sénateur dominicain Bautista. Tandis que également, les volumes d’échanges entre la république dominicaine et Haïti connaissent des croissances qui peuvent provoquer l’envie chez les autres partenaires commerciaux de Haïti et que les dominicains sont gagnants dans ces échanges.

Devant ces évidences, nous devions nous questionner sur ce qui a provoqué subitement des revirements dans les relations entre les deux pays. Voilà pourquoi nous aurions dû nous demander s’il n’y avait pas d’autres facteurs, d’autres groupes d’intérêts qui auraient pousser les dominicains à changer leurs politiques d’immigration contre les dominicains d’origine haïtienne que nous savons, qu’ils sont économiquement plus rentables pour l’économie dominicaine.

Très certainement, nous nous rappelons des retours massifs de ces mêmes immigrants en 1991 sous le gouvernement Lavalas de Jean-Bertrand Aristide, l’histories se répète donc. Quelle ironie diraient certains puisque tous les réfugiés qui avaient été expulsés s’étaiens tous retournés en république dominicaine moins de six mois plus tard.

Il doit y avoir sans nul doute Une grande et Grosse Main Invisible qui déplacent et qui placent les pions sur l’échiquier des relations dominicano-haïtiennes et encore entre Haïti et les autres pays qui ont reçu et qui reçoivent des haïtiens chez eux.

Cette main doit avoir assez de pouvoir pour rester dans l’ombre et se faire invisible. Peut-être, pas vraiment, si nous réunissons tous les faits et tous les événements qui s’enchainnent dans le processus de détérioration des relations qui existent régulièrement entre ces deux pays et dans les pays qui reçoivent régulièrement les haïtiens.

Pour nous lancer dans cette aventure qui consiste à trouver des causes externes à la détérioration de l’image de Haïti et de tous les haïtiens dans le monde, nous devons retenir qu’aucun pays ne vit en vase clos et, un problème rencontré peut souvent avoir des cause externes. Par conséquent, il peut être provoqué par des intérêts divers à la fois par des ennemis internes que par des ennemis externes.

Or dans notre réalité de peuple, nos ennemis sont multiples et divers. Ils sont à l’intérieur de nos frontières, ils sont à nos frontières et ils sont au delà de nos frontières.  Par ailleurs, nous avons en revanche des amis qui nous observent et qui nous protègent que nous connaissons et que nous ignorons d’où notre intérêt à mieux identifier ceux qui sont nos amis et ceux qui sont nos ennemis et particulièrement, bien savoir où, quand, comment et pourquoi faire appel à eux pour nous aider à nous protéger contre nos ennemis.

Cela étant dit, on peut se demander si le gouvernement  actuel de haïti avait mis au courant, de façon formelle, le président américain et l’administration américaine en général de la détérioration de la situation des haïtiens dans le monde. Est-ce que les autorités haïtiennes savent si les américains cautionnent ces persécutions contre les haïtiens parce qu’ils voudraient brasser et provoquer des problèmes supplémentaires à Haïti et aux haïtiens.

Peut-être que le pays a un ennemi commun avec l’administration américaine et ou les États-Unis en général d’autant que les américains ont tous les moyens nécessaires pour découvrir les ennemis qui pourraient se cacher derrìère ces persécutions.

Du point de vue diplomatique, les dirigeants haïtiens doivent comprendre qu’il y a plusieurs façons de voir et de considérer les américains, ils peuvent voir le côté méchant des américains qui sont souvent qualifiés de façon abusive d’être toujours en arrière de tous nos malheurs ou plutôt, le puissant grand-frère qui peut nous aider ou qui veut toujours nous aider mais que nous sommes incapables de comprendre.

Je veux croire dans le cas des diverses persécutions que nous subissons présentement, que les américains sont le Grand – frère auquel nous aurions dû faire appel avant même de prendre toutes sortes d’initiatives contres les mesures prises par les dominicains, les bahaméens, les brésiliens et les canadiens de ce fait, ils sont innocents dans ces situations qui nous malmènent et qu’ils ont pu découvrir les agitateurs trop tard pour les empêcher.

Au niveau régional, nous pouvons constater que plusieurs pays de l’Amérique du Sud comme le Vénézuéla, l’Argentine, le Brésil connaissent des difficultés économiques et commerciales qui agitent les tensions internes voire des soulèvements de leurs populations. En même temps, nous constatons également que plusieurs mesures  et sanctions sont prises contre la Russie et l’Iran alors que le prix du pétrole a été cassé subitement sur le marché international comme si toutes ces situations n’auraient pas des liens entre eux comme nous le présentent les grands médias de masse.

Évidemment, nous ne pouvons pas négliger les effets de la crise en Criméé et le support des russes aux indépendantistes Ukrainiens comme l’une des principales causes des diverses sanctions contre la Russie, ni non plus les arrogances russes en matière de la dépendance des pays de l’Europe vis-à-vis du pétrole et du gaz russe comme causes externes et importantes de la baisse du prix du pétrole sur le marché international cependant, tout cela a moins d’importance pour les pays Occidentaux que la posséssion par l’Iran de la bombe Nucléaire autant qu’une telle posséssion risque de redéfinir complètement l’ordre mondial avec un Iran super puissance du proche et du moyen orient.

À partir de tous ces constats on peut voir clairement les liens qui existent entre tous les pays qui subissent des crises économiques, financières et politiques sont tous des pays qui supportent l’Iran dont le Vénézuéla, l’Argentine et le Brésil qui appuient la création de l’État de la Palestine mais aussi et surtout, qui sont des pays amis de l’Iran.

À l’interne, en Haïti, nous avons un gouvernement haïtien qui se déttache complètement de la communauté juive pour se rapprocher de la ommunauté arabe haïtienne ce qui n’aide pas les choses pour le pays lorsque nous savons quelles est la force des groupes de lobby juif dans le monde et plus particulièrement aux États-Unis et en Europe et en ce sens, le gouvernement haïtien aurait pu comprendre d’utiliser les leaders juifs haïtiens pour négocier avec plusieurs grandes institutions financières internationales ainsi que celles qui s’occupent des droits de l’homme et de l’immigration dans le monde alors que à l’inverse, utiliser les arabes haïtiens pour négocier nos intérêts avec les pays arabes. Ce devait être ça une politique internationale et diplomatique de Haïti. à suivre…

Hermann Cebert


Le Président Joseph Michel martelly ne demandera pas au gouvernement Dominicain de respecter les droits de Haïti et des Haïtiens en République Dominicaine: Selon des rumeurs, il aurait deux enfants avec des dominicaines en république dominicaine

27 février 2015

Ces jour-ci, on dirait que la famille du Président de Haïti, Joseph Michel Martelly décide de faire partir plusieurs rumeurs dont les unes ne valent pas l’autre. Hier c’était la rumeur du probable divorce de son fils Olivier martelly avec son probable divorce, aujourd’hui c’est d’autres enfants qu’il aurait en république dominicaine et qui l’aurait empêché de défendre les intérêts des haïtiens et de Haïti.

Pourquoi cette famille veut-elle à tout prix être dans les médias et faire la une des journaux? Peut-être que le régime martelly – evans paul – laurent lamothe – conille devait s’occuper d’augmenter la production du pays pour réduire sa dépendance et également s’interesser à organiser les élections générales dans le pays pour faciliter la stabilité et la reprise économique du pays au lieu de publier des rumeurs par-ci et par-là pour  rester vedette et populaire dans le pays dans le pays.

En effet, suite à la pendaison d’un Haïtien par des racistes dominicains qui haïssent tous les noirs du monde et en particulier les Haïtiens qui vivent dans ce pays, une dernière rumeur voudrait que les raisons pour lesquelles le Président Martelly a pris du temps pour intervenir en faveur des Haïtiens qui subissent tous les préjugés du peuple raciste que sont les dominicains, ce serait parce que le président Mulâtre haïtien Joseph Michel martelly aurait deux ou trois enfants avec des femmes dominicaines en République dominicaine.

Si telle est véritablement le cas, où les intérêts et les relations de faimille du président martelly deviennent plus importants pour martelly que les intérêts du pays et de tous les Haïtiens, alors il pourrait revenir au peuple haïtien et de toutes les forces vives du pays d’exiger le départ du gouvernement martlly-Evans Paul K-Plim.

Par ailleurs, devant les menaces que les dominicains font sur Haïti parce que tout un peuple décide de se mobiliser et de manifester, les autorités dominicaines semblent demander à Evans paul et à Martelly de s’excuser, il paraitrait évident que Martelly et le Gouvernement Dominicain se préparent à envahir Haïti.

Depuis quand des racistes dominicains pouvaient exiger des excuses parce qu’ils chassent les haïtiens qu’ils ont déjà exploités dans des champs de cannes- à- sucre?

Est-ce qu’il faut s’excuser pour nous avoir pendu un Haïtien sur la place publique et brûlé notre drapeau?

Est-ce qu’il faut s’excuser parce qu’ils décident d’entrer venir pêcher dans les eaux haïtiennes, arrêter et kidnappé des haïtiens vivant à Anse-à-Pitres?

Est-ce qu’il faut s’excuser parce les dominicains sont des descendants d’anciennes prostituées venues de l’espagne et qu’aujourd’hui encore, la république dominicanie est devenue un gros pays bordel à ciel ouvert?

Est-ce qu’il faut s’excuser parce que les politiciens dominicains n’arrivent pas à offrir des alternatives économiques et sociales au peuple dominicains et que ces politiciens dominicains sont obligés de développer un racisme, des préjugés et une haïtianophobie contre les haïtiens?

Est-ce qu’il faut s’excuser parce que le régime Martelly a vendu donné tous les contrats des travaux de construction et de reconstruction aux entrepreneurs dominicains pendant même que les bourgeois haïtiens mangent à la même table raciste avec les bourgeois racistes dominicains?

Est-ce qu’il faut s’excuser pour n’avoir pas demandé pardon au peuple dominicain pour avoir humilié tout un peuple de ne pas avertir les représentants dominicains à pétion-ville avant de lancer la grande manifestation pacifique?

Est-ce qu’il faut s’excuser au peuple et au gouvernement dominicain pour acheter chaque année 3 à 4 milliards de dollars de leurs produits ce qui les permettent de s’enrichir et de garantir leurs développement tout en étant leur meilleur partenaire économique?

Si le régime Martelly-Evans Paul K-Plim s’excuse au peuple et au gouvernement dominicain, ou qu’ils se mettent ensemble pour envahir Haïti, qu’ils interviennent avec tous ceux et toutes les puissances et les organisations internationales qui veulent l’annexion d’Haïti, alors ils verront comment nous les Haïtiens, nous sommes capables vider la république dominicaine de tous ses habitants qui ne sont pas Haïtiens.

Leurs terres c’est notre terre et c’est nous qui lavion libérer de toutes les formes d’esclavages. Qu’ils prennent cela pour dit et compris et qu’ils se taisent pour toujours. 

à suivre …

Hermann Cebert


Pendaison d’un Haïtien en Républuque dominicaine Drapeau Haïtien brûlé en république dominicaine

16 février 2015

Protestations du Collectif du 4 décembre 2013

Le GJH condamne la pendaison d’un Haïtien lâchement assassiné en République dominicaine

Port-au-Prince, le 12 février 2015.- Le Gouvernement Jeunesse d’Haïti (GJH) ainsi que  l’Association des Volontaires pour la Démocratie (AVD) condamnent, avec la plus grande fermeté, l’assassinat perpétré contre le compatriote haïtien Claude Jean Harry, en date du mercredi 11 février 2015 dans le parc Ercilia Pepin en face de l’hôpital José María Cabral y Báez, à Santiago, en République dominicaine.

Face à ce comportement révoltant et répréhensible, le GJH demande aux autorités compétentes dominicaines de procéder a l’arrestation de ces présumés criminels afin qu’ils puissent juger convenablement et punir selon les prescriptions de la loi en vue de freiner ces actes répressifs contre les ressortissants haïtiens en République Dominicaine.

Témoignant sa sympathie aux familles de la victime, le GJH, au nom de tous les jeunes d’Haïti demande aux autorités haïtiennes et dominicaines de mettre l'accent sur le respect des droits humains en facilitant le rapprochement et la réconciliation entre les deux pays face à un intérêt commun pour les deux peuples.

Amos CINCIR
Jeune Président de la République,
Gouvernement Jeunesse d’Haïti

Le Collectif s’insurge contre « l’ignominie de l’acte barbare commis contre un paisible citoyen haïtien vivant en république dominicaine et l’incendie du drapeau haïtien »

Publié le samedi 14 février 2015

 

NOTE DE PRESSE – Affaire dominicaine 14 février 2015

LE COLLECTIF DU 4 DECEMBRE 2013, membre de la Société civile haïtienne se révolte devant l’ignominie de l’acte barbare commis contre un paisible citoyen haïtien vivant en république dominicaine et l’incendie du drapeau haïtien. En effet, la torture et pendaison de ce citoyen dans un parc public de Santiago, suivies de la souillure de notre drapeau devraient interpeler toute la société haïtienne et particulièrement le gouvernement haïtien.

Aussi, LE COLLECTIF DU 4 DECEMBRE 2013 recommande aux responsables de l’Etat, que soit pris ce train de mesures :

- Le rappel de l’ambassadeur d’Haïti
- La fermeture de la frontière entre nos 2 Etats : l’Etat Xénophobe dominicain et l’Etat d’Haïti pendant au moins un jour pour signifier notre réprobation
- Les excuses du gouvernement dominicain au peuple haïtien
- L’arrestation, le jugement et la condamnation par la justice dominicaine des coupables de ces crimes. Il ne devrait y avoir aucune difficulté à appréhender notamment les individus bien identifiés sur les photos qui circulent sur la toile
- L’annulation des contrats adjugés aux compagnies dominicaines pour les constructions chez nous, et procéder au transfert des-dits contrats à des sociétés haïtiennes.

Par ailleurs, LE COLLECTIF DU 4 DECEMBRE demande aux importateurs de produits dominicains de repenser leur source d’approvisionnement et d’envisager les commandes à partir des autres pays de l’hémisphère.

Aux consommateurs locaux, de rendre justice à notre drapeau souillé et à nos frères humiliés, lâchement assassinés en république dominicaine, en rejetant purement et simplement tout produit en provenance de ce pays xénophobe. Ce sera justice qui leur sera rendue, la moindre des choses à faire et à la portée de tous.
Il est plus que temps de s’assumer comme NATION !!!!

Reprenons notre pays en main ! Resserrons nos liens ! Travaillons pour garder nos compatriotes chez nous ! Encourageons notre Production Nationale !

Jean-Robert Argant Coordonnateur général

www.collectif4decembre2013.org
282, Bourdon, Port-au-Prince, Haiti T 36.18.54.00 collectif4decembre@gmail.com

Note de Protestation du Collectif 4 Décembre


DECLARATION CONJOINTE ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE D’HAITI ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DOMINICAINE

8 janvier 2014

  • 1. Les représentants desGouvernements de la Républiqued’Haïti et de la République Dominicainese sont réunis à la vile frontalière de Ouanaminthe (Juana Mendez), le mardi 7 janvier 2014, dans le cadre de la reprise du dialogue initié par les Présidents Danilo Medina et Michel Martelly à la République Bolivarienne du Venezuela, lors du deuxième Sommet spécial ALBA-PETROCARIBE.

  • Les deux pays ont convenu de qualifier d’historique le dialogue franc et les avancées réalisées dans la quête de solution conjointe.

  • Aux fins d’avancer sur un agenda commun aux deux nations, une méthodologie de travailet les questions à discuter lors des prochaines réunions ont été arrêtés par les parties au cours de cette rencontre. Ila été également convenuquedes réunions régulières se tiendront chaque premier lundi du mois, alternativement en Haïti et en République Dominicaine.

  • La prochaine réunion se tiendra le 3 février prochain en territoire dominicain.

  • Les représentants des deux Etats ont réaffirmé leur intérêt commun d’inviter des représentantsde la RépubliqueBolivarienne du Venezuela, de l’Union Européenne, des Nations Unieset de la CARICOMàprendre part aux différentes réunions à titre d’observateurs. Ils pourront formuler des recommandationset fournir leur expertise sur les différents sujets traités.
  • Il a été également convenud’inviterà ces rencontresdes représentants du secteur privé des deux Etats qui ont soutenu depuis des mois des rencontres formelles.

  • Les deux parties se sont entendues sur la réactivation de la commission mixte bilatérale pour assurer le suivi des décisions prises dans le cadre de ce dialogue de haut niveau ainsi que pour mettre en œuvre les accordsprécédents.

  • Une bonne partie de la réunion a étéconsacréea la question migratoire. Les deux parties ont convenu de signaler que le dialogue s’est déroule avec sérénité et respect mutuel et a été franc, constructif et transparent.

  • 2. Tout en reconnaissant le droit souverain de la République Dominicaine de déterminer sa politique migratoire et les règles pour l’octroi de la nationalité, la partiehaïtienne a sollicité la garantie que des mesures concrètes soient prises pour sauvegarder les droits fondamentauxdes personnes d’origine haïtienne.

  • La partie dominicaine a confirme cette garantie. De plus, la partie dominicaine a annoncé l’adoption dans les prochaines semaines d’une loi additionnelle qui adressera tous les cas non pris en compte dans son plan de régularisation.

  • De toutes les façons, les deux parties ont reconnu que le sujet n’a pas été épuisé a cette reunion et sera discuté de nouveau a la prochaine rencontre Les deux Gouvernements ont réaffirmé leur volonté de régulariser la situation des travailleurs étrangers en République Dominicaine.

  • La République Dominicaine a annoncé que le Conseil National de la Migration a approuvé la semaine dernière un programme qui octroiera un visa à tous les travailleurs temporaires se trouvant sur le territoire dominicain. La partiehaïtiennes’est engagée à fournir les documents d’identification appropriéeà ces travailleurs afin de compléter le processus.

  • La partie haïtiennea soulevé une préoccupationadditionnelle relativement au dossier des étudiantshaïtiens en République Dominicaine qui sont obliges de retourner en Haïti chaque trois mois pour le renouvellement de leur visa d’étudiant.

  • La délégation dominicaine a convenu d’évaluer cette requête. Par ailleurs, sur les questions relatives à la pérennisation, l’harmonie et le bon fonctionnement des échanges commerciaux au niveau de la frontière, les deux pays ont réaffirmé leurvolonté d’organiser et de régulariserles marchésbinationaux.

  • À cette fin, l’administration des douanes des deux pays devra finaliser un accordsurl’organisation de cesmarchés. En ce sens la République Dominicaine a offert sa collaboration totale à la République d’Haïti en matière de douane. De la même manière, on a mentionné et remercié la coopération de l’Union Européenne dans ce domaine.

  • 3. Les deux gouvernements ont convenu de renforcer les mesures d’échanges commerciaux sur la base de réciprocité pour permettre l’accès de produits sans délaiaux deux marchés.

  • Les autorités agricoles des deux payscontinueront decollaborer en vued’échanger des informationset de déciderdes mesures appropriées à mettre enœuvre pourentretenirune relationinstitutionnelle adéquate dans ce domaine.

  • De même, il a été décidéque lesautorités environnementalesdes deux paysrenforceront leurcollaboration en vuede parvenir à unvaste programme de reboisement, en particulier dans les zones frontalières.

  • Finalement,les institutions des deux pays en charge de la sécurité et du renseignement signeront des protocolesd’accordportant sur la lutte conjointecontrele crime organisé, le trafic de stupéfiantset la criminalité transnationale.

  • Ont pris part à la rencontre: Pourla République d’Haïti:Laurent Salvador LAMOTHE, Premier Ministre;PierreRichardCASIMIR, Ministre des Affaires Etrangères;David BAZILE,Ministre de l’Intérieuret des Collectivités Territoriales;Wilson LALEAU, Ministre du Commerce a.i. et Nesmy MANIGAT, Conseiller auprès du PremierMinistre.

  • Pour la République Dominicaine: Gustavo Montalvo, Ministre de la Présidence; José Ramón Fadul, Ministre de l’Intérieur et de la Police; José del Castillo, Ministre du Commerce et de l’Industrie, José Manuel Trullols, Vice-ministre Chancelier par intérim et CesarPina Toribio Conseiller Juridique du Pouvoir Exécutif;et.

  • Y ont participé à titre d’observateurs: Mme. Veronica Guerrero de la RépubliqueBolivarienne du Venezuela; M. Mario Caivanode l’Union Européenne, M. Peter de Clerq de l’Organisation des Nations Unies, M. Colin Grandersonde la Communauté des Caraïbes(CARICOM), Mme. Norma Powell du secteur prive haïtien Ouanaminthe le 7 janvier 2014


La CARICOM condamne vigoureusement la décision de la Cour constitutionnelle dominicaine et demande aux Dominicains de sursoir

28 novembre 2013

27 novembre 2013, à 07:00

La CARICOM condamne vigoureusement la décision de la Cour constitutionnelle dominicaine et demande aux Dominicains de sursoir à l’application de cette mesure

 

  • La Communauté des Caraïbes suspend l’examen de la demande  dominicaine à l’adhésion de la CARICOM

 

  • La CARICOM sollicite l’appui de la communauté internationale pour forcer les Dominicains à rectifier le tir

 

Port-au-Prince, mardi 26 Novembre 2013. Le Bureau de Communication de la Présidence informe la population en général et la Presse en particulier   que le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, est rentré au pays ce mardi 26 Novembre, après sa participation à Trinité et Tobago à la réunion spéciale du Bureau des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté des  Etats  de la Caraïbe (CARICOM) sur l’effet de la sentence TC/0168/13 adoptée par la Cour Constitutionnelle dominicaine en date du 23 Septembre 2013.

 

A l’issue de cette réunion, la Communauté des Caraïbes (CARICOM) a  vigoureusement condamné cette  décision jugée odieuse et discriminatoire qui prive rétroactivement des dizaines de milliers de Dominicains, la plupart d’origine haïtienne, de leur citoyenneté, les rend apatrides et sans  recours en appel.

 

Par ailleurs, les Etats membres du Marché Commun Caribéen dénoncent la violation par la République Dominicaine de la décision adoptée en 2005 par la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) relative aux pratiques d’immigration, en conformité avec les dispositions de la Convention américaine sur les droits de l’homme ; alors que la République dominicaine avait paraphé ce document. La Communauté des Caraïbes fait remarquer  que cette mesure viole également, par là, les obligations internationales prises par la République dominicaine.

 

Aussi, les Etats membres de la CARICOM réitèrent-ils leur appel au gouvernement de la République dominicaine pour qu’il prenne, de toute urgence, les mesures politiques, législatives, judiciaires et administratives nécessaires pour remédier à la grave situation humanitaire que peut provoquer cette décision. La Communauté invite également les pays et les organisations régionales et continentales à prêter leur voix pour exhorter la République dominicaine à rectifier le tir.

 

La CARICOM  félicite  l’intervention du Venezuela en vue d’aider à résoudre le problème. Cependant, elle a décidé de revoir ses relations avec la République dominicaine. Aussi, suspend-elle l’examen de la requête dominicaine à intégrer la Communauté des Caraïbes. En outre, elle entend également reconsidérer ses relations à d’autres niveaux  à savoir : la CARIFORUM, la CELAC et l’OEA.

 

D’un autre côté, la CARICOM soutient une visite de la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme en République Dominicaine et demande un avis consultatif de la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme. La Communauté examinera également l’introduction d’une résolution à l’Assemblée Générale des Nations-Unies pour condamner la  décision de la Cour Constitutionnelle dominicaine.

 

La CARICOM, qui fait de ce dossier sa plus grande priorité, demande à la communauté internationale de faire pression également sur le gouvernement  dominicain pour qu’elle sursoie à l’application de cette décision attentatoire aux droits des personnes d’origine haïtienne nées en République dominicaine.

 

La Communauté subordonne la reprise de ses relations habituelles avec la République dominicaine à l’adoption,  dans le plus bref délai, par cet Etat, de mesures crédibles et immédiates circonscrites dans le cadre d’un plan global pour résoudre le problème de la nationalité et les autres questions auxiliaires.

Le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, réaffirme la détermination de son administration à garantir les droits de tous les Haïtiens et à œuvrer dans le sens des intérêts supérieurs de la nation.


PROPOS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI S.E.M. JOSEPH MICHEL MARTELLY PRONONCÉS À TRINIDAD AND TOBAGO 26 NOVEMBRE 2013

28 novembre 2013

27 novembre 2013, à 13:26

Excellences Mesdames, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

Monsieur le Secrétaire Général de la CARICOM,

Mesdames messieurs,

Je voudrais en tout premier lieu adresser mes sincères remerciements au Président, au Premier Ministre et à l’ensemble du Gouvernement et du Peuple de Trinité et Tobago pour la qualité de l’accueil réservée à la délégation haïtienne. Je souhaite également exprimer ma reconnaissance au Caucus de la CARICOM qui a pris l’initiative d’organiser cette conférence qui vient à point nommé. Elle a lieu deux mois après l’arrêt ignominieux de la Cour constitutionnelle de la République Dominicaine de déchoir de leur nationalité des dizaines de milliers de citoyens dominicains d’ascendance haïtienne. A cet égard, je tiens à faire part de ma profonde appréciation à nos partenaires de la CARICOM qui, dès le départ, ont pris position en faveur du droit, de l’équité et de la légalité internationale.

Mesdames, messieurs.

L’Arrêt du 23 septembre 2013 de la Cour Constitutionnelle de la République Dominicaine ravit des droits acquis de toute une communauté d’hommes, de femmes et d’enfants s’étendant sur plusieurs générations, à partir de 1929. Ce qui est tout a fait paradoxal, car l’Article 18, alinéa 2 de la Constitution Dominicaine de 2010 dispose : “ sont dominicains (toutes personnes possédant la nationalité dominicaine avant l’entrée en vigueur de cette constitution “. En précisant “ avant l’entrée en vigueur de cette constitution”, il est clair que cet article réaffirme le principe de  la non-rétroactivité de la loi eu égard à la possession de la nationalité dominicaine. En outre, l’article 110 de la Constitution dominicaine de 2010 garantit la non-rétroactivité de la loi qui est un principe général du droit visant à assurer la sécurité juridique et, en conséquence, ayant encore plus de valeur que la loi elle-même.

Ainsi, son caractère rétroactif crée pour ces centaines de milliers de personnes un gouffre juridique que le droit international réprouve. Bien plus, il fait planer un risque élevé de violation massive des droits de toute une communauté, y compris la menace immédiate de refoulement, de déportation et de répressions connexes.

Les répercussions de cette sentence, si elle devait être appliquée, seraient multiples en matière de droit. L’une de ses incidences, et non des moindres, est la perspective d’un statut d’apatride pour les membres de la communauté concernée. Comme l’a fort justement souligné le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, cet arrêt a pour effet de plonger les citoyens visés dans “un vide constitutionnel qui en ferait des apatrides privés d’accès aux services de base”.

 

 

Les conséquences de cette sentence sont tout aussi graves sur le plan des droits de l’homme, puisque les personnes concernées sont exclues de la communauté nationale dominicaine et perdent leurs droits civiques, comme le droit de vote, celui de se porter candidat à des charges électives dans certains cas, la perte d’emploi, la diminution du droit de propriété.

De façon concrète, cette sentence affecte dramatiquement entre 210.000 et 250.000 citoyens dominicains d’origine haïtienne. Je vous fais grâce d’un ensemble d’obligations juridiques internationales découlant de conventions régionales ou multilatérales qui sont ainsi bafouées. Qu’il me soit néanmoins permis de citer, à titre d’illustration:

L’article 15 de la Déclaration universelle des droits de l’homme; les articles 8 et 9 de la Convention sur la réduction des cas d’apatridie du 30 avril 1961;

Les dispositions des articles 2.1 et 5 de la Convention sur l’interdiction de toute forme de discrimination raciale du 21 décembre 1965;

La Déclaration et le Programme d’action du Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’homme du 25 juin 1993;

Les dispositions des articles 1 alinéa 1, 2 alinéa 1 et 20 alinéa 3 de la Convention américaine relative aux droits de l’homme. 8. Il en découle que l’arrêt du 23 septembre 2013 du Tribunal Constitutionnel dominicain est une mauvaise solution, juridiquement infondée et humainement inacceptable.

Par ailleurs, sur le plan diplomatique, la décision de la Cour Constitutionnelle dominicaine vient incontestablement remettre en cause la configuration des relations bilatérales haïtiano- dominicaines, telle qu’elles se sont construites et développées depuis la deuxième moitié du 20è siècle.

L’État haïtien, il va de soi, ne peut rester indifférent au sort de la communauté d’ascendance haïtienne en République Dominicaine. Et dans le droit fil du devoir de protection consacré par le droit international, l’État haïtien a entrepris des représentations officielles auprès des autorités dominicaines aux fins de faire valoir les points suivants:

• La déchéance de la nationalité est destinée à sanctionner des comportements déviants et des faits répréhensibles, délictueux ou criminels;

• La déchéance d’une communauté de sa nationalité, outre le fait qu’elle est une procédure inusitée, ne doit pas être un mode de gestion des défis qui se posent à une société en matière d’immigration;

• La décision du 23 septembre 2013 revêt toutes les apparences d’une procédure exceptionnelle ciblant une communauté particulière et est, de ce fait, attentatoire aux droits humains fondamentaux tels que visés par les Pactes internationaux et régionaux en la matière.

Tout naturellement, le Gouvernement haïtien est très préoccupé par cette décision qu’il condamne avec la plus grande vigueur, aussi bien par principe que pour des raisons d’ordre légal et humanitaire.

A cet égard, désireux de protéger les descendants de sa diaspora et soucieux de préserver les meilleures relations avec sa voisine orientale, j’ai instruit le Ministre des Affaires Etrangères d’explorer toutes les possibilités de discussions et d’échanges avec les autorités dominicaines aux fins de faire prévaloir le mot de la raison, de l’équité, de l’humanité et du droit.

Des discussions ont eu lieu la semaine écoulée à Caracas, sous les auspices de la République Bolivarienne du Venezuela, jouant le rôle de facilitateur. À l’issue de ces discussions, une déclaration conjointe a été signée entre Haïti et la République Dominicaine, réitérant notre foi dans le dialogue, et précisant que la République Dominicaine sauvegardera les droits inaliénables et la sécurité juridique des personnes ciblées par cette décision.

Je me réjouis des réactions quasi spontanées de condamnation ou de réprobation qu’a suscitées cette sentence pour le moins arbitraire. En effet, suite à la publication de cette décision, on a enregistré une pluie de réactions au niveau de la Caraïbe et du monde : des États, des organisations internationales, des organisations non gouvernementales, des secteurs associatifs, des médias, des personnalités et des citoyennes et citoyens de partout ont exprimé leur très grande préoccupation.

Il est très important de souligner que ces réactions ont été motivées par des raisons qui dépassent de très loin la question de l’origine ancestrale. Il s’agit pour les protestataires de dénoncer une mesure privative d’un droit aussi fondamental et essentiel que la citoyenneté.

Cette manifestation de solidarité est aussi la preuve de la volonté des Etats de la CARICOM à préserver la stabilité de la région qui est sévèrement menacée par l’application effective de l’arrêt en question. Les conséquences possibles risquent de dépasser toutes les attentes en termes de convulsions sociales, d’exclusion et de crise humanitaire au sein de la société dominicaine elle-même, avec très probablement des répercussions au niveau régional.

Je voudrais exprimer ma sincère gratitude au Premier Ministre de Saint Vincent et les Grenadines, le Docteur Ralph Gonsalves; au Premier Ministre de Trinité et Tobago, Kamala Persad-Bissessar et à l’ensemble des Etats de notre communauté de la Caraïbe pour leur ferme et constant soutien à cette juste cause qui est celle de la défense des droits de l’homme dans leur universalité et leur humanité.

 

 

 

 

Mesdames Messieurs les Chefs de Gouvernement,

 Chers amis de la CARICOM,

Mon pays, la République d’Haïti, a toujours été à l’avant-garde dans la défense des droits de la personne. Depuis le 1er janvier 1804, date de la proclamation de notre indépendance, nous avons fait de notre pays le phare avancé de la liberté, la terre où tous les Noirs, en le foulant, devenaient libres et accédaient à la nationalité haïtienne. Nous avons promené la flamme de la liberté dans l’Amérique Espagnole en contribuant à l’indépendance de la Grande Colombie.

La République du Venezuela, se souvenant de la fraternité qui unissait El Libertador  au Premier Président haïtien, Alexandre Pétion, sous le leadership du regretté Homme d’État, Hugo Chavez, dont j’évoque la mémoire avec émotion, est venue en aide à mon pays.

La République d’Haïti, mes chers amis, a beaucoup souffert pour avoir osé bousculer le vieux moule de l’esclavage et intégré la grande famille des Noirs que nous sommes, au sein de la communauté humaine. Nous avons payé très cher notre exploit et fumes frappés d’ostracisme par les puissances colonialistes.

Il a fallu l’avènement du grand Abraham Lincoln à la présidence des Etats-Unis pour qu’après la proclamation de l’émancipation, l’indépendance d’Haïti soit reconnue en 1863. Soit 60 ans après la première révolution triomphante d’esclaves.

Toutes ces vicissitudes ont contribué à notre retard et expliquent sans nul doute le sous-développement de la première République nègre indépendante du monde. L’embargo commercial dont nous fumes victimes nous obligea à jeter en mer nos productions caféière, sucrière, indigotière et autres, appauvrissant ainsi celle qui avait été la plus riche colonie de Saint Domingue.

Excellences,

 Chers Collègues,

Mesdames, Messieurs,

À l’instar de tous les États de la région, la République Dominicaine et la République d’Haïti s’évertuent, depuis plusieurs décennies, à construire des institutions étatiques solides, à promouvoir et à consolider les acquis démocratiques gagnés, dans les deux cas, au prix de longues luttes et surtout au prix de beaucoup de sacrifices. Nous nous attachons très fermement au respect de la légalité, des droits de l’homme et de nos engagements internationaux.

Dans ce même esprit, les dirigeants de la République d’Haïti et ceux de la République Dominicaine n’arrêtent pas de multiplier des initiatives et de prendre des actions pour rapprocher les deux peuples, dissiper certaines incompréhensions et harmoniser les rapports entre les deux Etats.

Tant pour Haïti que pour la République Dominicaine et pour tous les États de la région, l’expérience démocratique ne se fait pas sans heurts, lesquels sont souvent difficiles, mais non impossibles à surmonter. Et dans la plupart des cas, on ne peut s’en sortir qu’en se mettant à l’écoute de pays amis ayant eu, par le passé, à surmonter des difficultés semblables ou en recourant à la médiation ou l’arbitrage d’organisations intergouvernementales, régionales ou mondiales, dont les membres partagent des valeurs et des idéaux communs. Le respect mutuel, la compréhension réciproque et la solidarité sont les maîtres-mots pour nous aider à faire face à des moments difficiles ou à surmonter certaines épreuves.

Aussi influents que puissent être les secteurs qui sont supposément à l’origine de cette décision, leurs intérêts ne peuvent pas occulter les intérêts supérieurs de la République Dominicaine.

Le peuple dominicain est bien plus proche d’un de ses journalistes les plus respectés et crédibles comme Juan Bolivar Diaz, ayant appelé le Président Medina à « freiner le génocide civil », que de ce petit secteur malintentionné et manipulateur.

Il m’a été rapporté qu’à l’issue d’une réunion internationale sur la Décision, un officiel haïtien a été abordé par un jeune étudiant dominicain qui a jugé bon de lui présenter ses excuses à causse de la décision et de le rassurer que celle-ci ne traduit pas le sentiment du peuple dominicain pour leurs compatriotes d’origine haïtienne. L’officiel haïtien avait donc tenu à rassurer le jeune humaniste qu’il a bien compris que le peuple dominicain n’a rien à voir avec l’adoption de cette mesure de haine et qu’il la réprouve.

Excellences,

 Chers Collègues,

Mesdames, Messieurs,

Je me félicite que la Communauté Caribéenne se soit penchée, au plus haut niveau, sur cette question qui n’est autre qu’une grave anomalie juridique susceptible de nuire au climat de sérénité, de stabilité et de bon voisinage qui s’installe progressivement dans notre région.

J’en profite pour déplorer les nouveaux actes de violence perpétrés récemment, soit le week-end écoulé, contre des ressortissants haïtiens sur le territoire dominicain. Nous condamnons et continuerons de condamner pareils agissements qui sont des actes xénophobes, indiscriminés contre la communauté haïtienne en République Dominicaine, sous le fallacieux prétexte de l’implication présumée de certains de ses membres dans des actes criminels.

Je fais appel aux autorités dominicaines à diligenter une enquête rapide pour identifier et punir leurs auteurs, mais aussi à prendre les dispositions nécessaires pour éviter la répétition de ces actes qui surviennent trop souvent.

Egalement, j’apprécie le fait que les États de la CARICOM aient non seulement entendu l’appel de Juan Bolivar Diaz, mais aussi qu’ils se le soient approprié comme s’il lui était adressé. C’est la preuve d’une consciente profonde du fait que la décision du Tribunal constitutionnel dominicain est loin d’être une simple question dominicaine, encore moins haïtiano-dominicaine, puisque touchant à un domaine qui transcende les frontières, à savoir : les droits humains, dont la promotion et la défense relèvent de l’universel.

La République d’Haïti souscrit à toutes les positions déjà exprimées par notre organisation (la CARICOM) et à toutes celles qui sortiront de cette importante réunion d’aujourd’hui.

Je place grand espoir dans l’aboutissement de cette démarche de notre organisation régionale visant à contribuer à la résolution de ce problème et à éviter à notre région le génocide civil ou la grave crise humanitaire qui pourrait résulter de l’application de cette décision.

J’en profite pour féliciter et remercier vivement le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela pour sa récente initiative en vue de faciliter une issue heureuse à ce problème.

Une nouvelle fois, la République d’Haïti exprime sa grande préoccupation et appelle son plus proche voisin à se ressaisir, en se conformant aux principes du droit international des droits de l’Homme et plus particulièrement à l’article 15 alinéa 2 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui stipule, et je cite:

« Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité. »

En cette deuxième décennie du vingtième siècle, chaque homme, où qu’il soit, est devenu solidaire des autres hommes, parce que le monde marche vers une plus grande communauté des vivants.

En temps que peuple noir de ce sous-continent et fier de l’être, notre organisation a un rôle important à jouer dans l’Hémisphère occidental. Qu’elle soit donc une exaltation de la fraternité et un hommage à toutes les forces bienfaisantes de la civilisation.


Le Gouvernement Haïtien doit assurer le retour de tous les Haïtiens vivant en république dominicaine et fermer la frontière avec eux

28 novembre 2013

Des haïtiens continuent de fuir le Sud de la République dominicaine : 71 nouveaux rapatriés volontaires

Bilan officiel : 2 morts, mais des témoignages font état de l’inhumation de segments de corps

Publié le dimanche 24 novembre 2013

Après un premier groupe de 251 migrants haïtiens qui ont fui, vendredi, le sud de la République dominicaine, 71 autres compatriotes ont regagné le pays ce dimanche, informe le Groupe d’Appui aux Réfugiés et Rapatriés (GARR) dont des représentants se trouvent à la frontière en vue d’accueillir les rapatriés volontaires.

Le nombre d’haïtiens tués depuis vendredi soir dans la zone de Neiba n’est pas encore établi. Certains des témoignages recueillis par le GARR indiquent que des migrants ont été contraints d’ensevelir des segments des corps des personnes tuées. Par conséquent, les rapatriés interrogés affirment n’être pas en mesure de savoir combien de personnes ont été effectivement exécutées.

Le bilan officiel serait jusqu’à présent de deux morts. La tension persiste dans la région où d’autres migrants haïtiens craignent pour leur sécurité.

Les problèmes ont commencé suite à la découverte, vendredi, des corps d’un couple de dominicains à Las Platas. Des accusations ont été immédiatement portées contre des haïtiens établis dans la zone.

L’Office National de la Migration (ONM) a conduit 251 rapatriés volontaires samedi soir vers un centre d’accueil à Marin, en Plaine (nord de Port-au-Prince). [jmd/RK]

Des centaines de réfugiés et rapatriés :

Colette Lespinasse du GARR condamne le climat de violence :

Chasse aux haitiens à Neiba (en RD) suite à la mort suspecte de deux dominicains : au moins un haïtien tué, selon des médias dominicains, beaucoup plus selon d’autres sources

Plus de 250 migrants ont dû fuir la région et revenir en Haïti / Protestations aux abords du Consulat dominicain, à Pétion Ville

Publié le samedi 23 novembre 2013

Une véritable chasse aux haïtiens a été déclenchée vendredi et samedi dans la région de Neiba (sud de la République dominicaine) suite à la découverte à Las Platas des cadavres de deux dominicains, Jose et son épouse Luja, tués vraisemblablement à l’arme blanche.

Des haïtiens ont été accusés d’être les auteurs de ce double meurtre. Du coup, des représailles ont été entreprises par des civils dominicains contre des migrants haïtiens de la région dont certains auraient été tués. Parmi les 300 migrants qui ont dû fuir la région avec l’aide de l’armée dominicaine, certains ont rapporté avoir été contraints de creuser des fosses pour ensevelir des corps. Mais, ils n’étaient pas en mesure d’indiquer s’ils ont vu de leurs yeux des personnes tuées, a déclaré Colette Lespinasse, coordonnatrice du Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés jointe au téléphone samedi soir alors qu’elle se trouvait dans la zone frontalière. Certains médias dominicains font état d’au moins un haïtien tué.

Le bilan pourrait être plus lourd, selon Duckens Bénézier du « Service Jésuite aux Migrants » (SJM).

Arrivés à Fond Parisien, en territoire haïtien, les migrants, dont un nombre élevé d’enfants, ont été récupérés samedi soir par l’Office National de la Migration (ONM) qui les a acheminés vers un centre d’hébergement à Marin, en Plaine.

Des barricades enflammées ont été érigées samedi soir aux abords du Consulat dominicain à Pétion Ville par un groupe de citoyens qui protestaient contre les incidents de Neiba. Des policiers haïtiens se sont rapidement transportés sur les lieux pour assurer la sécurité du siège du Consulat. [jmd/RK]


Crise entre haiti et la République dominicaine: les dessous de cette crise

21 novembre 2013

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

La crise qui se détériore actuellement entre la république dominicaine et Haïtitend à devenir de plus en plus irrationnelle et passionnelle en poussant les extrémistes de droite et anti noiristes et anti étrangers dominicains et les extrémistes de gauche haïtiens à conduire les deux pays vers une guerre ethnique entre ces deux peuples. Des deux côtés de la frontière qui sépare ces deux pays nous trouvons deux présidents et deux gouvernements opportunistes et incompétents qui utilises des préjugés raciaux certes qui existent depuis toujours entre ces deux peuples et principalement entretenues et encouragés par deux élites de ces deux pays qui exploitent abusivement et servilement les deux grands peuples qui habitent l’île. Entre temps des puissances coloniales et impérialistes comme les États-Unis, la France et le Canada tirent leurs profits commerciaux de cette crise.

La passion suscitée par cette crise met en danger la survie et l’existence même de ces deux peuples dominicains et haïtiens avec la possibilité d’invasion des deux pays par les États-Unis qui permettrait à ce puissant voisin d’envahir également Cuba. Cette volonté de domination des Américains est un vieux rêve américain qui a toujours considéré les pays de la Caraïbe comme étant leur arrière cours. De plus il s’agit également dans la logique des américains, français et canadiens etc, de la suite d’une politique de destruction des infrastructures commerciales et économiques de ces deux pays dont la valeur de leurs échanges tourne autour de plus de 4 milliards de dollars.

Loin d’envisager de campagne de salissage de l’image et de boycotte des produits de ces deux pays que les personnes originaires de ces deux pays se livrent actuellement  de façon passionnelle, les dirigeants doivent arriver à s’entendent rapidement pour résoudre leurs différents avant qu’ils soient complices de l’annexion de leurs pays aux états-unis. La raison doit triompher sur cette crise provoquée, planifìée et orchestrée par les grandes puissance avec le support des médias et des élites dominantes de ces deux pays.

La République Dominicaine est reconnue internationalement pour le Pays-Bordel où les Haïtiens, les Américains, les Canadiens, les Européens et les touristes du monde y vont pour consommer la prostitution qu’il s’agisse de femmes dominicaines prostituées ou d’hommes dominicains prostitués. Ce côté bordélique des dominicains remonte aux années 1930 où l’ex-président dominicain Trujillo, (celui qui avait procédé au massacre et à l’extermination de plus de 30 000 dominicains et d’haïtiens), suivi de tous ses successeurs avaient procédé au blanchiment ethnique de la population de ce pays en faisant venir des femmes blanches prostituées de l’Espagne contre l’expansion et la multiplication des populations noires de ce pays. Il s’agissait d’une vision ethnique blancomane  et caucasienne du repeuplement de la république dominicaine qui dure depuis toujours.

Outre d’être un peuple de prostitués, hommes et femmes, les dominicains sont aussi un peuple de soulards et d’ivrognes avec très peu d’intérêts pour les choses de l’esprit où une élite blanche s’accapare de toutes les richesses du pays. De même, en république dominicaine, traditionnellement, les dominicains ne se sont jamais identifiés comme des noirs en ce sens qu’ils se sont toujours réclamés des Indios, une forme d’origine amérindienne sans fondement historique et de liens réels avec les premiers peuples autochtones qui vivaient sur l’île avant l’arrivée des colons espagnols qui les avaient exterminé pour catégoriser et identifier les dominicains noirs d’origine haïtienne et africaine dans le seul but de se différencier des haïtiens et de toute personne noire vivant en république dominicaine.

Par ailleurs, il faut se rappeler que les dominicains ont toujours témoigné une grande haine viscérale et profonde contre les haïtiens en particulier à cause de ce qu’ils appellent l’occupation de leur pays par les haïtiens durant la période allant de 1804 au 1843, date qui marque la proclamation de l’indépendance d’Haïti, l’île d’Haïti. Contrairement à cette vision et à cette lecture erronée des faits et des événements historiques de la gouvernance haïtienne de l’île entière dont les haïtiens ont arraché l’indépendance aux prix de leurs sangs, de leurs vies, de leur courage et de leur puissante volonté, le peuple dominicain a été induit en erreur par leurs élites intellectuelles et économiques qui avaient toujours manifestés une certaine nostalgie de l’ancien régime colonial et esclavagiste que les Haïtiens avaient vaincu.

Au de-là du racisme honteux que témoignent les dominicains contre les dominicains d’origine africaine et haïtienne vivant en république dominicaine et également, au de-là des politiques de repeuplement caucasien de la république dominicaine issu et opéré avec les femmes prostituées venues de l’Espagne, l’actuelle crise dans les relations haïtiano-dominicaines, avec la décision du tribunal constitutionnel dominicain qui a rendu illégaux et non nationaux tous les dominicains d’origine africaine et haïtienne qui vivent en république dominicaine ce, concernant et remontant à des familles vivant dans ce pays depuis 1929, porte l’empreinte des intérêts des grandes puissances impérialistes comme la France, les États-Unis, le Canada pour ne citer que celles-là dont les deux gouvernements Haïtien et Dominicain ont géré et gèrent encore de façon maladroite autant que les dirigeants de ces deux pays, Haïti et République Dominicaine, sont de véritables amateurs.

En fait, ce qu’il faut voir et comprendre dans cette crise c’est l’exploitation à outrance dans un premier temps de deux réalités qui affectent les peuples dominicain et haïtien. La première réalité concerne le racisme et les préjugés que les élites dominicaines ont alimenté, nourri et financé contre le peuple haïtiens les buts de masquer les dominations de classe existantes dans les deux pays. Aussi bien dans ces deux pays, il y a des minorités oligarchiques qui possèdent toutes les richesses et ces minorités sont des minorités qui exploitent de façon servile leurs populations.  La deuxième réalité concerne la répartition et la distribution de richesse inéquitable dans ces deux pays. À ce niveau dans ces deux pays, les classes dominantes s’accaparent de tout sans aucun partage avec les classes laborieuses les moins nanties. Les masses dominicaines et haïtiennes vivent dans des conditions de misères extrêmes alors que Haïti et la République Dominicaine possèdent assez de richesses pour se développer et rendre plus juste socialement, économiquement et socialement ces deux populations pourtant de part et d’autre des deux côtés de la frontière séparant ces deux pays il y a des minorités qui exploitent sauvagement leurs populations.

Un second aspect non négligeable dans la compréhension de cette crise dans les relations entre la République Dominicaine et Haïti c’est sans nul doute l’aspect économique soit en particulier les grands enjeux économiques et les grands intérêts économiques à la fois des grandes puissances impérialistes comme la France, les États-Unis, l’Europe et le Canada en ce qui concerne les interdictions subites des produits avicoles importés par les Haïtiens de la République dominicaine. De façon évidente, depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010, les grandes puissances impérialistes ont découvert le poids des exportations dominicaines vers Haïti, soit des échanges valant plus de 3 à 4 milliards de dollars profitables aux dominicains. Or, un tel marché de part cette grande valeur, a donc attiré et développé les appétits rapaces des grandes puissances ci-dessus mentionnées en les poussant à développé de nouvelles stratégies de conquêtes et d’envahissement de ce marché extrêmement lucratif que représente la consommation des ménages haïtiens.

Cela étant, les grandes puissances procèdent à la destruction des relations d’amitié, les relations politiques, ethnique avec les seuls but de détruire de façon irréversibles les relations commerciales harmonieuses qui ont jusque-là qui existaient entre ces deux pays ignorés par les grands intérêts des puissances impérialistes. Pour élucider le processus de destruction des relations commerciales entre Haïti et la république dominicaine, il faut se rappeler de plusieurs événements où de tentatives de crise qui ont déjà failli bouleversés les relations diplomatiques et commerciales entre ces deux pays, il s’agit de l’affaire du financement des élections du président de Haïti, Joseph Michel Martelly par un Sénateur et homme d’affaire dominicain dénoncé par la journaliste d’enquête Muria; il s’agit également des pots-de-vin versés par ce même sénateur aux dirigeants haïtiens ainsi que les différents contrats que l’entreprise du sénateur a bénéficié dans le cadre de la reconstruction d’après tremblement de terre de 2010. On se souvient également des différentes valses de séduction et d’accusations apparentes dont les dirigeants de ces deux pays avaient fait preuve pour mentir et tromper leurs populations respectives. Il n’y a pas longtemps on assistait à la participation du président haïtien, Joseph Michel Martelly, dans un téléthon pour ramasser de l’argent pour des organismes dominicains. Plus encore, on peut tout aussi se souvenir du soi-disant complot et du démantèlement de ce réseau qui visait à donner un coup d’état contre le président d’Haïti.  En fait ce qu’il faut retenir de ces événements c’est que durant plus de deux ans, les deux gouvernements arrivaient bon an mal an à s’entendent de façon solidaire en se protégeant mutuellement avec des objectifs précis visant à leur permettre de maintenir leur régime autoritaire qu’ils sont en train de structurer et d’imposer à leurs populations respectives.

En d’autres termes, pour le régime Martelly et pour le régime de Danillo, la détérioration des relations commerciales entre les deux pays est profitable pour cause, cela leur permet de survivre et d’imposer la dictature qu’ils veulent construire dans leurs pays respectifs. Et pour les grandes puissances impérialistes, ce sera également des occasions d’affaire qui leur permettent de vendre leurs armes ainsi que leurs produits où ce seront toujours les populations les plus pauvres en paieront toujours le prix.

Cela étant, il faut y ajouter les différentes démarches entreprises par ces puissances impérialistes pour engendrer ce conflit en particulier, la publication des rapports et des études sur la qualité des produits dominicains exportés vers Haïti. Je m’étais douté et je doute encore que les dominicains puissent volontairement contaminer les produits qu’ils exportent vers Haïti compte tenu de la valeur de ces exportations soit les 3 à 4 milliards de dollars qu’ils tirent de ces échanges. Néanmoins, je demeure d’avis que l’accusation des produits dominicains visait ou plus précisément devait viser à la destruction des relations commerciales entre ces deux pays au profit des grandes dont on sait qui s’étaient devenues plus agressives en matière d’échange commercial avec les pays de la caraïbe.

Malheureusement, des deux côtés de la frontière, les gouvernements dominicains et haïtiens se sont mal comportés dans la gestion d’une part de la crise commerciale sur le produits avicoles. D’un côté le gouvernement d’Haïti a été trop rapide dans ses décisions d’interdiction de tous les produits dominicains sans égard pour les petits commerçants haïtiens qui vivent fondamentalement de ces échanges commerciaux, non plus sans égard pour les producteurs haïtiens en république dominicaine compte tenu que plus entreprises exportatrices dominicaines appartiennent à des entrepreneurs haïtiens qui s’étaient installés dans ce pays particulièrement dans les années 1986 et 1990 vu la grande période d’instabilité que connaissait Haïti avec les coup d’état financés et orchestrées à la fois par les cinq familles les plus riches d’Haïti et les gouvernements dominicains qui se sont succédés et surtout supportés par les grandes puissances internationales.

Outre les causes actuelles et les intérêts des puissances impériales et coloniales de la crise actuelle entre la république dominicaine et la république d’Haïti, il se référer à la manière que les États-unis ont procédé pour détruire la production agricole d’Haïti dans les années 1980, avec la destruction de la production porcine et animale de ce pays. En effet, c’était sous la dictature de Jean-Claude Duvalier que les américains avaient fait sortir de fausses études sur une soi-disant maladie des porcs créoles haïtiens.

Les américains qui avaient détruit les porcs créoles haïtiens visaient à exporter leur production porcine vers Haïti mais pour ce faire, ils ont publié de fausses études que les responsables haïtiens n’avaient pas pris la peine de vérifier et d’analyser avant de comprendre les véritables intérêts commerciaux cachés des américains dont le but était de détruire la production agricole du pays et surtout la construction de la dépendance agricole et vivrière du pays envers l’économie agricole des américains.

Actuellement, l’accusation des produits dominicains semble révéler les mêmes intérêts qui étaient en arrière de la destruction de la production agricole d’Haïti. La seule différence avec aujourd’hui, c’est que les grandes puissances coloniales impérialistes visent cette fois-ci à détruire non seulement les relations quand bien même harmonieuses qui prévalent entre Haïti et la République Dominicaine. Les gouvernements des deux pays s’ils veulent le bien et les intérêts de leurs pays doivent savoir que la détérioration de la crise entre les deux pays finira par détruire les économies des deux pays au profit des grandes puissances comme le Canada, la France et les États-Unis ainsi que le Venezuela.

Pour cela, il faudra le plus vite possible rétablir et réguler les relations entre les deux pays en enlevant les interdictions commerciales, en cessant les boycottes mutuelles engagés à travers les tribunes internationales qui nuisent à leurs images, en annulant les décisions prises contre les dominicains d’origine africaine et haïtienne vivant en république dominicaine, et finalement en cessant la construction de la grande muraille de la honte que les bourgeois des deux pays sont en train de construire tout le long de la frontière séparant les deux pays.

Pourquoi cette invitation au mea culpa de la part des gouvernements de ces deux pays? Mon raisonnement se base sur les faits suivants : d’un côté, sur le plan agricole et industriel, l’économie d’Haïti et la production haïtienne est trop déficiente pour répondre à la demande interne de consommation compte tenu de l’absence d’infrastructure et d’investissement dans la production de biens dans le pays puisque les élites haïtiennes ont toujours délaissé les secteurs agricoles et industriels au profit des options commerciales d’une économie d’importation; une guerre voire une politique d’expulsion et d’extermination des dominicains d’origine africaine et haïtienne par les autorités dominicaines aura des conséquences négatives sur l’industrie touristique dominicaine car envoyant aux divers touristes qui viennent habituellement en république dominicaine cesseront de se rendre dans ce pays vu les dangers qu’ils courront dans un pays en guerre ainsi que des actes terroristes qu’ils sont susceptibles d’être victime. Par ailleurs, les autres destinations touristiques comme Cuba, la Jamaïque, Porto-Rico etc. seront les gagnants de la détérioration et de la dégradation de la situation entre ces deux pays; enfin et non le dernier fait qui structure mon raisonnement, il faut se rappeler que Haïti et République dominicaine et Cuba sont toujours dans la ligne de mire et des intérêts des américains par conséquent, un conflit armé ou un massacre des haïtiens par les populations dominicaines, ne laisserait pas le puissant voisin américain inactif dans le cadre de sa quête impériale de toute la région et tout indique, que les américains pourraient profiter d’une crise entre Haïti et la République dominicaine pour envahir et occuper toute l’île entière avec bien sûr de politique d’exclusion et de séparation ethnique des deux populations de l’île.

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

À suivre…

Hermann Cebert


Le racisme de la République Dominicaine contre les Dominicains d’origine de Haïti

3 novembre 2013

Une crise de la plus grande envergure entre la République dominicaine et Haïti

Par Edwin Paraison *

Soumis à AlterPresse le 28 octobre 2013

La décision du gouvernement dominicain d’appuyer l’arrêt 168-13 de la Cour Constitutionnelle, dépouillant de leur nationalité des dominicains d’origine étrangère, ouvre une crise de la plus grande envergure entre la République dominicaine et Haïti, depuis les rapatriements massifs de feu le président Balaguer, dénoncés au sein de l’ONU par le président Jean Bertrand Aristide, en 1991.

C’est ce qui ressort d’un communiqué du Ministère des Haïtiens vivant à l’étranger (MHAVE), qui déplore cette action et s’engage à « utiliser tous les moyens politiques, diplomatiques et juridiques disponibles afin d’amener les autorités dominicaines à reconsidérer leur décision ou pour en limiter les conséquences désastreuses ».

Ce communiqué paraît motivé par certaines attentes créées après des échanges avec la partie dominicaine, qui laissaient apercevoir une alternative de protection de la jouissance de la nationalité des dominicains membres de la diaspora haïtienne. L’organisme ministériel affirme que la position dominicaine est contraire aux conversations qui ont eu lieu entre des fonctionnaires diplomatiques des deux gouvernements.

Il est opportun de préciser, pour éviter toute confusion et manipulation, qu’à l’égal du Conseil des Dominicains de l’extérieur (CONDEX), créé en janvier 2008, le MHAVE, créé en octobre 1994, est le pont entre le pays d’origine et la diaspora haïtienne. Celle-ci est formée des émigrants et de leurs descendants, aujourd’hui nationaux de plusieurs pays dans le monde. C’est ce qui explique et justifie la participation du gouvernement haïtien dans cette affaire. Le CONDEX dont le président est le Chef de l’état, agirait de même si c’était des membres de la diaspora dominicaine qui se trouvaient dans cette situation.

Certainement, le changement radical de conduite du gouvernement dominicain a surpris la partie haïtienne. Vu que durant les démarches diplomatiques initiées à Port-au-Prince avec l’ambassade dominicaine, sans cesser de souligner l’indépendance des pouvoirs, cette dernière paraissait prendre une distance par rapport a l’arrêt de la Cour Constitutionnelle. En ce sens, était apparue la possibilité d’une formule ou d’un mécanisme de solution à l’impasse.

La même position a été maintenue par la mission diplomatique au moment de recevoir des représentants de la classe politique ou de la société civile haïtienne lors de manifestations ou des actes de rejet contre un arrêt qui affecte plus de 210 000 dominicains d’ascendance haïtienne.

Le noble geste du président Danilo Medina de présenter des excuses à ceux à qui il a assuré être ses compatriotes, s’engageant à chercher une alternative humanitaire à leur situation, a également été reçu de façon positive en Haïti.

Néanmoins, par l’impact médiatique international dudit arrêt et sous la pression de l’opinion publique interne, la chancellerie haïtienne, outre de partager ses inquiétudes avec le gouvernement dominicain, l’a fait avec les alliés d’ Haïti de la région de la Caraïbe et de l’Amérique du Sud. De là, l’opposition issue du sein même de la Cour Constitutionnelle avec deux votes dissidents, s’est répétée de la part de plusieurs gouvernements caraïbéens et du CARICOM.

Le message du Premier Ministre des îles Saint-Vincent et Grenadines, Ralph Gonzalves, dans une correspondance adressée au Chef de l’État dominicain, ne pourrait être plus clair : « Assurément, cette décision de la cour est inacceptable dans quelque société civilisée que ce soit. C’est un affront à toutes les normes internationales établies et à l’humanité élémentaire, et menace de faire de la République dominicaine un paria régional et mondial ».

Le Chef du gouvernement caribéen ne s’est pas contenté de simples paroles ; il a ordonné à sa mission permanente à Washington de solliciter une session ordinaire du Conseil permanent de l’Organisation des États Américains (OEA) sur l’arrêt, session fixée au mardi 29 octobre.

De leur côté, au moins dix personnalités dominicaines remarquables, des juristes, d’anciens et actuels fonctionnaires, incluant la députée Minou Tavarez, présidente de la Commission des Affaires extérieures de la Chambre basse, ont signalé que la scène internationale sera le lieu où se débattra cette affaire, prévoyant une déroute légale de la République dominicaine.

Il faut préciser que les personnes affectées et ceux qui les accompagnent ont le droit d’utiliser tous les moyens pacifiques et démocratiques pour défendre leurs positions sans être catalogués de traîtres à la patrie ou de diffamateurs comme le font déjà certains en République Dominicaine.

Il faut se rappeler qu’en septembre 2005, l’État dominicain avait été condamné dans la cause connue sous l’appellation Yean-Boussicot, devant la Cour Interaméricaine des Droits humains (CIDH), cause pour laquelle il a satisfait partiellement à un verdict considéré comme inaliénable. Le même qu’aujourd’hui il viole dans plusieurs clauses de l’arrêt de la Cour Constitutionnelle.

De 1991 à 2013, se sont écoulés 22 ans sans que les dirigeants des deux pays, depuis la dernière crise qui a refroidi les relations bilatérales en rapport à la problématique migratoire, aient montré la volonté politique d’aborder dans la transparence et avec objectivité le sujet principal de discorde dans l’agenda dominico-haïtien.

Les alliances électorales et politiques basées sur l’anti-haïtianisme depuis 1996, renforcées durant trois mandats présidentiels, ont créé de profondes contradictions dans l’agir dominicain face à Haïti. Elles constituent le soutien d’une politique d’état qui se traduit dans l’arrêt de la Cour Constitutionnelle, défendu aujourd’hui par le gouvernement dominicain. Cela malgré la preuve de la violation, par l’arrêt, de pas moins de 15 articles de la constitution et des principaux instruments internationaux de Droits de l’Homme souscrits par la République dominicaine.

Toutefois, la sortie humanitaire n’a pas encore été écartée. Il est évident que cette conceptualisation ne correspond pas à la réalité des faits, l’affaire étant fondamentalement de droits humains. On assume que c’est une façon pour l’Exécutif d’éviter d’affronter directement ceux qui ont imposé l’ordonnance aberrante de la Cour Constitutionnelle.

De plus, contrairement aux délais fixés a la Junte Électorale Centrale de remettre un rapport de l’impact de l’application de l’arrêt dans un mois alors que le Conseil national de l’immigration a soixante jours pour élaborer le plan de régularisation des étrangers, il n’a pas été déterminé jusqu’à maintenant dans combien de temps et de quelle façon se fera la sortie humanitaire.

Il est urgent de promouvoir le dialogue inter-dominicain en incluant la diaspora haïtienne locale et de débuter les démarches diplomatiques appropriées pour concrétiser l’alternative « humanitaire » ou quelque autre qui puisse sauver la situation.

…………

* Directeur exécutif de la Fondation Zile

Traduit de l’espagnol par Serge Baguidy-Gilbert / Fondation Zile Canada

http://www.alterpresse.org/spip.php?article15406


La Crise Immigrants Haïtiens en République : Un chance pour Haïti

24 octobre 2013

Contrairement à d’autres compatriotes haïtiens qui se sentent vexés de la façon que les dominicains ont tenté derégler le problème des dominicains d’origine Haïtienne soit environs 250 000, je trouve que c’est une belle opportunité pour les haïtiens de se mettre ensemble, de s’unir et d’engager un véritable réconciliation avec nous-mêmes.

La décision du conseil constitutionnel dominicain de rejeter du revers de la main nos compatriotes pour leur couleur et leur origine haïtienne et africaine correspond à la crise commerciale frontalière que le pays a avec la république dominicaine et le gouvernement Haïtien devait de toute façon montrer aux dominicains qu’ils devaient garantir la qualité des produits qu’ils exportent vers Haïti.

Toutefois, il faut noter d’autres problèmes pluas importants causés par les dominicains au peuple Haïtien soit l’instabilité chronique du pays par des mercenaires dominicains et à ce sujet, c’est parce que le gouvernement de haïti avait décidé depuis peu de surveiller davantage lesentrées et les sorties des dominicains sur le sol de haiti que les crimes ont bel et bien réduits dans le pays et ce sont les dominicains qui ont toujours supporté les assassinats d’hommes politiques et d’hommes d’affaires dans le pays dans le seul but de créer de l’instabilité en Haïti.

Avec la crise des immigrants haïtiens de la république dominicaine qui est d,abord une crise de racisme des dominicains contre les haïtiens et les noirs en général, c’est une occasion pour la bourgoisie d’haïti de se racheter devant le peuple en amenant des projets de développement social, économique et politique dans le pays et c’est surtout une autre occasion pour le régime de Martelly et de lamothe soit le président en personne et le premier ministre en personne de réunir la bourgoisie et les représentants des différents partis politiques reconnus dans le pays pour lancer une véritable réconcialition et un véritable contrat social et d’unité nationale afin de profiter de cette chance que les dominicains nous offre avec la crise des immigrants.

à suivre…

Hermann Cebert


%d blogueurs aiment cette page :