Ce qui manque à ma culture pour ne pas comprendre les mesures prises par nos gouvernements pour mal gérer la pandémie la coronavirus covid-19: lorsque les scientifiques deviennent de vrais politiciens


Cliquer sur ce lien ci-bas pour créer votre propre site – click this down link to create your own site

https://wordpress.com/fr/refer-a-friend/kRQoWGGseQrGB1ePXo3r/

  • Lesquelles de ces immunités que les scientifiques comprennent et utilisent pour nous expliquer les conseils qu’ils donnent à nos politiciens? Je suis vraiment dans le doute presque absolu, veuillez utiliser votre grande culture pour m’aider à comprendre. Un article s’en vient selon ce que vous m’auriez aidé à comprendre

  • Immunité diplomatique, immunité dont bénéficient les agents diplomatiques (inviolabilité des personnes et des locaux ; valise diplomatique ; privilèges fiscaux et surtout juridictionnels).
  • Immunité ecclésiastique, droit en vertu duquel les personnes et les biens d’Église sont exemptés des charges jugées incompatibles avec la mission de l’Église.
  • Immunité parlementaire, système de garanties juridiques accordées aux parlementaires en vue d’assurer le libre exercice de leur mandat.

J’ai failli oublier d’ajouter la définition du mot passeport:

Cliquer sur ce lien ci-bas pour créer votre propre site – click this down link to create your own site

https://wordpress.com/fr/refer-a-friend/kRQoWGGseQrGB1ePXo3r/

passeport

n.m.1. Document délivré par une autorité administrative nationale à ses ressortissants et destiné à leur permettre de circuler hors des frontières : Un passeport a une validité de dix ans.2. Ce qui facilite une démarche ; ce qui aide à progresser: Son année dans une université américaine a été un passeport pour son embauche.

PASSEPORT. n. m. Pièce d’identité délivrée par l’État, permettant aux nationaux d’un pays soit de circuler librement à l’intérieur, soit de voyager dans un autre pays. Délivrer un passeport, des passeports. Faire viser un passeport. Passeport à l’intérieur. Passeport à l’étranger. On l’a arrêté parce qu’il n’avait pas de passeport.

Il est surtout usité pour les voyages à l’étranger. Pour la circulation à l’intérieur, on dit plutôt SAUF-CONDUIT.

Passeport diplomatique, Passeport spécial qui permet aux ambassadeurs et à d’autres personnages officiels de quitter le pays où ils sont accrédités, ou d’y rentrer sans être soumis aux formalités de la douane.

Demander ses passeports se dit d’un Ambassadeur qui sollicite son départ du pays où il est accrédité, en cas de difficultés diplomatiques.

Passeport de la dynastie QingChine1898.

Un passeport est un document de circulation délivré par le gouvernement d’un État à ses citoyens, pièce

En biologie et en médecine, définition l’immunité, est la capacité (naturelle ou acquise) d’un organisme à se défendre contre des substances étrangères et des agents infectieux (bactériesvirusparasites). C’est l’une des principales lignes de défenses biologiques. Elle est mobilisée pour combattre l’infection et les maladies infectieuses, ou toute intrusion biologique indésirable, tout en présentant une certaine tolérance immunologique (nécessaire pour éviter l’allergie et la maladie auto-immune et empêcher le rejet de l’embryon/foetus par l’organisme de la mère).

Immunité innée ; immunité adaptative Ce sont les deux principales composantes du système immunitaire. De manière complémentaire, elles contribuent à la capacité de l’organisme à repousser ou contrôler certains corps étrangers, les micro-organismes et virus.

L’interaction de ces deux composantes du système immunitaire crée un environnement biologique dynamique où l’on peut voir « la santé » comme un état physique actif où ce qui est « soi » est immunologiquement épargné, alors que ce qui est « étranger » est inflammatoirement et immunologiquement éliminé. En prolongeant ce concept, « la maladie » peut alors surgir quand ce qui est « étranger » ne peut pas être assez rapidement (ou pas du tout) éliminé, et/ou quand ce qui est « soi » ne peut pas être épargné.Remarque : La réaction aux substances étrangères est l’inflammation, tandis que la non-réaction au « soi » est étymologiquement décrite comme l’immunité.

L’immunité grégaire, aussi appelée immunité de communautéimmunité collective ou encore immunité de groupe, est le phénomène par lequel la propagation d’une maladie contagieuse peut être enrayée dans une population si une certaine proportion des individus est immunisée, soit par vaccination, soit par immunité croisée, soit parce qu’après avoir été contaminés ils n’ont pas développé la maladie ou en ont guéri.

En effet, plus la proportion de personnes immunisées augmente, plus le risque pour une personne non immunisée de rencontrer un malade et d’attraper sa maladie diminue. Au-delà d’un certain seuil, il devient impossible pour la maladie de se maintenir dans la population et elle finit par disparaître. Ce seuil dépend, entre autres, de la contagiosité de la maladie. Ainsi, au cours du xxe siècle, la vaccination de masse contre la variole a permis d’atteindre son seuil d’immunité grégaire (situé aux environs de 80-85 %) dans la plupart des pays du monde, permettant d’éliminer cette maladie.

Seuils estimés de l’immunité grégaire pour des maladies pouvant être prévenues par vaccin7 Maladie Transmission R0Seuil d’immunité grégaire Diphtérie Salive 6-7 85 % Rougeole Voie aérienne 12-18 83-94 % Oreillons Gouttes de salive 4-7 75-86 % Coqueluche Gouttes de salive12-17 92-94 % Polio Voie fécale-orale 5-7 80-86 % Rubéole Gouttes de salive5-783-85 %Variole Contact social 6-7 83-85 %R0 est le ratio basique de reproduction, ou le nombre moyen de cas d’infection secondaire produits par un seul cas au sein d’une population non vaccinée.


le système inné
, composé de cellules de moelle osseuse primitives, programmées pour reconnaître des substances étrangères et réagir en les tuant et/ou en les évacuant de l’organisme. Sa réponse est dite non-spécifique car il agit comme une barrière (première ligne de défense) en éliminant une vaste gamme de pathogènes (ou d’intrus) sans tenir compte de leur spécificité antigénique.
C’est l’ensemble des résistances naturelles avec lesquelles une personne nait ; ces résistances sont des réactions physiques, chimiques et cellulaires. En temps normal, les microbes se heurtent d’abord aux couches épithéliales de la peau ou de muqueuses (barrières physiques). En cas de pénétration de ces barrières, des défenses générales ultérieures incluent des signaux chimiques sécrétés (des cytokines), des substances antimicrobiennes, la fièvre et l’activité phagocytaire associée aux réponses inflammatoires. Les récepteurs de surface de phagocytes peuvent lier et répondre aux éléments moléculaires exprimés sur la surface des microbes. Par ces approches, l’immunité innée peut empêcher la colonisation, l’entrée et la multiplication des microbes.

le système adaptatif, composé de cellules lymphatiques plus sophistiquées. Il est doté d’une certaine capacité d’apprentissage et de mémoire, et sa réponse est dite spécifique (ou « acquise ») car ses cellules sont programmées pour reconnaître des substances sans lui-même réagir. C’est l’immunité pathogène-spécifique. C’est lui que la vaccination utilise. L’immunité adaptative est souvent subdivisée en deux types :
– « L’immunité naturellement acquise », après contact avec une maladie causant une réaction, quand le contact n’était pas délibéré,
– « L’immunité artificiellement acquise », qui ne se développe que suite à des actes délibérés comme la vaccination. Cette immunité artificiellement acquise peut à son tour être subdivisée selon qu’elle est provoquée dans l’hôte ou transférée passivement d’un hôte immunisé :
– « L’immunité passive » est acquise par le transfert d’anticorps ou de lymphocytes T activés d’un hôte immunisé, est de courte durée (quelques mois, généralement)
– « l’immunité active » est provoquée dans l’hôte lui-même par l’antigène et dure beaucoup plus longtemps, elle peut même être perpétuelle. Le diagramme ci-dessous récapitule ces divisions d’immunité.
La subdivision supplémentaire de l’immunité adaptative est caractérisée par les cellules impliquées. L’immunité à médiation humorale est celle qui est obtenue par sécrétion d’anticorps, tandis que la protection fournie par l’immunité par médiation cellulaire implique des lymphocytes T seuls. L’immunité humorale est active quand l’organisme produit ses propres anticorps et est passive quand les anticorps sont transférés entre des individus. De même, lorsque la cellule a servi d’intermédiaire, l’immunité est active quand les propres lymphocytes T des organismes sont stimulés et passive quand des lymphocytes T viennent d’un autre organisme.

CaractéristiquesPrécisions
Défense moins rapideLors du 1er contact avec un antigène, le temps nécessaire à la production d’anticorps est de 2 à 3 semainesCe délai reflète la durée de différenciation des lymphocytes B dans la rate et les ganglions
SpécificitéL’immunité adaptative est dépendante et spécifique aux antigènes d’un agent infectieux
Présence de mémoire immunitaireLa réponse immunitaire est différente lors de contacts ultérieurs avec un même agent infectieuxLes cellules mémoire prolifèrent très rapidement et se différencient, en l’espace de 3 à 5 jours, en plasmocytes producteurs de taux élevés d’anticorps ou en lymphocytes T cytotoxiques capables d’éliminer les antigènes ou les cellules infectéesLes lymphocytes mémoire vont se loger dans la moelle osseuse pour poursuivre leur maturation pendant une période de 4 à 6 mois

mmunité humorale et cellulaire

L’immunité adaptative entraîne 2 types de réponse immunitaire : l’immunité humorale et l’immunité cellulaire. Cette distinction dans la réponse immunitaire adaptative est utile pour l’évaluation de la réponse immunitaire après la vaccination. Toutefois, il est clairement prouvé que la plupart des antigènes et des vaccins stimulent à la fois les lymphocytes B et les lymphocytes T, et que ces 2 réponses sont intimement liées.

IMMUNITÉ HUMORALE

L’immunité humorale est assurée par la production d’anticorps par les lymphocytes B.

L’immunité humorale est principalement dirigée contre les agents infectieux extracellulaires tels que les bactéries.

Les lymphocytes B se différencient en plasmocytes producteurs d’anticorps et en lymphocytes B mémoire.

Les principaux anticorps sont :

  • Les IgG : elles se trouvent dans le sang et les tissus;
  • Les IgM : elles sont les premières à être fabriquées;
  • Les IgA : elles sont dominantes dans les sécrétions extracellulaires;
  • Les IgE : elles sont jouent un rôle dans les réactions allergiques;
  • Les IgD : elles sont en faible quantité dans le sérum.

La durée de vie des plasmocytes est limitée, car ils ne se divisent plus après leur différenciation. Ils disparaissent progressivement. La disparition des anticorps reflète la disparition des plasmocytes.

La durée de la persistance des anticorps est directement liée au titre d’anticorps atteint après la vaccination.

La mesure des anticorps sériques en laboratoire permet de connaître la réponse immunitaire humorale aux vaccins.

La réponse humorale ne représente qu’une partie de la réponse immunitaire, l’autre partie étant l’immunité cellulaire.

IMMUNITÉ CELLULAIRE

L’immunité cellulaire est surtout assurée par les lymphocytes T.

L’immunité cellulaire est principalement dirigée contre les agents infectieux intracellulaires tels que les virus.

Les cellules mémoire sont réactivées lors de nouveaux contacts avec un antigène spécifique à la suite de l’exposition à un vaccin ou à la maladie.

Les cellules mémoire ont une survie prolongée.

L’immunité cellulaire peut protéger la personne même en l’absence d’anticorps décelables.

L’immunité cellulaire est plus difficile à mesurer que l’immunité humorale.

Résumé de la réponse immunitaire humorale et de la réponse immunitaire cellulaire (immunité à médiation cellulaire)

SCHÉMA DE L’IMMUNITÉ HUMORALE ET DE L’IMMUNITÉ CELLULAIRE
Le schéma montre les différentes cellules induites par la réaction immunitaire humorale et par celle à médiation cellulaire à la suite d'un premier ou d'un second contact avec un antigène spécifique
Le schéma montre les différentes cellules induites par la réaction immunitaire humorale et par celle à médiation cellulaire à la suite d'un premier ou d'un second contact avec un antigène spécifique

Adapté de Jane B. REECE et autres, Campbell Biology.

Pour une présentation animée, voir la vidéo La mémoire immunitaire  sur le site Réseau Canopé. 

Immunité active et passive

L’immunisation permet de procurer au corps humain les moyens de se défendre contre une agression biologique avant qu’elle survienne.

Dans l’immunisation active, il s’agit de stimuler le système immunitaire par un vaccin connu et contrôlé en évitant les conséquences liées à l’infection naturelle.

Dans l’immunisation passive, il s’agit d’un transfert d’anticorps (immunoglobulines) provenant d’un sujet immunisé à un autre qui ne l’est pas.

Immunité activeImmunité passive
Production d’un état de résistance à un antigène par l’action d’anticorps et de cellules spécifiques à cet antigèneTransmission d’un état de résistance à un antigène par le transfert des anticorps à une personne
Amélioration de l’immunité au fil des expositions à un même antigèneProtection de durée limitée (quelques mois)
Immunité naturelle lorsqu’elle résulte d’une infectionImmunité naturelle lorsqu’elle résulte d’un transfert d’anticorps maternels de la mère à l’enfant par le placenta ou le lait maternel
Immunité artificielle lorsqu’elle résulte de la vaccinationLa vaccinologie fait appel à l’immunité adaptative active et exploite ses caractéristiques à des fins préventivesImmunité artificielle à la suite de l’administration d’anticorps (immunoglobulines) produits par d’autres personnes
Schéma des immunités active et passive

Cliquer sur ce lien ci-bas pour créer votre propre site – click this down link to create your own site

https://wordpress.com/fr/refer-a-friend/kRQoWGGseQrGB1ePXo3r/

Résumé des réactions immunitaires

La figure qui suit montre les liens entre les immunités innée et adaptative, active et passive ainsi que cellulaire (immunité à médiation cellulaire) et humorale.

Résumé des réactions immunitaires

Le schéma montre les types de réactions immunitaires (immunités innée et adaptative, active et passive ainsi que à médiation cellulaire et humorale) à la suite de l'introduction d'un antigène spécifique
Le schéma montre les types de réactions immunitaires (immunités innée et adaptative, active et passive ainsi que à médiation cellulaire et humorale) à la suite de l'introduction d'un antigène spécifique

Adapté de BC CENTRE FOR DISEASE CONTROLCommunicable Disease Control Manual, September 2009, Chapter 2 : Immunization-Appendix F- Principles of Immunologyp. 4. 

Cliquer sur ce lien ci-bas pour créer votre propre site – click this down link to create your own site

https://wordpress.com/fr/refer-a-friend/kRQoWGGseQrGB1ePXo3r/

Référence site gouv québec:

https://msss.gouv.qc.ca/professionnels/vaccination/piq-immunologie-de-la-vaccination/fonctionnement-du-systeme-immunitaire/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.