Docteur Louis Gineau:<>


Il n’est pas certain que tout leader soit sui generis. Il y a toute une série d’apprentissages qui s’accordent avec le caractère du leader. En effet, dans des circonstances très particulières, un leader est né. Toutefois il n’y a pas une recette magique pour inventer des leaders.

Le leader inspire confiance à partir de ses relations personnelles avec ses concitoyens, de ses relations avec les autres groupes externes et également à partir de son investissement dans la cause communautaire. Qu’il soit religieux, social ou politique, tout leader doit être en mesure de définir une vision pour lui-même qui prendra force dans la conquête du bien-être de chacun. Donc le vrai rôle de tout leader c’est de créer le changement. Il y a plusieurs façons de voir le changement, mais la résultante doit être toujours une action positive pour le développement durable des communautés.

Ainsi, il y a des hommes et des femmes qui jouent le rôle de porte-flambeaux du changement comme des agents communautaires. Ils sont en première ligne pour défendre et pour organiser les gens à se défendre contre les abus du système. Ces agents communautaires utilisent toute sorte de moyens opportuns pour alerter les autorités et les officiels de l’État sur la nécessité de voler au secours de la population.


Il est évident que les travailleurs communautaires connectent la pauvreté et le chômage avec la crise économique. Toutefois, Il est de leur responsabilité de profiter également de leur interaction avec les autorités officielles pour adresser le problème d’exclusion des classes marginalisées dans la répartition des richesses du pays. Les communautés marginalisées sont de véritables victimes de la réduction des services sociaux dans le budget. Cela a augmenté considérablement le taux de la criminalité au sein de la population. Ainsi, le leadership se construit à partir des appels à la mobilisation citoyenne pour le changement.


Le changement durable ne peut pas être garanti sans l’implication des citoyens dans les activités communautaires. On n’apporte pas le changement au village, mais on crée le changement dans le village. Les citoyens doivent vivent la réalité du changement qui est un objectif collectif dont la finalité est de transformer la qualité de vie de chaque individu dans la communauté.

Tout leader doit avoir pour référence cette équation : “pouvoir égale quantité”. C’est de cet axe que vient l’application des principes fondamentaux de la démocratie. C’est aussi une dérogation à la règle du pouvoir au plus capable au profit d’une participation active de la population dans les décisions. Ainsi, les leaders communautaires interviennent pour encourager la population à participer activement dans la création du changement pour le bien-être collectif.

Il n’est pas toujours vrai que la majorité a de meilleures réponses ou de meilleures idées de changement pour résoudre les problèmes politiques, sociaux et économiques de la communauté. C’est pourquoi, il faut toujours tenir compte des expériences et des compétences des agents de développement communautaire, ainsi que des experts en psychologie sociale et communautaire, qui maîtrisent les notions de création de changement. La présence de ces leaders renforce la capacité des citoyens à mieux s’organiser pour créer le changement.

Au fait, il est crucial que les leaders maîtrisent les notions de bases relatives à l’amélioration des conditions matérielles d’existence pour le seul bénéfice de la population. La création du changement renforce le vivre ensemble et entretient un dynamique individuel capable d’encourager un mode de vie plus digne selon les principes de base des droits de la personne humaine au sein des communautés marginalisées.

Cependant, le leadership ne peut se développer s’il n’y a pas une cause commune à défendre. C’est le sens civique qui mobilise les gens sur les problèmes fondamentaux de la cité. L’un des principes de base d’organisation de la société civile, c’est que les problèmes sont mieux résolus quand tout le monde se mette ensemble. C’est la participation de chaque membre qui constitue la toile de fond de toute réussite collective bien organisée.

La réponse à un problème collectif vient directement des personnes affectées par le problème sous un leadership consensuel ou imposé. Car la création du changement est tout simplement le résultat concret et effectif d’une meilleure qualité de vie dans la communauté.

Par exemple, la création d’un groupe musical, artistique ; la création d’une association de parents encourage les jeunes et les adultes à maintenir une attitude positive dans leur communauté. En outre, dans les communautés marginalisées ou le niveau de la pauvreté est très élevé, les citoyens peuvent créer des activités susceptibles d’améliorer les conditions d’existence de la population et aussi pour encourager les jeunes et les adultes à développer une attitude positive au sein de la communauté. Toutefois, cela se révélerait très difficile ou presque impossible, dirais-je, s’il n’y a pas un vrai leadership pour la création du changement.

Louis Gineau, docteur.



Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Tags:

%d blogueurs aiment cette page :