Qu’est-ce qui pourrait expliquer la deuxième vague de propagation du covid 19, voire plusieurs autres vagues encore?


La deuxième vague, lorsque le covid 19 croise la grippe saisonnière de l’hiver:
tableau peint par Hermann Cebert

Plusieurs semblent se permettre de se demander qu’est-ce qui me donne autorité de procéder à plusieurs types d’analyses politiques, économiques, sociales, culturelles voire scientifiques alors que je ne me vante pas ou jamais d’avoir étudié en économie et science politique ou bien que j’aie pu même lire beaucoup de livres sur la philosophie, la sociologie, l’anthropologie et d’être très intéressé à la science physique et à l’astrophysique.

Évidemment, à part de m’intéresser à toutes ces disciplines je crois posséder quelques atouts dont très peu de gens possèdent. Ce sont une très grande imagination, une logique à toute épreuve, une intuition très efficace, une mémoire très active et plus particulièrement, un esprit scientifique très rigoureux au dessus de la moyenne. Conscient de tous les atouts que je viens de lister, je me permets de mettre au défi n’importe quel imbécile qui possède un diplôme scientifique de tenter de déconstruire les arguments que j’utilise pour défendre ou développer les hypothèses de mes textes.

Que tous ceux qui voudraient se lancer dans cette nouvelle aventure intellectuelle me lancent leurs premières pierres. Il ne faut pas seulement dire ça semble être vrai ou vérifiable, mais j’attends à des démonstrations en posant une ou plusieurs hypothèses contraires supportées par des arguments. C’est la seule condition qui me donne une vraie raison de débattre avec n’importe qui et en ce sens, un rejet avec un mot, une phrase ne sont pas des oppositions à mes formulations voire à mes argumentations qui sont des développements où je pose habituellement une ou plusieurs hypothèses que je défends avec plusieurs arguments.

Voilà le principal de la lumière que je tenais à faire à tous ceux qui semblent juger de mon autorité d’intervenir dans les débats qui m’intéressent et sur lesquels je prends positions ou que je formule quelques conseils et solutions.

D’ailleurs, la dialectique ne m’autorise-t-elle pas à dire ce que je sais et seulement ce que je sais sans faire appel à une quelconque autorité? C’est exactement ce que je fais habituellement et, je mesure chacun de mes arguments afin de trouver et d’établir les liens de causalité ou de correspondance s’il y en a bien entendu. Selon moi il n’y a pas de vérités absolues et toutes les vérités sont passagères jusqu’à ce que quelqu’un d’autre puisse en faire la démonstration contraire.

Certain critiques sont de vrais gérants d’estrades qui ne s’aventurent jamais en eaux profondes comme disait Napoléon Hill mais, qui en théorie, prétendent tous savoir et d’avoir des positions qu’ils sont incapables de formuler par écrit. Demande les d’écrire un simple texte de dix lignes et les voilà immobiles comme on ne sait quoi. Ils sont seulement bons pour gesticuler et pour menacer et pour moi ce sont des chiens qui aboient ils ne méritent aucune attention de ma part. Ils représentent le statu quo et le conservatisme rétrograde alors que n’importe quel changement nécessaire les effraie.

Évidemment, je ne me jette pas tête baissée devant toutes les innovations parce que je peux sonder les formes de changements sans m’en emballer ni trop vite ni trop tard c’est une sorte de retenue nécessaire que Friedrich Nietzsche propose comme moyen pour éviter de se prostituer aux faux prophètes mais également que dénonçait l’affaire Allan Sokal.

Si aux États-Unis les autorités américaines et plus particulièrement le président Donald J Trump se préoccupe beaucoup plus de sa réélection que de la santé des américains, au Canada, plus précisément au Québec nous ne pouvons pas dire que les Gouvernements de Justin Trudeau et de François Legault ne déploient pas tous leurs efforts pour protéger leurs citoyens.

A ce propos, je pense surtout aux diverses mesures de confinement dont le port du couvre visage ou masque ainsi que les mesures de distanciations physiques, aux mesures économiques pour supporter les travailleurs et les entreprises, aux mesures sanitaires. Cependant, malgré tous les efforts des différents paliers de gouvernement pour empêcher la propagation de la maladie la coronavirus et ce, à cause d’une absence de conjugaison des ressources et des secteurs décisionnels et décisifs, nous constatons que les gouvernements et les citoyens constatent et assistent impuissants à l’éclosion d’une nouvelle vague plus dévastatrice pan-nationale de la propagation et de la contamination du covid 19.

Pourquoi cette nouvelle vague incontrôlable du covid 19?

Pour essayer de répondre à cette question nous allons procéder par étape en regardant ce qui avait mal marché ou mal fonctionné dans la gestion des diverses mesures prises par les gouvernements dont les principaux décideurs ainsi que la non collaboration de tous les acteurs impliqués.

En effet, si durant la première vague il avait été plus facile pour les gouvernements de décider de la fermeture complète des entreprises: des écoles et universités ainsi que toutes les sortes d’industries du divertissements et du tourisme tandis que, toutes les entreprises de services et de communications se soient orientées vers le télé-travail ou le travail à domicile par contre, malgré toutes ces bonnes mesures de l’époque, la mauvaise compréhension de la maladie la coronavirus par les scientifiques a poussé ces derniers à mal conseiller les décideurs dans leurs prises de décisions.

Pourtant nous avions formulé notre compréhension du virus alors même que les scientifiques se contredisaient dans leur compréhension et de fait faisaient de mauvaises recommandations aux décideurs. De même, nous avions soulevé presque toutes les conséquences que la pandémie allait avoir sur les citoyens dont la violence conjugale, les abus sur les enfants ainsi que les problèmes de santé mentale en comparaison avec les impacts du tremblement de terre de 2012 en Haïti. Évidemment, nous étions les seuls a affirmer que le virus laissait dans l’air des nuages de virus partout où des personnes infectées étaient passées.

Et, justement, pour nous c’était là où le problème crucial est posé car si le virus est donc aérosol en laissant des nuages de virus partout où les personnes contaminées sont passées, travaillent ou vivent, il devrait en résulter que ces endroits, ces locaux, ces passages soient désinfectés avant que l’on procède au dé-confinement et à l’ouverture de l’économie dans son ensemble.

Malheureusement, très rares ont été les entreprises qui avaient procédé à la décontamination de leurs bureaux et de leurs locaux afin de faire revenir leurs employés. Bien sûr, aucun dirigeant n’avait proposé cette décontamination avant de rouvrir l’économie. Au contraire, on accuse les personnes itinérantes comme propagateurs du virus tout comme on essayait d’accuser les personnes noires et les juifs comme porteurs et propagateurs asymptomatiques du virus.

De même, aucun scientifique jusqu’à aujourd’hui n’a proposé le nettoyage systématique de tous les locaux et de tous les édifices logeant ou abritant des personnes ou des employés. Pourtant, on a encore de la difficulté à expliquer la contamination et la propagation du virus. Conséquemment, si on ne peut pas déterminer les causes de certaines contaminations ainsi que certaines propagations, il se pourrait que l’on ne recherche pas au bon endroit et de tels endroits seraient les foyers possibles d’éclosions et de conservations du virus.

Par ricochet, selon nous et compte tenu de nos hypothèses ci-haut énoncées, très probablement il pourrait être question de la non décontamination des lieux puisque nous ne nous sommes pas questionnés du nettoyage systématique de ces lieux. D’ailleurs, ne serait-il pas envisageable de procéder au nettoyage même à titre expérimental de certains locaux en vue d’apprécier si les lieux non nettoyés ne seraient pas en quelque sorte les causes probables de la deuxième vague et de toutes les séries de vagues successives qui risquent de se produire si on n’envisage pas cette expérimentation.

Bien entendu, nous savons que presque tous les édifices, toutes les maisons peuvent avoir des tapis au sol, des murs et des séparateurs en tissus et en cartons qui sont tous susceptibles de garder ou conserver le virus pour des durées indéterminées s’ils ne sont pas décontaminés.

Pourquoi ne pas avoir proposer le nettoyage systématique de tous les lieux. Ma réponse cinglante est sans équivoque, les scientifiques ont un trop grand rôle dans les décisions des autorités politiques et sanitaires. De même, ils se sont prononcés sur une maladie qu’ils n’ont pas pris le temps de bien comprendre, d’ailleurs qu’ils ne comprennent toujours pas alors qu’ils se permettent d’imposer leurs conseils comme des vérités absolues.

Bien entendu, ces scientifiques ont très peu de références en mémoire car s’ils avaient tout simplement pensé comme nous aux maladies comme la tuberculose que l’on sait qui pouvait se transmettre par des gouttelettes aérosols dans l’air et l’on savait très bien pour que les traitements soient efficaces les endroits où les personnes contaminées vivaient devaient être complètement désinfectés sinon n’importe qui pouvait être à son tour contaminé. Mais non, les études comparatives n’existent pas ou du moins, on a pas le temps de se référer à toutes ces études puisque tous les scientifiques recherchent leurs propres gloires médiatiques. Par conséquent ce ne pouvait pas être leurs préoccupations premières. D’ailleurs il y a encore bien présente dans ma tête un directeur de santé publique qui s’était permis d’aller danser dans une vidéo musique alors que des centaines de personnes âgées pour la plupart mourraient dans des conditions infra-humaines. Son vedettariat était à son paroxysme et qu’ils se sentait beaucoup plus vedette de télévision.

Par ailleurs, en ce qui concerne les scientifiques et spécialistes qui donnent conseils et qui s’imposent sur les décisions politiques, je me souviens m’amuser et jouir en les regardant intervenir dans les émissions de télévisions en direct autant qu’ils patinaient sur les écrans de télévisions. Ils parlaient comme n’importe quel individu ordinaire sans référence et cloîtrés dans leurs titres nobles de spécialistes mais plus particulièrement dans leurs boites de leurs propres dispositifs discursifs. Nous en sommes là. D’ailleurs ce n’est pas pour rien que très peu de jeunes de nos jours ne s’intéressent pas beaucoup à la science et à la recherche. Les modèles d’expertises et de scientifiques véritables sont absents.

Voilà en quelque sorte ce qui est en partie l’une des causes de la deuxième vague de contamination et de propagation de la coronavirus que nous assistons actuellement impuissants un peu partout dans le monde.

Ma deuxième hypothèse et mon deuxième argument s’articule autour d,un certain relâchement systématique de certains actuels essentiels dans la lutte contre la propagation et la CONTAMINATION DE LA MALADIE LA CORONAVIRUS.

En effet, et ce, peut-être à cause du moindre mal de la première vague de contamination, certains ont baissé leurs gardes face au virus. Évidemment, plusieurs autorités n’ont pas eu la vigilance et les retenues nécessaires pour décider sans mettre en garde la population contre une certaine euphorie.

Ces autorités se sont contentées en fonction de quelques tendances de baisses du taux d’infection pour dé-confiner les populations alors qu’elles auraient dû être plus méfiantes des comportements des citoyens. D’ailleurs, on a qu’à penser à la méconnaissance du virus par les experts pour se méfier de dé-confiner.

En ce sens, depuis le retour à la vie normale que prônaient les autorités, on a assisté à de véritables relâchements de presque tout le monde sans que l’on procède au nettoyage systématique des locaux et des bâtiments. Évidemment, pour ce qui concerne le relâchement, nos constats sont on ne peut plus clairs puisque en se promenant dans les pharmacies, dans les commerces et même dans les édifices à bureaux on ne voit plus de préposés sanitaires ni non plus de produits désinfectants.

Toujours selon nos constats, l’un des signes qui prouve qu’il y a relâchement c’est l’absence de fil d’attentes devant les magasins et les épiceries. Tout est comme redevenu normal, on entre comme on le faisait auparavant dans les boutiques et dans les magasins et les épiceries et parfois, nous observons même des gens qui rentent dans ces lieux sans se préoccuper de la petite bouteille de gèle qui est parfois placée aux entrées. Pourtant on est toujours en pandémie.

Par ailleurs, et ce comme je le disait concernant la tuberculose que nos grands parents combattaient par des mesures sanitaires systématiques, avec l’actuelle pandémie, nous beaucoup moins efficaces dans nos manières et par nos méthodes de nettoyage et tout montre comment nous sommes beaucoup plus ingénieux à transférer nos responsabilités aux autres au lieu de les assumer nous-mêmes.

Dans les entreprises, au lieu d’imposer des nettoyages systématiques, soit que l’on réduise le personnel des entretiens ménagers soit que l’on demande à ces préposés d’entretien ménager de signer partout dans les salles qu’ils ont nettoyées parce que non pas on veut éradiquer le virus mais de telles procédures sont imposées en vue de pouvoir retracer le parcours de ces préposés dans les édifices où ces personnes préposées passent dans ces édifices.

Évidemment, qui dit transfert de responsabilité dit très probablement intérêts de poursuites de ces pauvres gens. Mais également cela pourrait supposer puisque les pré;posés d’entretien ménagers sont tous des pauvres ou des personnes immigrantes, il se pourrait que l’on ait présupposé qu’elles sont beaucoup plus susceptibles d’être porteurs du virus. Eh oui, c’est peut-être l’une des raisons en arrière de toutes les précautions que les entreprises préfèrent prendre au lieu d’exiger le nettoyage systématique de leurs locaux. Bien entendu, ça ne se dit pas bien que ça se sous-tend à travers les mesures prises alors que dans le cadre de ce virus, tout le monde peut être un porteur potentiel.

Chacun a sa propre responsabilité dans la propagation et la contamination du covid 19 et c’est a tout un chacun de prendre les mesures de se protéger et de protéger les autres.

Ce n’est en transférant les responsabilités à tour de rôle. Et combattre le virus covid 19 suppose des nettoyages systématiques et comme ma mère et ma grand-mère faisaient autrefois, il faut tout nettoyer dont les logements, les vêtements, les bureaux et ce les murs et les plafonds.

D’ailleurs, on peut se rendre compte à quel point que l,on ne connait pas vraiment bien la coronavirus, durant la première vague on disait que le virus pouvait rester sur les surface entre vingt quatre heures à quarante huit heures. Aujourd’hui, on parle même de plus de quinze, trente voire quarante huit jours. Peut-être que l’on devait plus de jours et commencer à considérer qu’il peut être resté sur des surfaces et dans des lieux beaucoup plus longtemps qu’on en a calculé jusqu’à maintenant.

Et en ré-envisageant une durée de vie beaucoup plus longue du virus on pourrait inviter les populations à procéder au nettoyage systématique de leurs vêtements, de leurs maisons et de leurs lieux de travail ou de magasinage.

Alors, et seulement alors, suite à ces grands nettoyages on pourrait avoir le cœur net que chez nous nous ne couvons pas continuellement le virus parce que on aurait supposé qu’en circulant dans les rues, en magasinant et même en faisant du sport on aurait été contaminé parce que le virus nous aurait été transmis. Faisons donc comme nos parents qui autrefois pour combattre les virus procédaient au nettoyage systématique de leurs maisons afin de s’assurer que les virus ne se cachaient pas chez eux. Revenons à nos sources avant que ce soient des spécialistes qui nous dictent comment nous devons nous comporter pour nous assurer notre propre sécurité.

La pandémie actuelle, nous sommes tous concernés et nous sommes tous responsables. Les dirigeants nous offrent seulement des hypothèses de solutions et nous aussi nous pouvons nous en formuler et parfois, nous sommes bien meilleurs que ces dirigeants parce que nos précautions viennent de nos propres doutes et de nos propres suggestions à nous mêmes. Nous vivons nous-mêmes nos problèmes et nous pouvons bien souvent être plus fait de ce qui nous arrive ou que nous vivons.

Tous droits réservés en tout ou en partie.

Hermann Cebert

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :