Au lendemain du 14 mai 2016, de l’incertitude vers l’éclatement social


Le philosophe éveillé

J’exprime
Dieu

Au tout début de la prise du pouvoir par les groupes Lavalas-macoute-duvaliériste de Jocelerme Privert mais piloté à distance par les ex présidents Jean-Bertrand Aristide et René Garcia Préval, j’avais fait ressortir les principales intentions qui animeraient le président provisoire du pays.

Malheureusement, et malgré mes diverses mises en garde contre ces intentions dictatoriales, les faits et la suite des événements me donnent pourtant raison puisque, nous n’avions pas eu d’élections dans le pays compte tenu que Jocelerme Privert a tout fait pour repousser les dates et du coup empêcher la stabilité du pays.

Tout cela nous a montré que les vieilles méthodes duvaliéristes continuent de donner les mêmes résultats et cela étant, c’est donc toute la classe politique haïtienne qui refuse de se renouveler et de développer de nouvelles approches pour la prise du pouvoir dans le pays.

Privert et son équipe n’ont pas su comprendre qu’il leur aurait été plus bénéfique d’investir leurs actions politiques actuelles pour des résultats futurs et qu’en essayant de tout obtenir maintenant, il a mis tous ses œufs dans le même panier d’échec. C’est cette manque de vision que je ne cesse de reprocher à ces politiciens pacotilles qui ne peuvent pas voir au delà de leurs nombrils.

Évidemment, personne ne peut leur conseiller les bonnes décisions à prendre puisqu’ils ne croient pas que les autres peuvent avoir des idées qu’ils ne peuvent avoir parce qu’ils sont trop collés sur leurs propres réalités mais surtout parce qu’ils cherchent toujours à tout contrôler de A à Z. Ce fut le cas pour tous les présidents du pays en passant par Jean Bertrand Aristide, René Garcia Préval jusqu’à Joseph Michel Martelly et de Jocelerme Privert.

Par ailleurs, lorsqu’on observe attentivement la scène politique haïtienne plus particulièrement le clan des Lavalas et celui de Martelly, on peut se rendre compte facilement pendant que les lavalassiens sont en train de se fixer de vrais objectifs, essayer de retrouver la confiance de la population compte tenu des diverses erreurs du passé et de la perte du pouvoir avec l’ascension de Martelly et de l’extrême droite au pouvoir dans le pays, Michel Martelly et Laurent Salvador Lamothe continuent de se préparer déjà pour les élections de 2021.

On a vu donc Michel Martelly dans les inondations du Cap Haïtien et du département du Nord, on l’a vu dans les problèmes des incendies de Hinche, de Jérémie et de Pétion-Ville tandis que de l’autre côté, Laurent Salvador Lamothe quant à lui qui s’est donné un parti Politique, ses interventions dans l’éducation dans quelques zones reculés et négligés du pays.

Tout cela c’est de l’investissement politique que les populations locales se souviendront tout naturellement et au moment opportun, ces deux hommes pourront facilement les récolter. Pendant ce temps, qu’auront fait les lavalassiens à part de se battre entre eux et tenter de frauder par toutes les façons voire également essayer de garder un pouvoir qui doit être provisoire selon les accords signés en date du 6 février.

Bien entendu, ces dictateurs de bas niveaux ne comprennent pas la dynamique politique du pays soit par aveuglement ou soit par absence d’intelligence purement et simplement. D’ailleurs, je me demande combien parmi eux comprennent qu’au lendemain du 14 mai 2016, le pouvoir de Privert va devenir automatiquement illégal et illégitime en terme de provision légale que l’accord lui avait donné étant donné que celle-ci avait été signé par un président légal.

Autrement dit, qu’au lendemain du 14 mai 2016, Haïti va entrer irrémédiablement  dans une grande période de l’incertitude qui pourrait le pousser vers l’éclatement social et politique.

Pire encore, si ce scénario tient la route et que la communauté internationale se met de la partie, on pourrait forcer le remplacement du gouvernement actuel par un autre provisoire qui pourrait être dirigé par le président de la Cour de Cassation avec de plus grandes arrogances des pro consuls en Haïti dont madame Honorat, Kenneth  Merten, l’actuel ambassadeur américain à Port-au-Prince, les représentants de L’OEA, du Canada, du Brésil, de l’Allemagne en faisant les deuxièmes tours contre la soi-disant gauche du pays. Or qui dit contre, dit également la perte du pouvoir définitivement par la gauche du pays.

Par conséquent, si tout se réalise et compte tenu que nous nous y approchons sans aucun doute, ce sera toute la gauche du pays qui va disparaitre au moins pour un certain temps dans le pays.

à suivre

Hermann Cebert



Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Tags:,

%d blogueurs aiment cette page :