Les inefficacités des masques et pourquoi son utilisation après plus de deux mois de confinement


Trajet de l’air dans l’appareil respiratoire[modifier | modifier le wikicode]

L’air inspiré pénètre dans les voies respiratoires supérieures (nez, bouche, trachée) puis dans les voies respiratoires inférieures (bronche, bronchioles…) jusqu’à arriver aux alévoles où se produisent des échanges avec le sang : le dioxygène (l’O2) traverse la fine paroi alvéolaire et arrive dans les capillaires.

Dans le sens inverse, le dioxyde de carbone (CO2) contenu dans les capillaires traverse la paroi et pénètre dans les alvéoles. Après avoir remonté les voies respiratoires, il est expulsé hors du corps humain.

L’air riche en 0² qui est passé dans le sang est acheminé vers les muscles qui vont le consommer pour pouvoir se contracter.

composition de l’air respiré[modifier | modifier le wikicode]

Lors de la respiration, l’air que nous expirons (air rejeté par les poumons) n’a pas la même composition que l’air que nous inspirons (air entrant dans les poumons). En effet, il se produit des échanges à l’intérieur de notre corps.

Gaz carbonique[modifier | modifier le wikicode]

Azote[modifier | modifier le wikicode]

Le gaz le plus important dans l’air est le diazote : il constitue 78,2 % de l’atmosphère terrestre. Dans l’air expiré, il y a la même quantité d’azote que dans l’air inspiré, ce qui prouve que notre corps n’en a pas besoin.

Oxygène ou dioxygène[modifier | modifier le wikicode]

En revanche pour le dioxygène cela varie. Dans l’air inspiré il y en a 20,8 % et dans l’air expiré, il n’en reste que 16 %. Cela montre que notre corps en a besoin et en a consommé une partie.

Gaz carbonique

Enfin, le taux de dioxyde de carbone  ou encore du gaz carbonique est différent entre l’air inspiré et l’air expiré. On trouve 0,03 % de CO2 dans l’air inspiré et 4,1 % dans l’air expiré. Cela montre que notre corps en a rejeté, c’est donc un déchet.

Dioxyde de carbone[modifier | modifier le wikicode]

Le dioxyde de carbone, aussi appelé gaz carbonique ou anhydride carbonique, est un composé inorganique dont la formule chimique est CO₂, la molécule ayant une structure linéaire de la forme O=C=O.

Conséquences du port du masque prolongé

C’est une conséquence inattendue du coronavirus. Les médecins de Wuhan, épicentre de l’épidémie, ont leur visage ravagé à force de porter des masques pour se protéger des malades hospitalisés. Le port prolongé des protections facilite l’apparition de cloques, plaies et croutes. En attestent les nombreuses photos diffusées sur les réseaux sociaux chinois.

https://www.cnews.fr/monde/2020-02-07/coronavirus-force-de-porter-des-masques-les-medecins-de-wuhan-sont-defigures-924560

Un masque FFP est un appareil de protection respiratoire (norme NF EN 149). Il est destiné à protéger celui qui le porte à la fois contre l’inhalation de gouttelettes et des particules en suspension dans l’air, qui pourraient contenir des agents infectieux. Le port de ce type de masque est plus contraignant (inconfort thermique, résistance respiratoire) que celui d’un masque chirurgical.

http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html

Résistance respiratoire et effets sur la santé

Le dioxyde de carbone, ou gaz carbonique, n’est pas considéré dans la loi française comme un polluant. Pourtant, si nous prenons la définition de ce qu’est une pollution (article L220-2 du Code de l’Environnement), force est de constater que le CO2 en possède les caractéristiques.

L’air contient aujourd’hui environ 0,04 % de CO2. À partir d’une certaine concentration dans l’air, ce gaz s’avère dangereux voire mortel. La valeur limite d’exposition est de 3 % sur une durée de 15 minutes. Cette valeur ne doit jamais être dépassée. Au-delà, les effets sur la santé sont d’autant plus graves que la teneur en CO2 augmente. Ainsi, à 2 % de CO2 dans l’air, l’amplitude respiratoire
augmente. À 4 %, la fréquence respiratoire s’accélère. À 10 %, peuvent apparaître des troubles visuels, des tremblements et des sueurs. À 15 %, c’est la perte de connaissance brutale. À 25 %, un arrêt respiratoire entraîne le décès.

https://www.respire-asso.org/dioxyde-de-carbone-co2/https://www.cchst.ca/oshanswers/chemicals/chem_profiles/carbon_dioxide.html

Conséquence de l’insuffisance respiratoire est une mauvaise oxygénation du sang, elle se manifeste par un essoufflement, des difficultés à respirer et une grande fatigue.

Différence hypoxie et hypoxémie

Bien que les deux termes soient souvent employés l’un pour l’autre, ils désignent deux situations différentes. « L’hypoxémie se produit lorsque la pression partielle de l’oxygène dans le sang (PaO2) est en dessous de normale (la valeur normale est entre 80 et 100 mm Hg). Une hypoxémie non corrigée conduit à une hypoxie »
Hypoxie : quels sont les signes ?

L’hypoxie est un terme médical utilisé pour désigner un manque d’apport en oxygène au niveau des tissus de l’organisme. L’hypoxie nécessite une prise en charge médicale adéquate pour éviter la survenue de complications graves.

Définition

L’apport d’oxygène au corps humain est assuré par la respiration. L’oxygène respiré transite par les poumons où ils passent dans le sang se fixant à hémoglobine des globules rouges, qui le transporteur d’oxygène vers les tissus. Dans ce cadre, l’hypoxie désigne une diminution de la quantité d’oxygène apportée aux organes par le sang. « Elle est une conséquence de l’hypoxémie qui est la diminution de la quantité d’oxygène transportée par les globules rouges dans le sang, précise le Dr Nicolas Devos, anesthésiste réanimateur. L’oxygénation des organes et des tissus est alors insuffisante, et il peut en résulter une souffrance des cellules constituant les organes atteints. »

Selon leur origine, on peut parler notamment :

  • d’hypoxie tissulaire, qui désigne un apport insuffisant en oxygène par rapport aux besoins des tissus de l’organisme. L’hypoxie tissulaire ne se voit pas directement, on en constate les conséquences lorsque l’escarre apparaît.
  • d’hypoxie cérébrale est une forme d’hypoxie (un apport réduit en oxygène), impliquant spécifiquement le cerveau. Quand le cerveau est complètement privé d’oxygène, le terme utilisé est plutôt l’anoxie cérébrale.

Causes

Les causes de l’hypoxie peuvent être de trois types :

  • diminution d’apport en oxygène (hypoxie d’altitude par exemple)
  • défaillance de la fonction respiratoire (infection pulmonaire, traumatisme thoracique etc.)
  • diminution du transport en oxygène dans le sens par les globules rouges (maladie des globules rouges comme les thalassémie par exemple ou beaucoup plus simplement l’anémie)

Symptômes

Les symptômes d’une hypoxie sont généralement :

  • une tachycardie : meilleur signe clinique de l’hypoxie
  • une hyperventilation par augmentation du travail ventilatoire
  • une cyanose : la peau prend une teinte bleutée
  • une syncope : Perte complète de connaissance soudaine ou brève (jusqu’à trente minutes environ)

Une hypoxie sévère peut plonger une personne dans le coma, voire entraîner la mort si elle n’est pas prise en charge efficacement par arrêt cardio-circulatoire.

L’insuffisance respiratoire résulte d’une mauvaise oxygénation du sang, et se manifeste par un essoufflement, des difficultés à respirer et une grande fatigue. L’insuffisance respiratoire correspond donc à une incapacité du système respiratoire à apporter suffisamment d’oxygène et à éliminer correctement le gaz carbonique.



Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

%d blogueurs aiment cette page :