Publicités

Les 21 drapeaux du militantisme de Evans Paul dit K-Plim: Un modèle pour les jeunes


Je me souviens très bien de la première fois, dans les années 1984-84, lorsque j’ai rencontré Evans Paul bien connu aussi sous son nom d’artiste K-Plim ou encore KP comme Lilianne Pierre-Paul aime bien le nommer. J’étais très jeune, j’étudiais en Ébénisterie chez les frères Salésiens, École Nationale des Arts et Métiers (ÉNAM). À cette époque, Evans Paul était très populaire et tout les jeunes y voyaient en lui un activiste politique courageux, brave, intelligent, inspirant dont le militantisme paraissait infaillible et le nationalisme irréprochable.

C’était cette image de politicien nationaliste et intègre que que j’avais de Evans Paul et je croyais qu’il n’était même pas réel alors que je l’écoutait à Radio Cacique où il animait ses émissions. En fait, jusqu’à ma première rencontre avec lui, un après midi, aux environs de 5h00 pm, juste après notre prière quotidienne du soir à l’école.

Et puis, c’était l’improbable, l’ex-président Jean-Bertrand Aristide, à cette époque Titid, nous a dirigé, vers le côté de l’école, pour nous présenter Evans Paul. Je me souviens avoir demandé à Titid: C’est qui Evans Paul? Et, il répliqua, mais C’est K-Plim, Un grand homme politique, un grand Militant politique. Je me suis approché de Plim et lui a serré la main et c’était tout un honneur pour moi car, à la manière de n’importe quel jeune actuellement qui rencontre son idole favori.

Arrivé, une heure plus tard chez moi, je me suis vite empressé de rapporter cette rencontre à quelques uns de mes amis avec qui je discutait et m’impliquait déjà en politique. Il faut comprendre, que K-Plim était extrêmement recherché à cette époque à la fois pour ses opinions contre le régime de Jean-Claude Duvaier que pour ses oeuvres littéraires en créole très politisées.

Pour certains de mes amis, du fait avoir rencontré et serré la main de K-Plim, moi aussi, j’étais en danger et cette naïveté nous envahissait tous et, je me souviens plus particulièrement de l’un de mes meilleurs Amis, Guy Dorvil, Gand Militant et activiste politique, décédé il y a quelques années maintenant, qui me disait, il faut que l’on aille prier pour K-plim car s’il lui arrive quelque chose, les tontons macoutes vont me questionner et nous risquons de nous faire arrêter. Je crois que cette peur non justifiée de mes amis et moi était dûe, avec mes recules actuels, à la façon que je leur parlais de mon Idole de l’Époque, je veux parlé de K-Plim.

Evans Paul était pour moi un exemple vivant de conviction, de militantisme, de nationalisme, de leadership mais aussi, de courage, de détermination, de volonté et de persévérance. Il semblait savoir ce qu’il voulait: la démocratie, le progrès, le développement pour Haïti et tous les haïtiens. Pour cela, il avait toute mon admiration et j’essayait de ne jamais râté ses interviews alors même qu’on avait chez nous de la difficulté à avoir de l’électricité.

Après le départ de Jean-Claude Duvalier, le 7 Février 1986, mes convictions étaient renforcées et je commençais déjà à définir mes intérêts et mes engagements en politiques car d’un côté j’avais les implications de Jean-Bertrand Aristide et les encouragements qu’il nous faisait et de l’autre côté j’avais K-Plim, Manigat, René Théodor, Gérard Gourgue, Marc L Bazin, Victor Benoit, sans oublier les Mesieux, Turnep Delpé etc… J’étais dans une grande école de formation de conscience et mes professeurs étaient tous ces politiciens et également des journalistes comme Lilianne Pierre-Paul, Compère Filo, Serge Beaulieu poour ne citer que ceux-là. Vous ne pouvez pas imaginer comment et combien j’étais ouvert d’esprit pour développer mon nationalisme à travers tous ces intellectuels et ces hommes qui m’avaient précédés.

à suivre ….

Hermann Cebert

Publicités
About Hermann H Cebert (994 Articles)
I am a citizen without Borders with simple and sincere ideas. Poet and philosopher for my hours of madness. I am old several centuries and I think that by ideas and thoughts the world can improve. I wait for nothing of anybody but I continue doing any good all around me. Force is a straw which the wind of intelligence takes in its please. My only wealth it is my intelligence which is superior to the average of people. I search neither glory nor honour and I am what I follow, me. There was only the only philosopher who is meconnu by more of one: it is always you.
%d blogueurs aiment cette page :