Comment comprendre les échecs des groupes d’opposition en Haiti: Reveille-toi, toi qui dors, texte écrit par Hermann Cebert


Lorsque l’on constate avec quelle facilité et quel silence les groupes de l’opposition se sont effacés de la scène politique en Haïti, on est obligé de se questionner sur la manière et surtout des différentes stratégies de construction et du développement des formes de leaderships que possèdent les politiciens haïtiens.

Si nous admettons que, la réussite d’un politicien dépend en grande partie de son leadership, de sa personnalité, de son intelligence d’adaptation et de ses capacités à transformer n’importe quelle situation en prétextes, en contextes et en opportunités ou avantages afin de faire évoluer ses idées, sa vision ou tout simplement, de s’approcher du pouvoir ou de le conquérir au final.

En revanche, nous devons nous rendre à l’évidence qu’aucun politicien haïtien ne possède ou ne semble développer un leadership approprié aux réalités politiques du pays voilà pourquoi, après chaque grosse crise qu’ils engendrent dans le pays, sans résultats tangibles bien sûr, les politiciens haïtiens ainsi que leurs mouvements tombent dans de profonds sommeils comme s’ils hibernaient dans leurs termites avec le seul espoir de voir le peuple en colère lorsqu’ils se sortiraient de leurs grottes.

Malheureusement, la très grande majorité des politiciens haïtiens, plus particulièrement ceux qui jonchent la scène politique du pays comme des fatras dans les rues du pays, ne cultivent aucun leadership d’engagement et de responsabilité si je peux le dire ainsi.

De même, on pourrait observer chez les politiciens actuels l’absence de conviction, de patriotisme et d’haïtianisme puisque ce qui les intéresse c’est d’avoir accès aux ambassades étrangères, d’avoir des relations avec les secteurs diplomatiques, plus particulièrement avec les anciennes puissances coloniales, et des affaires afin de profiter de la largesse de ces secteurs ou de faire profiter leurs proches et leurs amis dont quelques miettes financières et des visas.

C’est en tenant compte du modèle de leadership des politiciens haïtiens ainsi que leurs formes d’engagement que nous allons tenter de comprendre pourquoi les politiciens n’arrivent pas à réussir leurs rôles d’opposition face à des gouvernements et à des régimes autoritaires qui ne cessent de basculer le pays vers le sous-développement et la misère.

Cela étant dit, nous allons tenter de comprendre les échecs des groupes d’opposition en Haiti en essayant d’analyser leurs leaderships, leurs engagements ainsi que leurs relations avec ambassades accréditées en Haiti en vue de les aider à se redéfinir de nouveaux leaderships, de nouvelles convictions profondes ainsi que le respect qu’ils se doivent de développer auprès des organisations internationales, des pays étrangers ou des représentants de ceux-ci.

Voyons voire.

Permettez-moi mes chers lecteurs de développer cet texte en citant quelques citations de la bible étant donné que les politiciens haïtiens semblent tomber dans de profonds sommeils depuis le début du mois de décembre 2019 et surtout, suite aux rencontres que ces politiciens avaient eues avec les représentants des États-Unis et plusieurs représentants d’organisations internationales alors qu’ils avaient le soutien de la population haïtienne et du momentum de la situation politique et sociale du pays.

Plus d’un mois depuis le début de l’année 2020, également quelques jours seulement après les échéanciers que certains leaders de l’oppositions s’étaient donnés pour débarrasser le pays de Jovenel Moïse par la mise en place d’un gouvernement de salut public, tous les clignotants d’un changement de régime et de la reprise économique et politique du pays sont actuellement éteints parce que tous les politiciens dorment profondément et ils ne semblent pas comprendre de réveiller le peuple contre le président Jovenel Moïse.

Voici ce que nous dit la bible dans Éphésien 5: «… Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d’entre les morts… ». En effet, je dois le redire aux politiciens haïtiens qui dorment dans leurs grottes et dans leurs petits soulier.

Vous devez vous réveiller de votre sommeil et il est déjà trop tard pour rester coucher sur vos lauriers dans l’espoir que le peuple se révolte contre la violence et la misère que le régime de Jovenel impose actuellement dans le pays. Et le prophète vous exhorte dans Ésaie 26: … Que tes morts revivent! Que mes cadavres se relèvent! … Réveillez-vous et tressaillez de joie, habitants de la poussière! Car ta rosée est une rosée vivifiante, Et la terre redonnera le jour aux ombres.

Évidemment, cette même exhortation concerne également l’ensemble du peuple haïtien qui devient de plus en plus incapable de se prendre en main. Incapable de briser toutes les chaines de servitudes qui l’attachent à la misère et au sous-développement. Ce qui signifie, aujourd’hui, je le dis, en fait, c’est Esaie qui le dit tout haut à Haïti et à tous les haïtiens:«Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, Et la gloire de l’Éternel se lève sur toi» afin que personne ne prétendent ne pas l’avoir entendu. Oui, vous tous, peuple d’Haïti, levez-vous et marchez sur tous vos ennemis, vous à qui on impose la misère, la pauvreté, le kidnapping, la violence, les assassinats, la mendicité, le cannibalisme, les sacrifices humains.

Bien entendu, nous savons tous très bien que ce ne seront pas ces paroles bibliques qui vont pousser le peuple haïtien à se réveiller voire se révolter contre tout ce tout le monde s’entende pour dire et nomme comme les conditions d’existences les plus dégradantes. Voilà pourquoi ça prend beaucoup plus de vrais leaders politiques qui ont des visions, et qui savent qu’il faut agir pour mobiliser le peuple haïtien afin qu’il finisse par se prendre en main et prenant le contrôle de son destin et de sa destinée.

En effet, ce que Haïti a véritablement besoin ce sont de vrais leaders politiques, des hommes et des femmes qui embrassent des causes ce qui les permettent de se spécialiser dans ce qu’ils et qu’elles défendent. Mieux encore, en embrassant des causes sociales, économiques, politiques, écologiques ou culturelles, ils et elles peuvent développer non seulement des intérêts et des convictions qui leur permettront de ressentir de l’empathie pour tous ceux qui sont affectées par les conséquences de ce qu’ils dénoncent dans la société. Et l’on peut bien imaginer des militants, qui pourront devenir de vrais politiciens par qu,ils se seront construits leurs réputations sur les causes qu’ils ont défendus durant leurs jeunesses et durant toutes leurs vies comme activistes politiques et plus tard comme politicien.

Malheureusement, en Haïti les politiciens n’ont pas de passé ni de future parce qu’ils n’ont jamais milité ou défendu aucune cause. De ce fait, non seulement une fois qu’ils deviennent et agissent comme politiciens et chefs de Partis politiques, il s’accrochent à leur rôles de chefs dans leurs Partis,( les politiciens haïtiens fondent des partis politiques et ils se considèrent comme propriétaires de ces Partis politiques voilà pourquoi j’ai tendance à dire leurs Partis politiques dont ils rêvent de transmettre à leurs enfants, ou à leurs femmes ou à leurs amants ou maîtresses).

Or, comment pourrait-on s’attendre à ce qu’il se développe des cultures de leadership, de cultures démocratiques étant chefs de Partis à vie, de spécialistes dans un domaine ou secteurs de la vie sociale, économique et politique qui aurait pu les permettre de changer de carrière ou de continuer à défendre une cause après leurs vies actives en politique. Devant cette réalité de la politique haïtienne et de la carrière des hommes et des femmes politiques du pays, on a une tradition de mauvais politiciens avec une absence déconcertante de culture politique, de culture démocratique mais surtout un manque flagrant d’engagement, de conviction et de patriotisme de tous les politiciens haïtiens.

Par conséquent, à chaque fois que les politiciens haïtiens arrivent à lancer ou à engager des mouvements populaires auxquels le peuple participe et s’implique fortement ou non, ces mouvements s’essoufflent facilement jusqu’à perdre complètement leur raison d’être.

Bien sûr il y a toujours les jeux d’arrières scènes que font les ambassades et les délégations des organisations internationales cependant, c’est le modèle de leadership que les politiciens haïtiens ont qui est souvent responsable de leurs propres échecs et du coup, de la pauvreté qui gangrène l’ensemble du pays en maintenant la grande majorité des haïtiens dans la misère, dans la pauvreté et le sous-développement.

D’ailleurs, c’est parce que les ambassades, et les organisations internationales connaissent ce que sont véritablement les politiciens haïtiens qu’ils peuvent les manipuler comme ils veulent en les obligeant de faire ce que bon leur semble.

On a pu constater dernièrement cette réalité de ceux qui tirent les ficelles de la politique haïtienne surtout lorsque l’ambassadrice des État-Unis à Port-au-Prince avait fini de rencontrer les politiciens ( dont sénateurs, chefs de partis politiques, leaders communautaires, députés et responsables des médias) apparemment plus influents de la scène politique du pays, tout le mouvement s’est éteint parce que cette ambassadrice leur a imposé sa volonté après les avoir menacé de les dénoncer soit comme bénéficiaires de la générosité américaine, soit comme gais et homosexuels, soit comme possédant des visas américains ou ayant leurs enfants et leurs femmes aux États-unis.

à suivre…

Hermann Cebert



Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Tags:,

%d blogueurs aiment cette page :