Comment peut-on expliquer la chute brutale du taux de change de la monnaie haïtienne par rapport au dollar américain


Ce matin un ami a partagé avec moi les informations concernant le taux de référence de la Banque Nationale de la République d’Haïti et il y a de cela moins d’un mois que l’une de mes nièces me faisait savoir que la monnaie haïtienne avait pris de la valeur par rapport au dollar américain comme pour me dire qu’elle avait reçu beaucoup moins d’argents sur les dollars que je l’ai envoyés.

Ma nièce, loin d’être contente de la revalorisation ou du rattrapage de la monnaie locale sur la gourde, j’avais vite compris qu’elle ne souhaitait pas une telle chute du taux de change du dollar par rapport à la gourde. Car, elle savait qu’elle avait moins d’argent dans ses mains et qu’elle ne pouvait pas totalement payer son loyer après que les bandits du régime de Jovenel Moïse aient brûlé sa maisonnette. De toute évidence et d’un autre côté ce que ma nièce ne sait peut-être pas c’est que les criminels de la bourgeoisie sans vergogne ne l’auraient pas non plus permise d’acheter plus de biens à sa survie puisque cette bourgeoisie comprador et de mise en sac ajustent régulièrement leurs prix en fonction de la disponibilité et de la rareté du dollar sur le marché. Que le dollar se change pour moins ou pour plus de gourdes sur le marché n’aurait rien changé dans sa petite vie.

Évidemment, lorsque le taux de change permet d’encaisser plus de gourdes ma nièce et la grande majorité des haïtiens sont plus heureux même si dans les faits, il n’y a aucun effet positif sur eux. Il s’agit là de ce que pensent et de ce que souhaitent plusieurs haïtiens qui ne travaillent pas en Haïti et qui reçoivent régulièrement des transferts d’argents de leurs proches qui vivent à l’étranger.

Tous sauf bien sûr quelques illuminés qui étudient en économie ou qui s’approvisionnent sur le marché international ne seraient pas contents de voir la monnaie nationale rattraper le dollar américain. Malheureusement, très peu d’haïtiens comprennent la nécessité de réduire les écarts entre la gourde qui est la monnaie haïtienne et le dollar américain qui est la principale devise étrangère pour les haïtiens.

Qu’est ce qui échappe donc aux haïtiens comme connaissance sur le taux de change de la gourde par rapport au dollar américain. Que signifie réellement une gourde haïtienne forte par rapport au dollar américain? Pour être franc, je dirais tout. Car dans un pays où la grande majorité des haïtiens dépendent des transferts d’argents provenant de l’étranger et où les dollars reçus sont le revenu principal des ménages haïtiens, lorsque le dollar perd de sa valeur par rapport à la gourde, cela se ressent directement et causant un trou béant dans le budget de la grande majorité des haïtiens vivant dans le pays et dépendant de ces sommes qui arrivent de l’étranger.

Par conséquent, et c’est la toute la contradiction qui sous-tend, personne n’est contente de la chute du taux de change. Pourtant, une monnaie nationale forte et concurrentielle par rapport et avec le dollar américain devrait signifier qu’une reprise économique se réalise dans le pays ou encore que les productions nationales sont en hausses.

Malheureusement la valorisation de la monnaie nation et la chute brutale du taux de référence ne traduisent pas une reprise économique, pas plus qu’elle n’exprime non plus un renforcement de la monnaie nationale par rapport au dollar américain.

D’ailleurs, tous les ménages haïtiens qui vivent aux dépens et en fonction des transferts d’argents venus des ha¨tiens qui vivent à l’étranger savent très bien que la chute du taux de référence fixé par la BRH, banque nationale d’Haïti, n’est pas réel et que le véritable de référence c’est celui qui est transigé sur le marché parallèle et dans les rues aux abords des trottoirs.

Autrement dit, les haïtiens qui sont fâchés contre la baisse du taux de référence méritent très bien de l’être car ils savent que ce sont les vagabonds du palais national du pays ainsi que les vagabonds des banques qui jouent aux apprentis sorciers avec les yo-yo qu’ils font faire avec ce taux de change.

De même les haïtiens savent très clairement, je suis obligé de réexpliquer un autre texte que j’ai publié sur la dégringolade de la gourde haïtienne il déjà quelques années ou du moins quelques mois, c’est seulement la production, l’emploi et l’exportation qui peuvent donner de la valeur à gourde et non les injections de dollars sur le marché.

