La nouvelle dictature par la perversion de la manipulation: les raisons pour lesquelles il faut réclamer le départ de Jocelerme Privert


J’aurais aimé trouvé un autre titre pour cet article malheureusement j’ai finalement décidé de m’en tenir à celle-ci car, à la fois ce titre me permet de me manipuler  mais il me permet d’être aussi flou que je voudrais l’être pour pouvoir pousser chacun à se questionner sur la complexité des dernières les actions de la Cour de Cassation, ou du moins des juges de cette haute Cour de justice haïtienne.

Évidemment, par cette introduction, je ne laisse pas trop de place à mes lecteurs de saisir tous les angles sur lesquels je vais essayer d’aborder ce sujet. Non plus, je ne me laisse pas assez de marge de manœuvre pour faire dire à plus d’un ce qui devait nous paraitre comme inconcevable mais qui semble pourtant nous sonner vrai aux oreilles.

C’est donc de cette façon que j’entends trouver le meilleur couloir pour pouvoir faire passer mon opinion à travers notre confusion volontaire sur ce qui est néanmoins assez évident mais par nos jeux de refus et d’acceptation volontaire et involontaire qui nous pousse à prendre position mais alors même que nous vivons la réalité de la vérité évidente et véridique  de cette grande fausseté.

Quelle est donc cette vérité qui nous saute aux yeux mais que nous faisons exprès de ne pas reconnaitre? Voyons voir.

Je vous ai déjà parlé de la manipulation qui se fait de façon générale un peu partout et dans tous les aspects de notre vie et à des degrés divers. En politique, nous sommes toujours sujets à des manipulations par des amis, des ennemis, des partisans et des dirigeants.

Évidemment, au niveau de la politique internationale, c’est la grande jungle où tout le monde se croit plus intelligent que tout le monde en mettant tout en œuvre pour forcer les autres et chacun de nous à suivre telle ou telle tendance.

On a vu comment le gouvernement américain avait monté de toute pièce des données qui leur permettait de prouver que Saddam Hussein possédait des armes de destructions massives alors que aujourd’hui encore personne n’a jamais trouvé aucune preuve de l’existence de cette arme de destruction massive.

Cependant au moment où le Général Colin Powell présentait par devant le conseil de Sécurité de l’ONU ses arguments et ses preuves que nous savons maintenant qu’ils étaient faux, la grande majorité de la presse internationale reconnaissaient ces arguments et ses preuves comme étant très solides à tel point que l’on considérait les oppositions du gouvernement de la France et du Canada beaucoup plus  la France de Dominique de Villepin  que le Canada de Jean-Chrétien comme une sorte de trahison des français contre les États-Unis.

Dans cette histoire qui a effondré l’Irak par l’assassinat de Saddam Hussein ainsi que la Libye, l’Afghanistan, la Syrie, le Yémen, la Tunisie et qui d’autres encore… tout le monde avait raison et tous les dirigeants de tous les pays, qu’ils étaient pour ou contre cette guerre et l’envahissement de l’Irak étaient des réalistes et ils avaient tous raison dans leurs positions respectives.

C’est la nature et l’expression même de la jungle des relations de pouvoirs et de puissances que les pays entretiennent entre eux. Du réalisme, de la prévention et de la logique. Pourquoi, chacun et tout le monde avait raison?

Les relations et les rapports internationaux sont des rapports et des relations d’intérêts qui cimentent les actions et les positions de chacun. Tout le reste c’est du détail auquel il ne faut jamais s’y accrocher étant donné que chaque détail est fragile et extrêmement flexible de part leur nature.

Le deuxième élément de la construction de mon argumentaire c’est l’expression de tout pouvoir. En effet, il n’existe aucun pouvoir concentré ou centralisé en un seul point donné et capable d’être identifié. Cependant, on reconnait très bien que les pouvoirs sont diffus et se retrouvent à tous les niveaux des structures qui l’expriment.

Delà à dire que le pouvoir c’est un ensemble de pouvoirs disséminés au travers des structures, des mécanismes, des zones multiples prenant le visage de toutes les chaines de production allant du plus simple au plus complexe de la hiérarchie organisationnelle qui forme le cercle fermé du pouvoir lui-même.

Étant donné que le pouvoir se définit comme la capacité à faire faire, à faire dire, à empêcher de faire et de dire dans l’intérêt de soi, il se dégage du pouvoir partout et il s’exprime en tout plus particulièrement à des endroits discrets et insoupçonnés.

Ainsi, le pouvoir peut s’exprimer dans le non pouvoir et dans l’absence de pouvoir. Il peut s’exprimer dans les apparences, dans la représentation, dans la présentation, dans les expressions et dans la fuite, dans la rage, la colère et le silence. Bref, le pouvoir est partout et il peut prendre toutes les formes et toutes les non formes existantes.

Parfois certains se croient plus malins que les autres décident vertement de se construire des alliances dans le but d’abattre ou de détruire ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis ou leurs adversaires. Ainsi en certaines occasions, ils gagne et arrivent même à vaincre.

Cependant compte tenu que toute alliance est circonstancielle donc éphémère par les intérêts qui la construisent, ces alliances tombent et des amis d’hier deviennent des ennemis d’aujourd’hui et de demain.

