Les victimes de la pandémie covid 19 ou coronavirus: mais où sont les écolos?


Lorsque la pandémie la coronavirus a commencé et le confinement que les États ont imposés à leurs citoyens, nous étions plusieurs à nous rendre compte que la nature était en train de prendre sa revanche sur les appétits économiques et militaires des sociétés actuelles. Pour causes, on commençait à réentendre le chant des oiseaux, l’air était plus frais, et ceux qui comme moi avaient la possibilité d’être sur la première ligne des services essentielles pouvaient profiter de cette nature renouvelée.

Évidemment, c’tait un rêve les yeux ouverts que l’on faisait car à mesure que les peurs envahissaient les dirigeants toujours mal préparés et toujours incapables de gérer les urgences avec des mesures sur mesures non coordonnées, c’était la course aux produits toxiques et cela, partout on s’est mis à utiliser ces produits sans que personne ait le temps de se demander pourquoi autant de produits et quels seront les conséquences sur les oiseaux, sur les insectes et sur l’ensemble des parasites qui constituent un autre monde parallèle à notre monde et qui jouent de p-lus grands rôles dans notre environnement. Les écologistes sont absents.

Déjà quelques mois seulement d’utilisation des produits désinfectants pour nous protéger les humains certes, mais combien néfastes sur les autres espèces quasi invisibles qui meurent à la tonne autour de nous et qui passent sous silence des grands écologistes et des grands défenseurs de la nature et de l’environnement. Nombreux et des milliards d’insectes et d’oiseaux sont en train de mourir sans que nous ayons le simple courage de dénoncer.

Pourtant hier encore il y avait plusieurs milliers d’écologistes et d’environnementalistes qui prétendaient défendre l’environnement et où sont-ils aujourd’hui pour dire non seulement que les produits désinfectants ne protègent pas contre le virus et qu’ils sont très toxiques pour des centaines de millions d’insectes, d’oiseaux et autres qui sont en train de mourir.

Évidemment, comme je le dis souvent et un peu trop même, l’Occident c’est un tout-système car tout est inter relié dans cette réalité occidentale. On appelle cela du consensus. Personne n’élève la voix pour dénoncer car nous sommes en mesures de guerres et puisqu’il y a guerre, que les droits des peuples soient violés ou bafoués on s’en fout pas mal. On se rappelle des Occupy Wall Street, on se rappelle de Greta Thunberg. Moi non plus. Les écolos sont morts et ils oublient leurs luttes et leurs mouvements.

Il y en a qui sont sur les grandes chaines d’informations continues et d’autres sont ministres ou tout simplement en train de planifier leurs prochains coups après le confinement. Mais dans l’ensemble ils font tous silence actuellement parce qu’ils ne défendaient pas l’environnement, ils défendaient leurs positions sociales, leurs cultures et leur civilisation.

D’ailleurs, on peut le constater que les pays du Sud qui n’utilisent pas des produits toxiques pour nettoyer chez eux parce qu’ils n’ont bien sûr pas d’argent sont devenus les principaux défenseurs de l’environnement et ils auront moins d’impacts négatifs sur l’environnement. Je me demande même pourquoi les pays pauvres et donc les pays du Sud ne commencent pas à planifier des mesures et des politiques qui viendraient forcer les grandes compagnies qui polluent l’environnement de payer d,avantage des droits pour traverser leurs espaces aériens. Les pays de la Caraïbe en particulier. Ils ont pu constater comment les températures sont devenues plus clémentes et qu’il y a également moins de perturbations dans l,atmosphère.

à suivre…

Hermann Cebert



Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Tags:,

%d blogueurs aiment cette page :