Citations Malcolm X


 

Malcolm Little naît le 19 mai 1925 à Omaha, dans le Nebraska. Il est le septième enfant de la famille. Son père est un pasteur baptiste déjà très engagé dans le mouvement de libération des Noirs. Il est influencé par le leader noir panafricaniste, Marcus Garvey, qui exhortait les masses noires à retourner en Afrique.

L’enfance du petit Malcolm est difficile : son père est assassiné par une organisation suprémaciste blanche proche du Ku klux Klan dans des conditions épouvantables ( il fut poussé sous un tramway, son corps fut coupé en deux ). Sa mère, extrêmement marquée par la mort brutale de son mari, fait une dépression nerveuse quelques années plus tard, en 1939, et est internée dans un hôpital psychiatrique. Ses huit enfants sont séparés et envoyés dans différents foyers d’accueil et orphelinats.

 

 

Citations Malcolm X

Vous trouverez sur ces pages, des citations de Malcolm X ou des citations d’hommes ayant connu Malcolm X. Malcolm X était un orateur exceptionnel. Il avait cette qualité rare de pouvoir attirer les foules. Ses partisans comme ses détracteurs lui reconnaissent la qualité de son verbe et son exceptionnel connaissance. C’est durant ses années de prisons qu’il s’entraina à l’art oratoire. Quoiqu’il apparait également qu’il était pourvu de cette qualité dés son plus jeune âge.

—-

Il n’y a pas mieux que l’adversité. Chaque défaite, tous les déchirements, toutes les pertes, contient sa propre semence, sa propre leçon sur la façon d’améliorer votre performance la prochaine fois.  [Malcolm X]

—-

Le prix pour faire que les autres respectent vos droits humains est la mort.

—-

En ce qui concerne la non-violence, il est criminel d’enseigner un homme de ne pas se défendre quand il est la victime constante d’attaques brutales.  [Malcolm X]

—-

Si vous n’êtes pas prêt à mourir pour elle, mis à la« liberté »le mot de votre vocabulaire.  [Malcolm X]

—-

Je crois qu’il y aura finalement un affrontement entre les opprimés et ceux qui ne l’opprime. Je crois qu’il y aura un affrontement entre ceux qui veulent la liberté, la justice et l’égalité pour tout le monde et ceux qui veulent continuer les systèmes d’exploitation.  [Malcolm X]

—-

Ne soyez pas pressé de condamner parce qu’il ne fait pas ce que vous faites ou pensez que vous le croyez ou plus rapide. Il fut un temps où vous ne saviez pas ce que vous connaissez aujourd’hui.  [Malcolm X]

—-

Quand on voit un homme noir qui est constamment louée par les Blancs, commencez à le soupçonner. Quand on voit un homme noir recevoir les honneurs et toutes sortes de décorations et les États-Unis le flatter de belles paroles et des phrases, immédiatement soupçonner cette personne. Parce que notre expérience nous a appris que les Américains ne sont pas exalter à n’importe quel homme noir qui souhaite vraiment travailler pour le bien de l’homme noir.  [Malcolm X]

—-

Je sais que nous allons vaincre, car la marche de l’histoire l’exige. Ceux qui ont cru plus fort que nous, ne furent que des faibles qui ont profiter de notre gentillesse et de notre complaisance; cessons d’être toujours leurs victimes. Le drame du noir aujourd’hui, c’est sa naïveté, car on l’exploite socialement mais aussi politiquement par des gens qui se prétendent ses amis, parlent d’intérêt communs mais s’en moquent. [Malcolm X]

—-

Nous devons avoir qu’une seule voix; vous et moi, devons le prendre en considération; que l’unité est aussi puissant que les armes. Si nous ne sommes pas unis, la haine aura plus de poids en nous et nous allons se tuer bêtement. [Malcolm X]

—-

L’égalité en France n’est qu’un mot rêvé pour cacher le racisme. La France est le seul pays où le noir est autant contrôlé sans raison par la police que d’autres races; tout cela à cause de sa peau. Quelle police de honte ! [Malcolm X]

—-

On ne peut pas changer certaines personnes car ils sont complètement conditionnées à l’ignorance. [Malcolm X]

—-

Je veux mourir pour les miens d’abord avant de songer mourir pour le bien de tout le monde. Ma mort sera la contribution que je souhaites apporter au changement de ce monde. Nous devons bâtir un monde indestructible qui va lutter pour le bien de tout le monde; un monde pacifique et non égoïste. [Malcolm X]

—-

La mort ne me fait pas peur car elle est pour moi qu’un instant où on disparaît sur la terre, cela n’a pas trop d’importance pour moi. La lutte est une source d’apaisement et de changement ici bas. [Malcolm X]

—-

Un jour je suis allé envers mon professeur blanc, je lui ai dis que je veux être avocat. Le professeur me regarde et me dit : “Malcom, tu ne peux pas faire avocat. Tu es noir. On n’est pas avocat quand on est noir.
Il m’a renvoyé l’image de la discrimination. J’ai les qualités mais pas la couleur. Dés ce jour-là j’ai su que je devais faire quelque chose pour ma communauté. [Malcolm X]

—-

Il faut que les hommes cessent de s’affronter et de nuire à autrui pour des raisons de couleurs de peaux ou d’intérêts nationalistes.  [Malcolm X]

—-

Le racisme est un véritable cancer car il cause des catastrophes éminent dans une société mais cela finit par détruire les racistes eux-mêmes!  [Malcolm X]

—-

Le racisme amènera notre société au suicide; mais je crois que les jeunes blancs, noirs,jaunes ou rouges de la nouvelle génération, même ceux de l’université, refuseront le racisme car ça tue l’unité et nombreux entre eux opteront pour la vérité. C’est le seul moyen à l’humanité d’éviter le désastre auquel mène le racisme.  [Malcolm X]

—-

J’ai vécu en fraternité envers les personnes de toutes les races; c’est ce qui m’amener a désavouer le racisme.  [Malcolm X]

—-

La justice a des règles pour des noirs et des règles pour des blancs. C’est à dire pour les mêmes faits, si t’as de l’argent tu peux sortir innocent, et si t’es pauvre, tu peux être exécuter. C’est une horreur. [Malcolm X]

—-

Quand je serais mort pour de bon, je le dis parce que je sais que beaucoup de ceux qui ne comprennent pas ma lutte, veulent ma peau; mais lisaient bien les journaux. La presse blanche m’identifiera à la haine, vous verrez. L’homme blanc se servira de moi mort, comme il s’est servit de moi vivant. J’incarne à ses yeux la haine. Un grand mensonge car cela lui permet de nier la vérité et de nier que je n’ai fais tendre à l’homme blanc son propre miroir; afin de lui montrer les crimes abominables de sa race contre ma race. [Malcolm X]

—-

Il lui appris à adorer un dieu étranger, qui avait les cheveux blonds, le visage pâle et les yeux bleus de son maître…Ce bourrage de crâne était agencé de telle sorte que le ” Noir ” avait fini par croire que plus sa peau était polluée par la blancheur du maître, plus il était “supérieur”. La religion chrétienne blanche enseigne encore au Noir qu’il devait tendre l’autre joue, sourire, gratter la terre, s’incliner, s’humilier, chanter, prier et se contenter des miettes qui tombaient de la table du Blanc. [Malcolm X]

—-

Quand on voit un homme noir qui est constamment louée par les Blancs, commencez à le soupçonner. Quand on voit un homme noir recevoir les honneurs et toutes sortes de décorations et les États-Unis le flatter de belles paroles et des phrases, immédiatement soupçonner cette personne. Parce que notre expérience nous a appris que les Américains ne sont pas exalter à n’importe quel homme noir qui souhaite vraiment travailler pour le bien de l’homme noir. [Malcolm X]

—-

Il faut reconnaître tout être humain, sans chercher à savoir s’il est blanc, noir,basané, ou rouge; lorsque l’on envisage l’humanité comme une seule famille, il ne peut être question d’intégration ni de mariage inter-racial.» [Malcolm X]

—-

Tant que nous détestions l’Afrique, nous nous détestions nous-mêmes. Tant que nous détestions les prétendues caractéristiques africaines, nous détestions notre propre aspect. Et vous m’appelez le prédicateur de la haine. Mais c’est vous qui avez appris au monde à haïr une race toute entière et, maintenant vous avez l’audace de nous reprocher de vous détester pour la simple raison que nous n’aimons pas la corde que vous avez mis à notre cou.  [Malcolm X]

—-

Mon père , le Révérend Earl Little était un pasteur baptiste, et militait dans l’Association universelle pour le progrès des Noirs de Marcus Garvey. Avec l’aide de disciples comme mon père, Garvey dont le quartier général était à Harlem, levait l’étendard de la pureté de la race noire et exhortait les masses noires à regagner l’Afrique, terre de leurs ancêtres.  [Malcolm X]

—-

En tant que musulman, lorsque j’ai quitté le mouvement des Black Muslims, je me suis aperçu que notre enseignement n’était pas conforme au véritable Islam. Je me suis donc rendu à la Mecque pour devenir un authentique musulman. [Malcolm X]

—-

Oui, j’étais aussi fou qu’eux. Si Elijah Muhammad m’avait demandé de lui rapporter la tête de quelqu’un, j’y serais allé et je l’aurais fait sans me poser de questions. (…) J’avais en lui une confiance aveugle. (…) Il ne pourra jamais se rendre dans le monde musulman et prétendre qu’il est un prophète ou Allah réincarné. Ils lui couperaient la tête s’il disait cela. [Malcolm X]

—-

Quand vous avez des hommes du Klan qui frappent des femmes noires devant les caméras, tandis qu’un pauvre con de noir regarde sans rien faire sous prétexte qu’il est non-violent. Nous, nous n’acceptons pas ce genre de choses. [Malcolm X]

—-

Elle ne pratique pas ce qu’elle préconise. Elle prêche la fraternité mais ne la pratique pas (…) Ces gens-là nous accusent de ce dont ils se rendent eux-mêmes coupables.(…) Ils vous défoncent le crâne, puis vous accusent de les avoir attaqués. (…) Les rôles s’inversent : la victime devient le criminel ; le criminel la victime. [Malcolm X]

—-

Je me réveille tous les matins sachant que j’ai gagné un jour de plus. Je vis comme un mort en sursis. [Malcolm X]

—-

Vous n’avez pas à être un homme à se battre pour la liberté. Tout ce que vous avez à faire est d’être un être humain intelligent. [Malcolm X]

—-

Quand une personne place la valeur appropriée à la liberté, il n’y a rien sous le soleil qu’il ne fera pas d’acquérir cette liberté. Lorsque vous entendez un homme dire qu’il veut la liberté, mais du même souffle, il va vous dire ce qu’il ne seront pas faire pour l’obtenir, ou de ce qu’il ne croit pas à faire pour l’obtenir, il ne croit pas en la liberté. Un homme qui croit en la liberté va faire quelque chose sous le soleil d’acquérir… ou de conserver sa liberté. [Malcolm X]

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :