Noirs du monde entier, rappelez-vous que c’est toujours nous les forts et eux-autres les faibles: texte écrit par Hermann Cebert


Noirs du monde entier, rappelez-vous que c’est toujours nous les forts et eux-autres les faibles. Et, plus jamais ne l’oubliez.

Dites-le et apprenez le à vos enfants, répétez-le jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de l’enseigner à leur tour à leurs enfants et ce de génération en génération.

Écrivez-le sur vos murs, sur vos portes et sur les colonnes de vos villes afin que vous deveniez ce que vous êtes depuis toujours, les forts et les puissants de ce monde. Faites en sorte que vous soyez toujours ce que vous et que vous savez que vous êtes, les seuls forts. En dehors de toi et autour de toi il n’y a que des faibles. Vous êtes la loi et la morale de votre propre être.

Ce sont les faibles qui créent la morale (bien ou mal, beau ou laid, juste et injuste) et malheureusement plusieurs parmi nous finissent par s’alliéner à la morale des faibles (s’approprier et intérioriser de leurs religions: christianisme, islam, bouddhisme) de leurs modes de pensées (communisme, socialisme, capitalisme) pour en devenir des faibles à leur tour.

En connaissez-vous d’autres forts que nous qui naissent ou qui vivent côte à côtes des grands fauves comme le lion, le tigre, les léopards, les hyènes, les giraffes, les rhinocéros etc… tout en les laissant en liberté et sans en avoir peur ni s’inquiéter pour sa propre vie? Ce n’est pas parce que l’on capture un animal sauvage que l’animal sauvage devient faible à la moindre occasion il peut retrouver son instincts de grands fauves et donc sa toute puissance.

Les faibles montent des complots, mettent des embûches, inventent des codes de moral, créent des procédures, des divisions et des hiérarchies… toutes les formes de cages et de distanciations possibles pour se protéger contre la force et la puissance des forts. À nous d’être vigilants et d’être toujours aux aguets pour ne plus se laisser encager et emprisonner dans leurs valeurs, dans leurs croyances et de leurs modes de pensée.

Nous devons nous condamner à demeurer des forts c’est notre destin et notre destinée. Débarrassons-nous de tout cela et voilà, nous redeviendront nous-mêmes, les forts.

Hermann Cebert

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :