Les revirements de Toussaint Louverture (changement de camps): se Rappeler de son histoire


Nombreux sont ceux qui invoquent facilement le Nom de Toussaint Louverture par-ci et par-là lorsqu’ils veulent prouver une certaine intellectualisation de leur propre rôle dans l’histoire. Cependant, très peu parmi eux comprennent pourquoi Toussaint doit rester graver dans la mémoire de tous les Haïtiens et de tous les Noirs en général. Bien entendu, ils le font surtout lorsqu’ils arrivent à évoquer les revirements de Toussaint pour s’allier à L’Espagne afin de battre les Français puis, se retourner contre les Espagnols mais également pour forcer les Anglais à abandonner définitivement l’Île. Ce sont les différentes victoires de Toussaint Louverture qui ont pu assurer la victoire de Jean-Jacques Dessalines pour la libération de tous les Noirs et la création de l’État d’Haïti. Et à ce propos, les apports de Toussaint Louverture à la fin de l’esclavage et à la proclamation de l’indépendance d’Haïti sont colossaux voire, fondateurs du réveil de tous les Noirs dans le monde.

Néanmoins ce qui me laisse, souvent, sur ma soif de comprendre le grand Génie de Toussaint Louverture c’est le manque de détails sur la profondeur de ses engagements et de ses convictions envers sa race et envers son peuple, comme il eût à l’écrire lui-même. Or, pour pouvoir bien incarner et bien comprendre Toussaint Louverture, voire comprendre pourquoi il demeure le Père de la diplomatie et le génie militaire le plus redoutable de tous les temps et que le pays ait connu, ce sont les détails de ses propres sacrifices personnels et l’amour infaillible qu’il avait pour nous tous, ses frères et sa race. Malheureusement, nos historiens petits bourgeois et les intellectuels haïtiens en général ne prennent toujours pas leur temps pour rendre actuels ces détails qui sont pourtant essentiels dans l’éducation de nos jeunes. Le modèle par l’exemple.

De nos jours, à l’heure où toutes les grandes puissances dont les États-Unis, le Canada, la France, et le Secrétaire général de L’ONU en tête, cherchent par tous les moyens à nous justifier la nécessité d’une occupation militaire de Notre pays Haïti à cause des gangs, qu’ils ont, de toute évidence, eux-mêmes armé partout dans le pays et qui sèment la terreur partout dans le pays, il me semble extrêmement nécessaire de faire ce rappel historique des différents revirements de Toussaint Louverture, surtout expliquer les détails des engagements et des différentes renonciations personnelles de Toussaint Louverture. Même si je doute fort que les gangs puissent comprendre ce qu’il y avait de Génie chez Toussaint cependant, j’espère au moins qu’ils savent que nous avons une tradition révolutionnaire dans le pays qui dépasse très largement nos petites réussites mesquines, égoïstes et personnelles par rapport à la libération économique et financière de l’ensemble du peuple haïtien.

En fait, il est grand temps pour que les petits gangs et les petits bandits qui sont financés et armées donc par quelques éléments de la bourgeoisie et de certains services secrets étrangers de grandes et de moyennes puissances arrivent à comprendre qu’ils ont une grande histoire d’hommes de caractère et de grandes intelligences qui ont dû sacrifier leurs propres intérêts personnels afin de nous libérer tous à la fois de l’esclavagisme et du colonialisme. De plus, à cause de leurs violences, ils sont en train de mettre en périls notre propre existence de peuple pour ne pas dire tout simplement qu’ils sont en train de collaborer et participer à notre propre extermination. Cela pour quelques miettes que l’on laisse tomber par terre pour eux. Haïti est en guerre contre tous ceux qui veulent l’occuper d’autant plus, cette guerre a commencé depuis notre indépendance, le 1ier Janvier 1804. La seule différence entre les ennemis invisibles de 1804 et ceux de nos jours, c’est qu’ils arrivent à trouver parmi nous quelques imbéciles qui ne comprennent pas les rôles que nos mêmes ennemis leur donnent dans notre propre anéantissement.

Par conséquent, comme nos ancêtres, pour répéter mon ancien professeur Roger Petit-Frère( ancien doyen de l’école Normale Supérieure): «nos ennemis ne seront jamais nos amis». Ils ont toujours essayé de nous monter les uns contre les autres pour mieux défendre leurs propres intérêts dans nos propres intérêts et à travers nos propres intérêts. Par contre, comme nos ancêtres, nous devons comprendre l’importance des intérêts de la grande majorité par rapports à nos petits intérêts mesquins. D’ailleurs, lorsque vous collaborez ou bien que vous vous laissez exploiter par votre ennemi de toujours, il ne pourra jamais vous faire profiter beaucoup plus que lui. Et dans le cas actuel, tous les intérêts, qu’un petit bandit ou petit gangster peut profiter avec l’arme à feu qu’on lui a mise dans les mains, ne seront jamais plus gros que ceux de tout le peuple haïtien.

Et, en ce sens, si quelques criminels bourgeois, et des politiciens corrompus et quelques ambassades étaient capables de mettre des armes à feu dans leurs mains, c’est parce parce qu’ils en possèdent beaucoup plus qu’eux d’une part, et d’autre part, c’est parce que ces criminels et ces assassins estiment qu’ils peuvent les détruire quand ils veulent et comme ils veulent une fois qu’ils auront rendu les choses favorables pour commencer leurs exploitations systémiques. Or, comme me le disait l’historien Roger Gaillard, et surtout, mon ancien professeur de littérature lorsque je suivais mes cours en belles lettres à l’école normale supérieure, lors de l’une de mes nombreuses discussions que j’ai eues avec lui : «… celui qui est capable de mettre une arme à feu dans tes mains, il est aussi capable de te détruire car, pour avoir assez d’armes jusqu’à t’en confier c’est parce qu’il en a encore beaucoup plus pour te tuer ». Gangan ki ba w pwen an, se li ki pou touye w.

Autrement dit, ceux qui ont armé tous les gangs qui mettent présentement Haïti dans la peur, dans la violence et dans le chaos finiront par se faire assassiner par ceux-là mêmes qui avaient mis les armes dans leurs mains. Les Français avaient mis des armes dans les mains de Toussaint Louverture, Toussaint fut kidnappé, arrêté et mourût en prison au Fort de joux en France. De nos jour, on n’a qu’à regarder tout autour de nous pour constater le nombre de collaborateurs d’hier des puissances colonialistes et impérialistes de qui l’on enlève des visas et ou bien que l’on décide de geler leurs comptes bancaires à l’étranger. De là à dire, peu importe pour qui tous ces gangs actuels travaillent en vue de détruire le pays et peu importe tous les intérêts qu’ils arrivent jusqu’ici à tirer comme profits et avantages personnels, il faut qu’ils sachent tous que Toussaint Louverture avait beaucoup plus d’avantages pour lui personnellement et pour toute sa famille que tout ce qu’ils peuvent avoir profité comme chefs de gangs actuels dans le pays. De même, ils doivent savoir que tout ce que Toussaint avait gagné n’avait jamais été aux dépens de sa race et de ses frères. Et aujourd’hui nous pouvons traduire toutes ses actions comme son nationalisme et son patriotisme.

Évidemment, il ne faut pas tomber dans une critique aveugle des bandits sans penser aux intellectuels haïtiens qui restent silencieux ou qui collaborent avec ces criminels plus particulièrement leurs collaborations avec ceux qui participent à la destruction de nous tous en tant que peuple. En effet, la grande majorité de nos intellectuels oublient qu’ils sont responsables de la naissance des bandits et des gangs armés ainsi que de la violence qui règne actuellement dans le pays. Mais plus encore, ces intellectuels oublient que c’est à eux qu’il revient d’expliquer aux chefs de gangs la réalité des violences et des criminalités qu’ils imposent au pays et à tous leurs frères, à toutes leurs sœurs ainsi qu’à leurs propres parents. Malheureusement, tout le monde semble être paralysé par la peur tandis qu’ils oublient que tout ce qui se passe comme violence dans le pays est l’histoire fondatrice du pays et en ce sens, qu’il n’y a rien de nouveau. Sauf que, la violence actuelle que ces groupes de gangs imposent au pays est surtout utilisée contre le peuple contrairement aux violences qui ont fondé notre pays et qui étaient plus tournées vers nos oppresseurs et jamais contre nous-mêmes.

En fait, ce que je veux dire et expliquer par-là, c’est que les colons avaient l’habitude de nous utiliser les uns contre les autres en mettant à notre disposition leurs propres armes pour lutter également contre d’autres ennemis. Et, ce fut de cette façon que nous eûmes été armés et qui nous donna accès aux véritables avantages qui ont permis notre asservissement par les colons européens pendant près de trois cents ans. On peut se rappeler très bien les déclarations de l’ancien président américain Franklin Delano Roosevelt surtout lorsqu’ils affirmait sans détour par rapport à la menace que nous représentions pour les États-Unis concernant nos frères Noirs :«Il faut constamment soulever les va-nu-pieds contre les gens à chaussures et mettre les gens à chaussures en état de s’entre-déchirer les uns les autres, c’est la seule façon pour nous d’avoir une prédominance continue sur ce pays de nègres qui a conquis son indépendance par les armes. Ce qui est un mauvais exemple pour les 28 millions de noirs d’Amérique».

Malheureusement, aujourd’hui encore, nos frères Noirs aux États-Unis n’arrivent toujours pas à comprendre que nous, les Haïtiens, sommes les seuls à pouvoir les libérer à la fois de leurs chaines physiques qu’ils continuent de porter à leurs cous dans les Ghettos mais également leurs chaines mentales qu’ils continuent de porter dans leurs cerveaux à travers le cinéma américain, les médias, les administrations publiques américaines ainsi que dans les politiques publiques américaines. Nous étions, avec la proclamation de notre indépendance, à la base de leurs émancipations physiques, nous le serons une fois de plus pour leurs libérations mentales totales. C’est notre mission.

Autrement dit, le banditisme qui règne actuellement dans le pays est l’œuvre des ennemis du pays en vue de nous conditionner à accepter l’occupation militaire de notre pays par des grandes puissances et des moyennes puissances qui veulent s’approprier directement ou du moins, avec notre propre complicité de toutes les richesses du pays. De l’autre côté, et sachant très clairement que les problèmes d’insécurité engendrés par ce banditisme visent notre annexion purement et simplement à ces puissances. De ce fait, en tant qu’intellectuels et penseurs, nous devons aider nos jeunes bandits à comprendre d’une part les conséquences de leurs actes contre leur propre pays mais également nous devons les aider à surtout comprendre les différents intérêts qui se cachent derrière cette insécurité. À savoir, pourquoi et contre qui cette violence a été si bien orchestrée. Et c’est Toussaint Louverture qui avait bien compris qu’il fallait retourner la violence colonialiste et esclavagiste contre ceux-là mêmes qui l’avaient utilisée contre eux: «Kiyè al kay ganmèl, ganmèl al kay kiyè ».

À ce propos, c’est de la responsabilité de tout intellectuel haïtien qui vit dans le pays ou à l’étranger d’expliquer aux bandits les différentes réalités produites par leurs violences et surtout, comment ils peuvent arriver à construire une offre de récupération par la pédagogie de notre histoire. C’est l’histoire et l’importance de certains détails des différents revirements de Toussaint Louverture que nous proposons afin que nos petits bandits comprennent les différentes options qu’ils peuvent avoir à leur disposition. C’est comment il est beaucoup plus important pour eux de se mettre du côté du peuple au lieu de s’opposer au peuple.

Bien entendu, à force de les critiquer nous les avions poussé à se radicaliser alors que, en se référant à notre propre histoire, aux violences qui ont construit notre pays dont la révolte du 22 Août 1791 et qui a fait émerger nos leaders comme Duty Boukman, Toussaint Louverture et tous les autres également, sont des pages de notre histoire qui peuvent bien aider à nos jeunes bandits de se ressaisir pour pouvoir avoir leurs propres places dans notre histoire. D’ailleurs, on a très bien remarqué qu’ils ont presque tous essayé de s’identifier aux revendications du peuple comme s’ils étaient des Robins des bois. Ce qui signifie, on pourrait se permettre de se demander s’ils sont encore ou probablement récupérables dans la mesure qu’on arrive à les faire comprendre leurs propres histoires à travers les actions des pères de la patrie dont Toussaint Louverture en particulier qui a su avec intelligence retourner les armes que les colons avaient mises dans ses mains contre ces mêmes colons.

Évidemment, pour que les intellectuels s’impliquent ça leur prend du courage mais également un minimum d’investissement personnel comme par exemple des propositions de certains débats intellectuels dans les médias qui se disent encore engagés ou bien que ces intellectuels acceptent de partager sur les réseaux sociaux des capsules éducatives puisque nous savons très bien qu’ils sont tous banchés sur les réseaux sociaux. Et en ce sens, on pourrait commencer par cesser de les démoniser afin qu’ils comprennent que l’on souhaite et que l’on essaye de les aider à comprendre ce qu’ils pourraient accomplir pour aider le pays à se développer voire mettre un terme à tout ce climat de violence qui paralyse complètement le pays mais surtout qui maintient tous les Haïtiens dans la crasse, dans la misère et dans la pauvreté.

à suivre…

Hermann Cebert

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.