Les Barbaries de la Nation la plus civilisée: Y a-t-il vraiment de peuples et de nations Civilisées


Français : Portrait de Charlemagne Péralte

Français : Portrait de Charlemagne Péralte (Photo credit: Wikipedia)

 

"Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité."</p>
<p>Le 28 juillet 1915, les forces militaires des États-Unis débarquent en Haïti et occupent le pays jusqu'en 1934.<br />
Les forces américaines se déploient dans le pays sans incident majeur sauf à Léogâne, où Charlemagne Péralte commandant de la sécurité militaire de la région refuse de déposer les armes et le drapeau national sans en avoir reçu l'ordre officiel des autorités haïtiennes. Sa carrière militaire et administrative brisée, il démissionne et retourne dans sa ville natale de Hinche pour s’occuper des terres familiales.<br />
En 1918 Les paysans armés, surnommés « cacos », sont jusqu'à 40 000. Leurs chefs les plus connus sont Charlemagne Péralte et Benoît Batraville qui attaquent la capitale, Port-au-Prince en octobre 1919. Charlemagne Péralte entreprend le harcèlement des forces américaines. Avec un armement limité à quelques vieux fusils et des machettes, les Cacos opposent une telle résistance que les effectifs des Marines sont augmentés, et les États-Unis en viennent à utiliser leur aviation pour contrôler le territoire et mater la guerilla.<br />
le 31 octobre 1919 Charlemagne Péralte est trahi, et tué par les Américain Un cliché du cadavre de Charlemagne Péralte, pris par les Américains, montre le corps du héros révolutionnaire attaché à une porte et accompagné du drapeau bicolore haïtien.

« Un peuple qui n’enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité. »

Le 28 juillet 1915, les forces militaires des États-Unis débarquent en Haïti e…t occupent le pays jusqu’en 1934.
Les forces américaines se déploient dans le pays sans incident majeur sauf à Léogâne, où Charlemagne Péralte commandant de la sécurité militaire de la région refuse de déposer les armes et le drapeau national sans en avoir reçu l’ordre officiel des autorités haïtiennes. Sa carrière militaire et administrative brisée, il démissionne et retourne dans sa ville natale de Hinche pour s’occuper des terres familiales.

En 1918 Les paysans armés, surnommés « cacos », sont jusqu’à 40 000. Leurs chefs les plus connus sont Charlemagne Péralte et Benoît Batraville qui attaquent la capitale, Port-au-Prince en octobre 1919. Charlemagne Péralte entreprend le harcèlement des forces américaines. Avec un armement limité à quelques vieux fusils et des machettes, les Cacos opposent une telle résistance que les effectifs des Marines sont augmentés, et les États-Unis en viennent à utiliser leur aviation pour contrôler le territoire et mater la guerilla.

le 31 octobre 1919 Charlemagne Péralte est trahi, et tué par les Américain Un cliché du cadavre de Charlemagne Péralte, pris par les Américains, montre le corps du héros révolutionnaire attaché à une porte et accompagné du drapeau bicolore haïtien.

Kolektif Fok Tout Moun Jwenn

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :