Je pose ma candidature: Émile Coderre, Jean Narrache* (1961)


J’commence à m’tanner d’me fair’dire :

   « Pourquoi c’est qu’t’es pas député ? »

   J’sais si ben qu’pour me faire élire

   J’ai pas besoin d’êtr’ben futé.

 

   Il faut un’cart’de compétence

   Mêm’pour être un simple ouvrier,

   Mais ça prend aucun’connaissance

   Pour s’mettre à politicailler. 

 

   Faudra que j’gagne à la barbotte

   Vu qu’faut du whiskey puis d’l’argent

   Pour pouvoir m’ach’ter assez d’votes ;

   Des cabaleurs, c’est exigeant. 

 

   Comm’de raison, faut êtr’pratique ;

   Ach’ter trop d’votes, c’est un défaut,

   Vu qu’l’économie politique

   C’est d’pas ach’ter plus d’votes qu’il faut. 

 

   Un’ fois élu, j’m’la coul’rai douce

   Comme tout bon membr’du parlement.

   J’m’éreint’rai à m’tourner les pouces

   Pour supporter l’gouvernement. 

 

   J’vous promets que j’resterai tranquille

   Puis qu’j’aurai jamais d’opinion.

   À quoi ça sert de s’fair’ d’la bile

   Au lieu d’s’occuper d’ses oignons ?

 

   J’s’rai pas d’ces zélés qui s’débattent

   En disant qu’ils font leur devoir.

   Moi, j’promets d’rester à quatr’pattes

   Devant ceux qui sont au pouvoir. […]

                      Jean Narrache* (1961)

Tiré de : Émile Coderre, J’parle tout seul quand Jean Narrache, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1961, p. 117-118.

https://poesiesquebecoisesoubliees.blogspot.com/2018/09/je-pose-ma-candidature.html?spref=fb

Publicités


Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Tags:, ,

%d blogueurs aiment cette page :