Le parfum du désert du grand Nord


Le Nord c’est bien au Sud,

Le désert du grand Nord

Le parfum floral des neiges

La boisson enivrante du Sud

À l’Est le soleil se lève.

Le vent souffle Est-Ouest

Le soleil se couche à l’Ouest

Le vent se tourne Ouest-Est.

 

Le soleil s’en va, elle revient

Elle nous plonge dans l’ombre

Et les étoiles se réveillent

La lune nous illumine.

 

Le Nord pollue l’air

Le Sud se désertifie

La terre tourne sur elle

Même et autour du Soleil

 

La terre s’éloigne du soleil

Elle suit son infini chemin

Les saisons se transposent

Voici l’âge déjà de la terre.

 

Tu as peut-être tout compris,

Madame, un peu plus, encore

Un peu plus, ni orgueil, non

Plus la nuit ne réveille le jour.

 

Dire vrai, dire plus, encore…

Vraiment et véritablement

Je suis le chemin désertique

à travers les terres sablonneuses.

 

Awoussa, Awoussa, ces fleurs

On en trouve un peu, très peu

C’est le parfum du désert chaud

En voudras-tu, un jour par ici.

 

Dans cette nuit d’Orient

Ce parfum d’Arabie

Je t’offre cette attente chaude

Sous les cieux des tropiques.

 

Bientôt les îles arriveront au Nord

Sur les belles plages ensoleillées

Nous sablerons le cidre québécois

Et le ti-punch de Baie-Comeau.

 

C’est le tournant du destin,

Le Sud sera l’ancien Nord

Et les touristes viendront

Chercher le froid qu’ils fuyaient.

 

Hermann Cebert

 

 

 

 

Publicités


Catégories :Page d'accueil, Philosophie et Politique, Poésie et Société, Présidents des pays, Religion et Développement

Tags:

%d blogueurs aiment cette page :