Les dernières options de Jovenel Moïse: Le choix d’un premier ministre et d’un gouvernement rassembleur, légitime, un quartet paritaire et de compromis avec tous les acteurs politique, économique et social


Tandis que Jovenel Moïse veut imposer un gouvernement de yesterday avec les anciens ministres qui ont été tous décriés par la population pour leurs inefficacités, le vol, le gaspillage sous la  du gouverne de Jacques-Guy Lafontant, malins seraient ceux qui croient que Jovenel Moïse dispose encore de tous les atouts pour imposer à la société haïtienne un autre premier ministre tiré de son chapeau de magicien comme il l’avait fait lors du choix de son tout premier Premier ministre.

Ce n’est donc pas un hasard qu’il décide finalement de choisir Jean-Henri Céant, un candidat malheureux des dernières élections présidentielles avec moins de 1% des votes, comme son prochain poulain ou plutôt comme son bouc-émissaire pour faire passer le temps jusqu’à ce que la chambre des députés se retrouve en vacance très prolongée selon ce qui se trame dans les coulisses du pouvoir en Haïti.

En choisissant Jean-Henri Céant comme nouveau Premier Ministre ou du moins, comme premier ministre désigné, Jovenel Moïse essaye de sauver ce qui peut ou pourrait être encore sauver de son régime bien que dans les faits, ce qui se prépare actuellement dans le pays c’est une véritable révolte populaire compte tenu que rien n’a été fait pour soulager la misère dans laquelle végète le peuple haïtien.

Bien entendu, comme l’avaient, avant lui, fait, Joseph Michel Martelly et Jocelerme Privert, tout indique que le président entend diriger le pays par décret en faisant en sorte que le parlement tombe dont la Chambre des députés tombe en vacance et du coup continuer à diriger par décret avec tous ses petits amis du gouvernement démissionnaire de Jacques Guy Lafontant pour liquider les affaires courantes. Un vrai trou de gaspillage sans fond puisque les ministres démissionnaires auraient plus de temps pour vider définitivement tous les fonds publics.

En effet, selon plusieurs personnes et conseillers du président, Jovenel Moïse veut et continue de vouloir la fermeture du parlement avec lequel il ne veut plus diriger le pays c’est pour cela qu’il y avait des rumeurs pro-gouvernementales qui souhaitaient faire brûler le parlement dans le but d’élargir les pouvoirs du président Jovenel Moïse et de tout son régime. Et toujours selon cette même rumeur, plusieurs gros commerçants de la bourgeoisie haïtienne étaient en accord avec le pouvoir en place pour supporter le régime contre les manifestants qui se seraient opposés au régime de Jovenel Moïse.

De même, il est bruit également que l’insurrection civile du 6 au 8 juillet 2018 étaient un vrai coup d’État monté de toute pièce par le régime de Jovenel Moïse avec les implications de tous les ministres du gouvernement et du président ainsi que des familles les plus riches du pays. Leurs objectifs étaient de décréter un État d’urgence dans tous le pays puisque plusieurs auraient pour mission ce jour-là de brûler le parlement, attaquer des commerces, des hôtels en vue de créer le chaos dans le pays.

D’un autre côté la police nationale aurait pour mission de tirer sur le peuple pour créer un climat de peur et d’extrême violence dans le pays. Ainsi, Jovenel et son Premier Ministre ainsi que tous les ministres et officiels du gouvernement se seraient accaparer définitivement de tous les pouvoirs en devenant un Président à vie comme ce fut le cas pour les Duvalier Père et fils François Duvalier et Jean-Claude Duvalier. Heureusement que la direction de la police nationale n’avait pas pris au sérieux les menaces du pouvoir et du régime de Jovenel Moïse. Sinon cela aurait été un terrible massacre de tous les militants politiques et des droits de l’homme dans le pays.

Avec le recul de son budget 2017-2018 que la FMI lui avait dicté ainsi que son retrait de la hausse des prix des produits pétroliers qui a forcé les masses populaires vers une première insurrection populaire. Le régime de Jovenel Moïse se doit désormais de faire les compromis nécessaires pour d’une part, prendre les bonnes décisions en ce qui a trait avec le choix d’un premier ministre qui devra faire l’unanimité au sein de la classe politique et économique et sociale. Et, d’autre part, il ne pourra pas non plus se permettre d’offrir du yesterday ministériel, c’est-à-dire un plat de gouvernement composé de ministres réchauffés et qui n’ont jamais été efficace et efficients dans leurs fonctions.

Bref, le président se doit d’offrir au pays un gouvernement composé d’autant de femmes que d’hommes, d’autant de noirs que de mulâtres, d’autant de vieux que de jeunes c’est-à-dire,  de nouveaux ministres qui représentent une nouvelle vision du régime et qui sont capables de poser les fondements de la construction et de la création de richesse dans le pays. Quant aux anciens ministres du gouvernement de Jacques-Guy Lafontant et Céant et Jovenel, les deux nouveaux compères, devraient se limiter à ne pas les faire revenir sous aucun prétexte pour ne pas réveiller la colère du peuple avant l’heure. Il n’y a aucune place pour de la nourriture réchauffée ou du yesterday comme le veulent certaines rumeurs proches du pouvoir.

D’ailleurs, avec la situation explosive qui se dégrade dans le pays où les bourgeois se livrent à une vraie guerre de clans et surtout avec une population haïtienne de plus en plus affamée à cause des prix exorbitants de tous les produits de premières nécessités sans un gouvernement de très larges consensus le climat politique ira en se dégradant davantage et cette fois là le pillage et le déchouquage pourrait s’étendre sur l’ensemble du territaoire puisque c’est plus de 80% de la population qui se trouvent dans l’extrême pauvreté.

Évidemment, si Henri Céant se reconnait dans le secteur démocratique et populaire, il devait faire le choix de choisir tous les prochains ministre des groupes de cette opposition piégeant ainsi à la fois le président Jovenel Moïse qui ne serait pas vraiment en mesure de contrôler le prochain gouvernement et également le groupe de parlementaires proches du pouvoir et qui sont toujours prêts à vendre leurs votes aux plus offrants. Mais, une idée pareille ne peut pas effleurer l’esprit de Henri Céant puisqu’il semble déjà s’accrocher au pouvoir étant donné qu’il n’a rien dit comme une certaine objection à son choix par le président.

Enfin, il faudra admettre avec nous qu’il n’y a rien qui pourra sortir de ce prochain gouvernement et le peuple doit se préparer à lutter encore plus pour pouvoir arracher définitivement le pouvoir de ces voleurs bandits légal narco trafiquants et de pilleurs des fonds petro caribe. Il n’y aura pas encore d’accusation ni de jugements pour ces criminels du pouvoir des tête callées, michel martelly sweet micky- jovenel moïse.

Peuple Haïtien réveillez-vous l’heure est sonnée pour imposer votre volonté et prendre définitivement le pouvoir de votre destin et de votre destinées.

à suivre…

Hermann Cebert

Publicités