D’ailleurs j’avais très bien dénoncé catégoriquement ces mesures dans le texte que j’avais produit et dont je vous réfère plusieurs fois dans ce texte. L’économie est réelle et ce ne sont pas des criminels en cravates du palais national et de la banque nationale qui peuvent nous expliquer que ce sont leurs mesures prises qui ont provoqué la chute brutale du taux de référence de la gourde par rapport au dollar américain.

Bien entendu, puisqu’ils sont déjà sur le seuil de la porte pour sortir et quitter bientôt le pouvoir, ils peuvent se permettre de revendiquer les performances actuelles de la gourde.

Cependant, pour tous ceux qui ont accumulé chèrement quelques dollars avant la chute du taux de change, je crois qu’ils se doivent de réfléchir mille fois avant de le décider de les offrir sur le marché car d’un côté ce refroidissement du taux de change c’est peut-être une catastrophe annoncée pour la gourde dans les mois à venir plus particulièrement avec le départ de l’actuel gouvernement et la petite période d’instabilité qui va s’en suivre vers les mois de février, mars à juin 2021 prochain.

Troquer des dollars contre la gourde serait une très grave erreur de la part de ces petits demandeurs de dollars sur le marché local. Certes il n’y a aucune garantie de la stabilité du dollar américain non plus compte tenu de l’issue des prochaines élections aux États-Unis, néanmoins, le dollar demeure par rapport à la gourde une bien meilleurs valeur refuge.

Nombreux seraient tentés d’attribuer la chute du taux de change de la monnaie haïtienne, la gourde par rapport au dollar américain à des mesures du gouvernement haïtien de Jovenel Moïse. De même le gouvernement et le président en particulier pourrait se vanter d’avoir agi sur le taux de change de la gourde haïtienne cependant cette chute brutale est l’effet direct d’une diminution de la pression sur la demande du dollar américain dans le pays.

En effet, il y a quelques années de cela nous avions très bien expliqué tous les différents acteurs qui ne cessent de sniffer la monnaie américaine dans le pays.

Parmi ces acteurs, nous avions identifié notre faible production nationale, les augmentations et la dépendance de l’économie haïtienne par rapport à l’économie dominicaine, les demandes de visas qui se payent en dollar américain, les politiciens haïtiens qui doivent envoyer de l’argent cacher à l’étranger, les banques commerciales privées qui exportent le dollar vers l’étranger, la république dominicaine qui accumule ses réserves de gourdes haïtienne et sans oublier le gonflement des prix par les commerçants de gros en Haïti.

Or, ce à quoi nous assistons actuellement c’est d’un côté il y a une légère baisse de l’offre de dollars sur le marché compte tenu des effets de la pandémie la coronavirus sur les communautés haïtiennes vivant à l’étranger, on a en tête plus particulièrement les effets de la pandémie sur les haïtiens qui vivent au Chili et dans les Antilles françaises où le racisme contre les haïtiens sont vraiment en hausse, donc les haïtiens envoient beaucoup moins d’argents en Haïti à leurs proches.

Bien entendu, cette baisse demeure très faible par rapport à ce qu’on aurait pu s’attendre comme impacts négatifs sur les haïtiens de la diaspora que sur le pays lui-même.

De l’autre côté, nous pouvons également constater que la pandémie a obligé un confinement et de très grandes restrictions sur le voyage. Par conséquent, il y a moins de gens qui habituellement passent leur temps à chasser les dollars du marché local qui ne le font plus. Tout cela a donc des impacts directs sur la demande de la devise américaine et du coup, diminue les pressions que ses demandes lui font habituellement.

En ce qui concerne les dirigeants haïtiens, leurs mandats arrivent à terme et nous pouvons simplement imaginer leurs stratagèmes pour se procurer des dollars sur le marché en mettant sur le marché national plusieurs milliards de gourdes qu’ils ont volé au cours de ces dernières années.

Du coup, ce serait en particulier à cause de leurs besoins de dollars qu’ils injectent autant de gourdes sur le marché en vue de ramasser le maximum de dollars possible contre moins de gourdes offertes.

Bien que je sois utopique en quelque sorte dans cette dernière hypothèse, rien n’est faux au final puisque ce sont de véritables tendances dans le pays lorsque les gouvernements tombent ou que les régimes corrompus que nous avions eux jusqu’à présent dans le pays et surtout au cours de ces trente dernières années.

On se souvient également qu’à chaque chute de gouvernement un certain ralentissement du taux de référence ainsi que des augmentations vertigineuses de ce même taux de change durant les périodes d’incertitude. En fait, l’économie haïtienne et le marché monétaire en particulier souffre d’une insécurité chronique parce que dépendant et affecté par les instabilités que vit le pays depuis trop longtemps déjà.

Hermann Cebert

Poète, blogueur et artiste peintre

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :