Comment faire de la politique en Haïti: Avoir des valeurs et tenir à ses valeurs

23 octobre 2017

Changer les mentalités d’un peuple n’est jamais une chose facile et lorsqu’on se dit militant pour le changement c’est encore une grande responsabilité personnelle. En effet, si un seul individu pouvait tout seul faire de la politique et militer tout seul sans avoir à établir le contact avec personne ou aucun autre groupe que lui-même, vu qu’il se serait déjà considéré comme un groupe à lui seul, il aurait été plus facile de changer les mentalité de cette même personne ou de tous les groupes que l’individu ou le leader en question voudrait changer les mentalités puisque, par cette abstraction de l’idée du groupe de personnes qui serait de simples individus et une simple personne.

En ce qui concerne le leadership, l’histoire regorge de leaders qui sont parvenus à diriger des peuples sans avoir fait partie préalablement à des groupes organisés dont, certains plus ou moins organisés à leur tour et, opérant plus ou moins des changements dans la mentalités de leurs peuples. Mais dans l’ensemble, un grand nombre de leaders et donc de chefs solitaires sont plutôt reconnus comme des opportunistes, des magouilleurs alors qu’en revanche, seule une minorité d’entre eux peuvent être qualifiés de véritables et de grands leaders et ce sont ceux de cette minorité qui ont véritablement opéré des changement dans la mentalité des peuples voilà pourquoi, ils sont vraiment rares les leaders authentiques.

Lorsqu’on décide de faire de la politique, c’est-à-dire choisir une cause à défendre, s’identifier à un groupe social déterminé et s’impliquer dans une organisation dont l’idéologie, les principes et l’organisation correspondent à nos valeurs ce n’est pas toujours une chose facile car, cela demande de la patience, du courage, de la détermination, de la volonté et plus particulièrement des sacrifices personnels pour soi-même et pour ses proches, parents et amis. De même lorsqu’on est dirigeant d’une organisation politique, on a énormément de responsabilité. D’abord vis-à-vis du groupe social économique et culturel que le Parti représente c’est-à-dire, de la population en générale que l’on est appelé à influencer la vie soit comme groupe d’opposition que comme groupe au pouvoir ainsi que vis-à-vis des membres du Parti politique ou du groupe politique qui vous confient la lourde charge de les diriger.

Cependant, en Haïti plus particulièrement ou l’amateurisme et l’opportunisme sont les fondements des engagement des politiciens haïtiens, aucune de ces valeurs ne sert à reconnaitre les politiciens haïtiens puisqu’ils se transforment en caméléons comme les serpents qui changent de peaux également.

Une fois qu’ils ont un petit peu de pouvoir, ils exagèrent les limites de leurs fonctions et ils supposent que même leurs meilleurs amis sont devenus pour eux des ennemis. De plus, si hier ils étaient convaincus d’une certaine idée de changement et de transformations structurelles sur le plan sociale, économique et politique, une fois qu’ils sont au pouvoir, ils défendent des intérêts contraires à leurs propres idéaux. En fait, ils n’avaient aucune valeur, et qu’ils étaient ce qu’ils avaient toujours été au plus profond de leur être, des opportunistes, sans caractère et dépourvus de tout sens des biens communs.

Et malheureusement, comme l’histoire et le temps n’épargnent  jamais les pseudos patriotes, les pouvoirs qu’ils ont finit également par les manger et par les détruire jusqu’au plus profond de leurs âmes.

Par ailleurs, durant ces derniers jours, j’ai pu observer certaines personnes concernant deux grands enjeux ce qui m’a permis d’une part de confirmer la puissance de mes ancêtres lorsqu’ils ont pris la grande décision de se libérer de l’esclavagisme et le mépris qu’ils avaient été victimes de ceux qui s’opposaient à leurs luttes parce qu’ils avaient chez eux le même système colonial et esclavagiste dont mes ancêtres combattaient plus particulièrement en comparaison avec la lutte pour l’indépendance de la Catalogne.

En fait la grande leçon en est que les peuples n’évoluent pas beaucoup et même lorsque l’histoire nous redonne la chance de revivre certains événements, même en tant que dominés que certains parmi nous sont, ils n’ont toujours aucune capacité pour bien les comprendre. C’est ainsi que plusieurs prennent position ouvertement pour condamner les Catalans de vouloir leur liberté tout en se déclarant démocrates.

Comment peut-on être démocrates en étant pour la soumission des autres peuples. Je croyais que la mort d’un homme était la mort de tout homme et de tous les hommes. Et également que la vie d’un homme était la vie de tout homme et de tous les hommes. Malheureusement, très peu parmi nous peuvent ressentir la douleur, les souffrances et les humiliations des autres. Certains parmi nous demeureront des soumis toute leur vie durant et il ne faut surtout pas essayer des les sortir de leur prison intellectuelle et morale plus particulièrement lorsqu’ils se croient posséder les habilités intellectuelles ou de savoir et de connaissance.

Moi je suis pour la liberté de tous les peuples. tant pis si plusieurs ont leurs intérêts mesquins comme principal leitmotive de leur vie.

Le deuxième exemple concerne la moralité et l’éthique intellectuelle dont plusieurs n’ont pas pu recevoir peut-être à leur naissance. En effet, pour plusieurs haïtiens, lorsqu’un autre haïtien dit ou affirme quelque chose, ils ont tendance à ne pas accorder à ces idées-là leur juste valeur pour cela ils attendent que ce soit un étranger qui le lui rapporte même si dans la grande majorité des cas ces étrangers avaient copié ou ont copié la même idée venu de ce même haïtien.

Pourtant dans les faits, lorsque les étrangers disent que quelques chose va bien en Haïti c’est parce que ça va mal et lorsqu’ils disent que ça va mal c’est parce qu’ils ont peur de leurs propres intérêts. Par conséquent, nous devions nous méfier de toutes les affirmations des étrangers sur tout les politiciens qui gèrent les grandes organisations internationales comme le FMI, La Banque Mondiale ou la BID la banque Interaméricaine de Développement.

À titre d’exemple, le Moreno de la BID qui nous dit ça va bien pour Haïti non seule c’est une ingérence de ce directeur dans les affaires internes du pays mais également c’est  en quelque sorte la confirmation que le président Jovenel Moïse n’est pas dans l’intérêt du pays puisque ça lui prend un étranger qui travaille pour la République Dominicaine plus particulièrement pour le Sénateur Bautismo celui-là que la journaliste dominicaine Muria avaient trouvé coupable dans plusieurs fraudes et de pot-de-vin avec l’ex président Joseph Michel Martelly dans les contrat de construction des routes. Par ailleurs, dire que Haïti a d’abord besoin des routes c’est de l’idiosyncrasie à son maximum.

Ce que Haïti a d’abord besoin ce sont des emplois pour tous car l’emploi c’est la liberté et la véritable liberté capable d’engendrer de nouveaux changements. Évidemment également des routes, des moyens de communications, des énergies et de l’électricité. Le peuple haïtien ne veut un gouvernement qui n’est pas capable d’agir sur ses besoins réels.

à suivre

Hermann Cebert


Un mandat d’arrêt contre Jovenel Moïse pour corruption et blanchiment d’argent par la justice américaine

4 septembre 2017

Selon les toutes dernières informations que nous aurions reçus concernant les membres du gouvernement haïtien, il y aurait Un mandat d’arrêt contre Jovenel Moïse pour corruption et blanchiment d’argent par la justice américaine.

De plus, selon cette même information, l’ancien président Joseph Michel Martelly qui serait en visite actuellement aux États-Unis aurait été interrogé par les douaniers américains afin de déterminer son implication auprès et avec son poulain Jovenel Moïse dans le cadre des diverses malversations du pouvoir en place.

Évidemment, comme toujours, L’ex président aurait renié du revers de la main son implication dans l’ensemble des fraudes et des malversations de son ami Jovenel Moïse qui devra avec sa femme répondre au différentes accusations que la justice américaine auraient contre eux.

Tout le monde en effet a bien compris que plusieurs ministres du gouvernement avaient été mis à l’écart à la fois par le président Jovenel Moise lui-même que par le premier ministre Guy-jacques Lafontant.

Cependant son ce qui circule auprès de plusieurs ministres congédiés, ces derniers auraient été congédiés parce qu’il y a un gros vol mal distribué entre les ministres et le président ainsi que le premier ministre.

À ce propos, les ministres congédiés auraient contesté les sommes astronomiques encaissées par le président et par plusieurs autres ministres et de ministres du gouvernement en place.

Voilà pourquoi, actuellement, on parle d’une somme de 666 millions de dollars que l’équipe au pouvoir aurait volé des fonds publics et incluant des montants accordés par le gouvernement dominicain à l’équipe au pouvoir.

Par ailleurs, il est également bruit que des cargaisons de drogues seraient entrées au pays sous le contrôle du président Jovenel Moïse et cela lui aurait permis de récolter plus de 297 millions de dollars américains.

Nous espérons seulement que la justice ouvrira ses enquêtes et mettre les criminels en prison.

Hermann Cebert


L’évangile des derniers versets de Dieu: Mes Trésors aux Indigènes d’Hayti

10 juillet 2017

Et voici mes trésors au Peuple Indigène d’Hayti,

 

Je réveillerai tes enfants de leur sommeil et de leur honte

Je les rendrai plus intelligents et plus curieux que leurs voisins

Ils vivront dans le bonheur et la prospérité pour la fin des temps

 

Tandis que tes fils et tes filles profiteront d’une vie enchantée

Tes ennemis périront par le feu par l’air, par l’eau et par le vent

Tes enfants décortiqueront et comprendront les langues codées de l’univers

 

Ils parleront directement avec moi face à face car ils me verront à leurs côtés

Je les rassemblerai et je ferai pousser des fruits et des arbres nouveaux et fleuris

Plus majestueux et plus beaux, et plus gouteux que ce que l’homme n’a jamais mangé

 

Je rasasierai ce peuple, mon peuple d’Haïti de toutes les délices éternelles

Je monterai la garde autour et à l’intérieur de ce beau pays pour toujours

Afin que pas un ennemi ne pourra leur faire du mal ni chez eux ni ailleurs

 

J’élargirai ton territoire et je ferai sortir des eaux de nouvelles terres prospères

Tes enfants trouveront et rammasserons des méteaux précieux et des pierres précieuses

Tout le long des côtes et des rivages et ils orneront mes palais et mes temples

 

J’éliminerai la maladie et les douleurs d’entre tes enfants et ils seront en santé

Oui, je le dis et je le ferrai car rien ne sera impossible pour toi Ô mon peuple béni

Tes enfants découvriront des choses nouvelles et ils inventeront de bien meilleurs

 

Alors j’ai dit, et tout ce que J’ai dit prendra forme

Car je suis ton Dieu et ton seul Dieu de toujours

Qu’il en soit toujours ainsi!!!


La création du Congrès International des Haïtiens

27 juillet 2016

 Ce texte a été déjà publié mais je tenais à le publier pour montrer le retard du pays par rapport à mes idées.

Dans le but de constituer le comité d’initiative pour la création de l’organisme  de défense et de promotion des droits des Haïtiens dans le monde, et qui portera le nom de Congrès International des Haïtiens, tous les haïtiens qui vivent à l’étranger et désireux de faire partie peuvent soumettre les noms des personnes susceptibles de faire partie de la direction de cet organisme d’haïtiens.

NB:  Vous pouvez nous soummettre des comités représentatifs régionaux par ville au complet si vous auriez pris l’initiative dans votre ville ou dans une province ou dans un État.

L’essentiel est que chaque comité soit représentatif  et que l’initiative soit prise par des gens qui veulent défendre les intérêts des haïtiens et de Haïti.

Nous demandons à chaque groupe ou à chaque personne qui veut prendre l’initiative de constituer un comité représentatif dans une ville, dans un État, dans une province de n’importe quel pays de nous faire part afin de permettre à d’autres personnes de la même région de se joindre à eux et entre eux.

Communiquez avec nous pour plus de détails. Merci pour votre intérêt dans ce projet.

J’invite tous mes lecteurs haïtiens de la diaspora et tous les amis de Haïti à supporter financièrement mes projets pour Haïti:

1- la création d’un centre des Sciences et des technologies

2- le financement de la construction du Palais national de Haïti

3- La création du Congrès International des Haïtiens

4- Le financement des élections de Haïti, celles qui vont être organisées pour 2017 et suivants.  ce point est cours de réalisation actuellement dans le pays.

Nous devons passer de la parole aux actes et votre contribution à ces projets exprimera votre amour pour Haïti.

Je vais enregistrer une fiducie au nom de ces projets et je m’assurerai par appel d’offre pour former les équipes de gestions.

DES DÉTAILS SOUS PEU VOUS ARRIVERONT

Hermann Cebert


État des lieux de ma contribution Citoyenne: Un ajustement de mes Idées et de mes Pensées

10 mai 2016

Pour qu’une société se développe et progresse, elle a besoin d’être critiqué et cela à chaque jour par des gens désintéressés et qui ont le bonheur et le bien^-être humain comme priorité dans leur choix de vie.

En fait, de nos jours, il y a très peu de gens qui acceptent d’aider sans arrière pensée et sans intérêt personnel d’autant que certaines règles du vivre ensemble tendent à se fonder sur la réussite de soi et à la compétition avec ses collègues, ses voisins et ses camarades comme tout le monde voulait remporter une course qui serait sans fin.

Pourtant, lorsque nous prenons un peu de temps pour réfléchir à la finalité de ces compétitions entre les humains, on peut se rendre compte qu’elles ne mènent nul part et que l’on finisse toujours  par s’enfarger personnellement. Il y a tellement de choses à faire et à changer autour de nous et chez nous pour nous préoccuper autant à nous battre entre nous.

Je peux citer les divers problèmes auxquels est confronté Haïti auraient pu trouver des bénévoles du monde entier mais nous refusons d’aider vraiment et véritablement et nous bloquons tous les efforts pour que l’humain accepte d’être humain ou au moins devenir humain pour son frère et ses sœurs qui végètent dans la misère et dans la crasse.

Actuellement, en réfléchissant sur les causes de cette grande misère dans laquelle vivent mes frères haïtiens, je me rends compte à quel point des peuples dits civilisés maintiennent cette misère au nom des richesses dans le sous sol haïtien dont l’Or, la bauxite, le cuivre, le Coltan, le bronze, le marbre, sans oublier le pétrole.

Tous les pays qui ont intérêt dans ces ressources minières sont responsables de cette grande misère dans le pays. Il en est de même pour les gens riches du pays qui exploitent de façon sans vergogne ce peuple Haïtien. Il est anormal que les eaux soient privatisées dans le pays alors que le peuple ne peut pas trouver assez d’eau pour sa soif.

Combien de compagnies qui puisent l’eau dans la plaine du cul-de-sac sans aucune redevance à l’État Haïtien et à la population. Pourtant c’est cette eau publique qui est mise en sachet pour être vendue en détail aux abords des rues.

Les responsables et les riches haïtiens refusent de reconnaitre le droit à la vie du peuple haïtien c’est-à-dire, permettre au peuple de se nourrir, de se vêtir, de se loger, de travailler et de s’amuser comme tout être humain normal.

Même l’électricité est un grand luxe comme l’est l’eau pour le peuple haïtien car s’il y a électricité, le peuple pourra se payer un frigidaire pour se faire de la glace et conserver ses restants de nourritures mais non ce n’est pas une bonne chose car des compagnies qui font de la glace devraient se fermer la porte.

C’est le cas pour les routes, et les trottoirs qui causent toute sorte de problèmes au peuple, des véhicules à réparer, des pneus crevés, des chaussures déchirées et qui ne durent pas longtemps.

Tout cela explique le circuit fermé de la grande chaine de violence que l’on continue d’utiliser pour étouffer et étrangler le peuple haïtien et si on arrive pas à se défaire de toute cette grande chaine, c’est l’extinction pure et simple qui est assurée.

Voilà en quelque sorte les principales raisons de mon implication à travers mes textes et mes réflexions sur ce qui se fait en Haïti et contre les haïtiens avec la complicité des groupes extrêmement riches du pays et plus particulièrement les politiciens haïtiens.

Or, pour faire un bilan de cette contribution, je décide de m’arrêter un peu pour m’évaluer personnellement et de reprendre de nouvelles directives dans le même but que je me suis toujours fixé. Je choisis de comprendre l’efficacité de mes contributions citoyennes à la société haïtienne et à l’humanité toute entière.

Je déteste la nature et les caractéristiques du concept bilan en lui-même car il fait trop référence à ses propriétés comptables c’est-à-dire, les actifs, les passifs et avoirs des propriétaires.

Parler donc de bilan nous renvoi à l’idée des entrées et des sorties alors que dans la réalité des choses, nous jonglons beaucoup plus avec des combinaisons de facteurs ce, qu’ils soient humains, financiers, matériels ou immatériels ou encore idéologiques, tout est souvent ici et là, partout et nulle part et plus particulièrement, nous sommes souvent plus proches et plus loin les uns aux autres ainsi qu’aux choses et aux réalités auxquelles nous nous accrochons.

Tout comme le pouvoir est généralement diffus et enchâssé dans des zones grises, alors nous nous évertuons à dire que nous sommes assez critiques sur telle chose alors que dans les faits, nous contribuons à leur raffermissement et à leur endoctrinement dans l’inconscient collectif.

Nous lisons tellement tout et trop sur n’importe quoi jusqu’à les absorber par osmose inconsciemment de notre volonté raisonnable pour cicatriser nos fautes et nos faiblesses.

Ainsi, alors que nous pouvons croire avoir changé des choses nous les avions pourtant gardé telles qu’elles. Changer est un long processus et les seules choses qui se changent vite ce sont les postes et les fonction, les tâches et les responsabilités en ce sens, lorsque nous prétendons avoir changé certaines choses nous avons tout simplement déplacé des individus, des fonctions, des responsables et des responsabilités, des rôles et des tâches tandis que tout demeure intact comme c’est le cas des mentalités, des structures, des systèmes, des mécanismes, des processus, des convictions, des croyances, des orthodoxies, des craintes, des peurs etc.

Bref, à des degrés divers et au niveau de certains noyaux décisionnels, nos idées et nos pensées peuvent s’appliquer instantanément sans que nous le sachions par des individus et par des organisations dont nous ignorons les affinités que nous leur partageons.

À ce propos, internet semble jouer un rôle beaucoup plus important que nous pouvons même l’imaginer car il permet le voyage et le partage de nos idées, de nos émotions et de nos sensibilités à des êtres qui sont juste à quelques cliques de nous en Asie, en Amérique, en Afrique, dans les Antilles, dans les Caraïbes, et en Australie ou en Europe.

Nous pouvons être en diapason avec des êtres, des pensées, des idées, des institutions et des structures quelque part de façon spirituelle et intellectuelle dans l’univers mais que nous pouvons détester dans la proximité. Il en est de même pour nos êtres évolués, nos vis-à-vis, nos reflets et nos images que nous nous forçons à nous débarrasser puisqu’il s’agit des diverses facettes de nous-mêmes.

Pourtant, à bien y penser, nous sommes plus proches de nous-mêmes à travers les autres que nous-mêmes dont nous essayons de trouver dans les syncrétismes et dans les espérances de nos vies futures. Hélas, nous nous écoutons très peu et plus rarement que nous aurions dû le faire.

La science et la technique ont permis de confirmer ces coïncidences et le monde de l’irrationnel en assemble des tonnes de récits qui témoignent des dimensions inexplorées à la fois du cerveau humain qu’aux espaces spirituels de l’inconscient. De toute évidence, nous sommes des êtres qui vivons dans une certaine évidence cosmique en  formant un tout conscient de nos inconsciences.

En fait ce qui semble intéressant dans cette confrontation avec soi-même donc avec les autres, c’est que nous sommes forcément ignorants de ce que nous apportons comme contribution personnelle ou collective au changement, à la transformation voire au maintien et à la pérennités des choses, des idées, des êtres que nous critiquons sans cesse dans nos états d’égarements logiques ou rationnels.

Nous influençons peut-être très peu certaine chose alors qu’à l’inverse, nous en influençons d’autre plus profondément. De ce point de vue, il est à reconnaitre le concept bilan trahirait nos pensées si nous sommes appelés à faire état de ce qui est sorti de nous ou de ce qui est entré en nous en ce sens, nous devons nous garder de juger notre apport par rapport à ce que nous aurions reçu.

Évidemment, on nous force souvent à produire des résultats, et nous semblons souvent être plus compétitifs avec nous-mêmes qu’avec les autres et pour amuser la galerie, faire plaisir aux autres et ne pas blesser les ententes et les convenances sociales et sociétales, nous refusons volontaire de dénoncer les mensonges dominants et ce jusqu’à nous fermer complètement nos yeux sur les inacceptables et les intolérables.

Nous nous réclamons révolutionnaires alors que dans nos sphères d’activités personnelles et familiales, nous sommes pires que des conservateurs.

Nous sommes mêmes des réactionnaires face à des changements nécessaires oubliant souvent que certaines destructions sons plus nécessaires que certaines autres créations. Bien sûr, Dieu n’a pas tout créé dans l’univers bien qu’il soit très certainement à la base de tout.

Nous sommes créateurs, et dieux pour certaines choses et de certains êtres mais quand vient le temps de répondre de nos responsabilités, nous fuyons devant nous-mêmes.

Certains parmi nous se disent attendre Dieu, d’autres attendent des signes pour confirmer l’existence d’autres formes de vie et d’autres formes d’êtres existant et vivant dans le reste de l’univers, des extraterrestres alors que nous ignorons tous les humains vivant aux côtés de nous.

Nous craignons tomber malades, être atteints de toutes sortes de maladies et de cancer, nous avons même peur de mourir alors que nous ignorons ce que nous réserve la mort comme expériences et comme réalisations spirituelles et psychiques.

Nous devons avoir un minimum de courage pour faire des adieux à des moments, à des personnes à des lieux, à des ambiances qui ne sont plus utiles, et de moins en moins importants dans notre vie.

à suivre…

Hermann Cebert


À propos du blog

7 mai 2016

Le philosophe éveillé

J’exprime
Dieu

Bienvenue sur le site du Discours vrai et Actuel : LE_VRAI_DISCOURS_ACTUEL il s’agit de mon espace personnel où je mets en ligne toutes les idées et pensées qui me passent par la tête.

Je ne crois pas toujours dire vrai car, la vérité a toujours été de circonstance. Par conséquent, ce qui semble et qui tend à devenir vérité acceptable par l’ensemble et de plus en plus pour tous pour le temps actuel, n’est rien d’autre que la résultante de compromis social et politique entre les différents acteurs et le pouvoir de chacun.

Cependant, la rigueur de mon intelligence me permet de me distancer des émotions dont je suis faites en vue de pousser mes expressions vers ce qui peut se rapprocher d’une certaine vérité, ma vérité.

Mes goûts pour le beau, le bien et l’honnêteté me donnent des assises fortes sur lesquelles j’entends construire et produire de choses nouvelles.

Avec ce blogue je développerai des sujets différents et divergents ayant un but unique celui d’étonner les hommes de ma génération dont la philosophie, le droit, l’économie, la politique, les relations internationales, les civilisations, l’emploi, le chômage, la production, l’astrophysique, la gestion, la gouvernance politique, la littérature, la poésie, le théâtre, la musique, la sociologie, la science, l’environnement, la religion, l’athéisme, la consommation, Haïti sous toutes ses coutures, le créole Haïtien et de la pensée positive.

N’importe quel lecteur qui visitera ce blogue trouvera quelque chose qui devra l’intéresser de près ou de loin.

Bonne lecture à vous tous et merci de revenir et de vous abonner à mes publications.

Hermann Cebert


Olivier Martelly retournerait par devant les enquêteurs américains en janvier 2016

7 décembre 2015

Selon certaines informations qui circuleraient actuellement dans le cadre du probable dossier des enquêteurs américains concernant un bateau qui s’était entré en Haïti avec des tonnes et des tonnes de kilos de cocaïne en Haïti et dont on aurait associé le fils ainé du président Joseph Michel Martelly, tout semble indiquer que Olivier Martelly serait attendu à nouveau aux États-Unis pour les suites que les autorités judiciaires américaines veulent donner à ce dossier.

S’il est vrai que la famille Martelly avait déboursé plus de cinq millions de dollars pour obtenir la libération conditionnelle de Olivier Martelly, il serait normal que le dossier n’était pas terminé, surtout lorsque nous savons très clairement que tout dossier de justice demande toujours assez de temps avant que tout coupable soit reconnu et les châtiment soient imposés.

Or, ce que plusieurs observateurs se demandent actuellement c’est sans nul doute, comment se déroule ce dossier de justice et plus particulièrement, quels sont les intérêts qui se cachent derrière ce dossier et en quoi ce dossier du bateau de cocaïne peut-il influencer de près ou de loin la politique haïtienne voire compromettre les intérêts de Haïti étant donné qu’il s’agirait bien de la famille de l’actuel président de Haïti qui serait impliqué si l’on s’en tient au silence qui recouvre cette affaire.

D’abord personne ne peut contester l’idée de ce silence de l’affaire du bateau de cocaïne ce, qu’il s’agisse de la police nationale de Haïti, de la famille présidentielle et de Joseph Michel Martelly et également de Olivier Martelly lui-même qui s’est complètement effacé à la fois de la scène politique haïtienne que sur la scène du showbiz de Haïti.

Plusieurs parlaient de l’entreprise de productions culturelles du jeune prince d’Haïti avec grands intérêts en se référant au méga spectacle que cette entreprise avait offert au public haïtien avec les grandes vedettes américaines.

On croyait qu’on allait être servi davantage cependant, depuis cette affaire ou serait impliqué Olivier Martelly on entend plus parler de méga spectacle de ce groupe ni non plus de son président directeur général. Évidemment, il aurait été souhaitable que sont entreprise soit passée à quelqu’un d’autre de la famille s’il est vrai qu’olivier était véritablement en surveillance surveillée ou plus directement toujours sous enquête de la justice américaine.

Je suis partisan de la création d’emplois dans le pays et n’importe quelle entreprise qui peut offrir des emplois dans le pays est un bon signe pour le pays. D’ailleurs, même dans les pays dit développés, on sait que la mafia et les crimes organisés font rouler ces économies et que l’État de ces pays tolèrent et adopte des politiques de moins de crimes possibles et ils savent qu’ils sont impuissants face à ces groupes criminels.

Si on avait la capacité pour éradiquer les crimes seulement à New York, c’est toute l’économie Newyorkaise qui s’effondrait autant que les criminels s’infiltrent dans toutes les activités économiques de cette ville et dans cet État américain. Voilà pourquoi les dirigeants haïtiens doivent comprendre les économies parallèles et principalement celles qui sont infectées par les groupes criminels.

Tous les pays du monde ont leurs propres groupes criminels et de ce fait Haïti ne peut pas ignorer ces groupes et tous les dirigeants du pays doivent saisir pourquoi et comment négocier avec ces groupes dans les intérêts du pays.

Et qui pis est, les dirigeants du pays doivent protéger les criminels du pays en adoptant des politiques contre les groupes criminels organisés visant à les garder au pays et surtout à les condamner au pays une fois qu’ils avaient été jugés par la justice du pays.

À ce propos, on a qu’à penser aux sommes acquises par ces criminels, aux frais d’avocats et de procédures que ces criminels doivent dépenser ou payer jusqu’aux avocats et à leurs secrétaires qui travaillent dans les cabinets d’avocats du pays qui doivent profiter de ces jugements à l’intérieur du pays.

Malheureusement, tous les dirigeants du pays n’ont pas les personnalités irréprochables pour contrer les ingérences étrangères des puissances dans les affaires internes du pays afin de mieux protéger les intérêts du pays. Ces dirigeants haïtiens oublient ce que signifie la souveraineté de l’État d’Haïti à la fois sur tout le territoire haïtien que sur l’ensemble de ses citoyens. Voilà pourquoi, qu’à chaque fois que je vois des criminels haïtiens qui sont extradés vers les pays étrangers, je me questionne sur la moralité des dirigeants haïtiens mais plus particulièrement sur les compromis qu’ils font au détriments des intérêts du pays. Il en est de même pour les criminels étrangers arrêtés dans le pays et qui auraient dû être jugés et condamnés par la justice du pays mais qui sont souvent pour ne pas dire toujours rapatriés vers d’autres pays dont les États-Unis en particulier. Pourtant à en croire, ces criminels sont extrêmement riches et les garder au pays aurait pu rapporter beaucoup à l’économie du pays.

Il parait semble-t-il et pourtant  que selon certains arrangements qui seraient faits entre le jeune prince et la justice américaine qu’il y aurait plusieurs dénonciations de grands barrons de la drogue de toute la région caribéenne, de l’Amérique centrale et du Sud étant donné les derniers coups de filet de la justice américaine dont un proche du président vénézuélien et de Salvador.

Est-ce qu’il s’agit bel et bien d’une certaine collaboration du régime de Port-au-Prince dirigée par Joseph Michel Martelly et de Evans Paul qui a permis ces arrestations ou bien est-ce qu’il s’agit plutôt de la pression de la justice américaine qui ont permis ces arrestations.

Nous sommes dans une vraie casse-tête chinoise. Toutefois, et c’est peut-être le véritable enjeu dans cette affaire, est-ce cette affaire n’aurait pas été un piège auquel le fils du président de Haïti s’est fait prendre vue que les tentations de gagner gros et beaucoup lui avait été irrésistibles?

Loin de pouvoir tirer des conclusions alors même qu’à cause du silence qui enveloppe ce dossier nous continuons dans un grand flou mais qui doit finalement exiger des personnes impliquées jusqu’aux dents de finir par nous faire toute la lumière nécessaire dans le cadre d’un processus d’information nationale.

Devant cet état de fait, du vide et du manque d’informations, nous nous demandons s’il est vrai que Olivier Martelly retournerait par devant les enquêteurs américains en janvier 2016 pour la suite ou la finalité de ce dossier.

à suivre…

Hermann Cebert


Les Organes Reproducteurs du Sous-développement de Haïti

12 octobre 2015

Le philosophe éveillé

J’exprime
Dieu

La culture politique d’Haïti s’est construite à partir  d’un ensemble de faits, de gestes, d’actes et d’événements dont certains ont fait les actualités politiques, économiques, sociales, culturelles et historiques du pays.

Or pour que ces faits, ces gestes, ces actes et ces événements puissent construire ce qui deviendra cette culture, la culture politique haïtienne, nous les avions répété faisant en sorte qu’ils deviennent nos habitudes, les habitudes de nos politiciens et de nos hommes et femmes politiques jusqu’à ce qu’ils soient acceptés par nous tous. Disons plutôt, qu’ils ont été imposés à l’ensemble du pays puisque se transformant également en normes et en règles à suivre.

De plus, notre acceptation les rend et les transforme en coutume, notre coutume, puisque nous, les politiciens haïtiens bien sûr,  allions nous assurer de les transmettre d’une génération à l’autre et se faisant, ils vont devenir notre coutume, notre coutume politique et notre identité politique: la manière de nous identifier et de nous reconnaitre.

Cependant cette identité que nos politiciens vont se développer sera donc l’héritage des premiers politiciens haïtiens. Des héros de l’indépendance jusqu’à nos politiciens actuels.

Malheureusement compte tenu de l’origine de cette identité pour ne pas dire cette seconde nature de l’homme politique haïtien qui avait été faite et construite sur des fausses valeurs, de faux intérêts mais surtout parce qu’elle est issue de la frustration qui elle-même découle de divers interdits dont l’esclavagisme et le colonialisme nous avaient été imposés de fait et de par leur nature.

Dès lors donc que nous avions été en mesure, par nos gestes, nos actes, par nos faits, par nos événements de nos différentes actualités, de construire notre culture politique à travers nos pratiques, nos habitudes que nous avions également transformé comme notre coutume, il était né le modèle politique et culturel haïtien.

Un modèle qui a été donc construit et façonné au gré de nos hasards et de nos crises sociales et politiques. Un modèle non pensé et non réfléchi mais qui s’impose de fait à nous.

C’est par ce modèle que nous sommes ce que nous sommes maintenant et qui ne correspond pourtant pas à notre idéal de peuple. Nous devons le détruire pour nous en construire ou découvrir un qui correspond à notre vivre ensemble mais surtout idéal commun.

Avec le texte que j’ai écrit sur le modèle politique des amérindiens et autochtones d’Haïti je formule ma proposition  de changement de modèle politique du système politique républicain en vigueur au pays.

Chaque député, chaque sénateur et tous les politiciens qui auraient à cœur les intérêts du pays devaient lire ce texte et peut-être m’écrire pour avoir au moins la partie opérationnelle de ce texte que je n’ai pas publié encore.

Ce n’est pourtant pas ce qui les intéresse et ils n’ont pas de temps pour juste le lire voire tenter de trouver le plan de son application dans le pays. C’est vrai c’est trop les demander pour le plus grand bien du pays. Je m’excuse, je suis trop idéaliste pour ces voleurs à cravates.

Évidemment, très peu de gens saisissent la portée de ce modèle idéal qui pourrait transformer notre statut d’État satellite des grandes et moyennes puissances mondiales et régionales en un véritable État-Système qui est notre principal système de salut collectif et national.

Ainsi, nous avions construit des modèles d’hommes politiques et de cultures politiques qui nous opposent à nous- mêmes puisque ces modèles sont le produit de nos attractions pour ce qui nous était interdit.

C’est le cas pour Henri Christophe qui voulait sortir et avoir pour femme une fille blanche de la même manière que Toussaint Louverture avait fait avant lui.

Le Gouverneur avait tracé le modèle à suivre et on ne pouvait demander mieux à Christophe de ne pas en vouloir comme épouse une jolie femme française.

D’ailleurs même Dessalines va essayer également de marier sa Fille Célimène à Alexandre Pétion, un mulâtre qui ira refuser l’offre du Père de la Patrie, ce qui aura de graves conséquences sur l’histoire même et du devenir du pays, le retour vers la division raciale du pays.

C’est-à-dire, la réussite de l’homme politique haïtien sera donc associée au fait d’avoir une femme blanche comme épouse et des enfants mulâtres ou à peaux claires.

Qu’il s’agisse de Duvalier le père et le fils, qu’il s’agisse de jean-Bertrand Aristide ou de Michel Martelly ce sont tous des héritiers de Toussaint Louverture en ce sens que leurs réussites politiques sont associées à leur mariage et à leur identification à la bourgeoisie mulâtre du pays.

Il faut noter également les manière que tous les héros de l’indépendance du pays se sont enrichis une fois qu’ils avaient fini de chasser les colons français, les anciens maîtres que nos politiciens actuels continuent de servir, toujours avec la tête baissée, aujourd’hui encore.

En effet, au lendemain de l’indépe4ndance du pays, tous les héros de l’indépendance se sont accaparés des terres cultivables du pays avec des pensions et des chèques tirés à même les comptes publics. Et, presque tous à l’exception de Dessalines et de sa familles ont utilisé le pouvoir à la fois pour changer de classe mais aussi pour pouvoir s’enrichir aux dépens des deniers publics et sur le dos des masses populaires du pays.

Par ailleurs, si hier le maître était directement sur place avec ses fouets à la main, de nos jours, ils restent chez eux dans les métropoles et dirigent à distance. Plusieurs rapportent même que dans les coulisses des administrations des puissances hégémoniques comme la France, les États-Unis, le Brésil, le Canada, ce sont de petits groupes, d’une dizaine de personnes au plus, qui dirigent véritablement Haïti à partir de leurs simples agents satellites placés au pays.

Voilà pourquoi, on dit non sans raison que chaque politicien haïtien à son blanc qui le dicte quelle conduite à avoir et à adopter, quelle décision prendre dans telle situation donnée.

Alors, vous comprendrez pourquoi le pays est si divisée et qu’il y a autant de candidats pour les quelques postes électifs. Mieux encore, on peut se demander comment sont faits nos hommes politiques haïtiens qui sont incapables de faire sortir un petit peu d’intérêts pour le pays  et les masses populaires abandonnées.

Ceci dit, si l’on veut donc comprendre véritablement pourquoi Haïti demeure toujours un pays pauvre et sous-développé, il faut visiter les différents modèles de réussites ou d’échecs que les élites dominantes ont toujours offert au pays et également ce que ces élites n’ont jamais offert également au peuple haïtien depuis la naissance du pays jusqu’à aujourd’hui.

Bien que ces modèles dont il est question dans ce texte, ne soient ni écrits ni identifiés parce que personne ne s’était donné de la peine pour pouvoir les identifier, les analyser, les catégoriser et les évaluer par des chercheurs, et des universitaires, ces modèles existent et on peut les retracer à travers l’histoire d’Haïti.

Ce sont des modèles qui sont liés aux diverses actualités du pays mais également  ils sont des moments dominants et des périodes prédominantes de l’histoire du pays.

En fait, ces modèles traduisent en quelque sorte les nœuds de l’ensemble historique du pays qui est caractérisé par des mouvements d’émancipation, les luttes pour l’indépendance du pays, les luttes contre les diverses formes de colonisation et de recolonisation par les puissances étrangère ainsi que des affirmations individuelles et ou collectives.

Toutefois, il faut bien admettre, qu’aucun des ces modèles avait été inventé ou planifié par les élites du pays, ils étaient tous produits par les chocs, les crises sociales et politiques que le pays a toujours connus. En d’autres termes, ces modèles sont donc des produits du hasard et d’un certain déterminisme historique qui se définit et qui se structure à travers les divisions sociales et les divisions de classes qui paralysent le devenir du vivre ensemble haïtien.

Par conséquent, ces divers modèles produits par l’histoire et les luttes sociales et politiques dans le pays n’étaient pas faits ou produits dans le but de sortir le pays de ses problèmes et de son sous-développement. D’ailleurs, je me demande même si les élites nationales haïtiennes connaissent leurs existences compte tenu que personne ne s’était donc pris la peine de les identifier ou de les étudier comme je l’ai ci-haut mentionné.

Évidemment, puisque ces modèles n’avaient jamais été le fruit d’une volonté de changement des élites du pays et puisqu’aucune élite de Haïti n’a jamais pris le temps pour proposer des vrais modèles alternatifs au pays c’est donc le destin et le hasard qui se sont occupés de construire des modèles de réussite et d’échec de la société haïtienne. Disons tout simplement, que ce sont des modèles de l’échec collectif des haïtiens.

En fait, les élites haïtiennes se reproduisent elles mêmes très bien sans pour autant opérer des transformations de la société haïtienne dans son ensemble. Pour se reproduire, les élites haïtiennes le font aux dépens des masses populaires et plus particulièrement de la grande majorité des haïtiens noires faisant en sorte que c’est la misère, le sous-développement, l’ignorance et la crasse qui se reproduisent plus largement et plus facilement dans le pays parce que reflétant la véritable image de toutes les élites du pays, des élites apatrides et antinationales.

 À travers les modèles apparemment représentatifs les élites économiques et intellectuelles reproduisent les disparités sociales et économiques alors même qu’elles maintiennent également les fausses valeurs et les faux intérêts nationaux.

Ainsi, c’est en particulier l’élite économique et financière qui a toujours caché et maintenu secret leur modèles de réussites tels: le travail et l’effort.

Or, puisque cette élite vit et évolue en vase clos à l’intérieur des périmètres ghettoïsés comme pour se protéger de la peste que sont les masses pour elles, il en résulte que leurs modèles de succès se retrouve coincé à l’intérieur de ces ghettos bourgeois.

Ce qui signifie, les masses populaires ignorent les moyens de réussite et de progrès parce que celles-ci lui sont complètement étrangers voire inconnus. De ce fait, à cause de ces barrières à la connaissance et aux savoirs qui facilitent et qui permettent d’atteindre le succès et la prospérité les masses sont donc tenus à l’écart de toutes les formes de progrès et de modernisme.

Ce sont les fondements des deux Haïti, une Haïti riche et prospère en contact avec le progrès, le développement et les civilisations avancées, celle des bourgeois et des élites nationales haïtiennes et, une Haïti, des noirs et des masses populaires que l’on appelle le peuple d’en dehors qui vivent loin de tout progrès, de tout développement, de toutes les évolutions et des civilisations modernes.

Ainsi, cette bourgeoisie économique et financière vit donc en dehors de la société bien que ce soit elle qui appelle pourtant les paysans les gens d’en dehors. Tous les membres de la bourgeoisie haïtienne vivent à proximité l’un de l’autre mais également, ils vivent dans une très grande promiscuité teintée de l’inceste et de la schizophrénie.

Par ailleurs, on dit souvent tel père tel fils pour parler de notre système de reproduction de valeurs sociales et culturelles au sein de nos familles et de nos sociétés.

Cela semble être la réalité pour le modèle ou les modèles qui prévaut depuis toujours en Haïti, tel niveau de transfert de valeurs et d’échanges de la bourgeoisie haïtienne vers les masses populaires, tel niveau de progrès et de développement du pays.

Plus les classes dominantes transfèrent aux masses populaires les bonnes valeurs, plus les masses les utilisent et s’accommodent avec ces valeurs. Par contre lorsque les élites gardent secrètes pour elles-mêmes les idées, les valeurs, les connaissances, les savoirs du progrès et du développement, les masses populaires se maintiennent dans le strict minimum de la misère et le sous développement.

Voilà en quelque sorte un aspect de l’origine et de la permanence du sous développement qui prévaut depuis toujours en Haïti. La bourgeoisie haïtienne, ou du moins, les bourgeoisies haïtiennes n’ont jamais su transférer aux masses populaires du pays leurs idées, leur sens, leurs savoirs, leurs connaissances du progrès et du développement.

Dans le cadre de la multiplicité des candidatures enregistrées à l’occasion des prochaines élections de 2015 en Haïti, nous sommes en présence du même modèle reproductif vieux de plusieurs siècles dans le pays voire plus vieux encore que la nation haïtienne elle-même si celle a déjà existé bien sûr.

En effet, le mimétisme est à la base de tous les systèmes éducatifs et de transmission de valeurs, de comportements sociétaux et, c’est par mimétisme que nous arrivons à développer des habitudes et de la pratique de faire et de dire les choses.

Cela étant dit, voyons comment le nombre de candidats inscrits pour les prochaines élections en Haïti trouve sa source dans le modèle ou les différents modèles qui ont eu prédominance dans le pays depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui.

Je parle de plusieurs modèles de reproduction de valeurs et de comportements dans le pays de un, parce qu’il y a plusieurs types d’exemples de modèles types mais aussi de deux,  parce que les exemples des modèles de ces reproductions varient en fonction des différentes actualités de groupes dominants dans la société.

Toute société est à l’image de ses élites dominantes. En Haïti, cette affirmation se vérifie facilement à travers les différentes générations d’élites que le pays a connu mais surtout avec les différents modèles que ces élites ont imposé à cette société.

Or, contrairement aux autres sociétés et plus particulièrement les sociétés développées, les élites haïtiennes n’ont jamais proposé des modèles de progrès et de développement à la société haïtienne.

Pour cause, les gens qui se sont enrichis par le commerce, les industries, les technologies, la finance ou tout simplement l’entreprenariat ont toujours garder les secrets de leurs réussites entre leurs classes et ne se sont jamais présentés comme modèles à la société et aux jeunes des masses et des classes moyennes.

Depuis Toussaint Louverture, premier exemple de réussite, d’ascension sociale et économique, à la fois comme premier général noir de l’armée d’une société colonisée et sous emprise d’une puissance étrangère et coloniale mais également, comme ancien esclave à devenir chef de ses propres maîtres et exploiteurs, toutes les bases du modèle d’exemplarité dominante de la société haïtienne sont posées et elles vont marquer tous les aspects et tous les domaines structurant la société haïtienne.

Ainsi, comme Toussaint l’avait fait avant eux, tous les généraux de l’Indépendance et tous les hauts gradés de l’armée haïtienne à l’exception bien sûr de Jean-Jacques Dessalines, vont marquer leurs réussites et leurs ascensions sociales et économiques par leurs mariages avec une femme blanche, une mulâtresse pour utiliser un terme plus Haïtien.

Afin d’atteindre cet objectif, se marier avec une mulâtresse, tous les officiers de l’armée, une fois gradués de l’académie militaire se verront se présenter et s’offrir des femmes blanches par les autorités militaires et ceux qui sont passés par la gendamerie de l’armée ou qui n’auraient pas eu leurs femmes blanches iront même par épouser les descendants polonais de cazale ou des Cayes et de Jacmel et s’ils n’arrivent toujours pas à satisfaire ce désir, ils préfèrent même épouser des prostituées dominicaine ou françaises ou nord-américaines.

Nous sommes donc devant un modèle de mimétisme  fondé sur l’exemple de Toussaint Louverture qui a eu pour femme une mulâtresse que les officiers de l’armée, les ministres noirs et les fonctionaires noirs haïtiens formant la classe moyenne haïtienne.

Autrement dit, tous les éléments des masses qui réussissent choisiront de renier leurs appartenance à la majorité noire du pays pour pouvoir se faire accepter par l’élite blanche du pays.

Cela a un coût très élevé pour les masses noires du pays, les officiers, les ministres, les directeurs et hauts fonctionnaires de l’État vont se distancier de cette masse noire du pays.

De plus, en rejetant leurs véritables classes sociales, les noirs qui réussissent bloquent les autres éléments noirs sur le chemin de leur réussite. Il y a une complète rupture entre ceux qui progressent et les autres, qu’il s’agisse des membres de leurs propres familles ou des anciennes amitiés.

C’est donc un changement radical et un transfert de classe sans aucune transition que ces éléments de la classe moyenne du pays opèrent en s’intégrant à la bourgeoisie mulâtre et des affaires..

Voici donc un élément fondamental de tare dans le modèle de réussite des éléments de la classe moyenne haïtienne et cette tare est en quelque sorte l’une des composantes des causes du sous-développement du pays.

D’ailleurs, qu’il s’agisse de François Duvalier, le principal noiriste du pays, de Jean-Bertrand aristide, de jean-claude Duvalier ou de René Préval ou de Joseph Michel Martelly pour ne citer que ceux-là, ils ont tous renié à leurs appartenances ethniques pour se distancer de leurs frères noirs haïtiens mais surtout pour marquer leurs réussites et leurs ascension sociales.

Un autre mimétisme que la socié haïtienne continue de connâitre c’est les exemples dominants les actualités du pays.

En effet, à chaque fois qu’un groupe dominant du pays et chacune des élites du pays opère une action ou engage une forme quelconque d’action qui marque l’histoire du pays et selon les différents rituels de manifestation de cette action, le peuple tend à reproduire ces actions dans les autres secteurs et dans les différents aspects de la vie du pays.

C’est ainsi que les groupes et les catégories sociaux s’imprègnent des habitudes, des mœurs, des cultures et des coutumes que lui transfèrent les élites du pays.

En d’autre terme, le peuple suit pas-à-pas et reproduit les divers exemples que ses élites lui fournissent puisque ces élites sont les modèles à suivre car valorisées et ritualiées à travers les différentes manifestations de célébration et de commémoration nationales.

Chacun reproduit dans son domaine les mêmes gestes, les mêmes stratégies, les mêmes comportements, les mêmes attitudes et comme conséquence, on obtient également les mêmes résultats négatifs ou positifs dans ces autres domaines et dans ces autres aspects.

À titre d’exemple, je peux citer la mode de l’héroïsme au temps colonial, les jeunes s’impliquaient dans cette lutte parce qu’ils avaient des exemples vivants des héros de la lutte pour l’indépendance.

C’est ainsi que l’armée indigène n’a pas eu de la difficulté pour recruter de jeunes soldats car chacun savait qu’il était valorisé de servir pour la cause de la liberté collective.

Cependant, comme aspect négatif de l’exemple de Toussaint Louverture, tous les généraux et tous les soldats pensaient qu’ils devaient tous et chacun devenir Gouverneur en Chef du pays voire également président et Roi du pays. Henri Christophe se croyait plus apte à gouverner le pays après la mort de Dessalines et Alexandre Pétion pensait pareillement aussi.

On a vu Jean-Pierre Boyer qui a dirigé l’île entière après la mort de Pétion et de Christophe, l’un des plus longs règnes d’une présidence sans partage qui en quelque sort annonçait les tyrannies des Duvalier et leur formule de présidence à vie. Soulouque de son côté se fera couronner Roi une suite logique de l’exemple de Henri Christophe avec son royaume du Nord.

Évidemment, les cas de coups d’État qui ont retardé le pays et qui ont surtout alimenté la culture de l’antinationalisme des dirigeants haïtiens sont multiples. Il y a des coups d’État parlementaires, des gouvernements collaborateurs avec les étrangers plus particulièrement les gouvernements mulâtres du pays.

Il y a également des coups d’État militaires en collaboration avec les puissances étrangères plus particulièrement les coups d’État qui sont donnés au cours de ces trois dernières décennies après la chute du régime des Duvalier.

Notons également pour cette période les particularités de ces différents coups d’État l’implication et les rôles de premiers rangs des soldats de l’armée d’abord avec le coup d’État du Général Prosper Avril, celle de Raoul Cédras et plus particulièrement celle de Guy Philippe.

Ce sont là des modèles qui ont marqué les jeunes du pays. Et lorsque l’on voit ces soldats vouloir s’accaparer du pouvoir central du pays en voulant et en revendiquant d’être les gardiens des ordres constitutionnels, on peut comprendre qu’il y a des effets de mimétismes qu’ils traduisent compte tenu des exemples et des seuls exemples qu’ils ont comme solutions aux crises et aux divers problèmes auxquels fait habituellement face le pays, des coups d’État.

Ils ont reproduit ce qu’ils connaissent et surtout ce qu’ils ont estimé avoir comme seules solutions à des problèmes plutôt assez complexes pour leur entendement. C’est le drame haïtien.

Ces soldats sont issus des masses populaires et toutes leurs vies durant, ils n’ont vu que des régimes et des présidents à vie qui n’ont jamais proposé autre chose que la violence et les crimes. Ils n’ont que des généraux mêlés dans les trafics de drogue qui s’enrichissent devant leurs yeux.

Des militaires, des policiers, des hommes et femmes politiques qui se sont enrichis par le crime et la trahison, des généraux et des présidents qui volent et pillent les fonds publics du pays. Alors, ils n’avaient que de ces exemples pour pouvoir construire leurs jugements et leurs raisons.

C’est ainsi qu’ils ont prit goût en se disant, je l’imagine, que si les généraux, les colonels et les ministres et les présidents qui ne sont en général pas plus intelligents qu’eux se sont enrichis et s’exiler sans de graves conséquences sur leurs propres sécurités, alors pourquoi pas nous les petits soldats.

Voilà en quelque sorte l’origine de ces vagues de coup d’État de l’après Duvalier.

Malheureusement pour Haïti, tous les exemples que les élites ont offert à la société ce sont de mauvais exemples qui tendent et qui visent à maintenir le pays dans la misère, dans l’ignorance et dans la crasse.

Ni la bourgeoisie commerciale, ni les classes moyennes, ni les intellectuels du pays ne sont en mesure jusqu’à présent des alternatifs aux cultures, aux habitudes, aux traditions qui définissent et qui déterminent le devenir du pays.

On a vu que les classes moyennes du pays issus de la guerre et des guerres de l’indépendance avaient perpétué à la fois l’ancien régime colonial et que ces éléments de cette classe moyenne dont les généraux n’ont jamais su investir ou entreprendre des démarches d’enrichissement par le travail et qu’un grand nombre des héros de l’indépendance ont terminé leurs vieux jours dans quasiment la misère.

De même, les cohortes de militaires qui ont succédé à ces héros de notre liberté n’ont pas pu faire mieux eux aussi et qu’ils ont tous préféré changé de classe en épousant des mulâtres et des femmes blanches, véritable signe de leurs réussites personnes. Parallèlement à ces parvenus de la classe moyenne, les bourgeois haïtiens quant eux, ont toujours préféré garder pour eux leurs intelligence de la réussite.

À tel point que sur les 10 000 personnes qui forment cette bourgeoisie mulâtre et blanche du pays, moins de 1000 haïtiens sont capables d’identifier et reconnaitre les cinq familles les plus riches.

Pourtant, les noms de ces personnes sont bien connus de tous. La principale cause de cette méconnaissance de ces gens qui semblent bien réussir voir s’enrichir allègrement dans le pays par le travail c’est que ces cinq familles modèles ne communiquent pas avec le peuple.

Elles se cachent au lieu de s’ouvrir au peuple . Elles ne partagent pas leurs succès avec les masses populaires du pays. Pourtant, on le sait bien, l’un des vecteurs et facteurs qui permet l’enrichissement c’est le mimétisme. Celui-ci est complètement absent dans le pays.

Dans les pays étrangers, on célèbre la réussite, on honore ceux qui se dépassent et on admire et adore ceux qui sont exceptionnels dans leurs domaines.

Mais la bourgeoisie haïtienne refuse catégoriquement de partager ses histoires avec le peuple parce que si le peuple connaisse leurs histoires, il va le mimer et du coup se délivrer et prospérer.

à suivre…

Hermann Cébert


l’expulsion des dominicains d’origine haïtienne est le projet de l’ex premier ministre laurent lamothe et de michel martelly avec les dominicains

29 avril 2015

Le philosophe éveillé

La pensée qui dérange

Si l’on dit que la politique haïtienne est un jeu de coquins, de mafieux, de malfaiteurs et de bandits, les dernières négociations entre le régime Martelly et les autorités dominicaines sur la question des dominicains d’origine haïtienne montrent très clairement comment les dirigeants haïtiens n’aiment pas leur pays puisque les véritables intérêts et enjeux derrière cette politique d’expatriation de ces gens sont foncièrement égoïstes puisqu’il s’agit d’un plan monté de toutes pièces par les chefs de gang du régime des bandit légal.

En effet, selon des personnes bien encrées et bien placées au sein du régime des martelly, cette décision du conseil constitutionnel dominicain visant à expuler les trois cents à quatre cents milles dominicains d’origine haïtienne a été un projet des dirigeants du régime haïtien.

Selon ce qui est rapporté et dont j’ai eu connaissance, le président martelly et l’ex premier ministre laurent lamothe sont les principaux artisans de cette décision des autorités dominicaines et ce projet vise principalement à l’élection de laurent lamothe ou à sa femme en ce sens, les dominicains expulseraient les 400 000 dominicains d’origine haitienne afin de venir voter pour les candidats favoris du régime et après les élections, toutes ces personnes retourneraient en république dominicaine car l’économie dominicaine ne peut pas se permettre de perdre ces travailleurs qui travaillent pour des salaires de misères et ce qu’ils font les dominicains à peau plus claire ne feraient jamais.

Par ailleurs, selon ceux qui rapportent cette information et qui semblent avoir pris part aux côtés des dirigeants haïtiens chargés de ces négociations avec les représentants dominicains, il y aurait des anciens duvaliéristes et des représentants de plusieurs familles extrêmement riches du pays. En ce sens, qu’il y aurait plusieurs représentants de ces groupes en arrière de cette idée de faire expulser les dominicains d’origine haïtienne vers haïti.

De plus, il y aurait tout un ensemble de personnes étrangers et haïtiens qui auraient bien ficelé ce plan macabre et cynique du régime martelly plus particulièrement le président en personne et l’ex premier ministre lamothe.

On peut donc comprendre que tout le régime martelly veut à tout prix se garder le pouvoir qu’il s’agisse d’utiliser frauduleusement les élections pour s,acaparer de tous les pouvoirs ou de pousser les opposants au régime à se tenir à l’écart des joutes électorales ou encore imposer leur régime dictatorial. Et, ils sont prêts à tout faire pour y arriver quitte à pacter avec les eutorités dominicaines en faisant venir les dominicains d’origine haïtienne ou non.

Évidemmement, cette trahison des macoutes duvaliéristes tèt kalé et jeanclaudistes blanco-mulâtres du régime martelly montre clairement que ces gens, ces apatrides n’ont rien d’amour pour ce pays et même pas un petit peu d’amour pour ce pays qui les a tout donné alors que plusieurs d’entre eux sont arrivés en Haïti alors qu’Ils n’avaient rien. Par ailleurs, il faut noter que ce n’était pas pour rien et sans intérêt que ce soit laurent lamorthe qui ait pris la tête des négociations avec les dominicains sur le dossiers de ces expulsés soi-disant haïtiens.

En effet, le but de l’ex premier ministre c’était d’avoir le contrôle de toutes les négociations puisqu’il était en arrière de ce vaste projet de faraudes électorales  avec la complicité des autorités dominicaines et contre les intérêts du pays et dont la manipulation de ces pauvres dominicains.

Et, de ce point de vue, s’il n’y avait pas de complicité entre les deux gouvernements d’extrême droite de l’Île on aurait assisté à de vraies négociations entre de partenaires qui se respecteraient. malheureusement, ce que le peuple dominicain et le peuple haïtien ont eu c’est de la manipulation des deux côtés de la frontière. Et de ce fait on aurait des négociations par étapes.

Par exemple, si le gouvernement haitien et le premier ministre d’alors était sérieux et n’était pas impliqué dans cette trahison diplomatique et du marchandage du statut des haïtianos-dominicains, on aurait les positions suivantes:

le gouvernement haïtien qui demanderait au gouvernement dominicain de ne pas lui envoyer ces citoyens et aurait été présenté ses points de vue par devant les tribunaux internationaux sur les droits des réfugiés et de définir un certain statut pour ces personnes;

Si ces démarches n’auraient pas donné de résultats alors il passerait à une autre étape consistant à négocier non seulement un statut pour ces personnes mais également une période de temps raisonnable afin d’éviter à Haïti de nouvelles crises et de nouvelles tensions sociales et politiques compte tenu de la période électorale en cours et des diveres instabilités que connaît le pays actuellement et se faisant, tout le monde se serait mis d’accord sur un échéancier donnant ainsi le temps au nouveau ou prochain gouvernement qui arrivera de monter des plans d’accueil pour ces réfugiés.

On comprend également que pour pouvoir faire accepter les propositions haïtiennes au peuple dominicain, les autorités haïtiennes auraient fait valoir aux dominicains les intérêts qu’elles ont à faciler ce transfert dans un délai raisonnable devant permettre aux autorités haïtiennes de bien planifier mais surtout d’avoir le temps de négocier des prêts pour pouvoir réintégrer ces dominicains refusés par la république dominicaine.

Or, tout ce qu’on a vu dans ce dossier, à cause bien sûr des intérêts des uns et des autres membres du régime de martelly, les autorités haïtiennes ont préféré accepté de le refoulement de ces gens parce que profitables au régime dans le contexte et à cause des prochaines élections dans le pays. Si l’administration américaine, dirigée par barak Obama, n’avait pas refusé et contesté ce projet, il n’y aurait pas de conflit plus ou moins ouvert entre l’administration américaine et les dirigeants haïtiens selon ce que font remarquer certains.

À vouloir s,acapparer de tous les pouvoirs, le régime martelly est donc prêt à utiliser la misère et les conditions misérables de ces personnes et il devient donc évident que ces kidnappeurs, ces assassinssont prêts à sacrifier plusieurs milliers de vies en vue de satisfaire leurs propres besoins. Nous sommes donc face à des criminels en cravates qui font débarquer des tonnes et des tonnes de cocaïnes et de marijuana dans le pays dont ils vont les distribuer sur le marché américain et canadien.

Chaque haïtien, quelque soit l’endroit où il vit, doit dénoncer ce régime martelly sur toutes les tribunes et malheureusement à cause de cette fièvre électorale, tous les politiciens et touts les représentanrts des organisations populaires sont détournés par le régime vers les élections alors même que les membres du régime en profitent pour continuer à piller les fonds publics et les richesses du pays.

D’ailleurs on rapporte même que martelly aurait essayé de vendre la couronne de soulouque sur le marché international par ce qu’il sait qui sera jugé un jour pour tous ces vols et crimes contre le peuple haïtien.

à suivre…

Hermann cebert


L’ÉVANGILE SELON THOMAS (NH II, 2):Traduction de Jean-Marie Sevrin

27 avril 2015

L’ÉVANGILE SELON THOMAS (NH II, 2)

Traduction de Jean-Marie Sevrin

 

(Note*)


32 10 Voici les paroles cachées que Jésus le vivant a dites et qu’a écrites le Jumeau, Jude Thomas.

Logion 1. Il a dit : Celui qui trouvera l’interprétation de ces paroles ne goûtera pas la mort.

Logion 2. (1) Jésus a dit : 15 Celui qui cherche, qu’il ne cesse de chercher jusqu’à ce qu’il trouve ; (2) quand il aura trouvé, il sera troublé ; (3) troublé, il s’étonnera et il régnera sur le Tout.

Logion 3. (1) Jésus a dit : Si 20 ceux qui vous guident vous disent : voici, le Royaume est dans le ciel, alors les oiseaux du ciel vous devanceront. (2) S’ils vous disent : il est dans la mer, alors les poissons vous précéderont ; (3) 25 mais le Royaume est au dedans de vous et il est au dehors de vous. (4) Lorsque vous vous connaîtrez, vous serez connus 33 et vous saurez que vous êtes les fils du Père qui est vivant ; (5) mais si vous ne vous connaissez pas, alors vous êtes dans la pauvreté et vous 5 êtes la pauvreté.

Logion 4. (1) Jésus a dit : L’homme vieux de jours n’hésitera pas à interroger un petit enfant de sept jours sur le lieu de la vie, et il vivra, (2) 10 car beaucoup de premiers seront derniers, et ils deviendront un seul être.

Logion 5. (1) Jésus a dit : Connais ce qui est devant ta face et ce qui t’est caché se révèlera à toi, (2) car rien n’est caché qui ne doive être manifesté.

Logion 6. (1) Les disciples l’interrogèrent ; 15 ils lui dirent : Veux-tu que nous jeûnions, comment prierons nous et ferons-nous l’aumône, qu’observerons-nous en matière de nourriture ? (2) Jésus dit : Ne mentez pas (3) et ce que vous haïssez ne le faites pas (4) car 20 tout est dévoilé à la face du ciel ; (5) car rien n’est caché qui ne sera manifesté, (6) rien n’est couvert qui demeurera sans être dévoilé.

Logion 7. (1) Jésus a dit : Heureux le lion que 25 l’homme mangera : le lion deviendra homme. (2) Maudit l’homme que le lion mangera : le lion deviendra homme.

Logion 8. (1) Et il a dit : L’homme est comparable à un pêcheur 30 avisé qui jeta son filet dans la mer. Il le remonta de la mer plein de petits poissons. (2) Parmi eux il trouva un grand et bon poisson, le pêcheur avisé. (3) Il rejeta 35 tous les petits poissons 34 à la mer et choisit le grand poisson sans peine. (4) Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

Logion 9. (1) Jésus a dit : Voici que le semeur sortit, remplit sa main, 5 jeta. (2) Il en tomba sur le chemin : vinrent les oiseaux et ils les picorèrent. (3) Il en tomba d’autres sur la pierre : ils ne poussèrent pas de racine en bas dans la terre et ne produisirent pas d’épi en haut vers le ciel (4) Il en tomba d’autres sur les épines : 10 elles étouffèrent la semence et le ver les mangea. (5) Et il en tomba d’autres sur la bonne terre, et elle donna vers le ciel un fruit bon ; il atteignit soixante par mesure et cent vingt par mesure.

Logion 10. Jésus a dit : J’ai jeté un feu sur 15 le monde, et voici, je le garde jusqu’à ce qu’il s’enflamme.

Logion 11. (1) Jésus a dit : Ce ciel passera, et celui qui est au-dessus de lui passera, (2) et les morts ne seront pas vivants et les vivants ne mourront pas. (3) Aux jours où vous mangiez 20 du mort, vous en faisiez du vivant ; quand vous serez dans la lumière, que ferez-vous ? (4) Au jour où vous étiez un, vous vous êtes faits deux ; quand vous serez deux, que 25 ferez-vous ?

Logion 12. (1) Les disciples dirent à Jésus : Nous savons que tu nous quitteras, qui sera grand sur nous ? (2) Jésus dit : d’où que vous veniez, vous irez vers Jacques le Juste pour qui 30 le ciel et la terre ont été faits.

Logion 13. (1) Jésus dit à ses disciples : Comparez-moi, et dites-moi à qui je ressemble. (2) Simon Pierre lui dit : Tu ressembles à un ange juste. (3) Matthieu lui dit : 35 Tu ressembles à un homme philosophe sage. (4) Thomas lui dit : Maître, ma bouche n’acceptera absolument pas que je dise à qui tu ressembles. (5) Jésus dit : 5 Je ne suis pas ton maître puisque tu as bu, tu t’es enivré à la source bouillonnante que moi j’ai mesurée. (6) Et il le prit, se retira, lui dit trois paroles. (7) Lorsque Thomas revint vers ses compagnons, ils lui demandèrent : 10 que t’a dit Jésus ? (8) Thomas leur dit : Si je vous dis une des paroles qu’il m’a dites, vous ramasserez des pierres et vous me les jetterez et un feu sortira des pierres et vous brûlera.

Logion 14. (1) Jésus 15 leur dit : Si vous jeûnez, vous vous attribuerez un péché ; (2) si vous priez, vous serez condamnés ; (3) si vous faite l’aumône, vous ferez du mal à vos esprits ; (4) lorsque vous entrez 20 en quelque contrée, ou faites route dans les campagnes, si l’on vous reçoit, ce que l’on mettra devant vous, mangez-le ; les malades parmi eux, guérissez-les. (5) Car ce qui entrera dans votre 25 bouche ne vous souillera pas mais c’est ce qui sortira de votre bouche qui vous souillera.

Logion 15. Jésus a dit : Quand vous verrez celui qui n’a pas été engendré de la femme, prosternez-vous sur 30 votre face et adorez-le : celui-là est votre père.

Logion 16. (1) Jésus a dit : Peut-être les hommes pensent-ils que je suis venu jeter la paix sur le monde, (2) et ils ne savent pas que je suis venu jeter des 35 divisions sur la terre, le feu, l’épée, la guerre. (3) Cinq en effet seront 36 dans une maison : trois seront contre deux et deux contre trois, le père contre le fils et le fils contre le père, (4) et ils se tiendront solitaires.

Logion 17. 5 Jésus a dit : Je vous donnerai ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce que la main n’a pas touché, et ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme.

Logion 18. (1) Les disciples dirent à Jésus : Dis-nous 10 comment adviendra notre fin. (2) Jésus dit : avez-vous découvert le commencement pour que vous cherchiez la fin ? Car là où est le commencement, là sera la fin. (3) Heureux 15 celui qui se tiendra dans le commencement : il connaîtra la fin et il ne goûtera pas la mort.

Logion 19. (1) Jésus a dit : Heureux celui qui fut avant d’être. (2) Si vous devenez pour moi des disciples 20 et que vous écoutez mes paroles, ces pierres vous serviront. (3) Vous avez en effet cinq arbres dans le paradis qui ne bougent été ni hiver et dont les feuilles ne tombent pas : (4) celui 25 qui les connaîtra ne goûtera pas la mort.

Logion 20. (1) Les disciples dirent à Jésus : Dis-nous à quoi le Royaume des cieux est comparable. (2) Il leur dit : Il est comparable à un grain de moutarde. (3) Il est le plus petit parmi 30 toutes les semences, (4) mais lorsqu’il tombe sur la terre travaillée, elle produit une grande branche et elle devient un abri pour les oiseaux du ciel.

Logion 21. (1) Mariam dit à Jésus : À qui ressemblent tes 35 disciples ? (2) Il dit : Ils ressemblent 37 à des garçons dépositaires d’un champ qui n’est pas à eux. (3) Quand viendront les maîtres du champ, ils leur diront : laissez-nous notre champ. (4) Eux, ils sont nus devant eux 5 pour le leur laisser, et ils leur donnent leur champ. (5) C’est pourquoi je vous dis : si le maître de maison sait que le voleur va venir, il veillera avant qu’il ne vienne et ne le laissera pas pénétrer par effraction dans la maison de son 10 royaume pour emporter ses meubles. (6) Vous donc, soyez vigilants à l’égard du monde, (7) ceignez vos reins avec grande force de peur que les voleurs ne trouvent le chemin pour parvenir à vous, (8) car le profit que vous espérez, 15 ils le trouveront. (9) Puisse-t-il y avoir parmi vous un homme averti : (10) quand le fruit a atteint la maturité, il est venu en hâte la faucille à la main et l’a récolté. (11) Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

Logion 22. (1) 20 Jésus vit des petits qui tétaient. (2) Il dit à ses disciples : Ces petits qui tètent sont comparables à ceux qui entrent dans le Royaume. (3) Ils lui dirent : Est-ce en étant petits que nous entrerons dans le Royaume ? (4) Jésus leur dit : 25 Si de deux vous faites un, que vous fassiez le dedans comme le dehors, le dehors comme le dedans, le dessus comme le dessous, (5) en sorte que vous fassiez de l’homme et de la femme un seul 30 être, si bien que l’homme ne soit pas homme et que la femme ne soit pas femme, (6) si vous faites des yeux au lieu d’un oil, une main au lieu d’une main, un pied au lieu d’un pied, une image au lieu d’une image, (7) 35 alors vous entrerez dans le Royaume.

Logion 23. (1) 38 Jésus a dit : Je vous choisirai un sur mille et deux sur dix mille (2) et ils se tiendront en étant un seul être.

Logion 24. (1) Ses disciples lui dirent : Enseigne-nous le lieu 5 où tu es, puisqu’il nous est nécessaire de le chercher. (2) Il leur dit : Celui qui a des oreilles, qu’il entende. (3) Il y a de la lumière à l’intérieur d’un homme de lumière et il donne de la lumière au monde entier ; s’il 10 ne donne pas de lumière, c’est l’obscurité.

Logion 25. (1) Jésus a dit : Aime ton frère comme ton âme, (2) veille sur lui comme sur la prunelle de ton oil.

Logion 26. (1) Jésus a dit : La paille qui est dans l’œil de ton frère, tu la vois, mais la poutre qui est dans ton oil, tu ne la vois pas. (2) Lorsque 15 tu auras rejeté la poutre de ton oil, alors tu y verras pour rejeter la paille de l’œil de ton frère.

Logion 27. (1) — Si vous ne jeûnez pas du monde, vous ne trouverez pas le Royaume ; (2) si vous ne faites pas le sabbat du sabbat, 20 vous ne verrez pas le Père.

Logion 28. (1) Jésus a dit : Je me suis tenu au milieu du monde et je me suis manifesté à eux dans la chair. (2) Je les ai tous trouvés ivres, je n’ai trouvé personne parmi eux qui eût soif, (3) et mon âme a été affligée 25 pour les fils des hommes parce qu’ils sont aveugles dans leur cœur et ils ne voient pas. Car vides ils sont venus au monde, vides aussi ils cherchent à sortir du monde. (4) Cependant maintenant ils sont ivres ; 30 quand ils auront évacué leur vin, alors ils se repentiront.

Logion 29. (1) Jésus a dit : Si la chair est advenue à cause de l’esprit, merveille ! (2) Si c’est l’esprit à cause du corps, merveille des merveilles ! (3) Mais moi je m’étonne 39 de ceci : comment cette grande richesse a habité en cette pauvreté.

Logion 30. (1) Jésus a dit : Où il y a trois dieux, ce sont des dieux ; (2) où il y a deux ou un, moi 5 je suis avec lui.

Logion 31. (1) Jésus a dit : Un prophète n’est pas reçu dans son village, (2) un médecin ne guérit pas ceux qui le connaissent.

Logion 32. Jésus a dit : Une ville bâtie sur une haute montagne et fortifiée ne peut tomber, 10 et ne pourra non plus être cachée.

Logion 33. (1) Jésus a dit : Ce que tu entendras dans l’oreille, proclame-le sur vos toits. (2) Personne en effet n’allume une lampe et ne la met sous un boisseau ; on ne la met pas non plus en un lieu 15 caché, (3) mais on la met sur le lampadaire afin que quiconque entre et sort voie sa lumière.

Logion 34. Jésus a dit : Un aveugle, s’il guide un aveugle, ils tombent tous deux 20 dans une fosse.

Logion 35. (1) Jésus a dit : Il n’est pas possible à quelqu’un d’entrer dans la maison de l’homme fort et de la prendre par la violence, à moins qu’il ne lui lie les mains : (2) alors il bouleversera sa maison.

Logion 36. Jésus a dit : Ne vous souciez pas 25 du matin au soir et du soir au matin de quoi vous vous vêtirez.

Logion 37. (1) Ses disciples lui dirent : Quel jour te manifesteras-tu à nous et quel jour te verrons-nous ? (2) Jésus a dit : Lorsque 30 vous vous dépouillerez de votre honte, que vous ôterez vos vêtements, les mettrez sous vos pieds comme les petits enfants et que vous les piétinerez, (3) alors [vous verrez] 40 le Fils du Vivant et vous ne craindrez pas.

Logion 38. (1) Jésus a dit : Bien des fois vous avez désiré entendre ces paroles que je vous dis et vous n’avez 5 nul autre de qui les entendre ; (2) viendront des jours où vous me chercherez et ne me trouverez pas.

Logion 39. (1) Jésus a dit : Les pharisiens et les scribes ont pris les clés de la connaissance, ils les ont cachées. (2) Et ils ne sont pas entrés, 10 et ceux qui veulent entrer ils ne les ont pas laissés (entrer). (3) Mais vous, soyez prudents comme les serpents et candides comme les colombes.

Logion 40. (1) Jésus a dit : Un pied de vigne a été planté hors du Père, (2) et comme il ne devient pas 15 vigoureux, il sera arraché jusqu’à la racine et il périra.

Logion 41. (1) Jésus a dit : Celui qui a en main, il lui sera donné, (2) et celui qui n’a pas, même le peu qu’il a lui sera enlevé.

Logion 42. Jésus a dit : Soyez des passants.

Logion 43. (1) 20 Ses disciples lui dirent : Qui es-tu, toi qui nous dis ces choses ? (2) — À ce que je vous dis vous ne connaissez pas qui je suis ? (3) Mais vous, vous êtes devenus comme les Juifs : ils aiment l’arbre, ils haïssent 25 son fruit ; et ils aiment le fruit, ils haïssent l’arbre.

Logion 44. (1) Jésus a dit : Celui qui blasphémera contre le Père, il lui sera pardonné ; (2) celui qui blasphémera contre le Fils, il lui sera pardonné ; (3) mais celui qui blasphémera contre l’Esprit Saint, 30 il ne lui sera pardonné ni sur terre ni au ciel.

Logion 45. (1) Jésus a dit : On ne récolte pas de raisin sur des épines, on ne cueille pas de figues sur des ronces, car elles ne donnent pas de fruit. (2) Un homme bon sort 41 du bien de son trésor, (3) Un homme mauvais sort des méchancetés de son trésor mauvais qui est dans son cour, et il dit des méchancetés, (4) car c’est de 5 l’abondance du cœur qu’il sort des méchancetés.

Logion 46. (1) Jésus a dit : Depuis Adam jusqu’à Jean-Baptiste, parmi ceux qui sont nés des femmes, il n’y a pas plus élevé que Jean-Baptiste, si bien que ses yeux ne seront pas détruits. (2) 10 Mais j’ai dit : Celui parmi vous qui deviendra petit connaîtra le Royaume et sera plus élevé que Jean.

Logion 47. (1) Jésus a dit : Un homme ne peut monter deux chevaux ni bander deux arcs, (2) 15 Un serviteur ne peut servir deux maîtres : ou il honorera l’un, et l’autre il l’offensera. (3) Personne ne boit du vin vieux et ne désire aussitôt boire du vin nouveau. (4) On ne verse pas du vin nouveau dans de 20 vieilles outres, de peur qu’elles ne se rompent, et on ne verse pas de vin vieux dans des outres neuves de peur qu’il ne se gâte. (5) On ne coud pas une vieille pièce à un vêtement neuf car il y aura déchirure.

Logion 48. Jésus a dit : Si deux font la paix 25 entre eux dans cette même maison, ils diront à la montagne : déplace-toi et elle se déplacera.

Logion 49. (1) Jésus a dit : Heureux les solitaires et les élus, car vous trouverez le Royaume, (2) car vous êtes issus de 30 lui, (et) c’est là que vous retournerez.

Logion 50. (1) Jésus a dit : Si l’on vous dit : d’où êtes vous ? Dites-leur : Nous sommes sortis de la lumière, là où la lumière est advenue d’elle-même, s’est [dressée] 42 et s’est manifestée dans leur image. (2) Si l’on vous dit : Est-ce vous ? Dites : Nous sommes ses fils et nous sommes les élus du Père vivant. (3) Si l’on vous demande : 5 Quel est le signe de votre Père qui est en vous ? Dites-leur : C’est un mouvement et un repos.

Logion 51. (1) Ses disciples lui dirent : Quel jour le repos des morts aura-t-il lieu, et quel jour 10 le monde nouveau va-t-il venir ? (2) Il leur dit : Ce que vous attendez est arrivé, mais vous ne le savez pas.

Logion 52. (1) Ses disciples lui dirent : Vingt-quatre prophètes ont parlé en Israël 15 et tous ont parlé de toi. (2) Il leur dit : Vous avez délaissé celui qui est vivant devant vous et vous avez parlé des morts.

Logion 53. (1) Ses disciples lui dirent : La circoncision est-elle utile ou non ? (2) Il leur dit : 20 Si elle était utile, leur père les engendrerait circoncis de leur mère ; mais la vraie circoncision dans l’esprit a été d’une utilité totale.

Logion 54. Jésus a dit : Heureux les pauvres car le Royaume des cieux est à vous.

Logion 55. (1) 25 Jésus a dit : Celui qui ne haïra pas son père et sa mère ne pourra devenir pour moi un disciple (2) et celui qui ne haïra pas ses frères et ses sours et ne portera pas sa croix comme moi ne deviendra pas digne de moi.

Logion 56. (1) 30 Jésus a dit : Celui qui a connu le monde a trouvé un cadavre (2) et celui qui a trouvé un cadavre, le monde n’est pas digne de lui.

Logion 57. (1) Jésus a dit : Le Royaume du Père est comparable à un homme qui avait de la [bonne] semence. (2) 35 Son ennemi vint de nuit 43 et sema de l’ivraie sur la bonne semence. (3) L’homme ne les laissa pas arracher l’ivraie ; il leur dit : de crainte que vous ne veniez pour arracher l’ivraie 5 et que vous n’arrachiez le blé avec elle. (4) Car au jour de la moisson les ivraies seront manifestées, elles seront arrachées et brûlées.

Logion 58. Jésus a dit : Heureux l’homme qui a peiné, il a trouvé la vie.

Logion 59. Jésus a dit : Guettez le 10 vivant pendant que vous êtes vivants de peur que vous ne mourriez et ne cherchiez à le voir, et vous ne pourrez pas le voir.

Logion 60. (1) En route pour la Judée, un samaritain portant un agneau. (2) Il dit à ses disciples : Celui-ci s’occupe de 15 l’agneau. (3) Ils lui dirent : Pour le tuer et le manger. (4) Il leur dit : Tant qu’il est vivant, il ne le mangera pas, mais s’il le tue et qu’il devienne un cadavre. (5) Ils dirent : Il ne pourra pas faire autrement. (6) Il leur dit : 20 Vous aussi, cherchez-vous un lieu de repos afin de ne pas devenir cadavres et être mangés.

Logion 61. (1) Jésus a dit : Deux se reposeront sur un lit ; l’un mourra, l’autre 25 vivra. (2) Salomé dit : Qui es-tu, homme ? Tu es monté sur mon lit et tu as mangé à ma table. (3) Jésus lui dit : C’est moi qui suis issu de celui qui est égal ; il m’a été donné des 30 choses de mon Père. (4) — Je suis ta disciple. (5) — C’est pourquoi je (te) dis : quand il sera égal, il sera plein de lumière, mais quand il sera divisé, il sera plein d’obscurité.

Logion 62. (1) Jésus a dit : 35 Je dis mes mystères à ceux qui sont [dignes de] 44 [mes mystères]. (2) Ce que ta droite fera, que ta gauche ne sache pas ce qu’elle fait.

Logion 63. (1) Jésus a dit : Il y avait un homme riche qui avait beaucoup de capitaux. (2) Il dit : Je vais investir 5 mes capitaux pour semer, moissonner, planter, remplir mes greniers de fruits si bien que je ne manquerai de rien. (3) Voilà ce qu’il pensait en son cour, et cette nuit-là il mourut. (4) Celui qui a des oreilles, 10 qu’il entende.

Logion 64. (1) Jésus a dit : Un homme avait des hôtes. Lorsqu’il eut préparé le dîner, il envoya son serviteur inviter les hôtes (2) Il alla chez le premier, lui dit : Mon maître t’invite. (3) 15 Il dit : Des marchands me doivent de l’argent, ils viennent chez moi ce soir, j’irai leur donner mes ordres. Je m’excuse pour le dîner. (4) Il alla chez un autre, lui dit : Mon maître t’a invité. (5) 20 Il lui dit : J’ai acheté une maison, et on me demande un jour. Je ne serai pas disponible. (6) Il alla chez un autre, lui dit : Mon maître t’invite. (7) Il lui dit : Mon ami va se marier, et c’est moi qui vais faire un dîner. 25 Je ne pourrai venir, je m’excuse pour le dîner. (8) Il alla chez un autre, lui dit : Mon maître t’invite. (9) Il lui dit : J’ai acheté un domaine, j’y vais percevoir le fermage. Je ne pourrai venir, je m’excuse. (10) Le serviteur alla et dit 30 à son maître : Ceux que tu as invités au dîner se sont excusés. (11) Le maître dit à son serviteur : Va au-dehors sur les chemins ; ceux que tu trouveras, amène-les pour qu’ils dînent. (12) Les acheteurs et les marchands 35 [n’entreront] pas dans les lieux de mon Père.

Logion 65. (1) 45 Il a dit : Un homme, un [usurier], avait une vigne, qu’il donna à des vignerons pour qu’ils la travaillent et qu’il en perçoive le fruit de leurs mains. (2) Il envoya son serviteur pour 5 que les vignerons lui donnent le fruit de la vigne. (3) Ils saisirent son serviteur et le frappèrent, peu s’en fallut qu’ils ne le tuent. Le serviteur s’en alla et (le) dit à son maître. (4) Son maître dit : Peut-être ne les a-t-il pas connus. (5) 10 Il envoya un autre serviteur ; les vignerons frappèrent l’autre aussi. (6) Alors le maître envoya son fils. Il dit : Peut-être respecteront-ils mon fils ? (7) Ces vignerons, lorsqu’ils connurent que c’est lui l’héritier 15 de la vigne, s’emparèrent de lui et le tuèrent. (8) Celui qui a des oreilles, qu’il entende !

Logion 66. Jésus a dit : Montrez-moi la pierre qu’on rejetée les bâtisseurs, c’est elle la pierre d’angle.

Logion 67. Jésus a dit : Celui qui connaît tout 20 en manquant d’une chose, il a manqué le tout.

Logion 68. (1) Jésus a dit : Heureux êtes vous quand vous serez haïs et persécutés : (2) ils ne trouveront pas de place là où vous avez été persécutés.

Logion 69. (1) 25 Jésus a dit : Heureux ceux qui ont été persécutés dans leur cour : ce sont ceux-là qui ont connu le Père en vérité. (2) Heureux ceux qui ont faim, car l’on rassasiera le ventre de qui le veut.

Logion 70. (1) Jésus a dit : Si 30 vous acquérez ceci en vous, ce que vous avez vous sauvera ; (2) si vous n’avez pas ceci en vous, ce que vous n’avez pas en vous vous tuera.

Logion 71. Jésus a dit : Je [renverserai cette] maison 35 et personne ne pourra la reconstruire . [ . . . . . . . . ].

Logion 72. (1) 46 [Un homme] lui [dit] : Dis à mes frères de partager avec moi les biens de mon père. (2) Il lui dit : Homme, qui a fait de moi un partageur ? (3) Il se tourna vers 5 ses disciples et leur dit : Serais-je donc un partageur ?

Logion 73. Jésus a dit : La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître d’envoyer des ouvriers à la moisson.

Logion 74. Il a dit : Seigneur, 10 il y en a beaucoup autour du puits mais il n’y a personne dans le puits.

Logion 75. Jésus a dit : Beaucoup se tiennent à la porte, mais ce sont les solitaires qui entreront dans la chambre nuptiale.

Logion 76. (1) Jésus a dit : Le Royaume du Père est comparable à un homme, 15 un marchand, qui avait un ballot et qui trouva une perle. (2) Ce marchand était sage. Il vendit le ballot, il s’acheta la perle unique. (3) Vous aussi, cherchez 20 le trésor qui ne cesse de demeurer, là où la mite n’approche pas pour manger et où le ver ne corrompt pas.

Logion 77. (1) Jésus a dit : Je suis la lumière qui est sur tous, je suis le tout ; 25 tout est sorti de moi, tout est arrivé jusqu’à moi. (2) Fendez du bois, je suis là ; levez la pierre, et vous me trouverez là.

Logion 78. (1) Jésus a dit : Pourquoi êtes-vous sortis dans la campagne ? Pour voir un roseau 30 agité par le vent ? (2) Pour voir un [homme] portant des vêtements raffinés [comme vos] rois et vos grands personnages ? (3) 47 Ce sont eux qui [portent des vêtements] raffinés et ils ne pourront connaître la vérité.

Logion 79. (1) Une femme dans la foule lui dit : Heureux le ventre 5 qui t’a porté et les seins qui t’ont nourri. (2) Il lui dit : Heureux ceux qui ont entendu la parole du Père et l’ont gardée en vérité. (3) Des jours viendront en effet 10 où vous direz : heureux le ventre qui n’a pas enfanté et les seins qui n’ont pas allaité.

Logion 80. (1) Jésus a dit : Celui qui a connu le monde a trouvé le corps, (2) et celui qui a trouvé le corps, le monde n’est pas digne de lui.

Logion 81. (1) 15 Jésus a dit : Celui qui est devenu riche, qu’il soit roi (2) et celui qui a la puissance, qu’il renonce.

Logion 82. (1) Jésus a dit : Celui qui est près de moi est près du feu (2) et celui qui est loin de moi est loin du Royaume.

Logion 83. (1) Jésus a dit : 20 Les images sont apparentes pour l’homme et la lumière qui est en elles est cachée. (2) Dans l’image de la lumière du Père, il se révèlera et son image est cachée par sa lumière.

Logion 84. (1) Jésus a dit : Les jours 25 où vous voyez votre ressemblance, vous vous réjouissez, (2) mais lorsque vous verrez vos images qui furent avant vous, qui ne meurent ni n’apparaissent combien vous aurez à supporter !

Logion 85. (1) Jésus a dit : 30 Adam est issu d’une grande puissance et d’une grande richesse et il n’a pas été digne de vous (2) car s’il avait été digne [il n’aurait] pas [goûté] la mort.

Logion 86. (1) Jésus a dit : [Les renards] 48 [ont leurs tanières] et les oiseaux leurs nids, (2) mais le Fils de l’Homme n’a pas d’endroit où poser la tête et se reposer.

Logion 87. (1) Jésus a dit : Misérable 5 est le corps qui dépend d’un corps (2) et misérable est l’âme qui dépend de ces deux là.

Logion 88. (1) Jésus a dit : Les anges viendront à vous avec les prophètes et ils vous donneront ce que vous avez (2) et 10 vous aussi, ce qui est en vos mains, donnez-le leur et dites-vous : quel jour viendront-ils prendre ce qui est à eux ?

Logion 89. (1) Jésus a dit : Pourquoi lavez-vous l’extérieur de la coupe ? (2) Ne comprenez-vous pas que 15 celui qui a fait l’intérieur est aussi celui qui a fait l’extérieur ?

Logion 90. (1) Jésus a dit : Venez à moi, car bon est mon joug et ma domination est douce (2) et vous trouverez du repos pour vous.

Logion 91. (1) 20 Ils lui dirent : Dis-nous qui tu es afin que nous croyions en toi. (2) Il leur dit : Vous scrutez la face du ciel et de la terre et celui qui est devant vous, vous ne l’avez pas connu, et cet instant-ci, 25 vous ne savez pas le scruter.

Logion 92. (1) Jésus a dit : Cherchez et vous trouverez ; (2) mais ce que vous m’avez demandé ces jours-là et que je ne vous ai pas dit alors, maintenant je veux bien vous le dire et vous ne le cherchez pas.

Logion 93. (1) — 30 Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens de peur qu’ils ne le jettent au fumier ; (2) ne jetez pas les perles aux pourceaux de peur qu’ils ne le . . . [ . . . ].

Logion 94. Jésus a dit : Qui cherche trouvera, à [qui frappe], on ouvrira.

Logion 95. (1) 35 [Jésus a dit] : Si vous avez de l’argent, 49 ne prêtez pas à intérêt (2) mais donnez-[le] à celui de qui vous ne le recevrez pas.

Logion 96. (1) Jésus a dit : Le Royaume du Père est comparable à une femme : (2) elle a pris un peu de levain, l’a caché dans 5 la pâte, en a fait de grands pains. (3) Celui qui a des oreilles, qu’il entende.

Logion 97. (1) Jésus a dit : Le Royaume du Père est comparable à une femme : (2) alors que portant une [cruche] remplie de farine elle faisait une longue route, 10 l’anse de la cruche se brisa et la farine s’écoula derrière elle sur la route. (3) Elle ne le savait pas, elle n’a pas su peiner. (4) Lorsqu’elle parvint à sa maison, elle déposa la cruche et la trouva 15 vide.

Logion 98. (1) Jésus a dit : Le Royaume du Père est comparable à un homme qui voulait tuer un personnage important, (2) il tira l’épée dans sa maison, il l’enfonça dans le mur pour savoir si sa main serait ferme ; (3) 20 alors il assassina le personnage important.

Logion 99. (1) Les disciples lui dirent : Tes frères et ta mère se tiennent dehors. (2) Il leur dit : Ceux qui sont ici, qui font la volonté de mon Père, voilà 25 mes frères et ma mère : (3) ce sont eux qui entreront dans le Royaume de mon Père.

Logion 100. (1) Ils montrèrent à Jésus une pièce d’or et lui dirent : Les gens de César nous réclament les impôts. (2) Il leur dit : Donnez à César 30 ce qui est à César, (3) donnez à Dieu ce qui est à Dieu, (4) et ce qui est à moi, donnez-le moi.

Logion 101. (1) ——— Celui qui ne haïra pas son père et sa mère comme moi ne pourra être mon d[isciple], (2) et celui qui [n]’ aimera [pas] son [père et] sa 35 mère comme moi ne pourra être mon d[isciple]. (3) Car c’est ma mère qui a [ . . . . . . . . . ] 50 [ . . ] . . mais [ma mère] véritable m’a donné la vie.

Logion 102. Jésus a dit : Malheur à eux, les pharisiens, parce qu’ils ressemblent à un chien couché sur la mangeoire des bœufs : il ne mange pas 5 ni ne laisse manger les bœufs.

Logion 103. Jésus a dit : Heureux l’homme qui sait en quelle partie (de la nuit) les voleurs entreront, en sorte qu’[il] se lève, rassemble son [royaume] et se ceigne les 10 reins avant qu’ils n’entrent.

Logion 104. (1) Ils lui dirent : Viens, prions aujourd’hui et jeûnons. (2) Jésus dit : Quel est donc le péché que j’ai commis, ou en quoi ai-je été vaincu ? (3) Mais quand l’époux sera sorti 15 de la chambre nuptiale, alors qu’ils jeûnent et qu’ils prient.

Logion 105. Jésus a dit : Celui qui connaîtra père et mère, on l’appellera fils de prostituée.

Logion 106. (1) Jésus a dit : Si de deux vous faites un, vous deviendrez 20 Fils de l’Homme, (2) et si vous dites : montagne, déplace-toi, elle se déplacera.

Logion 107. (1) Jésus a dit : Le Royaume est comparable à un homme, un berger, qui avait cent brebis. (2) L’une d’elle s’égara — c’était la grande. 25 Il laissa les quatre-vingt-dix-neuf et chercha l’unique, jusqu’à ce qu’il la trouve. Après qu’il eût peiné, il dit à la brebis : je t’aime plus que les quatre-vingt-dix-neuf.

Logion 108. (1) Jésus a dit : Celui qui boira à ma bouche deviendra comme moi ; (2) moi aussi je deviendrai 30 lui (3) et les choses cachées se dévoileront à lui.

Logion 109. (1) Jésus a dit : Le Royaume est comparable à un homme qui avait dans son champ un trésor caché, sans qu’il le sût ; (2) [après] sa mort, il le laissa à son [fils]. 35 [Le] fils ne savait pas ; il prit 51 ce champ et le vendit. (3) Celui qui l’avait acheté vint, en labourant il [trouva] le trésor et commença à prêter de l’argent à intérêt à qui il voulait.

Logion 110. Jésus a dit : Celui qui a trouvé le monde 5 et est devenu riche, puisse-t-il renoncer au monde.

Logion 111. (1) Jésus a dit : Les cieux s’enrouleront, ainsi que la terre, devant vous (2) et le vivant issu du vivant ne verra pas la mort. (3) Jésus ne dit-il pas : celui qui se trouvera soi-même, le monde 10 n’est pas digne de lui.

Logion 112. Jésus a dit : Malheur à la chair qui dépend de l’âme, malheur à l’âme qui dépend de la chair.

Logion 113. (1) Ses disciples lui dirent : Le Royaume, quel jour viendra-t-il ? (2) — Il ne viendra pas d’une manière 15 attendue ; (3) on ne dira pas : le voilà par ici, ou le voilà par là ; (4) mais le Royaume du Père s’étend sur le terre et les hommes ne le voient pas.

Logion 114. (1) Simon Pierre leur dit : Que Mariam sorte de parmi nous, 20 car les femmes ne sont pas dignes de la vie. (2) Jésus dit : Voici, moi je vais la guider afin de la faire mâle, en sorte qu’elle devienne elle aussi un esprit vivant semblable à vous les mâles, (3) car toute femme qui se fera 25 mâle entrera dans le Royaume des cieux.

L’Évangile selon Thomas

 

(Note*)

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/evangile_thomas.asp



Comment comprendre les élections en Haïti: les défis de l’organisation des élections de 2015 en Haïti

25 avril 2015

Le philosophe éveillé

La pensée qui dérrange

Alors que toutes les rumeurs circulaient concernant la probable candidature de la femme du président de Haïti, Joseph Michel Martelly, à la présidence suite à un message que la première dame de la république de Haïti avait posté sur sa page de facebook, les nouvelles se confirment  de préférence en ce qui a trait à la candidature de Sophia saint Rémy Martelly comme candidate au Sénat pour le département de l’Ouest de Haïti.

Ce tour de force de la famille martelly s’inscrit dans une logique d’éviter de se faire juger pour les diverses corruptions et malversations auxquelles la famille est impliquée. Entre temps plusieurs rumeurs circulent concernant les sommes astronomiques encaissées par le couple présidentiel soit plus de $100 000 000.00  cent millions de dollars américains et les diverses rencontres qu’auraient eu l’ancien premier ministre Laurent lamothe avec les membres du conseil électoral en vue de gagner les prochaines élections présidentielles.

Bien que je sois porté à être pessimiste par rapport à l’organisation des élections en Haïti pour cette année de 2015, je vais essayer, tout en faisant fi de ce pessimisme,  de comprendre les divers défis auxquels le pays devra faire face compte tenu du nombre de candidats inscrits; d’absence de programmes et de projet sociétal pour l’ensemble des secteurs politique, économique et social du pays; de la volonté du régime en place à s’engager véritablement pour faciliter la réussite et le succès de ces élections en termes de crédibilité, d’honnêteté et de participation démocratique et citoyenne; du financement électoral des partis politiques et des structures organisationnelles de ces élections.

Bien entendu, personne ne peut s’empêcher de douter des vraies intentions du pouvoir en place quant à sa volonté de diriger ces élections vers ses candidats favoris plus particulièrement lorqu’on entend le président Joseph Michel Martelly répète sans cesse au peuple et à chacune de ses occasions d’intervention publique au peuple, qu’il dira bientôt au peuple pour qui voter comme s’il pouvait savoir à l’avance quel candidat qui répondra aux intérêts véritables du peuple et du pays dans son ensemble surtout, lorsque l’on sait très bien combien de fois le président a violé la constitution du pays durant son mandat, tout ce qu’il a fait pour détruire les institutions du pays en les subordonnant à sa volonté et aux intérêts de sa classe sociale dont l’assujétissement du corps judiciaire et du corps législatif.

De même, rien ne nous empêche non plus de douter de la volonté du régime en place de passer le pouvoir à une nouvelle équipe au cas où les candidats du régimes ne gagnent pas les élections d’autant que le président semble vouloir mettre tout son poids pour faire gagner ses amis et sa famille surtout avec Sophia Martelly, la femme du président de Haïti, qui est candidate au sénat pour le département de l’Ouest de Haïti et, l’ex premier ministre Laurent salvador Lamothe est candidat à la présidence, l’ancien ministre des affaires étrangères, Duly Brutus, est candidat à la présidence ainsi que plusieurs anciens conseillers du président et du régime sont candidats à des postes à pouvoirs.

Par ailleurs, plusieurs voient en la candidature de Sophia Martelly une forme déguisée par laquelle le président et son équipe essaye de tester le terrain afin de trouver la crédibilité de sa femme et de l’éligibilité de celle-ci et par cela, il présentera finalement sa femme comme candidate à la présidence puisqu’elle aura été préalablement acceptée comme candidat au Sénat de Haïti.

D’autres analystes croient également que toute cette farce électorale actuelle avec plusieurs candidatures poussées et encouragées par les ambassades et les organisations internationales visent à créer du temps pour le pouvoir en place en attendant la mise en place d’un plan macabre du régime visant à la mise en place de la dictature de la bourgeoisie étant donné la volonté de cette classe économique et financière de ne rien céder au peuple et rien faire pour investir dans le développement et le progrès du pays.

Évidemment, de tout côté et de tout bord, il y a des intérêts qui refusent de comprendre la nécessité d’une transformation en profondeur de tout le système politique, de tout le système économique et de tout le système social et culturel de Haïti et comme l’a si bien constaté le gouverneur de la banque centrale, Charles Castel qui a finalement compris qu’il devait se positionner politiquement, Il y a un Apartheid Économique et Financier en Haïti, si la bourgeoisie n’accepte pas de partager ses richesses avec le peuple et les masses populaires, les masses iront avec les armes à la main, j’espère que non, dans leurs ghettos de Pétion-Ville leur arracher leurs parts de richesses.

Dans tous les pays du monde, les bourgeoisies acceptent de partager leurs richesses en laissant émerger des classes moyennes fortes et larges et en même temps, elles améliorent les conditions de vie des plus démunis et rendent moins douloureuses leurs exploitations avec des améliorations sociales telles que assistances sociales, meilleurs conditions de travail, des systèmes de santé universels, des meilleurs salaires, des logements sociaux, des écoles et des universités bien équipées et bien encadrées, des systèmes de transports adaptés et abordables, des programmes et des projets de loisir et de divertissement; sur le plan économique et financier ces bourgeoisies apportent des améliorations telles que des systèmes et des stratégies financières universelles, des encouragements à l’épargne pour tous, des programmes d’appropriation de titre de propriétés, des accès au crédit et au financement etc…, malheureusement cette bourgeoisie haïtienne est une bourgeoisie qui se cache derrière des barricades, des clôtures, des palissades, des murs, des barrières où tout se discute entre les membres et toujours contre les masses populaires.

On peut donc comprendre qu’elle prépare son déguerpissement et sa propre destruction. Je me souviens d’un responsable d’une nouvelle entreprise téléphonique au pays qui est très prospère, mais avec encore des méthodes commerciales très délinquantes et anticapitalistes et anti capitalistiques, qui disait pour montrer comment la bourgeoisie haïtienne c’est une bourgeoisie de mafieux et de kidnappeurs, eux, ils sont riches en gourdes mais nous, on est des riches en dollars.

Cette affirmation de cet homme d’affaires nouvellement implanté au pays montre les capacités de nuisance de cette bourgeoisie auxquelles il a dû faire face et également auxquelles il entend faire face.

Il nous faut d’autres hommes aussi courageux pour changer cette mentalité rétrograde et misérabiliste de la bourgeoisie haïtienne et pour y arriver, il nous faut davantage exiger des changements dans le système financier haïtien qui soit tourné vers les plus démunis, vers les étudiants entrepreneurs, vers des projets de production et des produits exportables et de consommation locale.

Lorsque l’on regarde par exemple les hauts taux d’échecs scolaires en Haïti plus particulièrement à Port-au-Prince où ces taux sont extrêmement plus négatifs, on peut se demander si cette bourgeoisie avait investi dans les écoles du pays, Est-ce qu’on aurait autant d’échecs.

Évidemment, tout le monde sait que l’un des problèmes des échecs scolaires en Haïti en est que la réussite scolaire est contingentée par le manque d’élèves et cela les directeurs d’écoles le savent très bien, les syndicats de professeurs le savent très bien et même le ministère de l’éducation nationale le sait très bien et si touts ces groupes d’intérêts devaient livrer une éducation de qualité, à cette heure que je vous parle, ils auraient tous fermés boutique déjà parce qu’il n’y aurait plus d’étudiants pour remplir leurs écoles.

Les écoles congréganistes et privées dont leurs élèves réussissent ont les mêmes professeurs que les autres écoles loteries et les lycées du pays alors comment se fait-il que ce sont les enfants du peuple qui n’arrivent pas à réussir les examens officiels tout en se rappelant bien sûr que ce sont les mêmes professeurs et les mêmes directeurs et inspecteurs qui choisissent les examens officiels. Il y a un système dominant qui ne veut pas que les enfants du peuple réussisse et par conséquent, il fait tout en son pouvoir pour maintenir ces éléments à leurs places, dans la misère, dans la crasse et dans l’ignorance.

En revanche, si cette bourgeoisie avait mis en place un système financier universel, un accès aux crédit et au financement, l’État, un vrai État et un vrai gouvernement aurait pu demander aux diverses écoles de se fédérer en consortium scolaires d’une part pour pouvoir construire de vraies écoles avec des infrastructures et des structures modernes telles que des salles bien aérées, avec des sièges confortables, des tableaux ergonomiques, des ordinateurs et des laboratoires informatiques, des bibliothèques modernes, publiques et accessibles à tous à la fois dans les écoles et dans les quartiers.

Mais, il n’y a aucun plan et les banquiers n’offrent pas de nouveaux produits financiers et ne mettent pas assez d’argents sur le marché financier local d’ailleurs, ils sont encore incapables de créer un marché financier local alors que tout pays qui veut financer son économie locale sait qu’il leur faut une place financière locale en vue d’attirer les investissements étrangers.

Cette bourgeoisie dite haïtienne, puisqu’elle n’en a jamais été une nationale, s’est toujours déresponsabiliser en jetant sur le dos de l’État la responsabilité de tout faire à sa place alors que les institutions financières internationales, les pays bailleurs de fonds internationaux, les partenaires d’Haïti, les puissances coloniales et impérialistes prônent le désengagement de cet État dans les affaires économiques et marchandes.

Ce sont là quelques défis auxquels les élections de 2015 vont devoir répondre et avec le nombre de candidats inscrits, je veux croire qu’il s,agit d’un pas de géant que le pays est en train de faire si et seulement si tous ces candidats et toutes ces organisations politiques restent et demeurent mobilisés pour faire avancer les choses dans le pays, et il faut au pays cette mobilisation permanente sinon cette bourgeoisie risque de concerver le pouvoir à vie comme elle le souhaite actuellement.

Cependant, si les forces populaires organisées décident de maintenir la pression à la fois sur la bourgeoisie, sur les réactionnaires de la soit disant classe moyenne et les directeurs des médias de masse, il est évident qu’il y aura un changement en profondeur dans le pays.

Tous les pays du monde qui se tournent vers le progrès, mettent en place de nouvelles architectures pour attirer les touristes en quête de dépaysement et de naturel par contre, cette bourgeoisie et les petits bourgeois et réactionnaires qui dirigent Haïti, n’investissent en rien pour promouvoir le tourisme voir le tourisme responsable et écologique et puis, ils disent qu’ils veulent faire du développement touristique.

À Port-au-Prince toutes les constructions sont des constructions basses et en construisant des tours à bureaux on aurait pu mettre en place des locaux disponibles pour tout investisseurs désireux de venir investir dans le pays, mais il n’y a rien qui attend cet investisseur volontaire et ce n’est pas à l’État de les construire même s’il peut le faire dans l’intention de les revendre plus tard.

Il devait s’agir des banquiers et des hommes et femmes d’affaires à voir ce créneau d’investissement. Tout le monde se plaint de l’insécurité, mais ils oublient comme disait le conzé, tant qu’il n’y aura pas de paix en bas il n’y aura pas de paix en haut.

Bref, seul le développement peut faire reculer l’insécurité et ce développement passe par des projets, de nouvelles choses et de belles choses avec la participation du peuple et de sa responsabilisation en ce qui concerne le respect du bien d’autrui et du bien privé.

Mais là encore il faut bien que ces biens privés et autrui ne soient de la provocation tels des plages, des hôtels, des salles de spectacles de théâtre, des parcs, des piscines, des galeries d’arts seulement au service des plus nantis et où le peuple n’a aucun accès.

à suivre…

Hermann Cebert


L’Évangile des derniers Versets: le comportement des messagers et des guides

23 avril 2015

Voici que vous êtes les témoins privilégiés de la véritable parole, la seule parole qui a le pouvoir de changer les choses et les êtres, alors qu’elle vous guide dans vos propres directives afin que vous puissiez la partager aux peuples que vous êtes appélés à conduire au succès et à la plénitude, voici les règles à suivre pour ne pas pervertir les genres et surtout le nouveau genre dans lequel vous vous lancez, la parole vous a été révélée et elle élèvera vos peuples.

Un jour le maître demande à l’élève de lui enmener de l’eau directement de la source afin de boire à sa soif et se se laver, le jeune élève est allé directement voir le maître, alors le maître lui dit je t’avais demandé de l’eau et pourquoi tu n’es pas allé me la chercher, et l’élève répond, je pensais que que tu m’avais appelé moi puisque je suis déjà allé à la source et d’habitude tu vas prendre ton eau tout seul et tu te laves aussi à la source, l’élève était confus parcequ’il était habitué à voir le maître aller boire son Eau toujours directement à la source et se laver aussi.

Son esprit et sa tête ne pouvait pas concevoir cette demande de son maître pas plus qu’il n’était en mesure de comprendre cette nouvelle réalité, il avait pris tout comme acquis et cette habitude de voir le maître faire et agir était sa réalité, sa seule réalité voilà pourquoi, à la demande de son maître il est allé directement voir le maître au lieu d’exécuter les ordres de son maître.

Voici ce qui risque de vous arriver, vous les messagers et guides qui devront un jour transmettre la véritable parole au peuple, à votre peuple et à tous les peuples. Parce que vous êtes des témoins privilégiés de cette véritable parole, vous devez éviter de confondre votre réalité à celle de la réalité de la parole, les réalités de l’éclosion de la parole sont différentes de votre réalité et de toutes les réalités où vous allez transmettre la parole, que vous ne restiez pas à l’intérieur de votre réalité ni celle dans laquelle la parole a été révélée afin que vos mots ne pervertissent pas les messages reçus, vous devez sortir de vos propres certitudes, là où vos humaines passions ressemblent à la raison, en ayant le coeur et l’esprit ouvert afin que vous n’y ajoutiez pas vos paroles à celles qui ont été dites avec les mots, le langage et la simplicité qu’elles avaient été dites.

Que celui qui porte le seau d’eau au maître ou au peuple ne se confonde pas avec l’Eau qu’il apporte ni avec la Source d’où vient et arrive cette Eau. C’est par le discours et les mots du discours que l’on reconnaître le vrai du faux prophète, le vrai et faux messager, le vai du faux guide.

Si un paysan vous parle, il vous parlera directement, simplement avec les mots et le langage qu’il utilise quotidiennement pareil comme s’il parlait à ses proches et à ses amis;

un étudiant vous parlera avec les mots et le langage de ceux qui l’enseigne jusqu’à ce qu’il découvre par lui-même ses propres mots simples et clairs mais tant qu’il apprend et s’instruit avec les maîtres il ne fera que se chercher à travers ce qu’on lui enseigne;

Si un maître vous parle, il parlera avec les mots et un langage qui vous permettra de comprendre et d’apprendre ce qu’il veut vous apprendre et à chaque fois qu’il dit quelque chose, il l’expliquera de différentes manières et de plus en plaus avec des mots simples et compréhensibles afin que le message qu’il veut vous communiquer puisse être compris et bien absorbé mais si le maître  s’adresse à d’autres maîtres, il ne citera pas de maître car il est ce qu’il dit et ce qu’il dit il doit le montrer, le démontrer et le prouver afin que les autres puissent en discuter de sa validité et de sa vérité qui définit sa logique et;

aucun élève ne se hissera à comprendre à moins que son âme avait été avant qu’il naisse et vienne au monde, ce sont des élèves doués d’une haute intelligence et dont les connaissances ont été déjà élaborées avant que le monde existent voici ce qui sera dans les jours à venir de tous les enfants du peuple d’Haïti mais aucun Élève ne poura dire s’il ne connait pas la loi de la connaissance et du savoir toutefois lorsqu’il saura, il ne sera plus élève, il sera maître.

Vous messagers et guides de la parole de vérité, sachez que vous arrivez de partout de toute la terre et des cieux nouveaux, vous êtes de diverses familles et de diverses connaissances et de savoirs, alors avec vos spécialités et vos raisonnements divers, vous êtes appelés à rendre témoignage de la parole qui émane du Maître, le seul Maître et tout puissant sachez que vous portez la Véritable parole, la parole qui réveille les peuple, la parole qui unit et unifie les peuples, la parole de l’éspoir celle qui touche l’homme dans son esprit et dans son imagination, celle qui fait rêver les peuples celle qui donne le courage, la volonté et la détermination celle qui donne la force et le pouvoir aux peuples, alors qu’elle ne soit pas mise au service des chefs et des pouvoirs corrompus, qu’elle ne serve pas les intérêts des puissants ou qu’elle ne serve pas à exploiter les plus faibles les plus petits car par votre rôle et vos privilèges qu’elle vous apportera personnellement elle peut être mal utilisée si vous vous accrochez à vos certitudes.

Soyez donc avertis car vous avez entre vos mains et dans votre esprit ce qui peut détruire ou ce qui peut bâtir et construire, soyez respectueux sinon vous serez rabaissés et humiliés car la puissance de la parole vous dépasse vous et vos intérêts et vos valeurs.

La parole que vous portez et dont vous devez rendre témoignage n’est pas votre propre parole mais elle émane du Maître et du Seul Maître, elle ne vous appartient pas car elle vous a été confiée afin que vous la mettiez à la disposition du peuple et de tous les peuples. Vous ne devez rien y ajoutez seulement la prononcer et la rendre disponible à tous ceux qui la cherchent afin d’être guidés et réveillés de leur sommeil.

Vous messagers et guides qui êtes appelés à rendre témoignage de la toute et seule parole en recevant la parole qui a été révélée vous devenez les témoins de la parole et gardien de cette parole alors vous devez la protéger afin d’éviter sa perversion et sa disparition si vous vous conformez alors votre vie sera bénie et vos descendants aussi car seule cette parole peut vous ouvrir les portes du paradis et de vois la face de Dieu, vous êtes bénis.

Et, voici ce que sont les peuples, les peuples de la terre et de tous les confins de l’univers sont le reflet de leurs imaginations voilà pourquoi toute la parole a été révélée pour pénétrer les imaginaires collectifs des peuples et puisque cette parole dans son genre et dans son message qu’elle véhicule doit dégager l’unité du verbe qui est parole alors elle a été faite pour absorber les peuples qu’il y ait chez les porteurs et les messagers et les guides la cohésion et l’unité afin qu’ils soit dans l’entendement du peuple comme unificatrice et c,est ainsi que le Maître est l,unité de mesure de totue sa parole parmi ses peuples. Ainsi, il n’y aura aucune division aucune contradiction entre la parole qui a été déjà donnée et déjà révélée et la parole qui est révélée et donnée tout comme elle sera en harmonie avec toutes les autres paroles qui est la seule et la même parole parce que venant de la même source qui est le Grand Maître.  Voici la règle de l’Unicité et de l’Unité divine. Dieu est Un il est Un seul et Seulement Un, Dieu.

Hermann Cebert

Courtoisie de :

O. M. G. G.S.I. F.H

L’Ordre Mystique des Génies et Gardiens Solaires des Indigènes Fondateurs d’Hayti


l’évangile de Judas

21 avril 2015

30d545835acc2799b394dcf2ac021133.jpg

Vous avez entendu parler de l’édition de ,
vous vous demandez ce qu’il contient,
voici une traduction sans prétention scientifique de la version anglaise
rendue publique par la National Geographic Society.

 

(les chiffres gras indiquent le numéro des feuillets du codex de papyrus original ; les crochets […] signalent les manques)

(Introduction)

(33) L’exposé secret de la révélation que Jésus fit à Judas Iscarioth pendant les trois jours précédent la Pâques.

(Le ministère terrestre de Jésus)

Quand Jésus apparut sur terre, il réalisa des miracles et de grands prodiges pour le salut de l’humanité. Et puisque certains marchaient dans la voie de la justice tandis que d’autres marchaient dans celle de la transgression, les douze disciples furent appelés.

Il commença à leur parler des mystères de l’au-delà du monde et de ce qui adviendrait à la fin. Souvent, il n’apparaissait pas à ses disciples tel qu’en lui-même, mais se trouvait parmi eux comme un enfant.

(Scène 1 : Jésus dialogue avec ses disciples :
la prière d’action de grâce)

Un jour, il se trouvait avec ses disciples en Judée et les trouva rassemblés et assis dans une pieuse observance. Quand il s’approcha de ses disciples, (34) rassemblés assis et offrant une prière d’action de grâce sur le pain, il rit.

Les disciples lui dirent : « Maître, pourquoi ris-tu de nos prières d’action de grâce ? Nous avons fait ce qui est juste».

Il répondit et leur dit : « Je ne ris pas de vous.

Vous n’agissez pas de votre plein gré mais parce que votre dieu* sera célébré à travers votre action ».

Ils dirent : « Maître, tu es […] le fils de notre dieu* ».

Jésus leur dit : « Comment me connaissez-vous ?

En vérité, je vous le dis, aucun parmi vous dans cette génération ne me connaîtra ».

(Les disciples se mettent en colère)

Quand ses disciples entendirent ceci, ils se mirent en colère

et devinrent furieux et commencèrent à blasphémer contre lui dans leur cœur.

Quand Jésus observa leur manque de compréhension, il leur dit :

« Pourquoi cette agitation qui vous conduit à la colère ?

Votre dieu est en vous et […] (35) a provoqué cette colère dans vos âmes. Que celui d’entre vous qui est assez fort parmi les êtres humains

présente l’humain parfait et se tienne devant ma face ».

Ils dirent tous : « Nous avons la force ».

Mais leur esprit n’osait pas se tenir face à lui, sauf Judas Iscarioth. Il put se tenir devant lui, mais ne pouvait le regarder dans les yeux et il détourna son visage.

Judas lui dit : « Je sais qui tu es et d’où tu viens.

Tu es du royaume immortel de Barbelo**.

Et je ne suis pas digne de prononcer le nom de celui qui t’as envoyé. »

(Jésus parle à Judas en privé)

Sachant que Judas méditait sur ce qui était exalté, Jésus lui dit :

« Ecartes-toi des autres et je te dirai les mystères du royaume.

Il te sera possible de l’atteindre, mais tu auras beaucoup à souffrir.

(36) Car un autre te remplacera, afin que les douze disciples puissent à nouveau être au complet avec leur dieu*. »

Judas lui dit : « Quand me diras-tu ces choses,

et quand le grand jour de lumière se lèvera sur la génération . »

Mais quand il dit cela, Jésus le quitta.

(Scène 2 : Jésus apparaît de nouveau aux disciples)

Le lendemain matin de cet épisode, Jésus réapparaît à ses disciples.

Ils lui dirent : « Maître, où étais-tu allé

et qu’as tu fait après nous avoir quitté ? »

Jésus leur dit :

« Je suis allé vers une autre grande et sainte génération. »

Ses disciples lui dirent :

« Seigneur, quelle est cette grande génération

qui nous est supérieure et plus sainte que nous,

qui n’est pas maintenant dans ces royaumes ? »

Quand Jésus entendit cela, il rit et leur dit :

« Pourquoi pensez-vous dans votre cœur à cette génération forte et sainte ? (37) En vérité, je vous le dis, personne né dans cette éon*** ne connaîtra cette génération et aucune cohorte d’anges des étoiles ne régnera sur cette génération, et aucun mortel ne peut y être associé, car cette génération ne vient pas de […] ce qui est devenu […]. Votre génération est celle de l’humanité […] puissance, que […] les autres puissances […] par lesquelles vous régnez.»

Quand ses disciples entendirent cela, leur esprit à chacun en fut troublé. Ils ne purent prononcer un mot.

Un autre jour, Jésus vint vers eux. Ils lui dirent :

« Maître, nous vous avons vu en vision, car nous avons eu de grands rêves la nuit […]. »

Il leur dit : « Pourquoi, avez-vous […] quand vous vous êtes cachés ? ». (38)

(Les disciples ont une vision du temple et en discutent)

Ils disent : « Nous avons vu une grande maison avec un large autel à l’intérieur, et douze hommes — ce sont les prêtres selon nous — et un nom. Et une foule de gens attend à cet autel, jusqu’à ce que les prêtres […] et reçoivent les offrandes. Mais nous avons attendu. »

Jésus dit : « A quoi ressemblent les prêtres ? »

Ils dirent : « Certains […] deux semaines ; certains sacrifient leurs propres enfants, d’autres leurs femmes, en signe de louange et d’humilité parmi eux ; d’autres couchent avec des hommes ; d’autres sont impliqués dans des massacres ; certains commettent une multitude de péchés et d’actes illégaux. Et les hommes qui se tiennent devant l’autel invoquent ton nom, (39) et parmi tous les actes de leur faiblesse, les sacrifices sont achevés […].»

Après avoir dit ceci, ils se turent, car ils étaient troublés.

(Jésus donne une interprétation allégorique
de la vision du temple)

Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous troublé ? En vérité je vous le dit, tous les prêtres qui se tiennent devant l’autel invoquent mon nom. A nouveau je vous le dis, mon nom a été écrit sur ce […] des générations des étoiles à travers les générations humaines. Et ils ont planté des arbres sans fruits, en mon nom, de manière honteuse. »

Jésus leur dit : « Ceux que vous avez vu recevoir les offrandes à l’autel, c’est vous. C’est le dieu que vous servez, et vous êtes ces douze hommes que vous avez vus. Le bétail que vous avez vu amenés au sacrifice sont tous ceux que vous avez induit en erreur (40) devant cet autel […] se tiendront et feront usage de mon nom de cette façon, et des générations d’hommes pieux lui seront loyales. Après lui, un autre homme se tiendra là parmi les fornicateurs et un autre se tiendra parmi les massacreurs d’enfants, et un autre parmi ceux qui couchent avec les hommes, et ceux qui font abstinence, et le reste de ceux qui sont pollués, sans loi et dans l’erreur, et ceux qui disent : “Nous sommes comme des anges” ; ils sont les étoiles qui amènent toute chose à son achèvement. Car pour les générations humaines, il a été dit, “Regarde, Dieu a reçu ton sacrifice des mains d’un prêtre”- c’est-à-dire, d’un ministre de l’erreur. Mais c’est le Seigneur, le Seigneur de l’Univers, qui commande, “Au dernier jour, il leur sera fait honte”.» (41)

Jésus leur dit : « Arrêtez de sacrifier […] ce que vous avez […] sur l’autel, puisqu’ils sont au-dessus de vos étoiles et de vos anges, et sont déjà arrivés à leur accomplissement. Donc qu’ils soient piégés devant vous, et qu’ils partent …

[… environ 15 lignes manquantes … ]

… générations […]. Un boulanger ne peut nourrir toute la création (42) sous le [ciel]. Et […] pour eux […] et […] pour nous et […]. »

Jésus leur dit : « Arrêtez de me combattre. Chacun de vous a sa propre étoile, et chacun …

[… environ 17 lignes manquantes … ]

(43) …dans […] qui est venu […] printemps pour l’arbre […] de cet éon […] pour un temps […] mais il est venu pour arroser le paradis de Dieu, et la génération qui durera, car il ne profanera pas le chemin de vie de cette génération, mais […] pour toute l’éternité. »

(Judas interroge Jésus à propos de cette génération
et des générations humaines)

Judas lui dit : « Rabbi, quelle sorte de fruits cette génération produit-elle ? ».

Jésus dit : « Les âmes de chaque génération humaine mourront. Quand cependant ces gens auront achevé le temps du royaume et que l’esprit les quittera, leurs corps mourront mais leurs âmes continueront à vivre, et elles seront emportées.»

Judas dit : « Et que feront le reste des générations humaines ? »

Jésus dit : « Il est impossible (44) de semer sur le roc et de récolter des fruits. Ceci est aussi la manière […] la génération déshonorée […] et le corruptible Sophia […] la main qui a créé les gens mortels, afin que leurs âmes s’élèvent vers les royaumes éternels d’en haut. En vérité je te le dis, […] ange […] puissance sera capable de voir que […] ceux à qui […] les générations saintes […]. »

Après que Jésus eut dit cela, il partit.

(Scène 3 : Judas raconte une vision et Jésus lui répond)

Judas dit : « Maître, comme tu les as tous écoutés,

maintenant écoute-moi. Car j’ai eu une grande vision. »

Quand Jésus entendit cela, il rit et lui dit :

« Toi le treizième esprit, pourquoi fais-tu tant d’effort ?

Mais parle, et je t’écouterai. »

Judas lui dit : « Dans ma vision, je me suis vu alors que les douze disciples me lapidaient et (45) me persécutaient durement. Et j’arrivais également à l’endroit où […] après toi. Je vis une maison…, et mes yeux n’en pouvaient saisir la taille. De grands hommes l’entouraient, et cette maison avaient un toit de verdure, et au milieu de la maison se trouvait une foule …

[… 2 lignes manquantes …]

… disant, « Maître, emmène moi avec ces gens. »

Jésus répondit et dit : « Judas, ton étoile t’a fait erré ».

Il continua : « Aucun mortel n’est digne d’entrer dans la maison que tu as vu, car ce lieu est réservé aux saints. Ni le soleil ni la lune n’y régneront, ni le jour, mais celui qui est saint y habitera toujours, dans le royaume éternel avec les saints anges. Regarde, je t’ai expliqué les mystères du royaume (46) et je t’ai appris les erreurs des étoiles ; et […] l’envoie […] sur les douze éons. »

(Judas interroge Jésus sur son propre sort)

Judas dit : « Maître, serait-ce que ma semence est sous le contrôle des Maîtres ? »

Jésus répondit et lui dit : « Viens, que je …

[… 2 lignes manquantes …]

… mais que tu souffriras beaucoup quand tu verras le royaume et toutes sa génération. »

Quand il entendit cela, Judas lui dit :

« Quel bien y a-t-il que je l’ai reçu ? Car tu m’as écarté pour cette génération. »

Jésus répondit et dit : « Tu deviendras le treizième,

et tu seras maudit par les autres générations, et tu règneras sur elles.

Dans les derniers jours ils maudiront ton ascendance (47) jusqu’à la génération sainte. »

(Jésus enseigne à Judas la cosmologie,
l’Esprit et l’Inengendré)

Jésus dit : « Viens, que je puisse t’enseigner les secrets que personne n’a jamais vu. Car il existe un royaume grand et sans limite, dont aucune génération d’anges n’a vu toute l’étendue, dans lequel il y a un grand esprit invisible.

Qu’aucun œil d’ange n’a jamais vu
Qu’aucune pensée du cœur n’a jamais comprise,
Et qui ne fut jamais appelé d’aucun nom.

Et un nuage lumineux apparut là. Il dit : “Qu’un ange soit créé qui soit mon serviteur.”

Un grand ange, l’Inengendré, divin et illuminé, émergea du nuage. A cause de lui, quatre autres anges apparurent d’un autre nuage, et ils devinrent les serviteurs de l’angélique Inengendré. L’Inengendré dit : (48) “Qu’il soit créé […]” et il fut créé […]. Et il créa le premier astre lumineux pour régner sur lui. Il dit : “Que les anges soient créés pour le servir, et des myriades innombrables vinrent à l’être”. Il dit : “Qu’un éon illuminé vienne à l’être”. Il créa le deuxième astre lumineux pour régner sur lui, ainsi que des myriades d’anges innombrables, pour offrir leur service. C’est ainsi qu’il créa le reste des éons illuminés. Ils les fit régner sur eux, et il créa pour eux des myriades d’anges innombrables, pour les assister. »

(Adamas et les astres lumineux)

« Adamas fut dans le premier nuage lumineux qu’aucun ange n’a jamais vu parmi tous ceux appelés ‘Dieu ’. Il (49) […] que […] l’image […] et après la ressemblance de cet ange. Il fit apparaître l’incorruptible génération de Seth […] les douze […] les vingt-quatre […]. Il fit apparaître soixante-douze astres dans la génération incorruptible, selon la volonté de l’Esprit. Les soixante douze astres eux-mêmes firent apparaître trois cent soixante astres dans la génération incorruptible, selon la volonté de l’Esprit que leur nombre soit de cinq pour chacun.

Les douze éons des douze astres constituent leur père, avec six cieux pour chaque éon, pour qu’il y ait soixante-douze cieux pour les soixante-douze astres, et pour chacun (50) d’eux cinq firmaments, pour un total de trois cent soixante firmaments […].

Il leur fut donné autorité et une grande armée d’anges sans nombre, pour la gloire et l’adoration, et après cela aussi des esprits vierges, pour la gloire et l’adoration de tous les éons et de tous les cieux et de tous leurs firmaments.»

(Le cosmos, le chaos, et le monde d’en dessous)

« La multitude de ces immortels est appelée le cosmos — c’est-à-dire, la perdition — par le Père et les soixante-douze astres qui sont avec l’Inengendré et ses soixante-douze éons. En lui le premier humain est apparu avec ses pouvoirs incorruptibles. Et l’éon qui apparut avec sa génération, l’éon dans lequel sont le nuage de la connaissance et l’ange, est appelé (51) E1. […] éon […] après que […] dit, ‘Que soient douze anges pour régner sur le chaos et le monde d’en dessous.’ Et regarde, du nuage apparut un [ange] dont le visage était enflammé et dont l’apparence était défigurée par le sang. Il s’appelait Nebro, ce qui signifie rebelle ; d’autres l’appelait Yaldabaoth. Un autre ange, Saklas, vint aussi du nuage. Aussi Nebro créa six anges — ainsi que Saklas — pour être ses assistants, et ceux-ci produirent douze anges dans les cieux, qui reçurent chacun une portion des cieux.

(Les maîtres et les anges)

Les douzes maîtres parlèrent avec les douze anges : “Que chacun de vous (52) […] et qu’ils […] génération …

[… une ligne perdue …]

… anges” :

Le premier est Seth, qui est appelé Christ.

Le second est Harmathoth, qui est […].

Le troisième est Galila.

Le quatrième est Yobel

Le cinquième est Adonaios.

Ce sont les cinq qui règnent sur le monde d’en dessous, et surtout sur le chaos.»

(La création de l’humanité)

«Alors Saklas dit aux anges :

“Créons un être humain à la ressemblance et à l’image.”

Ils façonnèrent Adam et sa femme Eve, qui est appelée, dans le nuage, Zoé.

Car par ce nom toutes les générations cherchent l’homme,

et chacune d’elles appelle la femme par ces noms.

Maintenant, Saklas ne commanda (53) pas sauf […] les générations

[…] ceci […]. Et le maître dit à Adam : “Tu vivras longtemps avec tes enfants”. »

(Judas interroge sur le destin d’Adam et de l’humanité)

Judas dit à Jésus :

« Quelle est la durée de temps que les êtres humains vivront ? »

Jésus dit :

« Pouquoi te poses-tu la question, qu’Adam, avec sa génération,

a vécu la durée de sa vie à l’endroit où il a reçu son royaume,

avec la longévité avec son maître? ».

Judas dit à Jésus :

« Est-ce que l’esprit humain meurt ? »

Jésus dit :

« C’est pourquoi Dieu ordonna à Michael de donner

les esprits des gens à eux en prêt,

pour qu’ils puissent offrir leur service,

mais le Suprême ordonna à Gabriel de donner les esprits

à la génération suprême qui n’a pas de maître au-dessus d’elle

— c’est-à-dire, l’esprit et l’âme. Aussi, le reste des âmes … (54)

[… une ligne manquante …]

(Jésus évoque la destruction des méchants
avec Judas et d’autres)

« […] lumière …

[… presque 2 lignes manquantes …]

… autour […] laisse […] esprit qui est dans toi habiter en cette chair parmi les générations des anges.

Mais Dieu a permis que la connaissance soit donnée à Adam et à ceux avec lui,

pour que les rois du chaos et de monde d’en dessous ne puisse pas régner sur eux. »

Judas dit à Jésus : « Donc que vont faire ces générations ? »

Jésus dit : « En vérité je te le dis, pour toutes,

les étoiles amènent les choses à leur achèvement.

Quand Saklas achèvera la durée qui lui a été assigné,

leur première étoile apparaîtra avec les générations,

et elles finiront ce qu’elles ont dit qu’elles feraient.

Alors elles forniqueront en mon nom et tueront leurs enfants (55) et elles […] et …

[… environ 6 lignes et 1/2 manquantes …]

mon nom, et il […] ton étoile au-dessus du treizième éon. »

Après ceci Jésus rit.

Judas dit : « Maître, pourquoi te moques-tu de nous ? »

Jésus répondit et dit :

« Je ne ris pas de vous mais de l’erreur des étoiles,

car ces six étoiles errent avec ces cinq combattants,

et ils seront détruits avec leurs créatures. »

(Jésus parle de ceux qui sont baptisés
et de la trahison de Judas)

Judas dit à Jésus :

« Dis moi, que feront ceux qui ont été baptisés en ton nom ? »

Jésus dit :

« En vérité, je te le dis, ce baptême (56) […] mon nom …

[… environ 9 lignes manquantes …]

… à moi. En vérité, je te le dis, Judas,

ceux qui offrent des sacrifices à Saklas […] Dieu …

[… 3 lignes manquantes …]

… tout ce qui est mauvais.

« Mais tu les surpasseras tous.

Car tu sacrifieras l’homme qui me revêt.»

Déjà ta corne a été dressée,
Ta colère a été enflammée,
Ton étoile s’est montrée brillante,
Et ton cœur a
[…].(57)

« En vérité […] ton dernier […] devient …

[… environ 2 lignes et 1/2 manquantes …]

… souffre …

[… environ 2 lignes manquantes …]

… le maître, puisqu’il sera détruit. Et alors l’image de la grande génération d’Adam sera exaltée, car avant le ciel, la terre, et les anges, cette génération, qui appartient aux royaumes éternels, existe. Ecoute, tout t’a été dit. Lève les yeux et regarde le nuage et la lumière qui s’y trouvent et les étoiles qui l’entourent. L’étoile qui montre le chemin est ton étoile. »

Judas leva les yeux et vis le nuage lumineux, et il y entra. Ceux qui se tenaient sur le sol entendirent une voix venant du nuage, disant, (58)[…] génération suprême […] … image […]

[… environ 5 lignes manquantes …]

(Conclusion : Judas trahit Jésus)

[…] Leurs grands prêtres murmuraient car il avait été dans la pièce des invités pour sa prière. Mais certains des scribes qui étaient là le surveillaient étroitement pour l’arrêter pendant la prière, car ils craignaient le peuple, puisqu’il était considéré par tous comme un prophète.

Il approchèrent de Judas et lui dirent :

« Que fais-tu ici ? Tu es le disciple de Jésus. »

Judas leur répondit comme ils le souhaitaient.

Et il reçut de l’argent et le leur livra.

L’EVANGILE DE JUDAS

—•o0O0o•—

——— Notes —————————————————————————

* Conformément aux doctrines gnostiques, le dieu des disciples (qui représentent les chrétiens de la Grande Eglise) est le dieu de l’Ancien Testament, un démiurge mauvais et inférieur (appelé plus loin Saklas ; feuillet 52) qui a créé le monde. Jésus s’en distingue donc, il n’est pas le fils de ce démiurge créateur, que dans leur ignorance les disciples adorent, mais il vient de la Suprême Puissance du panthéon gnostique (nommée « Seigneur de l’Univers » au feuillet 40).

** Barbelo est une entité céleste féminine qui dans certains systèmes gnostiques a les mêmes fonctions que Sophia (voir feuillet 44). C’est donc une divinité mauvaise et créatrice du monde au côté du Démiurge, mais elle s’en serait ensuite repentie, et sa souffrance dans le monde avant son retour aux cieux symbolise l’itinéraire de vie du gnostique.

*** Les éons, du grec aiôn, sont des périodes de temps, des ères, voire des ‘éternités’. Comme les ‘générations’, ils rythment le temps mythologique gnostique. Ce sont des émanations du monde céleste qui sont parfois personnalisées et vont par couples.

La traduction qui précède n’a pas de caractère scientifique, elle vise simplement à donner au lecteur non informé une idée du contenu de l’évangile de Judas. Elle ne reprend donc pas l’appareil de notation critique indiquant les nombreuses incertitudes du manuscrit original ; seuls sont indiqués entre crochets […] les manques. Elle a été réalisée Annick Jacq et Patrice Rolin sur la base de la version provisoire anglaise proposée par la National Geographic Society.

Le lecteur qui désire approfondir consultera la traduction provisoire et critique en français (PDF) par Pierre Cherix, de l’Association pour l’Etude de la Littérature Apocryphe (AELAC), à partir de la transcription en copte sahadique provisoire rendue publique par la National Geographic Society.

Pour une présentation de l’évangile selon Judas, cliquer ici.

Le dossier complet concernant la découverte et la restauration
du manuscrit sur le site du National geographic

Transcription de l’évangile selon Judas en copte
Traduction de l’évangile selon Judas en anglais

 

 

Les prophéties confiées à Duvalier le 16 Janvier 1986 au Palais National : le pouvoir de l’imagination

21 avril 2015

 Vous aimerez aussi ces textes qui apportent des solutions au coronavirus:

COMMENT POURRAIT-ON GUÉRIR LE CORONAVIRUS COVID-19: UNE EXPÉRIENCE QUI POURRAIT VALOIR SON PESANT D’OR. SOYONS UN PEU NAÏF!

Comment peut-on comprendre les limites de la science occidentale par rapport au coronavirus covid-19: le temps comme facteur décisif et explicatif

April 17, 2015 Redaction Culture, Enquetes, Enquetes, Politique

Les prophéties confiées à Duvalier le 16 Janvier 1986 au Palais National n’ont jamais été divulguées. Aujourd’hui il importe de les connaitre.

Théo Duval veut comprendre :

« Tu parles de morts ? De quoi veux-tu parler Grand Maitre Olicha ? »

Le vieux Cléophat répond à travers la voix de l’ange noir: «Plusieurs anciens présidents d’Haïti morts depuis longtemps, vont

revenir au pouvoir en Haïti. Après ton départ, je vois le roi Henry

Christophe revenir du Nord, il dirigera pendant deux ans encore,

ton successeur portera son nom et sa couronne ! Il s’appellera Henry Christophe !».

Duvalier reste étonné. Il ne connaît pas d’Henry Christophe dans son entourage. Seule sa femme prétend descendre du roi Christophe. Il oublie soudainement que le Commandant en chef des Forces Armées s’appelle Henry Christophe (Namphy).

Le houngan ne se laisse plus interrompre et poursuit de sa voix gutturale avec d’incroyables prophéties :

«Je vois deux autres Francois, se succéder apres Henry Christophe : François St Surin Manigat d’abord pour trois mois et ensuite François Denis Légitime qui en Avril 1889 annonça la dissolution d’une partie de l’armée d’ou son nom du “général d’Avril 1889”. Le nouveau général prendra le pouvoir en 1988 mais s’en ira pareillement après un éclatement de l’armée, il connaitra ensuite l’exil puis un jour la prison en Haïti, puni par les esprits des fondateurs de l’indépendance qu’il a fait déterrer pour rien…. Il sera remplacé par un autre mort, Boisrond Canal qui sortira des trous (trou yo) et prendra cette fois les traits d’une femme. Elle ira en prison après avoir organisé des élections présidentielles qui porteront au pouvoir un prêtre , le général Jean Baptiste Yayou.

Yayou fut brûlé vif sous le gouvernement de Pétion qui l’accusa de vouloir faire envahir Haïti par des troupes étrangères. Il aura la présidence cette fois, il reviendra avec la même popularité auprès des masses congos et appellera des troupes étrangères sur le territoire haïtien. Certains de ses opposants seront brulés vifs , il connaitra aussi l’exil mais finira par épouser une fille de Dessalines , le même nom que la présidente qu’il enverra en prison et qui sortira des trous (trou yo) de Boisrond Canal! »

Le Président Duvalier ne comprend plus rien. Il commence par se montrer impatient. Cléophat Pierre comme une locomotive refuse de s’arrêter :

« Ne vous inquiétez pas, pendant cette longue période , ce pays deviendra instable et difficile à gérer. Même Toussaint Louverture essayera d’imposer ses neveux au pouvoir, d’abord une tortue qui remplacera Yayou son ennemi et qui passera le pouvoir à un autre neveu de Toussaint venu de Marmelade qui aura deux mandats présidentiels et qui dirigera le pays dans la catastrophe, des inondations et un tremblement de terre horrible.

Ensuite on aura un Président qui sera un danseur de carnaval. Ce sera bien Symphord de Pradines, le chef de Cabinet d’Alexandre Pétion. Son assistant a été Laurent Michel Vieux qui deviendra cette fois le Premier Ministre de Des Pradines. Le jour de la mort de Dessalines ils organisèrent une grande fête et ils le referont encore un autre 17 Octobre dans la zone même de l’assassinat au Pont Rouge.

Ce qui fera renverser le gouvernement de l’arrière petit fils de Laurent Michel Vieux. Il y aura ensuite un jour dans ce pays un évènement majeur de 3 jours et de 3 nuits et pendant 8 mois les gens vont mourir à la chaine comme lors d’une épidémie il y aura 865,000 morts . les chiens mangeront des cadavres dans les rues. La vie changera à l’arrivée de Lysius Salomon jeune qui reviendra fortifier la Nation, faire du nom d’Haïti une fierté internationale, les richesses du pays emonteront soudainement à la surface . Il apportera la paix et une grande prospérité qui ne s’altèrera plus jamais. »

L’EFFONDREMENTDE L’EMPIRE

Le Président Duvalier est défait. Cleophat Pierre semble délirer quand il annonce enfin le renversement total des choses :

« Tout ce qu’il m’est permis de révéler maintenant pour toi Doudou, c’est qu’ à coup sur, dans 21 jours, à partir de ce jour tu quitteras le pouvoir. Si tu persistes à vouloir rester vous mourrez dans 21 jours, le 7 Février prochain dans un vrai bain de sang. Si vous organisez aussi les élections que vous auriez du faire il y a un an, vous perdrez maintenant et vous mourrez immédiatement après, d’un arrêt du cœur ! De toute façon tu mourras un jour d’un arrêt du coeur ! La cambise est finie…! »

Duvalier reste bouche bée sans sourire. Il tousse encore. Il essaie apparemment de garder son calme. Le vieux se met à chanter un air vodou :

« Kafou O, ou pa vini we mwen

Sa map ba yo Adyé

Ou pa we’m angaje

Kafou o se neg ki danjire !

Mouche Kafou m’konnen ou solid

O, Kafou vini wè mwen

Gen maladi lankay la! »

(dieu des carrefours viens me voir Que puis-je leur donner ?

Ne vois tu pas que je suis encerclé, dieu des carrefours je sais que tu

es dangereux Monsieur carrefour vient me voir , la maladie a envahi

la maison !)

Toujours, tout en faisant semblant de rester calme, Duvalier veut savoir quoi faire avant son départ si vraiment il n’a plus le choix.

LES URGENTES PROPOSITIONS

Nathan Pierre et André Thélémaque suggèrent la formation d’un Conseil National de Gouvernement de 7 membres: “Ce CNG devrait avoir en son sein le Président de la Chambre des députés, Jaures Levesque, le Commandant en chef des forces armées, Henry ChristopheNamphy, le secretaire General de l’Association des Journalistes Dumayric Charlier, un membre de la Cour de Cassation, un prêtre et une jeune mulâtresse de 19 ans pour représenter la jeunesse féminine au nom de la deesse Erzulie Freda“.

Puis il ajoute : ‘Cette instance devrait être assistée d’un Conseil Consultatif de 21 membres, venus des différents départements géographiques pour représenter les 21 esprits du Panthéon”.

Frazyl Jeanty sort aussi de son mutisme pour d’autres propositions: « Excellence, si vous voulez ne pas être un proscrit détesté par votre propre peuple et enterré 57 ans après 1957, suite à un empoisonnement qui provoquera un arrêt du cœur, après tout ce que vous avez fait pour ce pays, vous devez avant 21 jours faire publier une loi reconnaissant le vodou comme religion officielle , annoncer la construction prochaine de 21 grands temples nationaux du vodou consacrés à chacun des membres du Panthéon à travers le pays, et faire retourner les restes des héros de l’Indépendance à leurs places originelles ! »

Axe Beauvoir, qui a gardé le silence depuis le début, sort tout à coup de sa poche, quelques feuilles de papier dactylographiées sur un ordinateur IBM. Il cite quelques actions qu’il souhaite également avant 21 jours :

«Monsieur le Président, avant votre départ faites un geste : les loas et maîtres du pays veulent une Université Scientifique du Vodou nous voulons l’officialisation des saints sacrements vodous par une loi reconnaissant publiquement les cérémonies de prise d’açon, de sacrement des hounsis, de baptêmes, communions et mariages avec la participation des autorités comme pour les fêtes de l’Eglise catholique”

Le hougan Pierre Ada d’ajouter “nous voulons un jour férié consacré aux loas (fête des loas) comme en Afrique, nous voulons vous voir par décret interdire la stérilisation des femmes dans les programmes du Ministère de la Santé, une loi amendant les vieux chapitres du Code Penal qui condamne le vodou, enfin une loi prévoyant à l’extraordinaire dans le Budget National, une contribution pour les recherches médicales du vodou ! »

Bonheur Calixte suggère : « Et avant votre départ, Excellence, je vous conseille de faire des cérémonies en l’honneur des 21 Esprits du Panthéon. Si vous faites tout cela vous partirez sans crainte il n’y aura pas de bains de sang jusqu’à votre retour ,il y aura alors un new deal. Sinon vous allez tomber dans une déchéance totale, vous allez marcher raide sans pouvoir regarder à droite ou à gauche raide comme une queue-macaque, vous serez sans argent et même vos funerailles nationales un jour seront interdites en Haïti ! »

LE CHEF DE L’ETAT À UN AUTRE RENDEZ-VOUS

Duvalier, fatigué apparemment d’entendre toutes ces inepties, se met debout, avec l’air d’un Chef d’Etat contrarié. Il prend le document des mains d’Axe Beauvoir, le plie en quatre, le glisse dans sa poche et promet de l’approfondir. Il fait signe aux hougans de se lever. Il se montre un peu pressé.

Il affirme qu’il a un autre rendez-vous, avec un certain Neville Galimore, venu spécialement le voir de la Jamaïque, avec un message secret du Président Ronald Reagan des Etats Unis.. Il ne prend plus au sérieux ces plaisantins venus pour le faire marcher d’apres lui. Il se croit invincible.

Me Axe Beauvoir qui comprend vite le regard impatient du chef de l’Etat se met aussi debout et courageusement place rapidement un dernier mot :

« Monsieur le Président, il semble qu’il y ait eu un pacte similaire signé aux Philippines avec le Président Ferdinand Marcos en 1965 pour lui donner un pouvoir de 21 ans sur demande des 21 esprits maîtres des Philippines comme en Haïti. Le 7 fevrier 1986 il atteindra ses 21 ans au pouvoir. Il a commis aussi de nombreuses fautes comme vous et il doit aussi s’en aller. S’il organise des élections pour se faire réélire il sera balayé. Erzulie Dantor va le remplacer au pouvoir le 7 février prochain. C’est fini ! Nous sommes venus vous dire la vérité, vous mentir aurait été un sacrilège ! A vous de choisir entre la vérité et le mensonge !»

Cléophat Pierre avec son «loa Olicha » à la tête est soutenu par Axe Beauvoir. Il fait un pas en avant cherchant la porte de sortie tout en marmonant quelques mots à la fin :

« Doudou, si tu n’écoutes pas les loas, tu vas tout perdre en exil, ta femme Michèle t’abandonnera, comme la bague de ton père que tu as jetée à la poubelle, tu connaitras les pires épreuves, tu seras réduit à la mendicité.

Ta mère mourra très malade en exil tremblante comme une feuille du désert dans un vent glacial ! Ta grand’mère, la mère de ton père, Urétia Abraham , est morte folle, pour avoir incendié le péristyle de sa famille à Chantal dans le Sud ! Si tu ne crois pas dans tout ça, on ne peut te forcer à comprendre Président, c’est vraiment dommage ! »

Duvalier, l’air de plus en plus contrarié, secoue la tête et lève les yeux au ciel comme pour dire « Foutaises !». Il ne semble pas trop accorder crédit à tous ces racontars, il se sent simplement choqué. Il n’a jamais été un grand croyant ni un mystique. Il a toujours été juste un «chrétien» non pratiquant. Ce n’est pas le vodou qui va lui faire croire, à ce qu’il prend pour des salades.

S’il n’a plus rien à gagner pourquoi doit-il en peu de jours avant son départ, procéder à de telles réformes ? S’il est appelé à souffrir tout le monde doit souffrir. S’il est obligé de partir il ne veut que l’Armée pour le couvrir.

Papa Doc François Duvalier disait avoir fait un mariage avec l’Armée « le binôme Armée-Peuple » Baby Doc n’a plus confiance que dans cette épouse. Même la Milice n’est pas sa priorité. Encore moins le milicien-député Jaurès Levesque, le Président du Parlement, lui parait vraiment insignifiant.

Baby Doc reste toutefois courtois il salue la délégation et remercie

son ami Théo Duval qui semble être effrayé par toutes ces révélations ou ces malédictions.

Le Président tape sur l’épaule de Théo et lui demande de le rappeler. Quand les hougans quittent le palais, raccompagnés par un soldat de la garde présidentielle, le ciel se couvre de nuages.

Le Président fait entrer Neville Gallimore : le message de Reagan est le même : la famille présidentielle doit quitter le pouvoir. Dans deux semaines, le 31 Janvier 1986 Reagan compte envoyer un petit avion chercher le Président et sa femme pour les emmener en exil à la Jamaïque.

Duvalier commence vraiment par s’énerver et congédie Neville Gallimore. Il veut une semaine de reflexions. La première Dame, en rentrant dans ses appartements, ouvre la radio et reçoit aussi une mauvaise nouvelle:

AMH, l’Association Médicale Haïtienne, dirigée par le Dr Michel Lominy réclame la chute du gouvernement et le départ immédiat des Duvalier.

La presse haïtienne se cantonne dans l’opposition radicale. Des dizaines de journalistes et correspondants de presse signalent que de violentes manifestations anti-duvaliéristes dans tous les départements exigent le départ des Duvalier. Bagay yo koumanse gate (les choses commencent par se gater). Rien n’est plus comme avant…

Adyjeangardy

(Histoire d’Haïti :

L’Effondrement des Duvalier)


Quelle famille riche parmi les 5 plus riches qui a fait venir de la cocaïne et l’héroïne dans le bateau de sucre venant de la colombie?

17 avril 2015

Le philosophe éveillé

J’exprime
Dieu

Le monde semble s’étonner de constater que les bourgeois commerçants haïtiens font entrer en Haïti de la drogue venant directement de la Colombie en utilisant leur bateau de sucre en vrac, pourtant tout le monde sait très bien que c’est en accord avec la présidence de Joseph Michel Martelly et de ses collaborateurs que ces trafiquants arrivent à cacher dans les calles de leurs bateaux de la drogue qu’ils vont écouler sur le marché américain.

On se souvient pas trop longtemps déjà des conflits ouverts entre les proches du pouvoir et le clan de Guy Philippe concernant des bateaux chargés de drogues dans les ports du pays où plusieurs familles riches du pays se trouvaient impliquées de fond en comble.

Cette fois-ci, malgré les réticences de la Police Nationale de Haïti à dévoiler les noms et lers identités de toutes les personnes qui sont im-pliquées dans cette affaire, toutes les informations et les rumeurs qui circulent dans le cadre de ce dossier qui montre une fois de plus qui ont les moyens et les intérêts à pâlir l’image du pays en matière de trafic de drogues dans les caraïbes, ce sont les quelques familles riches du pays.

Nous osons espérer que la PNH ne se tardera pas à procéder à l’arrestation de tous ceux qui sont propriétaire de ce sucre qu’ils vont déjà vendre très cher dans le pays.

Une fois de plus c,est le régime Martelly et les bourgeois commerçants qui font entrer de la drogue dans le pays afin de détruire la jeunesse de Haïti qui souffre déjà des problèmes d’alcoolisme et d’addiction aux divers drogues.

Nous attendons également pour voir si les américains ne vont pas intervenir dans ce dossier et poursuivre tous ces trafiquants.

C’est l’occasion pour trouver si les responsables et dealers de ces drogues ne font pas partie du clan du président Martelly et de ses ministres sans oublier les différents premiers ministres qui font et défont tout dans ce pays.

Nous espérons qu’il ne s’agit pas non plus d’une guerre de clans entre dealers de drogue de la bourgeoisie, de la famille du président et les anciens militaires d’autant qu’il y a déjà plusieurs personnes qui sont tombées par balles dans le pays.

Nous voulons toute la vérité et rien que la vérité dans ce dossier de cargaison de sucre et de drogue en Haïti avec le régime de Joseph Michel martelly. Qu’on nous dise depuis quand ils font cela et quelles quantités qu’ils ont déjà fait entrer dans le pays.

Hermann Cebert


Un groupe d’étudiants répond au groupe de professeurs de l’UQAM : À l’UQAM, l’engagement politique étudiant ne cessera pas!

16 avril 2015

Suite à la récente lettre intitulée “À l’UQAM, l’intimidation doit cesser!”, il a semblé opportun de fournir une réponse étudiante. Nous souhaitons répondre, «sans ruses ni artifices, sans pressions ni sophismes, sans intimidation physique ou morale» à quelques-uns des arguments soulevés pour, semble-t-il, discréditer l’engagement d’une “minorité non représentative” d’étudiant-e-s.

Union libre, Volume 10, Numéro 1, 24 février 2015

À l’UQAM,  l’engagement politique étudiant ne cessera pas!

25 étudiant-es de la Faculté de science politique et droit de l’UQAM

Tout autant que les signataires de la dite lettre, nous sommes fièr-e-s du rôle que peut jouer notre université au sein du Québec, ainsi que dans la promotion d’un accès le plus large possible à une éducation supérieure de qualité. Nous sommes d’ailleurs convaincu-e-s que ce rôle ne peut être rempli sans des débats et des actions politiques denses et inclusifs, en nos murs comme à l’extérieur. À ce titre, nous tenons à dénoncer tout amalgame entre le travail quotidien d’étudiant-e-s (qui tentent par tous les moyens de combiner succès dans leurs études et vie politique universitaire dynamique) et des actes d’ “intimidation” et de “harcèlement”.

En ce sens, désirer aseptiser la spontanéité politique d’un corps étudiant qui se veut divers dans ses moyens d’action comme dans ses convictions n’est en réalité que donner un visage nouveau au vieux rêve libéral d’une vie politique instrumentale, procédurale, mécanique; bref, d’une vie politique réduite à la simple gestion administrative. Nous faisons quotidiennement le choix de défendre une conception de la politique qui, au contraire, s’arroge parfois le droit de bousculer l’ordre établi, mais toujours dans le but de vivifier des débats nécessaires; ce choix nous appartient et nous comptons bien poursuivre dans cette direction.

Si nous dénonçons une conception de la politique réductrice, sans aspérité et privée de ses aspects parfois incontrôlables, nous ne désirons pas pour autant tomber dans le procès d’intention. Nous estimons cependant fondamental d’exprimer notre surprise et notre déception de lire, parmi la liste des signataires d’une lettre s’illustrant par une novlangue cultivant la confusion, les noms de certaines personnes qui sont pourtant connues pour leur esprit nuancé et leur grande culture générale. La surprise et la déception sont d’autant plus grandes que le manque de considération langagière à la limite du populisme de bas étage que transpire cette lettre nous semble bien plus dommageable pour la crédibilité de l’UQAM qu’une quelconque levée de cours et les désagréments qui l’accompagnent.

Il est vrai que les grèves qui agitent parfois notre université ont un impact sur le calendrier académique; ayant nous-mêmes participé à certains de ces mouvements, nous connaissons les difficultés administratives qu’ils génèrent. Mais nous faisons le choix d’y voir une opportunité d’apprentissage alternatif plutôt qu’un handicap dans nos études. À la manière dont le soulignait un jour un penseur qui n’a guère perdu de son influence à l’UQAM : après avoir interprété le monde, n’est-il pas désormais temps de le changer?

À ce titre, permettez que nous nous interrogions également sur le réel engagement de l’ensemble des signataires de la lettre professorale envers la liberté intellectuelle et l’ouverture des débats. Il nous semble pour le moins ironique que ces mêmes professeur-e-s, pourtant muet-te-s lorsque des policier-e-s entrèrent sur les campus universitaires pour y faire régner l’ordre à coup de matraques, nous disent aujourd’hui que la liberté intellectuelle est mise en péril par des étudiant-e-s qui ne font, sommes toutes, que participer légitimement aux débats démocratiques et appliquer les décisions rendues à la majorité dans les instances prévues à ces fins.

Nous comprenons évidemment les désaccords qui peuvent être exprimés vis-à-vis de notre conception de la politique; le débat comme la confrontation sont des nécessités à toute vie démocratique, mais l’auto-critique en fait aussi partie. Que l’on nous permette donc de souligner l’ironie qu’une minorité, non-représentative de professeur-e-s du département de science politique, s’arroge la légitimité de critiquer la soi-disant non-représentativité d’une «minorité étudiante». Pointer cette ironie comme un manque de «respect et de sérieux» envers nous est un pas que la bienséance ne nous permettra pas de franchir. Sachez néanmoins que le sentiment est là, et que les gifles successives qu’on nous adresse ne seront pas oubliées.

Que l’on nous permette aussi de nous interroger un peu plus sur ce qui semble constituer un manque de perspective de la part des signataires de la lettre professorale. Si le but visé est véritablement la qualité de la formation universitaire, n’est-ce pas se tromper de cible que d’attaquer des étudiant-e-s qui désirent participer aux débats de manière démocratique et non pas sous les diktats imposés par une administration centrale occupée à justifier des coupures  (administration centrale dont la gestion catastrophique des finances a tout d’une mauvaise blague qui ne fait plus rire)? Peut-on réellement, en toute honnêteté, se permettre de taper allègrement sur les étudiant-e-s au nom de la liberté d’enseigner alors qu’ils et elles se battent précisément pour la liberté d’apprendre autre chose qu’un gloubi-boulga expéditif et soi-disant professionnalisant?

Enfin, nous nous interrogeons sur la stratégie initiée par une partie du corps professoral d’avoir recours à ce type de communication, alors même que les étudiant-e-s tentent de répondre à la menace qui pèse sur la société dans laquelle ils et elles sont appelé-e-s à participer en tant que citoyen-ne-s.

En guise de conclusion, nous notons avec stupeur que, contrairement aux attentes, les signataires de la lettre professorale ont omis un détail d’importance dans toute missive de ce genre: s’auto-proclamer “otages” du militantisme étudiant. Manquement qui, nous l’espérons, sera rattrapé lors des prochaines logorrhées turgeonesques à notre encontre.

ONT SIGNÉ

Laurent Alarie, étudiant à la maîtrise en science politique, UQAM

Déborah Andrades-Gingras, étudiante au baccalauréat en relations internationales et droit international, UQAM

David Audet, étudiant au baccalauréat en science politique, UQAM

Jordan de Bellescize, étudiant au baccalauréat en science politique, UQAM

Emilie Binette, étudiante au baccalauréat en relations internationales et droit international, UQAM

Camilo Céré-Escribano, étudiant à la maîtrise en science politique, UQAM

René Delvaux, étudiant à la maîtrise science politique, UQAM

Nelly Dennene, étudiante à la maîtrise en science politique, UQAM

Valérie Dubuc, étudiante à la maîtrise en science politique, UQAM

Mathieu Fraser Arcand, étudiant à la maîtrise en droit, UQAM

Delphine Gauthier Boiteau, étudiante au baccalauréat en sciences juridiques, UQAM

Vanessa Gauthier Vela, étudiante à la maîtrise en science politique, UQAM

Nichola Gendreau Richer, étudiant à la maîtrise en science politique UQAM

Olivier Grondin, étudiant au baccalauréat en relations internationales et droit international, UQAM

Caroline Jacquet, étudiante au doctorat en science politique, UQAM

Kim Joly,  étudiante à la maîtrise en science politique, UQAM

Catherine Loiseau, étudiante à la maîtrise en science politique, UQAM

Sonia Palato, étudiante à la maîtrise en science politique, UQAM

Benjamin Pillet, étudiant au doctorat en science politique, UQAM

Anne Plourde, étudiante au doctorat en science politique, UQAM

Fannie Poirier, étudiante au baccalauréat en science politique, UQAM

Sébastien Sinclair, étudiant à la maîtrise science politique, UQAM

Claudie Thibaudeau, étudiante à la maîtrise en science politique, UQAM

Anne-Marie Veillette, étudiante à la maîtrise en science politique, UQAM

Antony Vigneault, étudiant à la maîtrise en science politique, UQAM


Les Généraux sont de Retour en Haïti: Le général Henry Namphy sera candidat à la présidence aux prochaines élections de 2015

15 avril 2015

C’est la dernière chose que je m’attendais à recevoir comme information en cette période électorale en Haïti déjà très mouvementé et surtout incertaine pour la stabilité et la reprise économique du pays.

En effet, d’après des gens bien informés, le Général Henry Namphy ainsi que plusieurs autres généraux et quelques anciens colonels seraient de retour déjà au pays sous invitation du président Joseph Michel Martellly.

 Mieux encore, le général Henry Namphy sera candidat à la présidence aux prochaines élections de 2015 alors que le Général Raoul Cédras quant à lui sera candidat au Sénat pour le département de l’Ouest  ainsi que le Colonel Michel François, tout un coktail explosif pour faire sauter la stabilité recherchée du pays.

On aurait pourtant souhaité que ces anciens tortionaires reviennent pour faire profiter aux jeunes du pays des centaines de millions de dollars qu’ils avaient pillé mais aussi pour se faire juger pour les divers crimes commis contre le peuple haïtiens, malheureusement c’est Joseph Michel martelly lui-même qui les demande de revenir au pays.

Certains disent même que le Général Namphy aurait implanté en République dominicaine plusieurs compagnies que sa jeune femme dirige avec lui et qu’il serait très prospère.

Par ailleurs, d’autres personnes très proches des anciens militaires mentionnent que les anciens militaires et plusieurs anciens ministres du régime des duvalier optent pour leur part des ambitions plus politiques et très militaires et sont en train de d’étudier présentement comment faire échouer tout le processus électoral en revenant avec l’ancienne Force Armée d’Haïti (FAD’H) afin de pouvoir écarter tous les représentants des groupes de l’opposition à Martelly.

Tandis que présentement les autorités dominicaines se préparent à expulser plus de 300 000 dominicains d’origine haïtienne vers Haïti, ce sont les anciens militaires très riches qui créent des emplois à saint domingue alors qu’ils suffisaient que plusieurs se mettent ensemble pour créer des fonds d’investissement pour créer des emplois en Haïti.

Évidemment, ce n’est pas ce genre de projets qui les intéressent, c’est le pouvoir et seulement le pouvoir qu’ils veulent en vue de garantir l’exploitation des masses par la bourgeoisie apatride et anti développement et antiprogressiste du pays.

Tout comme on rapporte que le général Namphy s’est sevré de ses habitudes de consommation d’alcool, je veux croire que de concert avec ses anciens amis les anciens généraux et les colonels qu’il revient au pays pour partager une partie de ses richesses avec la population haïtienne et étant donné que Martelly disait que Haïti is open for business, de même que le Général Kale-bouda revient For Business aussi. Attendons pour voir.

Hermann Cebert

Note: interdit de publier le texte sans le lien, seulement le lien du texte peut être copier et publier sur autre site. all right reserved.


Analyse Posthume du Mouvement Printemps Social des Étudiants du Québec: Innovation dans les luttes étudiantes

11 avril 2015

Le philosophe éveillé

La pensée qui dérrange

Avec cet article, je veux vous emmener un an, ou deux ans ou peut-être même cinq ans après le Mouvement Printemps Social des Étudiants du Québec qui se déroule actuellement au Québec en cette année de 2015 afin de mieux comprendre le côté innovant dans les luttes étudiantes du Québec compte tenu de ce qui se dit actuellement par les analystes, les sociologues, les journalistes et les politiciens qui ne cessent de regarder avec les yeux et les lunettes des années 1960 quelque chose qui doit être considérer comme une innovation dans les luttes étudiantes au Québec et dans le monde.

Si je me réfère aux diverses critiques que l’on adresse aux initiateurs et aux organisateurs de ce mouvement, je peux en retenir quelques uns dont:

 

le cadre légal du mouvement à savoir, que les étudiants ne sont pas des employés de l’État ou des Universités par conséquent, ils n’ont pas la légitimité d’entrer en grève et de ce fait, leur mouvement est illégal;

certains relèvent l’administration et la gestion du vote au sein des assemblées étudiantes à savoir qu’il y aurait manipulation et monopolisation des mandats de grève par des groupuscules de radicaux et extrémistes au sein du mouvement des étudiants de ce fait, les mandats de grèves obtenus ne seraient pas légitimes compte tenu qu’il y aurait une grande majorité silencieuse qui serait bafouée dans leurs droits;

 

un autre point que l’on soulève contre le mouvement c’est l’absence de revendications proprement étudiantes dans les revendications à la base de la légitimité même du mouvement en ce sens, que les étudiants devaient toujours se contenir à l’intérieur des problèmes typiquement étudiants comme si les étudiants ne faisaient pas partie de l’ensemble du corps social et qu’ils devaient soulever les questions qui touchent seulement leur milieux scolaires et académiques;

il faut noter également parmi les autres arguments soulevés contre le mouvement étudiant c’est le droit des minorités, avec bien sûr les diverses injonctions, les mises en demeure, et les procès qui se multiplient, comme si les assemblées n’étaient pas l’endroit pour les majorités et les minorités de s’affirmer en vue d’appuyer ou de rejeter telle ou telle direction politique donnée;

 

enfin le dernier aspect du mouvement que je tiens à relever c’est également le côté innovant du mouvement que personne ne veut soulever ou mentionner dans leurs analyses et parmi leurs considérations vis-à-vis du mouvement.

Sur cet aspect, je ne peux que constater la médiocrité et le manque d’imagination des grands spécialistes qui ne peuvent comprendre le caractère innovant dans l’implication des jeunes étudiants québécois à qui l’on demande souvent de s’impliquer dans la chose politique et publique de la société mais également à qui l’on reproche son manque de participation et son cynisme.

Or avec ce mouvement social des étudiants du Québec, les luttes étudiantes prennent un nouveau tournant, un nouveau virage qui est désormais en rupture avec la génération 1968 c’est-à-dire, organisations étudiantes, revendications académiques étudiantes et mouvements politiques et sociaux en, organisations étudiantes, consciences sociales des étudiants, revendications sociales globales par les étudiants, mouvement social des étudiants et de la société et changement global et sociétal.

 

Les grands spécialistes vous diraient que nous changeons de paradigme avec le mouvement actuel cependant, ça fait déjà un bout depuis que nous sommes dans ce paradigme actuel avec toutes les vagues successives de mouvements de jeunes à travers le monde dont: les altermondialistes, les indignés, Occupy, le printemps arabe, le printemps érable pour ne citer que ceux-là.

 

Tous ces mouvements pris isolés cachent le nouvel paradigme mais considérer dans leur totalité et dans un continuum, montrent clairement un vaste mouvement social et sociétal qui s’était mis en branle en Occident depuis la fin et l’effondrement du bloc de l’Est des années 1989.

 

Pour bien comprendre mon choix de 1989 comme repère de ce vaste mouvement de changement  sociétal qui est en train de s’opérer actuellement en Occident et peut-être à travers le monde si je veux regarder  à travers ma boule de cristal, il faut se rappeler qu’à cause de la division idéologique de l’après de la deuxième guerre mondiale, tous les mouvements étudiants étaient associés à des mouvements communistes or, avec la fin de la guerre froide qui ne s’est pourtant jamais terminée, les mouvements et les luttes étudiantes sont perçus comme plutôt des mouvements et des luttes sociaux donc tolérables.

En même temps, cette réalité a ouvert la voie au questionnement du modèle sociétal capitaliste et libéral qui servent à développer les disparités entre les individus des sociétés occidentales. Toutes sociétés occidentales se sont développées au profit de la génération des babyboomers avec des systèmes syndicaux, des politiques sociales, financières et économiques qui protègent leurs acquis, des mesures sociales et financières, des fonds de retraites et des systèmes de prêts et de financement qui les déchargent de toutes responsabilités envers les générations futures que sont les générations actuelles. Pourtant, à bien comprendre la logique et les principes du capitalisme et du libéralisme qui prévalent en occident, on ne devait pas rencontrer autant de conservatisme dans la réalité de ces deux systèmes.

Il faut peut-être comprendre qu’avec cette nouvelle nouvelles façon de légitimer une action sociale étudiante, les étudiants québécois ont amené une nouvelle axe de s’impliquer politiquement par les étudiants en ce sens qu’ils sont devenus non seulement des étudiants mais également des acteurs sociaux et politiques qui trouvent leur légitimités d’actions non seulement dans leurs cadres scolastiques mais au niveau social et politique capable de répondre aux difficultés d’accès que posent les structures des partis politiques traditionnels des sociétés occidentales. Ce mouvement aura été donc précurseur d’une nouvelle façon de faire des étudiants et il est parti à partir de ce Printemps Social des Étudiants du Québec mais, en même temps il met fin au  mouvement des années 1968 et, nous ne pouvons qu’espérer des changements.

 

Hermann Cebert

Lisez aussi:

Je suis aussi l’UQAM

Des professeurs inquiets pour l’avenir de l’institution

13 avril 2015 14h05 | Texte collectif* | Éducation

La contestation étudiante, qui vise des objectifs louables de défense du système d’éducation universitaire au Québec, s’est transformée en une réelle crise institutionnelle qui affaiblit et fait mal à l’UQAM. Ces derniers jours, la mouvance contestataire s’est nourrie des actions intolérables d’une faction minoritaire d’agitateurs dont l’appartenance à l’UQAM est douteuse. Ces manifestants masqués et souvent cagoulés intimident et terrorisent étudiants, professeurs, chargés de cours et employés, vandalisent la propriété de l’université et distillent un climat de violence insupportable.

 

Le mercredi 8 avril, à la suite de nombreux cas de violence, d’actes d’intimidation et d’atteintes à l’intégrité matérielle et académique de l’institution, un affrontement entre policiers et la faction la plus radicale des étudiants en grève s’est terminé dans le chaos. Les coûts matériels sont importants, mais sans commune mesure avec la perte de réputation de l’UQAM.

 

La situation déjà explosive avait dégénéré au point où l’intégrité physique des usagers de l’université ne pouvait plus être assurée par les agents de sécurité en place. Si la décision de l’administration d’en appeler aux forces policières peut paraître exagérée pour certains, une absence d’intervention l’aurait été encore davantage.

 

En conséquence, nous, professeurs de l’UQAM, souhaitons faire connaître notre désaccord avec les déclarations publiques de l’exécutif du Syndicat des Professeurs de l’UQAM (SPUQ) et de sa présidente, Michèle Nevert, appuyant sans discernement les actions étudiantes, en opposition directe avec la décision de sécuriser l’espace universitaire. Nous nous dissocions du ton et de la nature des propos tenus par Mme Nevert, en particulier à l’émission du matin de Radio-Canada, au lendemain du saccage. Ces interventions font énormément de tort à l’UQAM et contribuent à amplifier le niveau de crise institutionnelle. Nous ne nous reconnaissons pas dans ces positions, apparemment prises au nom de tous les professeurs. Nous saluons cependant l’appel au calme du syndicat lors d’un point de presse vendredi après-midi, venu tardivement à notre avis.

 

La réputation de l’UQAM a été fortement mise à mal, ces derniers jours. Nous réitérons notre engagement à faire rayonner la vraie UQAM, celle qui, à travers sa mission d’enseignement et de recherche, contribue à la société québécoise. La tempête financière qui agite et met en péril l’avenir des universités québécoises ne se réglera pas par le saccage de l’UQAM.

Montréal, le 12 avril 2015

 

Lamothe, Michel ; Mounier, Catherine ; Prairie, Yves ; Amaya Diego ; Arcand Manon ; Arsenault Paul ; Aubertin-Leheudre Mylene ; Audet ; Barbeau Benoît ; Barbecot Florent ; Baron Louis ; Bauer Julien ; Bazoge Benoit ; Beaulieu Alain ; Bédard François ; Bédard Michel G. ; Bédard Marc-André ; Beisner Beatrix ; Bélanger Daniel ; Bélanger, Marc ; Ben Abdallah Ramzi ; Bergeron Jasmin ; Bergeron Yves ; Bigras Yvon ; Bird David ; Blanchet Jean-Pierre ; Boeck Harold ; Bourdeau Simon ; Bourgault Steve ; Bourjolly Jean-Marie ; Bouzinab Kamal ; Brassard Denise ; Brendgen Mara R. ; Burgess Joanne ; Cadoret Geneviève ; Callimaci Antonello ; Carrier Serge ; Cliche Anne Elaine ; Coen Alain ; Contardo Vera Claudio ; Cormier Denis ; Coulombe Caroline ; Crainic Teodor Gabriel ; Darbyshire Fiona ; De Serres Andrée ; De Vernal Anne ; Deblock Christian ; Degan Arianna ; Del Giorgio Paul ; Delacroix Alain ; Delerue Hélène ; Derry Alison Margaret ; DesmarteauRobert H. ; Dion Robert ; DrouinNathalie ; Dubuc Réjean ; Duguay Benoît ; Durazo Julian Hermann ; Durif Fabien ; Duval Christian ; El-Baalbaki Ghassan ; Faust Marie-Eve ; Felteau Claude ; Filiatrault Pierre ; Forget Jacques ; Fonseca Raquel ; Fortin Pierre ; Gagnon Jean-François ; Garand Dominique ; Garneau Michelle ; Gauthier Pierre ; Gingras Anne-Marie ; Girard Éric ; Giroux Jean-François ; Gouspillou Gilles ; Goyette Sylvain ; Graf Raoul ; Grenier Alain A. ; Grenier Johanne ; Guay Richard ; Guay Alain ; Hadaya Pierre ; Haeck Catherine ; Hamzaoui Chérif ; Harvey Jean ; Harvey Jean ; Hobbs Brian ; Hodgson Douglas ; Houle, Sylvain ; Jébrak, Michel ; Jenabian Ali ; Jolin Louis ; Juneau Philipe ; Jutras Sylvie ; KarelisAntony ; Kembel Steven ; W. ; Koch Wilfried ; Labelle Réal ; Lacroix Caroline ; Lafond Julie ; Landry Bernard ; Langlois Michel G. ; Lanoue, Nicole ; Lauly, Jean-Paul ; Lavoie Kim ; Ledoux, Marie-Josée ; Lejeune Albert ; Lemay Martin ; Leroux Marie-Louise ; Librowicz Michel ; Lussier Bruno ; Macdonald Roderick ; Macleod Alexander ; Maguiraga Lassana ; Marcotte Suzanne ; Marcotte Diane ; Mariette Julien ; Marquis Dominique ; Marsan Benoît ; Marticotte François ; Martin Julien ; Merrigan Philip ; Michaud Pierre C. ; Miller Victoria ; Mishara Brian L. ; Niosi Jorge ; NobertYves ; NoiseuxMarie-Hélène ; Olleros Javier F. ; PapadopoulosAndrew ; Paquet Alain ; Pasquero Jean ; Petit Yves ; Pinti Daniele ; Planas Dolores ; Poirier Nathalie ; Prévost Jean-Guy ; Prom Tep Sandrine ; Radanielina Hita Marie-Louise ; Rei Walter ; Reid Luc ; Richelieu André ; Richer François ; Robinot Elisabeth ; Roch Alexandre ; Rodier Francine ; Romero Alejandro ; Rouleau Isabelle ; Roy Fernande ; Roy Martin ; Saint-Amour Dave ; Sarrasin Bruno ; Sarremejeanne Jacques ; Schougaard Steen B. ; Seguin Michel ; Sevick Pavel ; Shi Rushen ; Sicotte Hélène ; Simard Carolle ; Sleno Lekha ; Solcanu Madalina ; Stevanovic Dalibor ; Stevenson Ross ; St-Amant Gilles ; St-Onge Anik ; St-Onge Benoît ; St-Pierre David ; Thériault Julie ; Thériault Joseph Yvon ; Toffoli Roy ; Torlaschi Enrico ; Tremblay Pierre P. ; Vachon Marc-Antoine ; Verreault Jonathan ; Verret, Claudia ; Viger Chantal ; Villeneuve, Johanne ; Yanni Pierre-Yves ; Zuccaro Cataldo.

 
UQAM

184 professeurs se dissocient des positions du syndicat


Pourquoi les bourgeois ont peur du changement en Haïti? : regard inversé du rôle de la peur sur le financement de la violence en Haïti

8 avril 2015

Je me suis déjà référé à Hegel en ce qui concerne ses recherches sur les effets négatifs de la peur sur l’aliénation des peuples et des individus dans d’autres articles cependant dans le cadre de cet articlel, je vais tenter de ressortir son effet sur le développement de Haïti et plus précisément sur le financement de la violence comme facteur de ce sous-développement.

En effet, au cours de notre vie, nous avions tous été à un moment de notre vie  confronté à des situations qui nous poussent à avoir peur de quelqu’un ou de quelque chose.

Généralement, cette peur nous envahit lorsque nous sommes seuls ou surtout lorsque nous nous sentons seuls; lorsque nous nous sentons faibles et impuissants; lorsque nous avons des doutes justifiés ou non et, que nous éprouvons un sentiment de danger pour nous mêmes ou pour nos proches, pour nos biens ou les biens de nos proches; lorsque nous nous nous nous sentons coupables ou éprouvons des sentiments de culpabilité pour des torts causés à autrui; lorsque nous manquons de confiance en nous et en nos moyens ou, que nous estimons que les autres sont supérieurs à nous ou, que nous les envions pour ce qu’ils ont et ce qu’ils sont.

Or très précisément, avoir peur doit traduire notre impuissance, notre faiblesse, notre incapacité à faire face aux dangers auxquels nous sommes quotidiennement exposés, des dangers qui sont produits par notre environnement immédiat ou éloigné et aussi que nous pouvons avoir engendrer suite à nos actions.

Lorsque nous avons peur, nous perdons le contrôle de notre raison, de nos émotions, nos distances par rapport à notre environnement, par rapport à notre réalité, aux êtres et aux choses mais surtout parce que la réalité du monde de la peur devient pour nous un inconnu, un monde étranger auxquels nous ne sommes pas vraiment habitués.

Évidemment, puisque le monde de la peur et la réalité de la peur s’entrechoquent à cause de ses effets de surprise, de ses étrangetés qui tienent à nous faire perdre notre contrôle, alors nos réactions deviennent brusques et brutales. Nous déployons toutes nos attentions, toutes nos forces, toutes nos énergies vers ce qui fait peur créant ainsi un vide mental et un vide psychologique qui nous mettent à la merci de nos peurs et de ce qui fait peur.

Très certainement, pour que nous ayons peur dans une situation donnée, il faut que nous soyons surpris ou du moins en apparence car nous pouvons également avoir peur sans l’effet de surprise.

De plus, il faut que nous soyons seuls ou du moins nous sentir seuls dans cette situation d’autant que cette solitude tend à augmenter nos angoisses puisque nous ne pouvons pas identifier nos repères et conséquemment nous nous sentons impuissants devant l’effet de danger que provoquent nos sentiments de peur.

Cependant force est de reconnaître que bien souvent comme le dit le dicton, la peur du mal dont on a peur fait plus de mal que le mal dont on a peur. Voilà donc ce qui nous permet d’aborder le sujet principal du texte, celui de comprendre pourquoi les bourgeois haïtiens continuent de financer la violence et le sous-développement en Haïti, disons plutôt quelques familles riches seulement. 

Voyons voir.

En effet, pour bien comprendre les causes fondamentales de la participation de quelques familles bourgeoises haïtiennes au sous-développement et des divers retards que connaissent le pays à travers leurs financements des coups d’État, des assassinats de personnalités politiques et économiques du pays, il faut se tourner vers les climats de peur qu’elles entretiennent et généralisent dans le pays.

Puisque les bourgeois haïtiens vivent isolés et en appartheid du reste de la population haïtienne dans leur ghetto-Pétion-ville hautement barricardé de clôtures avec des sécurités maximums, puisqu’ils ne partagent pas leurs richesses avec le reste de la population, puisque leurs richesses accumulées se font dans des conditions de l’illégalités complètes, puisqu’ils ont toujours besoin du monopole pour pouvoir s’enrichir, puisqu’ils ne payent pas de taxes et d’impôts, ils n’investissent pas dans la recherche et le développement, ils n’investissent pas dans le mécenat et dans les jeunes, ils ne transfèrent pas à la population leurs goûts du luxe et du beau, ils ne représentent pas des modèles de réussite pour le reste de la population bref, la liste est trop longue pour pouvoir tout rapporter ici dans un seul article.

Tout cet éloignement, toutes ces barricardes, toutes ces barrières, toutes ces clôtures entre la bourgeoisie haïtienne et le reste du pays et le reste de la population locale ne font que développer de la méfiance, de la crainte, de l’agressivité, de la violence parce que exigeant plus de moyens sécuritaires puisque en arrière de tout cela c’est la peur qui trouve son terreau fertil pour se développer. En suite, c’est un cycle infernal qui continue parce que plus on a peur c’est plus que le paranoïa se développe en créant des sentiments de danger permanents pour soi-même et pour les siens.

Par ailleurs, lorsque l’on considère les conditions dans lesquelles plusieurs bourgeois haïtiens sont devenus riches, l’illégalité, la corruption, les malversations, la drogue, les assassinats, dans l’injustice sauvage, dans l’exploitation des plus démunis, dans la trahison, dans le vol, dans le kidnapping, dans le blanchiment d’argents etc…, on peut comprendre qu’ils ne peuvent pas se sentir en sécurité quand bien même ils ne sont nullement menacés par le peuple haïtien qui est trop pacifique et pas assez exigeant envers eux compte tenu du nombre de torts qu’ils ont causé à ce peuple.

Cette bourgeoisie dite haïtienne mais que tout le monde sait qui n’a les pieds qu’à l’étranger fait tout pour révolter le peuple en le provocant avec ses luxes grotesques et méprisants.

Toutefois, c’est avec quelques éléments de la classe moyenne haïtienne qu’elle maintien le peuple dans la résignation et le laisser faire. Presque tous les médias font silence sur presque tout ce qui pourrait dérranger cette bougeoisie alors que c’est ce même médias dont les journalistes les plus connus et plus réconnus se réclament libres dans leurs messages dits ou souvents appelés engagés.

Hermann Cebert


Les chants du siècle, la révolte se prépare

3 avril 2015

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

Un petit peu de ci, un petit peu de ça

 

 

Ici, par-ci, par-là, tout ceci c’est ça ça

Nous, ici partout, tout aussi ailleurs là

Sortons, Chantons, Crions haut et fort

C’est le bouillon, le chant du siècle

 

Un ptit peu de terres, un ptit peu ça de travailleurs

Un ptit peu de semence, un ptit peu ça de machine

Un ptit peu de capital, un ptit peu  ça de nourriture

Un ptit peu de salaire, un ptit peu ça d’organisation

C’est le bouillon des exploitations

 

Un ptit peu de religion, un ptit peu de croyance

Un ptit peu d’Islam, un ptit peu de Christianisme

Un ptit peu de vodou, un ptit peu d’hindouisme

Un ptit peu de Judaïsme, un ptit peu de laïcisme

C’est le bouillon de l’intolérance

 

Un ptit peu de de supériorité, un ptit peu d’infériorité

Un ptit peu de noirs, d’aborigènes, un ptit peu d’arabes

Un ptit peu de juifs, un ptit peu de Sikh et d’Indiens

Un ptit peu de latinos, Un ptit peu d’asiatiques et blancs

C’est le bouillon du racisme 

 

Un ptit peu de production, un ptit peu de produits

Un ptit peu de marché, un ptit peu de cocurrence

Un ptit peu rareté, un ptit peu de spéculations

un ptit peu d’informations, un ptit peu de profits

C’est le bouillon des dominations

 

 

Un ptit peu de marketing, un ptit peu de publicité

un ptit peu de médias, un ptit peu de propagande

Un ptit peu de de soumis, un ptit peu de manipulation

un ptit peu de religion, un ptit peu de consommation

C’est le bouillon des idéologies

 

 

Un ptit peu de jeunes, un ptit peu de conscience

Un ptit peu d’organisations, un ptit peu de stratégies

Un ptit peu de réseaux, un ptit peu de tactiques

un ptit de peu de casses, un ptit peu de policiers

C’est le bouillon de la brutalité

 

 

Un ptit peu de magasins, un ptit peu de manufactures

un ptit peu de restaurants rapides, un ptit peu de salaires

Un ptit peu de solidarité, un ptit peu de syndicalisations

Un ptit peu de fermetures, un ptit peu de règlements

C’est le bouillon de la délocalisation

 

Un ptit peu de pouvoir, un ptit peu de gouvernement

Un ptit peu de lois, un ptit peu d’armées et d’armes

Un ptit peu d’invasions, un ptit peu d’occupations

Un ptit peu de coopérations, un ptit peu de cultures

C’est le bouillon des civilisations

 

Un ptit peu de numérique, un ptit peu de médias

Un ptit peu de radios, un ptit peu de télévisions

Un ptit peu de journaux, un ptit peu de magazines

un ptit peu d’agences d’infos, un ptit peu de monopoles

C’est le bouillon de l’aliénation

 

Un ptit peu de nourriture, un ptit peu d’anorexie

Un ptit peu de boulimie, un petit peu de culpabilité

Un ptit peu de minceur, un ptit peu de rondeur

Un ptit peu de mannequinat, un ptit peu de défilé

C’est le bouillon de la mode

 

Un ptit peu de transsexuel, un ptit peu de gai

Un ptit peu d’hétérosexuel, un ptit peu de d’homosexuel

Un ptit peu de transgenre, un ptit peu d’hermaphrodite

Un ptit peu de bisexuel, un ptit peu de zoophilie

C’est le bouillon de l’amour du temps

 

 

Hermann Cebert


Qui financent la violence et la misère en Haïti: les familles les plus riches de Haïti

3 avril 2015

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

Je remercie tous mes fidèles lecteurs qui ne cessent de grossir chaque jour et qui m’ont fait part de leurs commentaires et de leurs questions et,  j’en profite aujourd’hui pour répondre à certaines de ces questions. À ceux qui se demandent si je suis contre les gens riches de Haïti et de la bourgeoisie, je leur répond non.

Je ne suis pas contre ces gens-là cependant, je suis contre leurs pratiques commerciales et leurs idéologies de haine raciale et commerciale sans oublier leurs appétits pour la violence et la terreur qu’ils ne cessent de financer à travers les complots d’assassinats et de coup d’état politique et économique dans le pays.

Je suis pour un capitalisme national mais responsable socialement en termes de répartitions de richesses compte tenu que l’état est un très mauvais répartiteur de richesses dans le pays.

De plus je conçois mal un capitalisme qui s’articule autour de la violence mafieuse et du monopole archaïque et rétrograde par conséquent, je suis pour un capitalisme national où la concurrence et les règles font loi comme cela se pratique dans les pays développés.

Je suis pour une pluralité de leaders d’hommes et de femmes d’affaires venant de partout dans le monde désireux de faire prospérer le pays en vue d’améliorer la qualité et les conditions de vie de tous les haïtiens puisque le pays possède assez d’atouts pour permettre à quiconque de prospérer en affaires tout en jouissant de notre climat enchanteur et envié.

Espérant avoir répondu sans détours à cette qui préoccupait plusieurs de mes lecteurs, j’espère que chaque lecteur continuera de me faire parvenir leurs questions et il me fera toujours un plaisir immense de les répondre. Merci, bonne lecture à tout un chacun.

Dans cet article j’aborde la question du projet d’extermination de tous les Haïtiens par les familles les plus riches de Haïti. Selon mon constat, si les riches continuent de pratiquer le modèle économique de type féodal qu’ils ont présentement, il est fort probable que d’ici cinq à dix ans d’assister à l’extermination pure et simple de tous les haïtiens.

En fait pour bien comprendre cette constatation  et l’affirmation qui la complète, il faut se référer au taux de chômage grandissant dans le pays, au taux d’inflation galopante imposée par les philosophies commerciales de la bourgeoisie commerciale du pays et également, il faut se référer aux actions souterraines en matière des sources de financement des régimes de terreurs dans le pays.

Tous les experts et chercheurs internationaux admettent quasi unanimement que la bourgeoisie de Haïti est l’une des bourgeoisies les plus réactionnaires du monde. Elle ne produit quasiment rien en terme de biens industriels et agricoles et, elle pratiques un capitalisme archaïque et féodal.

Elle possède des monopoles dans tous les secteurs de l’activité économique du pays sans oublier la haine qu’elle éprouve pour tout le peuple Haïtien.

Cette bourgeoisie n’entretient aucun lien de fraternité avec le reste de la population et le plus souvent les membres de cette bourgeoisie préfèrent s’accoupler entre eux au lieu de se mêler avec la population locale du pays.

Il est vrai que la production agricole et industrielle ont diminué terriblement en Haïti au cours de ces vingt dernières années à cause des problèmes politiques.

Cependant tout le mal actuel du pays ne vient pas seulement des groupes politiques bien que ces derniers aient pu faire preuve d’un  manque  flagrant de leadership et de responsabilité durant cette longue et triste période politique dans le pays.

Durant ces deux dernières décennies les troubles politiques ont été majoritairement supportés et financés par les élites écoomiques et financières du pays: les cinq familles les plus riches du pays ont financé les régimes de terreur en vue de combattre toute volonté de changement social, économique et politique parce que voulant conserver leurs monopoles dans tous les secteurs de l’activité économique du pays.

De même, les familles riches du pays ont profité pour fermer leurs entreprises dans le pays jusqu’à diminuer leurs investissements réels dans le pays préférant pratiquer la mise en sac ou l’emballage puisque cette catégorie d’affaires leur est devenue plus rentable.

Si autrefois, les hommes et femmes d’affaires de Haïti faisaient de la sous-traitance pour les compagnies Nord-Américaines, depuis plus de vingt ans, ces derniers ont préféré acheter ce qu’ils produisaient autrefois pour ne pratiquer que l’emballage.

 En fait malgré ce changement de spécialisation qui auraient dû être plus circonstancielle diraient certains selon une certaine approche de réalisme d’affaires, cette nouvelle activité est plutôt devenue leur principale activité de production affaiblissant ainsi les capacités productives du pays.

Les industriels et les commerçants de Haïti important de plus en plus les denrées en vrac deviennent  tout à coup de simples acheteurs et transformant pour ainsi dire tout le pays en une porcherie où le peuple est considé comme du bétail que les  commerçants doivent nourrir avec les biens importés.

Les commerçants de Haïti sont les seuls au monde à augmenter les prix des biens non en fonction des réalités du marché international et des variations des prix internationaux mais comme bon leur semble.

Ils commande le moindrement possible. Ils cachent les biens pour créer une rareté artificielle  puis, après trois, six ou douze mois, ils remettent les mêmes produits sur le marché avec des augmentations extrêmement élevées.

Ils ne se soucient pas de la qualité des produits puisqu’ils sont les seuls importateurs, le peuple n’a aucun choix que de consommer ces produits avariés.

De cette pratique commerciale, il en résulte la chèreté de la vie et des taux d’inflations qui défient l’entendement.

En l’espace de seulement deux ans, soit après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a ravagé complètement plusieurs régions du pays, les prix des produits de première nécessité ont connu des hausses variant de 12% à 43% alors que sur le marché iternational les variations sont nettement en dessous de celles enregistrées en Haïti.

Évidemment, il ne faut pas négliger les différentes augmentations de prix que les commerçants avaient déjà appliqués sur les produits et les services qu’ils offrent sur le marché local. En effet, de 199o 2010 qui a marqué l’arrivée d’un sentiment et d’une volonté de changement dans le pays, les prix des biens de première nécessité avaient connu des augmentations de 1200%  alors que tous ces biens avaient été importés de l’étranger ou les augmentations n’avaient pas dépassées 100%.

La bourgeoisie de Haïti est anti-productive elle d’abord et avant tout une bourgeoisie de consommation qui importe tout de l’étranger et  se faisant elle procède à l’extermination pure et simple de l’ensemble du peuple haïtien.

Cette bourgeoisie étrangle volontairement tout un peuple obligé de s’agénouiller pour se ouvrir, se vêtir et s’abriter et de ce point de vue il implique que chaque haïtien a le devoir de se révolter contre cette bourgeoisie qui l’extermine à petits feux mais sûrement.

Plusieurs se demandent avec raisons de juger les criminels notoires comme jean-claude duvalier mais personne, y compris les journalistes engagés, n’osent soulever la question d’un jugement au criminel de ceux qui pillent les richesses du pays et qui l’extermine.

Oui, si personne ne se soulève contre les agissements de cette bourgeoisie, ce sont tous les haïtiens vivant dans le pays qui risquent d’être exterminé par cette bourgeoisie assoiffée de sang et de richesse.

Les bourgeois de Haïti doivent changer leurs façons de faire les affaires dans le pays et ils doivent s’identifier au pays et éprouver au moins un certain nationalisme à défaut d’un nationalisme tout court. Il est intolérable de les voir laisser le pays s’éffondrer à cause de leur éloignement avec le peuple et le pays.

Hermann cebert

Voici un tableau des différentes variations des prix des biens de premières écessités trouvé sur le site de radio métropole de haïti:

Mardi, 20 avril 2010 10:24

Haïti: Les prix du marché, toujours trop haut

Le volume du riz importé a augmenté au cours des deux dernières semaines à Port-au-Prince. Toutes les marques de riz qui ont été vendus dans le commerce avant le tremblement de terre se trouvent maintenant sur le marché de la Croix-des-Bossales.

Les prix des haricots noirs et du riz importé ont diminué sur le marché de la Croix-des-Bossales ces deux dernières semaines, toutefois les prix restent haut par rapport au prix du marché avant le séisme du 12 janvier. La baisse des prix du riz importé observé cette semaine est en partie due à la diminution des prix du riz sur le marché international.

Sur les marchés de Port-au-Prince et jacmel, l’observatoire des prix constate que malgré le volume d’aide alimentaire et à part quelques exceptions, le prix des produits alimentaire, depuis le séisme du 12 janvier ne cesse d’augmenter même si l’on constate un léger ralentissement de la hausse des prix.

Prix du marché à Croix-des-Bossales (Port-au-Prince)

Riz importé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes – le 12 mars 135 Gdes (+ 13%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 240 Gdes – le 12 mars 200 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 180 Gdes – le 12 mars 225 Gdes (+ 25%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 170 Gds – le 12 mars 150 Gdes (-12%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 80 Gdes – le 12 mars 100 Gdes (+ 25%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 75 Gdes (+ 25%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 70 Gdes – le 12 mars 100 Gdes (+43%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 75 Gdes (+25%)
Sel Avant le séisme 20 Gdes – le 12 mars 20 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 130 Gdes – le 12 mars 150 Gdes (+15%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 120 Gdes – le 12 mars 125 Gdes (+4%)
L’huile de cuisine (alberto et Rika) 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes – le 12 mars 250 Gdes (0%)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 12 Gdes – le 12 mars 12 Gdes (0%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 600 Gdes – le 12 mars 700 Gdes (+17%)

Prix sur le marché de Jacmel

Riz importé (6 lbs) Avant séisme 132 Gdes – le 12 mars 150Gdes (+ 14%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 360 Gdes – le 12 mars 300 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 210 Gdes – le 12 mars 240 Gdes (+ 14%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 150 Gds – le 12 mars 195 Gdes (+30%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (+ 33%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 72 Gdes (+ 20%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (+33%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (0%)
Sel Avant le séisme 45 Gdes – le 12 mars 45 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 150 Gdes – le 12 mars 180 Gdes (+20%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 132 Gdes – le 12 mars 144 Gdes (+9%)
L’huile de cuisine Alberto 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes – le 12 mars 265 Gdes (+6 %)
L’huile de cuisine Rika 1 Gal Avant le séisme 275 Gdes – le 12 mars 250 Gdes (-9 %)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 13 Gdes – le 12 mars 15 Gdes (+ 20%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 300 Gdes – le 12 mars 350 Gdes (+17%)

N/ Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_econ_fr.php?id=17585

à suivre

Hermann Cebert


Au delà du Kidnapping des jeunes Moscoso par Clifford Brand et de l’arrestation de ce dernier

3 avril 2015

Au-delà de l’implication des Brandt dans le Kidnapping des Jeunes Moscoso : Comment comprendre la naisance des dictatures féroces en Haïti

Il n’était un mystère pour personne que plusieurs éléments de la bourgeoisie commerciale et de mise en sac d’Haïti étaient férocement impliqués dans la violence systémique du pays. Les seules difficultés avaient toujours été de trouver le support des gouvernements américains dans la lutte pour combattre les bourgeois criminels responsables de cette violence permanente et qui empêche au pays de prendre son envol et du coup assurer son développement.

Pour bien comprendre l’arrestation de Clifford Brandt en lien avec le Kidnapping des jeunes Moscoso, il faut d’une part comprendre les buts visés par le kidnapping, élément fondamental dans une stratégie de peur globale et de violence globale, puis d’autre part comprendre l’interprétation par les américains du blocage systématique du développement du pays.

Les bourgeois comme Clifford Brand ont une vision monopolistique de l’économie et du développement d’Haïti c’est-à-dire, ils ne tolèrent aucune compétition économique dans le pays. Pour eux, seuls leurs monopoles dans toutes les sphères d’activité économique sont meilleurs par conséquent ils sont toujours prêts à créer des conditions de violence extrêmes pour créer la peur chez les investisseurs étrangers et des sommes astronomiques sont disposées pour financer cette terreur.

Selon certain, la gestion de la violence par la bourgeoisie est une entreprise super-structurée avec à la fois la représentation de toutes les familles riches du pays mais également avec la participation financière de celles-ci.

D’abord le contexte du kidnapping et de la violence généralisée. Étant toujours informé de l’arrivée et de la présence d’hommes d’affaires et d’investisseurs étrangers dans le pays, ce sont eux qui dirigent et contrôlent la chambre de commerce du pays et surtout, puisque tout homme et femme d’affaires raisonnables savent pour venir faire affaire au pays, ils doivent passer par les chambres de commerce car c’est de fait la première porte d’entrée pour eux.

Or, voilà qu’en Haïti c’est de cet endroit que siègent ceux qui refusent la présence d’investisseurs étrangers dans le pays et c’est là également que se trouvent les bandits légaux pour répéter le président de la république.

La bourgeoisie dominante du pays est violente et criminelle et, cette domination par la violence se structure par le féodalisme, les monopoles, la corruption, la cupidité et l’avarisme. Quant à la domination criminelle elle se structure par l’implication des groupes armés dont les anciens militaires, les policiers en fonction, les anciens policiers et des mercenaires recrutés dans les gangs de dealers de drogue colombiens, américains, français, canadiens, italiens et haïtiens.

De partout dans le monde, la bourgeoisie d’Haïti est toujours en recrutement de tueurs à gage pour commettre des actes de banditisme et d’assassinats dans le pays et ces criminels arrivent souvent comme des touristes au pays et repartent immédiatement après avoir commis leurs actes criminels sans laisser de traces.

C’est l’argument que semblent soutenir quelques écrits sur les assassinats de Durocher Bertin, Guy Malary, Antoine et Georges Izméry, Yves Volel, Jean Dominique pour ne citer que ceux-là

Un autre élément du contexte du kidnapping est également l’arrivée d’investisseurs et d’hommes et femmes d’affaires dans le pays. En effet, l’élément fondamental et explicatif du kidnapping est l’intérêt économique puis par ricochet financier et monétaire.

Cependant le caractère économique qu’il est véritablement question dans cette affaire est global et non spécifique comme le kidnapping peut vouloir l’exprimer ou le traduire.

Si l’on se base sur la rançon demandée par les présumés kidnappeurs, quoique un montant important, on risque de se tromper énormément car la rançon n’est pas représentative des buts visés et des intérêts enjeux. La rançon est plutôt une petite miette dans la balance des profits recherchés. Pour cause, 2.5 millions de dollars pour Clifford Brand est une simple dépense de soirée au Casino puisque ses richesses et celles de sa famille est un million fois de plus que ce petit montant.

Par contre lorsqu’on associe l’acte du kidnapping aux intérêts de classe du bourgeois haïtien dont les retombées économiques et financière on se rend compte que le kidnapping correspond à un projet plus vaste de la bourgeoisie dont les familles bourgeoises les plus riches du pays sont les principales bénéficiaires.

Le kidnapping dont Clifford Bandt semble être le cerveau, s’inscrit dans un vaste projet de terreur et de criminalité engagée par la classe possédante du pays et il s’étend sur une très grande période avec des objectifs systémiques, ceux du maintient des privilèges de cette classe de riches en Haïti.

Étant intéressé par les secteurs économique, social, politique et culturel du pays, j’ai constaté que la violence et les crimes odieux apparaissent dans le pays lorsque des projets d’affaires étaient en cours en Haïti. C’était le cas de l’arrivée de l’homme le plus riche du monde dans le pays. Avant tout au long de l’actualité de cette venue, des assassinats sont commis, des menaces étaient faites sur la personne du président selon certaines rumeurs à ce sujet, des policiers sont assassinés avec des liens de liaisons de non correspondance entre les accusés et les victimes termes que j’ai développés dans deux articles.

En ce sens, il est évident que le véritable contexte du kidnapping de Clifford Brandt sur les Moscoso ne visait pas seulement ou peut-être à extorquer cette famille mais plutôt à créer un précédent criminel dont les objectifs consistaient à faire peur les investisseurs du nouveau parc industriel de Caracol dans le but de permettre à la bourgeoisie d’être les propriétaires de ce site.

Le seul problème des opérateurs de la violence dans le pays, c’est que les membres de cette bourgeoisie ne soupçonnaient pas que le choix du site avait été une stratégie de l’administration américaine qui a décidé une fois pour toute que le pays doit se développer et ce avec ou sans la participation des tenants de la bourgeoisie d’Haïti telle qu’elle est présentement. La maison blanche et les Clinton connaissent très bien les manœuvres de cette bourgeoisie criminelle et féodale.

De plus, l’administration du président Américain Barak Obama sait très bien que pour aider véritablement Haïti, il faut tenir à l’écart un nombre important de bourgeois haïtiens qui ont été identifiés dans le rapport de Walter E Fontroy comme étant opposés systématiquement au développement et à la stabilité de Haïti.

En ce sens, Clifford Brandt et la grande majorité des financiers qui supportent l’instabilité et les monopoles dans le pays ignoraient que les services secrets américains sous ordres du président Barak Obama et suivant les demandes de l’ex-président américain Bill Clinton avaient à l’œil les agissements des bourgeois criminels dans le pays. Voilà pourquoi on est parvenu à l’arrestation de Clifford Brand.

Selon toute vraisemblance, c’est lors de la dernière rencontre entre Bill Clinton et le président accompagné de son premier ministre que le président Joseph Michel Martelly et le Premier Ministre Laurent Salvador lamothe avaient été informés de l’avancement du projet Radar sur la Bourgeoisie d’Haïti. Comme mesures prises par la présidence et le gouvernement, on peut penser au changement de commissaires de gouvernement, choix de nouveaux responsables au sein et, à la tête de la police nationale et nomination de nouveaux fonctionnaires au sein de l’appareil étatique.

En revanche, alors que tout se mettait en place pour attraper les bourgeois sous radar des services secrets américains, une vague de protestation a envahi le pays avec des politiciens véreux insouciants et corrompus qui ont toujours été supportés et protégés par la bourgeoisie mafieuse et criminelle afin de servir de véritables troubles fêtes dans le pays.

Une simple parenthèse dans la présence de ces politiciens sur la scène politique nationale consiste à comprendre pourquoi certain politiciens demeurent actifs depuis plusieurs décennies alors que d’autres sont souvent obligés de partir pour l’exil et de toujours prendre la fuite.

La réponse est simple, ils sont toujours protégés par les mercenaires travaillant pour la bourgeoisie de plus ils sont toujours financés par cette bourgeoisie. Cela étant, ils constituent l’arme politique réactionnaire au service de la bourgeoisie dont les intérêts de celle-ci.

Selon certain, parmi ces politiciens, il y a des anciens ministres, des anciens députés, des anciens maires, des anciens militaires, des anciens sénateurs, des membres d’organisations populaires etc. qui travaillent de façon magique et naturelle pour les mêmes intérêts ceux de la bourgeoisie. On les reconnait par leur pouvoir d’action et d’influence sur la chose politique du pays.

Certaines divisions politiques majeurs au sein de la classe politique du pays dans les années 80, 90 et 2000 permet d’identifier sans difficulté ces politiciens corrompus qui collaborent avec la bourgeoisie toute puissante d’haïti.
Première partie
Hermann Cebert


Les Familles extrêmement Riches de Haïti sont en Train d’Exterminer les Haïtiens: L’extermination des haïtiens prévue Dans 5 ans ou 10 ans encore

3 avril 2015

Je remercie tous mes fidèles lecteurs qui ne cessent de grossir chaque jour et qui m’ont fait part de leurs commentaires et de leurs questions et,  j’en profite aujourd’hui pour répondre à certaines de ces questions. À ceux qui se demandent si je suis contre les gens riches de Haïti et de la bourgeoisie, je leur répond non. Je ne suis pas contre ces gens-là cependant, je suis contre leurs pratiques commerciales et leurs idéologies de haine raciale et commerciale sans oublier leurs appétits pour la violence et la terreur qu’ils ne cessent de financer à travers les complots d’assassinats et de coup d’état politique et économique dans le pays.

Je suis pour un capitalisme national mais responsable socialement en termes de répartitions de richesses compte tenu que l’état est un très mauvais répartiteur de richesses dans le pays. De plus je conçois mal un capitalisme qui s’articule autour de la violence mafieuse et du monopole archaïque et rétrograde par conséquent, je suis pour un capitalisme national où la concurrence et les règles font loi comme cela se pratique dans les pays développés.

Je suis pour une pluralité de leaders d’hommes et de femmes d’affaires venant de partout dans le monde désireux de faire prospérer le pays en vue d’améliorer la qualité et les conditions de vie de tous les haïtiens puisque le pays possède assez d’atouts pour permettre à quiconque de prospérer en affaires tout en jouissant de notre climat enchanteur et envié.

Espérant avoir répondu sans détours à cette qui préoccupait plusieurs de mes lecteurs, j’espère que chaque lecteur continuera de me faire parvenir leurs questions et il me fera toujours un plaisir immense de les répondre. Merci, bonne lecture à tout un chacun.

Dans cet article j’aborde la question du projet d’extermination de tous les Haïtiens par les familles les plus riches de Haïti. Selon mon constat, si les riches continuent de pratiquer le modèle économique de type féodal qu’ils ont présentement, il est fort probable que d’ici cinq à dix ans d’assister à l’extermination pure et simple de tous les haïtiens.

En fait pour bien comprendre cette constatation  et l’affirmation qui la complète, il faut se référer au taux de chômage grandissant dans le pays, au taux d’inflation galopante imposée par les philosophies commerciales de la bourgeoisie commerciale du pays et également, il faut se référer aux actions souterraines en matière des sources de financement des régimes de terreurs dans le pays.

Tous les experts et chercheurs internationaux admettent quasi unanimement que la bourgeoisie de Haïti est l’une des bourgeoisies les plus réactionnaires du monde. Elle ne produit quasiment rien en terme de biens industriels et agricoles et, elle pratiques un capitalisme archaïque et féodal. Elle possède des monopoles dans tous les secteurs de l’activité économique du pays sans oublier la haine qu’elle éprouve pour tout le peuple Haïtien. Cette bourgeoisie n’entretient aucun lien de fraternité avec le reste de la population et le plus souvent les membres de cette bourgeoisie préfèrent s’accoupler entre eux au lieu de se mêler avec la population locale du pays.

Il est vrai que la production agricole et industrielle ont diminué terriblement en Haïti au cours de ces vingt dernières années à cause des problèmes politiques. Cependant tout le mal actuel du pays ne vient pas seulement des groupes politiques bien que ces derniers aient pu faire preuve d’un  manque  flagrant de leadership et de responsabilité durant cette longue et triste période politique dans le pays.

Durant ces deux dernières décennies les troubles politiques ont été majoritairement supportés et financés par les élites écoomiques et financières du pays: les cinq familles les plus riches du pays ont financé les régimes de terreur en vue de combattre toute volonté de changement social, économique et politique parce que voulant conserver leurs monopoles dans tous les secteurs de l’activité économique du pays.

De même, les familles riches du pays ont profité pour fermer leurs entreprises dans le pays jusqu’à diminuer leurs investissements réels dans le pays préférant pratiquer la mise en sac ou l’emballage puisque cette catégorie d’affaires leur est devenue plus rentable. Si autrefois, les hommes et femmes d’affaires de Haïti faisaient de la sous-traitance pour les compagnies Nord-Américaines, depuis plus de vingt ans, ces derniers ont préféré acheter ce qu’ils produisaient autrefois pour ne pratiquer que l’emballage.

 En fait malgré ce changement de spécialisation qui auraient dû être plus circonstancielle diraient certains selon une certaine approche de réalisme d’affaires, cette nouvelle activité est plutôt devenue leur principale activité de production affaiblissant ainsi les capacités productives du pays.

Les industriels et les commerçants de Haïti important de plus en plus les denrées en vrac deviennent  tout à coup de simples acheteurs et transformant pour ainsi dire tout le pays en une porcherie où le peuple est considé comme du bétail que les  commerçants doivent nourrir avec les biens importés.

Les commerçants de Haïti sont les seuls au monde à augmenter les prix des biens non en fonction des réalités du marché international et des variations des prix internationaux mais comme bon leur semble. Ils commande le moindrement possible. Ils cachent les biens pour créer une rareté artificielle  puis, après trois, six ou douze mois, ils remettent les mêmes produits sur le marché avec des augmentations extrêmement élevées. Ils ne se soucient pas de la qualité des produits puisqu’ils sont les seuls importateurs, le peuple n’a aucun choix que de consommer ces produits avariés. De cette pratique commerciale, il en résulte la chèreté de la vie et des taux d’inflations qui défient l’entendement.

En l’espace de seulement deux ans, soit après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a ravagé complètement plusieurs régions du pays, les prix des produits de première nécessité ont connu des hausses variant de 12% à 43% alors que sur le marché iternational les variations sont nettement en dessous de celles enregistrées en Haïti. Évidemment, il ne faut pas négliger les différentes augmentations de prix que les commerçants avaient déjà appliqués sur les produits et les services qu’ils offrent sur le marché local. En effet, de 199o 2010 qui a marqué l’arrivée d’un sentiment et d’une volonté de changement dans le pays, les prix des biens de première nécessité avaient connu des augmentations de 1200%  alors que tous ces biens avaient été importés de l’étranger ou les augmentations n’avaient pas dépassées 100%.

La bourgeoisie de Haïti est anti-productive elle d’abord et avant tout une bourgeoisie de consommation qui importe tout de l’étranger et  se faisant elle procède à l’extermination pure et simple de l’ensemble du peuple haïtien. Cette bourgeoisie étrangle volontairement tout un peuple obligé de s’agénouiller pour se ouvrir, se vêtir et s’abriter et de ce point de vue il implique que chaque haïtien a le devoir de se révolter contre cette bourgeoisie qui l’extermine à petits feux mais sûrement.

Plusieurs se demandent avec raisons de juger les criminels notoires comme jean-claude duvalier mais personne, y compris les journalistes engagés, n’osent soulever la question d’un jugement au criminel de ceux qui pillent les richesses du pays et qui l’extermine.

Oui, si personne ne se soulève contre les agissements de cette bourgeoisie, ce sont tous les haïtiens vivant dans le pays qui risquent d’être exterminé par cette bourgeoisie assoiffée de sang et de richesse. Les bourgeois de Haïti doivent changer leurs façons de faire les affaires dans le pays et ils doivent s’identifier au pays et éprouver au moins un certain nationalisme à défaut d’un nationalisme tout court. Il est intolérable de les voir laisser le pays s’éffondrer à cause de leur éloignement avec le peuple et le pays.

Voici un tableau des différentes variations des prix des biens de premières écessités trouvé sur le site de radio métropole de haïti:

Mardi, 20 avril 2010 10:24

Haïti: Les prix du marché, toujours trop haut

Le volume du riz importé a augmenté au cours des deux dernières semaines à Port-au-Prince. Toutes les marques de riz qui ont été vendus dans le commerce avant le tremblement de terre se trouvent maintenant sur le marché de la Croix-des-Bossales.

Les prix des haricots noirs et du riz importé ont diminué sur le marché de la Croix-des-Bossales ces deux dernières semaines, toutefois les prix restent haut par rapport au prix du marché avant le séisme du 12 janvier. La baisse des prix du riz importé observé cette semaine est en partie due à la diminution des prix du riz sur le marché international.

Sur les marchés de Port-au-Prince et jacmel, l’observatoire des prix constate que malgré le volume d’aide alimentaire et à part quelques exceptions, le prix des produits alimentaire, depuis le séisme du 12 janvier ne cesse d’augmenter même si l’on constate un léger ralentissement de la hausse des prix.

Prix du marché à Croix-des-Bossales (Port-au-Prince)

Riz importé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes – le 12 mars 135 Gdes (+ 13%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 240 Gdes – le 12 mars 200 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 180 Gdes – le 12 mars 225 Gdes (+ 25%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 170 Gds – le 12 mars 150 Gdes (-12%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 80 Gdes – le 12 mars 100 Gdes (+ 25%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 75 Gdes (+ 25%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 70 Gdes – le 12 mars 100 Gdes (+43%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 75 Gdes (+25%)
Sel Avant le séisme 20 Gdes – le 12 mars 20 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 130 Gdes – le 12 mars 150 Gdes (+15%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 120 Gdes – le 12 mars 125 Gdes (+4%)
L’huile de cuisine (alberto et Rika) 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes – le 12 mars 250 Gdes (0%)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 12 Gdes – le 12 mars 12 Gdes (0%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 600 Gdes – le 12 mars 700 Gdes (+17%)

Prix sur le marché de Jacmel

Riz importé (6 lbs) Avant séisme 132 Gdes – le 12 mars 150Gdes (+ 14%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 360 Gdes – le 12 mars 300 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 210 Gdes – le 12 mars 240 Gdes (+ 14%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 150 Gds – le 12 mars 195 Gdes (+30%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (+ 33%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes – le 12 mars 72 Gdes (+ 20%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (+33%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes – le 12 mars 120 Gdes (0%)
Sel Avant le séisme 45 Gdes – le 12 mars 45 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 150 Gdes – le 12 mars 180 Gdes (+20%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 132 Gdes – le 12 mars 144 Gdes (+9%)
L’huile de cuisine Alberto 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes – le 12 mars 265 Gdes (+6 %)
L’huile de cuisine Rika 1 Gal Avant le séisme 275 Gdes – le 12 mars 250 Gdes (-9 %)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 13 Gdes – le 12 mars 15 Gdes (+ 20%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 300 Gdes – le 12 mars 350 Gdes (+17%)

N/ Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_econ_fr.php?id=17585

à suivre

Hermann Cebert


Les mains invisibles derrière la misère et le sous-développement en Haïti: Et si les dominicains n’étaient pas responsables des lois pour expulser les dominicains d’origine haïtienne

3 avril 2015

Est-ce que les dirigeants haïtiens comprennent au moins relativement bien les causes de la volonté des politiciens dominicains à vouloir refouler les dominicains d’origine haïtienne vers Haïti? Est-ce qu’ils ont au moins essayé également d’utiliser toutes les ressources disponibles comme voies diplomatiques?

Nous pouvons nous rappeler que les dominicains ont critiqué l’amateurisme des dirigeants haïtiens pour traiter et essayer de régler ce conflit surtout, lorsqu’ils disent que les dirigeants haïtiens utilisent les circuits informels. Ce qui aurait dû faire l’objet de débats dans la société haïtienne est pourtant passé inapperçu parce que’il n’y a aucun journaliste d’enquête capable de pointer du droit les vrais problèmes auxquels fait face le pays et plus particulièrement les manquements de la diplomatie du pays.

Autrement dit, les dirigeants haïtiens pensent qu’un problème légal  et diplomatique, du droit international des immigrants, peut être résolu par un appel du président haïtien au président dominicain ou un ministre haïtien qui appelle un ministre dominicain alors que tout le monde sait que les décisions dominicaines sont prises par une institutions légale mais surtout l’organisme constitutionnel qui peut rendre la décision en question permanente donc difficile à modifier sur le court terme.

Par ailleurs, nous savons tout aussi bien que les relations entre les dirigeants dominicaqins et les dirigeants haïtiens battaient de l’aile sans pour autant nous rappelr les visites du président Martelly en république dominicaine voire qu’il ait été assisté à des concerts bénéfices pour les enfants dominicains lorsqu’il avait chanté avec la vedette espagnol, Julio Iglesias.

Évidemment, les premières images et les premiers dossiers qui nous viennent à l’esprit c’est sans nul doute les montants d’argent que le dirigeants dominicains avaient donné à Michel Martelly pour réussir et financer sa campagne électoral, ces fait ont été révélés par la journaliste Nuria  sur les corruptions de Bautista.

De même, il ne faut pas négliger les différents contrats accordés aux compagnies dominicaines, principalement aux compagnies qui appartiennent au Sénateur dominicain Bautista. Tandis que également, les volumes d’échanges entre la république dominicaine et Haïti connaissent des croissances qui peuvent provoquer l’envie chez les autres partenaires commerciaux de Haïti et que les dominicains sont gagnants dans ces échanges.

Devant ces évidences, nous devions nous questionner sur ce qui a provoqué subitement des revirements dans les relations entre les deux pays. Voilà pourquoi nous aurions dû nous demander s’il n’y avait pas d’autres facteurs, d’autres groupes d’intérêts qui auraient pousser les dominicains à changer leurs politiques d’immigration contre les dominicains d’origine haïtienne que nous savons, qu’ils sont économiquement plus rentables pour l’économie dominicaine.

Très certainement, nous nous rappelons des retours massifs de ces mêmes immigrants en 1991 sous le gouvernement Lavalas de Jean-Bertrand Aristide, l’histories se répète donc. Quelle ironie diraient certains puisque tous les réfugiés qui avaient été expulsés s’étaiens tous retournés en république dominicaine moins de six mois plus tard.

Il doit y avoir sans nul doute Une grande et Grosse Main Invisible qui déplacent et qui placent les pions sur l’échiquier des relations dominicano-haïtiennes et encore entre Haïti et les autres pays qui ont reçu et qui reçoivent des haïtiens chez eux.

Cette main doit avoir assez de pouvoir pour rester dans l’ombre et se faire invisible. Peut-être, pas vraiment, si nous réunissons tous les faits et tous les événements qui s’enchainnent dans le processus de détérioration des relations qui existent régulièrement entre ces deux pays et dans les pays qui reçoivent régulièrement les haïtiens.

Pour nous lancer dans cette aventure qui consiste à trouver des causes externes à la détérioration de l’image de Haïti et de tous les haïtiens dans le monde, nous devons retenir qu’aucun pays ne vit en vase clos et, un problème rencontré peut souvent avoir des cause externes. Par conséquent, il peut être provoqué par des intérêts divers à la fois par des ennemis internes que par des ennemis externes.

Or dans notre réalité de peuple, nos ennemis sont multiples et divers. Ils sont à l’intérieur de nos frontières, ils sont à nos frontières et ils sont au delà de nos frontières.  Par ailleurs, nous avons en revanche des amis qui nous observent et qui nous protègent que nous connaissons et que nous ignorons d’où notre intérêt à mieux identifier ceux qui sont nos amis et ceux qui sont nos ennemis et particulièrement, bien savoir où, quand, comment et pourquoi faire appel à eux pour nous aider à nous protéger contre nos ennemis.

Cela étant dit, on peut se demander si le gouvernement  actuel de haïti avait mis au courant, de façon formelle, le président américain et l’administration américaine en général de la détérioration de la situation des haïtiens dans le monde. Est-ce que les autorités haïtiennes savent si les américains cautionnent ces persécutions contre les haïtiens parce qu’ils voudraient brasser et provoquer des problèmes supplémentaires à Haïti et aux haïtiens.

Peut-être que le pays a un ennemi commun avec l’administration américaine et ou les États-Unis en général d’autant que les américains ont tous les moyens nécessaires pour découvrir les ennemis qui pourraient se cacher derrìère ces persécutions.

Du point de vue diplomatique, les dirigeants haïtiens doivent comprendre qu’il y a plusieurs façons de voir et de considérer les américains, ils peuvent voir le côté méchant des américains qui sont souvent qualifiés de façon abusive d’être toujours en arrière de tous nos malheurs ou plutôt, le puissant grand-frère qui peut nous aider ou qui veut toujours nous aider mais que nous sommes incapables de comprendre.

Je veux croire dans le cas des diverses persécutions que nous subissons présentement, que les américains sont le Grand – frère auquel nous aurions dû faire appel avant même de prendre toutes sortes d’initiatives contres les mesures prises par les dominicains, les bahaméens, les brésiliens et les canadiens de ce fait, ils sont innocents dans ces situations qui nous malmènent et qu’ils ont pu découvrir les agitateurs trop tard pour les empêcher.

Au niveau régional, nous pouvons constater que plusieurs pays de l’Amérique du Sud comme le Vénézuéla, l’Argentine, le Brésil connaissent des difficultés économiques et commerciales qui agitent les tensions internes voire des soulèvements de leurs populations. En même temps, nous constatons également que plusieurs mesures  et sanctions sont prises contre la Russie et l’Iran alors que le prix du pétrole a été cassé subitement sur le marché international comme si toutes ces situations n’auraient pas des liens entre eux comme nous le présentent les grands médias de masse.

Évidemment, nous ne pouvons pas négliger les effets de la crise en Criméé et le support des russes aux indépendantistes Ukrainiens comme l’une des principales causes des diverses sanctions contre la Russie, ni non plus les arrogances russes en matière de la dépendance des pays de l’Europe vis-à-vis du pétrole et du gaz russe comme causes externes et importantes de la baisse du prix du pétrole sur le marché international cependant, tout cela a moins d’importance pour les pays Occidentaux que la posséssion par l’Iran de la bombe Nucléaire autant qu’une telle posséssion risque de redéfinir complètement l’ordre mondial avec un Iran super puissance du proche et du moyen orient.

À partir de tous ces constats on peut voir clairement les liens qui existent entre tous les pays qui subissent des crises économiques, financières et politiques sont tous des pays qui supportent l’Iran dont le Vénézuéla, l’Argentine et le Brésil qui appuient la création de l’État de la Palestine mais aussi et surtout, qui sont des pays amis de l’Iran.

À l’interne, en Haïti, nous avons un gouvernement haïtien qui se déttache complètement de la communauté juive pour se rapprocher de la ommunauté arabe haïtienne ce qui n’aide pas les choses pour le pays lorsque nous savons quelles est la force des groupes de lobby juif dans le monde et plus particulièrement aux États-Unis et en Europe et en ce sens, le gouvernement haïtien aurait pu comprendre d’utiliser les leaders juifs haïtiens pour négocier avec plusieurs grandes institutions financières internationales ainsi que celles qui s’occupent des droits de l’homme et de l’immigration dans le monde alors que à l’inverse, utiliser les arabes haïtiens pour négocier nos intérêts avec les pays arabes. Ce devait être ça une politique internationale et diplomatique de Haïti. à suivre…

Hermann Cebert


L’Évangile des derniers versets de Dieu: … et Dieu protège ses Saints

30 mars 2015

Une seule qu’ils étaient par leurs représentations, ils étaient devenus des milliers pour s’en prendre à un seul, le Saint de Dieu. De leurs chaînes de communication, ils utiliseront les paraboles de l’Enfant-Dieu pour se décider du sort du Fils Unique de Dieu.

Voici qu’ils diront sauvons la foule et sacrifions le Saint des saints et ainsi, ils monteront des pièges pour livrer le coeur pur de la veuve, vierge et Sainte Mère. Toujours et depuis toujours ils avaient été trompés par le diable et qu’ils sont diaboliques aujourd’hui. Ce sont les enfants du mal et par le mal ils s’engraissent la panse en maintenant captif les enfants du peuple et tout le peuple.

Ni l’un qui en fait des milliers, ni des milliers qui se sont faits des milliers ne pourront s’approcher de toit et de ta tente car il ni pouvoir ni ordre à exécutés emanant de Ton Dieu Véritable. Et s’ils mettent et se mettent ensemble pour monter des projets contre toi alors ce seront les millions et les milliards d’anges des cieux que tu as vu par tes propres yeux qui s’en prendront à eux.

Voici ce qui est Vérité, la seule vérité qui vient de mon Trône, ce n’est ni par la violence, ni par la vengeance que l’on réveille les peuples mais, c’est par la parole et le réveil qu’elle provoque que les peuples arrivent à croire en eux et au Dieu Unique qu’ils deviennent forts.

Que la rage, la violence et les colères qui se dégagent de tes ennemis se retournent contre eux et c’est alors que je sacagerai et je brasserai la terre jusqu’à ce qu’elle s’ouvre pour les engloutir. Voici que le saint est allé recevoir les principes qui gouvernent le peuple, et revenant, il découvre la perversion de ceux qu’ils doit ramener chez eux à la nouvelle terre, la parole a été lancée contre eux et elle les a tous engloutis afin que seuls les justes puissent constituer le nouveau peuple Élu.

Que cela les révèle l’unité de la parole de Dieu, le Seul et le même Dieu Unique.

À ceux-là qui se réclameront de tes ennemis tandis que tu n’as pas d’ennemis, tu leur diras qu’ils ne sont plus protégés par les grands car ils n’ont pas changés comme les grands le veulent et que d’autres Grands te protègent afin que la parole que tu portes puissent atteindre toutes les nations, qu’il en soit ainsi pour toujours!

Voici que la volonté de Dieu a été transmise au Saint qu’IL a Lui-même choisi, cette parole est le principal joyau de Dieu parmi les hommes et parmi les peuples. Elle circulera eu sein des peuples jusqu’à ce que tous soient pénétrés afin que les promesses soient accomplies. Chantons et célébrons, et faisons retentir nos voix jusqu’à notre Dieu, il a protégé Ses Saints comme toujours.

 

O. M. G. G.S.I. F.H

L’Ordre Mystique des Génies et Gardiens Solaires des Indigènes Fondateurs d’Hayti


Les 100 Jours de Evans paul comme Premier Ministre du Régime Martelly

27 mars 2015

Les 100 premiers jours de Evans Paul comme Premier Ministre n’auront pas apporté grands changement dans la politique haïtienne malgré les espoirs qu’avait suscité le choix du militant expérimenté mais incompétant du fondateur de KID.

Au lieu d’amener du chagement dans le pays, Evans Paul ainsi que Victor Benoît qui sont actuellement et respectivement Premier ministre et ministre des affaires sociales d’un régime macoute doivent être considérés comme deux opportunistes, deux jobbeurs qui n’ont jamais eu de plan économique, politique, social et culturel pour le pays alors que toute leur vie de militants et d’homme politique ils avaient tous les deux voulu devenir président du pays.

Depuis cent jours de gouvernement de ces politiciens que l’on croyait expérimentés, malheureusement KPLIM et Victor Benoit nous font voir les vrais visages des politiciens haïtiens: sans aucun projet, des discours vides de sens, aucun programme économique, politique, social, culturelle et juridique, aucun membre dans leurs organisations, aucune structure, aucune vision du pays pour cinq, dix ou quinze ans.

En fait, ils sont tous pareils, aucun d’entre eux n’a fait quelque chose pour marquer l’histoire et opérer des changements dans la vie du peuple. Après 100 jours à la tête du gouvernement, on ne peut rien compter comme réalisation de ces politiciens à suivre…

Hermann Cebert

 que KPLIM


Haïti – Élections : Liste complète des Partis politiques agréés et non agréés

27 mars 2015

Haïti – Élections : Liste complète des Partis politiques agréés et non agréés
26/03/2015 14:03:06

Haïti - Élections : Liste complète des Partis politiques agréés et non agréés

Conformément à l’article 102 du Décret électoral du 2 mars 2015 et dans le cadre de l’exécution du Calendrier électoral, le Conseil Électoral Provisoire (CEP), publie la liste des partis et groupements politiques régulièrement enregistrés, habilités à participer aux prochaines compétitions électorales.

Le Conseil Électoral, précise dans une note signée par Pierre-Louis Opont, Président, Pierre Manigat Jr., Vice-président ; Vijonet Demero, Secrétaire Général ; Richardo Augustin, Trésorier et des membres Yolette Mengual, Marie Carmel Paul Austin, Néhémy Joseph, Lourdes Edith Joseph et Jaccéus Joseph, que 105 partis et groupements politiques ont un dossier en conformité avec les dispositions du Décret électoral en ses articles 100 et suivants. Télécharger le décret électoral : http://www.haitilibre.com/docs/decretelectoral2015.pdf

Le CEP indique également, que les partis et groupements politiques non agréés ont jusqu’au vendredi 27 mars 2015 à 4h00 p.m. pour produire toute réclamation éventuelle à la Direction des Affaires Juridiques, située au #133, à la route de Frères.

Cette liste de partis et groupements politiques agréés et non agréés a été acheminée aux partis politiques, à la presse et est disponible au siège du CEP à Pétion-ville et à la Direction des Opérations Electorales sur la route de Frères.

Notez que l’article 103 du décret électoral, stipule « Pour être enregistrés, les partis et les groupements politiques doivent déposer au Conseil électoral provisoire, contre reçu, une copie authentifiée des pièces suivantes :
a) L’acte constitutif notarié du parti ou groupement politique, ses statuts et ses objectifs ;
b) L’acte de reconnaissance du parti politique ;
c) L’acte de reconnaissance de chacun des partis formant le groupement de partis politiques ;
d) La liste des partis et des organisations signataires de l’accord du groupement politique ; »

Un dossier incomplet peut provoquer le non-agrément d’un parti.

Notez que les membres d’une plateforme politique ne pourront pas présenter de candidats sous leur propre bannière, mais seulement sous la bannière de la plateforme a laquelle ils appartiennent ainsi par exemple, le « Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes » (RDNP) de Mirlande Manigat, membre de la plateforme de l’opposition « Mouvement Patriotique de l’Opposition Démocratique » (MOPOD) [Note: renommé Mouvement patriotique populaire Dessalinien], devra présenter son candidat sous la bannière du MOPOD.

Télécharger la liste complète des Partis politiques agréés et non agréés (PDF) (version corrigée) : http://www.haitilibre.com/docs/liste-cep-26-03-2015-v2.pdf

HL/ S/ HaïtiLibre

Sur 192 partis et groupements politiques, régulièrement inscrits au CEP, 105 sont habilités à participer aux prochaines compétitions électorales. N’étant pas en conformité avec les dispositions du décret électoral en ses articles 100 et suivants, 87 structures politiques n’ont pas été agréées, conclut le CEP  au terme de deux journées-marathon, au cours desquelles les dossiers soumis par les représentants de partis ont été passés au peigne fin.
Quelques partis et groupements habilités à prendre part aux prochaines élections  figurant sur la liste rendue publique par le conseil  électoral provisoire, le mercredi 25 mars :
MOPOD (Mouvement patriote populaire dessalinien), agréé ;
UNIR (Union nationale pour l’intégrité et la réconciliation), agréé ;
FANMI LAVALAS, agréé ;
PITIT DESALINN, agréé ;
INITE, agréé ;
PHTK (Parti haïtien Tet Kale), agréé ;
RNTK (Rassemblement national Tet Kale), agréé ;
RESPE, agréé ;
Fusion, agréé ;
OPL, agréé ;
CNPPH (Consortium national des partis politiques haïtiens), agréé ;
KID, agréé ;
RENMEN AYITI, agréé ;
ADEBHA (Action démocratique pour bâtir Haïti), agréé ;
KONTRAPEPLA (Konbit travaye peyizan pou libere Ayiti), agréé ;

 

Certains partis et groupements non habilités à concourir aux prochains scrutins :
REPONS PEYIZAN, non-agréé ;
GREH (Grand rassemblement pour le progrès d’Haïti), non-agréé ;
MOCHRENA (Mouvement chrétien pour une nouvelle Haïti), non-agréé ;
AKAO (Aksyon pou konstwi yon Ayiti oganize), non-agréé.

D’après ce qu’ont fait savoir les neuf conseillers électoraux signataires de cette liste, les partis et groupements non-agrées ont un délai expirant le vendredi 27 mars pour produire une réclamation à la direction des affaires juridiques du CEP.


Après les rumeurs de divorces entre Olivier martelly et Bianka Joseph, la femme du fils du président Joseph Michel Martelly a décidé d’aller vivre à Miami avec son enfant

26 mars 2015

La femme de Olivier Martelly, le fils du Président de Haïti Joseph Michel Martelly, aurait décidé de quitter Haïti pour aller vivre avec son enfant à Miami suite aux divers problèmes que rencontre la jeune maman nouvellement mariée avec ce fils ainé du président de Haïti.

Selon ce que rapporte cette dernière rumeur et qui viendrait dans les cercles intimes et dans les familles du jeune couple, l’enfant ne serait pas non plus née en Haïti mais aux États-Unis, plus particulièrement à Miami ou déjà les jeunes parents s’étaient rencontrés et avaient étudié.

On dirait, si l’on doit croire cette nouvelle rumeur, que cette décision aurait été prise par Bianka Joseph à de la contestation de la paternité de l’enfant par Olivier Martelly dont on peut se rappeler les rumeurs qui circulaient à ce sujet et où il était question de la non ressemblance du bébé avec la famille Martelly.

Selon ce qui se dit dans les cercles fermés du couple, la jeune mère aurait de la difficulté à vivre avec Olivier Martelly qui n’est toujours pas présent pour la jeune Bianka et qui passe souvent des heures et plusieurs nuits entières à attendre son mari qui sort seul dans les boîtes presque tous les soirs et laissant ainsi Bianka s’occuper toute seule de l’enfant.

Si tel est vraiment le cas pour la femme de Olivier martelly, on pourrait comprendre à travers la vie qui est imposée à cette jeune femme Haïtienne toutes les douleurs et toutes les souffrances que vivent la majorité des femmes haïtiennes qui sont monoparentales et qui sont les seules à s’occuper de leurs enfants sans l’aide de leurs maris.

Plusieurs femmes haïtiennes sont obligées de renoncer à leurs jeunesses, à leurs carrières, à leurs réussites et à leur propre bonheur pour se consacrer et se sacrifier pour leurs enfants ce, sans aucune aide sociale et financière de l’État et du père de leurs enfants.

Évidemment, il faut reconnaître que Bianka Olivier martelly ne vit pas dans les mêmes conditions misérables que vivent la grande majorité des femmes haïtiennes puisqu’elle est jeune et issue de familles aisées cependant, en tant que jeune femme, elle peut encore s’amuser voilà pourquoi son jeune mari ne devait la délaisser seule à la maison à s’occuper de leur enfant.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’en Haïti la majorité des enfants sont abandonnés par leurs pères et ces derniers ont bien souvent plusieurs dizaines d’enfants avec plusieurs femmes, un produit de la polygamie comme vieille tradition africaine, car, en haïti les haïtiens continuent encore de croire que les enfants c’est de la richesse et un investissement pour leurs retraites, une réalité issue de la misère dans laquelle se trouve le pays.

Je veux croire pourtant, malgré le déplacement de l’enfant vers Miami, que l’enfant de Olivier martelly et de Bianka se sera pas privée de la belle culture haïtienne et qu’après ses études aux États-Unis, elle pourra revenir au pays de ses ancêtres et contribuera à l’enrichissement de ce pays de liberté, unique par sa nature et son histoire mais surtout, la seule île magnifique bénie des dieux.

à suivre…

Hermann Cebert


Les mains invisibles qui empêchent Haïti de se développer: Les effets négatifs du conflit Israëlo-Palestinien sur Haïti; lisez et réflechissez sur les textes en bas de l’article pour mieux comprendre ce qui préoccupe véritablement les bourgeois haïtiens alors que celui qui les a posté est un ancien sénateur haïtien, homme d’affaires, ancien membre d’une commission présidentielle haïtienne et candidat potentiel aux prochaines élections en Haïti

25 mars 2015

J’ai déjà, dans plusieurs articles sur la bourgeoisie en Haïti, fait ressortir l’absence de sentiment d’appartenance des bourgeois qui vivent en Haïti avec le pays. De plus j’ai déjà expliqué comment les arabes et les juifs qui constituent la bourgeoisie de Haïti utilisent leurs profits et l’argent gagné en Haïti et sur le dos des masses populaires haïtiennes pour financer les mouvements qui visent à créer l’État de la Palestine et également les mouvements israëliens qui s’opposent à la création du nouvel État de la Palestine.

De ces articles, donc que j’a écrit sur Israéliens et Palestiniens haïtiens, je cherchais à mettre en évidence les effets négatifs que le conflit entre ces deux peuples qui partagent la terre d’Abraham a sur la stabilité et le développement de Haïti, alors qu’ils sont tous les enfants de ce dernier.

En fait, ce qu’il faut savoir de ce conflit cest que les juifs et les arabes: syriens, libanais, palestinien, saoudiens, jordaniens etc… transportent partout où ils vont s’installer et d’où ils trouvent accueil. Ce faisant, chacun d’eux grâce à leurs résussites économiques et financières cherchent toujours à influencer par leurs groupes de lobby à influencer et influer les politiques internationales d’une part des pays où ils sont importants, plus encore, ils reproduisent leurs propres conflits étatiques en conflits d’intérêts des pays qui les accueillent.

Ainsi, en Haïti, dans d’autres pays sous-développés comme Haïti, et dans plusieurs pays très développés comme la France, la Grande Bretagne, les États-Unis, le Canada pour ne citer que ceux-là, les juifs et les arabes, et plus particulièrement les palestiniens arrivent à reproduire leurs divisions et leurs conflits au centre des enjeux de ces pays.

Toutefois, il faut reconnaître qu’en Haïti ces divisions ont des conséquences très graves sur les intérêts économiques, politiques et sociales du peuple haïtien et de Haïti dans son ensemble. À ce titre, plusieurs semblent même affirmer que plusieurs assassinats de personnalités politiques haïtiennes d’origines juives et palestiniennes savaient été victimes par des mercenaires travaillant pour le compte de l’un ou de l’autre de ces deux groupes en présence.

Malheureusement, cette réalité comme impact du conflit entre les Juifs d’haïti et les Palestiniens et les Arabes d’Haïti est méconnue ou du moins mal saisie et mal appréhendée par les politiciens Haïtiens. Ce fut le cas avec Jean-Bertrand Aristide qui s’était penché du côté des Arabes et des Palestiniens commes les Frères Izméry dont plusieurs pensent avoir été assassinés par les services secrets israëliens alors même que d,autres familles juives contrôlaient le régime lavalassien.

Si Certains Arabes Haïtiens appuyaient le mouvement Lavalas par contre, plusieurs grandes familles juives qui contrôlent la finance et les grandes industries du pays et qui ont les meilleurs réseaux de lobby au niveau international, plus particulièrement auprès des grandes puissances Occidentales ont été moins collaboratifs au régime Lavalas.

Actuellement, nous pouvons constater également que le régime Martelly est en train de faire les mêmes erreurs en s’alignant trop sur les Arabes dont les Boulos en particulier. Comme conséquence de cet alignement, nous avons des journalistes juifs ou du moins les grands médias des que contrôlent les juifs qui écrivent et publient des articles contre le régime et contrte Haïti également.

Évidemment, les Arabes donnent assez d’argents à la famille du président et de leurs proches, toutefois le régime devait pouvoir bien comprendre la grande influence des juifs sur les grandes institutions financières mondiales ou internationales.

Par conséquent il devait également être en mesure de jouer plus de diplomatie avec les juifs et les arabes haïtiens afin de permettre au pays de profiter au maximum de ce conflit.

Par ailleurs, je suis conscient qu’aucun politicien haïtien n’avait jusqu’ici saisi cette réalité du conflit israëlo-palestinien sur la politique et le développement de Haïti tout simplement parce qu’ils ne l’ont jamais géré efficacement. Pourtant il suffisait aux politiciens haïtiens de bien comprendre les intérêts et les préoccupations des communautés juives haïtiennes et les communautés arabes d’Haïti pour sortir le pays de la dépendance de ces bourgeois.

Plusieurs se souviennent du million de dollars que Carl Braun avait donné au gouvernement de Michel martelly juste après que le gouvernement martelly-lamothe ait voté contre la création de l’État de la Palestine à l’ONU.

Cela montre clairement quand, comment et pourquoi les Juifs et les Arabes participent au développement de Haïti, lorsque les régimes politiques haïtiens se penchent de leurs causes.

En revanche, on a vu également depuis que les martelly ont penché du côté des arabes, comment le pays a de la difficulté financière et de financement des projets du pouvoir en place, les choses se parlent et les rumeurs courrent très vite au sein de ces deux communautés vivant sur le sol haïtien.

à suivre…

Hermann Cebert

CAN WE CALL THIS WAR ? OR GENOCIDE ?

Gaza officials say the war has killed 1,834 Palestinians, most of them civilians. Israel says 64 of its soldiers and three civilians have been killed.

« Acte criminel »

Le droit « total » d’Israël à la sécurité « ne justifie pas » le « massacre » de civils à Gaza, a déclaré lundi le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, selon lequel une « solution politique » entre Israël et les Palestiniens « devra être imposée » aux deux parties. « La tradition d’amitié entre Israël et la France est ancienne et le droit d’Israël à la sécurité est total mais ce droit ne justifie pas qu’on tue des enfants et qu’on massacre des civils », a indiqué le ministre dans un communiqué publié à Paris.

CAN WE CALL THIS WAR ? OR GENOCIDE ?

La verite pure et simple. Depuis 1947, Israel est l’agresseur. Les parties vertes aujourd’hui ressemblent bien a des camps de concentration ou sont enfermes les palestiniens.

La verite pure et simple. Depuis 1947, Israel est l'agresseur. Les parties vertes aujourd'hui ressemblent bien a des camps de concentration ou sont enfermes les palestiniens.
 
 

The real face of the rightwing israeli criminal leadership

Political scientist Yoram Meital notes that as Israel’s goals in the operation moved over the course of the few weeks – from rockets to tunnels to demilitarization of Gaza – the latter became the buzzword. The Palestinian Authority, Egypt, the EU and the Obama administration said demilitarization would indeed be a good idea, but it would need to take place in the context of a comprehensive peace agreement.

“This is of course a very different perspective from Netanyahu’s view,” says Meital, a Ben Gurion University professor who specializes in Israel’s relationship with Egypt and the Palestinians. “While demilitarization is a very legitimate objective, Netanyahu is not ready to pay the price for this commodity. He understands perfectly well that by discussing this as part of the peace process, one of the meanings is that after several years, the Gaza Strip and West Bank would be discussed as one unified Palestinian territorial unit.” That, he notes, is the last thing the Israeli rightwing wants. (TIME)

Gaza officials say the war has killed 1,834 Palestinians, most of them civilians. Israel says 64 of its soldiers and three civilians have been killed.

SUCH HYPOCRISY

On one end:
The United States declared Sunday it is « appalled » by the « disgraceful » shelling by Israel of a United Nations school sheltering some 3,000 displaced people in southern Gaza.
On the other:
The House on Friday cleared a bill to provide $225 million in emergency aid to Israel for its Iron Dome defense system, sending the measure to President Barack Obama in a congressional effort to support the nation amid increased fighting between Israeli forces and Hamas in the Gaza Strip.

When one thinks that this is what is necessary for Israel to survive, that the Zionist dream is based on the slaughter of—repeated slaughter of innocents on a scale that we’re watching these days on television, that is really a profound, profound crisis—and should be a profound crisis—in the thinking of all of us who were committed to the establishment of the state and to its success. It leads one virtually to a whole rethinking of this historical phenomenon. (HENRY SIEGMAN, American Jewish Leader)

Palestinians are enduring their nightmare with profound courage and stoicism. Amid privation and terror, they greet visitors with dignity and courtesy. Yet they are trapped in a vortex of suffering – and one that has no discernible end.

« The rights of Palestinians, and even their children, are wholesale denied… and it’s appalling, » Gunness, spokesman for the UN agency for Palestinian refugees (UNRWA), told Al Jazeera Arabic from Jerusalem.

A Norwegian doctor in the besieged Gaza Strip has strongly criticized Israel for using cancer-inducing bombs against Palestinian civilians. Dr. Erik Fosse told Press TV that the majority of patients hospitalized in Gaza are civilians injured in attacks on their homes and about thirty percent of them are children.

 

Photo de Reginald Boulos.

 

 

 

The hypocrisy of John Kerry who publicly supported the massacre by Israel but deep down knows that it is wrong. He is so afraid of the Jewish Lobby:

Secretary of State John Kerry was caught on an open mic just before his interview with “Fox News Sunday” candidly speaking about the conflict in Gaza.

“It’s a hell of a pinpoint operation, it’s a hell of a pinpoint operation,” Kerry said to an aide on the phone, with some measure of frustration.

His comments seemed to be criticizing the Israeli government’s assurances about the limited scope of its attack and ground invasion of Gaza.

Kerry, speaking by phone to one of his top aides, then added: “We’ve got to get over there. Thank you John. I think John, we ought to go tonight. I think it’s crazy to be sitting around.”

The Shujayea Massacre

The Shujayea massacre refers to the killing of sixty-seven Palestinians (civilians) on 20 July 2014 in Shujayea. This comes after the Israel Defence Forces attacked Gaza on the pretext of three Israelis being murdered (in the West Bank) despite providing no evidence that anyone in Gaza carried it out.

 

Des lauréats du prix Nobel, des artistes et des intellectuels appellent à un embargo militaire immédiat sur Israël

«Lorsque se met en place d’un rapport d’oppression, la violence a déjà commencé. Jamais dans l’histoire la violence n’a été initiée par les opprimés. … Il n’y aurait pas d’opprimés s’il n’y avait pas, antérieurement, de violence pour mettre en place une domination. « – Paulo Freire

Israël a de nouveau déclenché toute la force de son armée contre la population palestinienne captive, en particulier dans la bande de Gaza assiégée, dans un acte inhumain et illégal d’agression militaire. L’agression continue d’Israël contre Gaza a jusqu’ici tué des dizaines de civils palestiniens, a fait des centaines de blessés et a dévasté les infrastructures civiles, y compris dans le secteur de la santé, qui fait face à de graves pénuries.

La capacité d’Israël à lancer de telles attaques dévastatrices en toute impunité découle en grande partie de la vaste coopération militaire internationale et des échanges qu’il entretient avec les gouvernements complices à travers le monde.

Au cours de la période 2009-2014, les États-Unis ont fourni une aide militaire à Israël atteignant 30 milliards de dollars, tandis que les exportations militaires israéliennes annuelles dans le monde ont atteint plusieurs milliards de dollars. Au cours des dernières années, les pays européens ont exporté des armes à Israël pour plusiuers milliards d’euros, et l’Union européenne a fourni aux entreprises et aux universités militaires israéliennes des subventions de recherche portant sur le matériel militaire à hauteur de plusieurs centaines de millions.

Les économies émergentes comme l’Inde, le Brésil et le Chili, connaissent une croissance rapide de leur commerce et de leur coopération militaire avec Israël, en dépit de leur appui déclaré des droits des Palestiniens.

Par l’importation et l’exportation des armes avec Israël et en facilitant le développement de la technologie militaire israélienne, les gouvernements envoient effectivement un message d’approbation clair à Israël concernant son agression militaire, y compris ses crimes de guerre et ses éventuels crimes contre l’humanité.

Israël est l’un des principaux producteurs et exportateurs de drones militarisées du monde. La technologie militaire d’Israël, mis au point pour maintenir des décennies d’oppression, est commercialisée comme « testé sur le terrain » et exportée dans le monde entier.

Le commerce des armes et les relations de recherche militaires qui y sont liées menés en coopération avec Israël enhardissent Israël et lui garantissent l’impunité pour commettre de graves violations du droit international et pour faciliter l’enracinement du système israélien d’occupation, la colonisation, et le déni systématique des droits des Palestiniens.

Nous demandons à l’ONU et aux gouvernements à travers le monde de prendre les mesures immédiates pour mettre en œuvre un embargo sur les armées global, et juridiquement contraignant, concernant Israël, un embargo similaire à celui imposé à l’Afrique du Sud pendant l’apartheid.

Les gouvernements qui expriment leur solidarité avec le peuple palestinien dans la bande de Gaza, face au poids du système militaro-industriel israélien, devant les les atrocités et l’impunité d’Israël, doivent commencer par rompre toutes leurs relations militaires avec Israël.

Les Palestiniens d’aujourd’hui ont besoin de solidarité efficace, pas de charité.

Les Atrocités israéliennes

Cette injustice doit nous étreindre d’inquiétude car les enjeux du conflit palestinien embrassent le devenir de l’Humanité. Car à quoi d’autres assiste-t-on si ce n’est une mise en scène des valeurs des droits de l’Homme par nos pays lorsque ceux-ci ferment les yeux face au réveil des consciences citoyennes qui se lèvent dans toutes les villes du monde pour faire entendre leur voix face à la colonisation et appeler à l’arrêt des massacres et du blocus à Gaza ?

Mais l’espoir est à Gaza. Cinq fois millénaire, rattachée à une bande d’une largeur de 6 à 12 km et d’une longueur de 40 km, elle défie aujourd’hui la 4ème armée du monde. Gaza « une leçon brutale et un exemple éclatant pour ses ennemis comme ses amis », selon le poète palestinien Mahmoud Darwich : elle ne baissera donc jamais la tête, les bras et la voix contre l’injustice. Elle est, en elle-même, déjà une victoire.


L’un des enfants de Michel Martelly aurait mis enceinte une jeune fille Haïtienne Noire aux États-Unis

24 mars 2015

On peut se rappeler sans ombre de doute comment le président Joseph Michel Martelly, par l’intermédiaire du service de presse de la présidence, avait décidé de mettre tout le peuple haïtien au courant du mariage de son fils ainé, Olivier Martelly et de Bianka Joseph.

Notons que Bianka est une très belle fille haïtienne que certains qui la connaissent disent être la fille d’un ancien ministre lavalassien alors que d’autres affirment qu’elle est une jeune mulâtresse d’une famille moyennement riche de Haïti.

Est-ce que ce mariage du fils ainé de Martelly avait été rendu possible parce que Bianka était une mulâtresse, tradition exige, ou bien à cause de la garantie de fortune des deux familles?

Voilà le contexte dans lequel nous allons tenter de comprendre la rumeur qui veut que les Martelly aient caché les relations de l’un de leurs garçons avec une jeune haïtienne noire vivant à New Jersey, et de surcroît, le jeune garçon Martelly aurait mis enceinte cette jeune fille.

Pourquoi, il n’y a pas question de mariage entre le jeune Martelly et cette jeune fille? Est-ce parce qu’elle est noire et n’est pas une mulâtresse comme Bianka, ou tout simplement parce que la famille présidentielle n’a pas approuvé cette relation bien qu’il puisse être une affaire personnelle du jeune martelly et de la jeune fille noire de new jersey?

Dans le cas du Mariage de Olivier martelly et de Bianka, personne n’avait demandé au président Martelly pourquoi il avait rendu cet événement public, ni non plus combien ce mariage avait coûté réellement au pays et au peuple haïtien bien que dans les faits, plusieurs proches du pouvoir Tèt Kale ont mentionné que cela aurait coûté plus de 50 millions de dollars américains sans oublier les divers cadeaux que le jeune couple avait reçu des différents ministres  du régime et de plusieurs grands industriels haïtiens.

Alors, aujourd’hui, on peut se demander, comme on le ferait dans le cadre de n’importe quelle analyse, pourquoi la famille de Martelly a décidé volontairement de faire silence dans ce dossier, que nous considérons encore comme une rumeur à preuve du contraire, alors que dans le cas de Olivier c’est le président martelly et la présidence qui avaient mis public le mariage du fils ainé du président?

Évidemment nous savons qu’en tant jean-claudiste invétéré, les objectifs de Michel Martelly avec ce mariage c’était d’organiser un mariage capable de concurencer celle de Michel Bennett et de Jean-Claude Duvalier plus particulièrement le côté excentrique et faste du mariage de son idole.

D’ailleurs, des rumeurs qui circulent dans l’entourage des martelly veulent qu’avant la fin de l’année et plus particulièrement, la fin de son mandat, que le Président Martelly renouvelle ses engagements et son mariage avec Sophia. Nous attendons la fin du mandat de martelly pour confirmer ou infirmer cette rumeur cependant nous savons très bien de quel bois se chauffe les martelly sur ce point là.

Même si nous n’avons pas encore ettayé tous les aspects de cette rumeur que nous suivons avec intérêt, nous savons toutefois, que l’une des grandes fierté du Président Joseph Michel martelly c’est d’avoir transmis à ses enfants la passion de la musique et surtout, que ses enfants jouent très bien et qu’avec la musique ils pourront gagner dignement leurs vies.

Cependant, dans un pays où les jeunes haïtiens ont vraiment besoin d’exemples de jeunes qui réussissent et que les jeunes martelly en sont de vrais, on peut se demander, avec la popularité des jeunes martelly, pourquoi le président et les journalistes ne décident pas de faire un documentaire sur la réussite de la famille pour montrer aux jeunes haïtiens qu’ils ont la capacité comme tous les autres jeunes dont les martelly pour réussir au lieu de laisser couler des rumeurs vraies ou fasusses sur la famille présidentielle?

Évidemment, le potin au service de la politique et, de part l’importance des potins dans le show bizz actuel, bien que nous y participions en les trouvant et en les partageant, l’actualité du potin fait ressortir de grandes vérités souvent cachées ou manipulées.

à suivre…

Hermann Cebert


Les Haïtiens doivent s’unir ou laisser périr Haïti: L’urgence de fédérer les leaders communautaires de la diaspora haïtienne

23 mars 2015

Le philosophe éveillé

La pensée qui dérange

Une fois de plus Haïti et tous les haïtiens en général font face à leurs destins. Il s’agit de l’occasion en Or pour le peuple de ce pays que nous sommes et plus particulièrement de nous autres qui vivons à l’extérieur du pays.

Alors que plusieurs d’entre nous possèdent de grandes qualifications et d’expertises beaucoup plus importantes que plusieurs pays dans le monde, de façon globale c’est pourtant notre pays, notre race et notre pays que l’on considère comme des parias dans le monde.

Selon plusieurs experts et d’études bien documentées, Haïti possède plus d’experts de qualibre international que plusieurs pays, plusieurs États ou provinces de fédérations de pays dans le monde. Pourtant, aucun de ces experts ne profitent à Haïti et Haïti est même appelée le pays le plus pauvre du monde.

Évidemment, nous n,avons pas besoin de chercher de midi à quatorze heures pour trouver les raisons et les causes de notre arriération et de notre sans importance de la part des autres peuples et des autres pays du monde parce que nous savons très clairement que c’est notre division interne et les préjugés de supériorité que plusieurs d’entre nous développenent vis-à-vis des autres.

Ces divisions internes au sein de notre population, ces préjugés que nous avons tous l’un vis-à-vis de l’autre et des autres se constatent également au sein des diverses communautés haïtiennes vivant à l’étranger.

Certains développent des préjugés à l’endroit des autres membres de la diaspora comme par exemple, plus expérimentés, plus anciens, plus savants, plus intelligents que les autres par conséquent, ils ne peuvent pas s’impliquer dans des organisations avec les nouvelles générations qui font aussi partie de cette diaspora.

En fait, il faudrait dire que les communautés des la diaspora haïtiennne reproduisent les mêmes divisions qui existent dans le pays et qui ne cessent de nous trainer vers l’arrière.

Contrairement aux autres communautés de la diaspora des autres peuples et des autres pays qui vivent en Occident et qui s’unissent pour se développer et faire développer leurs propres pays, nous les Haïtiens nous faisons tout pour nous tenir éloigner loin de l’autre et ainsi réduire nos chances d’améliorer nos sorts individuels et collectifs.

J’ai souvent pris la communauté juive dans le monde comme exemple de peuples solidaires pour se développer et pour protéger les intérêts de leur Pays, Israël, mais les haïtiens et plus particulièrement nous qui vivons à l’étranger et qui formons la diaspora haïtienne, ne somblons pas comprendre cette nécessité de fédérer nos forces à travers la création d’organismes centraux de la diaspora en vue de converger nos pouvoirs politiques, économiques vers le développement de notre pays.

Nous sommes partout individuellement capables de nous tailler des places importantes dans plusieurs pays développés voire sous développés, cependant de façon collective nous sommes incapables de réussir ensemble.

Devant toutes les situations actuelles auxquelles nous faisons face présentement, au Bahamas, en république dominicaine, au guadeloupe, en martinique, au brésil, au maroc, au canada, aux États-Unis, à la guyanne, en France, en Suisse, bref, un peu partout dans le monde doit nous pousser à nous unir ensemble pour fédérer les différentes énergies de nos leaders communautaires vivant dans la diaspora haïtienne sinon, c’est Haïti qui va disparaitre.

IL est vrai que nos ancêtres avec très peu de moyens, ont créé l’empire de la liberté qu’est notre Haïti,  mais à nous qui sommes leurs héritiers ou du moins qui nous réclamons d’être leurs descendants et leurs héritiers, nous devons créer l’empire de l’Égalité et de la fraternité car, tant bien que mal, et avec la volonté et la détermination de la génération de Charlemagne Péralte nous avions lutté pour reconquérir notre liberté générale des bottes militaires américaines en 1934.

Toutefois, c’est à notre tour maintenant de réaliser le développement intégral de notre pays. Mais pour y arriver, nous devons créer les conditions nécessaires à ce développement et en même rétablir notre dignité collective que n’importe quel peuple sans grandeur peut piétiner à leur guise.

Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin d’unité entre nous pour lever ensemble nos têtes pour regarder les autres peuples en face, les yeux dans les yeux.

De plus, nous devons cesser d’être tous istes idéologiques qui ne nous ressemblent pas et surtout, qui ne nous identifient pas. Notre seule iste c’est d’être des Haïtiens et des Haïtianistes. Lorsque nos ancêtres avaient pris leurs décisions de vivre libres ou de mourir, ils n’étaient ni lavalassiens, ni duvaliéristes, ni fignolistes, ni communistes, ni capitalistes. Ce qu’ils étaient tous, c’était des hommes comme tous les hommes et en créant Le pays Haïti, ils étaient devenus tous des Haïtianistes et des Nationalistes dans et en tenant compte des divereses qualités qui les rassemblaient.

Voilà pourquoi, actuellement je veux voir tous enfants de Haïti se lever et s’unir ensembles à travers Un instrument Politique, Économique, un Instrument Social International et Mondial capable, dont le Congrès International ou Mondial, peu importe son Nom, de défendre les Intérêts de Haïti et de tous les Haïtiens dans le monde auprès des grandes institutions internationales et mondiales, auprès des pays développés, et aussi auprès des gouvernements laucaux partout où vivent des haïtiens.

Cet instrument politique, économique et social international et mondial Haïtien sera notre groupe collectif de lobby international de nos intérêts dans le monde. I

l doit avoir regrouper tous les duvaliéristes, des riches des intellectuels, des professeurs à la retraite ou nom, des lavalassiens, des libéraux, des capitalistes, des communistes des socialistes mais  compétents et qui comprennent à la fois, les rouages et les mécanismes de tous les pays où vivent les Haïtiens dans le monde et les enjeux mondiaux des intérêts haïtiens.

Avec tous les plus capables à la tête d’un tel congrès, je suis sûr que nous les haïtiens et Haïti dans son ensemble seront gagnants. Il nous faut nous élever au dessus de nos divisions pour pouvoir nous affirmer collectivement.

à suivre…

Hermann cebert

 


L’ex président Jean-bertrand Aristide principal candidat de Fanmi Lavalas aux prochaines élections de 2015

20 mars 2015

Selon certaines personnes proches et dans l’ombre du parti Fanmi Lavalas, l’ex président Jean-Bertrand Aristide sera le principal candidat à la présidence  pour son Parti Politique personnel Fanmi Lavalas aux prochaines élections que le gouvernement Michel Martelly va organiser cette année de 2015.

Cette candidature sera pour celui que Oriel Jean, l’ancien  chef de sécurité du palais national de Aristide, aurait identifié, dans une interview qu’il avait accordé à Guyler C Delva  comme le commanditaire de l’assassinat de Jean Dominique, une façon d’avoir de l’immunité contre cette accusation qui plâne sur la tête du prochain candidat du Parti fanmi Lavalas.

Pourquoi l’ex président Jean-Bertrand Aristide continue de croire il faut que ce soit lui qui est pourvoir pour faire quelque chose pour le Pays?

Pourquoi n’arrive-t-il toujours pas encore à comprendre la nécessité de céder la place à quelqu’un d’autre?

Pourquoi Jean-Bertrand Aristide n’a pas fait confiance à Maryse Narcisse comme candidat à la présidence pour le Parti Fanmi Lavalas?

Est-ce que américains que l’on sait vouloir accuser et arrêter Aristide pour Trafic de drogue, blanchiment d’argent, assassinat de jean-Dominique vont profiter de la présidence de Aristide pour envoyer leurs troupes en Haïti et embarquer une troisième fois Aristide en Éxil non pas pour Caracas ou Bangui mais directement pour les prisons de Miami à l’occasion du centenaire de l’occupation américaine de 1915?

sans prétendre avoir des réponses à toutes ces questions, je laisse le soin aux lecteurs de les  répondre.

 

à suivre…

Hermann Cebert


Comment maigrir en santé sans faire plus de dépenses et, comment avoir plus d’énergie

19 mars 2015

Dans cette série d’articles et surtout, à l’occasion de mon anniversaire,  je vais offrir à l’humanité quelques cadeaux afin de guérir quelques maux qui font souffrir les hommes et les femmes  de mon temps. Il s’agit des remèdes contre l’ignorance, une meilleure alimentation contre la famine et des traitements moins chers contre les maladies.

L’une des plus Grandes Religions du monde Occidental et Moderne c’est sans nul doute la Consommation et tout le monde semble vivre pour Consommer.

Ceux qui profitent et qui font la propagande pour cette mode de vie ce sont les industries pharmaceutiques, les industries agroalimentaires, les chaînes de distributions alimentaires, les grandes chaînes de nouritures rapides, les centres de conditionnements physiques, les nutritionistes, sans oublier l’industrie Cinématographique extrêmement subventionnée qui ne cesse de formater des modèles et des formes physiques.

Parmi les Consommations les plus fréquentes, on a la Nourriture dont les Fast-foods, les Médicaments, les Voitures et les Vêtements sans oublier la télévision qui vendent des rêves à rabais, la pornographie et les différents services inutiles plus particulièrement, les produits et services d’amaigrissements et de conditionnements physiques.

Les Gourous, les Médecins, les Prophètes et les Philosophes du bonheur Mental et Physiques se multiplient par milliers avec chacun ses propres recettes et ses propres potions magiques alors que ni résultats, ni améliorations se sont obtenus par les fidèles de plus en plus nombreux de la théologie consumériste.

Pour nous encourager à acheter, donc à consommer, c’est par les évangiles de la publicité que nous sommes stimulés et les tenants de ces industries ne négligent aucun moyen pour nous bombarder avec leurs produits en provoquant chez nous des besoins qui ne sont ni naturels, ni normaux.

Commençons par le premier cadeau que je vous offre, je veux parler de maigrir en bonne santé ou tout simplement comment éliminer définitivement les maladies du corps de l’homme.

En effet, si nous considérons tout ce que nous mangeons comme nourriture, c’est que tous les aliments que nous consommons en grandes parties ce sont le sucre, les farines, le sel, les acides. Or, tous ces produits dans leur ensemble ont été produits avec des produits chimiques qui ne correspondent pas avec la nature de notre corps.

De même, ces produits ont dans l’ensemble été transformés jusqu’à constituer notre régime alimentaire et nos habitudes alimentaires. Pourtant, de façon naturelle et dans la nature par surcroît, aucun autre être vivant ne consomme comme nous les humains des produits transformés.

Toutes les autres espèces animales consomment les fruits, les légumes, les herbes avec leurs fibres naturels et mangent toutes une varités de nourritures qui assurent leurs équilibres alimentaires.

C’est donc seulement nous les humains qui procédons au traitement des aliments et de toutes les variétés de nourritures que la nature met à notre disposition en les transformant en farine, en amidon en sucre, en acide en les dépouillant de leurs fibres naturels.

Comme conséquences, nous avons des maladies, des cancers, des acidités, nous nous engraissons et nous finissons par souffrir de toutes nos mauvaises décisions dans nos consommations.

Autrement dit, en transformant nos aliments, nous les rendons indigestes pour notre corps et nos systèmes ne les assimilent pas mais ils les tassent n’importe où dans notre corps c’est , les cancers, les maladies et l’obésité. Afin de pallier à ces problèmes liés à nos consommations de nourriture, je propose la méthode infaillible à la fois pour suivre un régime amaigrissement que pour rétablir sa santé sans possibilité de retour en arrière.

Qu’il s’agisse de personnes qui ont des problèmes de poids, de manque d’énergie, d’anorexie et de boulimie, la méthode que je propose aujourd’hui va permettre de résoudre tous ces problèmes en vous apportant votre mieux être désiré.

En effet, voici ce que je propose pour la préparation de votre nourriture sans que cela vous coûte plus chère que ce que vous dépensez déjà.

À chaque cuisson de votre viande, de vos bouillies, de votre soupe, de vos légumes, de vos fruits de mer, ajoutez un fruit dans le chaudron pendant cette cuisson afin d’apporter des fibres à votre nourriture mais surtout en vue d’éliminer les mauvais gras, les mauvais acides, les amidons non nécessaires sans oublier les excédents de gras de votre nourriture.

Les éléments essentiels contenue dans les fruits vont faire dissoudre et neutraliser tous les éléments non essentiels à votre nourriture et à votre organisme.

De plus en ajoutant un ou plusieurs fruits, vous allez réduire le temps de cuisson de votre nourriture ce qui est déjà une économie d’énergie. Mieux encore, vous allez avoir une bien meilleure digestion et une bien faire quantité de rejets par les sels.

Avec cette méthode de fruitisation des aliments cuits, vous allez augmenter votre appétit sans pour autant grossir car vous avez un neutralisateur de gras, d’amidon, de sucre et d’acide qui est le fruit cuit lui-même.

Et, contrairement aux diverses transformations que les industries ont faites de nos nourritures, nos aliments étaient devenus des concentrés de ces amidons, de ces sucres, de ces acides et de ces gras.

Avec la fruitisation de notre nourriture, nous inversons les transformations qui ont été engendrées par les industries de l’alimentation. Par ailleurs, il faut retenir, que les fruits verts, pas mûrs peuvent être utilisés dans la cuisson des nourritures salées comme la viande, les poissons alors que les fruits mûrs peuvent, à cause des excédents de sucres qu’ils contiennent peuvent être utilisées dans les soupes, les pâtes alimentaires, les sauces de toutes les sortes.  

À présent il ne vous reste qu’à tester cette méthode pour vous rendre compte les nombreux bienfaits que peuvent vous apporter l’indroduction des fuits dans la cuisson de vos aliments.

Vous pouvez ajouter ces fruits dans vos salades en évitant de toujours boire des verres de jus concentrés. De même vous pouvez toujours intégégrer du lait et des produits laitiers dans les légumes et toutes sortes de sauces d’accompagnement de vos nourritures.

Hermann Cebert

à suivre… 

 

Droits d’auteur: ces idées que je décide de développer à travers ces textes sont originales, aucune entreprise privée qui gagne de l’argent, aucun média privé qui gagne de l’argent, aucun entrepreneur: écrivains, journalistes, conférenciers, librairies, distributeurs, vendeurs, acheteurs, cuisiniers, chefs cuisiniers débatteurs, prêtres, gourous, pasteurs, pharmaciens, industriels, commerçants, sites internets, hébergeurs, fournisseurs web et de plateformes, plublicitaires et publicistes, ect… , bref n’importe qui qui gagne de l’argent avec ses idées ou ses produits et services n’a le droit de reproduire ces textes en tout ou en partie sans mon autorisation et sans m’avoir payé les droits d’auteurs.

Cependant, n’importe quel simple citoyen peut les partager avec leurs amis en reproduisant seulement le lien et non la copie des textes par copier-coller.

Pour tout manquement à ces conditions, je demanderai à la justice canadienne selon les lois canadiennes de me rendre justice.


Le New York Times a tout dit sur Martelly, la corruption, la drogue, les crimes, Evinx Daniel, Laurent Lamothe, Kiko, Saint Remy, Calixte Valentin etc … : Haitian Leader’s Power Grows as Scandals Swirl

18 mars 2015

02-10-2015-martelly kplim warf jeremie 6

Actuellement, avec le dossier de la corruption dont fait mention le rapport du sénat de Haïti que la majorité au pouvoir qui supporte Jovenel Moïse, le peuple haïtien a pour obligation de renverser le gouvernement de corrompu issu du régime de Joseph Michel Martelly.

Jovenel Moïse et Joseph Michel Martelly devaient être arrêtés et emprisonnés pour gaspillage et vol des fonds du Petro caribe. Peuple haïtien c’est maintenant qui faut changer Haïti. il faut dire assez avec ces voleurs et ces pilleurs.

 

Dans un article à la Tout Haïti  que  les medias traditionnels en Haïti n’oseraient  pas publier, le plus important journal Américain le New York Times a titré  » Haitian Leader’s Power Grows as Scandals Swirl  »  une traduction locale donnerait  »  A mesure que Martelly concentre les pouvoirs à mesure qu’il s’embourbe dans les scandales « . L’auteur de l’article a fait un  » ranmase  » complet des évènements qui ont émaillé le parcours scabreux et même crapuleux de la présidence de Martelly.

Kiko Saint Remy, le frère de Sophia Martelly, d’après l’article du New York Times, a admis qu’il était un drogue dealer dans son jeune age, il est maintenant conseiller de Michel Martelly (Mr. Saint-Rémy, the first lady’s brother, who admits that he sold drugs in his youth but now functions as an unofficial adviser to the president….) L’article a également fait état de la mort du juge Jean Serge Joseph suite à sa décision de forcer les autorités à témoigner dans le dossier de corruption impliquant Sophia et Olivier Martelly respectivement la femme et le fils du président.

L’auteur a rappelé que Martelly avait dès 1997 prophétisé qu’il se débarrasserait du parlement dès qu’il sera au pouvoir chose dite chose faite. Mais, l’auteur n’a pas souligné qu’il a réalisé ce forfait grâce à l’aide de certains anciens démocrates qui ont accepté de jouer le rôle de sbires du petit dictateur de Port-au-Prince.

L’article du New York Times a rappelé sans citer son nom que le conseiller spécial de Martelly Calixte Valentin n’a passé que 6 mois en prison après avoir tué sur la frontière Haitiano Dominicaine le Jeune Octanol Derissaint selon des témoins et un rapport du RNDDH [NDLR]. Voir ici http://www.touthaiti.com/touthaiti-actualites/1324-rapport-enquete-avril-2012-assassinat-d-octanol-derissaint-le-rnddh-exige-le-jugement-des-coupables

Le journal a repris l’épisode de l’arrestation et de la disparition d’Evinx Daniel et le fait que Michel Martelly en personne est allé rendre une visite de support au présumé dealer de drogue qui a été écroué par le commissaire du gouvernement des Cayes qui lui-même a été révoqué et a dû quitter le pays en toute vitesse pour se protéger contre ce pouvoir qui accepte de cautionner les activités illégales des amis drogues dealers et raquetteurs du président.

L’auteur a également fait état de l’affaire Sonson Lafamilia ami intime de Martelly accusé de kidnapping dont la femme aussi accusée a été libérée par le ministre de la justice Jean Renel Sanon en personne. Ce dernier, aujourd’hui, travaille au palais national. Martelly est très solidaire de ses amis trafiquants et racketteurs a fait remarquer des personnes interrogées pour la réalisation de l’article.

De son coté, Laurent Lamothe l’ancien premier ministre le plus corrompu de notre histoire a refusé une demande d’interview de l’auteur de peur, peut-être, que ses détournements et vols diraient certains ne reviennent pas sur le tapis. On se souvient des 3. 4 millions de l’Uruguay détournés par Laurent Lamothe et Pierre Richard Casimir. A titre de rappel Pierre Richard Casimir l’actuel ministre de la justice de Martelly nous disons bien Ministre de la justice avait admis, devant le sénat, avoir détourné avec la complicité de Laurent Lamothe les 3.4 millions donnés en Aide à Haiti par l’Uruguay. Voir ici. 3.4 millions de l’Uruguay: Premier Ministre Haïtien Laurent Lamothe menace les journalistes de Tout-Haiti

L’auteur a également expliqué que l’ancien journaliste Lucien Jura devenu porte-parole de Martelly ou de cette bande de personnages infâmes (web of nefarious characters) a refusé de répondre aux questions du journaliste. Ceci est compréhensible car il s’avait qu’il allait être interviewé cette fois-ci par un vrai journaliste qui ne lui ferait pas de cadeaux.

A part quelques petites réalisations qui ne sont qu’ un écran de fumé a déclaré Nicole Phillip un avocat travaillant pour  » l’institut pour la justice et la démocratie  »  Martelly s’est pris aux défenseurs des droits de l’homme et a systématiquement manipulé le système judiciaire.  Martelly aujourd’hui s’est débarrassé du parlement et a le système judicaire sous coupe réglée. Il dirige le pays en maitre et seigneur car il ne reste que 11 elus nous dirons plutôt 12 avec le retour du Senateur Dieuseul Simon Desras.

Cet article du New York Times « Haitian Leader’s Power Grows as Scandals Swirl » est en quelque sorte un résumé des articles pertinents que les journalistes de Tout Haiti avaient pris le risque de publier durant ces trois dernières années. Apres avoir lu cet article du New York Times nous ne pouvons qu’une fois de plus constater que le pays est dirigé par une bande de gangsters qui se donnent le nom de bandit légal. Twou manti pa fon.

Tout Haiti,

Haitian Leader’s Power Grows as Scandals Swirl

THE CENTER OF POWER President Michel Martelly of Haiti, center, seated between Prime Minister Evans Paul, whose predecessor was ousted in December, and Sophia Martelly, the first lady, who has been targeted in a corruption complaint. Credit Hector Retamal/Agence France-Presse — Getty Images

PORT-AU-PRINCE, Haiti — With a brisk clap of his hands, Michel Martelly summed up the first steps he would take if he ever left the music business and became the president of Haiti.

“First thing, after I establish my power, which would be very strong and necessary, I would close that congress thing,” Mr. Martelly was quoted as saying in 1997, when he was still a hugely popular singer. “Out of my way.”

His words have proved prophetic. A political crisis almost four years into Mr. Martelly’s presidency gave life to the fantasy he once described: He is now running the country without the checks and balances of a parliament.

After Mr. Martelly and his opponents in Parliament could not agree on elections, most legislative terms expired, and the seats remain empty. Only 11 elected officials remain in the entire country, and the president is one of them.

For two months, Mr. Martelly has governed Haiti by executive order, concentrating power in the hands of a man who, his critics say, is a prisoner of his past, surrounded by a network of friends and aides who have been arrested on charges including rape, murder, drug trafficking and kidnapping.

BOOM TIMES, FOR SOME A construction project in Port-au-Prince. Haiti has one of the fastest-growing economies in the Caribbean. Credit Ian Willms for The New York Times

As Mr. Martelly strengthens his hold on power, scandals involving those close to him have continued to mount, raising questions about the president’s ability to lead.

One of Mr. Martelly’s senior advisers was jailed for six months during the president’s tenure after being accused of killing a man in a gunfight at the Dominican border. Another friend of the president vanished last year, shortly after being released from jail in a marijuana trafficking case.

The prosecutor in that case fled the country fearing retaliation.

Yet another of the president’s associates is in jail, accused of running a kidnapping ring. The authorities are trying to determine whether the man, Woodley Ethéart, who said he worked at the Ministry of Interior, laundered ransom money through a lucrative catering contract at the presidential palace, an investigator familiar with the case said.

One longtime law enforcement official said he stopped going to events at the palace because he kept running into people who had been arrested on charges as serious as murder but were now working at the presidential offices as security guards.

“There they were, in the palace, carrying automatic weapons,” the official said under the condition that his name not be published out of safety concerns.

The Martelly administration’s influence has been criticized most for its effect on the judiciary, where the criminal cases of some people close to the president have stalled or disappeared.

Prosecutors who objected to the administration’s interference were fired or fled, and one judge who complained that the president had meddled in a civil corruption case against Sophia Martelly, the first lady, died two days later.

“I would be very concerned of this interconnected web of nefarious characters,” said Robert Maguire, a Haiti scholar at George Washington University. “Martelly has empowered them to do what they do. He has established an environment of corruption, abuse of power and impunity.”

The president’s office did not respond to several requests for an interview since January. The presidential spokesman, Lucien Jura, did not respond to repeated requests for comment.

Mr. Martelly’s allies defended him, saying that the president could not be blamed for the actions of his friends. Several said that he is loyal to a fault, and that he will stand beside old friends no matter what trouble they find themselves in. The president, aides said, wants the best for Haiti but is easily influenced by relatives known for ties to drug trafficking and friends who abuse their proximity to power.

One of those relatives, the president’s brother-in-law Charles Saint-Rémy, said the president and his family had been victims of a politically motivated campaign to discredit them.

“We have had stability for four years,” said Daniel Edwin Zenny, a senator allied with the president. “We used to have 10,000 to 20,000 people protesting on the streets every day. Now we have 1,500 to 4,000, and while they are protesting, the country is moving forward. This is not a big situation yet.”

Disputed Election

Mr. Martelly was elected in 2011 after being placed in a runoff despite coming in third in a disputed election. International organizations, with an assist from Washington, helped Mr. Martelly by documenting his opponents’ widespread voter fraud.

Washington’s role in the election and the American ambassador’s warm relationship with him since has hurt Mr. Martelly’s credibility at home, where the president is considered a member of the conservative elite, disconnected from the poor majority.

Still, he is credited with getting the vast majority of residents who lost their homes to the devastating 2010 earthquake out of tent cities. Solar panels light once-darkened streets, and government ministries and hotels are being built. An anticorruption law was enacted, and the president found creative ways to enroll more children in primary school.

The rubble that marred the streets after the earthquake is gone, and so are most of the tents that 1.5 million Haitians lived in, packing parks, road dividers and other corners of open space.

Haiti now has one of the fastest-growing economies in the Caribbean, thanks largely to infrastructure projects financed by the money Haiti saved by buying oil at preferential terms from Venezuela. But even with that growth, and the billions in international aid, 24 percent of Haitians still live in extreme poverty, according to the World Bank.

“Construction is, like, for certain people — rich people. They built new banks, they built new hotels and government buildings,” said Jean François, 52, a father of six who has lived in a hillside tent for five years. “The government officials drive by this hill every day, but they don’t see us.”

Now that Mr. Martelly can organize elections without consulting opponents in Parliament, it will soon be voting time again. A movement to oust the president appears to be losing steam. A general strike organized by opposition parties in recent days mostly flopped.

“A lot of the progress is a little smoke and mirror,” said Nicole Phillips, a lawyer for the Institute for Justice and Democracy in Haiti, arguing that Mr. Martelly’s administration improved infrastructure and built hotels, but also cracked down on rights activists and manipulated the judiciary to benefit the president’s associates. “They have taken one step forward, but mostly taken two steps back.”

Mr. Martelly’s last prime minister, Laurent Lamothe, was seen by many as cracking down on kidnapping and organized crime. But Mr. Lamothe was pushed out in December as the political crisis between the administration and opposition parties reached its peak.

Among those who protested in the streets demanding Mr. Lamothe’s ouster was Mr. Saint-Rémy, the first lady’s brother, who admits that he sold drugs in his youth but now functions as an unofficial adviser to the president. Mr. Saint-Rémy was furious over the arrest of Mr. Ethéart, who operates an expensive French restaurant known to be one of the president’s favorite hangouts — but who has also been identified by the Haitian National Police as being the leader of Galil, a gang of kidnappers.

Mr. Saint-Rémy started calling senior government officials to plead for his friend’s release, three people close to the administration said. Simon Desras, who was president of Haiti’s Senate during the political crisis, said that one of the recipients told him he considered the call more a threat than request.

“In Martelly’s environment, you don’t find all saints,” Mr. Desras said. “You find demons.”

Mr. Saint-Rémy admitted “having discussions” with senior officials about the case, because he remains firmly convinced that his friend is innocent and was set up by the politically ambitious former prime minister, Mr. Lamothe, in an effort to discredit the president.

DEMANDING A CHANGE Protesters called for the president’s resignation during a January demonstration in the capital. Credit Dieu Nalio Chery/Associated Press

“Laurent has been playing heavy politics, because he has always wanted to be the only player standing,” Mr. Saint-Rémy said.

Mr. Lamothe did not respond to repeated requests for an interview.

Mr. Ethéart was arrested last year in connection with the kidnapping of a businessman by gunmen in police uniforms who demanded $1.2 million.

Telephone records showed that Mr. Ethéart was in contact with the kidnappers and, like the hostage-takers, had turned off his cellphone at the precise time of the abduction, according to a police investigative report. A Ministry of Interior license plate found on a vehicle at Mr. Ethéart’s house had been reported in previous kidnappings, an investigator said.

The police tied the case to 15 other kidnappings involving 17 hostages and one murder, the police said.

But irregularities in the investigation quickly emerged. According to government officials, subpoenas to interview several witnesses stalled for months. When the investigating judge ordered the arrest of Mr. Ethéart’s wife and closed the expensive French restaurant the couple operated, another judge had her released and lifted the judicial seal on the restaurant’s doors.

Mr. Ethéart has denied wrongdoing, saying his arrest was the result of his “presidential acquaintances.” He said in a radio interview last year: “I’m like a big Kleenex. They used me and then threw me away.”

An Arrest in the 1990s

Continue reading the main story

Recent Comments

Haiti

12 hours ago

There is a lawsuit in NYC brewing. The Republicans are starting to dig into the Clintons Mining affairs in Haiti and Lamothe’s role. When…

dorothy Anderson

13 hours ago

Well we helped push the French out and look what we have now!

Ed Bloom

13 hours ago

I actually believe that an incorruptible strongman is, for a country of Haiti’s titanic problems, the best way forward. How can Haiti solve…

  • See All Comments

Two law enforcement officials in Haiti said that Mr. Ethéart had been arrested in the late 1990s with a naked man in his trunk, who led officers to a nearby murder scene. Mr. Ethéart denied the assertions in the radio interview, but acknowledged that at another time he was found with $178,000 in cash — proceeds, he said, from a music festival in Miami.

His lawyer, Claudy Gassant, said that the prosecution’s evidence was flimsy. “No one in the palace intervened or asked the judiciary to release him. No one,” Mr. Gassant said. “To me, his relationship with the president does not matter.”

Evans Paul, who was named prime minister after Mr. Lamothe’s ouster, said the fact that Mr. Ethéart is in jail awaiting trial proved that the country had an independent judiciary.

“We cannot stop someone from choosing his friends, and cannot give hold him responsible for his friend’s actions,” Mr. Paul said of the president. “Only if you can show there is complicity.”

The National Human Rights Defense Network, a leading human rights organization in Haiti, has argued that the president and his cabinet were complicit in protecting drug traffickers in other cases.

The president was widely criticized for the handling of a 2013 drug-trafficking case involving Evinx Daniel, a prominent hotelier and Martelly campaign supporter who owns Dan’s Creek, a beachfront hotel the president is known to frequent.

Mr. Daniel told the authorities that he had found 23 packages of marijuana floating at sea and decided to bring them home. He called the president’s brother-in-law, Mr. Saint-Rémy, who called the United States Drug Enforcement Administration to pick up the load, the brother-in-law said.

A prosecutor, Jean Marie Salomon, doubted the story, suspecting that it was a ruse to cover up a drug deal that local residents had stumbled upon, and arrested Mr. Daniel on drug-trafficking charges. But the prosecutor was nervous, because he knew the hotelier had been active in the president’s campaign.

A Phone Call

The suspect was brought into custody and allowed to make a phone call. He called the minister of justice, the prosecutor’s boss, and handed over the telephone.

“He told me, ‘Commissioner, someone wants to talk to you,’” Mr. Salomon recalled in an interview. “He said, ‘The minister is on the phone.’”

Mr. Daniel was released the next day, and Mr. Salomon was suspended for abuse of power and later resigned. The prosecutor’s police bodyguard never showed up for work again, Mr. Salomon said. Mr. Salomon said he saw masked gunmen outside the courthouse just as investigators were calling him to discuss Mr. Daniel’s case.

Shortly after, Mr. Salomon said President Martelly went to Port Salut, about 140 miles west of the capital, and stayed at his friend’s hotel.

“It was not only a provocation from the president, but also a coded message,” Mr. Salomon said. “That day, I understood there was a bounty on me, and my days were numbered.”

Mr. Salomon called the United Nations for help and fled the country, but has since returned.

The hotelier disappeared three months after his release from jail and is widely presumed to be dead.

“Since Martelly arrived in office, state institutions have become weaker than before,” said Pierre Esperance, director of the National Human Rights Defense Network. “We have no rule of law in Haiti.”

Human rights lawyers said the absence of a parliament had left the role of checks and balances to them. A Senate report accused the president of lying about whether he had interfered in a civil corruption case filed against the first lady, but impeachment efforts stalled because of the lack of a quorum in the legislature.

One human rights lawyer, Samuel Madistin, filed a complaint asking for an investigation into the sudden death of Judge Jean Serge Joseph in 2013, two days after telling Mr. Madistin that the president had attended an illegal meeting to pressure him to dismiss the case against the first lady.

A coroner’s report said that a medical examiner who conducted an autopsy in Quebec lacked the medical files in Haiti needed to be certain how Mr. Joseph had died, but that the death was the result of a cerebral hemorrhage.

“I’m not naïve. I know as long as those in office are in power there is no way this case will move forward,” Mr. Madistin said. “By doing this complaint, it’s like throwing a rock. Someday, the rock must fall somewhere.”


L’évangile des derniers Versets: le prophète parmi le peuple

12 mars 2015

Vous peuple de la terre, vous croyant des non croyants, vous de toutes les régions, vous les voyageurs des cieux et des mers, vous voyageurs et habitants des terres visitées, vous aussi créatures et formes de vies, vous qui dites que vous priez, vous qui cherchez et qui demandez, vous qui dites que vous invoquez et qui dites que vous  cherchez votre Dieu, vous formes d’esprits et de corps  qui vous préparez à l’existence…

Seriez-vous tous en mesure de reconnaître, parmi vous, mes messagers, mes disciples et mes prophètes? Sauriez-vous distinguer la vérité du mensonge, le jour et la nuit, le matin et le soir?Seriez-vous prêts et en mesure de me recevoir chez vous? Par quelle porte m’attendrez-vous et combien de portes d’entrée disposerez-vous pour me recevoir?

À ceux qui croient avoir des yeux pour voir, assez de mains pour toucher et recevoir, assez d’oreilles pour entendre et écouter, assez de pieds pour se tenir, marcher et courrir, assez de bouches pour parler, manger, boire assez de nez pour sentir, respirer et apprécier, assez d’yeux pour voir, observer et regarder sachez que mes voies pour vous acceder sont plus nombreuses que tout ce que votre imagination peut imaginer car je suis Dieu et c’est Moi qui vous ai créé.

Depuis la nuit des temps, au-delà de votre mémoire, je vous observe et je vous connais plus que toi-même. À chaque temps son histoire et à chaque histoire une chaine de vies. À tous les temps je choisis mes prophètes, mes prophètes et leurs disciples.

Toujours et à chaque fois je vous donne la chance de vous refaire en vous en choisissant un de vous afin de transmettre mes paroles et mes commandements. Et comme toujours, il y en a très peu parmi vous qui font ma volonté.

Ni eux les prophètes, ni eux les disciples ne peuvent par eux-mêmes se reconnaissent mais leurs vies et leurs existences me permettent de les choisir. Parmi vous ils sont comme vous tous et comme tout le monde et ils se rebellent toujours d’endosser leurs fardeaux afin que s’accomplissent mes ordonnances et mes prescriptions. Que personne ne se déclare prophète par lui-même mais lorsque vous voyez qu’ils se multiplient par eux-mêmes, alors j’inteviens afin de les démasquer.  


Réginald Boulos, le candidat préféré de Martelly: Pourquoi Michel martelly avait lâché Laurent salvador Lamothe

5 mars 2015

Alors que le Président Joseph Michel martelly avait annoncé au Peuple haïtien qu’il allait présenter son fils Olivier martelly comme prochain candidat à la présidence pour lui succeder; de même que tout le monde croyait que Martelly allait, à défaut de présenter son fils comme candidat à la présidence, appuyer l’ex premier Ministre laurent Salvador Lamothe, or de plus en plus les choses se confirment sur le véritable candidat préféré de Michel martelly.

En effet, le véritable candidat préféré de Joseph Michel Martelly sera plutôt Réginald Boulos selon ce que les entourages du président ont laissé couler dans l’opinion publique haïtienne.

Selon les proches du pouvoir, le président martelly trouve que Lamothe n’est pas assez honnête et qu’il manque de jugement et qu’il pourrait devenir un dictateur sans scrupule cherchant toujours son profit personnel dans toutes les transactions que fait le pays.

Bien évidemment, on pourrait se demander si martelly ne priorise pas de préférence ses relations familiales avec les Boulos aux dépens de son fils et de son vieil ami? Où peut-on se situer dans cette volonté de Martelly à contrôler les rouages des prochaines élections en vue de faire passer sa famille et ou ses propres amis?

Les dernières sorties publiques de martelly, lors de l’ouverture de la place Sainte-Anne à Port-au-Prince, semblent nous indiquer que le peuple haïtien doit deplus en plus se méfier des vraies intentions de Ti Simone Martelly surtout en ce qui concerne son alliance avec K-Plim.

En effet, si d’un côté, dans les premières heures de la prise de fonction de Évans Paul comme Premier Ministre martelly avait des doutes sur ce dernier, durant ces deux dernièrs mois, martelly s’est rendu compte qu’Évans paul n’avait rien dans ses macoutes.

K-Plim n’avait aucun projet écrit et aucun programme pour diriger Haïti et il n’avait aucun intellectuel et aucun technicien capable de l’aider à gérer un gouvernement voir un pays. Certains disent même, pour martelly evans paul est un petit vagabond qui n’a cherché toute sa vie à se faire adopter par quelques familles riches.

D’autres disent également que Martelly aurait déjà présenté à K-Plim quelques mulâtresses et que Evans paul pourrait annoncer avant la fin de l’année son mariage avec cette femme d’une famille moyennement riche du pays.

En ettendant d’assister à ces événements, bien que tout semble confirmer le projet nuptial de Evans paul puisque ce K-Plim ne s’est jamais encore présenté avec sa femme en public depuis qu’il est devenu Premier Ministre de Haïti et qu’en agissant ainsi, il se laissait faire comprendre encore célibataire.

Alors, on doit peut-être comprendre que martelly a définitivement opté pour le choix de réginald Boulos comme prochain candidat à la présidence en lieu et place et place de Olivier martelly son Fils et de Laurent Salvador Lamothe son ami et gestionnaire de son patrimoine financier.

Par ailleurs, si l’on devait s’en tenir au dernières déclarations de martelly devant l’église saint-anne de port-au-prince, où il voulait rappeler sa biographie musicale comme sa biographie politique, tout semble indiquer, en référence à son alliance avec Evans Paul, martelly nous annonce déjà de façon assez nette et claire qu’il ne va pas lâcher le pouvoir et que son alliance avec K-plim sera utilisée pour imposer sa dictature dans le pays.

La dictature martlly-Paul est à nos portes et les deux compères de l’exécutif semblent tous prêts pour y aller à fond.

à suivre… 

Hermann Cebert


Le Président Joseph Michel martelly ne demandera pas au gouvernement Dominicain de respecter les droits de Haïti et des Haïtiens en République Dominicaine: Selon des rumeurs, il aurait deux enfants avec des dominicaines en république dominicaine

27 février 2015

Ces jour-ci, on dirait que la famille du Président de Haïti, Joseph Michel Martelly décide de faire partir plusieurs rumeurs dont les unes ne valent pas l’autre. Hier c’était la rumeur du probable divorce de son fils Olivier martelly avec son probable divorce, aujourd’hui c’est d’autres enfants qu’il aurait en république dominicaine et qui l’aurait empêché de défendre les intérêts des haïtiens et de Haïti.

Pourquoi cette famille veut-elle à tout prix être dans les médias et faire la une des journaux? Peut-être que le régime martelly – evans paul – laurent lamothe – conille devait s’occuper d’augmenter la production du pays pour réduire sa dépendance et également s’interesser à organiser les élections générales dans le pays pour faciliter la stabilité et la reprise économique du pays au lieu de publier des rumeurs par-ci et par-là pour  rester vedette et populaire dans le pays dans le pays.

En effet, suite à la pendaison d’un Haïtien par des racistes dominicains qui haïssent tous les noirs du monde et en particulier les Haïtiens qui vivent dans ce pays, une dernière rumeur voudrait que les raisons pour lesquelles le Président Martelly a pris du temps pour intervenir en faveur des Haïtiens qui subissent tous les préjugés du peuple raciste que sont les dominicains, ce serait parce que le président Mulâtre haïtien Joseph Michel martelly aurait deux ou trois enfants avec des femmes dominicaines en République dominicaine.

Si telle est véritablement le cas, où les intérêts et les relations de faimille du président martelly deviennent plus importants pour martelly que les intérêts du pays et de tous les Haïtiens, alors il pourrait revenir au peuple haïtien et de toutes les forces vives du pays d’exiger le départ du gouvernement martlly-Evans Paul K-Plim.

Par ailleurs, devant les menaces que les dominicains font sur Haïti parce que tout un peuple décide de se mobiliser et de manifester, les autorités dominicaines semblent demander à Evans paul et à Martelly de s’excuser, il paraitrait évident que Martelly et le Gouvernement Dominicain se préparent à envahir Haïti.

Depuis quand des racistes dominicains pouvaient exiger des excuses parce qu’ils chassent les haïtiens qu’ils ont déjà exploités dans des champs de cannes- à- sucre?

Est-ce qu’il faut s’excuser pour nous avoir pendu un Haïtien sur la place publique et brûlé notre drapeau?

Est-ce qu’il faut s’excuser parce qu’ils décident d’entrer venir pêcher dans les eaux haïtiennes, arrêter et kidnappé des haïtiens vivant à Anse-à-Pitres?

Est-ce qu’il faut s’excuser parce les dominicains sont des descendants d’anciennes prostituées venues de l’espagne et qu’aujourd’hui encore, la république dominicanie est devenue un gros pays bordel à ciel ouvert?

Est-ce qu’il faut s’excuser parce que les politiciens dominicains n’arrivent pas à offrir des alternatives économiques et sociales au peuple dominicains et que ces politiciens dominicains sont obligés de développer un racisme, des préjugés et une haïtianophobie contre les haïtiens?

Est-ce qu’il faut s’excuser parce que le régime Martelly a vendu donné tous les contrats des travaux de construction et de reconstruction aux entrepreneurs dominicains pendant même que les bourgeois haïtiens mangent à la même table raciste avec les bourgeois racistes dominicains?

Est-ce qu’il faut s’excuser pour n’avoir pas demandé pardon au peuple dominicain pour avoir humilié tout un peuple de ne pas avertir les représentants dominicains à pétion-ville avant de lancer la grande manifestation pacifique?

Est-ce qu’il faut s’excuser au peuple et au gouvernement dominicain pour acheter chaque année 3 à 4 milliards de dollars de leurs produits ce qui les permettent de s’enrichir et de garantir leurs développement tout en étant leur meilleur partenaire économique?

Si le régime Martelly-Evans Paul K-Plim s’excuse au peuple et au gouvernement dominicain, ou qu’ils se mettent ensemble pour envahir Haïti, qu’ils interviennent avec tous ceux et toutes les puissances et les organisations internationales qui veulent l’annexion d’Haïti, alors ils verront comment nous les Haïtiens, nous sommes capables vider la république dominicaine de tous ses habitants qui ne sont pas Haïtiens.

Leurs terres c’est notre terre et c’est nous qui lavion libérer de toutes les formes d’esclavages. Qu’ils prennent cela pour dit et compris et qu’ils se taisent pour toujours. 

à suivre …

Hermann Cebert


le divorce de Olivier Martelly et de Bianka: Leur enfant ne serait pas de Olivier Martelly

20 février 2015

Plusieurs personnes qui, semblerait-il, auraient vu l’enfant du couple, ne seraient pas d’avis que cet enfant soit véritablement l’enfant du fils du président Joseph Michel martelly.

Si l’on devait croire, bien que nous voulons douter de ces faiseurs d’informations,  les rumeurs qui circulent dans les entourages du couple concernant la paternité de cet enfant, cet enfant serait de quelqu’un d’autre et non de Olivier Martelly.

De plus, cette question de la paternité de l’enfant aurait déjà créé des disputes et de possible divorce au sein de ce couple princier.

Selon ce que nous savons jusqu’ici, aucune presse n’a encore publié les photos de l’enfant et, la présidence qui avait fait le mariage du fils du président Olivier martelly et de Bianka un événement national et présidentiel, n’a pas non plus maintenu le public et le peuple haïtien au courant de l’évolution de la vie de famille du fils ainé du Président Joseph Michel Martelly.

Pourquoi le président Martelly et son Fils Olivier ont préféré garder le secret sur la vie de leur enfant plus particulièrement sur le train de vie que mène le couple?

c223e-1374313_10152253941588852_1752424632_n-749983Pourquoi ce silence de Olivier martelly depuis un certain temps déjà alors que plusieurs s’interrogent sur les richesses accumulées par la famille présidentielle depuis leurs arrivées au pouvoir? Qui dirigent les biens et la richesse de la famille de Joseph Michel martelly?

En attendant que la famille présidentielle de haïti, Joseph Michel Martelly décident conjointement ou non à présenter l’enfant de Olivier Marttelly et de Bianka à la presse pour établir la vérité, je continue de me demander qu’est-ce que la vie de couple du fils de président Joseph Michel martelly a avoir avec le peuple haïtien pour que l’on cherche à savoir si tel ou tel enfant est de la partenité de Olivier Martelly.

Essayons de suivre le destin de cette histoire qui ne nous apporte rien de serieux poour le développement de Haïti. Si quelqu,un dispose de photos appropriées, n’hésitez pas à nous les communiquer.

à suivre…

« Olivier Martelly devoile sur Instagram que sa femme et sa fille compte beaucoups pour Lui (1 mars 2015) »

Hermann Cebert


Carnaval Haïti, Haïti : 16 morts, 78 blessés, le carnaval annulé, deuil national de trois jours

18 février 2015

Nouvelliste | Publié le : 17 février 2015

16 morts et 78 blessés, dernier bilan du tragique accident survenu mardi matin à Port-au-Prince lors d’un incident électrique et d’une bousculade sur le passage du groupe musical Barikad Crew. En mémoire des victimes, le gouvernement a annulé les festivités carnavalesques sur tout le territoire, annonce la prise en charge des victimes et trois jours de deuil national. Le premier ministre Evans Paul a donné un point de presse ce mardi. Il était accompagné de la première dame, Sophia Martelly , qui est en première ligne avec ses services de secours, et de nombreux ministres.

mortel au Champs de mars. Tout de blanc vêtu et en silence, tous les groupes musicaux et la population vont marcher en mémoire des victimes de l’accident. « C’est de cette façon que nous allons manifester notre solidarité au malheur de nos frères et sœurs. On ne peut ni danser ni fêter sur leur cadavre, mais on peut leur témoigner notre respect », a indiqué le Premier ministre Evans Paul qui a pris la parole depuis ses bureaux à la primature. De concert avec les familles concernées, des funérailles nationales seront organisées le samedi 21 février 2015 pour les personnes tuées dans l’accident, a indiqué le Premier ministre. Mais avant, a-t-il ajouté, le gouvernement a décrété trois jours de deuil national les mercredi 18, les jeudi 19 et le vendredi 20 février. Le gouvernement prendra en charge les victimes et continuera d’assister les blessés, a fait savoir le chef du gouvernement. Les autorités assureront également les funérailles des personnes décédées au cours de l’accident, a-t-il annoncé, soulignant que cette tâche est confiée au ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales A la suite de l’accident, tout le système sanitaire a été mobilisé pour venir en aide aux victimes et a permis de sauver des vies, s’est félicité le chef du gouvernement. Le bilan demeure partiel et les autorités n’ont pas donné de précisions sur l’état de santé des blessés éparpillés dans des centres de santé de la région métropolitaine. Selon le Premier ministre, il s’agit d’un accident et le gouvernement va constituer « un groupe d’expert pour qualifier ce qui est arrivé », a-t-il dit. Evans Paul a appelé le peuple haïtien à la solidarité en reprenant le thème retenu pour le carnaval de cette année : « Nou tout se Ayiti ». La deuxième journée du carnaval de Port-au-Prince s’est terminée en drame aux premières heures de mardi 17 février après une bousculade dans la foule occasionnée par l’électrocution d’un chanteur du groupe de


Les expériences de luttes étudiantes en Haïti: du courage, de la volonté et de la détermination

16 février 2015

Dans le cadre du retour à l’ordre constitutionnel, après le coup d’État du 30 septembre 1991 par Michel François et de Raoul Cédras, les marines américains sont débarqués pour occuper Haïti le 19 septembre 1994 en préparation au retour de Jean-Bertrand Aristide qui allait se faire le 15 Octobre 1994. Il s’agit d’un grand changement de contexte politique et l’espoir de l’instauration de la démocratie dans le pays que le fameux Coup de Correction Démocratique, comme le Général Cédras l’appelait, avait enlevé au peuple Haïtien.

Ce fut pour nous, qui réfléchisions sur la façon et le moment propice de faire un mouvement à la faculté de Droit et des Sciences Économiques de Port-au-Prince, l’occasion à ne pas râter étant donné notre incapacité à mobiliser à la fois les étudiants et les professeurs qui dans la majorité étaient entrés grâce au parrainage des dirigeants de la faculté en l’occurence le Doyen et les deux chefs des départements juridique et économique.

Pourquoi vouloir opérer des changements à cette faculté? Quelles étaient les chances de réussites d’un tel mouvement? Avait-on l’organisation étudiante pour engager cette lutte ou du moins ce mouvement?

Avant de répondre à ces questions, permettez-moi de vous rappler un peu l’origine de ce mouvement et partager aussi mon jeune parcours de l’époque au sein de cette faculté juste après le Lycée Anténor Firmin. En effet, après mes études secondaires au Lycée Anténor Firmin, où comme élève qui n’avait pas été dans la cohorte et arrivé du Collège Saint-Jean l’Évangéliste je m’était fait élir président de la Classe de Philo qui est du coup également Président du Comité Central des élèves du Lycée. 

Mon élection comme président de la classe de Philo était inusitée et nouveau dans l’histoire du Lycée où ce sont les étudiants d’une même cohorte qui avaient l’habitude de se faire élire à ce poste.   Je faisais ainsi exception dans l’histoire de ce Lycée puisque je venais de rompre une très longue tradition que constituait le conservatisme des élèves du Lycée.

Durant mon règne comme président de la classe de Philo, j’avais organisé le premier débat philosophique inter lycéens ceux pour la Science et ceux pour la Philosophie. Également, en collaboration avec les autres Présidents de classe de PHilo des autres lycées qui ont participé à notre débat, nous avions créé des cercles de rencontres et de collaborations entre les lycées. Selon quelques informations recueillies, les élèves des lycées ont gardé pendant longtemps cet espace de collaboration et plusieurs mouvements d’élèves de lycées ont été rendus possibles grâce à cette alliance non écrite entre élèves des lycées.

Retenez, à titre d’information et pour l’histoire, notre classe de philo comptait à peu près 143 élèves, dans des conditions extrêmement difficiles pas assez de bancs et de chaises et plusieurs d’entre-nous s,assayeaient quasiment par relève, et les professeurs venaient lorsqu’ils pouvaient et lorsqu’ils se présentaient c’était de véritables courses contre la montre, de vrais marathons scolaires parce qu’ils nous donnaient trois, quatre ou cinq cours en trois ou six heures.

On devait tout comprendre et tout prendre comme notes à l’intérieur d’une logique de compétition très féroce. Chacune de nos questions devait apporter des éclairages supplémentaires aux autres sinon, les rappels, les théorèmes, les formules n’étaient pas à expliquer par le professeur qui ne les reprenaient pas non plus car considérés comme acquis pour tout le monde.

Vous imaginez donc, que cela était pareil pour tous les autres cours et tous les professeurs étaient intraitables dans leurs manières et dans leurs méthodes et il n’y avait pas de place pour des discussions inutiles. Comme résultat de cet encadrement quasi militaire et de cet individualisme extrême, tout le monde avait réussi aux examens officiels de fins d’études secondaires et, tout le monde presque est entré à l’université.

Deux facultés ou trois facultés pour plusieurs d’entre nous compte tenu le peu de places qui existent dans les facultés du pays, si quelqu’un voulait s,assurer d’avoir une place à la faculté, il fallait qu’il s’inscrive à plusieurs, de mon côté, étant que je n’avais pas beaucoup d’argent, soit 250.00 gourdes, j’ai dû me contenter de m’inscrire à seulement trois facultés. C’est ainsi que moi aussi, j’avais réussi deux concours d’examens et j’ai été admis à la Faculté de Droit de Port-au-Prince en Sciences Économiques et en Belles Lettres à l’école Normale Supérieure de Port-au-Prince.

En passant, j’ai oublié de vous dire qu’à cause du Coup d’État du 30 septembre 1991 et de toutes les terreurs qu’il a engendrées, les facultés n’étaient pas en mesure pour organiser les concours d’admission aux dates prévues en Août et septembre de l’année 1991 et c’est en janvier 1992 qu’elles ont pu les organiser, voilà pourquoi, notre promotion a dû commencer l’université en Mars 1992 au lieu d’octobre 1991.

C’est donc en Mars 1992 que j’ai commencé à étudier à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques avec pour option les Sciences économiques. À noter que plus de 4000 à 6000 étudiants participent à ce concours d’admission dont seulement 100 étudiants seront admis et heureusement pour notre promotion, la faculté avait décidé d’ouvrir un autre groupe du matin vu que le ministre de l’Éducation de l’Époque Gérad Bissainthe avait opté pour cette exploitation des locaux de la dite faculté car jusqu’à cette date la faculté de droit donnait seulement des cours le soir de 4h00 pm à 9h00 pm.

Notre promotion 1991-1995 a été la première promotion de la faculté de droit à suivre des cours universitaires à la fois le matin et le soir, soit de 9h30 à 13h00. Les examens du concours ont eu lieu la première semaine du mois de janvier 1992, les résultats publiés au mois de février 1992 et les cours ont commencé le 3 mars 1992.

Retenez par ailleurs pour la petite histoire, que Gérard Bissainthe, le ministre de l’éducation de l’époque, a été aussi responsable de la perte d’une année scolaire à plusieurs élèves de terminale Rhéto et Philo parce qu’il avait décidé d’organiser des examens à rabais alors que les conditions économiques, politiques et sociales du pays étaient catastrophiques.

En Mars 1992, j’ai commencé mon cycle de 4 années à la FDSE: faculté de droit et des sciences économiques de Port-au-Prince, j’ai retrouvé plusieurs anciens camarades, ceux de l’école primaires, pas beaucoup, ceux de l’École Nationale des Arts et Métiers (salésiens) ENAM, quelques uns du collège Saint-Jean, quelques militants d’organisations populaires et des comités de quartier, quelques voisins et amis de quelques amis mais la grande majorité de mes nouveaux camarades furent des anciens de lycéés.

Étant quelqu’un naturellement sociable très ouvert, c’est facilement et très rapidement que je me suis fait plusieurs et beaucoup d’amis à la fois dans notre salle de première année que parmi tous les autres étudiants. Néanmoins, c’est lorsque nous avions décidé d’organiser des élections pour former le comité qui devait représenter la classe que j’allais me faire remarquer puisque j’avais choisi d’être candidat pour devenir conseiller et porte parole du comité de la première année Matin, ce que j’ai été.

Ce comité d’étudiants de la première année science économique du matin de la faculté de droit et des sciences économiques était assez représentatif à la fois des origines sociales et économiques de l’ensemble des étudiants, tout comme il éatit aussi représentatif des différents critères d’admission et de sélections pour certains étudiants  mais en même temps il était aussi représentatif des tendances idéologiques qui traversaient l’ensemble du pays.

Entre temps et parallèlement à mes cours de la faculté de droit, je commençais également mes cours à l’école normale supérieure en lettres avec un horaire vraiment décalé soit des cours qui commencent à 7h00 am pour 9h00, des couyrs de 13h00 à 14 et 15 heures, des cours de 18h00 à 21h00 tandis que mes cours étaient plutôt fixes à la FDSE. J’étais toujours en train de courrir pour assister à mes cours d’une faculté à l’autre sans oublier les divers traveaux à faire pour les deux cours. Je peux dire que j’étais toujours occupé de 6h00 am jusqu’à 23h pm et entre tous ces cours, je trouvais aussi du temps pour participer et organiser des activités avec les organisations populaires que j’étais membre.

Si à la FDSE le climat était aux études, en revanche, à l’École Normale, c’était bruyant le mouvement des étudiants était en ébulition et, toutes les années avaient organisé les élections de leurs représentants, au comité central des actions se préparaient car il y avait une très grande conscience politique chez les étudiants en même temps qu’une volonté de lutter contre les chefs du coup d’état contre le gouvernement et la présidence de Jean-Bertrand Aristide. C’est ainsi qu’autour du mois d’avril, un vaste mouvement de protestation et de sit-in est enclenché par les étudiants et c’est là, que j’allais faire écho de ce mouvement au sein de la FDSE mais en même temps que j’allais découvrir le conservatisme de la faculté de droit mais aussi la main de fer qui dirigeait cette faculté.

à suivre…

Hermann Cebert


Pendaison d’un Haïtien en Républuque dominicaine Drapeau Haïtien brûlé en république dominicaine

16 février 2015

Protestations du Collectif du 4 décembre 2013

Le GJH condamne la pendaison d’un Haïtien lâchement assassiné en République dominicaine

Port-au-Prince, le 12 février 2015.- Le Gouvernement Jeunesse d’Haïti (GJH) ainsi que  l’Association des Volontaires pour la Démocratie (AVD) condamnent, avec la plus grande fermeté, l’assassinat perpétré contre le compatriote haïtien Claude Jean Harry, en date du mercredi 11 février 2015 dans le parc Ercilia Pepin en face de l’hôpital José María Cabral y Báez, à Santiago, en République dominicaine.

Face à ce comportement révoltant et répréhensible, le GJH demande aux autorités compétentes dominicaines de procéder a l’arrestation de ces présumés criminels afin qu’ils puissent juger convenablement et punir selon les prescriptions de la loi en vue de freiner ces actes répressifs contre les ressortissants haïtiens en République Dominicaine.

Témoignant sa sympathie aux familles de la victime, le GJH, au nom de tous les jeunes d’Haïti demande aux autorités haïtiennes et dominicaines de mettre l'accent sur le respect des droits humains en facilitant le rapprochement et la réconciliation entre les deux pays face à un intérêt commun pour les deux peuples.

Amos CINCIR
Jeune Président de la République,
Gouvernement Jeunesse d’Haïti

Le Collectif s’insurge contre « l’ignominie de l’acte barbare commis contre un paisible citoyen haïtien vivant en république dominicaine et l’incendie du drapeau haïtien »

Publié le samedi 14 février 2015

 

NOTE DE PRESSE – Affaire dominicaine 14 février 2015

LE COLLECTIF DU 4 DECEMBRE 2013, membre de la Société civile haïtienne se révolte devant l’ignominie de l’acte barbare commis contre un paisible citoyen haïtien vivant en république dominicaine et l’incendie du drapeau haïtien. En effet, la torture et pendaison de ce citoyen dans un parc public de Santiago, suivies de la souillure de notre drapeau devraient interpeler toute la société haïtienne et particulièrement le gouvernement haïtien.

Aussi, LE COLLECTIF DU 4 DECEMBRE 2013 recommande aux responsables de l’Etat, que soit pris ce train de mesures :

- Le rappel de l’ambassadeur d’Haïti
- La fermeture de la frontière entre nos 2 Etats : l’Etat Xénophobe dominicain et l’Etat d’Haïti pendant au moins un jour pour signifier notre réprobation
- Les excuses du gouvernement dominicain au peuple haïtien
- L’arrestation, le jugement et la condamnation par la justice dominicaine des coupables de ces crimes. Il ne devrait y avoir aucune difficulté à appréhender notamment les individus bien identifiés sur les photos qui circulent sur la toile
- L’annulation des contrats adjugés aux compagnies dominicaines pour les constructions chez nous, et procéder au transfert des-dits contrats à des sociétés haïtiennes.

Par ailleurs, LE COLLECTIF DU 4 DECEMBRE demande aux importateurs de produits dominicains de repenser leur source d’approvisionnement et d’envisager les commandes à partir des autres pays de l’hémisphère.

Aux consommateurs locaux, de rendre justice à notre drapeau souillé et à nos frères humiliés, lâchement assassinés en république dominicaine, en rejetant purement et simplement tout produit en provenance de ce pays xénophobe. Ce sera justice qui leur sera rendue, la moindre des choses à faire et à la portée de tous.
Il est plus que temps de s’assumer comme NATION !!!!

Reprenons notre pays en main ! Resserrons nos liens ! Travaillons pour garder nos compatriotes chez nous ! Encourageons notre Production Nationale !

Jean-Robert Argant Coordonnateur général

www.collectif4decembre2013.org
282, Bourdon, Port-au-Prince, Haiti T 36.18.54.00 collectif4decembre@gmail.com

Note de Protestation du Collectif 4 Décembre


Les Étudiants Haïtiens, leurs luttes, la violence: des problèmes de stratégie et de tactic

12 février 2015

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

Toute l’histoire de l’humanité est une histoire de guerres et de violences et c’est surtout par la violence que se créent les forts et les faibles par le fait que les issues de ces guerres et de l’utilisation de la violence ont permis des gagnants et des perdants. Et, en arrière de toutes ces victoires et des pertes c’est surtout, et principalement l’invention, la création des armes qui ont facilité ces conquêtes.

S’il n’y avait par les armes à feu il n’y aurait pas d’esclavage et moins encore des préjugés entre un peuple et un autre, entre une culture et une autre également entre une civilisation et une autre.

Les armes et leurs utilisations sont responsables de tous les maux que nous connaissons depuis les éveils de l’homme. Les armes donnent des sentiments de puissance en même temps elles nous montre toutes les faces et tous les aspects des diverses cruautés que le genre humain est capable. Voilà pourquoi je dis toujours que je suis anti-violent et je suis contre toutes les formes de violence.

Ceci dit, voyons maintenant la réalité ou encore, les réalités des luttes étudiantes en Haïti en comparaison aux luttes que les étudiants haïtiens sont en train de mener présentement en Haïti contre la chèreté de la vie en Haïti.

Si je comprends bien, les revandications des étudiants haïtiens par rapport à leurs demandes de la baisse du coût de l’essence compte tenu de la baisse généralisée de ce produit sur le marché international, il s’avère que les étudiants soulèvent plusieurs problèmes par rapport à la gestion et à l’approvisionnement des produits pétroliers en Haïti.

Premièrement, la démarche du mouvement des étudiants haïtiens soulève indirectement sans le dire, la question des clauses du contrat du programme Petro Caribé que le gouvernement haïtiens a négocié avec le vénézuela à savoir que le gouvernement haïtien ait mal défendu ses intérêts dans ce contrat.

En ce sens, et ou bien le gouvernement n’a pas dévoilé tout le contenu de ce contrat en ce qui concerne les situations ou le prix du pétrole arriverait à chuter sur le marché international. Si telle est la situation, le gouvernement aurait dû expliquer tout cela clairement.

Je serais d’avis par conséquent que le Commandante Hugo Chavez s’était bien protégé et qu’il a été le plus grand gagnant pour son pays dans ce contrat.

Nos représentants n’ont pas su défendre les intérêts du pays comme cela devait se faire, ils ont péché comme toujours la situation avec nos dirigeants. Il leur suffit d,avoir quelques avantages ersonnels pour négliger les intérêts du pays.

Deuxièmement,  la démarche du mouvement des étudiants haïtiens touche un autre aspect caché du programme Petro Caribé c’est la question des marges de profit que profite le gouvernement et les grands distributeurs de l’essence dans le pays.

En effet, alors que le pétrole est ou du moins a été vendu à un prix préférentiel au gouvernement haïtien au moment où le prix était très élevé sur le marché international, les membres du régime martelly-lamothe empochaient et gaspillaient les marges bénéficiaires sans permettre à la population de profiter ou de respirer un peu.

Ils s’en sont servis abondamment sans agir sur le prix au détail et durant les deux premières années de grâce que le contrat accordait au gouvernement haïtien pour ne pas commencer à payer les intérêts de 1% que prévoyait le contrat, le Président Joseph Michel martelly engageait des projets par-ci et par-là sans faire des calculs prévisionels adéquats.

Comme conséquence, et nous le constatons actuellement, la chute du prix du pétrole sur le marché international ne permet pas au gouvernement d,avoir une certaine marge bénéficiaire suffisant pour baisser le prix au détail. 

Ce faisant le régime n’a pas été juste envers la population lorsque l’on considère les divers impacts qu’a le maintien du prix de l’essence à un prix très élevé sur les autres produits et sur les autres services dans le pays et plus particulièrement sur les populations à très faibles revenus. Le régime martelly a donc failli à ses obligations de faire baisser le coût de la vie dans le pays.

Surtout, il n’y a de services de transports en commun pour les plus démunis et dans un pays où ce sont les minorités bourgeoises qui maintiennent la chèreté de la vie dans le pays. Il était de la responsabilité du gouvernement et du régime martelly en général de tracer l’exemple pour les les grands distributeurs.

Revenons à présent à la question de violence dans la lutte étudiante et plus particulièrement des différerntces accusations portées contre le mouvement étudiant plus spécifiquement de l’usage de la violence.

En effet, si je disais dans les premiers articles que les étudiants m’avaient inspirés par contre, je ne partage pas l’idée de violence ou des actions violentes par les étudiants étant donné qu’ils doivent être des modèles pour l’ensemble de la société.

J’associe donc ces actions violentes à deux ou trois problématiques que les étudiants ne saisissent pas dans le contexte des luttes étudiantes en Haïti.

La première problématique c’est que il n’y a pas de luttes isolées. On a toujours besoin des autres pour mener une lutte, voire un combat. On a besoin de faire des alliances avec d’autres groupes et ces alliances peuvent être informelles ou non. Mais une chose est sûre il faut en faire.

D’un côté cela permet d’être informé l’évolution de la réalité du monde politique est des différentes actions qu’entendent mener les autres acteurs. D’un autre côté cela permet de se protéger contre les actes de terreurs du régime en place mais aussi de pouvoir planifier ses propres stratégies et en parlant de stratégie, l’alliance est par excellence une stratégie de lutte.

La deuxième problématique est associée à la première, c’est le transfert des actions violentes à d’autres groupes moins identifiables mais capables d’agir pour soi.  Bien que la meilleure option serait de conditionner ces groupes à agir sans alliances directes ou par personnes interposées, mais la réalité peut faire en sorte qu’il faut parfois négocier directementàvec des groupes soit sous formes de débats, sous formes d’échanges, d’interviews conjointes où les échanges personnels peuvent se faire de façon cordiale, amicale et en dehors des murs creux.

Dans le contexte du mouvement et surtout, de l’implication des jeunes universitaires haïtiens, les leaders du mouvement auraient dû transférer les actions dissuassives aux organisations populaires qui elles sont beaucoup plus identifiables à de telles actions même si dans la réalité ce sont les mêmes étudiants qui participent à ces actes de grabuges et de casse.  

Et l’une des meilleures façons pour assurer ce transfert de charges aux organisations populaires c’est de les pousser à s’identifer aux revandications du mouvement en signant des tracts, des graffittis ou si on peut l’obtenir des déclarations et des notes de presses enflammées afin que cela puisse enlever dans la tête de tout le monde que le mouvement étudiant lui-même n’est pas impliqué de près ou de loin à ces actes de violence.

La troisième problématique que soulève le mouvement étudiant c’est l’usage d’une seule revandication, celle de la baisse du prix de l’essence. En effet, comme le dit un vieux dicton il ne faut pas tous ses oeufs dans le même panier. En finance et en investissement, on dirait qu’il faut diversifier son portefeuille c’est-à-dire acheter et investir dans plusieurs produits financiers au cas où l’un de ses produits s’effond sur le marché.

Bref, l’assiette des revandications des étudiants haïtiens devaient englober plus de problèmes sociaux liés aux étudiants comme des laboratoires informatiques dans les facultés et ce avec assez de places pour tous les étudiants, des bonification des prêts et des bourses pour les études, des transports adaptés aux étudiants handicapés.

La seule revandication de la baisse du coût dfe l’essence est trop faible pour mener une lutte étudiante au delà de un mois, ça prend plus. Toutefois, elle n’est pas générale mon affirmation puisque de grandes luttes peuvent commencer par une seule revandication mais dans le cadre du mouvement actuel, il en faut plus qu’une seule revandication comme la basse du prix de l’essence.

Dans un prochain article, je partage avec vous mes expériences de luttes étudiantes à la fois à la faculté de droit et des sciences économiques de Port-au-Prince, à l’école Normale Supérieure et de mes collaborations avec les étudiants de la faculté de médecine, ceux de la faculté des Scioences humaines et de l’Éthnologie, de l’NAGHEI pas lorsque j’étais étudiant dans cette faculté mais lorsque j’avais déclenché le mouvement à la faculté de droit.  

Je profiterai pour vous expliquer aussi la complexité et les difficultés à engendrer des changements dans ce pays à commencer par les étudiants, ceux issus des masses populaires que la misère empêche d’avoir une conscience révolutionnaire car, une fois que tu leur donnes la possibilité d,avoir cinq piasses dans leurs poches, il peuvent devenir extrêmement violents et réactionnaires.

De même, dans ces prochains textes, je vous expliquerai certains de mes échecs en termes de financement et d’améliorations des conditions de vie de mes proches collaborateurs. Surtout, je vous expliquerai en quoi la participation d’un étudiant au mouvement étudiant et aux luttes engagées peuvent être des sources intarissables de grandes expériences personnelles, on y comprend la nature de nos frères les humains.

à suivre…

Hermann Cebert


Comment comprendre l’implication des étudiants haïtiens dans la lutte pour le changement et la démocratie en Haïti: leurs organisations, leurs idéologies en comparaison aux étudiants du Québec-Canada

10 février 2015

Habituellement, en Haïti, il y a trois tendances qui divisent les étudiants haïtiens à la fois dans leurs formes d’organisation que dans leurs idéologies. Bien que dans les faits, à travers les luttes étudiantes haïtiennes, certains reconnaissent que les organisations étudiantes haïtiennes ont souvent été pour ou contre les pouvoirs et les régimes en place.

Ce fut le cas la FENEH, la Fédération Nationale des Étudiants Haïtiens dont certains responsables ont été tantôt avec le régime des Duvalier et tantôt avec le régime Lavalas. On peut se rappeler à titre d’exemple de l’un de ses dirigeants qui avait fait un discours fleuve pour Jean-Claude Duvalier, il s’agit du défunt Johnny Joseph qui avait bénéficié de plusieurs privilèges du régime de Duvalier.

Bien avant les années quatre vingt, trais idéologies semblaient partager le mouvement étudiant haïtien, on se souvient de la génération de Roger Lafontant à la faculté de Médecine et cette génération était partagée entre les partisans de Daniel Fignolé, l’ancien président de Haïti, les partisans de Louis Déjoie et ceux comme Lafontant qui était duvaliéristes.

À l’opposé de ces groupes d’étudiants qui étaient plutôt fanatiques et sympatisans de ces personalités politiques, il y a avait les étudiants nationalistes et libertaires et également des étudiants socialistes et marxistes-léninistes mais souvent identifié et chassé par françois Duvalier comme des communistes.

La grande majorité de ces étudiants y compris des professeurs de grandes qualités ont été exilés alors que d’autres avaient arrêtés, torturés et assassinés. C’est cette cohorte d’étudiants et de professeurs de très grands calibres internationaux en matière de compétence et de connaissance que Duvalier et quelques grandes institutions internationales allaient encourager à quitter le pays et , ils constituent la grande vague de fuite de cerveaux haïtiens en Afrique, en Europe et en Amérique plus particulièrement en au canada et au Québec.  

Malgré toutes les grandes difficultés économiques, politiques et sociales que Haïti à connu au cours de son histoire, le pays a toujours donné de grands intellectuels qui ont beaucoup plus été certes plus utiles aux pays étrangers que le pays lui-même tout cela parce que nous sommes et nous demeurons un grand peuple aux multiples talents plus intelligents que tous les autres peuples du monde.

Dans cette logique, j’espère que les étudiants haïtiens actuels comprennent ceux que nous leur avons laissé comme héritage mais surtout comme idéal. Les anciens étudiants n’ont pas fait de très grandes choses à travers les luttes qu’ils ont menées dans le pays et dans le cadre du mouvement étudiant, les contextes étaient forts différents de ceux qu’ils vivent actuellement cependant, ils ont pour obligation de faire mieux en se rappelant de l’histoire de leur mouvement et de leurs organisations. 

À chacun son temps mais surtout, à chacun son mouvement et son contexte néanmoins, une chose demeure pour la réussite de tout mouvement politique et estudiantin, ce sont toujours de bonnes organisations, des leaderships efficaces, des réseaux et des systèmes de communications efficaces, efficiants et adaptés aux réalités du mouvement lui-même, de la vision, des plans d’actions, des stratégies et des tactics et plus spécialement du respect, du sens de la responsabilité et de l’honêteté des meneurs et des membres à la tête du mouvement.

Chaque mouvement doit avoir un idéal à atteindre, des obectifs et des buts biens définis sans quoi il risque d’échouer et surtout de mettre endanger les principaux leaders. Et, de ce point de vue nous savons que les régimes corrompus ont toujours cette capacité de faire avorter tout mouvement étudiant grâce à l’argent et les traites qui s’incrustres dans les mouvement, les opportunistes sont le vénin de tout mouvement qui vise à changer certaines choses.

Malheureusement toutes ces qualités semblent absentes dans le cadre de l’implication actuelle des jeunes universitaires haïtiens toutefois, leur seule implication me donne déjà de l’espoir compte tenu aussi, que ces jeunes étudiants ont beaucoup plus d’accès à l’information et aux réalités internationales en temps réel contrairement aux générations précédantes qui étaient plutôt isolées.

Si moi, de mon côté j’écris ces quelques lignes c’est pour empêcher que les mêmes erreurs se répètent et surtout que toute une génération ne soit pas détruite alors même qu’elle est l’avenir de ce Grand pays , qu’est notre chère Haïti.

Parmi les tendances qui ont traversées le mouvement étudiant Haïtien, notons celles-ci:

1- les étudiants qui prônent l’indépendance du mouvement des étudiants par rapport aux groupes politiques incluant les Partis politiques, les organisations populaires et  les groupes sociaux dont les syndicats et les associations de professionnels;

2- les étudiants qui prônent la concertation du mouvement des étudiants avec des Partis politiques plus particulièrement avec ceux de la gauche;

3- les étudiants qui prônent une plus grande implication des étudiants dans les organisations populaires puisque ce sont ces mêmes étudiants qui se retrouvent dans les quartiers et les régions où se retrouvent ces mêmes organisations.

Contrairement à Haïti, au Québec, il y a deux grandes tendances idéologiques associées aux deux grands grands Partis politiques qui s’alternent au pouvoir ce sont les Partis Québécois et le Parti Libéral.

Cependant depuis une vingtaine d’années  le paysage politique québécois a beaucoup changé voire évolué puisque trois autres Partis politiques ont fait leurs apparitions.

C’était l’ADQ Action Démocratique du Québec qui a été remplacé par alliance avec la CAQ Coalition Avenir Québec et le Parti Québec Solidaire.

Si le Québec Solidaire s’inscrit dans une logique de gauche soit du socialisme et de la social démocratie mais un peu plus prêt du marxisme, en revanche, l’ADQ, un Parti d’extrême droite, qui a été remplacé et fait alliance à la CAQ qui est plus ou moins de tendance centre droit même s’il frôle tendancieusement l’extrême droite.

Pour comprendre le mouvement étudiant du Québec, il faut avoir en tête cette configuration des Partis politiques du Québec puisque les étudiants québécois épousent les mêmes idéologies de ces Partis politiques en ce sens, à chaque fois qu’il y a un mouvement étudiant, une lutte étudiante dans cette province du canada, on peut savoir à l’avance quelle allure et quelle orientation le mouvement ou les revandications vont prendre parce que leur configuration idéologique définit à l’avance les ampleurs que ces luttes vont prendre.  

à suivre…

Hermann Cebert