Quels sont les enjeux et les intérêts derrière la mort de Jean-claude duvalier: Pour une thèse sur l’assassinat du dictateur peut tenir la route dans une analyse de compréhension des enjeux de la politique en Haïti


L’une des causes fondamentales de l’émergence des leaders populistes en Haïti c’est la multiplicité de Partis politiques dans le pays et dont les uns et autres ne représentent que leurs leaders et non les groupes et les classes sociales.

De plus, ces Partis Politiques qui se ressemblent avec les mêmes structures et les mêmes clientèles dépendent quasiment tous de l’aide externe et des ambassades étrangères accréditées dans le pays.

Sans programmes et de visions d’avenir, ces Partis politiques, si on peut les appeler des Partis Politiques, ont des chefs à vie et ne possèdent aucune racine au sein de la population nationale.

Globalement sur le plan idéologique, tous les Partis Politiques de Haïti prônent un régime totalitaire de gauche ou de droite avec des leaderships forts.

Néanmoins de façon relative, il existe deux courants idéologiques majeurs dans le pays, l’extrême droite duvaliériste-jeanclaudiste-blanco-mulâtre-appatride et également l’extrême gauche national-démocratie-social-communiste-lavalassien.

Autrement dit, Il y a apparemment deux grandes tendances politiques en Haïti avec un nombre infini de Partis Politiques qui ont du mal à se regrouper en coalition pour créer de blocs idéologiques définis dans le pays.

Par conséquent, aucun des Partis Politiques arrive à faire émerger deux grands leaders politiques capables de conduire le pays vers la stabilité pour son développement durable.

Danc un contexte pareil, à chaque élection, c’est toujours un individu, un populiste qui arrive en sauveur pour arracher le pouvoir aux groupements politiques traditionnels.

Ce fut le cas pour Daniel Fignolé, François Duvalier, Jean-Bertrand Aristide et Joseph Michel martelly car en somme, il faut reconnaitre qu,en arrière de tout cela c’est le peuple Haïtien qui vote habituellement en bloc.

Ce peuple vote pour ou contre un candidat donné, pour ou contre un groupe donné. Et, par conséquent, ce sont toujours les pires candidats populistes qui gagnent les élections dans le pays.

En fonction de cette réalité de la politique haïtienne, de cette cartographie de la position, de la place et de la représentation de chacun des acteurs et des groupes d’intérêts qui les catégorisent, on peut comprendre pourquoi et comment il est assez difficile d’arriver à un système politique qui puisse permettre au pays de se développer en dépit des intérêts divergeants que charie les différents acteurs politiques, économiques et socio-culturels à l’intérieur de Haïti.

Tenant compte de cette réalité de la scène politique haïtienne et, en fonction de la configuration des forces en présence, avec Joseph Michel martelly président  néoduvaliériste et néojeanclaudiste clairement affiché, que représente alors la mort de Jean-claude Duvalier dans le contexte de la candidature de Laurent Salvador Lamothe comme prochain candidat à la présidence de Haïti lors des prochaines joutes électorales de 2015, s’il y en aura véritablement compte tenu des allures actuelles?

Pour aborder cette question il faut retenir que Laurent salvaldor lamothe, l’actuel premier ministre du régime martelly dirige le pays en utilisant les fonds de l’État pour dans un but partisan et pour faire sa propre promotion en vue des prochaines élections.

Par ailleurs, depuis son arrivé au pouvoir il fait tout pour s,allier de tous les gens et de tous les groupes qui partagent son idéologie et sa vision du pouvoir c’est ainsi qu’il s’est fait accepter par le parlement en divisant sénateurs et députés; c’est ainsi qu’il a fait passer ses lacunes et ses pièces manquantes au parlement; c’est ainsi qu’il a pu faire passer ses budgets et contourner les votes du parlement; mais c’est également ainsi qu’il qu’il a pu créer et constituer ses groupes de députés proches du pouvoir sans oublier les alliances pour l’accord de El Rancho, celle avec Evans Paul dit K-Plim, Himler rébu, OPL de Sauveur Étienne etc… Cependant, malgré tout il n’a pas pu intégrer jean-claude duvalier dans son alliance de la droite et de son extrême droite puisque ce dernier a pu reprendre et inaugurer son Parti PUN.

À vrai dire, il faut reconnaitre que Laurent Lamothe et Michel Joseph Martelly n’ont pas pour objectif de constituer l’extrême droite politique du pays dans une vaste coalition mais, leurs objectifs c’est de constituer une grande alliance pour appuyer la candidature prochaine du Premier ministre laurent salvador lamothe.

Et, s’il était question de regrouper l’extrême droite, le président et le premier ministre auraient pu constituer un nouveau parti politique regroupant tous les partisans du régime incluant tous les conseillers, tous les partisans et tous les représentants de tous ceux qui adhèrent au régime en place à partir d’un congrès national et général de toutes les droites qui partagent les idéologies du régime au pouvoir.

Évidemment, tel n’est également pas l’objectif ni du président de la république ni donc de son premier ministre de rassembler toutes les droites. Or, malgré ce manque d’intérêt pour réunir et renforcer l’extrême droite à laquelle appartient le régime martelly-lamothe, le premier ministre laurent lamothe vise inconditionellement à prendre le pouvoir quitte à vendre son âme s’il en a une.

Cependant, et c’est là que se posait une embuche au rêve du premier ministre, c’est que la création ou le renouvellement du parti PUN de jean-claude duvalier allait diviser le vote de l’extrême droite et vu les différents sondages que s’est payé le premier ministre et qui lui ont révélé que le dictateur avait de plus en plus de sympatisans qui devenaient membres de son parti ce qui représentait donc une grave menace pour l’élection du premier ministre comme prochain président de la république ou du moins comme premier choix de l’extrême droite à laquelle il s’identifie.

En tant que politicien vorace, le premier ministre et tous ceux qui l’appuient ont vu de vrais dangers en la personne de jean-claude duvalier et plus particulièrement de son parti.

On peut penser à François Nicolas duvalier qui depuis le renouvellement du PUN a été plus ou moins écarté de la présidence par les proches de martelly et du premier ministre laurent lamothe d’autant plus qu’il s’était déjà désigné comme prochain candidat au sénat tout comme olivier martelly qui espère faire pareil.

Voilà en quelque sorte les véritables raisons qui ont poussé les criminels du régime à assassiner le dictateur jean-claude duvalier tout comme l,ancien juge qui investiguait sur la famille du président mort aussi de crise cardiaque.

à suivre…

Hermann  Cebert 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :