La charte des valeurs québécoises ou La charte de la sectarisation du Québec par des valeurs divergentes et séparatistes


Français : La chef du Parti québécois, Pauline...

Français : La chef du Parti québécois, Pauline Marois. (Photo credit: Wikipedia)

Action Démocratique du Québec leader Mario Dumont

Action Démocratique du Québec leader Mario Dumont (Photo credit: Wikipedia)

Comparativement à l’instabilisation engendrée par les problèmes d’accomodement déraisonnable des années 2004-2007 initiés par la droite extrémiste du défunt Parti politique  ADQ de Mario Dumont, le Parti Québécois de Bernard Drainville et de Madame Pauline Marois vient d’engager le Québec sur la voie de l’éclatement ethnique, culturel et religieux avec son projet de la Charte des Valeurs québécoises.

S’il est vrai qu’il y a une volonté opportuniste et electoraliste des tenants de ce projet de charte, il demeure pourtant vrai que les conséquences de ce soi-disant projet de charte seront nombreuses et affecteront comme toujours de façon négative les groupes culturels visibles du Québec dont les femmes musulmanes, les noirs, les juifs, les asiatiques, les latinos américains etc. Le projet de cette charte aura des conséquences extrêmemt graves à court et surtout à long terme s’il arrive à s’implanter comme le veulent l’extrême droite du Parti Québécois.

De même si certains croient et associent l’idée de cette charte de valeurs québécoises à une nécessiteuse charte de laïcité québécoise ou également à une adhésion des communautés culturelles au projet de souveraineté et d’indépendance du Québec, j’espère que ces gens comprennent comme prémisse de leur conviction, qu’ils se trompent de façon tragique car il n’y a aucun lien véritable entre la charte des valeurs extrêmes droites du parti québécois et le projet de la laïcité ainsi que l’adhésion au projet de souveraineté et d’indépendance du Québec qui doit être un projet inclusif et participatif.

Ainsi donc, tout en m’opposant à cette farce électoraliste du PQ, je demeure convaincu et confiant en la nécessité de l’indépendance du Québec avec l’adhésion et la participation de tous sans distinction de race, de religion de conviction idéologique etc.

Le Maccarthysme de Bernard Drainville nous annonce aujourd’hui à la fois les raisons pour lesquelles le Québec du Parti Québécois ethnocentrique est incapable à réaliser la souveraineté et l’indépendance du Québec par rapport à un Canada Anglais inclusif, ouvert sur le reste du monde et tolérant envers les cultures diverses des gens d’ailleurs.

En effet, à défaut de construire un véritable consensus et un véritable projet inclusif de souveraineté du Québec, l’extrême droite du Parti Québécois procède actuellement et  aujourd’hui à l’éclatement ethnique, culturel et religieux de la société québécoise au nom des intérêts électoraux des pures-laines du Parti.

Alors que je croyais que le Québec s’orientait vers un processus d’inclusion des communautés multiculturelles accueillies et intégrées par et dans la société québécoise, au contraire les Bernard Drainvil inc. du PQ reviennent avec la vision ethnocentriste Catholico-Blanco-Européenne (ou plus précisément le Québec pur-laine) que propulsaient Mario Dumont et l’ADQ.

De cette nouvelle réalité artificielle et électoraliste du Parti Québécois, tout semble indiquer une nouvelle façon de créer des emplois pour les québécois d’origine française en libérant les emplois occupés par les québécois et les résidents du Québec issus des communautés culturelles avec très certainement cette fameuse période de transition au nom d’un certain respect et d’une certaine tradition et d’autonomie de certain organisme.

En tant que membre des communautés culturelles, je suis d’avis et conscient que je subissais déjà un certain préjugé à cause de mon origine de façon structurelle et systémique dans les universités québécoises, en emploi à cause de ce renforcement du favoritisme Blanco-québécois qui caractérise le Québec moderne depuis les années soixante.

Par ce projet de charte de séparation et d’éclatement du Québec sous couvert d’égalité de sexe, d’égalité économique, tout indique au contraire de véritables reculs puisque certaines femmes des communautés culturelles se retrouveront davantage soumises et dépendantes financièrement de leurs maris déjà dominants et plus ou moins rétrogrades.

Il est donc évident que ce projet de charte des valeurs québécoises amène beaucoup plus une polarisation non religieuse et religieuse garante de l’inégalité religieuse et de croyance compte tenu de l’apparence de neutralité de l’État, il se produit d’avantage un véritable parti pris de l’État contre les croyances religieuses des communautés culturelles.

En fait, à l’effet même que l’employé de l’État doit être neutre parce que l’État est ou doit être neutre implique de façon logique que l’État a une position totalitaire qui éteint toute forme d’individualisme et de liberté. La proposition du Parti Québécois sur les soi-disant traditions multiculturelles, multiethniques est une vraie démagogie de cette soi-disant tradition d’ouverture du Québec puisque en mettant de côté plusieurs catégories sociales et culturelles qui devaient favoriser le vivre ensemble québécois est hors de tout doute une proposition de renforcement de disparités culturelles, économiques et ethniques.

Tout compte fait, quant à savoir si ce projet de charte des valeurs québécoises suscite un débat, la réponse est sans nul doute oui car, il s’agit d’un débat sur les manières de la ghettoïsation de la société québécoise pour la marginalisation à la fois des croyances non chrétiennes et des personnes venues d’ailleurs.

Si les valeurs québécoises sont les valeurs de tous, une chose plus que certaine, les nouvelles valeurs du Parti  Québécois électoraliste bernardrainviliste-paulinemaroïste sont des valeurs d’un certain Québec profond obscurantiste et euro centrique en désaccord avec un Québec inclusif, ouvert et accueillant.

Hermann Cebert

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :