Pour être un caractère d’artiste: la raison artistique pour effondrer le monde actuel


Lorsque les hommes perdent leurs esprits,

Tout se mélange dans tout

Que les hommes ne savent plus

Où se tourner leurs yeux grands ouverts,

Que les inquiétudes s’accentuent,

Que les peurs envahissent les cœurs

Alors nous savons que nous vivons

Les derniers jours d’un ancien monde

La fin de ce monde est à nos portes

Les dieux doivent mourir et périr

Ils ne sont plus utiles et ne servent à rien

À ce moment précis, nous avons besoin

D’autres dieux et d’autres cieux

Car comme toujours, il nous faut des dieux

Et, dans nos chants et dans nos coeurs,

Nous disons ensembles et à l’unisson,

Pour que les dieux reviennent!

Qu’ils reviennent.

Ô vous les dieux,

Vous qui brilliez autrefois,

Vous les stars de la scène,

Acteurs, comédiens et chanteurs,

Vous qui nous faisiez rêver,

Artistes, peintres, dessinateurs,

Dramaturges, humoristes,

Cinéastes, metteurs en scène,

Pourquoi tombez-vous de votre piédestal

Pourquoi vous vous laissez emporter

Par les vagues et les flots?

Le monde s’écroule autour de vous

Ce sont le sacré et les établis qui tombent

Civilisés, civilisation et barbares

Nous sommes dans l’éternel retour.

Vous les dieux,

Levez vous, confessez vous

Je vous en prie, redressez vous,

Vous n’avez pas de temps à perdre

Il y a déjà un nouveau monde à créer,

Nouvel ordre a établir pour un nouveau monde

C’est vous qui êtes chargés de le mettre en branle

Cessez de vous morfondre dans vos chagrins

Dans vos petits soucis personnels humains,

Vous êtes des dieux!

Et, que font habituellement les dieux,

Ils veillent sur leurs adorateurs et leurs enfants.

Réveillez vous!

Le monde a besoin de votre

Disposition et de votre présence.

Les hommes, les femmes et les autres

Veulent recommencer à croire et à espérer

C’est à vous cette que charge a été confiée.

Maladies, pandémies, cynisme, corruptions,

Viol, violence, assassinat, homicide, patricide

Perte de confiance, abus et immoralités

Font loi dans nos sociétés.

Tandis que misères, isolement,

Dépression et racisme tuent par millions

À chaque jour.

Tout est à la dérive et en dérive

Sans gouvernail ni destination précise.

Le monde crève!

Et vous, que faites vous,

Pleurer sur votre sort

Lié à vos inconduites de toujours

N’êtes-vous pas aphrodite,

Dieux de la scène et du plaisir?

Le sexe, l’argent, l’ivresse et la beauté

Ne font-ils pas partie de votre réalité?

N’êtes vous pas de ceux

Qui se doivent de provoquer, déranger,

Déstabiliser les fondements de nos sociétés?

Ô, oui! Vous les dieux, dieux de toujours,

C’est votre réalité de sublimer l’humain

Par votre allure et par vos gestes.

Alors, pas de soucis, akouna matata!

Vivre la vie et profiter de la vie.

Voici votre refrain. C’est aussi votre leitmotiv.

Réveillez-vous! Et surtout, levez-vous

Pour redonner espoir et envie de vivre

Au monde qui vous entoure

Et qui vous adule.

Vous donc les dieux,

Le monde, dehors vous attend

Avec passion et ferveur

Pour reprendre confiance en lui-même.

Les gens crient avec euphorie

Pour vous aduler et vous admirer.

Vous les acteurs, les présentateurs,

Stars et comédiens,

Sortez les voir,

Les projecteurs sont allumés,

Les couleurs sont vives

Le décor est magnifique.

On veut vous voir,

On vous attend avec impatience.

Juste sortir de votre cachette,

Oubliez vos crises et surtout

Faites ce que vous savez faire

Mieux que quiconque.

Brillez de tous vos feux!

Nul ne peut le faire à votre place.

Vous êtes dieux, beaux et intelligents

Vous êtes des modèles de la société

Perfection incarnée jusqu’aux détails

Ceux qui tombent doivent se relever

Ceux qui peuvent se relever ce sont les dieux.

Permuter vos déboires avec joie et en joie.

Ridiculiser dramatiquement vos inconduites

Avec respect et élégance

libérez-vous de vos peurs et de vos échecs

Ignorez leurs poids sur vos épaules.

L’homme pardonne toujours, c’est son défaut

Dénonciation, accusation victimisation

Chacun cherche son heure de gloire

Envie, jalousie, méchanceté, haine

Me too, tout mis ensemble en paquet

La violence est sans précédent

Tout le monde est armée, prêt à dégainer

Les caméras sont les cellulaires-fusils

Les victimes sont de tous côtés de tous bords

Masque de la pandémie,

Virus aérosol, nuage dans l’air

Dépistage et test,

Propagation, contamination

Sang des noirs pour la sérologie

Race noire, peau blanche sang bleu

Bill Gates, Bill Clinton comme bienfaiteurs

Utilité et inefficacité,

Des valses politiciennes

Surtout des intérêts inavoués

Finance et pharmacologie se joignent

La politique aux mains d’hommes d’affaires

Tout ce qui sert à propager se propage

Le mensonge beaucoup plus que vérité

Le doute et les inquiétudes des citoyens,

Bal masqué, les masques du covid 19,

Hijab ou niqab, visages masqués

Le port devient obligatoire pour tous

Elles doivent en rire

Ces femmes musulmanes

Qui revendiquaient hier encore

Le port de leurs voiles islamiques

Mais que l’on refusait leur droit au travail,

Tout a son revers

Les folies sont saisonnières

Surtout, elles sont relatives.

Quelle ironie du sort

Les cadavres sont nombreux

Des innocents immigrants deviennent anges

Une fois la vague passée, on les abandonne

1720, 1820, 1920, 2020,

Ce sont toutes les années

De pandémies mondiales,

Tremblement de terre, tsunamis,

Éruptions volcaniques

On en a eu, nous en aurons toujours

Des catastrophes naturelles et humanitaires,

Guerres civiles, tragédies humanitaires,

Donald Trump USA, Bolsonaro au Brésil

Crimes contre l’humanité peuple abandonné

C’est exactement ce qui caractérise

La méchanceté des êtres humains.

Confinement et déconfinement

Où sont passées

Les entreprises de planification?

Le monde a besoin de respirer

Et du temps pour rire.

Mourir de la pandémie ou mourir de faim,

les choix sont évidents.

Pas de vaccins, ni de médicaments,

Produits naturels sont efficaces

Très abordables et disponibles

Le doute s’y loge dans les détails

C’est l’essentiel de la catastrophe.

Les vieux meurent, laisser les mourir

D’abord et toujours, avant tout l’économie

Vous avez dit, blacks lives matter,

Disons plutôt All lives matter.

La vie de tous est important

Tout un chacun est important

Noirs blancs latinos,

amérindiens asiatiques

Arrêtons le profilage racial et facial

Cessons les brutalités policières.

Mettons fin aux violences policières

Identifions les policiers criminels,

Listons-les et dénonçons-nous les,

Reconfigurons la composition

Des groupes des jurés et

Rendons-nous compte de ces tragédies

De nos responsabilités juridiques et pénales.

Rendre justice à qui de droit

Nous devons être tous égaux en droit

Un revenu minimum descent à chacun

Tous les milliards dépensés pour le covid-19

Montrent que tous les moyens sont là

Pour régler les injustices sociales et économiques

Le monde actuel tel qu’il est

Doit disparaître et nous devons l’aider

À disparaître le plus vite possible.

Il a besoin de nouvelles valeurs et

De nouvelles morales

De nouvelles consciences

De nouvelles raisons

Pour un nouveau monde, un autre monde

De nouvelles idées et de nouvelles institutions.

De nouveaux droits et

De nouvelles responsabilités,

C’est notre rôle et notre devoir

Détruire ce qui est désuet et caduque.

Il y a des gens qui avancent trop vite

Et d’autres qui trainnent en arrière,

À nous de donner le rythme à suivre

D’aider les uns et les autres

Et tous les deux en même temps

Le monde a besoin de nouvelles couleurs,

De nouvelles architectures et de géométries

De nouvelles peintures, de nouvelles formes

De nouvelles structures et de constructions

Hélas, ce monde ne peu plus nous les offrir

Il est dépassé, il n’a jamais été pour nous tous

Il est raciste et racialisé, il se doit de disparaître

Vous avez dit racisme, pas seulement,

Il y a également une racialisation

L’ordre mondial se veut blanc

Ils ont fait croire la même chose

Pour le développement et le progrès

Ce qui transfigure les systèmes mondiaux

Qui se voulaient universaux.

Voilà ce qui dérive l’ordre déclinant actuellement.

Avez-vous vu et tout compris

Les détails de mes tableaux de peinture

Je vous invite de l’autre côté de la rive

Je suis déjà dans un autre ordre, un autre monde

Vous êtes tous conviés, on va le faire ensemble.

Hermann Cebert

(artiste peindre, poète, blogueur)



Catégories :Galerie de peintures, Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

%d blogueurs aiment cette page :