L’ex premier Ministre Laurent Salvador Lamothe vivrait-il dans la peur depuis sa démission du gouvernement de Joseph Michel Martelly? (partie 2)


Le philosophe éveillé

Pour tous ceux qui ne le savaient pas, l’ancien premier ministre Laurent Salvador Lamothe était à Montréal en date du 30 juin 2017 où il en a profité pour rencontrer la communauté haïtienne à travers un échantillon de 70 personnes au local de la perle Retrouvée située au coin du boulevard Crémazie et 20ième avenue.

Au cours de cette rencontre avec les personnes présentes, l’ex premier ministre du régime de Joseph Michel Martelly en a profité pour présenter les objections et les réalisations de sa fondation qui porte le nom de son père Louis G Lamothe et également, il en a profité pour faire le bilan de son gouvernement qui n’a duré que 31 mois.

Toutefois, dans l’esprit de l’assistance tout était semblait évident que l’ex meilleur ami de Joseph Michel Martelly était en campagne électorale puisque durant ces deux heures de cette rencontre, Laurent en a surtout parlé de lui-même,  de ces réalisations et des réalisations de sa fondation.

Néanmoins en écoutant ce prétendu candidat malheureux nous avions vu un homme seul narcissique par défaut puisqu’il semblait montrer un grand intérêt pour les selfies, et entouré de plusieurs flatteurs,  qui est en train de poursuivre un rêve celui de devenir président de Haïti un jour.

Il y avait les caméramans engagés pour tout filmer et qui se sont montrés extrêmement avares de belles images que j’imagine devant servir à construire l’image présidentielle que Laurent Lamothe voudra à l’avenir se donner lors des prochaines joutes électorales et présidentielles de 2021 et 2022. J’espère simplement qu’ils feront attention à la manière qu’ils vont utiliser ces images car ils pourront se faire trainer en procès s’ils entendent utiliser ces images pour faire de la publicité pour Laurent Lamothe. À bon entendeur, salut.

Dans notre premier texte qui traite de la peur qui aurait envahi Laurent Salvador Lamothe et qui est une partie de notre introduction, nous avions mis en perspective l’une des causes probables d’une certaine peur qui accompagnerait Laurent Lamothe depuis sa démission du poste de premier Ministre du gouvernement de Joseph Michel Martelly.

À ce propos, nous avions trouvé dans le discours de Laurent Lamothe certaines omissions, certains non dits qui nous permettent d’associer le démantèlement du réseau des kidnappeurs qui était piloté par Clifford Brandt suite au kidnapping des enfants de Moscoso. Certains diraient que l’arrestation de Clifford Brandt concerne seulement une seule famille riche d’Haïti et par conséquent, cette seule famille ne pourrait constituer une trop grande menace pour Laurent Salvador Lamothe d’autant plus qu’il s’agissait d’un simple individu et que la famille Brandt pouvait se passer facilement de l’un de leurs membres.

Malheureusement, les choses ne se passent pas comme ça en Haïti car les familles extrêmement riches d’Haïti ne sont pas actuellement tous des créoles d’Haïti, c’est-à-dire, qu’elles ne sont pas tous vieilles de la période coloniale. Ce sont plutôt  des juifs, des arabes, des européens, des canadiens et des américains.

Or, qui dit juifs et arabes dit également traditions religieuses de ces communautés. Plus encore, ces familles pour la grande majorité qui sont tous arrivées avec la peau de leurs fesses sont ambitieuses et s’enrichir le plus vite possible par l’exploitation abusive est dans leurs gênes.

De même, à cause de leurs religions, ces juifs et ces arabes développent une communautarisme extrêmement fermé et replié sur eux-mêmes en ce sens, qu’ils ne se sont jamais mêlés aux personnes noires d’Haïti quitte à s’accoupler entre eux donnant ainsi au sein de ces communautés plusieurs cas de consanguinité et de nombreux handicapés.

Autrement dit, les quelques familles riches d’Haïti et qui contrôlent quasiment plus de 95% de l’économie d’Haïti sont unies dans leurs systèmes et par leurs mécanismes d’exploitation servile du pays. De ce fait, lorsque l’un d’entre eux subit un contre coup c’est tout le reste de ces privilégiés de la société haïtienne qui se met ensemble pour tuer, assassiner, piller et dévorer car ce sont ces familles qui refusent qu’il y ait une bien meilleure répartition de richesses et de privilèges dans le pays.

De l’autre côté de cette même classe économique dominante que sont les juifs et les arabes, il y a également les européens et les américains qui à leur tour, lorsqu’ils sont menacés, ils font appel à  leurs pays d’origine, à leurs ambassades afin que celles-ci mettent à leur disposition des groupes de mercenaires qui se chargent de liquider, d’assassiner, de faire disparaitre, de tuer tous ceux-là qui s’opposent à leurs intérêts. À ce niveau, dans la grande majorité des cas, ils vont faire appel à des assassins haïtiens, dominicains, jamaïcains, panaméens et portoricains.

À partir de cette structuration et de la juxtaposition des intérêts des groupes dominants dans la société haïtienne, on peut comprendre aisément ce que cela signifie s’attaquer à l’une de ces familles les plus riches dans le pays.

En s’attaquant à la famille des Brandt, en la personne de Clifford Brandt, surtout lorsque le régime de Martelly a été obligé, sous pression et selon les recommandations du service secret américain et de la CIA de procéder au démantèlement et surtout, à l’arrestation de Clifford Brandt comme le principal cerveau des réseaux de bandits qui semaient la terreur et la peur au sein de la population haïtienne, Laurent Salvador Lamothe était devenu l’ennemi des Brandt et surtout l’ennemi des cinq et des dix familles les plus riches du pays.

Par conséquent, et pour pouvoir revenir à notre lien entre les non dits et les omissions de Laurent Salvador Lamothe lorsqu’il parlait de l’affaire de l’arrestation de Clifford Brandt, le démantèlement du réseau de ces bandits légaux auquel indirectement ou non Joseph Michel Martelly appartenait, il avait coupé la branche sur laquelle il se tenait. Autrement, en arrêtant Clifford Brandt, Laurent Lamothe était devenu à la fois l’ennemi des familles riches d’Haïti et en même temps l’ennemi de Joseph Michel Martelly lui-même.

Du coup également, on peut comprendre que dès lors que Martelly ne pouvait plus calmer les rages et les colères de la bourgeoisie à laquelle il a toujours essayé d’appartenir en tant qu’opportuniste notoire, et cela pour pouvoir compléter son mandat de cinq ans, il s’était senti obliger de liquider son meilleur ami afin de sauver sa peau et la peau de sa propre famille.

À ce propos, on peut se rappeler de l’embolie pulmonaire qui a failli tuer Joseph Michel Martelly qui était un empoisonnement pure et simple par ces mêmes familles riches du pays.

Évidemment pour bien évaluer cette division entre Martelly et Laurent Lamothe et à la limite la peur qui s’est installé au sein de l’équipe du régime Martelly, il voir en arrière de cet faux conflit et de cette fausse séparation des ces deux hommes, la tergiversations et les manipulations que les membres de ces dix familles les plus riches du pays.

D’ailleurs, son pourrait imaginer ce qui serait advenu à Martelly s’il avait été conduit comme mon ami Simon Lebrun à l’Hôpital Mevs pour être traité pour son intoxication ou également comme plusieurs autres qui avaient été conduits à cet hôpital pour se faire soigner pour des malaises semblables Jean-Claude Duvalier, Michel Martelly, Juge Lamarre Bélizaire et qui sont tous morts.

D’une façon ou d’une autre, la bourgeoisie mulâtre, blanche, arabe et juive d’Haïti gère ses conflits et surtout la menace de ses intérêts par le vol, par le kidnapping, la contrefaçon, par le crime, par l’assassinat, par le meurtre, par le mensonge, par la violence, par le financement de cette violence, par la propagande, par la haine bref par la terreur telle qu’ils le font habituellement en Israël et en Palestine.

Laurent Lamothe va lui-même confirmer sont état de peur et la grande peur qui lui fait peur lorsqu’il nous expliquera les intérêts qui se cachent derrière les déchets qui continuent de joncher les rues du pays.

En effet, vous savez très bien et, je l’ai à plusieurs reprises expliqué et analysé sous tous ses angles, le problème des déchets à port-au prince, c’est à la fois un problème de refus des pouvoirs en place à impliquer les jeunes et la population dans la gestion des déchets et également une volonté de la bourgeoisie haïtienne parce que c’est une source intarissable de revenus et de gros sous.

En ce sens, que ce sont les familles riches qui profitent de cette insalubrité dans le pays puisque d’un côté ce sont elles qui approvisionnent le pays en matière non recyclables comme par exemple les bouteilles en plastiques et en pvc ainsi que des assiettes en styrofoam . Et c’est le cas pour les assiettes, les cuillères et les emballages des nourritures qui se vendent aux abords des rues du pays.

Ceci dit, Laurent Salvador Lamothe nous a expliqué comment il avait pris la décision d’interdire l’importation des assiettes en styrofoam dont les importations vers Haïti s’élevaient à plus de 35 millions par mois tout cela directement de la république Dominicaine pour environs 500 millions par an.

Toujours selon l’ex premier ministre, malgré tous ses avertissements concernant l’étalage de ces assiettes dans les rues ainsi que ses demandes expresses pour que les importateurs décident d’importer des assiettes recyclables qui se retrouvent par ailleurs à engorger les égouts, les importateurs continuaient de faire entrer dans le pays ces assiettes non recyclables.

Enfin de compte, son gouvernement avait pris la décision d’interdire définitivement l’importation de ces assiettes dans le pays. Ce qui avait créé un véritable froid entre le gouvernement haïtien et le gouvernement dominicain. Tout le monde peut se rappeler également de cette crise ainsi que la crise causée par le salami infecté par les matières fécales.

Or voilà que l’interdiction devenait légale, Laurent Lamothe nous a expliqué comment les importateurs des assiettes en styrofoam allaient utiliser des chaloupes pour faire entrer celles en utilisant le lac azeui. Il avait mis des drones pour les surveiller pour finalement admettre qu’il était impuissant à faire respecter la décision d’interdire l’importation de ces assiettes dans le pays.

En définitif, reliées ensemble, l’arrestation de Clifford Brandt comme chef de gang du réseau des kidnappeurs et des criminels qui sèment la terreur dans le pays et  dont l’ex premier ministre a été incapable de citer le nom durant toute sa présentation ainsi que l’affaire de ces importateurs des assiettes non recyclables et en styrofoam dont il a été également incapable de citer les noms, nous pouvons comprendre que le premier ministre Laurent Salvador Lamothe vit dans la peur de certaines familles riches dans le pays.

Ces familles qui contrôlent les richesses et les affaires dans le pays. Celles-ci l’ont divisé avec Michel Martelly, ce qui lui avait obligé de se démissionner de ses fonctions de premier ministre. Mieux encore, ces deux affaires nous expliquent le manque de communication, l’amateurisme, et l’absence de participation de la société dans le calendrier du gouvernement de Laurent Lamothe. Il a péché par fausse idéologie et cela a eu des impacts négatifs sur sa candidature mais également l’ensemble de son régime. Laurent Lamothe a oublié ou du moins il ne savait pas ou enfin, il ne sait toujours pas pour changer les choses ça lui prend le support de la population. Et également seul un système peut détruire ou remplacer un autre système.

à suivre…

Hermann Cebert

Publicités