L’évangile des derniers versets: que ma volonté soit loi!


Vous peuples de la terre, riches et pauvres, hommes, femmes et enfants, vous les animaux de la terre, vous qui vivez avec les humains et en toute liberté, vous  arbres de la terre, roches, terres, air, eau et feux de la terre entendez-vous ma voix, écoutez-vous mes paroles car je tiens à vous parler.

Préparez-vous peuples, animaux et matière végétale de la terre votre monde est en train de changer devant vous et sous vos pieds. Sécurisez vos habitations, rassemblez chez vous toutes nourritures bien préparées et prêtes à manger. Approvisionnez chez vous tout ce qui pourra être utile à tous les membres de votre famille car ils en auront besoin pour les jours à venir.

Que tous ceux qui ont péché demandent pardon, que tous ceux à qui on demande pardon pardonnent car il est écrit à votre sujet, tous que vous êtes vous avez obligation de pardonner et de recevoir les excuses de ceux qui vous ont offensé. Ma parole est loi.

Que ma parole soit loi parmi vous, elle vous est parvenue comme elle a été dictée. ma parole est loi et mes actes doivent compter parmi mes avertissements à vous tous et pour vous tous qui êtes habitants de la terre. Ma parole est votre loi.

Avez vous vu les différents signes de ce que sera votre demain, notez les à chaque fois et comptez les jusqu’au millième car ils seront si nombreux et ils arriveront si vite que vous les oublierez aussitôt vécus. Des êtres de très loin arriveront bientôt et ils vous raconteront de toutes sortes de choses puis ils poursuivront leurs chemins car il est écrit à leur sujet.

Voici que le temps est exceptionnel, comme il en arrive de ces temps à chaque période dans la vie des hommes et des femmes. Le ciel est beau, les arbres fleurissent, les herbes sont vertes et les récoltes abondantes.

Les hommes, les femmes, les enfants et les vieillards sont tous heureux et semblent jouir de la grande paix sur la terre. Chacun en avait pour satisfaire ses propres besoins car tous avaient travaillé depuis plusieurs récoltes de bananes et de pommes.

Les hommes étaient tous en fête, du début jusqu’à la fin des jours du calendrier humain. Les ennemis sont devenus des amis, les catastrophes d’hier ont rapproché les voisins. Chacun est devenu tolérant et tout le monde peut critiquer tout le monde.

Alors, dans cette folle joie et dans l’oubli qui avait atteint les peuples et de tous les habitants de la terre, juste au moment du coucher du soleil, la révolte sera éclatée. Personne ne pouvait se douter du passage de la grande lumière ni de la grande pluie qui allait inonder toute l’étendue de la terre afin de la laver et de la purifier de nos tâches et de nos crimes.

Ceux qui en avaient des fusils, des couteaux et des poignards ont pris les rues, et, tous ensembles, les peuples criaient dans les rues et dans les assemblées. De leur bouches sortiront du sang et du feu plus rouge et plus violente qu’on en a jamais vu auparavant.

Tandis brûlaient les villes et les foyers de partout laissant joncher des milliers de cadavres et des orphelins très nombreux parmi les jeunes et parmi les peuples. Alors que ces cadavres constituaient de véritables festins pour tous les animaux sauvages.

Les oiseaux, les chats errants et les chiens errants mangeaient et devenaient de plus en plus gros tandis les animaux que certains en avaient chez eux se retrouvaient tous en liberté dans la nature en semant de grandes terreurs parmi les humains.

Des forces armées et des puissants tombaient comme des flocons de neige et disparaissent aussitôt tombés sur des terres chaudes car des hommes et des femmes venus d’un monde nouvel crachaient sur eux leurs feux sacrés.

La violence et les flammes des violences qui sont crachées détruisaient tout sur leur passage et se trouvant dans leur trajectoire. Des récoltes et des productions sont dévastées et, la famine ravage des populations opulentes des temps passés. Plusieurs humains s’en prenaient à même des animaux qu’ils avaient pour animaux de compagnie et ils se mangeaient les uns les autres. Les humains mangeaient des bêtes et des bêtes mangeaient des humains.

Publicités