Publicités

Les sept péchés Capitaux de Jean-Bertrand Aristide, Ex-président de Haïti: Les erreurs politiques de Jean-Bertrand Aristide, Ex-président de Haïti


Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

L’arrivée de Jean-Bertrand Aristide comme président d’Haiti le 7 février 1991 devait marquer un tournant décisif dans la politique haitienne.

Gagnant des élections générales du 16 décembre 1990 avec un taux record de plus de 67%, Titid de son sobriquet, semblait charier toutes les revendications des masses populaires du Pays  voire l’Espoir de tout un peuple qui voulait croire à la fin de la longue transition qu’imposaient les militaires  et les gouvernements de facto.

Avant de devenir Président de tous les haitiens, Titid était un Prêtre qui de part sa relecture de l’évangile du Christ s’était fait fervent defesseur de la théologie de la libération et en tant qu’adepte de cette instrumentalisation de la religion comme arme de salut et de changement, il traduisait les actions du Christ ainsi que ses messages pour guider le peuple et le pays vers de véritables changements à la fois politique, social et économique.

Bien vite, son discours est accueilli et chaque célébration eucharistique était une opportunité pour lui d’inviter le peuple et les masses populaires, qui étaient toujours nombreux à venir assiter à ses sermonts, à agir efficacement pour mettre fin à la dictature atroce et criminelle de plus de 30 ans de la famille des Duvalier.

C’est ainsi qu’en 1986, plus exactement le 7 Février de cette dite année les forces vives du pays y compris les Contributions et les actes héroiques du jeune prêtre ont fini par mettre fin à cette dictature sanguinaire qui faisait honte aux haitiens.

De gouvernements militaires en gouvernements militaires en passant par des psudo élections et encore des gouvernements militaires, le pays a connu de difficiles transtions d’une part parce le secteur politique n’était pas assez organisé et d’autres part parce la bourgoisie commerciales supportée par certaines grandes puissances ne voulaient nullement de véritables changement de direction politique dans le pays.

Autrement dit, la question du progrès d’Haiti et de la mise en place des structures et des institutions démocratiques n’était pas dans le programme des Grandes puissances impériales et colonialistes qui préfèrent maintenir Haiti dans la misère et la pauvreté afin de conserver ce pays comme modèle d’échec de tous les noirs et toutes les luttes contre la décolonisation dans le monde.

Voilà, on ne veut pas voir Haiti se développer, bien que à l’interne également il y a aussi des partisans et des collaborateurs de cette idée maitresse contre l’affirmation de Tout Un Peuple.

Dans un autre article je reviendrai sur ces arguments et je demande à vous mes lecteurs de bien saisir cette parenthèse en retenant seulement que les grandes puissances font tout pour maintenir Haiti dans la misère et que cet argument bien que insuffisant à lui seul pour expliquer les déboires du pays pourrait quand bien même confirmer le comportement de certaines grandes puissances vis-à-vis de la démocratisation et le développement réel et durable de Haiti.

Revenons à nos premiers objectifs c’est-à-dire faire ressortir les 7 péchés capitaux de l’ex Président d’Haiti, son excellence M. Jean-Bertrand Aristide. Il faut reconnaitre le message qui se cache derrière le titre du sujet, celui de péchés capitaux un terme religieux qui fait partie de la morale de la religion catholique et du christianisme en général.

Vous me diriez sans nul doute que vient faire un tel concept dans le domaine de la politique. Ma réponse toujours simple en est celle-ci: notre ex-président était un prêtre avant qu’il soit arrivé au pouvoir cela étant il faut bien utiliser un terme qui s’apparente avec l’espace qui lui permettait d’acceder au pouvoir et deuxièmement, je tiens à lui envoyer un message clair en ce qui concerne son silence cynique vis-à-vis de ce pouvoir en place, celui de Joseph Michel Martelly, qui est en train de nous diriger tout droit vers l’une la dictature le plus sanguinaire que le pays pourrait connaitre si nous ne mettons pas des frontières et des balises démocratiques tout autour de lui.

Il est donc évident que l’ex-président Jean-Bertrand Aristide reconnaisse l’importance morale et académique de son discours pour un pays que nous devons lutter pour assurer la sauvegarde des acquis démocratiques et plus particulièrement un développement réel et durable pour tous les haitiens sans distinction. Je crois ici avoir répondu à certaines critiques en ce qui concerne les objectifs et le but vise par ce texte.

Également l’autre vision du texte est poser pour le pouvoir en place dont pour le chef d’État actuel son Excellence M. Joseph Michel Martelly un ensemble d’actes politiques considéres comme erreurs politiques de notre ex-président afin que de son côté il puisse les éviter même s’il en a déjà commis plusieurs.

L’histoire est un instrument qui permet d’analyser et de comprendre le présent et d’éviter de répéter les mêmes erreurs. À bon entendeur, salut.

Un péché capital c’est une faute extrêmement grave selon le catholicisme et de ce fait, en Politique le péché extrêmement grave signifie ce qui a fait échouer. Autrement expliqué, Le président Jean-Bertrand Aristide a posé des actes qui ont causé son Échec.

Était-il conscient au moment de commettre ces actes? Avait-il été contraint par les circonstances ?

