Comment gérer ses adversaires et le respect de la vie en Haïti : à la recherche d’une certaine éthique dans la politique en Haïti


Habituellement, il est recommandé de bien coopérer avec ses partenaires et ses partisans pour faire avancer ses projets et ses idées. En théorie des jeux, on procède par des alliances stratégiques en vue d’éliminer un à un les principaux adversaires. Cependant c’est très jeune que nous apprenons à nos comment gagner par la collaboration et en équipe tout en les poussant pourtant à être individualistes.

Si nous considérons ces trois visions à l’intérieur d’une seule, nous pouvons facilement détecter certaines contradictions dans nos modèles d’éducations et d’enseignement de nos enfants qui de toute façon, devront eux-mêmes trouver leurs propres voies dans le grand labyrinthe que représente la vie sociale et les rapports humains dont chacun de nous est constamment exposé et confronté.

Nous y dégagerons donc, l’importance des amitiés, le respect des collaborateurs et la franchise des partenaires; de même nous y dégagerons de la stratégie, des tactiques nous conduisant à faire des alliances avec des gens et des personnes avec qui on a des intérêts ponctuels ou permanents en créant l’idée d’un adversaire ou d’un ennemi commun qui, une éliminé nous permettra d’aller vers le corps à corps avec l’ennemi ou l’adversaire de le plus coriace; enfin, il y a l’idée de l’apprentissage, de notre éducation par les autres, les professeurs et les anciens dans le but de nous affirmer, de prendre notre place et d’être exceptionnels tout en alliant d’autres êtres aussi exceptionnels que nous à nos projets et à nos ambitions.

En résumé, au cours de notre existence, nous ne serons pas toujours d’accord avec tout le monde. Certaines personnes que nous rencontrerons seront nos amis, nos adversaires ou nos ennemis cependant, pour l’un pou pour l’autre nous devons avoir beaucoup de respect pour eux car, c’est avec leurs aides et leurs critiques que nous nous sauront nous adapter en rendant les choses et les situations profitables pour nous. Et, ainsi,  tout en affirmant notre être véritable, nous devons nous allier avec d’autres en les protégeant à la fois contre eux-mêmes que contre nos propres furies qui tendent à nous aveugler principalement lorsqu’ils s’impliqueront à fond dans ce qu’ils ou que nous n’aurions été en mesure de trouver aucune sortie avantageuse pour nous.

Voilà en quelque sorte comment je voudrais aborder un problème d’éthique qui ronge actuellement les querelles politiques qui continuent de paralyser Haïti où personne ne semble avoir actuellement aucun moral pour faire de la politique dans le pays. D’ailleurs, c’est ce manque de respect pour les autres, pour ses adversaires qui cause tant de maux au pays.

Les crimes sont nombreux, les criminels continuent de courir les rues sans aucune crainte d’être arrêté ou d’être jugé par un tribunal. Et, le système judiciaire lui-même voire même que l’action publique se mettrait en branle pour mettre la mains sur ces chevaliers de la mort, il n’y a aucune garantie que les vrais coupables seront arrêtés et condamnés pour les différents crimes commis.

D’autant plus, dans un pays aussi appauvri qu’est Haïti actuellement où les policiers, les juges, et le personnel juridique sont mal payés, et où également le népotisme, la partisannerie, et le trafique d’influence sont les véritables causes de l’injustice et de l’immoralité prétendre trouver des gens au dessus de tout soupçon et neutre de toutes allégeance à l’une des idéologies dominantes du pays ce serait vraiment exceptionnel mais combien salutaire pour la reprise en main de ce grand pays et de ce grande nation d’Haïti.

Malgré le désespoir manifeste et l’irrespect que témoignent les politiciens les uns pour les autres et qui semblent nous pousser à être très pessimiste, nous voulons continuer d’exiger une certaine éthique politique dans le pays et plus particulièrement dans le domaine de la politique en Haïti.

En réclamant cette éthique politique de nos politiciens haïtiens, nous défendons le respect de la vie de nos frères et sœurs qui tombent tous les jours sous les balles assassines ce, qu’il s’agisse d’un policier, d’un fonctionnaire, d’une personne riche ou pauvre, d’un simple citoyen nous devons tout faire pour les protéger à la fois contre eux-mêmes que contre un petit groupe de bandits payés ou supportés par une frange ou un groupe social, politique ou économique dans le pays.

Trop de morts dans le pays et trop de criminalité dans le pays. Et, c’est à chaque fois que l’un de nos frères tombe c’est tout le pays qui perd un être exceptionnel qui aurait contribuer à l’amélioration de ci et de ça dans pays et pour le grand de toute notre peuple et de l’humanité. Nous devons respecter la vie de nos frères et sœurs.

à suivre…

Hermann Cebert

Publicités


Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Tags:,

%d blogueurs aiment cette page :