Un autre et troisième lapin dans le chapeau de Jovenel Moïse pour former un gouvernement: toujours pas de nouveau gouvernement en Haiti


Crise politique Rien n’est encore certain pour le troisième gouvernement de Lapin (Publié le 2019-05-24 | Le Nouvelliste)

Plus de trois jours après la formation du troisième gouvernement de Jean-Michel Lapin, le Sénat n’a encore fixé aucune date pour la présentation de la politique générale du Premier ministre nommé. Jusqu’à ce vendredi 24 mai, le président du Sénat était en discussion avec les quatre sénateurs de l’opposition pour tenter de trouver une issue à la crise. À la Chambre des députés, la majorité s’active pour voter la politique générale de Lapin.

« Si j’étais à la place du président, je modifierais le gouvernement parce que je pense qu’on doit trouver une solution pour avancer… », a exhorté un sénateur proche du chef de l’État. « Je ne peux pas attendre indéfiniment, je suis actuellement en route pour mon département puisqu’au aucune date n’a été encore retenue pour la présentation de la politique générale du Premier ministre nommé », a fait savoir ce sénateur du grand Sud qui, généralement, s’aligne sur la position de Jovenel Moïse.

Beaucoup de rencontres ont eu lieu entre les sénateurs pour trouver une entente sur le processus de la ratification, mais rien n’est encore certain, a-t-il dit. Ce parlementaire, qui requiert l’anonymat, croit que le Sénat devrait éviter le spectacle hideux offert à la population le mardi 14 mai dernier lors de la deuxième tentative de présentation de la politique générale de Lapin.

De leur côté, les quatre sénateurs de l’opposition maintiennent leur position à savoir : la « présentation au Sénat  d’un cabinet ministériel complet et sans cumul de postes ; le « retrait du cabinet ministériel des ministres ayant fait partie du gouvernement de Jean-Henry Céant », la « mise à la disposition du groupe des 4 des dossiers de tous les ministres pour un minutieux examen » et, enfin, la « convocation d’urgence d’une Conférence des présidents à l’extraordinaire pour statuer sur le comportement belliqueux du sénateur Joseph Lambert à l’égard de leur collègue Ricard Pierre lors de la séance du 14 mai 2019.

« Au moment où je vous parle, nous sommes en discussion avec le président du Sénat qui est embarrassé par la décision de Jovenel Moïse de former un troisième gouvernement qui ne prend pas en compte nos revendications », a fait savoir vendredi au Nouvelliste le sénateur Evalière Beauplan.

Selon le parlementaire opposant au pouvoir en place, le président du Sénat, Carl Murat Cantave, a toujours souhaité trouver une sortie de crise avec le groupe des 4 sénateurs, mais la décision du chef de l’État a compliqué la situation. Evalière Beauplan a souligné qu’ils sont pour le dialogue. « Mais nous posons des conditions pour dialoguer », a-t-il dit.

Dans l’autre branche du Parlement, les députés proches du pouvoir s’activent pour voter la politique générale du Premier ministre. « Le bloc majoritaire à la Chambre des députés a déjà rencontré le Premier ministre, on attend la présentation de sa politique générale… Mais je peux vous dire qu’à 80% nous sommes prêts à voter son énoncé de politique générale », a fait savoir vendredi au Nouvelliste le député Alfrédo Antoine, membre du bloc majoritaire qui supporte le pouvoir.

« Au moment où je vous parle, nous avons besoin de 92 gourdes pour un dollar, il y a l’insécurité… Il nous faut un gouvernement légitime pour aborder ces problèmes. Nous ne pouvons pas jouer avec le pays », a avancé le député Antoine.

L’élu de Kenscoff a souligné que d’ici mardi de la semaine prochaine au plus tard le rapport de la commission spéciale qui analyse les dossiers des membres du gouvernement sera prêt. « À partir de là, la majorité écrira au président Gary Bodeau pour lui demander de fixer une date pour la séance de la présentation de la politique générale du Premier ministre », a-t-il annoncé.

Interrogé sur ceux qui pensent que la Chambre des députés ne devrait pas tenir de séance sur la présentation de la politique générale avant la fin du processus au Sénat, le député Alfrédo Antoine a indiqué qu’il n’y a aucune disposition légale qui empêche la Chambre des députés de recevoir le Premier ministre nommé. « Puisque la loi ne l’interdit pas, nous allons le faire », a-t-il soutenu.

Plus de deux mois après le vote de la motion de censure contre le gouvernement de Jean-Henry Céant, le président de la République n’arrive toujours pas à former un gouvernement qui obtienne la bénédiction du Parlement. Après deux tentatives de présentation de la politique générale du Premier ministre nommé Jean-Michel Lapin au Sénat, le cabinet ministériel a subi des modifications pour la troisième fois consécutive.

Sans gouvernement ni budget depuis plus de deux mois, le président de la République ne fait que constater la dégradation du climat socio-économique du pays. En conférence de presse ce mercredi, le secrétaire d’État à la Communication a tenté de dédouaner Jovenel Moïse. Selon Eddy Jackson Alexis, le chef de l’État et le Premier ministre nommé ont formé le gouvernement de concert avec plusieurs partis politiques.

Reprenant les propos de Jovenel Moïse, le secrétaire d’État à la Communication a déclaré «que personne ne doit prendre le pays en otage pour quelle que soit la raison». Il a appelé les parlementaires à faire preuve de bonne volonté pour doter au plus vite le pays d’un gouvernement qui, a-t-il dit, aura à aborder les problèmes relatifs à l’insécurité, à la situation économique actuelle, entre autres.

Robenson Geffrard

Auteur

Publicités


Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Tags:,

%d blogueurs aiment cette page :