Les Ennemis d’Haïti: Des Mercennaires aux soldes de la République Dominicaine


Le philosophe éveillé

J’exprime Dieu

La République Dominicaine n’a jamais été un un véritable allié pour le développement et le progrès de Haïti et de l’autre côté, les dirigeants haitiens n’ont jamais accordé une attention particulière et soutenue aux menaces que représente la République dominicaine pour les intérêts majeurs de Haïti.

D’un côté les dominicains ont toujours géré mal l’idée d’avoir été notre colonie bien qu’il n’ait jamais été question puisque Haïti a toujours considéré la République Dominicaine comme faisant partie de l’Île d’hispagnola et donc faisant partie de la République d’Haïti.

Les dominicains ont développé au fil des ans un sentiment d’infériorité qui les culpabilise et d’extérioriser d’une part une haine vicérale contre les haitiens et plus particulièrement contre les intérêts majeurs du pays; et d’autre part, vu la colère contenue contre le peuple haitien, la violence de leur haine les avait poussé à perpétrer contre les haitiens les barbaries de trujillo connu sous le nom de la Matanza de los Haitianos.

Les dominicains, par leur gouvernement, dont Trujillo et Balaguel ont mené des luttes sans merci contre la stabilité, le développement et le progrès de Haïti à la fois à travers des politiciens haitiens, les bourgeois haitiens et surtout par des mercennaires dominicains et internationaux qui viennent assassiner impunément des haitiens en vue de créer des conditions propices à l’instabilité et au chaos dans le pays.

Réfléchissant sur l’assassinat de l’homme d’affaire Jules Moscoso à Léogâne dernièrement, je me suis mis à replacer les éléments sur l’échiquier politique et économique d’Haïti et, en mettant en relief les causes profondes et les intérêts en question par rapport au clan de Clifford J Brandt, impliqué dans le kidnapping des jeunes Moscoso, je me suis rendu compte avec l’aide de quelques informations recueillies par-ci et par-là, plusiseurs membres de ce gang de bandits sauf bien sûr ceux du clan de martelly soit les Bandits légal, sont soit en prison, soit dans le marquis et suivis et enquêtés par des agents de la CIA et du FBI.

Évidemment, ce constat me permettait de sortir sous certaines réserves l’implication des brandt dans l’assassinat de cet homme d’affaire dont les parentés avaient été victimes de kidnapping. Il s’en suit de trouver un groupe qui aurait des intérêts plus importants que ceux des clans de petits bourgeois ou de la classe possédante dans le pays.

Je me suis souvenu d’un commentaire qu’une personne m’avait fait concernant les causes de violence en Haïti, cette personne qui me connaissait mais que j’ignorais, m’avait fait savoir, suite à l’une de mes interventions publiques extrêmement médiatisée, en date du 4 août 1991: « les autorités dominicaines ont de gros intérêts en Haïti, elles ne ménageront rien pour les défendre, quitte à utiliser la force et la violence subtiles sur de longues périodes ».

Cette personne qui me paraissait un peu dominicain mais parlant un créole presque parfait sauf une certaine lourdeur de sa langue pour dire Haïti ne m’était jamais revenu à l’esprit jusqu’à ce que je commence à me rendre compte que certaine personne rencontrée apparemment par hasard dans ma vie d’activiste politique me livraient certains messages qui avaient des liens directs avec mes actions politiques.

Certaines personnes et certains intérêts me suivaient et m’observaient et qu’en réalité certaines puissances intérieures et extérieures m’avaient dans leur point de mire. Tout ceci pour expliquer et confirmer les origines des liens que je suis en train d’établir entre le climat de violence actuellement et voire depuis toujours et les intérêts dominicains en Haïti.

En 1991, durant le premier mandat de Jean-Bertrand Aristide, le gourvernement dominicain a détourné l’attention du régime lavalas pendant un très longue période avec le renvoi massif des réfugiés dominicains dit haitiens et cela a paralysé tous les efforts du régime lavalas. On se souvient des gestes et des discours d’Aristide sur ce phénomène de destabilisation intérieure du pays.

Avec l’arrivée de Joseph Michel Martelly, nous avons un autre mouvement de destabilisation venu également de la république, avec les révélation de la journaliste d’enquête Nuria Peria qui, déballe certes des informations vraies sur le financement occulte des partis politiques et des candidats dont Madame Myrlande Manigat et du Chef de l’État de Haïti sans que les services secrets dominicains et de la présidence dominicaine interviennent pour cacher l’affaire et empêcher de crise diplomatique entre Haïti et la République Dominicaine.