C’est en quelque sorte le sort qui est naturellement réservé à toute alliance quelque soit les pouvoirs de ceux qui les montent et également les causes, les objectifs et les contextes qui les donnent naissance.

Toute alliance est donc limitée dans le temps, dans l’espace et par les ambitions de ceux qui les construisent. Toute alliance est née pour se défaire.

Cela étant dit, on peut donc admettre que tout pouvoir créé ou construit à partir de n’importe quelle alliance est appelée à s’autodétruire car il est dans la nature même de ce pouvoir circonstanciel de ne plus être après avoir réalisé les objectifs de sa propre raison d’être.

Toutefois, il faut bien reconnaitre que les alliances produisent également certaines réalités dont les habitudes de faire ensemble qui donne naissance à certaines identités historiques capables de générer de nouvelles alliances.

Voilà pourquoi, il faut toujours se méfier des personnes et des groupes qui s’étaient préalablement alliés dans le passé parce qu’ils s’étaient développés une certaine confiance qui peuvent les maintenir soudés à cause des confiances mutuelles qu’ils pouvaient avoir développées ensemble.

Évidemment, Dieu merci que toutes les anciennes alliances ne se terminent pas toujours dans l’harmonie et qu’elles finissent bien souvent dans la discorde laissant souvent les amis d’hier dans une certaine hostilité réciproque.

Un exemple concret que nous avons actuellement est le cas du Royaume-Uni éternel allié des États-Unis qui a participé aux côtés des Européens à construire l’Union Européenne pour pouvoir se soustraire dernièrement avec le Brexit(British Exit).

Il semble avoir été évident que les Anglais ne pouvaient pas se permettre de se plier aux volontés des Allemands et des Français puisque ce sont tous peuples aux cultures conquérantes et dominatrices comme le sont également les Anglais.

De même, l’Union Européenne n’aurait pas pu non plus offrir à la Grande Bretagne toute la latitude égale à sa puissance qu’elle est capable de se donner elle-même ou en s’alliant avec les États-Unis qui a toujours permis aux anglais de profiter allègrement dans toutes les zones d’influence américaine.

En d’autres termes,  avec le Brexit, les anglais nous permettent de comprendre plusieurs aspects qui prédéfinissent le sort de toutes forme d’alliance mais également les divers comportements que peuvent avoir les membres de n’importe quelle alliance.

Et enfin cela nous permet de comprendre pourquoi il est nécessaire de procéder à l’éclatement de toutes formes d’alliances dans lesquelles nous ne sommes pas parties prenantes. C’est-à-dire, entrainer les membres de n’importe quelle alliance  à envisager et à développer de nouveaux intérêts plus importants que ceux développés avec les autres alliés et dans lesquels on y est pas membre afin de les arracher à leurs anciennes alliances.

En dépit de tout cela, comment reconnaitre et défaire les alliances inconnues lorsqu’on ne peut pas les identifier à cause du secret qui soude les membres de telles alliances? Aussi simple que cela puisse paraitre, la réponse est de toujours tester les alliés potentiels en développant continuellement de nouvelles alliances afin de savoir les diverses contrariétés qui empêchent un allié potentiel d’être disponible.

Survivre en société, donc la vie et l’existence, c’est une chaine continue d’alliances entre et avec son entourage et ses vis-à-vis qui sont continuellement en renouvellement.

Conséquemment, il faut toujours avoir l’esprit ouvert à rencontrer de nouvelles personnes pour pouvoir maintenir actualisé son registre d’alliances. À l’inverse, il faut également toujours être prêt à défaire toute alliance qui ne répond plus à ses objectifs, à ses intérêts et à ses but et objectifs. On appelle cela de l’intelligence d’adaptation et cette intelligence est l’une des intelligences les plus importantes chez les espèces.

Quel est donc à ce stade le principal lien entre les derniers agissements des membres de la Cour de Cassation d’Haïti et le fait d’exiger le départ de Jocelerme Privert?

Je ne répondrai pas finalement dans la formulation de mon hypothèse de cette question dans cet article parce que je décide de le développer dans un autre article intitulé Le syndrome du petit frère à qui les parents donnent souvent raison contre son grand frère.

Néanmoins je veux que mes lecteurs retiennent que bien souvent certaines personnes arrivent à s’entendre de façon indirecte alors qu’ils fomentent des projets et des plans extrêmement macabres.

C’est pour cette raison que nous devons croire que les membres de la Cour de Cassation par leurs actes de dénonciation de Jocelerme Privert participent dans un projet plus global visant à pousser les masses à défendre l’indéfendable Jocelerme Privert que j’ai considéré comme le plus dictatorial que François Duvalier n’aurait pu l’être à son époque.

La période était bien choisie par les membres de cette cour, crise humanitaire, désespoir de plus de 50% de la population du pays alors que ces derniers ont gardé leurs silence pendant plus de 8 mois tandis que tout le monde leur demandait de prendre position.

Privert les a tous acheté et nous saurons bientôt combien ils ont chacun reçu pour créer les conditions de cette nouvelle légitimité de ce dictateur. Un jour ils devront répondre par devant la justice haïtienne.

à suivre…

Hermann Cebert



Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

%d blogueurs aiment cette page :