Publicités

Senator Emile St. Lôt and under UN secretary for those who forget our achievements and our role in the world


Chaque siècle est honoré par certains hommes qui ont contribué à écrire le cours de nombreux pays, y compris les leurs. Au tournant du XXe siècle, en 1904 pour être exact, Haïti a donné naissance à une seule de ses contributions à ce cercle.

Quand Emile Saint-Lot a tout d’abord pris la fièvre pour défendre son pays, il était tout sauf un garçon, témoin de première main l’invasion militaire par les Etats-Unis, qui occupaient Haïti entre 1915 et 1937. Il allait étudier et pratiquer le journalisme et Pour enseigner le droit, pour finalement devenir un sénateur et un juge civil en justice.

Son élection comme sénateur de l’Ouest le 19 juin 1946 est venu un an après avoir pris le rôle de premier ambassadeur des Nations Unies d’Haïti. Il a également servi comme membre du Conseil de sécurité, avec la tâche de voter sur l’indépendance des nations entières. Il lançait ce puissant vote pour des pays comme la Libye (dont il a présenté un discours passionné devant l’ONU en 1957), en Somalie et en Israël.

En novembre 46, Saint-Lot est signataire de la constitution haïtienne. Il suivrait cela en agissant à la place de la Déclaration des droits de l’homme avec la Première Dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt à Paris, en France. Son travail le verrait écrire les constitutions pour beaucoup d’autres nations jeunes.

Décrit comme un gardien des droits de l’homme et un défenseur de l’éducation, Saint-Lot, aussi agronome, comme quelques autres héros haïtiens, croyait que le partage était un état naturel d’être vivant. Son travail pour donner vie à l’avenir de tant de nations, y compris le sien, est sans doute sa contribution considérable.

Haïti est devenu un endroit sûr, et une maison éventuelle, pour beaucoup de Juifs qui ont fui l’Europe pendant le règne nazi de terreur. Alors que d’autres nations les renvoyaient, le pays des Caraïbes, également victime de crimes par la puissance allemande, a essentiellement sauvé la vie de près de 300 Juifs. Ceux qui espéraient entrer aux États-Unis recevaient des affidavits, mais il fallait attendre que leur nombre soit appelé. Certains ont pu assurer le passage à Haïti et y ont voyagé sur Visa pour rester jusqu’à ce qu’ils puissent entrer aux États-Unis.

Après des plans et des conseils sur la façon de survivre dans les tropiques, ils ont finalement appris à s’installer dans la vie haïtienne. La plupart se sont retrouvés dans la classe moyenne et les enfants ont été scolarisés et rapidement appris le français. Il y avait une communauté en plein essor se développant parmi les Juifs qui arrivent et ils sont vite appelés «Autrichiens», comme la plupart ont été découverts pour être de l’Autriche.

Le Comité mixte juif de distribution (JDC), qui a apporté son aide aux Juifs, marque le début de l’aide «petite mais critique» d’Haïti en 1938. Le rôle initial était d’être un foyer temporaire pour ceux qui attendent d’entrer aux États-Unis , Cependant, certains sont restés. Ces Juifs ont reçu un soutien financier supplémentaire du CCR (Joint Relief Committee).

La véritable image de l’immigration des juifs en Haïti reste floue en raison des comptes variables de la procédure et des critères. Initialement, l’asile a été donné à ceux qui possédaient 100 $. Cela a ensuite changé à 1000 $ plus un permis. Mais il ya d’autres comptes de prix plus élevés, jusqu’à 5000 $. Si élevé que soit le coût payé pour entrer dans les années 70, il ne restait plus que 25% à vivre en Haïti, quels que soient les inconvénients économiques et la dureté de la politique.

Publicités
About Hermann H Cebert (994 Articles)
I am a citizen without Borders with simple and sincere ideas. Poet and philosopher for my hours of madness. I am old several centuries and I think that by ideas and thoughts the world can improve. I wait for nothing of anybody but I continue doing any good all around me. Force is a straw which the wind of intelligence takes in its please. My only wealth it is my intelligence which is superior to the average of people. I search neither glory nor honour and I am what I follow, me. There was only the only philosopher who is meconnu by more of one: it is always you.
%d blogueurs aiment cette page :