Si les dominicains étaient véritablement inquiets par rapport à la stabilité en Haïti dont le président était déjà pris dans une affaire de double nationalité leurs gouvernement aurait tout fait pour éviter la publication de la journaliste d’enquête mais telle ne fut pas l’attitude et la stratégie des autorités dominicaines.

Les Gouvernements dominicains qui se sont succédés depuis Trujillo ont toujours mis des sommes collossales pour destabiliser Haïti et certains parlent même d’un fonds destinés à la destabilisation de Haïti qui permettent aux politiciens dominicains de s’enrichir sans rien craindre de la justice dominicaine car la destabilisation d’Haïti fait partie des intérêts stratégiques de tout gouvernement dominicain.

Cependant, en Haïti il n’y a jamais eu de telles politiques puisque les différents gouvernements de Haïti n’ont jamais pretté d’attention particulière voire placer les relations étrangères avec la dominicanie comme intérêts stratégiques du pays. Il n’existe aucune donnée secrète sur la république dominicaine et aucun fonds n’est dédié à l’espionnage politique, industriel et scientifique sur la République Dominicaine pourtant, les dominicains disposent d’informations privilégiées sur l’ensemble des acteurs politiques, culturels et économiques et financiers en Haïti.

La république Dominicaine a de grands intérêts économiques en Haiti et de ce point de vue on a qu’à penser à la balance commerciale entre les deux pays pour constater que Haîti importe actuellement presque tous ses biens de consommation et en particulier des biens de premièere nécessité de la République dominicaine ce qui constitue des emplois pour les dominicains dans les domaines comme l’agriculture, l’industrie de la transformation et des manufactures sans oublier le nombre croissant d’étudiants haitiens qui vont faire leurs études en république dominicaine ce qui cosntitue d’énormes manques à gagner pour Haiti.

Durant l’embargo contre haiti, les exportations dominicaines ont explosées vers haiti permettant à Saint-Domingue de bénéficier des excédents de devises provenant de Haiti. Bref, toute période d’instabilité en Haiti profite d’abord et avant tout à la République Dominicaine voilà pourquoi il faudra admettre que le principal responsable de la violence actuelle et depuis toujours dans le pays c’est la république dominicaine.

La République dominicaine a moins de sites touristique que Haiti, de même ce pays n’a pas non plus de grands sites historiques capables d’épater le monde sans compter les plages de la républiques dominicaines sont plutôt artificiels que naturels.

Ce qui signifie, toujours avec les peurs qui les animent, les dominicains croient que le développement du Tourisme en Haiti peut nuire à leur industrie touristique.

Quelqu’un m’a déjà rapporté que les dominicains incluaient dans leur carte de charmes touristiques la Citadelle la Ferrière comme faisant partie de leur forfait tout en un. On peut comprendre que le retour de Haiti comme destination touristique vient ranimer chez les dominicains les peurs de voir Haiti se prospérer et  se développer.

Je serais curieux de savoir le nombre de dominicains haitiens qui vivent actuellement en haiti, plus particulièrement le nombre de politiciens haitiens qui se sont rendus en république dominicaine dans les six derniers mois et constater les personnes ressources qui les ont accompagné.

Je suis sûr que le gouvernement enquêtera sur le va-et-vient de plusieurs personnalités haitiennes comme par exemple des sénateurs, des anciens magistrats de villes, de politiciens et députés actifs qui ont des laisser passer à l’enbassade dominicaine de pétion-ville et qui reçoivent des fonds en provenance d’ambassadeurs et de consuls dominicains.

Partout dans le pays, des assassins dominicains et haitiens qui reçoivent de l’argent des services secrets dominicains procèdent à l’exécution de personnalités politiques, intellectuelles et économiques et financiers dans le pays en vue de maintenir le pays dans une instabilité permanente voire chaotique permettant à la République Dominicaine de garder ses avances sur Haiti.

Enfin j’espère que les membre du gouvernement, les vrais politiciens nationalistes, les journalistes et les responsables des organisations de la société civile examinent ce texte et les autres parties qui vont suivre pour mieux comprendre et diriger ce pays. Ils profiteront pour analyser les faits et les gestes de certains politiciens dans certains dossier puis établir des liens entre ces individus et les intérêts dominicains dans le pays.

Avant même de laisser sortir ou de maintenir un scandale, il faut avoir un peu de recul et chercher toujours à établir des liens de causalités existantes afin de ne pas travailler au profit des intérêts plus complexes que ceux qui apparaissent à la surface en générale. La rencontre au bureau des Nations-Unies du président Dominicain avec le Premier Ministre Laurent Lamothe en présence du Secrétaire Général Ban ki Moon ne vous dit, vous ne saisissez par encore les relations entre Haiti et la République Dominicaine.

À suivre……

Hermann H Cebert

Publicités


Catégories :Page d'accueil

Tags:, , , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :