Elon Musk annonce l’Hyperloop, un moyen de transport révolutionnaire


<:header> 

<:time itemprop= »dateCreated » datetime= »2013-07-17T17:11:44″>Créé le 17-07-2013 à 17h11 – <:time itemprop= »dateModified » datetime= »2013-07-22T10:16:27″>Mis à jour le 22-07-2013 à 10h16
Rédacteur
Par 
Sciences et Avenir

4.500 km de New York à Los Angeles en 45 minutes sans quitter le sol : le fondateur de Paypal pense tenir le « 5e moyen de transport ».

Mots-clés : Le milliardaire Elon Musk est le fondateur de Paypal, SpaceX et Tesla Motors. Le réalisateur de Iron Man, Jon Favreau, dit s'en être inspiré pour le personnage de Tony Stark. Paul Sakuma/ AP/ SIPA
Le milliardaire Elon Musk est le fondateur de Paypal, SpaceX et Tesla Motors. Le réalisateur de Iron Man, Jon Favreau, dit s’en être inspiré pour le personnage de Tony Stark. Paul Sakuma/ AP/ SIPA

HYPERLOOP. Le fantasque milliardaire Elon Musk a annoncé en début de semaine via son compte Twitter qu’il dévoilerait le 12 août prochain les détails de son projet de nouveau mode de transport révolutionnaire : l’Hyperloop. Le système devrait offrir la possibilité de voyager à des vitesses records pour un coût et une dépense d’énergie minimes.

 

*Le plan de l’Hyperloop sera publié le 12 août prochain. Des retours critiques pour amélioration seraient très appréciés.

L’Hyperloop pourrait ressembler au dispositif développé par la société américaine ET3. Crédit ET3.

Le 5e moyen de transport

Certains avaient pu le prendre pour un fou lorsqu’il avait évoqué ce projet le 12 juillet 2012 en Californie. Elon Musk déclarait alors : « ce système que j’ai en tête serait quelque chose qui ne puisse pas s’écraser, qui puisse fonctionner peu importe le temps qu’il fait, et dont la vitesse moyenne serait deux fois celle d’un avion. Vous iriez du centre de Los Angeles au centre de San Francisco en 30 minutes. Ça vous coûterait bien moins cher qu’un billet d’avion ou tout autre mode de transport. »

Depuis, il a pris l’habitude de présenter son Hyperloop comme le transport du futur ; le 5e après le bateau, la voiture, le train et l’avion. Et surtout le plus rapide, puisqu’on parle de vitesses allant de 1000 à plus de 6000 km/h !

Si les secrets techniques restent bien gardés, des indices laissent de plus en plus à penser que l’Hyperloop sera très proche du système imaginé par la société ET3 présenté dans la vidéo ci-dessous.

Animation présentant le projet de la société ET3 (ET3)

CAPSULES. Musk a plusieurs fois décrit l’Hyperloop comme étant  « à mi-chemin entre le Concorde, le canon électrique et la table de Air Hockey ». Le Concorde pour la vitesse, le canon électrique comme moyen de propulsion et le Air Hockey pour les conditions de déplacement.

Un système « à mi-chemin entre le Concorde, le canon électrique et la table de Air Hockey » – Elon Musk.

Selon Brian Dodson, docteur en physique qui s’est penché sur les détails technique du projet, les passagers voyageraient à bord d’une capsule cylindrique à suspension magnétique. Insérée dans un tube d’évacuation de 1,5 m de diamètre, la capsule serait propulsée grâce à un système électromagnétique.

De l’air sous haute pression inséré entre les parois du tube et la capsule créerait un coussin d’air permettant aux capsules de se déplacer sans aucune friction. L’air contenu dans le tube entre chaque capsule empêcherait d’éventuelles collisions.

Schéma du fonctionnement probable de l’Hyperloop. (Crédit : Brian Dodson)

En éliminant ainsi toute force de frottement pouvant ralentir le véhicule, on se retrouve avec des conditions de déplacement proches de celles qu’on trouve en orbite. Idéal pour battre des records de vitesse.

Elon Musk souhaite donc lancer la construction d’un prototype capable de relier Los Angeles à San Francisco en 30 minutes. Soit des navettes lancées à 1100 km/h. Modeste, puisqu’il rêve déjà de trajets New York-Los Angeles en 45 minutes ou d’un New York-Pékin en 2 heures…

ÉCOLOGIQUE. Autres avantages de taille : l’Hyperloop serait à l’abri des intempéries. Pas de turbulences dues au mauvais temps ou d’arrêt sur les voies pour cause d’enneigement…

De plus, les capsules seraient insérées et propulsées dans le tube à la demande. C’est-à-dire que les voyageurs pourraient partir à tout moment sans horaire imposé comme pour le train ou l’avion.

Fervent défenseur de l’environnement, Musk a également déclaré que l’alimentation générale serait produite par des panneaux solaires disposés directement sur la structure, rendant le réseau autosuffisant en énergie. D’autant plus qu’il n’en consommerait que très peu.

(Crédit : ET3)

« Ce que l’on veut c’est un système où il n’y ait jamais d’accidents, qui soit au moins 2 fois plus rapide qu’un avion, qui soit alimenté par l’énergie solaire, et qui part dès que vous arrivez, donc qu’il n’y ait plus d’attente ni d’horaires préçis. », déclarait Elon Musk en septembre dernier.

On attend le 12 août avec impatience pour avoir les détails de ce projet et surtout connaître l’accueil qui lui sera réservé. Car le coût de fabrication de la ligne San Francisco-Los Angeles est estimé à 4,6 milliards d’euros. Eh oui, quand même…

Hugo Jalinière, Sciences et Avenir, 18/07/13



Catégories :Page d'accueil

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :