Who are the true masters of Haiti: cross-sectional analysis of real opponents to the will and the wishes of the president Joseph MIchel Martelly economic and social change

11 juillet 2015

Le philosophe éveillé

La pensée qui dérange

One is tempted to believe and say at the time that the true masters of Haiti would be the Americans, the French, Canadians and all the major powers who have real interests in the country, even if to a certain extent, all of them ifluencent more or less political and economic decisions in Haiti. The same one is tempted to believe, and to admit that politicians and the media direct and dominate Haiti since their voices and their speech may influence and influence the choices and political decisions, economic and social.

Among other things, it would be entirely also tempted to say that churches, Protestant and Catholic cotrolent undoubtedly the country seen their wealth in the country and also saw their proximity with people and as such, it would be the eglisent that place and move the men in power in the country.

Unfortunately none of these groups and these social categories may have enough power decision-making on the country as the five richest families in the country and, beyond any doubt, what are these five families that keep Haiti in misery, in ignorance, in dirt, in underdevelopment, in social and economic inequalities and which is worse , this are that Fund coups d’etat in the country and finance groups armies that terrorize quickly in the country.

«  » And the authors of the book »Haiti, ten years of history secret comment about a report which was commissioned by the Americans and that bears the name of the investigator rapporteur Walter E. Fauntroy»:» Fauntroy report identifies five large families » that control the top of Haiti’s economy. Brandt, Mews, Biggio, Accra and Behrmanns. Their power emanates « monopolies and corruption. « These personalities and their associates have been identified as being in the front line in financing of terror to intimidate the Haitian people and the democratic forces ‘. p.77

Therefore, one can infer that no project and social program may take form in the country because these five families hold monopolies in all since anyone who would take the risk of venturing in case without swallows it and the financial involvement of one or other of these families is bound to fail because these families accept little competition this competition comes from Haitians or foreigners.

These five families have more than 95% of the country’s wealth and they continue to accumulate wealth, assets and properties in the country, they have depleted and almost eradicated the old traditional bourgeoisie, corrupt political and intellectual the country’s elites and anyone else they can prosper in business nationwide.

Based on what each individual needs to live from birth until his death and this for any what Haitian, I come to the conclusion that every Haitian has contributed up to 75-90% to the richness of these five families throughout his life. In other words, belly of his mother until his grave, if he will have the chance to be buried, man and the Haitian idividu will have been influenced and affected by a decision, an interest or a collaboration of one or all of the five families. «Here is what the authors write recommendations the role and power of these five families in Haiti: ‘

For years, these families use the army, the tonton macoutes, and all the State apparatus to maintain their decadent splendor. They are the true reactionary force. «  p.121. Alone, these five richest families, decide what must be in the plates of each Haitian, they define that each Haitian must wear as clothing, as shoe but also and more again, where is that each Haitian must sleep; they decide that the Haitian must listen to radio, must see as film or even in all cultural activities in the country because they control large news agencies that provide information in the country, they impose their wishes on all of the media in the country.

Similarly, all cars use to move us from one region to another, boats and trucks that we relate to these families not to mention ciq, drugs we buy although they are largely obsolete to try to cure us are all provided by these same families. Everything also produced and supplied by these five families, school books, notebooks, pencils in short, all the school supplies are controlled by these true masters of haiti, these five families. « On the other hand, as regards what state that the ciq most powerful families of the country want to keep the country Haiti, they note and report: ‘ report is the most accurate on the intentions of these barons of the economy. « They have made clear that they wish to at any cost maintain an economy strangled, based on Government concessions, franchises and monopolies.  » They fear that a freely elected Government accountable to the people of Haiti, interfering in their privileges and forces them to compete in an open economy. Such a change is threatening their interests in the short term. To block this evolution, they continue to finance a system of terror. » »

It is true that the promotion that I now can be quite dangerous considering that the small bourgeois and middle-class upstarts can pervert the meaning and the sigification of my process however, if and only if a few people of good will can afford the luxury to read and find its essence to share it with our community leaders I believe that the authors of this book I don’t know would experience the greatest satisfaction in their lives.

However it is to each Haitian and each activist and political activist he comes back to read and act thereafter to that things change finally and finally in this country. To get there it takes each its own class consciousness as well as his own sense of belonging as for example to remember his social origin and keep and maintain social economic and political links with its class to provide live examples for those who will be still attached to the column of the rigors of life because they undergo wild of a minority and especially some families operate as is currently in Haiti.

I invite each Haitian and each militant-activist policy which have not yet read this book to go buy it or still try to order it on any site that offers it. In the meantime I invite you to go on these sites and these blogs that appear to provide excerpts and other links and books iteressants on reality and societal and economic of Haiti organization, our country at all.

Hermann Cebert

References to consult:

http://www.multinationalmonitor.org/hyper/issues/1985/12/Steif.html

http://www.multinationalmonitor.org/hyper/issues/1985/12/index.html

http://Elsie-news.over-blog.com/article-Les-Enjeux-autour-de-la-Chute-de-Duvalier-JCL-59091120.html


Les Classes Sociales en Haïti: Comprendre la Répartition des Richesses en Haïti

8 juillet 2015

Lorsqu’on parle d’Haïti on a tendance à faire des généralisations sans jamais prendre le temps de bien expliquer les particularités de ce pays. On dit souvent que Haïti est le pays le plus pauvre des Amérique s sans pour autant donner plus de détails sur les causes profondes de cette pauvreté.

Qu’il s’agisse de sociologues, d’anthropologues, d’économistes tous font l’unanimité sur l’idée de ne pas vouloir expliciter les causes profondes de l’état de pauvreté et de mendicité de ce pays.

Lorsque les intellectuels parlent de la bourgeoisie, de la classe moyenne et du gros peuple, ils ont tendance à nous laisser sur notre soif de savoir et de bien comprendre de qui sont faites ces classes sociales ou plus précisément, des catégories et des couches sociales qui forment ces dites trois classes.

Cependant si nous essayons de creuser les non dits qui couvrent et recouvrent le discours généraliste de nos pseudo penseurs on peut voir et comprendre une certaine peur de se faire traiter de noiriste, mouvement que François Duvalier s’était approprié pour asseoir son régime autoritaire, ou encore par peur de se faire étiqueté d’anti-mulâtre et d’anti-blanc.

Les intellectuels préfèrent donc maintenir des discours sans fond et sans idées de ce fait, ils se tiennent à l’écart des réalités et des véritables problèmes qui structurent la souffrance et les misères du peuple haïtien.

Dans les faits, quelles sont les classes sociales en Haïti et quelles sont les catégories sociales qui forment ces classes sociales?

Pour éclaircir ces deux questions fondamentales, nous allons faire un survol ethnographique du paysage social, économique et politique de ce pays.

En effet, nous savons que durant la période coloniale l’île d’hispagnola était composée de 1% de blancs qui étaient les colons dominants et leur accouplement avec quelques esclaves de l’heure ils ont donné avec les esclaves noirs naissance à des individus mulâtres , une mixture entre le blanc et le noir et enfin comme essayons de le mentionner les noirs qui eux arrivaient des différentes régions de l’Afrique.

Compte tenu des besoins de production de la société coloniale dHaïti les blancs en faisaient arriver des milliers et des milliers de noirs. De ce fait on peut comprendre que les esclaves noirs étaient devenus la plus grande majorité de la population coloniale et ainsi, cela donnait une répartition approximative de 85% de noirs, 1% de Blancs et 14% de mulâtres.

On peut se souvenir que sous la commande de Jean-Jacques Dessalines, les mulâtres, qui n’arrivaient pas avoir les mêmes droits que les blancs, en la personne de Alexandre Pétion leur représentant se sont alliés à la guerre de l’indépendance. Cette alliance des mulâtres aux noirs a été une véritable convergence des forces de l’opposition et qui a donné notre Indépendance nationale.

Avec donc l’alliance des Mulâtres au Noirs, les blancs avaient été expulsés du pays et ces deux catégories sociales ont dû pacte pour gouverner le pays.

Cependant très tôt les mulâtres commençaient à réclamer les biens des blancs comme étant leur héritages puisque selon eux, ils étaient également les enfants des blancs de-là à dire qu’il s’agissait pour eux des droits légitimes sans aucun respect pour l’idée ou plus encore le projet de la création d’un Nouvel État d’Haïti.

L’étroitesse d’esprit des mulâtres ruinait de facto les fondements d’un État Haïtien Libre, Égalitaire et Fraternel. Voilà en quelque sorte les origines de la division marquante entre les riches et les pauvres en Haïti.

Je n’ai guère besoin de mentionner l’assassinat du père de l’Indépendance Son Excellence l’empereur Jean-Jacques Dessalines. Dans les faits, l’arrivée de Pétion Mulâtre comme successeur à Desssalines doit nous en dire long sur les véritables assassins du Premier répartiteur de richesse du pays. Je laisse aux historiens de faire la lumière sur cette question.

Alors nous pouvons comprendre et retenir que les mulâtres ont participé activement aux côtés des noirs aux différentes guerres de l’indépendance, qu’ils ont essayé dès la proclamation de lacte de l’indépendance de s’approprier de l’ensemble des richesses du pays au nom d’un certain droit légitime d’héritage colonial; qu’il y a des doutes sur les véritables assassins du père de la patrie commune et que, l’arrivée de Pétion à la tête du pays puis également de Boyer ont contribué à conserver Un nouvel État Haïtien constitué de deux classes économiques: les mulâtres qui ont conservé les richesses qu’ils avaient accumulées durant la période coloniale puis que ce sont ces mêmes mulâtres qui sont allés récupérer les anciens biens des colons blancs.

De cet état des lieux, nous pouvons tout aussi comprendre déjà qu’à sa naissance, le nouvel État indépendant d’Haïti campait sa fondation sur une division économique et sociale qui peut nous expliquer l’origine de la répartition actuelle de la richesse en Haïti.

Comme nous aimons le dire chez nous en Haïti, il n’y a jamais fumée sans feu. Le feu d’inégalité qui ronge notre société doit trouver sa source, de ce point de vue, dans l’accaparement des biens nationaux par les mulâtres qui ont participé à la guerre de l’indépendance.

Malgré cet état de fait, nous ne pouvons attribuer exclusivement la responsabilité de notre état de pauvreté actuelle aux seuls mulâtres participants à l’indépendance. Certainement, de 1804 à nos jours, la classe économique de Haïti a été modifiée et compensée par des étrangers venus de l’Europe, du proche et du moyen Orient.

Il n’y a pas de doute que la bourgeoisie mulâtre issue de l’indépendance est quasi-inexistante actuellement en Haïti car celle a d’une part été dilapidée, massacrée et exilée dans la majorité par les régimes des Duvalier, celui de Jean-Claude Duvalier et celle de François Duvalier.

De plus, tant bien que mal cette ancienne bourgeoisie nationale était beaucoup plus préoccupée par l’enrichissement du pays et d’une bien meilleure répartition des richesses dans le pays.

Nous pouvons même dire que cette ancienne bourgeoisie était une bourgeoisie certes nationale mais également nationaliste dans l’ensemble et très travaillante.

Nous pouvons nous souvenir de la capacité de payer de Haïti de la dette de l’indépendance, un vole flagrant de l’État français contre le peuple haïtien, cette dite capacité était rendue possible était en grande partie supportée par les taxes prélevées sur la production de cette grande bourgeoisie nationale.

Sans les investissements de cette classe laborieuse que sont les mulâtres de l’indépendance, nous n’aurions pas été capables de faire fleurir l’économie nationale à la fois pour appuyer les luttes anticolonialistes de Simon Bolivar, du paiement de l’usurpation des français.

Si nous avions parlé de l’ancienne bourgeoisie cela signifie que l’actuelle bourgeoisie en Haïti est différente de cette ancienne et que celle-ci est différente idéologiquement par sa façon de faire les affaires dans le pays ou encore par sa façon de procéder à la répartition de la richesse dans le pays.

De façon évidente cette bourgeoisie ne semble pas suivre les mêmes parcours que la traditionnelle car cette nouvelle bourgeoisie locale d’Haïti elle, est issue de deux situations politiques: le débarquement des Yankees en 1915 et les exodes de l’Europe durant la deuxième guerre mondiale.

En effet, c’est à partir de 1915 que les premiers hommes d’affaires juifs et arabes sont arrivés en Haïti. Ces groupes commerçants d’origine juive, et arabe sont arrivés comme nous le disons avec l’occupation du pays par les américains. La deuxième vague est arrivée après 1945 compte tenu de la persécution de l’Allemagne nazi.

De ce rappel historique, nous devons retenir que l’ancienne bourgeoisie traditionnelle de Haïti a été renforcée par des commerçants et hommes et ces femmes juives venues des États-Unis et de l’Europe plus particulièrement de l’Allemagne, de la France, de l’Italie.

De même il y a également des Hommes et des femmes d’affaires arabes venus plus particulièrement de la Palestine, de la Syrie et du Liban.

D’entrée de jeu, il faut mentionner qu’un grand nombre de ces arrivants sur le sol d’Haïti n’avaient pas un seul sou lorsqu’ils ont débarqué dans le pays et ce fut grâce à des programmes d’investissement qu’ils ont pu acquérir assez d’argent pour pouvoir partir leurs commerces compte tenu de la qualité de gestion de ces derniers.

Très vite les juifs , les palestiniens, les syriens et les libanais n’ont pas pris beaucoup de temps pour s’enrichir et pour devenir extrêmement riches.

Or, c’est là que le bas blaisse. Jusqu’à aujourd’hui je ne connais aucune étude ou rapport rédigé et publié sur la façon que ces étrangers devenus entre parenthèse aussi riches dans le pays.

Je laisse le soin aux économistes, aux juristes et aux sociologues de résoudre cette question latente et urgente.

Comme nous pouvons le constater avec l’occupation américaine de 1915 et les exodes de la deuxième guerre mondiale, Haïti a connu l’arrivée massive d’une nouvelle classe d’affaire qui, avec la complicité des américains et de certains gouvernements haïtiens pour supplanter la classe d’affaire traditionnelle du pays.

Le système colonial imposé par les américains en collaboration avec les gouvernements mulâtres de cette occupation ont mis en place tout une stratégie de dilapidation et d’exécution de la bourgeoisie traditionnelle du pays, celle qui était travaillante et productive.

Peu à peu, avec des stratégies de destruction totale, la nouvelle classe d’affaire issue de l’occupation américaine de 1915 et plus tard de la deuxième guerre mondiale se sont mis à renverser la bourgeoisie traditionnelle en achetant les entreprises que celle-ci possédait pour enfin les démanteler et d’aller acheter à l’étranger les mêmes biens qui étaient produits localement.

La grande majorité des entreprises nationales et stratégiques pour l’État haïtien sont donc vendues ou du moins forcées d’être vendues à la nouvelle classe d’affaire que forment les juifs, les palestiniens, les syriens et les libanais.

Alors, compte tenu de ce renversement de l’ancienne bourgeoisie traditionnelle par une nouvelle bourgeoisie aux origines étrangères, nous pouvons aisément comprendre et accepter que la bourgeoisie actuelle est une bourgeoisie exotique et étrangère.

 D’une part aux besoins légitimes de développement et de production nationale et d’autre part, de part les circonstances entourant de sa venue dans le pays et, du fait même du mystère qui entoure les manières d’enrichissement de cette nouvelle bourgeoisie qui vit en Haïti mais qui demeure attachée aux intérêts étrangers. Cette bourgeoisie ne s’accorde nullement avec les besoins réels du pays.

De même cette nouvelle bourgeoisie n’a jamais éprouvé aucun désir véritable de participer au développement du pays voire à son aucun gouvernement depuis Dumarsais Estimé n’a pensé à inciter cette bourgeoisie en Haillon comme pour répéter le Docteur Rony Durand dans penser le développement, son livre.

Les juifs, les libanais, les syriens et les palestiniens qui forment l’actuelle bourgeoisie d’Haïti n’ont jamais manifesté un intérêt réel pour redonner au Pays sa splendeur de l’après de son indépendance. Cette bourgeoisie est en rupture parfaite avec la vielle bourgeoisie nationale et locale d’Haïti.

Il faut noter qu’il existe encore quelques familles issues de la vielle bourgeoisie nationale cependant, cette catégorie sociale s’est beaucoup appauvris et ne constituent plus une véritable force économique capable de remettre le pays sur ses rails.

Il nous faut un cri ou un renversement de conception pour forcer à cette actuelle bourgeoisie de s’impliquer activement dans un processus de développement et d’enrichissement national.

Nous espérons que l’arrivée de Michel Martelly correspond à une prise de conscience de la bourgeoisie actuelle du pays.

Toutefois nous doutons fort que celle-ci soit consciente jusqu’à se sentir responsable de la reprise et du déblocage du pays.

Estimée à 5% les mulâtres et les blancs qui forment la bourgeoisie nationale, nationale en terme sur le territoire national, possède plus de 97% des richesses du pays doivent se rendre compte que le pays ne peu plus être géré et gouverné selon les échéanciers de leur minorité.

Ils ont l’occasion de s’impliquer maintenant dans la construction du pays et ils doivent enfin se rendre compte qu’ils possèdent toutes les banques privées du pays, qu’ils possèdent toutes les entreprises industrielles du pays, qu’ils possèdent la quasi totalité des entreprises de services dans le pays, qu’ils ont mains mises sur les importations des biens de consommation du pays par conséquent , ils doivent changer leurs façons de faire les affaires dans le pays.

C’est également leur responsabilité de se sentir haïtiens et de participer au développement et une meilleure répartition de richesse dans le pays. Ils ne peuvent plus continuer de se comporter en étrangers

Hermann Cebert


Qui financent la violence et la misère en Haïti: les familles les plus riches de Haïti

3 avril 2015

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

Je remercie tous mes fidèles lecteurs qui ne cessent de grossir chaque jour et qui m’ont fait part de leurs commentaires et de leurs questions et,  j’en profite aujourd’hui pour répondre à certaines de ces questions. À ceux qui se demandent si je suis contre les gens riches de Haïti et de la bourgeoisie, je leur répond non.

Je ne suis pas contre ces gens-là cependant, je suis contre leurs pratiques commerciales et leurs idéologies de haine raciale et commerciale sans oublier leurs appétits pour la violence et la terreur qu’ils ne cessent de financer à travers les complots d’assassinats et de coup d’état politique et économique dans le pays.

Je suis pour un capitalisme national mais responsable socialement en termes de répartitions de richesses compte tenu que l’état est un très mauvais répartiteur de richesses dans le pays.

De plus je conçois mal un capitalisme qui s’articule autour de la violence mafieuse et du monopole archaïque et rétrograde par conséquent, je suis pour un capitalisme national où la concurrence et les règles font loi comme cela se pratique dans les pays développés.

Je suis pour une pluralité de leaders d’hommes et de femmes d’affaires venant de partout dans le monde désireux de faire prospérer le pays en vue d’améliorer la qualité et les conditions de vie de tous les haïtiens puisque le pays possède assez d’atouts pour permettre à quiconque de prospérer en affaires tout en jouissant de notre climat enchanteur et envié.

Espérant avoir répondu sans détours à cette qui préoccupait plusieurs de mes lecteurs, j’espère que chaque lecteur continuera de me faire parvenir leurs questions et il me fera toujours un plaisir immense de les répondre. Merci, bonne lecture à tout un chacun.

Dans cet article j’aborde la question du projet d’extermination de tous les Haïtiens par les familles les plus riches de Haïti. Selon mon constat, si les riches continuent de pratiquer le modèle économique de type féodal qu’ils ont présentement, il est fort probable que d’ici cinq à dix ans d’assister à l’extermination pure et simple de tous les haïtiens.

En fait pour bien comprendre cette constatation  et l’affirmation qui la complète, il faut se référer au taux de chômage grandissant dans le pays, au taux d’inflation galopante imposée par les philosophies commerciales de la bourgeoisie commerciale du pays et également, il faut se référer aux actions souterraines en matière des sources de financement des régimes de terreurs dans le pays.

Tous les experts et chercheurs internationaux admettent quasi unanimement que la bourgeoisie de Haïti est l’une des bourgeoisies les plus réactionnaires du monde. Elle ne produit quasiment rien en terme de biens industriels et agricoles et, elle pratiques un capitalisme archaïque et féodal.

Elle possède des monopoles dans tous les secteurs de l’activité économique du pays sans oublier la haine qu’elle éprouve pour tout le peuple Haïtien.

Cette bourgeoisie n’entretient aucun lien de fraternité avec le reste de la population et le plus souvent les membres de cette bourgeoisie préfèrent s’accoupler entre eux au lieu de se mêler avec la population locale du pays.

Il est vrai que la production agricole et industrielle ont diminué terriblement en Haïti au cours de ces vingt dernières années à cause des problèmes politiques.

Cependant tout le mal actuel du pays ne vient pas seulement des groupes politiques bien que ces derniers aient pu faire preuve d’un  manque  flagrant de leadership et de responsabilité durant cette longue et triste période politique dans le pays.

Durant ces deux dernières décennies les troubles politiques ont été majoritairement supportés et financés par les élites écoomiques et financières du pays: les cinq familles les plus riches du pays ont financé les régimes de terreur en vue de combattre toute volonté de changement social, économique et politique parce que voulant conserver leurs monopoles dans tous les secteurs de l’activité économique du pays.

De même, les familles riches du pays ont profité pour fermer leurs entreprises dans le pays jusqu’à diminuer leurs investissements réels dans le pays préférant pratiquer la mise en sac ou l’emballage puisque cette catégorie d’affaires leur est devenue plus rentable.

Si autrefois, les hommes et femmes d’affaires de Haïti faisaient de la sous-traitance pour les compagnies Nord-Américaines, depuis plus de vingt ans, ces derniers ont préféré acheter ce qu’ils produisaient autrefois pour ne pratiquer que l’emballage.

 En fait malgré ce changement de spécialisation qui auraient dû être plus circonstancielle diraient certains selon une certaine approche de réalisme d’affaires, cette nouvelle activité est plutôt devenue leur principale activité de production affaiblissant ainsi les capacités productives du pays.

Les industriels et les commerçants de Haïti important de plus en plus les denrées en vrac deviennent  tout à coup de simples acheteurs et transformant pour ainsi dire tout le pays en une porcherie où le peuple est considé comme du bétail que les  commerçants doivent nourrir avec les biens importés.

Les commerçants de Haïti sont les seuls au monde à augmenter les prix des biens non en fonction des réalités du marché international et des variations des prix internationaux mais comme bon leur semble.

Ils commande le moindrement possible. Ils cachent les biens pour créer une rareté artificielle  puis, après trois, six ou douze mois, ils remettent les mêmes produits sur le marché avec des augmentations extrêmement élevées.

Ils ne se soucient pas de la qualité des produits puisqu’ils sont les seuls importateurs, le peuple n’a aucun choix que de consommer ces produits avariés.

De cette pratique commerciale, il en résulte la chèreté de la vie et des taux d’inflations qui défient l’entendement.

En l’espace de seulement deux ans, soit après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a ravagé complètement plusieurs régions du pays, les prix des produits de première nécessité ont connu des hausses variant de 12% à 43% alors que sur le marché iternational les variations sont nettement en dessous de celles enregistrées en Haïti.

Évidemment, il ne faut pas négliger les différentes augmentations de prix que les commerçants avaient déjà appliqués sur les produits et les services qu’ils offrent sur le marché local. En effet, de 199o 2010 qui a marqué l’arrivée d’un sentiment et d’une volonté de changement dans le pays, les prix des biens de première nécessité avaient connu des augmentations de 1200%  alors que tous ces biens avaient été importés de l’étranger ou les augmentations n’avaient pas dépassées 100%.

La bourgeoisie de Haïti est anti-productive elle d’abord et avant tout une bourgeoisie de consommation qui importe tout de l’étranger et  se faisant elle procède à l’extermination pure et simple de l’ensemble du peuple haïtien.

Cette bourgeoisie étrangle volontairement tout un peuple obligé de s’agénouiller pour se ouvrir, se vêtir et s’abriter et de ce point de vue il implique que chaque haïtien a le devoir de se révolter contre cette bourgeoisie qui l’extermine à petits feux mais sûrement.

Plusieurs se demandent avec raisons de juger les criminels notoires comme jean-claude duvalier mais personne, y compris les journalistes engagés, n’osent soulever la question d’un jugement au criminel de ceux qui pillent les richesses du pays et qui l’extermine.

Oui, si personne ne se soulève contre les agissements de cette bourgeoisie, ce sont tous les haïtiens vivant dans le pays qui risquent d’être exterminé par cette bourgeoisie assoiffée de sang et de richesse.

Les bourgeois de Haïti doivent changer leurs façons de faire les affaires dans le pays et ils doivent s’identifier au pays et éprouver au moins un certain nationalisme à défaut d’un nationalisme tout court. Il est intolérable de les voir laisser le pays s’éffondrer à cause de leur éloignement avec le peuple et le pays.

Hermann cebert

Voici un tableau des différentes variations des prix des biens de premières écessités trouvé sur le site de radio métropole de haïti:

Mardi, 20 avril 2010 10:24

Haïti: Les prix du marché, toujours trop haut

Le volume du riz importé a augmenté au cours des deux dernières semaines à Port-au-Prince. Toutes les marques de riz qui ont été vendus dans le commerce avant le tremblement de terre se trouvent maintenant sur le marché de la Croix-des-Bossales.

Les prix des haricots noirs et du riz importé ont diminué sur le marché de la Croix-des-Bossales ces deux dernières semaines, toutefois les prix restent haut par rapport au prix du marché avant le séisme du 12 janvier. La baisse des prix du riz importé observé cette semaine est en partie due à la diminution des prix du riz sur le marché international.

Sur les marchés de Port-au-Prince et jacmel, l’observatoire des prix constate que malgré le volume d’aide alimentaire et à part quelques exceptions, le prix des produits alimentaire, depuis le séisme du 12 janvier ne cesse d’augmenter même si l’on constate un léger ralentissement de la hausse des prix.

Prix du marché à Croix-des-Bossales (Port-au-Prince)

Riz importé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes – le 12 mars 135 Gdes (+ 13%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 240 Gdes – le 12 mars 200 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 180 Gdes – le 12 mars 225 Gdes (+ 25%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 170 Gds – le 12 mars 150 Gdes (-12%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 80 Gdes – le 12 mars 100 Gdes (+ 25%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 75 Gdes (+ 25%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 70 Gdes – le 12 mars 100 Gdes (+43%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 75 Gdes (+25%)
Sel Avant le séisme 20 Gdes – le 12 mars 20 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 130 Gdes – le 12 mars 150 Gdes (+15%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 120 Gdes – le 12 mars 125 Gdes (+4%)
L’huile de cuisine (alberto et Rika) 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes – le 12 mars 250 Gdes (0%)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 12 Gdes – le 12 mars 12 Gdes (0%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 600 Gdes – le 12 mars 700 Gdes (+17%)

Prix sur le marché de Jacmel

Riz importé (6 lbs) Avant séisme 132 Gdes – le 12 mars 150Gdes (+ 14%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 360 Gdes – le 12 mars 300 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 210 Gdes – le 12 mars 240 Gdes (+ 14%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 150 Gds – le 12 mars 195 Gdes (+30%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (+ 33%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 72 Gdes (+ 20%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (+33%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (0%)
Sel Avant le séisme 45 Gdes – le 12 mars 45 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 150 Gdes – le 12 mars 180 Gdes (+20%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 132 Gdes – le 12 mars 144 Gdes (+9%)
L’huile de cuisine Alberto 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes – le 12 mars 265 Gdes (+6 %)
L’huile de cuisine Rika 1 Gal Avant le séisme 275 Gdes – le 12 mars 250 Gdes (-9 %)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 13 Gdes – le 12 mars 15 Gdes (+ 20%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 300 Gdes – le 12 mars 350 Gdes (+17%)

N/ Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_econ_fr.php?id=17585

à suivre

Hermann Cebert


Les Familles extrêmement Riches de Haïti sont en Train d’Exterminer les Haïtiens: L’extermination des haïtiens prévue Dans 5 ans ou 10 ans encore

3 avril 2015

Je remercie tous mes fidèles lecteurs qui ne cessent de grossir chaque jour et qui m’ont fait part de leurs commentaires et de leurs questions et,  j’en profite aujourd’hui pour répondre à certaines de ces questions. À ceux qui se demandent si je suis contre les gens riches de Haïti et de la bourgeoisie, je leur répond non. Je ne suis pas contre ces gens-là cependant, je suis contre leurs pratiques commerciales et leurs idéologies de haine raciale et commerciale sans oublier leurs appétits pour la violence et la terreur qu’ils ne cessent de financer à travers les complots d’assassinats et de coup d’état politique et économique dans le pays.

Je suis pour un capitalisme national mais responsable socialement en termes de répartitions de richesses compte tenu que l’état est un très mauvais répartiteur de richesses dans le pays. De plus je conçois mal un capitalisme qui s’articule autour de la violence mafieuse et du monopole archaïque et rétrograde par conséquent, je suis pour un capitalisme national où la concurrence et les règles font loi comme cela se pratique dans les pays développés.

Je suis pour une pluralité de leaders d’hommes et de femmes d’affaires venant de partout dans le monde désireux de faire prospérer le pays en vue d’améliorer la qualité et les conditions de vie de tous les haïtiens puisque le pays possède assez d’atouts pour permettre à quiconque de prospérer en affaires tout en jouissant de notre climat enchanteur et envié.

Espérant avoir répondu sans détours à cette qui préoccupait plusieurs de mes lecteurs, j’espère que chaque lecteur continuera de me faire parvenir leurs questions et il me fera toujours un plaisir immense de les répondre. Merci, bonne lecture à tout un chacun.

Dans cet article j’aborde la question du projet d’extermination de tous les Haïtiens par les familles les plus riches de Haïti. Selon mon constat, si les riches continuent de pratiquer le modèle économique de type féodal qu’ils ont présentement, il est fort probable que d’ici cinq à dix ans d’assister à l’extermination pure et simple de tous les haïtiens.

En fait pour bien comprendre cette constatation  et l’affirmation qui la complète, il faut se référer au taux de chômage grandissant dans le pays, au taux d’inflation galopante imposée par les philosophies commerciales de la bourgeoisie commerciale du pays et également, il faut se référer aux actions souterraines en matière des sources de financement des régimes de terreurs dans le pays.

Tous les experts et chercheurs internationaux admettent quasi unanimement que la bourgeoisie de Haïti est l’une des bourgeoisies les plus réactionnaires du monde. Elle ne produit quasiment rien en terme de biens industriels et agricoles et, elle pratiques un capitalisme archaïque et féodal. Elle possède des monopoles dans tous les secteurs de l’activité économique du pays sans oublier la haine qu’elle éprouve pour tout le peuple Haïtien. Cette bourgeoisie n’entretient aucun lien de fraternité avec le reste de la population et le plus souvent les membres de cette bourgeoisie préfèrent s’accoupler entre eux au lieu de se mêler avec la population locale du pays.

Il est vrai que la production agricole et industrielle ont diminué terriblement en Haïti au cours de ces vingt dernières années à cause des problèmes politiques. Cependant tout le mal actuel du pays ne vient pas seulement des groupes politiques bien que ces derniers aient pu faire preuve d’un  manque  flagrant de leadership et de responsabilité durant cette longue et triste période politique dans le pays.

Durant ces deux dernières décennies les troubles politiques ont été majoritairement supportés et financés par les élites écoomiques et financières du pays: les cinq familles les plus riches du pays ont financé les régimes de terreur en vue de combattre toute volonté de changement social, économique et politique parce que voulant conserver leurs monopoles dans tous les secteurs de l’activité économique du pays.

De même, les familles riches du pays ont profité pour fermer leurs entreprises dans le pays jusqu’à diminuer leurs investissements réels dans le pays préférant pratiquer la mise en sac ou l’emballage puisque cette catégorie d’affaires leur est devenue plus rentable. Si autrefois, les hommes et femmes d’affaires de Haïti faisaient de la sous-traitance pour les compagnies Nord-Américaines, depuis plus de vingt ans, ces derniers ont préféré acheter ce qu’ils produisaient autrefois pour ne pratiquer que l’emballage.

 En fait malgré ce changement de spécialisation qui auraient dû être plus circonstancielle diraient certains selon une certaine approche de réalisme d’affaires, cette nouvelle activité est plutôt devenue leur principale activité de production affaiblissant ainsi les capacités productives du pays.

Les industriels et les commerçants de Haïti important de plus en plus les denrées en vrac deviennent  tout à coup de simples acheteurs et transformant pour ainsi dire tout le pays en une porcherie où le peuple est considé comme du bétail que les  commerçants doivent nourrir avec les biens importés.

Les commerçants de Haïti sont les seuls au monde à augmenter les prix des biens non en fonction des réalités du marché international et des variations des prix internationaux mais comme bon leur semble. Ils commande le moindrement possible. Ils cachent les biens pour créer une rareté artificielle  puis, après trois, six ou douze mois, ils remettent les mêmes produits sur le marché avec des augmentations extrêmement élevées. Ils ne se soucient pas de la qualité des produits puisqu’ils sont les seuls importateurs, le peuple n’a aucun choix que de consommer ces produits avariés. De cette pratique commerciale, il en résulte la chèreté de la vie et des taux d’inflations qui défient l’entendement.

En l’espace de seulement deux ans, soit après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a ravagé complètement plusieurs régions du pays, les prix des produits de première nécessité ont connu des hausses variant de 12% à 43% alors que sur le marché iternational les variations sont nettement en dessous de celles enregistrées en Haïti. Évidemment, il ne faut pas négliger les différentes augmentations de prix que les commerçants avaient déjà appliqués sur les produits et les services qu’ils offrent sur le marché local. En effet, de 199o 2010 qui a marqué l’arrivée d’un sentiment et d’une volonté de changement dans le pays, les prix des biens de première nécessité avaient connu des augmentations de 1200%  alors que tous ces biens avaient été importés de l’étranger ou les augmentations n’avaient pas dépassées 100%.

La bourgeoisie de Haïti est anti-productive elle d’abord et avant tout une bourgeoisie de consommation qui importe tout de l’étranger et  se faisant elle procède à l’extermination pure et simple de l’ensemble du peuple haïtien. Cette bourgeoisie étrangle volontairement tout un peuple obligé de s’agénouiller pour se ouvrir, se vêtir et s’abriter et de ce point de vue il implique que chaque haïtien a le devoir de se révolter contre cette bourgeoisie qui l’extermine à petits feux mais sûrement.

Plusieurs se demandent avec raisons de juger les criminels notoires comme jean-claude duvalier mais personne, y compris les journalistes engagés, n’osent soulever la question d’un jugement au criminel de ceux qui pillent les richesses du pays et qui l’extermine.

Oui, si personne ne se soulève contre les agissements de cette bourgeoisie, ce sont tous les haïtiens vivant dans le pays qui risquent d’être exterminé par cette bourgeoisie assoiffée de sang et de richesse. Les bourgeois de Haïti doivent changer leurs façons de faire les affaires dans le pays et ils doivent s’identifier au pays et éprouver au moins un certain nationalisme à défaut d’un nationalisme tout court. Il est intolérable de les voir laisser le pays s’éffondrer à cause de leur éloignement avec le peuple et le pays.

Voici un tableau des différentes variations des prix des biens de premières écessités trouvé sur le site de radio métropole de haïti:

Mardi, 20 avril 2010 10:24

Haïti: Les prix du marché, toujours trop haut

Le volume du riz importé a augmenté au cours des deux dernières semaines à Port-au-Prince. Toutes les marques de riz qui ont été vendus dans le commerce avant le tremblement de terre se trouvent maintenant sur le marché de la Croix-des-Bossales.

Les prix des haricots noirs et du riz importé ont diminué sur le marché de la Croix-des-Bossales ces deux dernières semaines, toutefois les prix restent haut par rapport au prix du marché avant le séisme du 12 janvier. La baisse des prix du riz importé observé cette semaine est en partie due à la diminution des prix du riz sur le marché international.

Sur les marchés de Port-au-Prince et jacmel, l’observatoire des prix constate que malgré le volume d’aide alimentaire et à part quelques exceptions, le prix des produits alimentaire, depuis le séisme du 12 janvier ne cesse d’augmenter même si l’on constate un léger ralentissement de la hausse des prix.

Prix du marché à Croix-des-Bossales (Port-au-Prince)

Riz importé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes – le 12 mars 135 Gdes (+ 13%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 240 Gdes – le 12 mars 200 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 180 Gdes – le 12 mars 225 Gdes (+ 25%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 170 Gds – le 12 mars 150 Gdes (-12%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 80 Gdes – le 12 mars 100 Gdes (+ 25%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 75 Gdes (+ 25%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 70 Gdes – le 12 mars 100 Gdes (+43%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 75 Gdes (+25%)
Sel Avant le séisme 20 Gdes – le 12 mars 20 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 130 Gdes – le 12 mars 150 Gdes (+15%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 120 Gdes – le 12 mars 125 Gdes (+4%)
L’huile de cuisine (alberto et Rika) 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes – le 12 mars 250 Gdes (0%)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 12 Gdes – le 12 mars 12 Gdes (0%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 600 Gdes – le 12 mars 700 Gdes (+17%)

Prix sur le marché de Jacmel

Riz importé (6 lbs) Avant séisme 132 Gdes – le 12 mars 150Gdes (+ 14%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 360 Gdes – le 12 mars 300 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 210 Gdes – le 12 mars 240 Gdes (+ 14%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 150 Gds – le 12 mars 195 Gdes (+30%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (+ 33%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 72 Gdes (+ 20%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (+33%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (0%)
Sel Avant le séisme 45 Gdes – le 12 mars 45 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 150 Gdes – le 12 mars 180 Gdes (+20%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 132 Gdes – le 12 mars 144 Gdes (+9%)
L’huile de cuisine Alberto 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes – le 12 mars 265 Gdes (+6 %)
L’huile de cuisine Rika 1 Gal Avant le séisme 275 Gdes – le 12 mars 250 Gdes (-9 %)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 13 Gdes – le 12 mars 15 Gdes (+ 20%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 300 Gdes – le 12 mars 350 Gdes (+17%)

N/ Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_econ_fr.php?id=17585

à suivre

Hermann Cebert


Jean-Bertrand Aristide sur le point d’être officiellement inculpé en Floride: Qui a le droit de juger ou de condamner un ex président des États-Unis?

1 septembre 2013

  

Une récente ordonnance de la justice fédérale des Etats-Unis dans le dossier des sociétés-écran de télécommunications américaines ayant soudoyé des responsables de l’ex-Téléco, vise particulièrement l’ex-Président Aristide.

M. Patrick Joseph, ex-directeur général de la compagnie de télécommunications d’État TELECO, a pleinement coopéré avec le Département de la Justice dans cette affaire de corruption et de pots de vins. Il aurait fait d’importantes révélations sur l’attribution présumée de pots-de-vin à l’ancien Président Aristide dans cette affaire.

Ayant plaidé coupable devant un tribunal en Floride, ce dernier a été reconnu coupable d’avoir reçu des pots-de-vin alors qu’il était directeur-général de la compagnie de télécommunications d’État TELECO. Il aurait révélé avoir partagé les pots-de-vin reçus avec l’ex-président Aristide. Il a été condamné à la prison aux États-Unis pour détournement et blanchiment d’argent.

Lors d’une audition le mois dernier en relation avec l’inculpation de Patrick Joseph, un procureur a soutenu que la moitié d’un montant de 1 million de dollars de pots-de-vin présumés a été remise à un « Officiel B » qui ne serait autre que l’ex- président Aristide lui-même.

Les pots-de-vin auraient transité par la « Digitek » dirigée par le beau-frère du président Aristide, Lesly Lavelanet et par la Banque centrale de la République d’Haïti, dont le gouverneur était alors M. Venel Joseph, père de Patrick Joseph.

Mais, les témoins disparaissent

Assigné comme témoin à comparaitre, M. Venel Joseph, s’apprêtait à se rendre aux autorités américaines dans le cadre de cette enquête judiciaire sur l’exploitation illégale du système d’appels internationaux de la TELECO par des sociétés-écrans basées aux États-Unis. Il a été assassiné quelques jours après que le Miami Herald ait ébruité le fait que son fils était passé aux aveux et qu’il avait fait des révélations compromettantes pour M. Aristide. Depuis, la sécurité de M. Joseph, (le fils) est devenue une affaire primordiale pour les autorités américaines et sa protection est maintenant assurée par le FBI et d’autres organismes fédéraux.

Rappelons que M. Venel Joseph a été gouverneur de la Banque de la République d’Haïti durant tout le second mandat du Président Aristide, soit de 2001 jusqu’à sa chute en 2004. Au cours de cette même période, son fils Patrick Joseph était directeur général de la compagnie de télécommunications d’État TELECO.

Le Wall Street Journal qualifie l’assassinat de M.Venel Joseph de « meurtre sur commande ».

A federal bribery case in Miami may shed light on how a well-connected U.S. firm operated during the Aristide years.

The slaying of a former director of the Haitian Central Bank in Port-au-Prince last week might at first seem like a random event in a violent country. But the shooting of Venel Joseph at the wheel of his car looks more like a hit job. It comes just days after the Miami Herald reported that Joseph’s son, Patrick Joseph, is a key witness in a federal bribery case in Miami involving alleged kickbacks paid by American telecom companies to Haitian officials. The younger Joseph, according to Herald sources, has fingered former Haitian President Jean Bertrand Aristide as one of those officials.

The indictment doesn’t name Mr. Aristide. But the Herald reported that lawyers familiar with the case said that an unnamed individual in the document— »Official B »—is « indeed the ex-president. » The Justice Department alleged in court that « Official B » and Patrick Joseph, who is a former director general of the government telecom monopoly Haiti Teleco, received kickbacks from U.S. companies in exchange for favorable pricing when terminating calls in Haiti. Mr. Joseph has pleaded guilty to taking bribes and is cooperating with Justice, according to the Herald article.

It is a case that ought to interest Americans, and not only because it means Mr. Aristide—who was, according to a detailed lawsuit filed by Haiti in civil court in South Florida in 2005, a notoriously corrupt strongman—might be brought to justice. That would be a step toward ending impunity in Haiti, which in turn would be good for political stability and for U.S. security interests in the hemisphere. Mr. Aristide’s American lawyer, Ira Kurzban, told the Herald that there is « not one shred of evidence » against his client in the indictment.

But for Americans there may be another even more important reason to pay attention: It is possible that by getting to the bottom of how Haiti Teleco operated during the Aristide years, investigators will finally uncover the details of the arrangement that Fusion Telecommunications—run by former Democratic Party Finance Chairman Marvin Rosen with Joseph P. Kennedy II and numerous influential Democrats on the board—had in Haiti during the Clinton years. That would be edifying, given how Bill Clinton inexplicably tolerated Mr. Aristide’s despotism even after the U.S. had restored him to power in 1994.

Back in those days, Haitians working for Teleco whispered to me of an alleged kickback scheme. Teleco was one of the few sources of hard currency for the country and they charged that the deal between Fusion and Mr. Aristide meant that the company was being looted. They claimed that Fusion had an office inside Teleco, was getting access to the Teleco network at a big discount, and was paying Mr. Aristide in return.

But there was no transparency at Teleco, and these brave patriots were afraid to go public with what they knew. It was only after Mr. Aristide was pushed from power by a popular revolt in February 2004 that the interim government could confirm that the company had been cleaned out.

In the fall of 2004 I was approached by Michael Jewett, a former telecom executive at New Jersey-based IDT. He alleged that he had been fired from the company for objecting to a bribery scheme similar to the one that had been described to me by Haitians regarding Fusion. He had filed a wrongful dismissal case that alleged that he was told to put payments in an offshore account for the benefit of Mr. Aristide. Federal Communications Commission records proved that Teleco had indeed given IDT a 66% discount to the official rate, but Mr. Jewett was never able to prove that Mr. Aristide was the beneficiary of the offshore account. IDT denied wrongdoing and eventually settled with him out of court.

That case prompted me to ask the FCC for copies of Fusion’s contracts. I was told that the file had disappeared from its record room. When the FCC asked carriers to send duplicates, Fusion said hurricanes had destroyed many of its records, and it produced only one document. Then it went to court to block me from seeing it. I used the Freedom of Information Act to prevail and learned that in 1999 Teleco had given Fusion a rate of 12 cents per minute when the official rate was 50 cents.

Joseph P. Kennedy II wrote in a letter published by the Journal that he was « not aware » of any wrongdoing on the part of Fusion. The company has long maintained its innocence, and it has not been charged. But the Justice Department now alleges in its indictment that other companies that received discounts paid kickbacks to get them.

Patrick Joseph could be the best hope that Haitians have of getting to the truth about Mr. Aristide and his American business partners. But sources say the former Teleco executive still has relatives in Haiti. If he fears for them, he could clam up. That would be one explanation for his father’s murder.

Write toO’Grady@wsj.com


Une autopsie qui nous coûte des mines d’or, de l’argent du nickel, de la bauxite et le renouvellement de la minustah pour laver la réputation du crime odieux des martelly-lamothe

4 août 2013

Une autopsie qui nous coûte tous nos mines d’or, nos mines d’argent, nos mines de nickel, nos mines de bauxite  ainsi que le renouvellement de la minustah pour laver la réputation du crime odieux des martelly-lamothe.

 

On peut se souvenir de l’entreprise minière canadienne Sainte Geneviève qui exploite les mines d’or dans le nord du pays à milot qui avait été mentionnée par Guy Philippe comme financier du coup d’État contre Jean-Bertrand Aristide et tout dernièrement également les tiraillements et l’achrnement des pays comme le Canada et les États-Unis qui demandaient à leurs ressortissants de ne pas visiter Haïti à cause des problèmes de violence dans le pays, tout cela semble confirmer de vastes complots des puissances pour s’approprier servilement et gratuitement les trésors miniers d’haïti.

 

Ces crimes doivent être considérés comme des conditions chaotiques que la minustah et les grandes puissances financent dans le pays pour à la fois pour fragiliser le gouvernement le gouvernement incompétent et appatride des martelly-Lamothe en vue de tout profiter dans le pays.

 

Malheureusement, nos politiciens magouilleurs comme quelques députés et quelques sénateurs ainsi que les chefs des partis politiques n’ont aucun sens et recul nécessaire pour analyser et mieux comprendre les jeux d’intérêts etde coulisse qui se font au sein du pouvoir et aux abords du pouvoirs comme dans les ambassades et des les représentations des organisations internationales.

 

Haïti est seule au monde comme le chante si bien le Chanteur Corneille. Ni les politiciens ni ceux qui se cachent derrières des Portes paroles, de véritables  sacs vides comme Jean-Bertrand Aristide ne se mettent au service de la Patrie en danger avec les Martelly-Lamorte ou encore des Himler Rébu qui semble même inviter le régime à procéder à l’exécution sommaire d’Aristide.

 

Souvent je me demande encore s’il y a encore dans le pays des Haïtiens de caractère capables d’endosser leurs responsabilités citoyennes face à la descente aux enfers du pays. Le pays est sous occupations d’une coalition de puissances coloniales assoiffées de nos riches et maigres ressources comparativement à ce que ces pays possèdent chez eux mais non exploitées.

Tout ce que ces grandes puissances veulent, c’est de nous exécuter collectivement avec la complicité des anti-nationaux. Oui les grandes puissances veulent exterminer tous les haïtiens afin de pouvoir transformer Haïti en leur arrière cours balnéaire et de villégiature.

 

D’ailleurs très bientôt, d’ici cinq à dix ans, les Haïtiens seront encore plus minoritaires chez eux parce que toutes les terres appartiendront à des étrangers qui ont déjà commencé à acheter les terres fertiles comme caracol avec le projet industriel de Bill Clinton, les projets de l’île-à-vâche, les projets du nord-ouest et du Sud-Est et sans oublier les vastes projets qu’on va implanter à Port-au-Prince incluant l’élimination de toutes les familles se trouvant dans les zones de Martissants, de Cité L’éternel, Cité de Dieu, Cité Soleil et de bel-air et de bizoton.

 

De toute façon, à en croire les différents crimes et attentats commis au pays par accident et empoisonnement, il doit y avoir des assassins dans des restaurants à pétion-ville qui sont pays et qui continuent de tuer pour pour les puissances impérialistes et également pour la minustah et le régime de Joseph Michel martelly.

 

De fait il serait recommandé aux citoyens qui font de la politique de ne pas manger dans les restaurants de pétion-ville et je présume qu’une enquête approfondie permettrait de savoir et de découvrir un nombre important de morts et de victime d’AVC ou de crise cardiaque puisque les poisons utilisés sont extrêmement violents.

 

JUDGE JOSEPH’S CANADIAN AUTOPSY RELEASED AND REVEALS ABSOLUTELY  NOTHING CRIMINAL OR SUSPICIOUS.

IT DESCRIBES  A MAN WITH AN ONGOING HEART PROBLEM, PAST HEART OPERATION, HIGH BLOOD PRESSURE, POOR CIRCULATORY SYSTEM AND A TENDENCY TOWARDS A STROKE.

NO POISON. NO ABNORMAL DRUGS.

NOW THAT THE TRUTH IS OUT, WHAT WILL THE MEDIA AND OPPOSITION POLITICIANS LIE ABOUT?

FLASH!!! JUDGE JOSEPH’S CANADIAN AUTOPSY RELEASED AND REVEALS ABSOLUTELY NOTHING CRIMINAL OR SUSPICIOUS.

http://www.haitian-truth.org/flash-judge-joseph%e2%80%99s-canadian-autopsy-released-and-reveals-absolutely-nothing-criminal-or-suspicious/


Qui a le droit de tuer et les moyens pour Tuer en Haiti

26 juillet 2013

Dans plusieurs articles publiés précédemment, j’ai présenté plusieurs cas de figure où les criminels peuvent être des membres de la bourgeoisie et du groupe au pouvoir ainsi que des mercennaires issus des pays étrangers et aux soldes des intérêts étrangers.

Les forces rétrogrades dans le pays sont à la fois puissantes et criminels et elles veulent garder, conserver et maintenir leurs privilèges comme colons et comme commandeurs et ce sont les membres de la bourgeoisie traditionnelle et des mercennaires aux soldes des forces d’Occupation du pays comme par exemple ceux qui ont financé les coup d’état de prosper avril, de michel françois ou plus proche de nous de Guy philippe. et tout  dernièrement, on se souvient des sorties conseillères du colonel Himmler Rébu qui exortait le président de la république de se radicaliser davantage par rapport aux avancées organisationnelle de fanmi lavalas mais également on peut se référer aux divers assassinats commis dans le pays dans le plateau central ou plus éloigné encore contre des hommes d’affaires à port-au-prince et àm léogâne.

De plus en plus proche de la période électorale et de plus en plus résolu, le pouvoir avec les duvaliériste comme jean-robert estimé, alix cinéas, jean-marie chanoine ainsi que les fils des duvaliéristes comme olivier martelly, nicolas duvalier,thiéry  mayard paul pour ne citer que ceux-là qui ne comprennent rien de la politique haitienne mais veulent à tout prix garder et conserver le pouvoir avec les conseils de jean-claude duvalier ou encore de himmler rébu.

D’un autre côté, il faut se rappeler également la logique derrière la présence de l’Onu en haiti et plus particulièrement de la minustah, offrir des emplois aux étrangers sur le sol national en faisant passer le paiement de ces salaires au compte dette et d’assistance humaintaire à haiti. Alors, il devient évident que des mercennaires de la minustah soient également impliqués dans certains assassinats d’honnêtes citoyens dans le pays justifiant ainsi leur présence et la nécessité de leur présence dans le pays alors que entre temps la division régnant, oblige le pays à renouveler le mandat de la minustah.

Vraissemblablement, il serait fort à parier que les membres de la bourgeoisie et du gouvernement martelly lamorthe, des mercennaires de la minustah soient en arrière de la mort et de l’assassinat du Juge jean serge joseph car d’un côté l’équipe au pouvoir se serait libéré des poursuites du dossier de Maites newton  et de michel qui implique la famille présidentielle dont sophia martelly et de olivier martelly ainsi que de laurent salvador lamothe premier ministre du pays.

 d’un autre côté la bourgoisie qui aurait profité des largesses et des privilèges du régime en place et de l’autre la minustah qui profiterait de la destabilisation du pays pour une fois de plus renouveler son mandat ce qu’il cherche le plus au monde.

 

Hermann Cebert


Jean-Bertrand Aristide sur le point d’être officiellement inculpé en Floride : Seule la Justice Haïtienne a le droit et le devoir de juger un Officiel Haitien comme c’est le cas pour les ex présidents américains

21 juillet 2013

Publié le <:time id=yui_3_5_0_1_1374383091828_788 datetime= »2013-07-20T09:34:14+02:00″>20 Juillet 2013 par haiti-refondation-org

Jean-Bertrand Aristide sur le point d’être officiellement inculpé en Floride (Extraits)

Une récente ordonnance de la justice fédérale des Etats-Unis dans le dossier des sociétés-écran de télécommunications américaines ayant soudoyé des responsables de l’ex-Téléco, vise particulièrement l’ex-Président Aristide.

M. Patrick Joseph, ex-directeur général de la compagnie de télécommunications d’État TELECO, a pleinement coopéré avec le Département de la Justice dans cette affaire de corruption et de pots de vins il aurait fait d’importantes révélations sur l’attribution présumée de pots-de-vin à l’ancien Président Aristide dans cette affaire.

Ayant plaidé coupable devant un tribunal en Floride, ce dernier a été reconnu coupable d’avoir reçu des pots-de-vin alors qu’il était directeur-général de la compagnie de télécommunications d’État TELECO. Il aurait révélé avoir partagé les pots-de-vin reçus avec l’ex-président Aristide. Il a été condamné à la prison aux États-Unis pour détournement et blanchiment d’argent.

Lors d’une audition le mois dernier en relation avec l’inculpation de Patrick Joseph, un procureur a soutenu que la moitié d’un montant de 1 million de dollars de pots-de-vin présumés a été remise à un « Officiel B » qui ne serait autre que l’ex- président Aristide lui-même.

Les pots-de-vin auraient transité par la « Digitek » dirigée par le beau-frère du président Aristide, Lesly Lavelanet et par la Banque centrale de la République d’Haïti, dont le gouverneur était alors M. Venel Joseph, père de Patrick Joseph. 

Mais, les témoins disparaissent

Assigné comme témoin à comparaitre, M. Venel Joseph, s’apprêtait à se rendre aux autorités américaines dans le cadre de cette enquête judiciaire sur l’exploitation illégale du système d’appels internationaux de la TELECO par des sociétés-écrans basées aux États-Unis. Il a été assassiné quelques jours après que le Miami Herald ait ébruité le fait que son fils était passé aux aveux et qu’il avait fait des révélations compromettantes pour M. Aristide. Depuis, la sécurité de M. Joseph, (le fils) est devenue une affaire primordiale pour les autorités américaines et sa protection est maintenant assurée par le FBI et d’autres organismes fédéraux.

Rappelons que M. Venel Joseph a été gouverneur de la Banque de la République d’Haïti durant tout le second mandat du Président Aristide, soit de 2001 jusqu’à sa chute en 2004. Au cours de cette même période, son fils Patrick Joseph était directeur général de la compagnie de télécommunications d’État TELECO.

Le Wall Street Journal qualifie l’assassinat de M.Venel Joseph de « meurtre sur commande ».

SVP – Ne m’écrivez pas. Ecrivez à Mme O’Grady@wsj.com  du Wall Street Journal

·By MARY ANASTASIA O’GRADY

 

A federal bribery case in Miami may shed light on how a well-connected U.S. firm operated during the Aristide years.

The slaying of a former director of the Haitian Central Bank in Port-au-Prince last week might at first seem like a random event in a violent country. But the shooting of Venel Joseph at the wheel of his car looks more like a hit job. It comes just days after the Miami Herald reported that Joseph’s son, Patrick Joseph, is a key witness in a federal bribery case in Miami involving alleged kickbacks paid by American telecom companies to Haitian officials. The younger Joseph, according to Herald sources, has fingered former Haitian President Jean Bertrand Aristide as one of those officials.

The indictment doesn’t name Mr. Aristide. But the Herald reported that lawyers familiar with the case said that an unnamed individual in the document— »Official B »—is « indeed the ex-president. » The Justice Department alleged in court that « Official B » and Patrick Joseph, who is a former director general of the government telecom monopoly Haiti Teleco, received kickbacks from U.S. companies in exchange for favorable pricing when terminating calls in Haiti. Mr. Joseph has pleaded guilty to taking bribes and is cooperating with Justice, according to the Herald article.

It is a case that ought to interest Americans, and not only because it means Mr. Aristide—who was, according to a detailed lawsuit filed by Haiti in civil court in South Florida in 2005, a notoriously corrupt strongman—might be brought to justice. That would be a step toward ending impunity in Haiti, which in turn would be good for political stability and for U.S. security interests in the hemisphere. Mr. Aristide’s American lawyer, Ira Kurzban, told the Herald that there is « not one shred of evidence » against his client in the indictment.

But for Americans there may be another even more important reason to pay attention: It is possible that by getting to the bottom of how Haiti Teleco operated during the Aristide years, investigators will finally uncover the details of the arrangement that Fusion Telecommunications—run by former Democratic Party Finance Chairman Marvin Rosen with Joseph P. Kennedy II and numerous influential Democrats on the board—had in Haiti during the Clinton years. That would be edifying, given how Bill Clinton inexplicably tolerated Mr. Aristide’s despotism even after the U.S. had restored him to power in 1994.

Back in those days, Haitians working for Teleco whispered to me of an alleged kickback scheme. Teleco was one of the few sources of hard currency for the country and they charged that the deal between Fusion and Mr. Aristide meant that the company was being looted. They claimed that Fusion had an office inside Teleco, was getting access to the Teleco network at a big discount, and was paying Mr. Aristide in return.

But there was no transparency at Teleco, and these brave patriots were afraid to go public with what they knew. It was only after Mr. Aristide was pushed from power by a popular revolt in February 2004 that the interim government could confirm that the company had been cleaned out.

In the fall of 2004 I was approached by Michael Jewett, a former telecom executive at New Jersey-based IDT. He alleged that he had been fired from the company for objecting to a bribery scheme similar to the one that had been described to me by Haitians regarding Fusion. He had filed a wrongful dismissal case that alleged that he was told to put payments in an offshore account for the benefit of Mr. Aristide. Federal Communications Commission records proved that Teleco had indeed given IDT a 66% discount to the official rate, but Mr. Jewett was never able to prove that Mr. Aristide was the beneficiary of the offshore account. IDT denied wrongdoing and eventually settled with him out of court.

That case prompted me to ask the FCC for copies of Fusion’s contracts. I was told that the file had disappeared from its record room. When the FCC asked carriers to send duplicates, Fusion said hurricanes had destroyed many of its records, and it produced only one document. Then it went to court to block me from seeing it. I used the Freedom of Information Act to prevail and learned that in 1999 Teleco had given Fusion a rate of 12 cents per minute when the official rate was 50 cents.

Joseph P. Kennedy II wrote in a letter published by the Journal that he was « not aware » of any wrongdoing on the part of Fusion. The company has long maintained its innocence, and it has not been charged. But the Justice Department now alleges in its indictment that other companies that received discounts paid kickbacks to get them.

Patrick Joseph could be the best hope that Haitians have of getting to the truth about Mr. Aristide and his American business partners. But sources say the former Teleco executive still has relatives in Haiti. If he fears for them, he could clam up. That would be one explanation for his father’s murder.

Write toO’Grady@wsj.com


L’art de convaincre: comment convaincre son auditoire

13 juillet 2013

Pour susciter l’adhésion de leur auditoire, les hommes politiques (femmes comprises) doivent se positionner par rapport à des valeurs partagées. La méthode du « carré sémiotique » permet d’en comprendre les logiques cachées. Décryptage…

Il existe différentes méthodes pour analyser les discours politiques. La lexicométrie, par exemple, procède par comptage de mots pour faire ressortir les spécificités du vocabulaire employé par les acteurs politiques. Issue de la théorie du langage, la sémiotique ambitionne plutôt de comprendre la façon dont se construit le sens des discours. Elle offre à cet égard toute une batterie d’instruments pour en dégager les logiques propres. L’un de ses modèles de base, le « carré sémiotique », permet ainsi de localiser relativement un même ensemble discours en fonction des grands principes qui les structurent. Conçu par Algirdas Julien Greimas (l’un des principaux sémioticiens français) sur la base du carré logique d’Aristote, ce modèle schématique repose sur un jeu de construction entre catégories qui tout à la fois s’opposent, se contredisent et sont complémentaires. Prenons un exemple. Si l’on considère l’ordre général des conduites dans le cadre de la loi, on peut opposer comme des catégories contraires – sur l’axe commun de ce qui est prescrit – ce que l’on doit faire (l’obligatoire) à ce qu’on doit ne pas faire (l’interdit). Chacune de ces positions se définit également par leur opposition respective, selon un principe contradictoire cette fois, à ce que l’on ne doit pas obligatoirement faire (le facultatif) et à ce que l’on ne doit pas impérativement ne pas faire (le permis), ces deux positions exprimant l’univers sémantique du non-prescrit. On obtient ainsi une sorte de grille de lecture qui permet de positionner, en fonction de leur dominante, et sans en épuiser la diversité, les différents discours de prescription des attitudes (schéma n° 1).

C’est un schéma de cet ordre que nous avons mobilisé pour dégager les grands principes différenciateurs des discours de la campagne présidentielle de 2007 (1). Dans ce type de compétition politique, les discours habituellement tenus par les acteurs politiques tendent à se brouiller, certains candidats n’hésitant pas à se placer sur le terrain de l’adversaire (ce que l’on appelle la triangulation) pour recueillir un maximum de soutiens. Ainsi, on se souvient des discours de Nicolas Sarkozy sur la souffrance sociale ou des préconisations de Ségolène Royal concernant l’encadrement militaire des adolescents primodélinquants. De fait, le clivage gauche-droite, qui est habituellement utilisé pour établir les positions des acteurs politiques, devient dans ces conditions moins pertinent. C’est à ce titre que le carré sémiotique peut constituer un outil de cartographie intéressant.

 

L’illusion de l’intimité

Pour établir les positionnements des candidats, nous avons commencé par identifier les grandes catégories de valeurs qui, en amont, travaillent leurs discours. En politique, ces valeurs renvoient à des modes différenciés de rapport à la réalité. Il y a tout d’abord la catégorie du vécu partagé qui désigne ici la réalité en tant qu’elle est subjectivement éprouvée par les personnes et présente par empathie dans le discours : « chacun d’entre nous » ; « nous, travailleurs » ; « les Français ». Le vécu se manifeste ainsi toujours sur le mode participatif. À cette première catégorie s’oppose (relation contraire) celle de l’utopie visée, c’est-à-dire ce au nom de quoi le vécu peut être transformé : « la passion de l’égalité » (S. Royal), « la France forte » (N. Sarkozy), « un autre monde » (José Bové)…, tout ce qui peut donc, dans le discours, faire le corps de la promesse et ouvrir les perspectives d’un devenir. Si le vécu s’oppose à l’utopie, il peut être également nié (relation contradictoire) par une troisième catégorie, celle de la fiction imaginée : le discours procède alors à une construction fictionnelle de la réalité, jouant sur les émotions et suscitant des identifications par l’emploi d’un vocabulaire imagé, le recours à l’anecdote, l’exploitation de textes ou de genres littéraires ou encore la convocation de personnages historiques. À cette troisième catégorie, enfin, s’oppose celle de la réalité analysée (en contradiction avec l’utopie visée), qui désigne ici non pas la réalité du monde effectif mais l’objectivation de cette réalité dans et par le discours d’analyse (sophistiqué ou non). Ainsi, obtient-on in fine un carré sémiotique des « modes d’ancrage » du politique reposant sur quatre catégories de valeurs (schéma n° 2).

L’analyse positionnelle des discours s’effectue dès lors en deux temps : tout d’abord en fonction de l’accent mis sur telle valeur (ancrage) ; ensuite à partir des relations qui s’établissent entre elles (parcours). Il est rare en effet que le discours se fige sur une seule catégorie de valeurs. Il s’ancre sur un point de départ puis transite par d’autres positions. C’est précisément ce parcours qui définit les logiques spécifiques des discours des candidats et permet de les différencier.

Prenons ici un premier exemple, celui de S. Royal (schéma n° 3).

Son discours s’ancre résolument dans le vécu partagé. L’ancienne candidate socialiste cherche tout d’abord à entretenir l’illusion d’une communication intime avec les électeurs : « vous m’avez dit, je vous ai entendus » ; « je le veux, parce que vous le voulez » (2). Elle valorise ensuite sans cesse l’expérience sensible des acteurs, qu’elle travaille dans une logique de nivellement : d’un côté, elle insiste sur ses qualités ordinaires de femme ou de mère, de l’autre, elle érige le citoyen au rang d’expert : « Je crois à la capacité d’expertise des citoyens (…), je suis convaincue que chacun d’entre nous est le mieux à même de connaître et d’exprimer ses problèmes, ses attentes, ses espérances (3). » Enfin, elle défend le principe d’une campagne « participative » : « J’ai voulu que les citoyens reprennent la parole pour que je puisse porter leur voix (4). » Le caractère prédominant de ce procédé dans la fabrication du discours de la candidate socialiste n’est pas sans déterminer la suite de son parcours dans le carré sémiotique. Ici, la réalité analysée passe en effet par le filtre de l’utopie, qui réside dans le projet d’une « révolution démocratique fondée sur l’intelligence collective des citoyens (5) ».

  

Quand l’utopie et la fiction sont écartées

La reconnaissance du « citoyen expert » constitue ainsi le réquisit d’un véritable changement politique (« Moi, je considère que la politique doit changer, donc qu’elle doit aussi tenir compte de l’intelligence collective des gens (6) »), et son intervention est conçue comme le principe structurant des orientations programmatiques de la candidate : « Il est absolument nécessaire de donner la parole aux citoyens sur les problèmes qui les concernent. Parce que c’est comme cela que, non seulement, nous parlerons juste, mais c’est comme cela aussi que nous agirons juste (7). »

Prenons un deuxième exemple, celui de N. Sarkozy (schéma n° 4).

Le discours de campagne du candidat de l’UMP trouve son ancrage à la fois dans le vécu partagé et dans la réalité analysée, sur le mode d’incessants allers-retours entre ces deux pôles. En témoigne l’utilisation récurrente du couple rhétorique « problème-solution », principe structurant qui contribue à conférer à la parole de l’actuel président de la République son rythme si singulier : « Qu’est-ce la France ? Pour moi, c’est une volonté, ce n’est pas un hasard. C’est la volonté de gens différents de vivre ensemble et de partager des valeurs communes. Pourquoi n’avons-nous plus l’envie de vivre ensemble ? Ma réponse : c’est parce qu’il y a un certain nombre de nos concitoyens qui pensent que rien n’est possible pour eux (8). » Dans le discours de N. Sarkozy, le vécu partagé ne constitue pas, comme dans celui de S. Royal, le fondement ou le prétexte à une coévaluation de la réalité analysée. Le candidat maintient en effet une claire distinction entre les rôles qui incombent à chacun (« On ne devient pas président de la République par hasard. (…) C’est un combat qui est très long, c’est le choix d’une vie (9) ») et se réserve le monopole de l’élaboration des orientations programmatiques : « Je me sens la force, l’énergie et l’envie de proposer une autre vision de la France (10). » Ce schéma binaire (vécu-réalité) est longtemps resté dominant dans les discours du candidat de l’UMP, l’utopie et la fiction étant écartées au profit d’une appréhension éminemment pragmatique de la politique : « Être de droite, (…) c’est refuser de chercher dans l’idéologie la réponse à toutes les questions, la solution à tous les problèmes (11). » Mais le discours de N. Sarkozy a évolué au fil de la campagne, prenant progressivement une dimension fictionnelle. Le discours d’investiture du 14 janvier 2007 marque, de ce point de vue, un véritable tournant : le registre se teinte alors de lyrisme (« Français, prompts à détester votre pays et son histoire, écoutez la grande voix de Jaurès »), le texte s’enrichit de citations littéraires (« Tant qu’il y aura sur la Terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles », Victor Hugo, Les Misérables) ; le souci de la réalité s’efface derrière l’évocation d’une France imaginaire et réconciliée (« (La France), c’est le pays qui a fait la synthèse entre l’Ancien Régime et la Révolution, entre l’État capétien et l’État républicain, entre le patriotisme et l’universalisme (12) ») ; le candidat recompose enfin sa propre lignée politico-culturelle en invoquant une longue galerie de figures tutélaires (de Henri IV à Jean Moulin, de Georges Danton à Jean Jaurès…). Autant d’indices témoignant d’une volonté de paraître sous un autre jour (« J’ai changé (13) »), même si la caractéristique la plus marquante reste la structure binaire qui fait osciller le discours d’un pôle à l’autre.

 

La politique comme fiction

Appliqué à l’ensemble des discours de la campagne présidentielle, le carré permet en définitive d’identifier des parcours distincts pour chacun des candidats et, ainsi, de repérer, au-delà des stratégies électoralistes de brouillage, leurs principales différences. Prenons brièvement encore deux exemples. Le discours de François Bayrou apparaît dominé par la visée utopique d’une France « simple et honnête (14) », délivrée de ses « divisions artificielles » : « Je vous avoue que je n’aime pas beaucoup la bipolarisation. Je la trouve stupide, (…) simpliste, (…) fausse (15) » ; « Le vrai nom de la France, le vrai nom de la République en France, c’est ensemble (16). » Quant au discours de Jean-Marie Le Pen, il procède pour l’essentiel d’une fictionnalisation du politique. La réalité analysée est ainsi reconstruite au filtre d’un véritable roman centré sur la désignation des responsables de la « décadence » de la France, responsables décrits sous les traits d’acteurs grotesques ou de créatures intrigantes : le « système, la bête à deux visages au nom étrange et inquiétant d’UMPS (17) »; la « bande des quatre (18) » ; « lady Nunuche ou la fée Gribouille » (à propos de S. Royal) ; « miss Poitou-Charentes (19). »

 

Transcender les clivages idéologiques

Bien sûr, ce carré des modes d’ancrage n’épuise pas toute la densité des discours politiques (pas plus, à ce titre, que la grille de lecture du storytelling, qui à force de tout expliquer, n’explique plus grand-chose…). Mais son utilisation permet tout d’abord d’établir un premier repérage des positionnements généraux des discours. Dans une perspective d’analyse sémiotique, ce travail constitue ainsi le préalable à l’exploration des autres niveaux de production du sens discursif : qu’il s’agisse des perspectives narratives ou des registres passionnels. Par ailleurs, dans un contexte politique où les oppositions traditionnelles tendent de manière persistante à se brouiller, le modèle du carré peut s’avérer utile pour décrypter les prises de position précisément parce qu’il repose sur l’intervention de valeurs fondamentales (le vécu, la fiction, l’utopie, la réalité) qui transcendent les clivages idéologiques. De ce point de vue, son application aux discours actuels des anciens candidats à l’élection présidentielle de 2007 permet de prendre la mesure de l’immuabilité relative des grands principes qui sont au fondement de leurs discours. S. Royal accorde ainsi toujours la primauté au vécu partagé, comme en témoigne son allocution à Dakar en avril 2009 : « Vous avez fait l’histoire et vous continuez à la faire et vous l’avez faite bien avant la colonisation, pendant, avant et depuis. Et c’est avec vous que nous allons construire notre avenir. » De même, le discours du président de la République continue toujours de s’articuler autour du double pôle du vécu partagé et la réalité analysée, comme en témoigne son discours devant le Parlement réuni en Congrès en 2009 : « Comment se fait-il que nous ayons autant de mal dans notre pays à préparer l’avenir ? Au fond, comment se fait-il que tous ensemble nous ayons pris tant de retard ? (…) J’y ai beaucoup réfléchi. Je crois que, la crise aidant, le moment est venu de remettre en cause les principes d’une politique qui nous a enfermés dans des contradictions de moins en moins soutenables. »

 

NOTES :

(1) Denis Bertrand, Alexandre Dézé et Jean-Louis Missika, Parler pour gagner. Sémiotique des discours de la campagne présidentielle de 2007, Presses de Sciences Po, 2007. (2) Ségolène Royal, discours programmatique, Villepinte, 11 février 2007.(3) Ségolène Royal, discours de la fête de la Rose, Frangy-en-Bresse, 20 août 2006. (4) Ségolène Royal, « Le pacte présidentiel », février 2007. (5) Ségolène Royal, discours de la fête de la Rose, op. cit. (6) Ségolène Royal, invitée du journal télévisé de 20 heures, TF1, 20 novembre 2006.(7) Ségolène Royal, discours lors du premier débat participatif, Strasbourg, 20 décembre 2006. (8) Nicolas Sarkozy, invité de l’émission télévisée « À vous de juger », France 2, 30 novembre 2006. (9) Nicolas Sarkozy, invité du journal télévisé de 20 heures, TF1, 23 novembre 2006. (10) Nicolas Sarkozy, « Tout peut devenir possible », entretien exclusif accordé à la presse régionale, 30 novembre 2006. (11) Nicolas Sarkozy, discours d’investiture au congrès de l’UMP, 14 janvier 2006. (12) Nicolas Sarkozy, discours de meeting, La Réunion, 15 février 2007. (13) Ibid.(14) François Bayrou, Le Parisien, 16 février 2007. (15) François Bayrou, discours lors du Conseil national de l’UDF, Paris, 12 novembre 2006.(16) Ibid. (17) Sources : AFP, 21 janvier 2007.
(18) Ibid.
(19) Jean-Marie Le Pen, discours du projet présidentiel, Le Bourget, 12 novembre 2006.

http://www.scienceshumaines.com/le-carre-semiotique-des-discours-politiques_fr_24339.html


Les causes fondamentales de l’échec du Gouverneur Bill Clinton en Hayti

9 mai 2013

English: Monica Lewinsky, from her government ...

English: Monica Lewinsky, from her government ID photo by Office of the Secretary of Defense. (Photo credit: Wikipedia)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après l’échec marquant des diverses organisations déshumanisataires qui se sont rouées vers Hayti au moment du tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a ravagé la ville de Port-au-Prince avec plus de 500 000 morts et plus de 800 000 blessés et handicapés ainsi que plus de 2 000 000 de personnes déplacées, l’heure est venue, à l’instar des différents documentaires qui montrent les causes de l’échec des organismes humanitaires en Hayti, pour dévoiler les causes profondes et fondamentales de l’échec des Projets du Gouverneur Bill Clinton en Hayti en ce qui concerne ses démarches pour encourager l’investissement privé dans le Pays.

Bien que nous puissions être d’avis que Oncle Bill Clinton ait pu apporter son petit grain de sel dans la recherche d’investisseurs privés dans le pays dont la création du parc industriel de Caracole en région Centre-Est du pays, cela ne peut pas pour autant éclipser les véritables natures des démarches du Gouverneur agissants sous impulsions de quelques grandes familles riches et financières de toutes les paralysies structurelles du système politique, du système économique et du système social et culturel du pays.

Pour bien comprendre les causes profondes et fondamentales de la vision du projet de développement d’Hayti par le gouverneur Bill Clinton, de surcroit ses projets visant à amener au pays des investissements privés dans le paysage économique et financier du pays, il faut s’appuyer sur la vision occidentale du gouverneur en ce qui concerne le développement du pays. De même, il faut tenir compte des prétentions de supériorité qui gouverne la pensée du délégué principal des puissances coloniales et impérialistes dans le pays.

Pourtant, en se référant au passé de l’ex-gouverneur de l’Arkansas et ancien locataire de la maison blanche, tout montre que l’ex-président des États-Unis comprenait très clairement que les véritables entreprises qui supportent la stabilité économique d’un pays sont les d’abord et avant tout les petites et les moyennes entreprises et plus fondamentalement, des entreprises issues des classes moyennes indigènes du pays en question. Malheureusement contrairement aux actions actuelles du commandeur Bill Clinton qui se préoccupent principalement à trouver à l’extérieur du pays des investisseurs privés avec bien sûr de maigres résultats alors que les dépenses de fonctionnement de l’équipe Clinton deviennent de plus en plus exponentielles.

Loin de nous l’idée de rejeter du revers de la main l’ensemble des démarches du Grand ami d’Hayti qui cherche éperdument des investisseurs humanitaires internationaux, pour évoquer une approche compatissante des efforts de celui-ci et de son équipe de soutien qui travaille dans l’ombre.

Le mieux aurait été que le président chouchou des américains depuis vingt ans procède à l’encouragement et à la formation des jeunes Indigènes d’Hayti à la profession d’entrepreneur privé tout en essayant de rediriger les politiques d’investissement d’une part vers les jeunes universitaires susceptibles de développer une culture d’entrepreneur et plus tard d’investisseurs privés et de l’autre, vers les jeunes étrangers et de la diaspora d’Hayti à l’étranger avec des mesures de protection de ces jeunes talents contre l’appétit féroce de la classe économique traditionnelle dans le pays.

Malheureusement, l’auteur du plus gros scandale sexuel des années 1990 avec Monica Lewinsky a imposé à Hayti les premiers ministres Gérard Latortue et Gary Conille tout en trouvant, dans son cabinet d’avocats, à Jean-Bertrand Aristide sa Femme Mildred Trouillot afin de détourner celui-ci de ses intérêts pour les masses populaires, s’intéresse davantage au développement d’un entreprenariat excentrique aux besoins et à la réalité nécessiteuse du pays.

En optant pour un investissement étranger sans liens durables au pays, monsieur Bill vise à développer en même la dépendance du pays vis-à-vis des investissements étrangers et également le développement du sous-développement du pays comme l’arrière cours des États-Unis. Autrement dit, le commandeur Bill ne s’intéressant véritablement pas au progrès et au développement durable du pays inscrit les perspectives de changement vers de nouvelles formes de dépendance par conséquent, loin de contribuer à l’amélioration économique et sociale du pays procède au remplacement de la classe économique actuelle apatride par une nouvelle classe économique également apatride qui renforce par la fragilité du pays.

 

Tous compte fait, nous reconnaissons l’apport minime de l’éx-président américain son excellence Thomas Jefferson Bill Clinton avec ses projets et programmes de trouver des investisseurs privés pour relancer les activités économiques du pays, et le parc caracole est un exemple vivant de ses efforts cependant, nous croyons également que l’ex-président en essayant d’importer en Hayti son modèle américain du développement, ignore de façon flagrante les réalités économiques du pays et conséquemment, ses équipes de recherche qui grugent les ressources allouées à son plan d’action devaient changer de plan et de stratégie afin de mettre l’accent et les priorités principalement sur le développement et la formation de nouveaux jeunes entrepreneurs Indigènes d’Hayti afin de pérenniser l’héritage que compte laisser l’ex-gouverneur de l’État d’Arkansas.

Aucun pays n’arrive à se développer en mettant de côté ses vrais enfants et sa vraie élite. De même, la véritable mécanique du développement passe d’abord par le développement des petits métiers qui en se transformant et en se complexifiant produits de nouveaux et de nouveaux services impliquant par ce fait des transformations dans les besoins des citoyens, des transformations dans les habitudes de consommation et également des transformations les cultures locales en termes de qualités de vies et des conditions de vies. S’il est vrai que Bill Clinton est ce qu’il prétend, Grand Ami d’Hayti et des Indigènes d’Hayti, bien que nous sachions aucun étranger ne peut véritablement être notre à cause des intérêts inavoués
qu’il peut toujours avoir sous son chapeau, il faudrait qu’il monte du grand sérieux dans son approche en redirigeant son programme et ses projets vers le peuple Indigène d’Hayti et non vers des étrangers qui vont se comporter comme les sangsues que nous avons encore dans notre pays.

Enfin, je termine en notant l’absence d’enquête des médias locaux sur les entreprises humanitaires dans le pays et j’espère que les directeurs et les patrons de stations de radios, de télévisions, de journaux et des plateformes de publication s’implique davantage pour rendre accessible des données sur ces groupes qui opèrent de façon délinquante dans le pays.

 

Hermann Cebert


La nécessité d’une approche réaliste à l’égard de la Corée du Nord

28 avril 2013

English: Klemens Wenzel von Metternich (1773-1...

English: Klemens Wenzel von Metternich (1773-1859), German-Austrian diplomat, politician and statesman. (Photo credit: Wikipedia)

English: This photo provided by the U.S. Depar...

English: This photo provided by the U.S. Department of Defense shows Kim Ok, the 42-year-old former secretary to North Korean leader Kim Jong Il, seated at the far end of a meeting table, center, as U.S. Secretary of Defense William Cohen, left, meets with Jo Myong Rok, second from right, first vice-chairman of North Korea’s National Defense Commission at the Pentagon in Washington in this photo taken Oct. 11, 2000. (U.S. Department of Defense) Category:Images of Korea (Photo credit: Wikipedia)

BERLIN – La tâche qui incombe au monde de répondre aux grondements des canons de la Corée du Nord est d’autant plus difficile que la communauté internationale se heurte à un État appauvri et d’ores et déjà vaincu. C’est en effet dans de telles circonstances qu’il est nécessaire d’agir avec le plus de mesure.

Tout le génie du prince Klemens von Metternich de l’empire des Habsbourg résida dans sa décision, en vue de l’instauration d’un nouvel ordre international à la suite des guerres napoléoniennes, de ne pas pousser une France vaincue dans ses derniers retranchements. Malgré son souhait d’empêcher toute possibilité de résurgence française, Metternich restaura en effet les frontières françaises d’avant-guerre.

Par opposition, comme l’a fait remarqué Henry Kissinger, il aurait été impossible aux vainqueurs de la Première guerre mondiale d’amener une Allemagne défaite à renoncer, ou de l’inciter à accepter le Traité de Versailles. C’est pourquoi, selon cet argument, il leur a fallu imposer au pays un certain nombre de dispositions sévères, dans l’espoir d’affaiblir définitivement l’Allemagne. Nous savons tous ce à quoi cette stratégie a abouti.

John F. Kennedy appartenait à la même veine que Metternich. Pendant la crise des missiles de Cuba, il se refusa à humilier l’Union soviétique ou à l’écraser par une victoire totale. Il choisit plutôt de comprendre le personnage Nikita Khrouchtchev, et accepta de retirer en secret les missiles américains de Turquie et d’Italie en échange d’un retrait équivalent des missiles soviétiques de Cuba. Le pragmatisme de Kennedy nous a sans doute évité une troisième guerre mondiale.

Malheureusement, la Corée du Nord ne fait pas l’objet de telles démarches clairvoyantes d’homme d’État. Face au jeu nucléaire dangereux auquel se risque le pays, on peut se demander ce que serait aujourd’hui la situation si, au cours des 20 dernières années, le problème nord-coréen avait été appréhendé avec la sagesse dont firent preuve Metternich et Kennedy.

Bien évidemment, la Corée du Nord n’est pas la France du début du XIXe siècle, ni l’URSS de 1962. Aux yeux des dirigeants politiques occidentaux (japonais inclus), ce pays n’a jamais représenté beaucoup plus qu’un petit État isolé, dont les échecs économiques n’ont d’égal qu’une propension à évoluer perpétuellement au bord de l’autodestruction. La plupart des dirigeants mondiaux ont toujours préféré ignorer le problème nord-coréen, ne réagissant que ponctuellement dès lors que le régime soulevait un problème de sécurité. Or, compte tenu aujourd’hui des derniers essais nucléaires nord-coréens et de l’amélioration des capacités du pays en matière de missiles balistiques, cette approche n’est désormais plus viable.

Peut-être la meilleure chance de régler le problème à un stade plus précoce se serait-elle jouée immédiatement à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. À l’époque, Kim Il-sung – père fondateur de la Corée du Nord – se heurta en effet à un effondrement économique, à un affaiblissement de ses forces armées conventionnelles, ainsi qu’à un isolement diplomatique. Dans des entrevues conduites par Asahi Shimbun et le Washington Times en mars et avril 1992, Kim affirma expressément souhaiter établir des relations diplomatiques avec les États-Unis. Mais les dirigeants américains et sud-coréens refusèrent de répondre à l’invitation de Kim. Leurs idées reçues à l’égard de la Corée du Nord les empêchèrent d’admettre une réalité politique en pleine mutation.

Une autre opportunité a été manquée au cours de la dernière décennie. Si la Corée du Nord avait répondu réciproquement, et dans les temps, à la visite à Pyongyang de l’émissaire américain William Perry en mai 1999, la politique d’engagement du président Bill Clinton auprès du Nord aurait peut-être évolué jusqu’à une volonté de normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays. Au lieu de cela, le Nord choisit de tergiverser, n’envoyant son vice-maréchal Jo Myong-rok aux États-Unis qu’en octobre 2000, quasiment à la fin du mandat de Clinton. Quelques mois plus tard, le nouveau président George W. Bush entreprit une politique inverse à celle de Clinton à l’égard de la Corée du Nord.

Je me souviens encore, lorsque j’occupais la fonction de ministre sud-coréen des Affaires étrangères, combien il me fut difficile de convaincre les responsables de l’administration Bush de négocier avec la Corée du Nord au lieu de se contenter d’exercer des pressions dans l’attente d’une capitulation du pays. À l’époque, la Corée du Nord procédait au redémarrage de son installation nucléaire de Yongbyon ainsi que de sa production de plutonium, ce qui renforçait son poids vis-à-vis des États-Unis. Un temps précieux fut gaspillé avant le premier essai nucléaire nord-coréen de 2006. Et si Bush modifia quelques mois plus tard sa politique à l’égard de négociations bilatérales avec le Nord, le régime de Kim était devenu beaucoup plus obstiné.

Le comportement nord-coréen est depuis devenu encore plus imprévisible. Le torpillage nord-coréen de la corvette sud-coréenne Cheonan et le bombardement de l’île de Yeonpyeong en 2010 constituèrent des événements sans précédent, et soulevèrent des tensions intercoréennes inédites depuis des décennies. Aujourd’hui, à la suite du troisième essai nucléaire nord-coréen, il semble que nous soyons entrés dans la phase la plus précaire à ce jour, le régime ayant déclaré qu’il ne renoncerait jamais à son option nucléaire. Quelles démarches faut-il alors entreprendre ?

La première option consisterait à dissuader toute agression future au travers de la diplomatie. Mais la possibilité d’une dissuasion diplomatique dépendra de la coopération de la Chine, ce qui nécessite que les intérêts vitaux de la Chine en matière de sécurité nationale soient reconnus. La Chine craint non seulement les conséquences sociales et économiques d’une implosion de la Corée du Nord, mais également les conséquences stratégiques d’une réunification – et en particulier la possibilité de voir l’armée américaine, grâce à son alliance avec la Corée du Sud, obtenir un accès aux frontières de son territoire.

Les simples déclarations américaines selon lesquelles les États-Unis n’auraient aucune intention de jouer la carte d’un tel avantage militaire ne sauraient apaiser les craintes de la Chine. Les dirigeants chinois n’ont pas oublié la promesse formulée par les États-Unis auprès du président soviétique Mikhaïl Gorbatchev selon laquelle la réunification allemande et la transition démocratique en Europe de l’Est ne signifieraient pas pour autant une expansion de l’OTAN vers l’Est. C’est pourquoi un engagement plus concret en matière de sécurité est nécessaire, qui réponde aux inquiétudes profondes de la Corée du Sud. Ce n’est que lorsque sa propre sécurité sera garantie que la Chine sera disposée à s’extraire de la complicité risquée qu’elle entretient avec la Corée du Nord, et qu’elle sera en mesure de mieux contrôler le comportement du Nord.

Mais bien qu’elle soit nécessaire, la coopération de la Chine ne permettra pas à elle seule de résoudre le problème nord-coréen. Une approche globale est nécessaire, qui reconnaisse la rapidité du changement interne au pays, particulièrement dans l’esprit des nord-coréens ordinaires. Pour faire court, les Nord-coréens ne sont plus aussi isolés qu’ils l’étaient autrefois, et ont de plus en plus conscience de leur paupérisation, principalement en raison d’échanges commerciaux plus importants et de connexions plus étroites avec une Chine en plein essor.

Il est nécessaire que ce changement interne soit encouragé, dans la mesure où il s’avérera plus efficace que les pressions externes dans l’influence du comportement du régime. D’un autre côté, un tel encouragement ne doit pas s’effectuer d’une manière qui alimenterait la crainte de la Corée du Nord d’être détruite par des moyens indirects. La récente proposition du président sud-coréen Park Geun-hy de fournir une assistance humanitaire, en dépit de la récente montée des tensions, constitue un pas dans la bonne direction.

La vie des Nord-coréens ordinaires est aussi importante que la sécurité des voisins de la Corée du Nord. Une approche globale est nécessaire, qui soit autant axée sur la dimension humaine que sur la dimension sécuritaire. Reste à savoir si cette approche exigera davantage de clairvoyance et de courage que ce dont sont capables ensemble les dirigeants politiques actuels de Corée du Sud, d’Occident et de Chine.

Traduit de l’anglais par Martin Morel

Yoon Young-kwan, ancien ministre sud-coréen des Affaires étrangères, est actuellement universitaire intervenant à l’Université Libre de Berlin ainsi qu’au Stiftung Wissenschaft und Politik (Institut allemand des affaires internationales et de la sécurité).

Yoon Young-kwa

http://www.lematinhaiti.com/contenu.php?idtexte=35335

À qui profitent ces lois: légalisation de la dictature de Martelly-Lamothe et pénalisation de l’économie nationale en matière de transfert d’argent par les Haïtiens vivant à l’Étranger

26 mars 2013

À qui profitent ces lois: légalisation de la dictature de Martelly-Lamothe et pénalisation de l’économie nationale en matière de transfert d’argent par les Haïtiens vivant à l’Étranger.

Les hommes au pouvoir dont Martelly et sa Gang, les Sénateurs et les députés qui pillent actuellement doivent comprendre que cette loi va constituer des arguments pour les jetter en prison à la fin de leurs mandats mais également que cette loi constituera un trou béant pour l’économie nationale en matière de transfert d’argent des haïtiens vers haïti car il suffira que les gouvernements étrangers décident comme les États-Unis, la France le Canada qui ont déjà réduit les montants maximums de transfert vers le pays pour que le pays perde des transferts

Je me demande encore avec quoi pensent ces idiots et ces imbéciles pour accepter de voter des lois de mêmes. Il semble qu’ils ont que du plomb dans la tête. Lorsqu’on demande de mettre de l’ordre en matière de blanchiment d,argent dans le pays cela veut dire de mettre les bandits légaux sous verroux à commencer par les enfants du président, les duvaliéristes et jean-claude Duvalier ainsi que les narcotrafiquants qui ont leurs complices parmi les conseillers du présidents et qui possèdent les maisons de transferts et les banques dans le pays.

On ne demande pas de restreindre les droits et les libertés des citoyens ni non plus d’ouvrir des brèches dans le système des secrets professionnels et des affaires entre vendeurs de services et clients. Ce qu’on veut c’est des actions contre les cargaisons de drogues et d’armes qui se font dans les ports du pays comme par exemple des cargaisons qui arrivent de Miami, de porto Rico des Bahamas pour aller se débarquer à Sain-Marc, aux Gonaïves, à Miragoâne, à Petit-Goâve et au Cap-Haïtien.

Ti Baton yo Vann Pou Bat Chen Nwa a se li k ap Bat Chen Blan.

P-au-P, 26 mars 2013 [AlterPresse] — La loi sanctionnant le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme déjà voté par le Senat ouvrirait  un certain nombre de brèches mettant en danger certains acquis républicains. Les libertés individuelles, le secret professionnel des avocats et notaires seraient menacés.

Celle proposition de loi  a été déposée au parlement haïtien par le ministère de la justice à la fin du mois de juillet 2012. Le Sénat de la république l’a voté le 28 février 2013.

Le 14 mars 2013, la chambre des députés n’a pas pu faire de même à cause de l’interruption spectaculaire de la séance par le député Arnel Belizaire (qui avait envoyé valser des tables dans un accès de rage incontrôlable). Il a eu l’appui d’autres parlementaires,  évoquant le risque que cette loi soit devenue un outil de persécution politique et d’atteinte aux libertés des citoyens et citoyennes.

De surcroît, il semblerait que les députés débattaient sur un texte différent de celui voté par le Sénat.

Plusieurs juristes sont alarmés par la définition que donne la proposition de loi à un acte terroriste. Entre autres, « tout acte destiné à provoquer le décès ou des blessures corporelles , psychologiques graves à une personne ou des persomnes » est considéré comme du terrorisme.

Selon ce meme article, des actes qui viseraient l’intimidation ou la contrainte d’un gouvernement ou une organisation internationale à « commettre ou s’abstenir » de commettre un acte quelconque sont des actes terroristes.

L’alinéa f de l’article 3 de ce projet de loi explique qu’il s’applique également aux « professionnels du droit (notaires et avocats) et de la comptabilité  lorsqu’ils assistent leur client dans la préparation ou la réalisation de transactions (…) ou lorsqu’ils agissent au nom de leur client comme intermédiaire dans toute transaction financière ou immobilière ».

Quid du climat de confiance généralement garanti par le secret professionnel entre notaires/avocats et clients ?

En fait, le chapitre 4 titré « détection du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme » en ses articles 31 et suivants fait des institutions financières et les entreprises et professions non financières des « sources de dénonciations » de l’Unité centrale de renseignements financiers (Ucref).

Un autre aspect touché concerne l’interception de communications privées, ou la surveillance des communications.

L’article 38 stipule : « aux fins de l’obtention d’indices de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme », le juge d’instruction peut dans le cadre d’une enquete, ordonner pour une durée déterminée « la surveillance de comptes bancaires et autres comptes analogues ».

Il peut également ordonner « l’accès aux systèmes, réseaux et serveurs informatiques ; l’enregistrement audio ou vidéo ou la photographie d’actes et d’agissements ou de conversations ; l’interception et la saisie du courrier. »

Ce texte de loi, qui fait peur, ne devrait-il pas faire l’objet d’un débat public et démocratique ? Tout en assurant la possibilité de controler les réseaux criminels, ne devrait-on pas se préoccuper du respect des libertés citoyennes déjà mises à mal dans la société haitienne ? [efd/gp apr 26/03/2013 9 :00]


Haïti, dix ans d’histoire Secrète d’Haïti par Nicolas Jallot,et Laurent Lesage (partie6 et fin)

27 février 2013

Chapitre IV

INTROUVABLE SOLUTION

1991-1993

Un coup d’État! Un autre. La population est assommée. Deux semaines après le départ d’Aristide, le pays, sous le choc, reste paralysé. Le putsch qui vient d’écarter du pouvoir le leader de Lavalas est d’un autre type que les précédents. Exceptionnellement sanglant, le coup d’État de Michel François récupéré par Cédras est aussi le plus long. Il est en effet bien rare que la fièvre dure au‑delà de quarante‑huit heures. Cette fois, les soldats font du zèle. Non seulement les persécutions contre les pauvres continuent, mais les militaires poursuivent l’impitoyable chasse à l’homme, visant les principaux alliés du président exilé. Des récits des horreurs commises filtrent des zones rurales où la presse vient d’être réduite au silence.

Lire le reste de cette entrée »


Sacré Martelly !

18 janvier 2013

 

 

Le président Michel J. Martelly s’est offert une petite virée sur des terres sacrées. Cette fois, ce n’était pas au Vatican mais bien dans les « lakou », aux Gonaïves, le 13 janvier. Les images de Martelly, foulard autour du cou, bougie allumée en main devant un autel de béton, ne surprennent pas outre mesure certains téléspectateurs. Les grands écarts du président ne sont plus des scoops.  « C’est pas nouveau. Avec lui, on a l’habitude », indique Christèle, entre indifférence et agacement. « Ici, la démagogie a de beaux jours devant elle », lâche la jeune femme de 24 ans.

Elle et l’Ati national sont sur la même longueur d’onde.  « C’est une visite démagogique avec l’intention de tromper les gens aux Gonaïves », croit Max Beauvoir. « Je suis sûr qu’il ne peut pas expliquer pourquoi il a autorisé la publication de la Constitution amendée avec l’article 297 qui considère le vaudou comme une pratique superstitieuse à détruire », gage la plus haute autorité du culte vaudou en Haïti.

Prezidan Martelly pa pran « Ason » – un objet semblable à un « tchatcha », symbole de l’initiation au vaudou, souligne Max Beauvoir dont la lecture, à certains égards, n’est en revanche pas partagée par une autre grande figure du milieu, Erol Josué, chanteur, vaudouisant, directeur du Bureau national d’éthnologie.  « La visite du président dans les lakou n’est pas démagogique. Au contraire », rétorque Erol Josué. « Il est le chef de l’Etat. Il est laïque et son rôle est d’être là pour tout le monde », ajoute-t-il, soulignant que « le président Martelly n’a pas dit qu’il est vaudouisant ».  

Le pasteur Sylvain Exantus, de la Fédération  protestante d’Haïti, est pour la liberté de conscience. « Chacun est libre de professer sa  foi et le président a le droit de visiter toutes les religions », selon le pasteur Exantus. Mieux, il estime que « le président Martelly  essaie de  créer un espace de convivialité entre les cultes ».

 Le président, en mixant les religions, agit comme un « caméléon », tance Mgr Guire Poulard, très dur ces derniers temps avec le pouvoir « Tèt Kale ».

Le président Michel Joseph Martelly s’était rendu au Vatican fin 2012. Avant d’accéder au pouvoir le 14 mai 2011, il avait été initié à la loge l’Etoile, à la rue Monseigneur Guilloux. Il y avait reçu les trois premiers degrés symboliques. Quelques mois plus tard, le président avait été filmé au moment de sa conversion au christianisme, au nom de Jésus, à la très fréquentée église protestante Shalom. Il y avait été oint. En mai 2012, le président d’Haïti avait « remis le pays à Jésus » lors d’une grande séance de prière au palais municipal de Delmas.

« J’ai suivi le parcours de l’artiste et je regarde l’homme exerçant ses fonctions de président. Il apprend vite et est plus intelligent qu’on le croit. Mais, c’est un provocateur et un polémiste-né », souligne un organisateur de spectacle. « Il aime attirer l’attention. Sacré Martelly ! C’est un boute-en-train qu’il faut apprendre à comprendre et à ignorer aussi », ajoute-t-il avec un rire sonore.   

Roberson Alphonse roberson_alphonse@yahoo.com

Les sept péchés capitaux de Jean-Bertrand Aristide : Réflexion et analyse sur le Génie politique de Saint Jean-Baptiste

27 décembre 2012

Certains parlent des grands génies de la pensée et des actions politiques comme Nicolas Machiavel sur l’éducation des hommes politiques ou des futurs hommes politiques, d’Adam Smith sur la pensée libérale et capitaliste de l’économie dont sa fameuse main invisible; d’autres parlent de Karl Marx pour le communisme et les luttes de classe. La liste est donc très longue s’il fallait que j’énumère les différents grands penseurs de la chose politique. En ce qui me concerne présentement ce sont les hommes d’action qui m’intéressent dans ce sujet car au-delà de la rhétorique et du discours sur les objets de la politique, il y a très certainement, les ordres et les actions politiques qui matérialisent les fondements de la chose politique.

Sans actes concrets, la politique reste du domaine de l’idéal et par conséquent les théories demeurent faibles et de peu d’importance réelle et pratique pour les citoyens, les collectivités humaines. Ainsi le politicien ou l’homme politique peut prétendre défendre telle conception d’idéal avec des mots et des discours alors que dans les faits, il n’y a ni objet, ni projet pour confirmer la profondeur de ces mots et de ces discours. Et encore là, au-delà de l’objet matériel ou de projet de confirmation tant que les décisions ne sont pas prise toute la matière politique reste encore inexistante pour cause, l’essence même de l’acteur ou l’homme politique c’est d’agir efficacement dans le vif c’est-à-dire donner forme et donner vie matérielle aux pensées et aux idées qui véhiculent les convictions, les croyances, les idéologies, les engagements, les intérêts et les valeurs que portent les mots, le discours dont l’homme politique lui-même.

À la lumière de cette réflexion sur la matière et de l’objectif de toute finalité politique, c’est-à-dire la condition première. Pour un individu, un groupe de s’impliquer en politique suppose de façon consciente ou inconsciente d’envisager d’agir pour changer ou améliorer de façon réelle les choses afin que même le plus simple individu puisse voir et comprendre ce qui a été fait pour lui-même ou pour les autres ou encore contre lui-même ou contre les autres. Cependant dans tous les cas, l’action politique se doit d’être compréhensible et saisissable afin qu’il y ait peu ou pas de place à l’interprétation, pour le reste c’est une question d’esthétique ce, qu’il s’agisse de la forme et des allures du langage que prend le message qui le portera sur ses épaules. En d’autres termes, l’homme politique dont la responsabilité première est d’agir doit limiter ses rêveries pour pouvoir agir car il n’a pas d’autres moyens pour changer, améliorer les choses que par la matérialisation de ses idéaux.

Entrons maintenant dans le vif de notre sujet, autrement dit, essayons de ramener le sujet «Les Sept Péchés capitaux de Jean-Bertrand Aristide, ex président de Haïti» à une explication de langage simple à travers mon analyse du Génie de Saint Jean-Baptiste. En passant, je tiens à signaler que le côté politique de saint Jean-Baptiste est peu documenté et très peu abordé par les historiens politiques. Cela est dû peut-être à la puissance de ses actions politiques ou encore à son grand Génie. De même, j’associerais également volontiers à son effacement le caractère hautement symbolique de son coup de génie tout comme le lien hautement religieux qu’il établit entre ses actes politiques avec le mystère de la religion, une religion qui allait se transformer en plusieurs sous variantes les une aussi complexes que les autres.

Pour ceux qui commencent déjà à se questionner sur le lien qui pourrait exister entre Jean-Bertrand-Aristide et Saint-Jean-Baptiste, je tiens à les rassurer immédiatement en leur disant que je ne pouvais pour l’instant trouver un personnage biblique, du nouveau testament, nouvelle alliance, pour exprimer mieux mes critiques et mes réflexions sur l’attitude, les gestes et le comportement de l’ex-président jean-Bertrand Aristide en ce qui concerne son rôle, ses lâchetés, son orgueil, son arrivisme, son égoïsme dans la problématique politique actuelle d’Haïti.

Du coup en tant que personnage hautement politique dans le pays, entre l’époque où l’ex-président souffrait de diarrhée verbale ou plus poétiquement d’incontinence émotionnelle avec des flux et des reflux de mots aucunement raisonnés occasionnant des retards énormes dans l’action politique dont il semblait inspirer espoir et aujourd’hui, où il est plongé dans un silence de cimetière et comatique que certains peuvent associer avec raison à la fois avec la peur et la lâcheté, l’idée d’actualiser Saint Jean-Baptiste à travers des réflexions et des analyses sur le non rôle ou d’un quelconque rôle inversé de l’ex-président Jean Bertrand Aristide dans la dérive à l’extrême droite de la conscience populaire et de la société civile et politique du pays revêt quant à elle un caractère informationnel critique pour la conscience nationale et patriotique.

En fait loin de faire le procès du silence de l’ex-président dont quelques interventions aideraient le recentrage politique et idéologique du pays tout en donnant une bouffée d’oxygène aux actions citoyennes dans le pays. Ce qu’il s’agit dans cette réflexion et dans cette analyse c’est de contribuer à outiller les jeunes acteurs politiques de la société civile pour saisir et mieux comprendre les enjeux actuels dans le pays.

Quel est le Grand coup de Génie de Saint Jean-Baptiste, et en quoi peut-on associer ce saint avec l’ex-président jean Bertrand Aristide?

D’abord, disons que mon association de ces deux personnages se base sur ce que l’un a fait en la personne de saint Jean-Baptiste que je considère comme le plus grand coup de génie et sur ce que l’autre n’a pas fait ou refuse de faire en la personne de l’ex-président Jean Bertrand Aristide. Mais avant d’aborder ce que l’ex-président d’Haïti na pas fait, plongeons-nous un peu au cœur d’Israël à l’époque de Jésus, le Christ.

En effet, à l’époque où vivait Jésus, Israël ou la Palestine était occupé par une puissance coloniale, celle de l’Empire de Rome, or tout était décidé par les colons et les représentants directs de cette puissance occupante. De même, la majorité des chefs d’église et de l’aristocratie collaboraient aveuglément avec les colons. Et, dans cette lutte interne pour libérer le pays de ces maîtres occupants et du rôle passif des élites locales, il y avait un jeune fougueux et avant-gardiste du mouvement populaire que certains associaient avec l’aile armée et révolutionnaire, c’était le jeune Jean Le Baptiste. À la fois grand Orateur et homme d’action, saint Jean-Baptiste avait été souvent impliqué dans des actes violents que d’aucuns jugeaient trop violents ou nuisibles à la cause de la libération du pays des bottes coloniales et romaines.

Sachant et voyant l’influence grandissante de Jésus comme grand orateur lui aussi ainsi que le caractère pacifique de ce dernier, Saint Jean-Baptiste en est arrivé à l’idée et à la conclusion, après maintes tentatives de convaincre Jésus de se rallier au bras armée de la lutte anticoloniale, de transférer à Jésus tout son leadership dont toute la charge émotionnelle et symbolique qui le caractérise. Ainsi, Saint Jean-Baptiste qui était reconnu contre le caractère et l’approche non violents de Jésus, avait accepté ipso facto désormais la légitimité de l’origine divine de Jésus lorsqu’il dit lors de la cérémonie de baptême de Jésus :«Oui, c’est lui, le fils du Dieu vivant que les prophètes avaient annoncé car, J’ai vu descendre sur lui, l’esprit de Dieu» et, par conséquent, vu la notoriété incontestable que jouissait Saint Jean-Baptiste, il devenait évident pour les simples disciples de Jésus de même que pour le reste de la population qui espérait un Messie tel qu’il avait été annoncé par les écrits et les anciens prophètes.

C’était par l’acte de baptême que Saint Jean-Baptiste avait décidé de transférer à Jésus tout son poids politique parce qu’il avait compris que pour faire avancer la lutte de la libération contre les barbares romains, ses jours étaient comptés mais surtout, il savait que pour bien aider son peuple à se libérer de ses occupants, il fallait qu’il puisse transférer au jeune militant Jésus tout ce qu’il pouvait avoir comme héritage et se faisant, Saint Jean-Baptiste avait permis et facilité l’unité nationale du mouvement politique anticolonial. Il est vrai que Moïse avait déjà posé des actes pareils lorsqu’il avait confié à Josué et à Aaron la mission de conduire le peuple d’Israël vers la terre promise toutefois, l’héritage que Saint Jean-Baptiste avait offert à Jésus mérite d’être sublimé tant par le côté hautement politique de la chose que par la toute puissance qu’il confère à un seul individu en la personne de Jésus.

Ainsi présenté, le transfert d’héritage, la passation de leadership, le passage du flambeau, le cadeau de la réputation personnelle de Saint Jean-Baptiste à Jésus doit être considéré à mon avis comme le plus grand acte politique qu’un homme politique puisse offrir à son pays s’il arrive à reconnaître ses propres limites , s’il cesse de se prendre pour l’unique et l’exceptionnel et en fin de compte, s’il est seulement capable de comprendre même pour un instant, à un moment donné, il y a d’autres qui peuvent faire mieux que lui dans une cause qu’il chérit de tout son cœur. Mais pour qu’un homme politique qui habituellement veille très sérieusement à sa notoriété et à son leadership soigneusement, il leur faut une grandeur d’âme hautement élevée et d’abnégation de soi d’autant que bon nombre d’entre nous les humains sont confrontés aux pouvoirs et aux jouissances de nos renommées en ce sens, ce sont ces masques qui nous empêchent d’avoir de la compassion pour les autres. Nous avons des valeurs et des intérêts, par conséquent, en dehors de nous rien d’autres existent.

Par ailleurs, il est vrai que Jésus n’était pas totalement préparé à assumer le rôle de leader du mouvement nationale et anticolonial que lui avait attribué Saint Jean-Baptiste d’une part il ne comprenait pas très bien l’acte de baptême qu’avait accepté de saint jean, et d’autre part les engagements et les responsabilités qui découlaient du discours de Saint Jean Baptiste lorsque ce dernier procédait à la matérialisation de l’idée de Dieu.

En reconnaissant en Jésus le Fils de Dieu donc du coup Dieu lui aussi par la présence de l’esprit saint, en bon idéologue, saint Jean-Baptiste accomplit l’unité même de Dieu et conséquemment, il a offert à tout un chacun de trouver en ceux qui les entourent les attributs de l’esprit saint et de Dieu également. Seul Saint Jean comprenait les implications des attributs divins à Jésus que Saint Paul transformera plus tard par la présence permanente de Jésus et de l’Esprit saint aux côtés des disciples. Saint Jean-Baptiste savait et connaissait très bien le pouvoir des mots mais aussi il comprenait la puissance des actes précédés par des mots, du verbe et il avait une conviction profonde de ce que les mots peuvent opérer comme changement lorsqu’il écrivait « Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la parole était Dieu…, et la parole s’est faite chaire….». Que pouvait-il dire de mieux, il ne lui restait qu’un sujet acceptant l’opération chirurgicale de la parole par la complicité du Saint Esprit.

En comparaison, si l’ex-président Jean-Bertrand Aristide croyait vraiment à un véritable changement social, politique et économique comme il a souvent et largement véhiculé dans ses discours, et si aussi il avait la grandeur d’âme patriotique telle qu’il aimait la faire ressortir chez Jean-Jacques Dessalines, Toussaint Louverture de façon Charlemagnepéraltement, il aurait pu accepter depuis déjà bien longtemps particulièrement durant son exil en Afrique du Sud, passer le flambeau à une nouvelle génération sensibilisée par les idées de changement et de progrès qu’il a prôné depuis les trente dernières années.

Malheureusement, l’homme est devenu vieux, il a cessé de penser par lui-même; il a des enfants et une femme donc, il a des intérêts qu’il doit défendre en lieu et place de ses convictions.

Il est vrai, lui demander de se prononcer sur ce qui ne lui intéresse plus c’est lui faire mal et c’est aussi lui demander de trahir ses nouvelles consciences de classe. L’individu est aujourd’hui il ne faut plus oser l’appeler Titid comme il se faisait appeler pour afficher ses vœux de chasteté et de pauvreté. L’individu est désormais docteur et ceux qui doivent parler en son nom doivent avoir des titres comme lui de docteur. Il ne veut surtout plus se faire voir avec Ti Sony le symbole des Enfants de la Rue car, en ayant ce dernier dans son environnement c’est son passé qui rebondirait dans sa face voire contaminer pour toujours l’idéal aristocratique ou aristidiste qu’il a déjà inculqué à ses enfants.

De même, il faut à tout prix éviter de partager les prises de position de René Civil, l’ex chef de JPP (la Jeunesse pour un Pouvoir Populaire : Jan l Pase l Pase : advienne que pourra) qui, même s’il a un peu dévié du véritable idéal du mouvement populaire, s’identifie encore fièrement le mouvement du parti La Famille Lavalas : Fanmi Lavalas. En moins de deux ans le parti Fanmi Lavalas semble rejeter comme du revers de la main l’un des militants les plus aguerris comme son porte parole, je veux parler d’Ansito Felix. Peut-être c’est parce qu’il n’a pas son doctorat comme c’est le cas pour l’actuel porte parole de ce parti politique. Hé oui, le petit père des pauvres qui faisait la promotion de la théologie de la libération est arrivé à ses fins, il est actuellement là où il avait toujours rêvé, un père de famille tranquille et menant une vie simple et, c’est déjà fini le temps des longs discours enflammés : Je peux, et je veux…., Je veux et je peux avec des espacements qui en disaient beaucoup et même trop. Personne ne voit plus et de fait ne doive plus voir ou rechercher l’article 291 de la constitution de 1987 sur sa tête chauve de calvitie.

Enfin, plus personne ne remarque non plus la constitution qu’il disait avoir dans une main ni non plus son instrument et ses outils lorsqu’il voulait faire peur à ses opposants duvaliéristes et militaires. Évidemment, l’homme qui s’était arrogé du droit canon et du droit papal de sacrer de facto le simple père lebrun en monseigneur, trouve aujourd’hui non important de défendre les jeunes manifestants qui protestaient contre les dérives du régime d’extrême droite martelly-lamothe dont les bras juridiques et judiciaires incarcèrent illégalement dans des conditions infrahumaines.

Un autre aspect non moins important de la position actuelle de l’ex-président Jean-Bertrand Aristide est la méconnaissance de celui-ci concernant le rôle que les grandes puissances y comprises les forces onusiennes lui avaient attribué pour créer des conditions de stabilisation du pays. À ce titre, les lectures de l’ex-président sont quasiment nulles et n’affichent aucun bon sens pratique de la situation politique. En effet, supposons qu’on ait véritablement demandé à Aristide de ne pas trop déranger avec ses discours que l’on reconnait percutants et provocateurs cela ne voudrait pas signifier silence total car de l’autre côté, Jean Claude Duvalier le comprend très bien alors que cela ne lui a pas empêché de tourner dans le pays voire d’accepter de parrainer une promotion finissante d’étudiants de la faculté de droit des Gonaïves et l’usage qu’il a fait de son discours pour se redéfinir et apporter un grand éclairage sur ses véritables intentions politiques et sociales.

Selon ma lecture de la position des différents protagonistes de l’échiquier politique national d’Haïti, les grandes puissances ainsi que l’ONU ont voulu créer un équilibre politique et social afin de permettre au pays de se redémarrer mais pour cela ait été possible sans qu’il n’y ait d’effusion de sang et de division sociale, il leur fallait permettre à ce que les deux grands groupes d’opinions politiques divergentes se calment avec les représentants idéologiques respectifs d’un côté avec la présence de Jean-Claude Duvalier et de l’autre avec Jean-Bertrand Aristide. Cependant dans la l’esprit des commandeurs internationaux, il n’est nullement question de permettre à ce ni l’un ni l’autre de ces deux personnes prennent le pouvoir ou non plus avoir de trop fortes influences politiques dans le pays car croient-ils, en laissant l’un ou l’autre de ces groupes accaparer l’opinion publique nationale, cela pourrait conduire à un véritable éclatement du pays. Et qui dit éclatement social, dit également chambardement systématique de tout l’ordre établi.

Aucune grande puissance ne souhaite arriver à une guerre civile en Haïti non seulement cela mettrait en danger les investissements étrangers en république dominicaine en péril mais également cela risquerait de compromettre toute la stabilité actuelle de la région caribéenne et de l’Amérique Latine sans compter bien sûr des effets dominos sur l’ordre mondial dont le retardement des ambitions américaines à la fois pour Cuba de l’après Castro, le démantèlement de l’Iran, de la Syrie et plus loin encore les projets de puissance de la Chine et de la Russie.

Bref, si président Aristide croit que son silence est profitable pour le pays dont sa stabilité en particulier, il se trompe énormément et de fait il est complètement dans le champ avec cette lecture erronée de la situation véritable du pays. D’ailleurs, il devait comprendre que son silence ne fera que sceller sont sort soit sa véritable mort politique vu que la nature de la réalité politique a vraiment horreur du vide tel que son silence le crée. De même, il devait comprendre en interprétant de façon approfondie les menaces d’accusation qu’on est en train de formuler à son endroit qu’il s’agisse des plaintes déposées par Ti Sony pour exploitation de leur misère ou encore celles déposées pour mauvaise gestion des coopératives de crédits qu’il avait créées et qu’il avait confié la gestion à des proches de son parti Fanmi Lavalas. Tout ce que pèsent ces menaces sur Aristide c’est de lui dire de jouer les rôles qu’on lui avait attribués et s’il persiste à ne pas les jouer, il risque de se faire juger et se faire condamner.

En ce qui concerne le régime actuel, tous les membres du gouvernement savent qu’ils ont besoin de la présence active d’Aristide dans le pays afin d’avoir une autorité idéologique fiable et morale capable de les aider à calmer les tensions populaires vu les différentes manifestions qui commencent à prendre ampleur actuellement dans le pays. Ni le premier ministre Laurent Salvador Lamorthe, ni le président de la république Joseph Michel Martelly ne cherche ou ne souhaite véritablement juger l’ex-président par contre seulement quelques anciens ministres d’État de Jean-Claude Duvalier et quelques petits bourgeoies proches du pouvoir auraient voulu mettre des menottes aux mains d’Aristide. Tout au plus, si président Aristide refuse de rendre service à la stabilité du pays, les puissances étrangères ainsi que le régime en place peuvent le sacrifier bien qu’ils ne connaissent pas vraiment l’issue que pourrait prendre un tel sacrifice.

Pour le mouvement populaire, la réalité est presque pareil et certains doivent déjà penser à la mort politique d’Aristide puisque pour les leaders de la gauche politique du pays, une mort politique ou physique aiderait davantage au renouvellement et au leadership des fractions de l’opposition en ce sens qu’un Aristide mort politiquement ou physiquement permettrait une certaine unité politique autour d’un martyr politique et symbolique que l’ex-président deviendrait. Ainsi toute la notion du Symbolisme que représente l’ex-président prendrait forme dans le conscient et le subconscient populaire et permettant de fait un ralliement de toutes les forces de gauche.

On ne se questionne pas sur le grand travail de saint Paul sur la façon que ce dernier avait créée le mythe autour de Jésus décédé. Même ceux qui furent ces disciples avaient du mal à comprendre le travail de saint Paul lorsqu’il avait décidé de ressusciter Jésus pour le rendre éternellement présent aux côtés du peuple. Saint Paul et Saint Pierre savaient selon la vision de Saint Jean-Baptiste qu’un Jésus Mort était plus utile à la conscientisation des masses qu’un Jésus Vivant incapable de pousser le peuple à la révolte voilà pourquoi, le plan de livrer Jésus à mort que l’on nomme la Trahison de Juda était une véritable planification politique montée de toute pièce en vue d’aider le peuple à se libérer d’une présence de colons sur leur territoire  lesquels devenaient de plus en plus étouffant pour le peuple juif d’Israël.

Toujours dans la foulée des choses, si président Aristide croit qu’il est encore le seul homme politique le plus intelligent capable de se faire discret aux yeux et aux sus des puissances coloniales actifs et très présentes dans le pays tels que les services secrets de l’ONU et des États-Unis dont les membres du FBI sont actuellement en possession de plusieurs données sur les organisations et les cellules que Aristide avait demandé au jeunes militants membres de mettre en place dès son retour au pays, là encore il se trompe énormément car il n’est plus question de laisser naître dans le pays actuellement de révolution populaire telle que tout le monde le sait que Aristide est en train de préparer.

La fondation Clinton, l’ONU, l’administration de Barak Obama, les puissances coloniales comme la France, Le Canada pour ne citer que celles-là savent très bien ce que le président complote tout seul dans les coulisses de son parti et elles savent que l’ex-président est quelqu’un de malin et haineux de façon caractérielle alors, si le président Aristide croit pouvoir les échapper de regard, il se trompe amèrement pour cela, aucune d’entre elles n’hésitera à lui faire payer très chèrement son refus de collaborer à la stabilité du pays. Les hommes comme Bill Clinton, des Femmes comme Michaelle Jean, le Monseigneur Kébreau qui travaillent de concert avec un grand nombre d’institutions pour garantir des investissements dans le pays auraient aimer voir Aristide les supporter et les aider à créer des conditions de stabilité dans le pays pour provoquer le développement et le progrès du pays mais s’ils continuent de constater le refus de ce dernier dans les différents engagements qu’ils ont pris, alors, ce serait de gaité de cœur qu’ils le jetteront à la fausse aux lions.

En conclusion, qu’il s’agisse de l’histoire de la bible ou encore qu’il s’agisse de la réalité des enjeux politiques actuels en Haïti, qu’il s’agissent de mes reflexions personnelles et de mes analyses également, nous savons que l’exprésident Aristide devra très prochainement se prononcer d’une façon ou d,une autre pour rassurer le pays et les forces en présence et de ce fait, le statu quo ne sera pas toléré sinon il devra tôt ou tard envisager mort politique c’est-à-dire qu’on pourrait le juger ici ou ailleurs compte tenu les risques de débordement que cela pourrait engendrer, il n’a pas de grands alliés au sein du pouvoir de Martelly et non plus au niveau international. Il risque d’être seul au monde et puisqu’il n’aurait rien dit, le peuple aussi après un certain temps très rapproché devra l’oublier. On pourrait de part et d’autre récupérer son symbolisme afin de faire avancer le mouvement politique, social, économique et même sociétal du pays.

Hermann H Cebert


Le premier Ministre Laurent salvador Lamothe et son Énoncé de Politique Générale :La démilitarisation de l’État de Hayti et Les impôts impayés de la bourgeoisie de Hayti

1 juin 2012

Le premier Ministre Laurent salvador Lamothe et son Énoncé de Politique Générale :La démilitarisation de l’État de Hayti et Les impôts impayés de la bourgeoisie de Hayti.


Laurent Lamothe devient Premier ministre:

4 mai 2012

Laurent Lamothe devient Premier ministre

Le vote massif d’une majorité imperturbable a donné au chancelier démissionnaire le droit de poursuivre sa route, à l’issue d’une séance marathon entachée de graves accusations de corruption contre les pro-Lamothe

Publié le vendredi 4 mai 2012

La Chambre des Députés a approuvé jeudi soir peu avant minuit la désignation de Laurent Lamothe au poste de Premier ministre par 62 voix pour, 3 contre et deux abstentions au terme d’une séance très houleuse, sur fond d’accusations de corruption, que plusieurs élus farouchement opposés à la candidature du chancelier démissionnaire ont tenté en vain de faire avorter.

Lamothe, 40 ans, déjà bénéficiaire d’un vote favorable au Sénat et désormais Premier ministre, est habilité à présenter successivement son énoncé de politique générale devant les deux Chambres du Parlement séparément.

Pour succéder véritablement au chef du gouvernement démissionnaire, Garry Conille, l’intéressé devra surmonter ces deux supposés obstacles. Dans le cas contraire, la procédure recommencera, selon la constitution.

Dans une atmosphère très électrique, les accusations les plus graves ont fusé de toutes parts entre le groupe minoritaire convaincu que le vote a été monnayé et des pots-de-vin distribués et les représentants d’une majorité qui, au nom du réalisme politique, ont bataillé du bec et des ongles pour imposer Laurent Lamothe en dépit de certains points obscurs de son dossier.

Les membres de la commission ayant analysé ses pièces ont d’ailleurs tenu le même discours pour déclarer le candidat éligible malgré des irrégularités constatées qui concerneraient les exigences de l’article 157 de la constitution relatives à la résidence haïtienne de l’homme d’affaires, à ses obligations fiscales et à sa carte d’identification nationale l’habilitant à voter et obtenue en août 2011.

Certaines informations laissent croire que la confrontation de ce jeudi à la Chambre basse serait l’autre expression des luttes de pouvoir sans merci que se livreraient des groupes rivaux au sein du pouvoir face à l’éventuelle accession prochaine à la Primature de Laurent Lamothe, pourtant très proche du Président Michel Martelly et bras financier de sa campagne électorale. spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article8797


Qui s’opposaient à l’arrivée de l’homme le plus riche de la planète en Haïti: Les familles les plus riches d’Haïti doivent changer pour laisser le pays se Développer

28 avril 2012

 

Les familles les plus riches d’Haïti continuent de faire la plus et le beau temps dans le pays et elles constituent l’une des catégories sociales les plus rétrogrades dans le monde. Elles pratiquent un féodalisme le plus arriéré du monde en ce sens qu’elles n’investissent pas réellement dans le pays et les quelques investissements qu’elles en font sont faits dans des secteurs où elles détiennent le monopole avec des modèles de gestion archaïque qui ne favorisent guère le développement du pays.

Alors que le pays manque de tout, cette catégorie de bourgeois se contente sans vergogne de faire la mise en sac au lieu de faire des investissement dans la recherche en vue de développer de nouveaux produits et services. C’est dans ce contexte qu’opère la bourgeoisie apatride de Haïti actuellement cepedant, si cette bourgeoisie veut faire partie intégrante du changement qui s’opère dans le pays et plus particu`lièrement dans les mentalités, il faut qu’elle change ses idéologies en optant pour une pluralité d’acteurs d’affaires dans le pays.

L’État ne plus être toujours à son service et les règles doivent changer afin de permettre aux investisseurs étrangers d’avoir eux aussi accès au marché haïtien et ce dans tous les secteurs pour que la libre concurrence ne soit une vaine chose telle une simple référence pour le capitalisme haïtien.

Le pays n’a pas besoin du féodalisme mais d’un véritable capitalisme tel qu’il existe dans les pays développés. Un capitalisme où il y a des règles pour tous et qui facilitent la libre circulation de les facteurs de production mais surtout, un capitalisme productif et compétitif au niveau national et au niveau régional et international. Néanmoins pour entrer dans du nouveau capitalisme haïtien, les classes oppulentes doivent accepter de changer leurs pratiques d’affaires mais également accepter et tolérer d’autres acteurs dans les secteurs qu’lles détiennent des moopoles éhontés.

En tant que partisan d’un capitalisme haïtien compétitif, consciencieux et solidaire avec les plus démunis, respectueux des règles et des pratiques d’affaires, je crois que les riches du pays doivent comprendre qu’ils ne peuvent plus évoluer en dehors de la réalité du pays qui les a accueilli les bras ouverts. Il est vrai et peut être normal que les patriarches des cinq familles les plus riches se considèrent encore étrangers dans un pays qui les a malgré tout donné tout ce qu’ils possèdent, toutefois leurs enfants qui ont grandi dans le pays et qui sont à plusieurs égards des haïtiens ne devaient plus se comporter comme des étragers.

Revenons au sujet pricipal de l’article celui de savoir et d’identifier les opposants à l’arrivée de l’homme le plus riche du monde puisqu’il s’agit d’un affront pour cet homme qui veut apporter son expertise et son argent dans l’économie de Haïti. Il est inconcevable que le président Joseph Michel Martelly n’ait pas pris les mesures nécessaires pour Accueillir cet homme d’affaires mexicain d’origine libanaise qui a commencé dans le domaine de la téléphonie filaire et que l’on reconnait un sens aigü de la compétition ainsi que le respect de ses travailleurs.

Le président Martelly s’est laissé piéger par les familles ifluentes dans le domaine de la communication où selon certains, que Carlos Slim Helu comptait venir investir son argent pour remplacer les Vietnamiens qui ont rencontré beaucoup d’oppositions de la part des familles les plus riches.

Pour bien comprendre l’annulation de la Visite de Carlos Slim Helu en haïti comme c’était prévu pour accompagner le président du Mexique, il faut placer la visite de l’homme d’affaire sur les promessses que le président lui avait faites sur le dossier de l’ancien fourisseur de services téléphonique et de communications connu sous le nom de Téléco. C’est donc parce que le président, son premier ministre désigné ont des parts dans la plus grande compagnie de téléphonie dans le pays payable à la minute.

Or compte tenu de la spécialisation de Slim dans le domaine de la téléphonie filaire, on pouvait s’attendre à ce qu’il procède à l’acquisition ou au développement des services de commuications dans le pays. Par contre, en vue de maintenir leur monopole dans le secteur, une ou deux des cinq familles les plus riches en Haïti a décidé de créer un climat de violence et de terreurs dans le pays pour rendre la visite de l’homme le plus riche impossible mais également peut être en faisant aussi pression sur le président pour qu’il annule cette visite sinon sa vie aurait été en danger.

Ainsi craignant peut-être également pour sa vie et celle de sa famille, le président avait choisi de se réfugier à Miami où il a entrepris pour de vrai d’établir des contacts avec l’administration américaine en vue de trouver des appuis pour sa sécurité mais également pour financer certains projets qu’il tient à coeur.

Selon ce qui serait déjà discuté, le président Martelly aurait même bénéficier d’une confirmation de la visite prochaine du président Barak Hussein Obama pour le mois mai prochain. Lors de cette visite, le président américain annoncera lui-même les prochaines aides américaines pour Haïti. Toujours selon cette même rumeur, le président des États-Unis invitera les classes dominantes du pays à s’ouvrir au changement et à pratiquer un capitalisme concurrentiel comme cela se pratique dans le mode civilisé.

À suivre….

Hermann Cebert

 

http://www.journaldunet.com/economie/magazine/classement/l-homme-le-plus-riche-du-monde/1er-carlos-slim-helu-69-milliards-de-dollars.shtml


Le président revient au Pays après avoir suivi Des cours Intensifs de Gouverance donnés par les Anciens ministres de Jean-Claude Duvalier et de la CIA

28 avril 2012

Le Président Martelly regagne Port-au-Prince lundi prochain

Totalement rétabli après son embolie pulmonaire, il arrivera en compagnie du Premier ministre désigné, Laurent Lamothe, parti le rejoindre à Miami avec des parlementaires

Publié le vendredi 27 avril 2012

Après deux semaines d’absence, le Président Michel Martelly, qui se faisait soigner à Miami pour une embolie pulmonaire, sera de retour à Port-au-Prince lundi soir, a annoncé vendredi dans un communiqué le bureau de communication de la Présidence.

Le chef de l’Etat, dont la santé est désormais stable de l’avis de ses médecins, donnera une conférence de presse au salon diplomatique de l’aéroport international Toussaint Louverture, précise le communiqué.

Le chancelier démissionnaire et Premier ministre désigné, Laurent Lamothe, doit accompagner le convalescent à son retour. Il est parti vendredi à destination de la Floride en compagnie d’une délégation composée des Sénateurs Kély Bastien, Edwin Zenny, John Joël Joseph et Yvon Bissereth dans le cadre d’une « visite de solidarité » au chef de l’Etat.

Le 16 avril dernier, M. Martelly avait été évacué d’urgence vers les Etats-Unis à bord d’un vol commercial suite à de fortes douleurs qui seraient les séquelles d’une récente opération à l’épaule.

Ce départ précipité quatre jours seulement après son retour d’un premier séjour médical aux Etats-Unis et les informations officielles diffusées ont suscité une controverse au Parlement, dans la classe politique et au sein de la population sur la nature de la pathologie dont souffrait le dirigeant haïtien.

Le Sénateur Westner Polycarpe a jeté un pavé dans la mare en affirmant qu’il ne s’agirait pas d’une embolie pulmonaire, mais de préférence gazeuse, un syndrome que provoque généralement la consommation de drogues.

Dans une interview à une station haïtienne de Miami, Radio Méga, le Président a révélé qu’il était passé à deux doigts de la mort.

Ancien chanteur de Compas, Michel Martelly, qui bouclera le 14 mai prochain la première année de son quinquennat, en est déjà à sa troisième hospitalisation au cours des six derniers mois. spp/Radio Kiskeya

Haïti-Présidence-Santé

Trois Sénateurs et le Premier ministre désigné visitent Martelly à Miami

Au lendemain d’une intervention du Sénateur-médecin Westner Polycarpe ayant écarté, sur fond de vives préoccupations, l’hypothèse de l’embolie pulmonaire au profit d’une embolie gazeuse, la « maladie des drogués » dont souffrirait le chef de l’Etat

Publié le jeudi 26 avril 2012

Une délégation composée des Sénateurs Kély Bastien, Edwin Zenny, John Joël Joseph et du Premier ministre désigné, Laurent Lamothe, est attendue vendredi matin à Miami où elle doit rendre visite au Président Michel Martelly en convalescence aux Etats-Unis après avoir été victime d’une embolie pulmonaire, il y a environ deux semaines.

Cette initiative intervient au moment où les informations sur la nature de la maladie du chef de l’Etat suscite doutes et interrogations dans certains milieux et ont porté le président de la commission santé du Sénat, Westner Polycarpe, à émettre l’hypothèse d’une embolie gazeuse, maladie dont souffrent généralement les toxicomanes.

L’initiative de ce voyage a été prise par le bureau du Sénat, de concert avec le chancelier démissionnaire et successeur potentiel du Premier ministre Garry Conille, a indiqué le président de l’assemblée, Dieuseul Simon Deras. Il a laissé entendre que la Chambre des Députés pourrait aussi dépêcher ses représentants en Floride.

Ami proche et partisan inconditionnel de M. Martelly, Edwin « Edo » Zenny a, de son côté, fait savoir que toutes les dispositions ont été déjà prises et le Président informé de la composition de la délégation.

Sur sa lancée, il s’en est pris à son collègue Westner Polycarpe qui, assure-t-il, manque de jugement et a besoin d’être recyclé en tant que médecin après ses considérations sur la maladie présidentielle.

Dans ses explications scientifiques, le premier Sénateur du nord, ancien allié du dirigeant haïtien passé à l’opposition, avait remis en question le diagnostic de l’embolie pulmonaire officiellement annoncé en affirmant que l’intervention chirurgicale subie récemment à l’épaule droite par le chef de l’Etat ne saurait provoquer une telle pathologie.

« Des artistes et hommes d’Etat consomment de la drogue afin de pouvoir surmonter leur stress, ce qui crée un caillot rempli d’air qui bloque la circulation sanguine », avait déclaré mercredi le parlementaire en suggérant que M. Martelly, qui a connu une carrière musicale marquée par toutes sortes d’excès, pourrait se retrouver dans une telle situation.

Le Dr Polycarpe avait, au nom de la commission santé, écrit au président de la Chambre haute pour solliciter l’envoi à Miami d’une délégation bicamérale devant se renseigner sur l’état de santé de Michel Martelly et la durée approximative de son « incapacité temporaire ».

L’un des élus attendus vendredi aux Etats-Unis, le Sénateur Kély Bastien, lui aussi médecin de profession, avait émis de sérieux doutes sur la thèse de l’embolie pulmonaire en faisant remarquer que, si tel avait été le cas, le Président s’exposerait à la mort en prenant d’urgence un avion de ligne non médicalisé.

Se réjouissant de son net regain de forme depuis sa convalescence, l’ancien chanteur dit « Sweet Micky », au pouvoir depuis un an, le mois prochain, a confirmé la maladie officiellement annoncée et remercié ceux qui l’ont soutenu dans cette dure épreuve. Dans une vidéo enregistrée à son hôtel, le chef de l’Etat a aussi déclaré que son retour imminent ne tenait plus qu’à l’autorisation de son équipe médicale. spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article8776


Le président Martelly aurait eu des COMPLICATIONS SANITAIRES: Depi w manje pwa Fòk ou Bay Lapire, Si manje lajan Chango, fò w peye Chango

26 avril 2012

Pour mieux comprendre le message du président Joseph Michel Martelly voici la définition d’un terme utilisé par lui:

sanitaires, nom masculin
 
Sens Ensemble des lavabos, W.C., robinetterie, baignoire… Anglais toilets and showers

« J’étais plus proche de la mort » déclare Martelly

image<!– image –>

À peine remis de son mauvais état de santé après une semaine d’hospitalisation à Miami, le chef de l’État qui répondait aux questions du journaliste Alex Saint-Surin dans le cadre l’émission « Carrefour », a déclaré que son état de santé est pour le moment stable.

« Ma situation sanitaire était compliquée. J’étais très près de la mort. Je me préparais à l’accepter car la souffrance a été trop dure. Je ne suis pas mort parce que Dieu est à mon côté», a témoigné le président Martelly qui s’est dit maintenant remis à 99.9 %.

Se disant avoir été plus près de la mort que la vie, le locataire du palais national a indiqué toutefois être en attente des dernières consignes de ses médecins en Floride avant de prendre l’avion pour rentrer en Haïti, afin de poursuivre sa mission de chef d’État.

« J’attends seulement les dernières consignes de mes médecins avant de prendre l’avion. Car désormais, je ne peux pas voyager dans n’importe quelles conditions dans la mesure où le problème que j’ai eu, a à voir avec l’altitude », a fait savoir M. Martelly, saluant au passage toute l’équipe médicale qui l’avait pris en charge.

Le président Martelly qui dit avoir pris le risque, sous les recommandations de ses médecins en Haïti, de prendre le vol pour retourner à Miami quelques jours après son intervention à l’épaule droite, a affirmé avoir craint une complication sanitaire due à une embolie pulmonaire.

« Nous avions pensé à une « embolie pulmonaire » relevée d’un diagnostic non confirmé en Haïti. Mais en arrivant à Miami, le scanner nous a plutôt indiqué ce que nous appelons « un infarctus pulmonaire » moins dangereux qui a provoqué les douleurs chez le président, a fait comprendre pour sa part, l’un de ses médecins tout en confirmant que son état de santé est normal.

Saluant les membres du gouvernement et le peuple haïtien, le premier citoyen de la nation a indiqué que le pays n’allait pas mourir en raison de son absence. Car, a-t-il ajouté : « Il existe de nombreux citoyens en Haïti qui entendent marcher dans la logique de mon rêve pour Haïti et pour le bonheur du peuple haïtien ».

Alix Laroche
allalematin@yahoo.fr
Miami, Florida

HPNhttp://www.radiotelevisioncaraibes.com/nouvelles/haiti/j_etais_plus_proche_de_la_mort_declare_martelly.html


Comment comprendre le climat de violence et de terreur en Haïti: Pourrait-il s’agir d’actions destabilisatrices des forces réactionnaires traditionnelles dans le pays

23 avril 2012

Dans un précédent article concernant les méthodes d’élimination d’opposants utilisées par les régimes d’extrêmes droites. J’expliquais comment certaines personalités pouvaient devenir des victimes potentielles par ce que j’appelle des Crimes de Liaisons Non Correspondantes. Ce type de crime politique se fait souvent par les régimes d’extrêmes droites tels que les milices attachées à ce régime mais également des groupes d’intérêts souvent plus puissants et fonctionnant dans l’ombre.

Quant aux victimes elles-mêmes, elles peuvent être n’importe quel citoyen hônnette et respectueux. Cependant, à cause de la nature des effets escomptés par le groupe meurtrier, il peut y avoir des antécédants qui apparaîtront comme étant la véritable cause de l’acte criminel qui, pourtant n’est pas la véritable cause de l’acte criminel. Par conséquent, la justice et l’opinion publique  tendent à se laisser piéger à la fois dans l’enquête judiciaire que dans les demandes de justice que l’opinion publique réclamera.  

Il est vrai que ce genre d’analyse est assez complexe à saisir par les profanes de la justice, du système de justice et plus particulièrement des techniques d’enquête et d’espionnage, toutefois il faut bien que les enquêteurs spécialistes s’apprennent à d’une part, développer la distance au rôle et d’autre part, avoir des vues d’ensemble qui doivent être imbriquées l’une dans l’autre et c’est cette résultante de comportement et d’attitude qui constituera le meilleur modèle méthodologique d’investigation afin de trouver les véritales coupables.

Ce que je veux dire de façon plus simple c’est que les cas de crimes politiques sont planifiés de telle sorte qu’on semble connaître de façon évidente les auteurs des crimes  qui sont commis. Leurs planifications sont telles que n’importe quel simple citoyen pourrait et peut avoir une impression qui peut également se transformer en conviction à propos de l’auteur du crime en question cependant, cet honnête citoyen peut à 99% se tromper s’il s’agit d’un crime qu’il n’a pas été témoin et plus encore, comme c’est souvent le cas, qu’il n’y a pas de preuve et de matériel permettant d’identifier le véritable criminel de l’acte commis.

Dans le cas de Crimes de Liaisons Non Correspondantes, comme je l’identifie, il faut comprendre que n’importe qui peut être la victime et également n’importe qui peut être accusé et condamné comme coupable parce que la planification prévoit aléatoirement à la fois le présumé coupable et la victime et les seuls liens qui existeront entre eux seront une ou plusieurs causes insignifiantes mais parce qu’ils n’existent pas véritablement dans les faits ces liens, il s’en suit que des innocents peuvent être accusés, des innocents sont victimes alors que les criminels continuent de circuler et de vivre sans aucune crainte de se faire attraper par la justice et la police.

Pour qu’un groupe commette des crimes de liaisons non correspondantes il faut qu’il possède un grand pouvoir économique, des mercenaires criminels diposés à commettre ces crimes odieux mais également, il faut bien qu’il dispose d’un bon système de communication capable de coordonner ses activités de liaison et d’identification à la fois des victimes et des prétendus coupables selon et en fonction des intérêts défendus. Autrement dit, seuls les groupes d’intérêts politiques et financiers élevés peuvent investir dans ce genre de crimes.

Il faut qu’il y ait de gros intérêts à défendre pour tomber et pratiquer cette macabre entreprise sinon quelque soit les autres types de crime commis dans une société l’ État et la police d’un commun accord avec la justice devait pouvoir élucider ces crimes. Et d’ailleurs s’il ne s’agit pas de groupes organisés qui commettent ce genre de crime la police devait pouvoir facilement dans les 24 heures suivant le crime trouver ou avoir une idée du profil du groupe criminel en question et à la limite le coupable. Or, voilà que dans un climat de succession de crimes politiques ou sociaux, terrain propice pour les actes criminels, les esprits sont souvent ailleurs y compris ceux des  enquêteurs affectés et chargés sur ces dossiers puisque eux-mêmes font partie de la société mouvementée et agitée.

À mon avis, selon ce qui se passe actuellement où il y a une montée de violence gratuite et extrêmement criminelle sans précédent, il doit y avoir des groupes de grands intérêts dans le pays qui se cachent derrière les vagues successives de crimes dans le pays. Ces intérêts doivent être assez importants pour que ces groupes se maintiennent cette cadence. Si je doisfaire un lien entre ces crimes et ceux qui avaient été commis dans le pays dans le passé pour lesquels il n’y a toujours aucune conclusion, je constate une constante entre ces crimes, l’opinion publique semblait toujours connaître le présumé coupable et, ce même présumé coupable défendait toujour son innocence.

C’est donc pour cette raison que je me suis souvent demandé pour cette opposition constante entre la version de l’opinion qui parait souvent assez convaincante et celle du présumé coupable qui elle aussi, parait souvent convaincante. Je me rend également compte qu’il y avait souvent des causes de faibles importances comme des conflits mineurs, des propos et des discours de divergence qui peuvent facilement être considérés  et attribuables à la cause et aux motifs de liaison entre les prétendus coupables et les personnes victimes.

Cependant, bien que je n’aie pas vraiment de résultats d’enquêtes qui puissent confirmer que tel prétendu coupable était ou non le véritable criminel hors de tout doute raisonnable tel que les opinions publiques l’auraient prévu. De même, aucun jugement n’a encore confirmé hors de tout doute que le prétendu accusé ou criminel en était le véritable coupable. Par conséquent, je dois croire que les crimes politiques qui se commettent actuellement en Haïti sont l’oeuvre de groupes criminels organisés qui de façon aléatoire choisissent à la fois les victimes ainsi que les accusés mais qui, la victime et l’accusé sont fondamentalement de personnes innocentes.

Par ailleurs, compte tenu de cette analyse que je viens de faire, je dois admettre que tous les citoyens sont susceptibles d’être la victime ou l’accusé plus particulièrement, les citoyens qui ont une certaine image politique capable d’amplifier exagérément les faits et les causes par l’ensemble de l’opinion publique. D’ailleurs, c’est en ce sens que ces crimes doivent être considérés comme des crimes politiques mais également c’est parce que les personnes impliquées comme victime et comme accusée apportent des ampleurs médiatiques exagérées qui fait qu’elles avaient été choisies pour être des victimes et des accusés potentiels pour ces groupes organisés.

Ici, il faut bien reconnaître le caractère psychologique du choix des personnes victimes et accusées dans ces cas de terreurs d’État et de terreurs de groupes organisés et de groupes d’influence et d’itéreêts dans le pays. Toujours selon la thèse en arrière derrière cet article, ce sont les grands groupes d’intérêts financiers et politiques qui ont l’habitude de supporter la violence et la terreur en Haïti dans le passé qui continuent encore de financer et de commanditer les crimes actuels, ces crimes visent à renverser certaines situations d’intérêts et de force et plus particulièrement, ces crimes peuvent viser à renverser des rapports de pouvoir néfastes et négatifs à leurs intérêts. 

De ce fait, je peux conclure, parce que les victimes et les accusés peuvent être n’importe qui, tout acteur politique est surveillé, contrôlé, par conséquent n’importe qui peut faire les frais de cette grande machine criminelle opérée à distance par des groupes organisés.

Hermann Cebert

 


Qui sont les vrais maîtres de Haïti: Analyse transversale des véritables opposants à la volonté et aux désirs de changement social et économique du président Joseph MIchel Martelly

22 avril 2012

On serait tenté de croire et de dire du coup que les vrais maîtres d’Haïti seraient les Américains, les Français, les Canadiens et toutes les grandes puissances qui ont de véritables intérêts dans le pays, même si dans une certaine mesure, tous ces pays ifluencent plus ou moins les décisions politiques et économiques en Haïti. De même on serait tenté de croire et d’admettre que les politiciens et les médias dirigent et dominent Haïti puisque leurs voix et leurs discours peuvent influencer et influer les choix et les décisions politique, économiques et sociales du pays.

Entre autre, on serait tout aussi tenté de dire que les églises, protestantes et catholiques cotrôlent indéniablement le pays vu leurs richesses dans le pays et vu également leurs proximités avec les populations et de ce fait, ce seraient les églisent qui placent et déplacent les hommes au pouvoir dans le pays.

Malheureusement aucun de ces groupes et de ces catégories sociales peuvent avoir assez de pouvoir décisionnel sur le pays que les cinq familles les plus riches du pays et, hors de tout doute, ce sont ces cinq familles qui maintiennent Haïti dans la misère, dans l’ignorance, dans la crasse, dans le sous-développement, dans les inégalités sociales et économiques et qui pis est, ce sont elles qui financent les coups d’État dans le pays et qui financent les groupes armées qui terrorisent incessemment dans le pays.

Et les auteurs du livre, » Haîti, dix ans d’histoire secrète ecrivent à propos d’un rapport qui a été commandé par les américains et qui porte le nom du rapporteur enquêteur Walter E. Fauntroy   » :  » Le rapport Fauntroy identifie les cinq grandes familles « qui contrôlent le haut de l’économie haïtienne ». Les Brandt, Mews, Biggio, Accra et Behrmanns. Leur puissance émane « des monopoles et de la corruption ». Ces personnalités et leurs associés ont été identifiés comme étant en première ligne dans le financement de la terreur pour intimider le peuple haïtien et les forces démocratiques ». p.77 

Par conséquent, on peut déduire, qu’aucun projet et programme social ne peut prendre forme dans le pays parce que ces cinq familles détiennent des monopoles dans tout d’autant que quiconque prendrait le risque de s’aventurer en affaire sans l’avale et la participation financière et de l’une ou l’autre de ces familles est condamné à l’échec car ces familles n’acceptent guère la compétition que cette compétition vienne des haïtiens ou des étrangers.

Ces cinq familles possedent plus de 95% des richesses du pays et elles ne cessent d’accumuler richesses, biens et propriétés dans le pays, elles ont appauvri et extirpé quasiment la vieille bourgeoisie traditionnelle, corrompu les élites politiques et intellectuelle du pays et personne d’autre qu’elles peuvent prospérer en affaire dans le pays.

En me basant sur ce que chaque individu a besoin pour vivre depuis sa naissance jusqu’à sa mort et ce pour n’importe quel haïtien, j’arrive à conclure que chaque haïtien aura contribué jusqu’à hauteur de 75 à 90% à la richesse de ces cinq familles durant toute sa vie. En d’autres termes, du ventre de sa mère jusqu’à sa tombe, s’il en aura la chance d’être enterré, l’homme et l’idividu haïtien aura été influencé et affecté par une décision, un intérêt ou une collaboration de l’une ou de toutes ces cinq familles. Voici ce que les auteurs écrivent consernant le rôle et la puissance de ces cinq familles en Haïti: »

Depuis des années, ces familles utilisent l’armée, les tontons macoutes, et tout l’appareil d’État pour maintenir leur splendeur décadente. Elles constituent la vraie force réactionnaire. » p.121. À elles seules, ces cinq familles les plus riches, décident de ce qui doit être dans les assiettes de chaque haïtien, elles définissent ce que chaque haïtien doit porter comme vêtement, comme chaussure mais aussi et plus encore, où est-ce que chaque haïtien doit dormir; elles décident de ce que l’haïtien doit écouter dans les radios, doit voir comme film voire à toutes activités culturelles dans le pays car elles contrôlent les grandes agences de presse qui fournissent les informations dans le pays, elles imposent leurs volontés sur l’ensemble des médias dans le pays.

De même, les voitures que ous utilisons pour nous déplacer d’une région à une autre, les bateaux et les camions que nous utilisons rapportent énormement à ces ciq familles sans oublier, les médicaments que nous achetons bien qu’ils soient grandement périmés pour essayer de nous guérir sont tous fournis par ces mêmes familles. Tout aussi produits et approvisionnés par ces cinq familles, les livres d’école, les cahiers, les crayons bref, toutes les fournitures d’école sont sous contrôle de ces vrais maîtres de haïti, ces cinq familles. Par ailleurs, en ce qui concerne dans quel état que les ciq familles les plus puissantes du pays veulent maintenir le pays Haïti, ils notent et rapportent:  »Le rapport est des plus précis sur les intentions de ces barons de l’économie. « Ils ont fait comprendre clairement qu’ils souhaitent à tout prix maintenir une économie étranglée, basée sur des concessions gouvernementales, franchises et monopoles. Ils craignent qu’un gouvernement élu librement, redevable au peuple haïtien, s’ingère dans leurs privilèges et les force à concourir dans une économie ouverte. Un tel changement menace leurs intérêts à court terme. Pour bloquer cette évolution, ils continuent à financer un dispositif de terreur. » »

Il est vrai que la promotion que je fais maintenant peut être assez dangéreuse compte tenu que les petits bourgeois et les parvenus de la classe moyenne peuvent pervertir le sens et la sigification de ma démarche toutefois, si et seulement si quelques personnes de bonnes volontés peuvent se permettre le luxe de le lire et d’en trouver son essence pour la partager avec nos leaders communautaires, je crois que les auteurs de ce livre que je  ne connais pas éprouveraient la plus grande satisfaction de leur vie.

Cependant c’est à chaque haïtien et à chaque militant et activiste politique qu’il revient de lire et d’agir par la suite pour que les choses changent enfin et finalement dans ce pays. Pour y arriver il faut à chacun sa propre conscience de classe ainsi que son propre sentiment d’appartenance comme par exemple se souvenir de son origine sociale et garder et maintenir des liens social économique et politique avec sa classe en vue de constituer d’exemples vivants pour ceux qui seront attachés encore à la colonne des rigueurs de la vie étant donné qu’ils subissent l’exploitation sauvage d’une minorité et plus particulièrement de quelques familles comme il en est présentement en Haïti.

J’invite chaque haïtien et chaque militant-activiste politique qui n’aura pas encore lu ce livre d’aller l’acheter ou encore d’essayer de le commander sur n’importe quel site qui l’offre. En attendant je vous invite à aller sur ces sites et ces blogs qui semblent offrir des extraits ainsi que d’autres liens et livres itéressants sur la réalité et l’organisation sociétale et écoomique de Haïti, notre pays à tous.

Hermann Cebert

Références à consulter:

 

http://www.multinationalmonitor.org/hyper/issues/1985/12/steif.html

http://www.multinationalmonitor.org/hyper/issues/1985/12/index.html

http://elsie-news.over-blog.com/article-les-enjeux-autour-de-la-chute-de-duvalier-jcl-59091120.html

 


Président Joseph Michel Martelly et les riches qui l’ont financé Décident de faire Occuper effectivement et définitivement Haïti: Les riches qui avaient financé tous les coups d’État continuent de financer la violence en Haïti

22 avril 2012

image

<!– image –> 

 

NOTRE AVIS: Le gouvernement d’Haïti et ses partisans doivent agir rapidement pour mettre fin à la menace

 

Par La rédaction du Miami Herald

HeraldEd@MiamiHerald.com

Avec le début de la saison des ouragans à seulement 40 jours de congé, les Haïtiens devraient être préoccupés par la protection de l’assaut annuel de la tempête, mais au lieu d’une autre crise secoue pays perpétuellement troublé des Caraïbes: Un groupe de voyous de «paramilitaires» que ni le gouvernement du président Michel Martelly, ni quiconque est désireux de faire face est devenu une menace dangereuse pour l’ordre public, soulevant des questions sur qui est en charge.

Depuis plusieurs semaines, la présence de cette armée non officielle a été difficile à manquer. En Février, ils ont occupé abandonnée casernes de l’armée, de s’installer à sans objection beaucoup plus d’aucune autorité. Peu à peu, ils sont devenus plus audacieux et plus audacieux. Ils ont défilé autour de Cap-Haïtien et à Port-au-Prince au début du mois lors de la Journée d’Haïti Constitution traditionnelle, et la semaine dernière que jusqu’à 50 membres, dont certains étaient armés, perturbé Parlement, forçant les législateurs de suspendre d’affaires pour la journée.

La force est dit au numéro de n’importe où de 2.000 à 3.500 principalement de jeunes hommes et femmes, apparemment mené par l’ex-officiers de l’armée. Officiellement, Haïti n’a pas eu d’armée depuis qu’il a été dissous ans par l’ancien président Jean-Bertrand Aristide à la demande insistante des États-Unis parce qu’il était une menace persistante pour le contrôle civil. Mais beaucoup de ces officiers ne se sont jamais résignés à être hors du pouvoir.

Dès le début, la force a été perçu avant tout comme une nuisance, une distraction de l’entreprise de reprendre Haïti sur ses pieds après la désastreuse 2010 tremblement de terre. Mais l’intrusion des groupes paramilitaires dans le Parlement devrait mettre fin à tout espoir que ils vont tout simplement disparaître.

Bien que la force est dit que « légèrement armés », il constitue une menace pour le gouvernement parce que personne ne sait qui est derrière eux ou quelles sont leurs intentions. Haïtiens et les membres de la communauté internationale travaille à la reconstruction du pays se demandent si elles représentent une force pour eux-mêmes plus puissant que le gouvernement de M. Martelly.

Tout cela vient à un moment où il n’ya pas de gouvernement efficace en place. L’ancien Premier ministre Garry Conille, qui a eu le soutien de la communauté internationale, a démissionné le 24 février sous la pression de M. Martelly. Il demeure en fonction jusqu’à ce qu’un successeur soit ratifié par le Parlement, mais sans autorité effective. Dans le même temps, 10 membres du Sénat verrez expiration de leur mandat en mai, mais aucune date n’a été fixée pour une nouvelle élection en raison de la querelle politique endémique qui fait d’Haïti un état presque ingouvernable.

La sécurité de l’ONU en Haïti vigueur a publié une déclaration après la câpre au Parlement le déplorer comme «un acte d’intimidation inacceptable » et de mettre ses propres patrouilles militaires en place pour prévenir une répétition. Mais il a échoué à poursuivre la force hors la loi et a refusé de prendre la responsabilité de mettre un terme à la menace qu’il représente.

De même, M. Martelly – d’un hôpital de Miami où il a été dit à la récupération d’une maladie pulmonaire – a publié une déclaration affirmant que « la formation d’une nouvelle force publique ne peut se faire de façon ordonnée et disciplinée, et dans le respect des les lois en vigueur ».

Cela envoie un signal mixte. M. Martelly doit clairement et sans équivoque les étiqueter hors la loi et demander de l’aide de la force de l’ONU et des États-Unis, qui a également échoué à prendre la parole à la défense de la stabilité en Haïti.

Les paramilitaires doivent être désarmées et dissoutes, et leurs dirigeants arrêtés pour poser une menace à l’ordre public. Haïti a suffisamment de problèmes sortir le pays de retour ensemble, sans avoir à faire face à une armée voyous en son sein.

OUR OPINION: Haiti’s government and its supporters must act quickly to end threat

 By The Miami Herald Editorial

HeraldEd@MiamiHerald.com

With the beginning of hurricane season only 40 days off, Haitians should be worried about protection from the annual onslaught of stormy weather, but instead another crisis is shaking the Caribbean’s perennially troubled country: A rogue force of “paramilitaries” that neither the government of President Michel Martelly nor anyone else is eager to confront has become a dangerous menace to public order, raising questions about who’s in charge.

For several weeks, the presence of this unofficial army has been hard to miss. In February, they occupied abandoned army barracks, settling in without much objection from any authority. Gradually, they have become bolder and bolder. They paraded around Cap-Haitien and Port-au-Prince earlier this month on Haiti’s traditional Constitution Day, and last week as many as 50 members, some of them armed, disrupted Parliament, forcing lawmakers to suspend business for the day.

The force is said to number anywhere from 2,000 to 3,500 mostly young men and women, apparently led by ex-army officers. Officially, Haiti has had no army since it was disbanded years ago by former President Jean-Bertrand Aristide at U.S. insistence because it was a persistent threat to civilian control. But many of those officers never resigned themselves to being out of power.

Early on, the force was seen primarily as a nuisance, a distraction from the business of getting Haiti back on its feet after the disastrous 2010 earthquake. But the intrusion of the paramilitaries in Parliament should end all hope that they will just fade away.

Although the force is said to be only “lightly armed,” it poses a threat to the government because no one knows who’s behind them or what their intentions are. Haitians and members of the international community working to rebuild the country are asking whether they represent a force unto themselves more powerful than Mr. Martelly’s government.

All of this comes at a time when there is no effective government in place. Former Prime Minister Garry Conille, who had the support of the international community, resigned on Feb. 24 under pressure from Mr. Martelly. He remains in office until a successor is ratified by Parliament, but without effective authority. At the same time, 10 members of the Senate will see their terms expire in May, but no date has been set for a new election because of the endemic political bickering that makes Haiti a nearly ungovernable state.

The U.N. security force in Haiti issued a statement after the caper in Parliament deploring it as “an unacceptable act of intimidation” and put its own military patrols in place to prevent a repetition. But it failed to pursue the outlaw force and has refused to take responsibility for putting an end to the threat it represents.

Similarly, Mr. Martelly — from a hospital in Miami where he was said to be recovering from a pulmonary ailment — issued a statement declaring that “the formation of a new public force can only be done in an orderly and disciplined fashion and in observance of the laws in force.”

That sends a mixed signal. Mr. Martelly must clearly and unequivocally label them outlaws and ask for help from the U.N. force and from the United States, which has also failed to speak up in defense of Haiti’s stability.

The paramilitaries have to be disarmed and disbanded, and their leaders arrested for posing a threat to public order. Haiti has enough problems getting the country back together without having to deal with a rogue army in its midst.

http://www.radiotelevisioncaraibes.com/opinion/disband_haiti_s_rogue_army.html

<!– –>

 

 

 

<!–

–>


Liste des députés formant la 49 législature

20 avril 2012

Le Parlement est formé de membres, Députés et Sénateurs, qui ont été élus pour remplir une fonction spécifique. Leur mission en tant que Parlementaires n’est pas de gouverner, mais de contrôler le travail de l’Exécutif à qui ce rôle incombe. L’institution qu’ils forment doit veiller à ce que ce travail soit fait dans les normes, correctement, efficacement et de manière transparente.

Le Parlementaire, élu du peuple, est un représentant de la Nation.  Le Corps auquel il appartient  (le Parlement) lui assigne, en plus du contrôle de l’Exécutif, le rôle fondamental de :

Faire des lois

Faire des lois, de les voter, de veiller à leur promulgation et à leur publication. Ce que reconnaissent l’article 111 de la  Constitution (le Pouvoir Législatif fait des lois sur tous les objets d’intérêt public) et presque en mêmes termes l’article 3, alinéa a du règlement intérieur du Sénat de la République. L‘Article 128 de la Constitution donne même au Parlement le droit d’interpréter les lois «  par voie d’autorité. »
Faire des lois et veiller à leur exécution sont des attributions communes au Parlement et à l’Exécutif même si leur vote et leur interprétation sont du ressort exclusif du Parlement. Quand les lois sont élaborées et  présentées par le Pouvoir Législatif, on parle de Propositions de lois. Quand l’initiative vient du Pouvoir Exécutif, on parle dans ce cas de Projets de lois.
Dans sa tâche de Législateur, le Parlementaire a besoin des supports techniques et légaux de véritables spécialistes. N’étant pas experts en tout, il aura à consulter des universitaires, des cadres de la fonction publique, en un mot tout membre éminent de la société civile pouvant éclairer et rendre efficient son travail de législateur.

Voter le budget de la République

Voter le budget de la République soumis par l’Exécutif.  Des corrections peuvent être apportées au texte initial par Sénateurs et Députés; mais, c’est l’Exécutif qui a, en dernier ressort, l’initiative de la loi budgétaire et celles relatives à l’assiette fiscale et aux dépenses de l’Etat (Art.111-2 de la Constitution).

Voter le budget de la République

Voter le budget de la République soumis par l’Exécutif.  Des corrections peuvent être apportées au texte initial par Sénateurs et Députés; mais, c’est l’Exécutif qui a, en dernier ressort, l’initiative de la loi budgétaire et celles relatives à l’assiette fiscale et aux dépenses de l’Etat (Art.111-2 de la Constitution).

Contrôler l’exécutif

Contrôler de “manière continue et efficace” (Règlement int. du Sénat, Art. 3 alinéa b) la gestion du pouvoir politique- en plus de voter des lois- est aussi du ressort du Parlementaire.  Ce rôle lui permet de prévenir  toutes dérives absolutistes, c’est-à- dire tout penchant au pouvoir dictatorial et sans partage.  Elle lui permet aussi de mesurer l’action du gouvernement, les dépenses des Ministères, de vérifier si les promesses contenues dans Le Discours de Déclaration de Politique Générale du Premier ministre ont été tenues par lui et les membres de son gouvernement. Pour ce faire, la Constitution habilite les Députés et les Sénateurs à convoquer ou interpeller non seulement le Premier Ministre ou un membre de son gouvernement, mais aussi le gouvernement tout entier. Comme le stipule l’article 129-2 de ladite Constitution: Le droit de questionner et d’interpeller un membre du gouvernement ou le gouvernement tout entier sur les faits et actes de l’administration est reconnu à tout membre des deux Chambres.
Créer une synergie, une coopération entre les deux branches du Parlement pour rentabiliser le travail parlementaire, favoriser ainsi entre le Parlement et l’Exécutif de bonnes conditions de travail et des rapports responsables qui excluent arrogance, manifestation d’autorité intem-pestive, règlement de compte, harcèlement ou pression, etc.…

Représenter

Représenter dignement à travers ses membres les populations des départements et des circonscriptions électorales, soit en élaborant et en votant des lois dans le sens de leurs intérêts,soit en intervenant chaque fois que ceux-ci sont menacés. Veiller aussi à être leur messager, leur porte-parole. Inciter les Commissions spécialisées à visiter circonscriptions ou départements pour s’enquérir du dynamisme ou du laxisme, de l’inertie de l’appareil gouvernemental. Payer fréquemment de sa présence, par Parlementaires interposés, dans les circonscriptions ou les départements pour intensifier les liens entre la population et ses élus et donner à celle-là la sensation de participer à la chose publique et la fierté d’avoir elle-même choisi ses dirigeants. Favoriser dans ses séances la création et la pratique d’un espace de débats publics, de confrontations d’idées conduisant à la tolérance, à l’épanouissement du fonctionnement démocratique.

Attributions du Parlement

La plupart des attributions sont communes aux deux Chambres. Ces attributions communes se manifestent conjointement en Assemblée Nationale ou séparément au niveau de chaque Corps.

En Assemblée Nationale

– Se réunir pour l’ouverture et la clôture de chaque session (Art. 98, 98-1 de la Const.) et sur convocation du Président de la République (Art.101, 105, 106,107 de la Constitution)

– Recevoir le serment constitutionnel du Président de la République (Art. 98-3 de la Constitution)

– Ratifier toute décision de déclarer la guerre (idem)

– Approuver ou rejeter les traités ou conventions internationaux (id)

– Amender la Constitution selon la procédure indiquée (Ibid.)

– Concourir à la formation du Conseil Electoral Permanent (Ib.)

– Recevoir à l’ouverture de chaque session le bilan des activités du gouvernement (Art.98-3) (Ib.)

Séparément (à l’initiative de chaque Chambre)

– Amender des projets de lois présentés par l’Exécutif (Art. 120 dela Const.)

– Voter à tour de rôle des projets de lois avant qu’ils ne deviennent lois (id.)

– Convoquer, Interpeller 1er Ministre, Ministres et Secrétaires d’Etat

– Certaines attributions sont exclusivement réservées au Sénat

– Siéger en permanence (Art 95-1 de la Const.)

– S’ériger en Haute Cour de Justice (Art97 et 185 de la Const.) après la mise en accusation du chef de l’Etat, du 1er Ministre, des Ministres et des Secrétaires d’Etat par la Chambre des Députés (Art.93 et 186 de la Const.)

– Proposer à l’Exécutif la liste des juges de la Cour de Cassation (Art 97 et 175 de la Const.) à nommer.

– Nommer les dix membres de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (Art.200-6 de la Const.)

– Approuver, après nomination par le Président de la République :

. Le commandant en chef des forces armées (Art. 141, de la Const.)

. Le commandant en chef de la police (id)

. Les Ambassadeurs et les consuls généraux (ibid.)
. Les Conseils d’administration des organismes autonomes (Art 142 de la Const.)

http://www.parlementhaitien.ht/crbst_14.html

http://www.parlementhaitien.ht/crbst_1.html

http://www.parlementhaitien.ht/cariboost_files/Liste_20des_


Le président Joseph Michel Martelly serait-il déjà mort: À la recherche de la vérité sur une dernière rumeur qui viendrait des gens qui auraient été à l’hôpital dont on dirait que le président aurait été pour se faire soigner pour son embolie pulmonaire ou d’overdose de cocaïne

18 avril 2012

Il semblerait que Le président Joseph Michel Martelly serait-il déjà mort contrairement aux diverses notes de presse publiées par le service de presse de la présidence sans signature car selon certains doutes, personne ne voudrait pour l’histoire s’expliquer sur l’origine et le mensonge de ces notes de presse.

Afin d’infirmer ou de confirmer cette rumeur de mort réel du chef de l’État haïtien, je demande à tous ceux et toutes celles qui auraient des vidéos montrant le président martelly vivant ou mort de me les laisser sur mon blog.

De même, selon cette nouvelle rumeur, les proches du premier ministre désigné auraient voulu garder le secret de la mort du président pour une période de 13 jours afin de pousser la chambre des députés à voter pour la désignation de Laurent Salvador Lamothe qui viendrait de fait remplacer le président puisqu’il sera déjà accepté par les deux chambres comme Premier ministre légal du pays.

Cependant avant de publier et de déclarer la mort réelle du président, les proches de Laurent Lamothe et de mayard paul qui contrôlent actuellement le pouvoir ainsi que le Palais National, entendent publier la constitution amendée en vue de continuer de garder le pouvoir contrairement aux prescriptions de la constitution 1987 non amendée qui prévoit le remplacement du président par une juge ancien de la cour de cassassion.

S’il se confirme selon cette dernnière rumeur probable que Président Martelly soit véritablement déjà décédé, il apparait que les bruits qui voulaient qu’une décision présidentielle allait poser un certain véto voire des changements majeurs sur la présidence des deux chambres du parlement soit celle des sénateurs et celle des députés pourraient du coup confirmer une certaine main mise du clique de lamorthe -mayard-paul sur le pouvoir.

Et d’ailleurs, la présence des anciens militaires devant et à l’intéreiur du parlement ce, armés jusqu’aux dents pourrait également confirmer le type de régime que compte instaurer Laurent Salvador Lamothe dans le pays bien qu’il ait déjà été bruit que ce dernier avait déjà distribué plus de vingt millions de dollars à ombreux sénateurs et députés du parlement.

Par contre si quiconque pouvait me trouver les vidéos montrant le président vivant ou mort cela donnerait l’heure juste sur qui dirigent actuellement et véritablement le pays. Toutefois en l’absence de cette information, on pourrait bien se demander si la commission qui doit étudier les dossiers du premier ministre désigné ne devaient pas attendre que le président soit retourné au pays en chaire et en os afin de ne pas se faire avoir par la mafia des partisans de Laurent Salvador Lamothe qui semblent vouloir iduire le pays dans l’erreur. Également, n’aurait-il pas été nécessaire comme le propose le sénateur Kelly Bastien qu’un comité formé des présidents et secrétaires des deux chambres aillent voir personnellement le président sur son lit d’hôpital tel que l’affirment les notes de presse sans signatures venant du service de presse de la présidence.

Pour l’instant, le pays doit attendre les faits afin de bien comprendre cette page d’histoire qui est en train de s’écrire dans le pays. De mon côté je prie pour que Dieu continue de protéger ce pays et de le mettre à l’abri de toute division et de luttes fratricides. Que Dieu sauve et protège Haïti et tous les haïtiens n’importe où qu’ils se trouvent. Dieu restera toujours le gardien et le bon berger de Haïti.

Hermann Cebert


Quoi de Neuf, Quoi de Nouveau, Monsieur le Président: Michel Martelly Nommera un Nouveau président pour la chambre des députés et du sénat de Haïti

15 avril 2012

Il a été bruit dernièrement de remplacer l’actuel chef de la police nationale Mario Andresol par Guy Philippe celui-là que le premier ministre désigné Laurent salvador Lamothe aurait, semble-t-il, juré de livrer à la police américaine pour trafic de drogue dans le pays et plus particulièrement à cause de certaines affirmations de l’ex chef des rebels dans des dossiers de cargaison de drogue arrivée tout derièrement dans le pays.  

Tout le monde sait que guy philippe est un partisan du pouvoir en place et qu’il travaille pour le régime d’extrême droite en place car s’il n’était pas ce mercenaire antérieurement à la merci et au service de la CIA et de l’ambassade américaine à port-au-prince, il aurait exprimé clairement sa position sur les différentes dérives de ce gouvernement tant en ce qui concerne les multiples nationalités du chef de l’état, les pots-de-vin que les enquêtes de nuria ont révélées que Felix Bautista semblait avoir donné au président Michel Martelly et de Myrlande manigat, les menseonges d’un soi-disant coup d’État de kanzki pierre.

Hélas, ni le chef des rebels, ni non plus les leaders politiques et la société civile n’arrivent pas encore à comprendre la direction dangéreuse que le régime martelly est en train de donner au pays. Plus tard sera trop tard pour tous et personne ne pourra s’échapper à ce pouvoir.

Les mulâtres ne feront aucun cadeau à aucun noir y compris guy philippe. Chacun doit se souvenir de cette citation qui résume la violence du jeanclaudisme et du duvaliérisme: » La révolution mangera ses propres fils » .

Or Manno Charlemagne a déjà été écarté par le pouvoir de Micky, et il est sorti sei et sauf cepedant, qui peut prétendre qu’il sortira de ce gang comme Manno. Personne ne peut tout savoir sauf les criminels de ce régime.

D’ailleurs, il semblerait que le président ait pu conclure des achats d’armes à feu directement de la république domiicaine et que l’on a déjà commencé à distribuer aux anciens militaires et aux Makouts Rose du régime. Selon certain, le président compte célébrer fièrement la fête des tontons macoutes du 29 juillet 2012 et ce en lien avec le prochain carnaval des étudiants et le carnaval d’été.

Plus de leadership dans le pays contre les impunités de ce régime, aucune coscience nationale et qui pis est, aucun élan patriotique et national pour rétablir la morale dans ce pays, une morale politique et sociétale qui pourrait éviter au pays ce qu’il est en train d’avoir comme pire dans toute son histoire.

Il est vrai que je dois me demander où sont les Hommes et les Femmes de mon Pays. Où sont les Vrais Citoyens et Qu’est-ce qu’ils Attendent pour élever leurs Voix contre ce Gaspillage des réssources du pays, Contre l’Avillissement du Pays de Dessalines et de Toussaint.

Peut-être qu’il faudrait dire:

Message à la Nation, Si les Citoyens ne se soulèvent pas, c’est qu’ils ne sont pas des Hommes.

Hermann Cebert


Pour compléter sa compréhension du régime d’extrême droite de Michel Martelly

15 avril 2012

xtrême droite, une nébuleuse multiforme qui s’enracine

10 avril 2012
La chronique de Recherches internationales

 Michel ROGALSKI



À l’échelle du monde, l’extrême droite prend ses marques et s’enracine au travers d’une nébuleuse multiforme. Ses singularités diffèrent d’un continent à l’autre et reflètent l’histoire et la spécificité des sociétés. Quel que soit son visage, l’extrême droite, presque toujours xénophobe, se nourrit des peurs, des frustrations et des précarités générées et alimentées par la crise. Elle progresse sur des sociétés fragilisées dont les repères et les valeurs sont heurtés. Les gros bataillons ne viennent plus en Europe des groupuscules violents ou paramilitaires et souvent nostalgiques du nazisme qui, tolérés ou non, perdurent encore de façon marginale et folklorique dans la vie politique. Certes, des filiations idéologiques avec cette famille politique peuvent être objectivées pour quelques dirigeants, mais pour l’essentiel le discours, les formes d’action, les milieux influencés se sont tellement modifiés qu’ils inclinent plutôt à penser en termes de ruptures que de continuités.

Le monde arabo-musulman, du Sénégal au Pakistan, soit largement plus d’un milliard d’hommes, a vu se développer en une trentaine d’années des formes d’intégrisme religieux qui s’apparentent à un fascisme vert prenant partout violemment pour cible les forces progressistes et démocratiques et ayant le projet d’imposer la prééminence de principes théocratiques sur l’espace social et politique. En Afrique noire, les sectes évangélistes prospèrent et véhiculent des valeurs rétrogradent, tandis qu’en Amérique latine elles ont toujours été associées aux formes extrêmes des dictatures militaires.

Partout, ces mouvements, surfant sur l’air du temps, ont su tout à la fois faire coaguler des aspirations diverses, utiliser les techniques les plus modernes de la communication de masse et se retrouver à l’aise dans une mondialisation qu’ils leur arrivent parfois de pourfendre. Selon les pays et les situations, les thèmes seront simplifiés et caricaturés par des leaders qui ne s’embarrasseront pas de complexité et chercheront avant tout à déstabiliser le système politique en présentant ses élites comme incompétentes, corrompues, complices de forces obscures menaçant l’intérêt national et insensibles aux besoins du peuple. Les boucs émissaires seront vite trouvés. Ici l’immigré, là le profiteur de l’État-providence ou le fonctionnaire, sauf s’il est policier, douanier ou soldat, car l’ordre musclé n’est jamais rejeté. Ou encore, la région pauvre et paresseuse parasitant la région riche et besogneuse sera montrée du doigt et invitée à se séparer. L’anti-fiscalisme et le rejet de l’état-providence seront mis en avant, notamment dans un continent comme l’Europe où l’état a toujours été affirmé et tenu pour responsable des solidarités nécessaires. Ailleurs, la présence d’une forte immigration habilement associée à une montée de l’insécurité, vraie ou fantasmée, sera un effet d’aubaine. On assiste même aujourd’hui à des tentatives de réhabilitation de la colonisation en exaltant ses soi-disant bienfaits, suggérant par là qu’il ne s’agissait que de civiliser des « barbares » qui devraient nous en être reconnaissants. Des sentiments identitaires caractériseront souvent cette mouvance. Flattés à l’échelon national, ils nourriront une forme nationaliste d’opposition à l’Europe et à la mondialisation ainsi qu’à l’idéologie qui l’accompagne, le mondialisme. Mais déclinés sur un mode régionaliste voire séparatiste, ils remettront en cause le modèle national en se jouant de l’Europe flattant les régions.

À l’évidence, ce fonds de commerce prospère. Mais centré sur des identités et des particularismes, il peine à se constituer en internationale effective à l’échelle du monde et arrive difficilement à tisser des réseaux de relations efficaces au-delà de l’horizon continental, comme c’est le cas au Parlement européen. On imagine en effet mal des intégrismes religieux se mettre à coopérer, même s’ils s’alimentent l’un l’autre.

L’idéologie de l’extrême droite est finalement assez simple : il faut préserver. Qu’il s’agisse de la race, de la nation ou de la civilisation face au « barbare » qui est aux portes ou déjà à demeure ; ou bien des valeurs ancestrales menacées – travail, famille, religion -, de l’ordre établi bousculé par toute évolution de société. Il faut défendre tout cela parce qu’on s’est persuadé que c’était ce qu’il y avait de meilleur, donc de supérieur aux autres. Il faudra même lutter contre la science si elle en vient à contredire nos convictions profondes, notamment religieuses. Au cœur de cette idéologie se niche la haine de l’autre et la conviction que l’homme est un loup pour l’homme. Le recours à l’affrontement, à la tension, voire à la guerre, ou la construction de dangers, de menaces ou d’ennemis, seront systématiquement recherchés pour entretenir une cohésion sociale ou communautaire contre « les autres ». On comprend combien ces « idées », ces phobies ou ces croyances rentrent en totale opposition avec toute avancée progressiste porteuse de valeurs de solidarité et de progrès. Le choc ne peut être que frontal et sans concessions.

Les stratégies seront diverses. Pour certains une posture d’alliance avec la droite conservatrice sera privilégiée et permettra une participation au pouvoir (Autriche, Italie, Pays-Bas, Portugal). Pour d’autres, faute d’avoir réussi à se rendre fréquentable, la perspective tracée sera celle de la déstabilisation du système politique perçu comme obstacle à toute avancée vers le pouvoir. Mais, dans tous les cas de figure, posture d’affrontement ou participation, l’effet sera le même, celui d’une droitisation de la société et du recul des valeurs progressistes. Montée des égoïsmes, repli individuel, abandon des acquis sociaux, recul des solidarités, refus des différences, recherche de boucs émissaires, traduiront le déplacement du curseur idéologique.

C’est dans la violence que la mondialisation a imposée aux peuples et aux états que réside probablement la cause principale de ce bouleversement du paysage politique. Ses effets délétères ont ravagé les souverainetés nationales garantes des protections que l’état devait à ses populations, et de la préservation des identités de chaque pays. Le spectacle de gouvernements successifs incapables d’agir efficacement sur des problèmes considérés comme essentiels et se retranchant derrière la contrainte externe pour se disculper de leur inaction ou de leur incapacité à obtenir des résultats, a créé le terreau sur lequel a germé ces postures xénophobes et identitaires. La précarité et le chômage se sont développés sur une grande échelle touchant d’abord les plus démunis et les plus exposés et affolant des classes moyennes craignant d’être happées dans le désastre. Ces dernières catégories constituent le socle le plus fidèle de cette droite extrême car elles reprochent à ceux d’en haut de donner à ceux d’en bas avec leur argent, au risque de les déstabiliser. C’est pourquoi toute solidarité et assistance sont bannies de leur horizon mental.

Bien qu’embarrassant à la fois la droite traditionnelle et la gauche, cette montée identitaire et xénophobe lance un défi particulier à cette dernière qui n’a pas su offrir une alternative crédible à ces bataillons ouvriers et populaires qui l’ont abandonnée. L’absence de vraies réponses de la part de la gauche, au programme peu audible car insuffisamment différencié de celui de la droite et suggérant un consensus mou sur la mondialisation, la construction européenne, le social, la réponse à la crise, ont favorisé l’illusion d’un système pipé dont il fallait sortir par l’extrême droite. Celle-ci a su accueillir ces ruisseaux de mécontents et transformer leur démarche protestataire en vote de conviction et d’adhésion par définition moins versatile. Regagner ces voix, voire arrêter l’hémorragie, ne sera donc pas tâche facile. Redonner sens au clivage gauche/droite, ne pas confondre social avec sociétal, être clair sur les couches dont on défend les intérêts et intransigeants sur toute dérive xénophobe deviendront très vite des postures incontournables pour les forces politiques se réclamant de la transformation sociale.

Michel Rogalski
économiste, CNRS. Directeur de la revue Recherches internationales

Cette chronique est réalisée en partenariat rédactionnel avec la revue Recherches internationales à laquelle collaborent de nombreux universitaires ou chercheurs et qui a pour champ d’analyse les grandes questions qui bouleversent le monde aujourd’hui, les enjeux de la mondialisation, les luttes de solidarité qui se nouent et apparaissent de plus en plus indissociables de ce qui se passe dans chaque pays.

6, av. Mathurin Moreau ; 75167 Paris Cedex 19

Site : http://www.recherches-internationales.fr/

Abonnements 4 numéros par an : 55 Euros, Étranger 75 Euros

 

Sommet des Amériques: entre Boycotte, Complot – Contrats et Pot-de-vin de bautista, le Président Martelly s’est fait opéré à l’épaule de son Cerveau

15 avril 2012

image

 

« Quand la Politique Dominicaine traverse nos frontières »
 
Dans des articles à sensation, la presse Dominicaine fait état d’un complot que j’aurais fomenté contre le Président Michel Joseph Martelly. Quelle farce !
 
En effet j’ai participé activement aux cotés de notre ami mutuel Wyclef Jean,  à l’élection du Président Martelly, et je me vois difficilement du jour au lendemain me retourner contre notre candidat pour qui j’ai déployé tant d’efforts et avec tant d’enthousiasme.
 
Il se trouve que parallèlement ayant résidé en République Dominicaine pendant plus de 10 ans, j’ai développé des liens privilégiés avec différents secteurs de la Republique Dominicaine dont le Général retraité Pedro Julio Goico (dit Pepe Goico).    Pepe est comme moi un passionné de motocyclettes et depuis lors,   on se côtoie amicalement sur une base régulière et nous entretenons des conversations mondaines au téléphone.
 
Il est évident que ces accusations fantaisistes sont beaucoup plus en rapport  aux questions  internes liées à la prochaine élection Presidentielle Dominicaine, dominée de nos jours par une campagne surchauffée entre les candidats du PRD (Hippolito Mejia) et du PLD (Danilo Medina) qui doivent se tenir le 20 Mai prochain. Je rejette toutes les accusations injustes portées contre ma personne spécialement celle de comploter contre la Sureté de l’Etat Haitien.
 
Je me mettrai a la disposition de la justice de mon pays pour faire la lumière sur cette affaire nébuleuse.
 
 
Pierrre-Edouard KANZKI

 

 

 

Martelly rate le Sommet des Amériques

 

<!– image –> 

Le président Michel Martelly ne participera pas au 6e Sommet des Amériques où il était attendu depuis vendredi, a appris Le Nouvelliste d’une source proche de la présidence.
Le Sommet des Amériques réuni les chefs d’Etat et de gouvernement de tout le continent américain du 14 au 15 avril à Carthagène des Indes, en Colombie.
Le président Martelly n’est pas le seul chef d’Etat à avoir annulé sa participation au sommet. La veille, c’est le Vénézuélien Hugo Chavez qui, pour des raisons de santé, a renoncé à s’y présenter. Le président de l’Equateur Rafael Correa et le président du Nicaragua, Daniel Ortega ont boycotté la rencontre en solidarité avec Cuba.
« Vendredi, le président Martelly ne se sentait pas bien et avait reporté son déplacement pour ce samedi. Il s’est encore réveillé un peu souffrant, mais avait quand même décidé de faire ce déplacement important pour le pays. Malheureusement, l’avion qui devait le conduire en Colombie a reçu les autorisations de vol avec du retard. Devant l’inévitable retard, le président Martelly a préféré annuler son voyage par courtoisie pour ses pairs qui seraient déjà en réunion plénière à l’heure à laquelle il atterrira en Colombie », a indiqué au journal un proche de Michel Martelly.
Le président Martelly se relève à peine de sa période de convalescence après avoir subi une intervention chirurgicale à l’épaule en Floride avant Pâques. Renté au pays jeudi après une semaine à Miami, il avait eu une longue journée en compagnie du président Mexicain Felipe Calderon en visite officielle en Haïti.
Ces derniers mois, le président gère sans arrêt des dossiers lourds. Divorce difficile avec le Premier ministre Garry Conille, péripéties au parlement autour de sa nationalité, accusation d’avoir reçu des pots-de-vin de la part d’un homme d’affaires et sénateur de la République dominicaine et, depuis jeudi, découverte d’un complot dominicano-haïtien pour le salir et le renverser, selon les explications officielles du ministère de la Justice et de la Sécurité publique.
Bien que jouissant d’une santé de fer (seulement deux annulations de prestations musicales en 23 ans de carrière) l’ancien chanteur devenu président de la République faire face à la fois à la charge physique qu’à la charge émotionnelle de sa nouvelle fonction de chef de l’Etat haïtien.
« Le président est un passionné, il s’implique à fond dans toutes les tâches qu’il embrasse. Il s’en prend à bras le corps aux problèmes et Haïti en regorge. C’est épuisant pour tout humain de suivre le rythme… », analyse un fin observateur de la scène politique haïtienne.
Un sommet particulier
Ce Sommet des Amériques se présentait comme un carrefour important pour les pays proches de Cuba qui devaient y défendre le retour du dernier pays communiste de l’Amérique au sein de l’Organisation des Etats Américains dont il a été exclu en 1962.

Les débats au 6e Sommet des Amériques se sont ouverts ce samedi et se déroulent dans un centre d’affaires situé près du centre historique de Carthagène des Indes cette cité coloniale, placée sous la surveillance de 17.000 policiers et militaires. L’hymne colombien a été chanté en ouverture par la vedette de la pop colombienne Shakira.
Arrivé la veille pour sa première visite en Colombie, le président américain Barak Obama est d’abord venu parler de commerce à ses voisins d’Amérique latine, une région qui absorbe 40% des exportations des États-Unis.
Toutefois, ses voisins du Sud comptent aussi aborder des sujets plus polémiques comme le trafic de drogue, source d’une forte criminalité notamment en Amérique centrale.
Prévue ce week-end dans le port caribéen de Carthagène, cette réunion de l’Organisation des Etats américains (OEA) est consacrée officiellement à l’intégration et la prospérité économique, mais l’ordre du jour risque d’être bousculé par la proposition controversée de dépénalisation de la cocaïne.
Avant même son départ, le président américain a réaffirmé son opposition à cette option, tout en jugeant le « débat légitime ».
« Par exemple, les États-Unis ne vont ni légaliser ni dépénaliser les drogues parce que cela aurait de graves conséquences sur la santé et la sécurité publique », a-t-il assuré, dans un entretien publié vendredi par un groupe de journaux latino-américains.
Une réunion des dirigeants d’Amérique centrale, frappée par 20.000 meurtres liés aux cartels l’an dernier, est prévue samedi juste avant l’ouverture du sommet pour définir une position commune face aux États-Unis, premier consommateur mondial de drogues.
Lancée à l’initiative du Guatemala, l’idée d’une dépénalisation n’éliminera pas « le danger que représente le crime organisé international », a souligné M. Obama.
Autre pomme de discorde attendue avec ses pairs d’Amérique latine, l’absence de Cuba, un thème sur lequel le président des États-Unis s’est aussi montré particulièrement incisif.
« Les autorités cubaines n’ont montré aucun intérêt à modifier leurs relations avec les États-Unis, ni aucune disposition à respecter les droits démocratiques et humains du peuple cubain », ajoutant qu' »aucun régime autoritaire ne dure toujours ».
Exclue de l’OEA depuis 1962, date de l’embargo économique imposé par la Maison-Blanche, l’île communiste n’a jamais demandé sa réintégration comme le lui a proposé l’organisation lors de la précédente édition en 2009.
Lors de son arrivée vendredi à Carthagène, le président de Bolivie Evo Morales s’est dit convaincu que ce sommet serait « le dernier sans Cuba ».
Haïti est représentée au Sommet des Amériques par le Premier ministre désigné et actuel ministre des Affaires étrangères et des Cultes Laurent Lamothe. L’ambassadeur d’Haïti auprès de l’Organisation des Etats Américains (OEA), Dully Brutus, l’ambassadeur d’Haïti au Venezuela, Lesly David, et le sénateur Wenceslas Lambert, président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat font partie de délégation haïtienne.

Frantz Duval avec AFP

Source: Le Nouvelliste

 

 

Des contrats au complot, un rideau de fumée

image<!– image –>

Le scandale binational de corruption dévoilé par la journaliste d’investigation, Nuria Piera, a pris une nouvelle tournure avec les accusations de « complot » lancées jeudi par les autorités des deux pays. Lors d’une conférence de presse inopinée, en présence du ministre dominicain des Relations extérieures, Carlos Morales Troncoso, du ministre haïtien de la Justice, Michel Brunache, du procureur général dominicain, Radhamés Jiménez, et des ambassadeurs dominicain et haïtien, Ruben Silié et Fritz Cinéas, le porte-parole du président Leonel Fernandez, Rafael Nuñez, a dénoncé « une action à caractère criminel, conspiratif et séditieux qui met en péril la paix et la tranquillité du peuple haïtien ».
Rafael Nuñez a accusé l’ex-colonel Pedro Julio (Pepe) Goico, un proche collaborateur d’Hipolito Mejia – le candidat de l’opposition à l’élection présidentielle, de vouloir renverser le président Michel Martelly, avec la complicité d’un citoyen haïtien, Pierre Kanzki. Pour preuve de ces accusations, Rafael Nuñez a présenté deux enregistrements de communications téléphoniques peu audibles réalisés par les services de renseignement dominicains. On y entend une voix présentée comme celle de Pepe Goico qui évoque le programme de télévision de Nuria Piera sur les pots-de-vin versés par le sénateur Felix Bautista en Haïti. L’interlocuteur, présenté comme Pierre Kanzki, n’a pas vu la vidéo et lui demande de l’envoyer par email.
« Un écran de fumée pour cacher les scandales de corruption de Felix Bautista », a réagi Hipolito Mejia. Alors que les médias contrôlés par le pouvoir, à commencer par le quotidien Listin Diario, publiaient sans aucun questionnement les accusations de complot, les sites d’information en ligne et plusieurs commentateurs de radio ne tardaient pas à en souligner le caractère fantaisiste. Joint au téléphone par le quotidien El Caribe, Pierre Kanzki se présentait comme un fidèle supporteur de Martelly. Il ajoutait que tout ça n’était qu’une plaisanterie car Pepe Goico n’avait fait que l’informer du reportage de Nuria Piera.
Alvaro Arvelo, un célèbre journaliste de radio, a qualifié la conférence de presse de « ridicule, grossière et stupide ». Ceux qui l’ont organisée « ont violé la loi en utilisant des enregistrements téléphoniques réalisés sans l’autorisation d’un juge », a ajouté ce vétéran de la radio. Pour le quotidien du soir, El Nacional, les accusations contre Pepe Goico sont « suspectes ». « Il faut espérer que la déclaration des deux gouvernements est bien fondée et qu’il ne s’agit pas de dévier l’attention ou de justifier la persécution d’un ancien officier lié au candidat présidentiel du Parti révolutionnaire dominicain, Hipolito Mejia », avertit l’éditorial de El Nacional, qui met également en doute le caractère légal des enregistrements téléphoniques.
« Il ne reste que 37 jours de folie à ce gouvernement », s’est contenté de déclarer Pepe Goico, un personnage controversé et sulfureux. Il a été mis en cause dans plusieurs scandales de corruption. En 1997, il a été accusé de fraude au détriment de la Loterie nationale, de concert avec le citoyen haïtien, Fréderick Mazourka. Puis son nom a été cité lors de la faillite frauduleuse de la banque Baninter et dans le cadre de l’enquête sur les activités du narcotrafiquant Quirino Ernesto Paulino Castillo.
Symptomatique du durcissement de la campagne électorale dominicaine, le show du complot témoigne aussi de l’incapacité des autorités, des deux côtés de la frontière, à démentir de façon crédible la documentation présentée par Nuria Piera sur le réseau de corruption mis en place par le sénateur Felix Bautista. Un réseau de corruption qui met en péril l’amélioration des relations bilatérales enregistrée après le tremblement de terre de janvier 2010.

Jean-Michel Caroit
Saint-Domingue
Pour Le Nouvelliste

ref:

http://www.radiotelevisioncaraibes.com/nouvelles/haiti/martelly_rate_le_sommet_des_am_riques.html


Dix Mesures et Décisions pour stimuler l’activité Écoomique et Encourager le Développement Économique en Haïti (partie 1)

27 mars 2012

Dans cette série d’articles, je ferai quelques propositions et des analyses sur le développement économique plus particulièrement de l’intensification de l’activité économique du pays contrairement aux intellectuels qui font des discours vides de sens et de pragmatisme.

J’utilise des mots simples et je simplifie les théories économiques et commerciales afin de permettre à plus d’un de bien comprendre le jargon du développement économique, commercial et social. Par respect pour mes idées j’espère que tous ceux qui vont les utiliser fassent la promotion de mon site en donnant l’adresse du lien où sont publiés mes textes.

J’insiste également sur mes droits d’auteurs en obligeant de quiconque une autorisation de citer de ma part. Enfin je remercie tous ceux qui continuent de me faire parvenir leurs commentaires et leurs suggestions.

Le philosophe éveillé
expérience de la solitude

1 – L’État doit créer un organisme autonome et indépendant qui s’occupe uniquement des politiques de prix, de la qualité des biens sur le marché national et sur le marché international.

Cet organisme doit être déconcentré sur tout le territoire avec un bureau de service dans chaque ville

2 – L’État doit fixer des barèmes de prix plafond et de prix planchers à partir des pourcentages de profits acceptables pour les produits importés (légèrement supérieur pour encourager le développement de la production nationale et locale) et également des pourcentages de profits sur les biens produits localement dans le pays ( raisonnablement inférieur aux biens et aux produits importés) Cette mesure permettra de baisser le coût de la vie dans le pays et assurant le développement local.

3 – L’État doit fixer des normes sur les formules de périodes de paye des ouvriers et des employés dans le pays soit par semaine, par quinzaine et qu’aucune entreprise y compris l’État doit payer leurs enployés ou leurs travailleurs à d’autres échéances que hebdomadaire ou à la quinzaine afin d’encourager la circulation de l’argent dans l’économie et du coup augmenter l’intensité de l’activité économique dans le pays.

Toutes entreprises qui ne respectent pas cette norme de la paye doivent payer des intérêts au prorata des taux fixés et du ombre de jours de retard encourus par les fautifs.

4 – L’État doit encourager avec des mesures incitatives toutes les entreprises y compris les organismes communautaires, les entreprises de service, les banques et les coopératives comme c’est le cas des tenanciers des jeux de hasards et les stations d’essence à avoir des succursales dans toutes les villes afin de rendre accessibles les services qu’elles offrent à l’ensemble de la population du pays et du coup réduire les dépenses inutiles des ménages.

Les réductions de taxes et tout un système de financement peuvent être associés à cette politique de déconcentration des services sur l’ensemble du territoire national.

5 – L’État doit le plus rapidement lancer une campagne d’enregistrement identitaire afin de permettre à tous les haïtiens d’avoir leurs pièces d’identité qui devaient englober, l’acte de naissance, le certificat de baptême, la carte sociale, la carte de santé et de médicaments, la carte électorale et d’élections nationales et enfin une carte de coopérative et d’actions sociales puisque l’État peut valoriser le service social en accordant des privilèges à tous ceux qui au cours de leurs vies auront servis bénévolement la société.

Il est anormal que l’on privatise autant les services d’identité avec un tel coût dont on fait la publicité actuellement à sept cents cinquante gourdes puisque les haïtiens payent plus cher pour ce service que n’importe quel citoyen dans les pays développés où ces services sont quasiment gratuits.

6 – L’État doit lancer une campagne d’ouverture de compte pour chaque citoyen dans les banques afin de faciliter les échanges, faciliter l’épargne privée, mais surtout afin d’intégrer plus et tous les ménages dans le circuit formel de l’économie.

De même, l’état doit inciter les banques à se moderniser en leur demandant de mettre plus de services à la portée de leurs membres comme par exemple plus de guichets automatiques avec une bien meilleure qualité de services contrairement à ce qui existe actuellement où les systèmes tombent en panne trop facilement.

L’État doit encourager les dépôts bancaires directs dans les comptes bancaires des ménages cela facilitera les transactions et les règlements de factures plus rapidement.

7 – L’État doit déconcentrer ses services en les étalant sur tout le territoire c’est-à-dire, déplacer les employés dans les ministères et les organismes pour les affecter dans toutes les villes afin d’offrir des services de proximité comme il le fait pour les services de police et ce sans que cela coûte beaucoup d’argent puisque ces employés sont déjà rémunérés.

Les seules dépenses que l’État consentira seront les frais de déménagement que l’on pratique partout dans le monde et cela devait permettre une répartition des revenus sur l’ensemble du territoire sans compter les effets multiplicateurs qui doivent en résulter.

8 – L’État doit encourager l’organisme responsable de production d’Électricité dans le pays à électrifier toutes les villes du pays quitte à ce que cette entreprise autonome s’endettent pour financer ces projets d’électrification du pays avec l’énergie éolienne, l’hydro-électricité, l’énergie solaire qui est abondante dans le pays afin de moderniser les habitudes de consommation énergétique dans le pays mais aussi en vue de faciliter les échanges et la communication dans le pays mais également cela facilitera le développement de la consommation des produits électriques et électroniques etc…

9 – L’État doit créer des organismes de développement local et régional constitués des directeurs et des présidents d’entreprises locales et régionales avec des structures indépendantes des appareils gouvernementaux mais ayant leur propre direction avec leurs propres employés dont une dizaine de personnes selon les besoins mais qui peuvent être constitués avec les nouveaux diplomés qui peuvent profiter du savoir des jeunes universitaires pour des stages durant l’Été et les périodes de fêtes comme il y en a plusieurs en haïti.

10 – L’État doit créer un organisme de mobilité des ressources humaines au niveau national pour les stages des étudiants nationaux et internationaux mais également pour la mobilité internationale des étudiants haïtiens car ces étudiants doivent pouvoir comprendre les nouveautés dans leurs domaines plus particulièrement ce qui est actuel dans les autres pays.

Un fonds devait être mis en place par l’État afin de financer ces jeunes étudiants mais plus particulièrement, l’État doit mettre sur pied un programme de prêts et bourses pour l’ensemble des étudiants dans le pays.

Dans le prochain article je ferai une analyse de ces dix mesures afin de faciliter leur réalisation et je souhaite que le président, les ministres, les députés, les sénateurs et les politiciens en général viennent lire cette série de textes et me laissent leurs commentaires.

Hermann Cebert

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude


Le Président de Haïti, Michel Joseph Martelly a été piqué par un virus extrêmement mortel: des experts de la CIA auraient en leur possession l’antidote

27 février 2012

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

 

 

Après les festivités carnavalèsques qui ont duré trois jours, le président Joseph Michele Martelly a eu une rencontre extrêmement explosive avec son Premier Ministre Gary Conille que le président de la république aurait traité de Sousou, de Reste-avec vu que ce dernier ait pu réclamer de la part du chef de l’État une certaine distance vis-à-vis des régimes de Gauche de l’Amérique Latine compte tenu que de tels rapprochements inquietteraient terriblement les intérêts de La Maison Blanche. De plus, il semblerait même que l’ex-Premier Ministre aurait reçu pour mission de desabiliser la fragile popularité dont jouit le Président de la république et de ce fait, l’ex premier Ministre aurait trouvé des appuis auprès de la Maison Blanche pour faire campagne afin de se préparer à devenir le principal représentant de l’extrême-droite haïtienne.

 Il est que tout le monde savait déjà de Gary Conille un commandeur choisi par Bill Clinton et imposé par l’ONU sous la gouverne de Ban Ki Moon cependant à constater qu’il n’avait pas non plus de Caractère pour dire aux Américains et à ses Patrons que s’ils ne voulaient pas voir le Président Michel Martelly s’accrocher le regard aux mains de Raoul Castro et de Hugo Chavez, il faut bien que les États-Unis commence à accorder une aide massive à Haïti.

S’il est vrai, selon semble-t-il ce qui aurait été dit entre le Président Michel Martelly et l’ex Premier Ministre Gary Conille, que le Président aurait été piqué par un Virus Extrêmement Mortel du Gauchisme et du Socialisme de Chavez et de Castro, du fait que le président aurait délibérément  affirmé à son ex Premier Ministre que si la Maison Blanche ne décaisse aucun fonds, il n’hésiterait pas à pencher vers la gauche pour en faire d’haïti Un Autre Cuba dans les Caraïbes.

Comment comprendre une telle hypothèse de l’origine de la vériable nature du conflit qui aurait sans compromis pousser ces deux hommes à mettre fin à leur collaboration? L’ex Premier Ministre Gary Conille aurait-il vraiment une chance de se faire un nom sur la scène politique nationale haïtienne? Le Président Martelly aurait-il véritablement des tendances de Gauche pour imposer aux yeux des américains un régime socialiste avec seulement l’aide de Castro et de Chavez?

Avant d’engager notre analyse, nous devons nous rappeler de plusieurs mandats qu’avaient plusieurs hommes de mains des administrations américaines comme par exemple ceux qu’avait Marc Louis Bazin et de Lesly Delatour qui consistaient à liquider les biens publics et la libéralisation de l’économie haïtienne. Ces deux individus avaient beaucoup de suppoorts bien que ni l’un ni l’autre n’était parvenu à se faire accepter ni non plus à devenir président du pays. Il y a eu également Gérard Latortue et Bellerive qui en tant que commandeurs délégués par la maison blanche ne se sont pas véritablement imposés sur la scène politique bien que, d’un autre côté ont pu à eux-seuls transformer le consommateur et le ménage haïtien en de véritables consommateurs nord-américains grâce à leurs politiques inflationnistes.

De ce qui précède, il convient d’admettre que depuis l’occupation américaine de 1915 que nous allons tristement commémorer dans trois ans, les américains plus précisément, les administrations américaines ont toujours imposés leur volonté sur les hommes et les femmes qui ont et qui doivent diriger le pays. Ils ont supporté les différents coup d’État survenus et orchestrés dans le pays, ils ont supporté et imposé l’exil de nos chefs d’État, ils ont choisi et imposé des Premiers Ministres et des Ministres, bref tout cela montre clairement qu’il ne serait pas non plus impossible que l’ex premier ministre Gary Conille n’en pouvait pas être lui non plus un autre pion de l’admistration de Barak Obama sous la vigilance de Bill Clinton Le Commandeur-Gouverneur.

Que le Président de la République ait ou non traité l’ex premier ministre de Sousou des Américains ou encore de Reste-avec deux termes assez humiliants pour s’adresser à son Premier Ministre qui aurait tout aussi refusé de mettre en place des structures pour la création de l’aide sociale avec les argents promis par le Vénézuela et Cuba. Entre l’attentisme que réclamerait l’ex premier ministre concernant l’aide américaine et que l’administration d’Obama aurait été consternée par une approche socialiste du président de la république en ce qui concerne la gestion du fonds social proposé par les régimes de gauche de Castro et de Chavez et un virement vers la gauche de Martelly sous menace d’être liquidé par la maison Blanche, nous pensons que les deux protagonistes, Le président Michel Martelly et son ex Premier Ministre,  doivent ouvertement s’expliquer sur leurs véritables intérêts pour ce pays.

D’un autre côté il serait susceptible de comprendre les doutes de l’administration américaine ainsi que quelques hauts fonctionnaires de la CIA en ce qui concerne les glissements possibles du chef de l’état Haïtien, son Excellence Monsieur MIchel Joseph Martelly compte tenu de ses agissements et de ses comportements lors de ses rencontres et de ses visites et participations aux cotés des leaders de gauche comme Chavez et Castro par le fait que ses anthousiasmes étaient si visibles et qu’ils ne se cachait d’exprimer ses joies et ses contentements de pouoir serrer les mains de ces leaders qui continuent de tenir à plusieurs égards têtes aux américains lors de ses rencontres historiques régionales et internationales.  Le manque d’expérience du président pourrait dont être interprété comme signe que si les américains ne surveillent pas le président de près, Chavez et Castro pourraient avec ses carottes influencer le discours et les actions du président Martelly. Il est évident que si telle était le raisonnement de ces experts de la CIA et des conseillers de la maison Blanche on comprendrait pourquoi la Maison Blanche a toujours été si éloignée des réalités sociologiques et psychologieque du peuple Haïtien.

De même il faut constater les satisfactions du Président Martelly lorsqu’il arrive à annoncer une bonne nouvelle à la population. Qu’il s’agisse de l’ouverture de la Minoterie avec les PDG de banques privées, de l’aide du canada pour les populations sous les tentes, de la remise des maisons aux victimes de tremblement de terre, partout et à toutes ces actions sociales, le président était toujours très heureux de pouvoir faire quelque chose quand bien même qu’il avait une vision d’extrême droite du pays. Même les conseillers du président ne peuvent lui en vouloir d’être ce qu’il devait être compte tenu de ses origines sociales et populaires. Certains proches du président rapportent même que Sweet Micky aurait confié à eux qu’il croit avoir été choisi pour mettre le pays sur ses rails dès son premier mandat et de ce fait qu’il aurait même pensé à se faire acclamé et plébicité pour devenir Roi Joseph Michel Martelly Premier. Sachant qu’Haïti selon une vision  américaine du pays est un laboratoire où toutes les expériences sont possibles nous craignons simplement que de telles folies puissent s’emparer du chef de l’État. Toutefois comme nous essayons de l’analyser, il y a de véritables doutes chez les américains sur les objecifs réels du président compte tenu des conseillers comme Bill Clinton et de certains hauts fonctionnaires de la CIA auraient voulu que le président se méfie d’amener des projets sociaux dans le pays bien que cela soit une bonne chose pour atténuer la misère de la grande majorité de la populaion qui vit en de-ça de la pauvreté.

Le Président Joseph Michel Martelly ne peut d’aucune façon être reconnu comme un Socialiste voire partager certaines convictions de Gauche comme semble-il vouloir le faire croire des rumeurs proches de l’ex Premier Ministre Gary Conille probablement un membre actif de la CIA. Cette rumeur doit être prise avec des pincettes bien qu’elle puisse nous cacher davanage de choses beaucoup plus importantes à savoir par l’opinion publique nationale et internationale. En tant que Chef du gouvernement, Gary Conille aurait beaucoup plus intérêt à garder son poste s’il s’agissait véritablement de la cause véritable de son desaccord avec le chef de l’État. De même, s’il s’agissait également du séparation à cause des contrats de Bellerive aux entreprises de la République Dominicaine, là encore ce serait enfantin de la part du premier ministre et de tous les experts de la maison blanche puisque d’un côté nombreuses entreprises dominicaines qui ont bénéficié de ces projets appartiennent à certains haïtiens qui avaient expatrié leurs entreprises vers la république dominicaine en vue de punir les régimes lavassiens jugés trop à gauche sur le plan économique.

Tout compte fait, nous devons attendre avant de savoir les véritables raisons qui ont poussé Gary Conille à démissionner de son Poste de Premier Ministre. Serait-il problable que la maison blanche anticipe l’après Joseph Michel Martelly en demandant au premier ministre Gary Conille de démissionner et tout en demandant au Chef de l’État d’ouvrir le pouoir immédiatement aux lavalassiens et à Aristide en particulier en leur proposant, ces lavalassiens de choisir eux-mêmes un Premier Ministre que Michel Martelly Accepterait avec un peu d’hésitation pour amuser la galerie dans le but Unique de les avilir et de les détruire comme le président l’avait fait avec Manno Chalmay lorsqu’il l’avait mis dehors à coup de pied au sein de son cabinet de conseillers.

Des de côtés des tendances idéologies que pourraient être les lavalassiens de Jean-Bertrand Aristide et de la droite de Joseph Michel Martelly, cela aurait été des gâchis énormes puisque ni l’un ni l’autre n’aurait été sorti gagnant de ce jeu politique qu’ils ne maitriseraient pas. Ils se seraient tous deux sous influence et sous contrôle des agents de la CIA et des fonctionnaires et conseillers de la Maison Blanche. Ce que le pays a véritablement besoin c’est deux ou trois Grands groupes ou Partis politiques forts qui se compétitionnenent pour la prise du pouvoir avec des projets d’institutionalisation du pays et du développement du pays. Que de petits agents de la CIA manipulent les acteurs politiques haïtiens doit être vus et compris par la population haïtienne comme des stratégies pour inviter les puissances impériales à venir Occuper le Pays.

Dans les prochains articles je présenterai quelques mesures à prendre pour dynamiser l’économie de Haïti sans engager de dépenses. De même je ferai une analyse du sentiment de culpabilité qui ronge l’homme haïtien et qui contamine ses croyances. Et également je poursuivrai avec mes analyses à la fois sur les sept péchés capitaux de l’ex président Jean-Bertrand Aristide puis conclure sur les machines de Communication des Juifs dans le monde.

Bonne lecture à tous et n’oubliez jamais de faire des échanges de liens quand vous utilisez mes textes. Merci à ceux qui m’encouragent à poursuivre ces écritures.

Hermann Cebert


Les idéologies du régime de Joseph Michel Martelly

26 février 2012

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

 

La présidence de Joseph Michel Joseph Martelly comme je l’ai présenté dans le dernier article n’était pas le fruit du hasard puisque les forces de gauche n’ont pas pu gérer leurs prises de pouvoir mais également parce que les puissances impérialises comme la France, les États-Unis pour ne citer que celles-là en complicité avec la bourgeoisie commerciale ne voulaient aucunément participer au démarrage et à la démocratisation du pays. Je faisais aussi remarquer que Martelly était un jeanclaudiste à savaoir qu’il opte pour un pouvoir dirigé uniquement par des mulâtres tandis que l’ex-premier Ministre Gary Conille quant à lui était issu du duvaliérisme noiriste doctrine que pratiquait l’ex dictaeur défunt François Duvalier.

Bien que Martelly et Conille aient pu s’entendre sur la destruction de l’ensemble des forces de l’opposition cependant du poin de vue identitaire et d’origine sociale, ces deux hommes avaient du mal à bien s’entendre sur un ensemble de compromis à faire en vue de faire marcher le pays.

 Si Marelly croyait dur comme une roche qu’il faut liquider même physiquement certaines figures possibles d’une potenielle opposiion, Conille pour sa part, à cause du support qu’il recevait du Gouverneur et représentant de la maison blanche son excellence M. Bill Clinton, voulait et tolérait une certaine présence de certaines figures dans le pays.

Dire que l’actuel président de Haïti, Joseph Michel Marelly est un Jeanclaudiste et qu’il portait les uniformes des Tontons Macoutes de François Duvalier et de Jean-Claude Duvalier voire saisir du Jeanclaudisme un régime politique dirigé par les Mulâtres et les gens de Peaux claires ne traduit pas dans sa totalité l’ensemble complet de l’idéologie du président de la république. Toutefois, il faut reconnaitre que le jeanclaudisme comme controle systématique du pouvoir par les blancs et les mulâtres de Haïti est sans nul doute un élément fondamental dans l’idéologie centrale du président.

Oui en effet, le président de Haïti est un blancomane convaincu bien que ses origines sociales sont loin de lui donner une part entière à cette idéologie. Sans nous éparpiller à la recherche de la vraie nature idéologique du président, il faut reconnaitre que le Président Martelly est ce que nous appelons habituellement dans le pays UN Parvenu c’est-à-dire quelqu’un qui a vécu dans les conditions de misères et qui arrive à acceder à une nouvelle classe sociale.

La région de Côte-de-Fer dont l’actuel président est originaire n’est pas connue pour être une zone riche et que la pêche qui est pratiqueée ne permet plus aux populations locales de bien vivre. Toutefois, étant une zone cotière toujours en contact avec la mer et l’une des portes d’entrée d’étrangers dans le pays, côte-de-fer  est reconnue pour avoir une grande concentration de mulâtres et de gens à peaux claires.

Le président a plutôt grandi dans l’un des quartiers les plus pauvres du pays soit le bas du fort national et d’ailleurs ce n’est pas un hasard que l’un des trois députés que son parti, Repons Peyizan, vient de cette zone. Fort National, Saint-Antoine et Avenue j. poupelard en particulier constitue le baromètre politique d’Haïti puisque cette grande zone de Port-au-Prince a toujours concentré de grands inellectuels de la classe moyenne.

C’est donc grâce à la musique et un petit voyage aux États-Unis que Michel Joseph Martelly a pu rencontre sa femme puis s’introduire dans le cercle des mulâtres qui lui donnaient de la publicité et du patronnage de ces concerts e de ses spectacles. Loin d’être celui qu’on essaye de l’étiquetter, Président Martelly est un élément des masses qui est parvenu à se faire accepter par opportunisme au sein de la grande bourgeoisie mulâtre du pays. Le discours et le verbe du président ne peuvent pas le trahir et son langage est en effet l’expression même de son éloignement avec les intérêts qu’il désire outrancièrement défendre.

Les mulâtres d’Haïti parlent aisément et couramment un bon français de maison, c’est-à-dire ils emploient des phrases simples avec sujet-verbe-complément: es-tu là ? Oui je suis là! comment a été l’école aujourd’hui? très bien maman. tu vas prendre ta douche maintenant. N’oublies pas de bien t’essuyer. La table est servie. Toutes ces phrases simples le président a de la difficulté à les utiliser parce qu’il n’avait jamais grandi dans une famille riche. Sa première vidéo musicale dont le titre de la musique s’intitulait Compas Forêt des pins, lequel titre a été tiré du nom du lieu de tournage montrait déjà clairement le besoin d’appartenir à la bourgeoisie mulâtre par le président Martelly. Dans cette vidéo où les belles mulâtresses exhibaient leurs beautés plaçaient l’actuel chef de l’État au centre de l’attention de ces belles créatures nationales.

Mais on pouvait également lire et comprendre certaines difficultés culturelles, sociales et identitaires du président. Bref, les besoins d’appartenance du président à la bourgeoisie mulâtre  sont si forts qu’il est même capable de se laisser contrôler systématiquement par les quelques mulâtres qui forme sont haut état major. Ces conseillers, fils et petits fils des fervants partisans du duvaliérisme et du jeanclaudisme, ont passé toutes leurs jeunesses à sniffer de la cocaïne, consommer de la marijuana, prendre de l’ecstasie n’avaient jamais pensé à s’interesser aux affaires de leur pays et aujourd’hui ils sont au pouvoir et ils ont autant de difficulté à concevoir un pays uni et fort capable de nourir tous les haïtiens tel un paradis pour tous.

Le président Joseph Michel Martelly ne saisi pas le sens et la signification de la mission que le peuple lui a confié. Il peut faire quelque chose s’il est capable de s’élever au dessus des préjugés qui l’entourent par ses conseillers. Il pourrait même entrer dans l’histoire s’il est capable de croire en lui-même en forçant ou en créant l’unité nationale à travers des alliances de gouvernance dans le but poser les fondemants pour une institutionalisation forte et démocratique du pays.

Le rôle des riches c’est de faire développer l’économie du pays, adapter les entreprises locales à la réalité du systeme économique et international. Que la bourgeoisie s’enrichisse avantageusement n’est pas le véritable problème actuel du pays mais qu’elle confisque les richesses du pays entre ses mains ou expatrier les entreprises vers la république dominicaine ou dans les grandes banques étrangères constitue de fait une sorte de trahison nationale. Le rôle de cette bourgeoisie c’est d’investire dans les infrastructures de transport de communication, de l’énergie et de la production industrielle e agricole du pays.

Son rôle n’est pas de s’immisser dans une fonction qui lui est étrangère comme la politique. Et, c’est là que le Présiden Michel Joseph Martelly doit intervenir pour freiner la volonté de vengeance qui anime les néoduvaliéristes et jeanclaudistes qui l’entourent actuellement. S’il veut une place dans le livre d’or de la nation il faut qu’il parvienne à s’élever au dessus de la partisannerie qui l’anime actuellement. il peut être un président d’origine anbigüe à devenir président du pays, et il l’est déjà toutefois pour être un chef d’État comme le fut notre Roi Salomon, il lui faut une veste nationale avec des ouvertures qui lui permetent de saisir les différentes opportunités qui s’offrent au pays.

Les fils de macoutes et de jeanclaudistes qui entourent le président et qui veulent à tout prix venger leurs pères en faisant couler le sang de nos frères haïtiens doivent se tempérer et regarder les besoins réels du pays. Qu’ils profitent du pouvoir et du régime circonstantiel de Matelly pour se constituer en groupe politque et du coup forcer les classes moyennes de Haïti et les masses populaires à se constituer en un ou deux groupes alternatifs d’opposition réels et véritables pourrait être beaucoup plus profitable au pays.

Dans toutes l’histoire d’haïti, lorsque les mulâtres arrivent au pouvoir à part de quelques exceptions, ils avaient liquider les richesses du pays, démenteler l’unité nationale, offrir le pays aux envahisseurs étrangers, fermer les entreprises haïtiennes pour aller les ouvrir à l’étranger. Ils n’ont jamais été en mesure d’éviter les divisions de la classes dans le pays. D’ailleurs ils ne se sont jamais intéressés à répartir équitablement la richesse dans le pays. Ils ne sont donc pas fait pour la chose politique.

Le président Joseph Michel Martelly doit aujourd’hui reconsidérer sa conception de gouverner le pays et se doit de faire fi de la grande majorité des propositions de gouvernance qu’il reçoit en dicta de ses conseillers. De plus sa femme doit pour sa part s’engager à revaloriser et revivifier la vielle bourgeoisie raditionelle dont elle est issue.

Cette vieille bourgeoisie mulâtres était nationaliste et progressiste vue sur certains angles et c’est l’une des grandes contributions que la première Dame du pays pourrait apporter à l’histoire et à l’ensemble de la société. De même la Première Dame de Haïti doit s’appitoyer avec travers des actions réelles sur le sort des femmes dans le pays. La condition des femmes haïtienne doit s’améliorer et de nouvelles lois et de nouveaux avantages doivent être offerts à ces femmes qui portent toute une nation sur leurs dos et sur leurs épaules.

La femme d’affaire et de tête qui caractérise cette première Dame doit prendre forme dans ses engagements dans la défense des droits des femmes dans le pays. Elle se doit d’imposer sa vision tout en participant aux côtés du chef de l’Éat dans la préparation d’une Haïti déveoppée et démocratique. Elle ne doit pas se laisser écarter du pouvoir par les conseillers du président.  à suivre…..

Hermann Cébert

 

 


Les idéologies du Régime de Michel Joseph Martelly

24 février 2012

 

 

 

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

Je veux commencer ce texte avec cette idée que la différence entre un adulte et un enfant c’est que l’enfant abandonne facilement. Pour le lecteur puriste je tiens à faire remarquer que cette interférence se veut de répondre à l’impatience qui peut convoiter plus d’un.

L’arrivée du chanteur Sweet Micky dit Joseph Michel martelly n’était pas un hasard dans la politique haïtienne. En effet, il s’agit de l’aboutissement d’un ensemble d’évidences orchestrées tant par les grandes puissances internationales que par la bourgeoisie de Haïti ainsi que les faiblesses de la classe politique traditionnelle du pays. Tout le monde savait que l’actuel président était un jean-claudiste irréductible et qu’il avait l’habitude de porter les uniformes des tontons macoutes à chaque 29 juillet. Durant les régimes miliaires de Cédras et de Michel François il avait des laisser-passer pour entrer dans les bureaux de ces putchistes d’autant qu’il ne se gênait pas pour les supporter publiquement.

Michel Martelly dit sweet micky avait profité énormement des gouvernements putchistes pour s’enrichir et s’en prendre ouvertement aux différents régimes des lavalasse. Si le président actuel de haïti portait l’uniforme des tontons macoutes ce n’était pas parce qu’il était duvaliériste mais jean-claudiste et ce jean-claudisme parce qu’il était une vision mulâtre du pouvoir de Jean-claude Duvalier dictateur d’alors qui dirigeait par la violence, la menace et le vol le pays. Le jeanclaudisme est l blanchissement du régime légué par François Duvalier et il est arrivé sur la scène politique à partir des années 1975 et qui se renforcera avec le Mariage de Baby Doc avec Michèle Bennett son ex femme. Autrement dit, François Duvalier avait imposé un régime dit noiriste avec une certaine haine contre quelques mulâtres du pays et son Fils Baby Doc pour pouvoir asseoir son pouvoir, a dû lâcher l’aile noiriste de son régime en faisant une double alliance, celle avec la bourgeoisie commerciale et blanco-Arabe et également avec la vielle bourgeoisie mulâtre de Haïti.

Bien que le Jeanclaudisme ne soit pas véritable idéologie écrite elle symbolise toutefois une vision blanco-judeo-Arabe des gestionnaires de l’État. En fait la meilleure façon de comprendre le jeanclaudisme c’est qu’il propose que ce sont les Mulâtres qui doivent seulement diriger et assurer la gouvernance de l’État de Haïti. C’est à ce point de vue qu’il faut saisir et comprendre la vision sectaire du Président actuel de Haïti Joseph michel martelly. Le président de Haïti croit qu’il doit diriger le pays uniquement avec des Mulâtres et dès sa prise de pouvoir, des sources proches du nouveau président annonçaient qu’il n’y aurait aucun compromis avec les oppositions puisqu’il n’y a pas eu un groupe majoritaire pour former un véritable groupe d’opposition et l’aboutissement à Conille Gary comme premier ministre était un dicta de la maison blanche sous le conseil de Bill Clinton.

évidemment, les preuves de ce choix rétrograde du Président Michel Martelly se confirme avec les premiers noms qu’il avait proposé comme premier ministre du pays. Les équipes antourant le régime de Michel Martelly s’opposent également à l’origine de la femme du Président et il éait bruit d’écarter cette femme qui a une emprise sur le Président. La femme du président est issue de la vielle classe mulâtre et ses liens avec l’ancienne bourgeoisie traditionnelle sont fortes et s’opposent à la bourgeoisie commerciale actuelle qui est triomphante avec le régime de Martelly. Peut-être que nous devons encore attendre cette séparation entre les hommes de Martelly au pouvoir et sa femme issue de la bourgeoisie traditionnelle mulâtre du pays.

contrairement à Martelly, l’ex premier ministre Gary Conille lui est un enfant du duvaliérisme noiriste et également de la mouvance impérialiste qui vise à occuper coûte que coûte le pays. Donc on peut déjà comprendre les difficulés d’avoir une certaine entente entre le premier ministre Conille et le président Martelly. Car si conille voit la nécessite d’une certaine alliance et de compromis avec l’ensemble de la société et de la classe moyenne, de son côté la vision blancomane et judeo-arabe des gestionnaires de l’État. Toutefois il faut bien tenir compte de quelques paramêtre sociologiques pour comprendre les renversement de régime ou encore certaine consommation de séparation, en effet, nous sommes juste à quelques jours de la fin des festivités carnavalesques   dans le pays, et le président tout comme bon musicien qui se respecte peut surestimer ses capacités suite à ses performances durant les trois jours gras compte tenu qu’il était le centre d’attention du public. Et c’est même devenue une tradition dans le pays qu’après les jours gras, les gouvernements procèdent souvent à des changements.

Pour arriver à des Changements majeurs au niveau de l’exécutif, seulement quelques mois après l’entrée en fonction du Premier Ministre Gary Conille qui n’aura rien laissé à la posérité en terme de réalisation et vu son écartement systématique par la couverture médiatique dont impose le président. Le changement de Premier ministre en Haïti semble annoncer une présence accrue des mulâtres à la tête du pays et du régime de Martelly. En tant qu’analphabete politique, le président Michele Joseph Martelly devra comprendre qu’il va engager le pays vers une véritable lutte de classe que tout le monde redoute déjà. Malgré tout peut-être qu’il va réaliser ce que d’autres ont déjà réalisé avant lui. Chez notre voisin et frère, car il y a plusieurs de nos compatriotes qui vivent encore là-bas, après la prise du pouvoir par la bourgeoisie, les masses se sont imposées. à suivre….

Hermann Cebert


Comment Visiter la Chine: tout ce qu’il faut savoir sur la Chine

5 novembre 2011

Deng Xiaoping and Jimmy Carter during Sino-Ame...

Image via Wikipedia

Comment détruire la Construction de l’Empire Naissant
Chinois

Les Faiblesse dans la construction d’un certain Empire
de la Chine

 

Depuis Marco Polo l’Occident s’était toujours fait une idée d’une certaine puissance de la Chine ou encore de l’Empire du Milieu. Certain parlaient  d’un certain géant dormant et d’autres du Dragon Dormant.

Plus près de nous, l’extravagance Européenne et Américaine ont permis à la Chine de connaître un certain calme existentiel en bénéficiant d’une abondant flux d’investissement et de capitaux venus de partout du monde occidental. Il y a également les ouvertures au capitalisme prôné et encouragé par le Parti Communiste Chinois et en particulier par Deng Xiaoping.

Le capitalisme aveugle de l’occident a donc encouragé la délocalisation de plusieurs entreprises vers la Chine à la fois pour sa main-d’œuvre mais également dans le but d’effondrer le Système Communiste Chinois.

En d’autres termes l’Occident espérait pratiquer une double action : contrôler et renverser le Système communiste chinois par la recherche du profit et de l’utilisation du capital comme arme de déstabilisation sociétale.

Dès l’arrivée de Ronald Reagan et du Père Bush au pouvoir, les objectifs américains concernant la Chine étaient de s’attaquer au système communiste chinois car les Américains savaient que la Chine représentait le véritable mystère pour l’Occident en ce que pays demeurait encore fermé aux Puissances occidentales. 

Bill Clinton et Bush fils voulaient en faire pareil avec la stratégie de Reagan cependant, tout comme le président Reagan lui-même, toutes les présidences Américaines y comprise celle de Barack Obama se sont heurtées à des problèmes non résolues des administrations précédentes comme par exemple les rivalités Est-Ouest qui ont conduites à l’effondrement de l’Empire Soviétique et à l’unification des deux Allemagnes; les agressions de Saddam Hussein contre le Koweït qui ont permises le renversement du Régime dictatorial de Saddam et l’envahissement de l’Irak dont la destruction presque complète de ce pays; il y a également les actes terroristes des Kamikazes d’Al Qaeda et de Bin Laden avec les Attentats du 11 septembre 2001 qui ont forcé Georges W Bush à mener les Américains et les puissances occidentales à engager deux Guerres sur deux fronts en Irak et en Afghanistan et dont il a laissé à son tour en Héritage à l’actuel président Barak Hussein Obama.

Entre temps, puisque l’Occident avec en tête les États-Unis sont en guerre non contre des puissances politiques et militaires d’une véritable puissance idéologique comme c’aurait été le cas avec Les Soviétiques durant la guerre froide et qui n’a pas eu lieu fort heureusement du point de vue humanitaire, les économies occidentales n’ont guère profité de ces guerres comme ce fut le cas durant les deux grandes guerres mondiales.

On doit comprendre qu’avec les implications de l’Occident dans les guerres contre le terrorisme international d’Al Qaeda et contre le régime des Talibans ainsi que contre celui de Saddam Hussein, la Chine a pu bénéficier d’une très grande période chanceuse de paix avec les puissances Occidentales en particulier avec les États-Unis et, laquelle paix a contribué à une certaine paix intérieure de la Chine qui a avantagé sa croissance et sa prospérité économique.

Contrairement aux aveux, aux craintes et à l’abandon des puissances Occidentales de tout projet contre la Construction de l’Empire Communiste-Capitaliste de la Chine, la Chine ne peut pas encore s’afficher comme une grande puissance ou tout simplement Le Véritable Empire du Milieu.

La Puissance chinoise est dopée à plusieurs points de vue : le capitalisme chinois n’est pas encore chinois; la dictature du Parti Communiste ne peut pas se permettre de libérer les forces de l’Opposition en vue de la création ou de l’émergence d’une Droite Idéologique capable de ramener les Chinois vers des conflits politiques et idéologiques; la Chine n’a pas encore crée un nivellement des salaires à l’ensemble de la Société chinoise; les emplois en Chine n’appartiennent pas encore au régime économique et politique chinois puisqu’ils appartiennent au Capitalisme Mondial et plus particulièrement Occidental; le système actuel contrôlé par l’Oligarchie Communiste-Capitaliste de la Chine n’est pas prête à mener sur plusieurs fronts une lutte Impériale de la Chine, en passant par des répartitions équitables de la Richesse entre les différentes provinces de la Chine et plus particulièrement entre les citoyens chinois eux-mêmes; enfin la Chine n’est pas prête à se lancer dans une guerre impériale mondiale capable d’inverser les idéologies dominantes occidentales car la Chine est peureuse, incertaine et inquiète par rapport à une domination systémique et mondiale.

Néanmoins, sur le plan Économique et capitaliste ce pays présente une certaine affirmation qui n’est pas suffisante pour se transformer en Super puissance mondiale. De là à dire qu’actuellement la Chine Échappe à la vigilance occidentale parce qu’elle profite des engagements des puissances occidentales dans des conflits qui commencent à tirer vers leurs fins.

D’ici quelques années on va assister à plusieurs conflits intérieurs en Chine : des conflits régionaux à cause de la mauvaise répartition des richesses; des conflits ethniques car,  la Chine ne jouit pas d’une mosaïque culturelle nationale; des conflits sociaux liés à l’emploi, au revenu, aux avantages économiques ainsi qu’au développement économique et social des différentes régions et des différentes catégories sociales; des conflits civiques liés aux droits de l’homme et à la distribution des privilèges dans la société etc.

Au niveau international, les problèmes qui attendent la Chine sont énormes et le système Communiste-Capitaliste chinois doit pouvoir se doter d’instruments et d’organisations capables de l’aider à assurer son approvisionnement croissant de matières premières pour son développement et de sa consommation intérieure.

Les politiques démographiques doivent être envisagées afin d’empêcher toute rupture avec le statu quo actuel en terme de population constante et absorbante de la croissance économique.

En matière énergétique, la Chine devra se lancer en guerre contre l’occident pour occuper des parts de marché et de contrôle des sources énergétiques d’autant plus l’actuel printemps Arabe qui n’est en faite qu’une nouvelle main mise occidentale sur le Pétrole constitue de facto une nouvelle donne pour une certaine puissance de la Chine.

De même la Chine ne peut pas s’imaginer ne jamais avoir à régler le problème du statut de Taïwan voir du Tibet et qui sait peut-être même Macao.

En pleine libération complète du système Chinois, des leaderships peuvent naître à tort et à travers pour conduire la Chine vers des éclatements internes susceptibles de morceler et de renverser toute la structure des ambitions hégémoniques chinoises.

La première secousse du Système et du Régime chinois semble pouvoir venir d’abord d’une prochaine vague de rapatriements des emplois occidentaux en Chine d’abord vers les pays Occidentaux et ensuite vers les pays de l’Afrique et de l’Amérique Latine et des caraïbes.

Cette vague de décapitalisation de l’économie chinoise aura pour conséquence des problèmes et des conflits sociaux et politiques qui obligeront les Autorités chinoises à recourir à la violence et à la persécution comme cela a été à Tienanmen  cependant, les résultats seront différents puisque delà pourrait naître des leaderships contre le régime actuel.

Nous pouvons donc imaginer et à la limite croire que loin d’être rose, l’avenir de la construction de l’Empire de la Chine présente des Faiblesses structurelles importantes dont doit être dotée toute puissance mondiale voire toute Superpuissance mondiale.

L’économie chinoise un certain poids à la Chine sur l’Échiquier de la scène internationale en lui permettant de commencer à nourrir sa population qui avait été privée de presque tout par contre celle-ci ne peut en aucun cas garantir à la Chine une Affirmation omnipotente à l’échelle mondiale.

La force du nombre des chinois peut être envahissante comme elle l’est depuis la révolution maoïste, bien des choses ont changé en Chine, de plus en plus nous assistons à un certain relâchement du Parti communiste chinois et du régime chinois et, cela ne peut pas uniquement servir aux intérêts du système chinois actuel.

À l’autre bout du monde, nous sommes en train d’assister à Cuba avec les ouvertures du Régime de Raoul Castro à la fois à la genèse et à Fin des Ambitions de la Chine en termes d’éducation et d’apprentissage des puissances occidentales sur la façon et les façons de s’en prendre avec le Régime de la Chine.

Par ailleurs, nous savons qu’ici nous sommes en histoire, en politique internationale, en sociologie politique, en culture, en économie mais surtout en psychologie politique et humaine par conséquent nos anticipations doivent attendre les faits tout en bousculant les réalités actuelles par des jeux politiques, économiques, culturels, technologiques voire militaires et scientifiques susceptibles de redéfinir conceptuellement par itération la planification ou encore toute planification de l’avenir.  

Malgré tout, notre analyse ex ante d’ici ne permet pas non plus d’envisager un statu quo de l’ordre mondial actuel dominé par un Occident en fin de domination globale, ni non plus une superpuissance comme l’ont été les États-Unis jusqu’à la fin du vingtième siècle car ce pays affiche des faiblesses internes qui doivent être résolus d’autant que tout seul le peuple américain est incapable de mener une guerre de cent ans contre la Chine aux ambitions de superpuissance.

Tout au plus nous serons d’avis que l’ordre mondial d’une puissance unique est déjà chose du passé et que nous sommes en train d’assister à l’avènement d’un Ordre Mondial à plusieurs têtes avec des moyennes puissances régionales qui s’entendront sur une certaine intervention subrégionales dictées par des compromis d’aller-retour entre celles-ci.

De nouvelles alliances prendront forme et certaines guerres prépareront peut-être une certaine grande guerre étant donné les natures humaines. Tout compte fait, nous ne voyons pas la Chine comme une grande puissance dans les décennies à venir car les forces de la Chine sont en contradiction avec ses faiblesses.

L’histoire de l’Empire et de la grande Domination de la Grande Chine Superpuissante est un épisode non Écrit tout comme le Dirait Maurice Sixto, ce Grand Disert Haïtien, c’est un chef-d’œuvre de Kafka qui n’a pas été Écrit ou encore qu’il aurait raté d’écrire.

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

Hermann Cebert