Publicités

L’opinion Nationale et Internationale Doivent Surveiller Président martelly dans le dossier des Brandt: Qui veut libérer Brandt et pourquoi veut-on qu’il meurt sans procès?


S’il arrive quoique ce soit à Clifford Brandt et ses complices avant son jugement, le Président Joseph Michel Martelly sera tenu responsable.

 

L’affaire Clifford Brandt au cabinet d’instruction, l’intéressé conduit à la prison Oméga

 

Publié le jeudi 25 octobre 2012

Le parquet de Port-au-Prince a transféré au cabinet d’instruction le dossier de l’homme d’affaires Clifford Brandt, accusé d’implication dans un double kidnapping, a annoncé jeudi soir le commissaire du gouvernement a.i, Me Gérald Norgaisse, qui a également invoqué des « raisons de sécurité » pour ordonner que l’intéressé soit placé en détention à la prison civile de Carrefour (banlieue sud de la capitale).

S’exprimant à l’issue d’une audition d’environ deux heures au cours de laquelle ont été également interrogés quatre autres prévenus, le chef du parquet a indiqué qu’il s’agissait d’une « affaire très sensible » qui sera confiée à un juge instructeur pour les suites légales nécessaires.

Me Norgaisse, qui n’était pas disposé à répondre à certaines questions des journalistes, a aussi précisé que M. Brandt quittait la garde à vue de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) où il se trouvait depuis son arrestation lundi pour le centre de détention de Carrefour communément appelé Oméga. La même mesure concerne également les quatre autres suspects qui comparaissaient pour la première fois en justice en compagnie de la secrétaire de l’entrepreneur, Sawadienne Jean, du mari de celle-ci, Franck Saintérine, et de Ricot Pierreval et Carlo Saint-Fort. Ces deux derniers ont été interceptés mercredi à la frontière avec la République Dominicaine en tentant de prendre la fuite.

Clifford Brandt a été apparemment victime d’un malaise dans l’après-midi peu après son arrivée au parquet où il était escorté d’agents de la BRI, une unité spécialisée de la PNH, et de la police administrative.

Le visage fatigué, menotté, l’homme d’affaires issu d’une des plus grandes fortunes d’Haïti, était tombé à la renverse avant de regagner sa place dans la salle d’audition, au bout d’un moment.

Avec l’aide des policiers, le prévenu avait pu se rasseoir dans l’attente de son interrogatoire que devait conduire le commissaire Gérald Norgaisse. spp/Radio Kiskeya

Haïti – Justice : Affaire Clifford Brandt-Morosco, les précisions de la PNH
25/10/2012 09:46:53

Haïti - Justice : Affaire Clifford Brandt-Morosco, les précisions de la PNH

Mercredi, suite à l’arrestation de Clifford Brandt dans l’affaire de l’enlèvement de Coralie et Nicolas Moscoso, Frantz Lerebours, le Porte-parole de la Police Nationale d’Haïti a tenu à préciser certains aspects de cette affaire et démentir certaines fausses rumeurs qui circulent « […] nous n’avons pas démantelé un gang, nous avons arrêté une personne, que nous présumons être le cerveau d’un gang. Il est important pour nous, à partir de toutes les informations que nous avons recueilli, de faire cette précision, cela n’écarte pas la possibilité, que nous soyons en face d’un réseau de malfaiteurs.

Pour le moment, nous ne pouvons pas être aussi affirmatif, nous avons arrêté effectivement, Clifford Brandt, je parle de la police, plus spécialement la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) à travers la cellule contre enlèvement, comme tout le monde le sait, pour l’enlèvement de Coralie [23 ans] et Nicolas Moscoso [24 ans] […]

Ces deux personnes ont été enlevée le 16 octobre à 8h30 sur la route de Bourdon et toutes les démarches de l’enquête ont abouti à M. Brandt et c’est ce qui fait que la police l’a arrêté avant-hier [lundi] à son entreprise [MAZDA] à Delmas 2 […] il a parlé d’enlèvement. Kidnapping c’est un mot américain, qui voulait dire à ses débuts enlèvement d’enfant. Un kidnapping [aujourd’hui] c’est n’importe qui qu’on enlève, dans le langage courant […] il y a un enlèvement de deux personnes, qui ont été libérées à partir de l’arrestation de M. Brandt, c’est ce qu’il faut retenir, c’est lui-même qui a coopéré avec la police et qui a permis la libération de Coralie et Nicolas Moscoso. Comme je l’ai dit, tout le fil de l’enquête a mené à lui et la police l’a arrêté, c’est aussi simple que ça […]

la question de 265 policiers [impliqués] et l’information qui circule sur Internet, qu’il y a des familles qui sont ciblées, je peux vous dire que ça relève de la pure intoxication, il n’y a rien de vrai dans ça. […]

Si une personne qui est de ce niveau, pratique des enlèvements, il est fort probable qu’il y ait des policiers avec lui, des personnes qui connaissent les rouages, qui lui permette de contourner la police assez facilement, c’est dans le domaine du possible, mais pour l’instant, dans la dimension que l’enquête évolue je ne suis pas autorisé à donner des noms […] pour sauver l’enquête [préserver l’intégrité], il faut que nous gardions une certaine discrétion sur certaines informations […] il est probable qu’il y ait des policiers qui soient arrêtés dans le cadre de cette affaire. S’il est avéré qu’il y a des policiers impliqués, on ne fera pas de quartier.

[…] aujourd’hui on est sur de la grosse criminalité organisée, là, on est sur du dur, des personnes que l’on ne peut pas traiter de la même façon qu’on traite les petits voleurs de rue, et de la façon qu’elle est organisée, elle peut faire beaucoup plus de mal à la société, qu’un petit vagabond dans la ville qui vole des bourses… »

Par ailleurs, suite à cette arrestation, Hervé Denis, le Président de la Chambre de Commerce et d’industrie d’Haïti (CCIH), a souligné que l’arrestation de Clifford Brandt [qui n’était pas membre de la CCIH] « est un acte individuel qui n’a aucun impact sur la CCIH et souhaité que la police et la justice agissent avec célérité dans cette affaire, tout en rappelant que « tout individu est innocent jusqu’à ce que la justice le condamne pour une infraction ». Le Président de la CCIH, déplore que de fausses informations sur internet laisse croire, que ce type d’actes, est une pratique courante en Haïti, dans le monde des affaires.

De son côté Pierre Espérance, le Directeur Exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) se montre « très pessimiste quand à l’aboutissement du dossier de Clifford Brandt » compte tenu de l’impunité et de la corruption du système judiciaire en Haïti.

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-6982-haiti-justice-clifford-brandt-implique-dans-une-affaire-d-enlevement.html

Haïti – Justice : Clifford Brandt impliqué dans une affaire d’enlèvement
24/10/2012 12:22:38

Haïti - Justice : Clifford Brandt impliqué dans une affaire d’enlèvement

Suite à l’enquête ouverte par la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), dans le cadre de l’enlèvement, le 16 octobre dernier de deux jeunes Coralie [23 ans] et Nicolas Moscoso [24 ans] sur la route de Bourdon [membre d’une famille d’un entrepreneur haïtien], une vaste opération policière impliquant a cellule contre l’enlèvement et la brigade criminelle a été déclenchée et permis l’arrestation, lundi après-midi, dans les bureaux de l’entreprise Mazda [Delmas 2], de Clifford Brandt, membre d’une riche famille bourgeoise très connue en Haïti. Suite à son interrogatoire, Clifford Brandt est passé aux aveux et conduit les force de l’ordre, mardi vers de 3 heures du matin, sur les lieux [Pernier] où était séquestré Coralie et Nicolas, qui ont été libéré, a confirmé François Henri Dossou, le Responsable de la cellule anti-enlèvement de la police

Une femme qui était en compagnie de Clifford Brandt, au moment de l’interpellation, et dont l’identité n’a pas été communiquée, a été arrêtée. 4 autres individus présumément liés à ces enlèvements ont également été arrêté au cours de cette opération débutée dimanche. De plus, Réginald Delva, le Secrétaire d’Etat à la sécurité publique a fait savoir que « Des hauts gradés de la police et d’anciens policiers, dont l’ex-inspecteur Edner Comé étaient activement recherché » soupçonné de faire partie d’un réseau de malfaiteurs qui opérait sur tout le territoire national.

Accusé d’implication dans l’enlèvement et la séquestration de Coralie et Nicolas Moscoso, Clifford Brandt, devrait être transféré sous peu au parquet de Port-au-Prince.

Mardi, Réginald Delva, a déclaré « […] l’opération a été lancé véritablement depuis deux jour, n’oubliez pas qu’il y a un enlèvement qui a été fait le 16 octobre dernier, et toute une série d’enlèvements qui ont été fait dans la capitale […] l’opération a commencé vraiment a donner des résultats à partir d’hier [lundi] après-midi […] le plus haut niveau de l’État a été informé de l’opération minute par minute, ce qui a dans un premier temps mené aux arrestations de Monsieur Clifford Brandt et d’un employé suite à des données très claire, qui ont montré l’implication qu’ils ont eu dans ces enlèvement. Ce qui a permis, fort heureusement, à la libération de jeunes qui avaient été enlevé sur la route de Bourdon […]

L’opération est encore en cours, il y a un ancien inspecteur de la police M. Edner Comé, qui est actuellement recherché, je me permet de donner son nom, parce que c’est un individu extrêmement dangereux […] toute les instructions ont été déjà passées pour qu’au niveau de la frontière ils surveille de près les activités […] Je viens de parler avec le Chef de la police, qui a déjà mobiliser ses équipes, car il faut que nous mettions un frein à cette vague d’enlèvements et à ce un réseau, qui a plusieurs années d’activité […] nous avons retrouvé des documents importants, il y avait une liste de personnes, que ce réseau planifiait d’enlever et pas des moindres […] le travail qui est commencé ne va pas s’arrêter, cela va aller jusqu’au bout, jusqu’à ce que nous trouvions la racine de ce réseau… »

De son côté, Frantz Lerebours, le Porte-parole de la Police Nationale d’Haïti a précisé « […] hier la cellule contre l’enlèvement et la brigade criminelle se sont rendus dans l’entreprise de Clifford Brandt, il l’ont arrêté, parce qu’ils ont trouvé sa trace dans l’enlèvement […] cela a permis que les personnes enlevées, soient libéré rapidement, parce qu’il a collaboré […] tout est une question de renseignements, de filatures, de surveillances etc.. ça ne se passe pas toujours comme ça, mais c’est la meilleure méthode […] nous fournirons d’autres informations à la presse, dans la mesure du possible, vu que c’est une enquête criminelle […] »

Maître Calixte Delatour, l’avocat de Clifford Brandt, s’est indigné de l’absence de notification des motifs de l’incarcération, rappelant qu’en droit, en Haïti un enlèvement n’est pas un kidnapping [dans ce dernier il y a demande de rançon]. Me Delatour a rejeté toutes les allégations, qui font état d’une quelconque demande de rançon de la part de son client. Tout en reconnaissant que son client avait agit de mauvaise manière dans cette affaire, il affirme que Clifford Brandt, n’est pas impliqué dans un kidnapping, mais dans un enlèvement qui serait lié a un règlement de compte [entre entrepreneurs].

Affaire Clifford Brandt-Morosco, les précisions de la PNH
http://www.haitilibre.com/article-6989-haiti-justice-affaire-clifford-brandt-morosco-les-precisions-de-la-pnh.html

HL/ HaïtiLibre

http://www.haitilibre.com/article-6989-haiti-justice-affaire-clifford-brandt-morosco-les-precisions-de-la-pnh.html

Un autre article à lire pour bien saisir l’actualité des bourgeois en haiti

« …Members of the elite are now contemplating a sort of ‘final solution’ that amounts to little less than a strategy of open warfare – the use of foreign and domestic troops to kill off the poorest of the poor, pure and simple »

« The poverty in places like Citè Soleil is a direct result of the neo-liberal reconfiguration of the Haitian economy that began in the late 1970s – the result of what many Haitians call the « death plan ». The US and the Haitian elite believe that they can manage the consequences of this plan by sending foreign troops to police the neighbourhoods populated by those that suffer the worst of its effects. They think they can control rising levels of poverty by shooting at the poor. The US and the Haitian elite believe that they can manage the consequences of this plan by sending foreign troops to police the neighbourhoods populated by those that suffer the worst of its effects. They think they can control rising levels of poverty by shooting at the poor. In Haiti as in various other parts of the world ( Darfur , Sierra Leone , Somalia …) they use the UN to put out the fire, without considering who started it. They do everything possible to avoid the obvious conclusion – that this poverty, and the violence that accompanies it, is a direct consequence of the neo-liberal plan itself. The only way to reverse it is to put a stop to the plan and undo its effects.

« In places like Haiti and much of Africa, the great imperial powers use the UN as humanitarian fire-fighters, but they never identify, let alone prosecute, the neo-liberal arsonists. They never ask why social divisions have become so intense, why the levels of poverty are now so extreme, why people are so desperate that they prefer to fight, rather than starve. »… » (Excerpted from Interview with Ben Dupuy by Peter Hallward, Feb. 16, 2007)

*
***

« …These poor people are being punished because they have the audacity to hold a huge MIRROR to the face of hypocrites who come to lecture them about democracy with machine guns in their hands….It is a KNOWN FACT that the POLICE IS A CORNESTONE OF THE KIDNAPPING INDUSTRY. » Jean (Jafrikayiti) St. Vil speaking out on the December 22nd Massacre in Site Soley, Dec. 30, 2006

********
« ….Comme industriel ils se contentent de se lancer dans la sous-traitance. Ils prennent des contrats ou des sous-contrats des multinationales. Ils font crever nos ouvriers pour un salaire tuberculeux qui est 4 à 5 fois inférieur au salaire prévu dans le compte d’exploitation… » (Une bourgeoisie déracinée! par Jean Erich René, Feb. 20, 2008 )

 
DOSSIER CRITIQUE # 2

La Bourgeoisie Haitienne: Une Bourgeoisie Mediocre, par Placius Jean Alexis, November 14, 2007| Source: e-mail
(Photos)

*
<< HaitiCritiques >> dans le cadre de ses analyses et ses critiques sur tout ce qui se passe et se fait dans la société haïtienne, vous fait part de ses réflexions sur la bourgeoisie haïtienne. Souvent, on se demande quelle image vient à l’esprit lorsque l’on parle de la bourgeoisie haïtienne ? Pour beaucoup, c’est irrévocablement celle d’une bourgeoisie entièrement passive et médiocre qui surgit.
*

Dans bien de pays, la notion d’élite économique est souvent employée d’une manière pratique, déterminant la Bourgeoisie comme étant l’une des principales bases sur laquelle repose la structure économique. Elle contribue à l’action historique par son poids dans l’ensemble du processus de prise de décisions et dans les actions économiques à l’intérieur de leur société.

Mais en Haïti, l’image de la modernité bourgeoise que reflètent les pays développés est quelque peu illusoire. La bourgeoisie telle qu’elle s’est développée dans ces pays a pu, tout en renforçant sa propre puissance, élaborer une idéologie. Contrairement à la notre, c’est une bourgeoise dynamique, instruite qui a réussi pleinement son entreprise d’accumulation de capital et a donné à leur nation un minimum de prospérité.

Sur ce point, il est normal de dire qu’en Haïti il n’existe pas de véritable bourgeoisie, mais plutôt une sorte de petite caste aux dents longues, avide et vorace, dominée par l’esprit unique de profit venant de leur petit commerce. Le jour où un gouvernement s’arroge le droit d’exiger d’elle de payer des taxes – le jour où leurs intérêts mesquins sont menacés, ne soyez pas étonné si vous voyez ces bourgeois dans les rues de Port au Prince, au milieu de quelques manifestants naïfs, brandissant énergiquement leurs pancartes avec des slogans on ne peut plus nationalistes pour demander le départ de ce dit gouvernement. Ils seront prêts à vous proposer des réformes de tout genre, et même un contrat dit Social dans le but de feindre de faire quelque chose de bien ou de sérieux.

En fait, où est donc passé le fameux «Groupe 184» avec son contrat social décrivant ses prétentions de vouloir : refonder la société, bâtir un nouvel état, combattre la discrimination et l’exclusion, développer le pays, lutter contre la misère, sauvegarder l’environnement, définir d’autres repères pour Haïti, démocratiser le savoir et combattre l’ignorance?

Toutes ces idées se sont volatilisées, une fois que les technocrates ont pris le pouvoir après le départ de Jean Bertrand Aristide et leur ont donné tout ce qu’ils désiraient; une fois la course au pouvoir terminée, André Apaid Junior et ses acolytes (Charles H. Baker, André J. Lafontant, Yannick Lahence ect.) enlèvent tous leurs pions sur l’échiquier politique et social du pays.

De là, on peut se demander : A quoi sert cette bourgeoisie? La phase bourgeoise dans l’histoire d’Haïti n’est-elle pas une phase inutile? Avec elle, Depuis plus d’un demi-siècle il n’y a jamais eu une vraie croissance économique durable, à chaque fois il faut tout reprendre et repartir à zéro.

L’économie nationale est aujourd’hui, littéralement dirigée; le budget est alimenté à plus de 60% par des prêts et des dons provenant de la coopération externe. Cette bourgeoisie n’arrive même pas à arracher de l’occident ses concessions spéculatives : investissements intéressants pour l’économie, mise en place de certaines industries.

De plus parce qu’elle est crispée dans ses intérêts immédiats, parce qu’elle ne voit pas plus loin que le bout de ses ongles, elle se révèle incapable d’édifier la nation sur des bases économiques solides et fécondes. Cette Bourgeoisie est tout à fait médiocre dans ses réalisations aussi bien que dans sa pensée et tente de masquer cette médiocrité par des constructions prestigieuses à l’échelon individuel à Pétion Ville, Belle Vil, Vivi Michel et autres ainsi que par des voitures flambants neuves valant plus de 60 mille dollars usd, par des vacances en Europe et des week ends aux bords des plages.

Il n’y a rien de plus écœurant que de les voir, tôt le matin, (descendre) dans leurs entreprises situés autour des orgies de boue, de détritus et, retourner chez eux, dans l’après-midi, dans leur univers de confort et de luxe. Nous admettons qu’à l’intérieur de leurs voitures climatisées ils ne peuvent pas prendre l’odeur infecte de certaines zones de la capitale, mais nous nous demandons : qu’est ce qui peut bien les empêcher de voir la fresque dépravante et laide de la capitale?

Le fait qu’elle soit bornée dans ses idéologies, et parce qu’elle est fermée sur elle-même, coupée du peuple, minée par son INCAPACITÉ CONGÉNITALE à penser à l’ensemble des problèmes en fonction de la totalité de la nation, la bourgeoisie Haïtienne reste passive et continue à assumer son petit rôle de négociants et de gérants d’entreprises et d’industries familiales dans lesquelles elle exige des ouvriers, pour 85 gdes/jrs, un travail énorme au nom bien sur de l’effort national.

Les bénéfices énormes qu’elle empoche, compte tenu du revenu national, ne sont pas réinvestis, tandis que de leur coté le prolétariat des villes, la masse des chômeurs, les petits artisans continuent à mourir de faim, le peuple stagne lamentablement dans une misère insupportable.