Quoiqu’il advienne, pouvait-il éviter de commettre ces erreurs? ect… ect… ?

Seulement poser ces quelques questions est déjà une réponse d’ailleurs dans les quelques lignes précédentes  je crois avoir déjà donner des indices entrecoisés. Cependant ce ne peut pas être assez évident pour tout un chacun vous me diriez de dire un peu plus.

Vous avez raison et c’est ce que je vais commencer par élucider avec vous.

Il faut reconnaitre qu’en politique la communication est extrêmement importante, lorsqu’elle est bien utilisée c’est une arme qui peut grandement aider un politicien en revanche lorsqu’elle est mal utilisées elle peut causer des dégats énormes pour ce même politicien.

Les médias en ce sens ont un rôle fondamental et la télévision parce qu’elle apporte èa la fois son et image tende à emplifier plusieurs milliers de fois les actes, les gestes voire les discours prononcés. En relation publique on demande souvent de gérer avec beaucoup d’intelligence ces différents médiums.

De nos jours l’internet vient imposer davantage de rigueur en ce qui concerne la communication des politiciens d’un côté le numérique donne image, son mais également l’instantaneité des informations puisque en temps réel la planète est informée et les actions sont faciles à poser pour agir ou réagir à un fait ou un événement quelconque.

Cela étant le premier péché d’Aristide c’est une mauvaise gestion de sa communication. D’ailleurs je me souviens  de quelqu’un qui s’amusait à répéter que l’ex-président avait une sorte de goût et d’appétit pour le micro comme si cela lui donnait une certaine sensation extrêmement sexuelle.

Je n’ai jamais été dans son intimité même si je le rencontrait assez souvent lors de certaines manifestations politiques ou encore lorsqu’il était le père directeur de l’école nationale des arts et métiers à l’époque où j’ai été son élève chez les salésiens.

Vous comprendrez que ce glissement est non important mais je voulais simplement faire cette parenthèse et j’espère ne pas vous avoir choqué et je vous en remercie de ne pas vous laisser détourner l’attention même si je fais souvent quelques petites sorties sans vous en avertir.  Je disais donc que l’ex-président gérait mal ses communications et en ce sens il faisait souvent des sorties dans ses discours.

Qui dit sortie dit également des dérapages et plus simplement, il disait tours beaucoup plus que ce qu’il voulait dire. Sachez que Aristide c’est un très rhétoricien et qu’il a le verbe facile et qu’il manie très bien les mots en ce sens qu’avec très peu de données sur un sujet il peut arriver à faire un long discours.

Son inteligence est assez vive et il a la capacité de réagir facilement sans oublier ses connaissances de quelques langues dont le créole haitien qu’il conait parfaitement bien. Cependant son véritable défaut était la façon qu’il s’amusait à prendre la parole sans laisser la place aux membres de son gouvernement d’intervenir sur des sujets qu’il n’avait pas l’expertise ni non plus le vocabulaire nécessaire.

Un vieux dicton veut que l,on intervienne que sur des sujets qu’on a l’expertise et d’ailleurs c,est toujours mieux de laisser un peu plus de place aux techniciens de poser et de régler les problèemes techniques toutefois en tant que chef d’État on doit bien avoir une idée générale et dans le meilleur cas une certaine expertise sur les sujets et dans les domaines les plus important.

On ne demande pas à un président d’être un savant et on peut imagine le nombre de personnes qui aurait pu remplir de telle fonction si c’était le seul critère pour devenir président d’un pays. Ce n’est pas pour rien que l’on parle de fonction présidentielle donc on excerce une fonction et on n’est point la fonction.

Dans la deuxième partie du texte nous allons continuer à faire ressortir les erreurs commise par l’ex-président de Haiti, Son Excellence Jean-Bertrand Aristide afin de mieux comprendre ou peut-être éviter les mêmes actuellement.

Jespère que cette série de textes vous aideront à mieux observer l’actuel président Joseph Michel Martelly qui occupe une fonction très difficile et qui lui mange de beaucoup le cerveau, j’espère que le Grand musicien qu’il est va profiter du carnaval qui s’en vient pour se détendre dans le but d’avoir un certain recul par rapport au pouvoir qu’il gère mais également pour saisir son rôle historique dans le devenir de ce Grand Pays et de cette Grande nation.

À vous chers lecteurs merci de vos commentaires et de vos suggestions je suis à votre écoute mais je ne changerai pas de direction en ce qui concerne mes objectifs ni non plus négocier le discours actuel qui est mien.

À ceux qui utilisent et qui copient les textes pour les publier sur leurs sites  je vous demande en retour une échange de lien et de respecter mes droits de propriétés car ces textes sont originaux et personnels.

Bonne lecture et à bientôt pour la suite.

Hermann Cebert

Publicités
About Hermann H Cebert (994 Articles)
I am a citizen without Borders with simple and sincere ideas. Poet and philosopher for my hours of madness. I am old several centuries and I think that by ideas and thoughts the world can improve. I wait for nothing of anybody but I continue doing any good all around me. Force is a straw which the wind of intelligence takes in its please. My only wealth it is my intelligence which is superior to the average of people. I search neither glory nor honour and I am what I follow, me. There was only the only philosopher who is meconnu by more of one: it is always you.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :