Serait-on en train d’expérimenter un néo ou pseudo communisme en Haïti avec le gouvernement de Jovenel Moïse?


Depuis l’effondrement du communisme en 1989, depuis la mort du dernier dictateur cubain Fidel Castro jusqu’après la mort de son fils spirituel Hugo Chavez, je commençais à avoir la certitude que cette idéologie était définitivement morte dans les Caraïbes or, ce que je suis en train de constater actuellement en Haïti, c’est un néo communisme que les anciens membres du Parti Unifié des Communistes Haïtiens le PUCH, qui est en train de prendre forme dans le pays avec le gouvernement de Jovenel Moïse et de Guy-Jacques Lafontant surtout lorsque le président préfère gérer le salaire des travailleurs et les ouvriers de la SONAPI en guise d’encourager les patrons de ces usines à augmenter le salaire de ces travailleurs.

Évidemment, en tant que grand propriétaire foncier devenu président grâce à Joseph Michel Martelly le principal représentant de l’extrême droite politique et économique en Haïti, et vu que les intérêts de tous les membres du gouvernement se retrouvent du côté du patronat qui n’a aucun intérêt à ce que les augmentations soient accordées aux pauvres ouvriers haïtiens, alors, nous sommes obligés de qualifier les ingérences du gouvernement dans la question des augmentations des salaires comme étant du pseudo communisme du régime de Jovenel Moïse et de Guy-jacques Lafontant.

Néanmoins, sachant que nous ne disposons pas de toutes les informations en ce qui concerne les véritables intentions du gouvernement en matière d’idéologie et, compte tenu que toutes nos suggestions en matières de la liberté et d’initiatives citoyennes visant à la création d’entreprises individuelles garantissant les droits des citoyens à la propriété privée, nous devons reconnaitre le caractère communiste et dictatorial de l’ensemble des actions de ce gouvernement. Par ailleurs, nous reconnaissons nos limites également en terme du nombre de bourgeois haïtiens qui seraient adhérés à cette idéologie communiste ou pseudo communiste du régime de Jovenel Moïse.

Toutefois, certaines évidences semblent assez claires en ce qui concerne la vision rétrograde du gouvernement de Jovenel Moïse surtout lorsqu’il veut lui-même définir et gérer ce que les travailleurs doivent manger à chaque, quel bus et à quelle heure que les travailleurs doivent prendre ces bus pour aller travailler; sans oublier, lorsque c’est Jovenel moïse lui-même qui veut gérer les centrales syndicales à la place des travailleurs lorsqu’il a ordonné à des forces de polices de faire violence sur les travailleurs avec des dizaines d’espions et d’attachés qui enquêtent et qui surveillent les moindres gestes de ces pauvres travailleurs sur leurs lieux de travail.

Notons qu’ici, avec les menaces, les violations des droits reconnus par l’organisation international du Travail OIT en matière d’organisation syndicale et de la liberté d’association que doivent jouir les travailleurs, le régime de Jovenel Moïse nous rappelle très clairement la période des dictatures des deux Duvalier père et fils ainsi que le système de surveillance et de dénonciation qui existait sous les dictatures de Ben Ali, de Fidel Castro, de Mobutu. Le gouvernement ne peut plus garantir les droits de grèves et de liberté d’association des pauvres travailleurs haïtiens qui gagnent seulement moins de 20.00$ par jour pour des journées de travail de 10 à 12h par jour.

Et puis, en ce qui concerne les augmentations que réclament ces travailleurs, tout le monde devait être du côté de ces travailleurs qui sont nos mères, nos pères, nos frères et sœurs, cousins et cousines. Ici au Canada, en Ontario le gouvernement de cette province canadienne a déjà annoncé que le salaire minimum sera en 2018 15.00$ par heure ce qui donnera au travailleur canadien pour sa journée de travail de 8h/jour de travail 120.00$. C’est une différence énorme entre ces deux gouvernements. En Haïti, Jovenel Moïse prend partie pour le patronat tandis que au Canada le gouvernement défend la dignité des travailleurs canadiens.

Par ailleurs, lorsque l’on considère l’ensemble des retards accumulés dans les augmentations des salaires en Haïti, on peut se rendre compte facilement de toute la mécanique et des stratagèmes utilisées par les patronats haïtiens en corrompant les membres du conseil supérieur des salaires jusqu’à les empêcher de procéder à ces augmentations de salaires année après année.

Les patronats offrent de l’argent, des billets d’avion, des recommandations de visas auprès des grandes ambassades tout comme cela se fait également au sein de l’ONA, de l’OFATMA de telle sorte que les entreprises ne payent pas leurs justes parts et leurs justes contributions pour la couverture sociale en assurance et aux avantages sociaux de ces travailleurs.

Comme conséquence de cette corruption, nous avons des travailleurs qui ne sont pas rémunérés à temps et qui ne reçoivent pas non plus à temps toutes les différentes augmentations auxquelles ils droit.

Ainsi donc, pour bien comprendre la justesse et le bien fondé des demandes d’augmentation des travailleurs haïtiens, il faut garder à l’esprit que les patrons des entreprises ont tout fait pour empêcher aux conseil supérieur des salaires d’accorder les augmentations lorsque ce conseil avait toujours obligation d’accorder ces augmentations. Ces derniers ont trainé dans leurs obligations parce que tous avaient été corrompus par les patrons qui refusent toutes les formes d’augmentation de salaires dans le pays.

Et aujourd’hui, non seulement on devait accorder aux travailleurs les augmentations demandées mais mieux encore, on devait en ajouter davantage à ces demandes d’augmentation de ces salaires. Jovenel va placer lui-même de nouveaux membres à ce conseil qui est arrivé à terme de son mandat et tous ceux qui feront partie de ce conseil vont se faire corrompre également car ni le gouvernement, ni le pouvoir exécutif, ni le parlement ne peuvent résister au patronat haïtien. Enfin, lorsque le président se dit prêt à accorder certains services aux travailleurs en guise des augmentations de salaires qui sont du domaine de la loi et donc une prérogative constitutionnelle, il sait très bien de quel côté il se range contre les masses populaires et contre ces pauvres travailleurs.

Ce sont ces bourgeois et ces patrons qui se veulent communistes actuellement qui vont en profiter car n’importe quand ils pourront facilement éliminer ce qui semble être actuellement des avantages sociaux. C’est de la poudre aux yeux et nous devrions actuellement commencer à nous solidariser avec ces travailleurs qui subissent toutes les formes de violations de leurs propres droits. Il en est de même pour les jeunes étudiants qui manifestent partout dans le pays parce que les professeurs ne sont pas payés et que ces derniers sont déjà en grève.

Le gouvernement de Jovenel Moïse et de Guy-Jacques Lafontant savent qui ils défendent et tout le monde sait que ce n’est pas le peuple, ni les élèves, ni les professeurs, ni les personnes vulnérables de la société que le président, le premier ministre et les ministres sont en train de défendre. Ils défendent ceux-là qui les ont financé le patronat. Ils avaient même décaissé 100.000.000 gdes. 100 millions de gourdes pour la sécurité du président, et de ses ministres alors que pas un sous pour les personnes victimes des cinq semaines de inondation dans toutes les régions du pays.

À présent je crois que nous devons nous préparer à assumer nous-mêmes les hautes fonctions du pays et mettre ces imbéciles hors des affaires de l’État. Oui, nous devons enfin prendre le pouvoir afin que ce pays finisse par décoller dans la bonne direction pour le bonheur national de tous les haïtiens.

Est-ce que le peuple sera de notre côté, nous sommes plus que certains car nous sommes les seuls à pouvoir négocier les intérêts de tout un chacun selon les lois et les besoin du pays. Que tous ceux qui sont avec nous se préparent à nous supporter dans cette marche vers la grandeur de ce grand peuple et de cette grande nation que nous sommes depuis toujours.

à suivre…

Hermann Cebert



Catégories :Philosophie et Politique

%d blogueurs aiment cette page :