Elle s’en fout complètement et continue par tous les moyens, corruption comprise, à annexer à son profit la totalité des richesses du pays, enrichissement scandaleux, rapide et impitoyable.

On a une bourgeoisie en esprit, caractérisée par leur petit nombre, leur concentration dans la capitale et leurs ACTIVITÉS DE PETIT NÉGOCE, on ne trouve pas en son sein ni d’industriels, à proprement parler, ni de financiers.

Elle n’est pas orientée vers la production, l’invention, la construction et le travail, elle est entièrement canalisée vers des activités intermédiaires. Etre dans la combine, telle semble être sa vocation profonde.

Certaines familles bourgeoises haïtienne, en exemple, la famille Brandt avec Fritz et David (incarcérés depuis plus de deux mois pour fraude douanière), ne trouvent pas suffisants les bénéfices démesurés qu’elles ont soutirés de l’exploitation du peuple haïtien, se plongent à fond dans la corruption pour augmenter plus grandiosement le capital familial.

Peut-on imaginer le nombre de temps qu’elles ont à patauger dans ce circuit ? Peut-on compter le nombre de famille bourgeoise haïtienne qui fonctionne dans ce circuit de contre bande et de corruption pour amasser facilement l’argent de l’état en l’occurrence celui de peuple haïtien ? On n’en saura jamais ! Par son comportement, la Bourgeoisie haïtienne rappelle les MEMBRES D’UN GANG qui, après chaque Hold Up, partagent le butin avec ses coéquipiers et leurs familles en préparant sagement la retraite.

Vilfredo Pareto dans « le traité de la sociologie Générale » a fait une distinction entre l’élite gouvernementale et l’élite non gouvernementale mais ce qu’il a appelé l’élite non gouvernementale n’en est pas moins que l’autre une élite de pouvoir.

Notre bourgeoisie ne détient pas, certes, d’autorité politique, mais elle exerce un pouvoir sur d’autres secteurs, notamment dans le domaine économique ; elle exerce aussi une influence considérable sur les décisions que prennent nos dirigeants, sans toutefois, détenir de postes d’autorité et sans avoir de pouvoir reconnu, décrivant son attitude, depuis plus d’un siècle, à pratiquer une politique de doublure.

C’est à la fois la misère du peuple et l’enrichissement désordonné de la caste bourgeoise, son mépris étalé pour le reste de la nation qui durcisse nos réflexions et nos attitudes.

Aujourd’hui, par craintes ou pour bénéficier de leurs faveurs certains ont tendance à cautionner l’entreprise de cette caste et ferment les yeux sur leur insolence, leur incapacité, leur ignorance, leur médiocrité et leur immoralité foncière. Tandis que dans le pays la plus grande misère continue à côtoyer la plus grande richesse.

Cette dernière qui consiste pour cette BOURGEOISIE RAPACE une sorte de carapace qui l’empêche de voir le calvaire et la souffrance qui l’entoure. Mais, par-dessus tout ON GARDE L’ESPOIR; l’espoir que cette dite bourgeoisie se justifie, l’espoir qu’un jour, elle contribue par sa puissance économique à édifier une nation au lendemain meilleur, à créer des conditions de développement d’un prolétariat important, à industrialiser l’agriculture, à réaliser des investissements importants pour une croissance continue, un développement durable, et rendre possible enfin, une authentique culture nationale.

*

Pour toutes suggestions et informations écrivez-nous à l’adresse suivante : critiqueshaiti@yahoo.fr
**************

http://www.margueritelaurent.com/law/subcontracted.html

Publicités
About Hermann H Cebert (994 Articles)
I am a citizen without Borders with simple and sincere ideas. Poet and philosopher for my hours of madness. I am old several centuries and I think that by ideas and thoughts the world can improve. I wait for nothing of anybody but I continue doing any good all around me. Force is a straw which the wind of intelligence takes in its please. My only wealth it is my intelligence which is superior to the average of people. I search neither glory nor honour and I am what I follow, me. There was only the only philosopher who is meconnu by more of one: it is always you.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :